Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Conclusions

Texte intégral

1Dans le présent travail, J'ai choisi le terme d'incertitude pour résumer le vivre au jour le jour dans les pays en développement, l'absence d'instances de protection sociale et le changement rapide des règles de vie. Cette absence de repères me semble particulièrement aiguë dans les villes de la frontière Nord du Mexique, immédiatement exposées aux asymétries Nord-Sud, dont l'évolution imprévisible peut bousculer du jour au lendemain les destinées de la population. L'incertitude se manifeste dans tous les aspects de la vie frontalière : dans la précarité de l'emploi et des conditions de vie, dans l'insécurité et la violence urbaines... Mon attention a été retenue par trois phénomènes qui semblent exacerber cet état d'incertitude.

2Ce sont d'abord les effets omniprésents d'une dynamique migratoire complexe qui a marqué les villes frontalières du Nord depuis leur genèse. Les mouvements transfrontaliers, de passage, de retour et d'ancrage constituent quatre modalités de migration qui fluctuent selon les aléas des contextes économiques et politiques aussi bien nord-américains que mexicains. Cette dynamique d'immigration est devenue encore plus complexe à l'heure de la nouvelle implantation industrielle qui a été considérée dans cette recherche comme le deuxième phénomène qui accentue les états d'incertitude dans la ville.

3Nous avons constaté comment cette industrie transforme les règles d'insertion professionnelle aussi bien pour les immigrants que pour les autochtones. On observe l'hésitation notable parmi certaines catégories de la population à s'intégrer dans le secteur de la sous-traitance, ce qui génère entre autres conséquences une forte rotation du personnel. Il est vrai cependant que dans les temps sociaux et familiaux donnés, la gestion individuelle de cette incertitude produit, même parmi les plus réticents, une certaine disposition sociale à participer à ce marché du travail. L'étude de ces processus individuels nous a permis de constater qu'il y a en effet une nouvelle certitude sociale : la population à faibles revenus de Ciudad Juárez est de plus en plus susceptible de travailler pour l'industrie maquiladora.

4Enfin, j'ai étudié les changements du marché immobilier comme étant une troisième source d'incertitude. Ils concernent à la fois les agents qui participent dans la production de l'habitat et les règles qui guident l'accès à chacune des filières du logement destinées aux moins favorisés. Nous avons observé comment, depuis le commencement de la restructuration politique du pays en 1982, le pouvoir municipal essaie de mieux contrôler la croissance urbaine et la propriété foncière. Dans ce but, il tente d'amoindrir le poids des organisations de quartier qui occupent et gèrent des lotissements à la périphérie de la ville et soutient davantage les fonds du logement social. Or, la restriction des opportunités pour accéder à une parcelle par l'intermédiaire d'une organisation et l'insuffisance des alternatives proposées par la municipalité ont généré une importante activation des marchés locatif et foncier gérés par des particuliers.

51. Dans la première partie de ce travail, décrivant ces trois phénomènes, j'ai voulu expliciter quelques éléments de connaissance historique sur la ville, de ses évolutions économiques, ses politiques de logement, sa migration et sa population. J'ai voulu également, mettre au point certaines connaissances acquises au cours de ma formation d'urbaniste au Mexique et proposer des points de discussion aux interlocuteurs choisis lors du commencement de ce travail : les chercheurs de sociologie urbaine française des années soixante-dix, dont l'esprit est encore bien présent de nos jours dans la recherche urbaine en l'Amérique latine.

6J'ai d'abord voulu insister sur les risques de se fixer sur des concepts qui prétendent analyser les processus sans sujets. Ce souci transparaît bien, il me semble, dans le deuxième chapitre, où j'élabore une critique des catégories d'analyses utilisées pour saisir l'évolution des marchés du logement en attirant l'attention sur le poids des actions individuelles dans la constitution de ce marché. Ensuite, sachant que - en raison d'une extrapolation des postulats de la sociologie urbaine des années soixante-dix - les chercheurs latino-américains tendent à expliquer la situation résidentielle des travailleurs par leur situation professionnelle, j'ai voulu rappeler qu'il est impossible d'établir des schémas de causalité simples.

7Sans disqualifier d'emblée l'emprise de la situation professionnelle sur les pratiques résidentielles, j'ai voulu intégrer à l'analyse la situation migratoire et les conjonctures traversées par les marchés immobiliers de Ciudad Juárez, comme deux autres éléments qui ont des influences notables sur les parcours résidentiels de la population étudiée. En outre, analysant les données de terrain, il a fallu considérer un autre facteur qui n'était guère étudié dans les études sur le logement : la précarité des rapports homme-femme qui transparaît dans les nombreux foyers monoparentaux de la ville, foyers qui ont des pratiques résidentielles spécifiques.

8L'état du marché immobilier ainsi que les situations migratoire, professionnelle et familiale sont donc quatre facteurs qui déterminent l'accès au logement. Observant leurs interactions, j'ai essayé d'établir une typologie d'itinéraires et de situations résidentiels où j'ai distingué quatre groupes :

9Les cellules familiales formées avant la césure de 1982 qui pour la plupart sont déjà propriétaires ou bien sont sorties du marché rentier. Nous avons remarqué que leur situation migratoire détermine peu ou prou le cours de leur itinéraire résidentiel : les couples juarences louent rarement et privilégient la cohabitation au commencement de leur itinéraire résidentiel ; lorsqu'ils accèdent à la propriété, c'est par la voie des héritages et des achats entre particuliers. De leur côté, les immigrés restent longtemps dans le marché rentier et privilégient les organisations de quartier pour accéder à la propriété, en passant un bon moment par le statut ambigu de posesionado...).

10Si les itinéraires résidentiels des immigrés et d'autochtones de la deuxième cohorte suivent bien un cours similaire à ceux de leurs homologues de la cohorte antérieure, nous notons le renforcement des différences qui se creusent entre eux : les jeunes couples d'autochtones cohabitent fréquemment et mettent souvent plus de cinq ans avant de quitter la maison de leur famille d'origine. S'ils peuvent s'appuyer sur un réseau social ou familial et s'ils ont une certaine maîtrise de l'information et un savoir technique, ils achètent une parcelle à un particulier en vue d'auto-construire. Il est de plus en plus fréquent que ces ménages accèdent à la propriété grâce à un crédit d'intérêt social, privilège qui est à présent réservé aux personnes ayant connu une promotion dans le secteur de la sous-traitance. En revanche, les immigrés récents, ayant peu d'expérience professionnelle urbaine, sont rares à connaître une trajectoire professionnelle de ce type. Leur possibilité d'accéder à un logement d'intérêt social est donc assez restreinte. Ils n'accèdent pas plus facilement au marché foncier des particuliers, filière qui exige la mobilisation immédiate d'importantes ressources financières. Ces immigrés récents ont peu d'alternatives à la location, à moins de s'aventurer à occuper une parcelle avec le concours d'une organisation de quartier. En effet, versant un loyer mensuel, ils ont une capacité d'épargne trop limitée pour accéder à la propriété par une autre voie.

11Le nombre très élevé de mères célibataires et la particularité de leurs itinéraires m'ont conduit à les observer comme un cas à part. Plusieurs de ces femmes travaillent en maquila et cohabitent d'ordinaire avec leur famille d'origine. Ce choix leur permet d'épargner un loyer qu'elles n'auraient guère pu couvrir avec un seul salaire. Il leur permet également de confier la garde de leurs enfants à un membre de leur famille, sachant que l'industrie maquiladora ne fournit aucun service de crèche. C'est donc en optant pour la cohabitation que les mères seules font face aux contraintes pratiques et financières imposées par leurs conditions de travail. Mais leur choix est de plus motivé par des pressions d'ordre moral : une mère seule à Ciudad Juárez est exposée au harcèlement masculin et au rejet social, surtout lorsqu'elle habite en dehors de sa famille.

12Nous pouvons donc conclure que la situation des individus face aux moyens de production se répercute sur leurs formes d'accès au logement (ce moyen de reproduction indispensable), sans entièrement les prédéterminer. La situation matrimoniale, l'origine migratoire et le contexte social y contribuent aussi.

  • 1 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (éds.), Le logement, une affaire de famille..., op. cit., p. 11.

132. L'étude de ces facteurs a laissé voir en filigrane l'importance de la famille dans les itinéraires résidentiels de la population. Celle-ci est en effet une source de « flux patrimoniaux et de socialisation »1 qui facilitent et balisent les choix résidentiels des lignées. Ce constat donne raison aux tenants de la notion de stratégie résidentielle en France - mes seconds interlocuteurs privilégiés -qui soutiennent que « le logement est une affaire de famille ». Mais ce propos mérite aussi un regard critique. En effet, simplifiant la notion d'habitus dans des buts opératoires, ces chercheurs tendent à oublier certains résultats de la recherche urbaine des années soixante-dix, notamment l'emprise des situations professionnelles, l'importance des promoteurs immobiliers ainsi que les contextes économiques et sociaux dans la constitution des options résidentielles de la population. Ils tendent donc à attribuer seulement à la famille ou aux lignées le cours des itinéraires résidentiels des cellules familiales.

14Dans la deuxième partie de ce livre, j'ai essayé de distinguer la vigueur et les défaillances possibles de ces transmissions. Nous avons vu comment au fil des changements de conjoncture et de ressources familiales, chaque génération d'une lignée est capable, voire obligée, de développer des pratiques novatrices pour accéder au logement. Or, ces innovations ne répondent pas seulement aux évolutions des contextes et des ressources. Souvent des projets d'ascension sociale amènent les enfants à rejeter le savoir-faire de leurs parents et à tenter une rupture avec leur passé résidentiel. Parmi les motifs de rupture il faut compter enfin les effets de l'alliance, car chaque membre de la lignée doit apprendre, au moment de son union, à coordonner ses espoirs et ses avoirs avec ceux de sa famille d'affinité.

15Nous avons donc constaté l'importance de l'histoire familiale et des ressources que cette institution est en mesure de transmettre. Mais nous avons surtout observé comment chaque membre de la lignée s'empare de façon individuelle de ces moyens et se met à produire les siens propres.

16L'analyse des itinéraires résidentiels a, d'autre part, permis de saisir l'importance d'un autre moyen qui, jusqu'à nos jours, a été peu étudié dans les recherches sur le logement en l'Amérique latine : les réseaux sociaux. Ils apparaissent en filigrane dans toutes les pratiques résidentielles étudiées et spécialement dans celles des immigrés. Il peut s'agir d'un réseau durable, constitué de parents et de gens du même pays. Mais j'ai pu constater que les ménages s'appuient davantage sur des réseaux plus éphémères, qui englobent les nouvelles amitiés nouées sur le lieu de travail et au cours des transbordements répétés d'une location à une autre. La dynamique de ce type de réseau suit un mouvement de rapprochement et d'éloignement entre les personnes qui est, certes, inhérent à toutes les relations humaines. Mais ce mouvement se déroule à une cadence plus rapide dans les contextes de migration. La composition changeante du réseau de solidarité que le ménage mobilise pour résoudre ses besoins de logement s'observe particulièrement bien dans l'auto-construction où les exigences évoluent selon les phases du processus : installation des fondations, levée des murs, aménagement de la toiture, des façades et des intérieurs. Chaque phase demande une capacité technique précise, et le ménage constructeur sollicitera telle personne qui maîtrisera le mieux la tâche du moment plutôt qu'une autre personne. Le caractère évolutif du réseau mis à contribution dans le processus d'auto-construction s'explique aussi par la durée incalculable de ce processus qui, suivant de près l'évolution de la maisonnée, ne prend quasiment jamais fin.

17La mobilisation du réseau social dans les pratiques résidentielles exigerait encore des recherches plus approfondies. Pour l'instant, nous sommes en mesure de signaler qu'il serait non moins abusif de vouloir soutenir une corrélation univoque entre la famille et le logement que de postuler l'impact déterminant de la situation de travail. Pour accéder à ce bien indispensable qu'est le logement, les ménages recourent aux ressources offertes par leur situation professionnelle en les mobilisant sur le fond des transmissions patrimoniales et de socialisation léguées par les familles d'origine. Ils agissent donc en tant qu'individus en famille.

183. Œuvre d'individus en famille, la production de l'espace familial consiste en l'engagement de chaque membre d'une maisonnée dans la construction de la maison commune. C'est à ces actions individuelles concertées que j'ai consacrées la dernière partie du livre où je m'éloigne un peu des polémiques tenues par les perspectives structuralistes et stratégiques avec lesquelles j'avais dialogué tout au long du travail, pour m'introduire dans de nouveaux débats.

19Analysant les cas de deux maisonnées qui ont pratiqué l'auto-construction, je me suis appuyée sur la perspective du cursus de vie familiale afin de montrer l'interaction des temps sociaux, familiaux et individuels dans les processus de construction et d'appropriation du logement. Cette perspective distingue, comme on le sait, trois phases dans l'évolution des familles, que je me suis efforcée d'appliquer à ma démarche particulière.

  • Dans la phase d'expansion de la famille où les enfants naissent, nous avons vu que l'obligation de fournir un espace de vie pour la famille incombe aux parents.
  • Dans la phase dite « de stabilité », la part des enfants dans la production de l'espace domestique commence à ressortir. Dès l'adolescence, filles et garçons commencent à participer physiquement et financièrement aux travaux d'auto-construction. À cette étape, les pratiques individuelles apparaissent comme subordonnées à l'intérêt du groupe.
  • Dans la phase d'élargissement de la famille par les alliances des enfants - la dernière étape considérée dans la perspective du cursus de vie - les intérêts individuels dans la production de l'espace domestique deviennent plus marqués. Suivant les nouveaux besoins et les nouvelles obligations que les enfants doivent affronter à partir du moment où ils forment leur propre famille, ils investissent- en fonction des moyens acquis et hérités - certains espaces de la maison paternelle dans l'intention de se les approprier par l'usage. Faisant alterner cohabitations et décohabitations, les enfants trouvent dans ces espaces leur point d'ancrage.

20L'étude des évolutions conjointes de la maison et de la maisonnée a montré la problématique inhérente à chacune de ces étapes, qui sont traversées tant par les accidents proprement familiaux (décès ou séparation) que par les aléas des conditions sociales et économiques (notamment chômage et fermeture de frontière). Nous avons également pu saisir le caractère indéfini des rôles que les individus jouent dans la production d'un espace de vie. Si l'idée reçue attribue au père et aux fils l'effort principal, nous avons constaté que dans la pratique, la femme et les filles peuvent remplir une fonction qui éclipse parfois celle des hommes. Par exemple, ce sont le plus souvent les femmes qui s'occupent de négocier l'acquisition des parcelles avec les leaders des organisations de quartier. Ce sont encore elles qui assistent plus régulièrement aux assemblées et aux manifestations que l'organisation exige. Fait plus remarquable, elles bâtissent souvent de leurs propres mains. Des phrases comme « j'étais là, en train de bâtir comme un homme » manifestent leur conscience de ce que cet ordre des choses contredit les opinions communes sur la division familiale du travail.

21Les résultats de cette étude m'ont convaincue de la nécessité d'ajouter, pour les études qui portent sur le logement, une quatrième étape à la perspective de cursus de vie: celle où les enfants reprennent de l'intérêt pour la maison des parents, considérée comme un patrimoine dont ils peuvent bénéficier. C'est au cours de cette phase que s'achève la transmission de la propriété d'une génération à une autre. La prépondérance des intérêts individuels confère à cette phase un caractère distinctif. Mais il ne faut pas la voir d'une manière isolée, car elle est le résultat des évolutions qui avaient eu lieu pendant les trois étapes précédentes du cursus de vie. Ce constat ne vaut pas seulement pour le milieu étudié mais vraisemblablement aussi pour d'autres contextes géographiques et sociaux. Même en Europe, une analyse d'ensemble des quatre étapes pourrait sans doute nous aider à comprendre les diverses formes de division du patrimoine : les clauses notariales qui exigent son indivisibilité, les héritages du vivant des parents dont on observe l'augmentation, ou les litiges entre frères et sœurs pour un partage considéré comme injuste.

22Enfin, un autre aspect que ce travail m'a permis de dégager concerne la relation entre la mémoire familiale et le logement. Interviewant individuellement les différents membres de la maisonnée dans le but de compléter l'information concernant la formation de l'espace domestique, j'ai pu faire un constat inattendu : les récits que les membres d'une même maisonnée font de leur maison commune peuvent varier d'une manière significative. En d'autres termes, de même que chaque membre de la maisonnée produit la maison et s'approprie individuellement les différents espaces, dans ses souvenirs aussi il la reconstruit de manière individuelle. Cette observation impose d'abord une importante précaution d'ordre méthodologique. Elle nous alerte sur les risques de vouloir retenir un seul témoin pour reconstruire l'histoire d'un logement et, plus largement, d'une famille. D'une manière plus générale, le caractère personnalisé de la « mémoire résidentielle » semble confirmer mon choix de considérer le logement comme « une affaire d'individus en famille », hypothèse qui m'avait amenée à étudier en détail les parcours individuels dans le but de mieux comprendre les évolutions des familles et de leur espace.

234. L'analyse des itinéraires résidentiels, dans les diverses perspectives que nous avons traitées ici, nous permet de conclure que pour accéder au logement, les individus en famille mobilisent des ressources tirées de leur propre travail et recherchent les opportunités pour en produire davantage ; ils s'emparent des biens matériels et du savoir-faire de leur famille d'origine et s'approprient aussi une partie de l'espace domestique commun ; ils s'appuient de plus sur des amitiés et des parents lointains et guettent les opportunités offertes par leur entourage. Le moment semble désormais opportun de revenir sur la question initiale de cette recherche pour se demander si les individus en familles formulent bien des stratégies résidentielles et, en cas de réponse affirmative, de caractériser alors les propos de certaines personnes interviewées qui, faisant appel à la métaphore de la navigation, semblent prétendre ne pas en avoir.

  • 2 D'ailleurs, selon le général André Beaufre, ce type de stratégie est même rare dans les contextes (...)
  • 3 Ibidem, p. 47

24J'incline à affirmer que Ciudad Juárez a connu l'immigration et des évolutions mouvementées au cours de son histoire - l'implantation industrielle et les nouveaux virages politiques n'en sont que les plus récents -, privant les individus de la possibilité d'agir à partir de leur savoir-faire et les obligeant à en chercher de nouveaux. Ce besoin constant d'innovation génère une incertitude permanente qui leur donne le sentiment de ne pas exister en tant qu'acteurs sociaux. Mais ce sentiment personnel ne les empêche pas de formuler des stratégies. Certes, on ne saurait parler de « stratégies générales » capables de coordonner toutes les actions de leur vie, ou du moins de leurs choix résidentiels2. Il s'agit plutôt de « stratégies opérationnelles » qui, se rapprochant des tactiques, se situent « à la charnière entre la conception et l'exécution, entre ce que l'on veut ou doit faire et ce que les conditions techniques rendent possible. »3 De plus, ces stratégies sont combinées avec d'autres pratiques qui relèvent plutôt de l'assujettissement et de l'attentisme sans objet défini.

25Les stratégies opérationnelles que nous trouvons dans ce contexte d'incertitude exacerbée n'excluent pas les hésitations et les « rééchelonnements » d'objectifs, et elles peuvent même se combiner avec des attitudes attentistes, voire léthargiques. Même si les individus s'aventurent parfois à des paris qui révèlent la rationalité d'un homo œconomicus, ils ne sont jamais complètement rationnels, et ne s'affranchissent pas de leur environnement.

26Les individus n'ont pas une information exhaustive sur les règles d'insertion sociale ; ils ne les apprennent que partiellement et progressivement, au sein d'un jeu complexe d'interaction. Dans ce jeu, ils développent de nouvelles disponibilités qui s'ajoutent aux disponibilités acquises au cours de leur socialisation ou qui les éclipsent. Ils doivent ménager leurs attentes en fonction de leur capacité à mobiliser leurs moyens dans un contexte instable et dépourvu de règles claires.

  • 4 lbidem, p. 185.

27Ce serait une métaphore grossière que de vouloir les imaginer comme des joueurs de Monopoly ou de n'importe quel jeu de société sur table. Suivant encore le général Beaufre, nous constatons que dans la vie les règles du jeu changent constamment et les pièces n'ont point de valeur fixe et définie. Les individus qui composent la société n'ont pas de liberté absolue. À l'instar des stratèges militaires, ils sont dépendants de leurs moyens techniques, des conditions de leurs terrains et de la qualité de leurs renseignements4. Ils agissent donc toujours avec un certain degré d'incertitude.

  • 5 Jean Baudrillard, Les stratégies fatales, Grasset, Paris, 1983, p. 208.

28« Il y a de la fatalité au cœur de toute stratégie », dit Baudrillard5. Mes observations font penser qu'il n'y a pas non plus de fatalité que soit absolument dépourvue de stratégie. À y voir de près, nous pouvons concevoir une complémentarité entre le projet et son ajustement aux circonstances, entre l'action du stratège et l'apparente passivité du navigateur errant.

  • 6 Robert Castel, La métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Fayard, Collect (...)

295. Le contexte d'incertitudes exacerbées de Ciudad Juárez m'a offert des avantages heuristiques importants qui se sont infléchis au contact des concepts que j'ai mobilisés, ce qui m'a obligé à chercher des définitions plus adéquates à mon terrain et à mon objet de recherche. Je ne saurais remettre en cause ces propriétés heuristiques, mais je suis tentée à présent de me demander si elles sont exclusives de Ciudad Juárez, si mes hypothèses sont uniquement valides pour cet espace ou pour d'autres pays en développement qui connaissent des situations semblables. Je me dis que ce n'est probablement pas le cas. En effet, comme l'a si bien montré Robert Castel, L'Europe à l'heure de la globalisation connaît des situations de profonde incertitude provoquées par le chômage de longue durée et par ce que tout le monde nomme « l'exclusion »6. Ces phénomènes tendent à bousculer les institutions de l'état social et à faire disparaître le salariat comme moyen d'intégration sociale. De ce fait, la génération d'aujourd'hui n'est pas capable de remplir ses besoins comme a pu le faire la génération des « trente glorieuses ».

30Faire appel au passé pour comprendre la situation d'aujourd'hui est un recours exploité par de nombreux chercheurs en sciences sociales. Mon propos, peut-être trop ambitieux, tente de montrer que, pour créer de nouvelles formes d'intelligibilité de la situation européenne, nous ne devons pas seulement nous tourner vers le passé, mais observer aussi d'autres expériences contemporaines. Ainsi, nous pouvons envisager l'étude ici exposée comme le revers du miroir de la réalité européenne : L'Europe vit la désindustrialisation, le Mexique connaît une industrialisation hâtive. Ici le système du salariat est en train de s'effondrer, là-bas - même si c'est dans la précarité - il est en pleine construction. Toutefois, ces chemins croisés semblent se rejoindre sur un même point : l'incertitude.

Notes

1 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (éds.), Le logement, une affaire de famille..., op. cit., p. 11.

2 D'ailleurs, selon le général André Beaufre, ce type de stratégie est même rare dans les contextes militaires d'aujourd'hui en raison de la désagrégation des pouvoirs politiques. André Beaufre, Introduction à la stratégie..., op. cit., p. 48.

3 Ibidem, p. 47

4 lbidem, p. 185.

5 Jean Baudrillard, Les stratégies fatales, Grasset, Paris, 1983, p. 208.

6 Robert Castel, La métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Fayard, Collection L'espace du politique, Paris, 1995, 490 p.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter