Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Maison et maisonnée au fil du cursus de vie : la famille Arizmendi

Texte intégral

1Considérons la maison de la famille Arizmendi dont l'histoire a été abordée au cours du quatrième chapitre. Elle se trouve dans le quartier Hidalgo, un quartier fondé dans les années quarante à proximité du centre-ville, qui dispose de tous les services et où le prix du sol est parmi les plus élevés de la ville. Il abrite surtout d'anciennes classes moyennes : des commerçants, des travailleurs libéraux et quelques personnes qui ont fait fortune de l'autre côté de la frontière. Les maisons, toutes bâties en dur sur des pâtés de maisons régulièrement tracés, bordent la rue. L'ensemble des façades donne l'impression d'un mur de couleurs bigarrées. Les matériaux, les dimensions et les styles y sont aussi très divers, mais toutes les maisons sont construites en matériaux de bonne qualité et sont généralement bien entretenues. On trouve aussi quelques vecindades qui ont résisté à la modernisation et au rapide embourgeoisement du quartier. Elles sont entourées par les logements des classes aisées dont le niveau de vie est très différent.

2La maison de la famille Arizmendi tranche elle aussi sur son entourage. C'est une bâtisse à plan rectangulaire d'environ dix mètres de long sur sept de large. Elle est bâtie sur un seul niveau. D'un style simple, les murs en torchis sont délabrés et la toiture est constituée de planches en bois couvertes de papier imprégné de pétrole. À droite, il y a une fenêtre poussiéreuse d'où transparaît un rideau blanc en imitation de dentelle et l'arrière d'un meuble adossé à la fenêtre. Sous la fenêtre, on aperçoit un tas de gravier qui indique que la maison est en travaux. La porte en bois est pourvue d'une grille en fer noir et d'une moustiquaire. Sur la contrefaçade on trouve une autre fenêtre protégée elle aussi par moustiquaire.

3Tout à fait à gauche, il y a un portail en fer. En le traversant, on arrive dans un couloir large de trois mètres rempli de matériaux et d'outils pour la construction, de pièces détachées d'auto, de bouteilles vides, de balais...

4Côté cour, se trouvent les ruines d'une pièce d'environ 2 m2, où autrefois il y avait des toilettes. Tout au fond, derrière le linge qui sèche au soleil, une chambre indépendante est également en ruines. Contrastant avec ce cadre vétuste, on aperçoit, encore en construction, ce que sera la nouvelle maison de trois pièces. Le socle en ciment sur lequel elle est bâtie nous indique un souci de solidité dans l'installation des fondations. Les briques en terre cuite sont d'un rouge intense, on sent l'odeur du ciment frais. Ce nouveau logement en construction borde la cour sur dix mètres. Il part du mur du fond qui borne le lotissement et s'étend jusqu'à la fenêtre derrière la vieille maison.

5Vu de l'extérieur, le logement principal donne un aspect de solidité mais, au dire de ses occupants, il va aussi bientôt s'écrouler. En entrant par la porte qui donne sur la cour, on accède à une pièce large de trois mètres et longue de sept. Les murs ont environ trois mètres de hauteur et le sol, d'une tonalité gris sombre, est en ciment. Ici, on trouve la salle à manger et une cuisine bien équipée. Face à la salle à manger, en passant par une arcade sans porte, on accède à la chambre à coucher. Du côté droit se trouve la salle de bains complètement équipée elle aussi. Dans la chambre à coucher deux lits font face au poste de télévision posé sur un tabouret. Le fond de la pièce est occupé par une table de toilette dont le grand miroir cache une partie de la fenêtre qui donne sur la rue. En s'en approchant, on distingue une autre arcade qui donne sur une pièce remplie de guenilles, de photos, de souvenirs et divers objets qu'on garde pour le cas où on en aurait besoin. Dans cette pièce une fenêtre s'ouvre sur le garage et une porte donne sur la rue.

6Comment ces espaces se sont-ils construits ? De quoi nous parlent-ils ? Qu'est-ce que ces murs, ces toits, ces sols gardent de l'histoire de la famille ? Cette maison, vieille de quarante ans, est la demeure de la famille Arizmendi, dont nous avons analysé l'histoire au cours du chapitre quatre. Elle est également le miroir et le témoin de l'histoire familiale et une source de motivation pour les projets des membres de la maisonnée. En effet, ceux-ci ont construit, reconstruit et occupé l'espace domestique selon les différents moments de leur vie. Dans le présent chapitre j'essaierai d'identifier ces moments afin de montrer comment chaque membre de la maisonnée a construit et s'est approprié de façon individuelle le logement familial.

A) La famille Arizmendi, rappel généalogique

A) La famille Arizmendi, rappel généalogique

Croquis n° 1 : L'accession à la propriété

Croquis n° 1 : L'accession à la propriété

7Je vais présenter donc l'histoire conjointe de la maisonnée Arizmendi et de sa maison, suivant les trois étapes du cursus de vie familiale qui englobent, cela vaut la peine de le rappeler, celles de l'expansion, de la stabilité et de l'éclatement. Cette démarche va nous inviter à considérer une quatrième étape dans le cursus de vie familial, afin de contempler le partage du patrimoine familial entre les frères et sœurs.

8La famille Arizmendi, rappel généalogique

9Nous connaissons déjà la lignée Arizmendi qui, englobant cinq générations, est composée de 34 individus. Il importe maintenant de rappeler rapidement les personnes qui ont habité la maison que nous allons étudier.

10Lucila est la propriétaire de la maison du quartier Hidalgo et la seule à l'habiter lors du travail de terrain. Elle a partagé cet espace avec :

  1. Mario, son mari qui est décédé en 1955 ;
  2. Juana, sa mère qui, abandonnée de son mari et souffrant d'une embolie, est restée jusqu'à sa mort sous la dépendance économique de Lucila ;
  3. Flora, José Mario, Jorge et Mario, les quatre enfants de Lucila et Mario Arizmendi, ont aussi habité la maison. José Mario et Jorge y ont même amené leurs épouses respectives ;
  4. Finalement, quatre des dix-sept petits-enfants de Lucila sont nés et ont habité la maison de Lucila.

11Voyons maintenant comment chacune de ces personnes a occupé et a construit leur demeure.

a) Première phase : formation et expansion de la famille

12Comme nous l'avons vu, en 1946, Lucila a fait la connaissance de Mario Arizmendi, un immigré mexicain installé à El Paso depuis 1930 avec une carte de résident américain. Ils se sont unis en 1948. Elle avait 30 ans, et lui 38.

13Lors de leur union, ils ont loué un appartement et ont invité Juana, la mère de Lucila, à vivre avec eux. Ils formaient donc une maisonnée élargie dans le sens ascendant. Installé en territoire mexicain, Mario travaillait aux États-Unis en faisant la navette tous les jours, ce qui lui donnait une situation économique assez avantageuse, sachant que le salaire minimum américain est dix fois plus élevé qu'au Mexique.

1953 : L'accession à la propriété

14En 1953, les propriétaires d'une station de radiodiffusion ont senti venir l'expansion de la ville et ils ont décidé de partir vers une périphérie plus lointaine. Ils ont bâti leur propriété en une douzaine de parcelles et les ont vendues à des particuliers solvables dont Mario Arizmendi.

Croquis N° 2 : Les premiers travaux d'aménagement et d'auto-construction

Croquis N° 2 : Les premiers travaux d'aménagement et d'auto-construction

15Ainsi, cinq années après leur union et ayant déjà trois enfants, Mario et Lucila sont devenus propriétaires d'un terrain d'environ 230 m2 et d'une bicoque en torchis dont la surface bâtie avait quelques 28 m2. Tout était à refaire : les murs étaient fragilisés, les portes et les fenêtres étaient abîmées... À l'extérieur de cette pièce, il y avait des latrines et plus loin, du sable et quelques arbustes.

1953-1954 : Les premiers travaux d'aménagement et d'auto-construction

16Avec un enthousiasme de nouveaux propriétaires, Lucila et Mario ont investi toutes leurs économies, leur temps et leur travail dans leur nouvelle demeure. Au bout de quelques mois, à l'aide du frère de Lucila qui était alors maçon, ils ont réaménagé la bicoque, ont construit une nouvelle pièce en torchis (2) accolée à l'ancienne grande chambre (1), ont remplacé les latrines par des toilettes raccordées au réseau des égouts. Ils ont, enfin, aménagé une salle d'eau avec une porte donnant à l'intérieur de la grande pièce, réparé les portes et les fenêtres et délimité leur propriété par une barrière en bois. Ils ont installé un lavoir dans la cour, qui servait aussi bien pour le linge que pour la vaisselle.

17En quelques mois ils avaient entièrement aménagé leur maison, mais en 1955 leur fortune a changé de manière radicale : Mario, le père de cette famille, est décédé. Les travaux dans la maison s'arrêtent brusquement. Les maigres économies qui restaient se sont envolées dans les obsèques et dans la survie quotidienne de la famille jusqu'à la naissance de l'enfant cadet.

18Au décès de Mario, Lucila se trouve - tout comme sa mère une vingtaine d'années auparavant - à la tête d'un foyer monoparental. Les rôles assignés traditionnellement aux membres des familles (mère au foyer, père au travail), qui étaient totalement adoptés par la famille Arizmendi, ont été bousculés : Lucila doit prendre en charge ses quatre enfants et sa mère malade. Elle est devenue, comme ses enfants et elle-même le disaient, le père et la mère du foyer.

1955 : Gérer une famille monoparentale, le travail et la maison

19La situation de monoparentalité détermine le parcours professionnel de Lucila, qui est employée comme femme de chambre dans un hôtel. Ce travail lui garantit un salaire minimum et l'accès à la sécurité sociale ; mais les horaires rigides de cet emploi ne lui permettait pas de s'occuper de ses enfants. Elle a dû apprendre à gérer le travail et la domesticité. Par chance, son quartier s'est développé d'une façon inattendue. Tous les services urbains sont arrivés rapidement et le prix du sol a considérablement augmenté. De nouvelles maisons se sont construites dans les lotissements encore vides pour abriter des familles aisées, comme la famille Vargas qui s'installe en face de la maison Arizmendi. Cette famille a employé Lucila comme bonne à tout faire, un travail qui, sans lui octroyer le salaire minimum ni la sécurité sociale, lui permettait de rester à proximité de ses enfants. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Lucila a conservé cet emploi une bonne vingtaine d'années.

20Cette situation de monoparentalité et la manière dont Lucila parvenait à la gérer se répercute aussi sur la maison : en 1957 le frère cadet de Lucila, qui travaille toujours comme maçon, l'encourage à investir dans la construction de deux pièces supplémentaires pour les mettre en location. La maison et le vaste terrain, seul héritage légué par Mario, pouvaient devenir une source de revenus.

Croquis n° 3 : Gerer une famille monoparentale, le travail et la maison

Croquis n° 3 : Gerer une famille monoparentale, le travail et la maison

Croquis n° 4 : Un nouveau type d'interdépendance et d'investissement dans la maison

Croquis n° 4 : Un nouveau type d'interdépendance et d'investissement dans la maison

21Ils ont bâti deux chambres accolées derrière la maison. Pauvrement aménagées, elles étaient construites en bois avec un sol en terre battue (3 et 4). Suivant la logique des vecindandes, ils ont installé des toilettes extérieures et un lavoir adjacent. Ils recevaient alors un grand nombre de locataires dont la plus grande partie était des immigrés qui tentaient de traverser la frontière, ainsi que quelques parents et proches en difficulté. Par ce moyen, Lucila complète le salaire perçu chez les Vargas. Cet apport de ressources lui permet de consolider la maison.

b) Phase de stabilité de la famille, socialisation et individualisation des enfants : 1958-1969

22Entre 1958 et 1959, Lucila a fait plâtrer les deux pièces principales (1 et 2), a aménagé la salle d'eau et a fait installer l'eau courante à l'intérieur de la maison. Juana est décédée entre-temps. Dans la maison ne restaient que Lucila, qui dépassait déjà la quarantaine, ses quatre enfants qui entraient dans l'adolescence, ainsi que les innombrables locataires qui emménagent et déménagent sans cesse.

23Vers 1965, quand les garçons ont achevé l'école primaire, ils ont commencé à travailler. La seule qui ait poursuivi des études est Flora qui a suivi une brève formation de secrétaire.

24Les études sont plus nécessaires pour les femmes que pour les hommes. Eux, dans la pratique ou n'importe comment, arrivent à se faire un métier. Alors que les femmes, quand elles se retrouvent toutes seules comme moi et n'ont pas fait d'études, elles doivent accepter des travaux très durs [...] Les études sont importantes, non pas pour gagner beaucoup d'argent mais pour travailler moins.

25C'est ainsi que Lucila justifiait ses décisions quant à l'éducation de ses enfants. Depuis que son mari est décédé, elle s'est promis que sa fille ne subirait pas les mésaventures qu'elle et sa mère avaient vécues. Elle a mis un zèle particulier dans l'éducation de Flora et a veillé à ses bonnes mœurs, ce qui a permis de rompre avec cette sorte de tradition familiale des mères sans partenaire et sans formation professionnelle : sa fille n'a pas seulement reçu une formation, elle a aussi fait un bon mariage.

26Mais en faisant ce choix, Lucila a laissé l'éducation des garçons plus ou moins au hasard. Leur seul repère était leur père, ce migrant transfrontalier qui avait eu rapidement une promotion sociale aux États-Unis. Mais son exemple ne pouvait pas être entièrement suivi. D'abord, le savoir-faire du père ne fut pas transmis avant son décès. Ensuite, le contexte n'était pas le même que jadis. Depuis la fin du programme Braceros en 1965, il était plus difficile pour un Mexicain sans formation de trouver une situation dans le pays voisin.

Un nouveau type d'interdépendance et d'investissement dans la maison

27La distinction que Lucila a faite dans l'éducation de ses enfants aura des conséquences sur leurs choix de vie au niveau professionnel bien sûr, mais aussi au niveau matrimonial et dans leur insertion sociale. Dans l'immédiat, cette distinction s'est clairement inscrite dans l'espace domestique.

28Les revenus des enfants s'intégraient partiellement au budget familial. Cela permettait de payer la consolidation des deux chambres bâties derrière la maison (3 et 4) et d'installer deux autres chambres en bois au fond de la cour (5 et 6).

Croquis n° 5 : Les nouveaux usages de la maison : cohabitation et lieu de travail

Croquis n° 5 : Les nouveaux usages de la maison : cohabitation et lieu de travail

29José Juan, le frère de Lucila, effectue les travaux de maçonnerie et il est désormais assisté des trois enfants. En 1966, après avoir terminé sa formation, Flora a commencé à travailler comme secrétaire dans une usine de sous-traitance. Son salaire était destiné à ses dépenses personnelles mais aussi, pour une bonne partie, à l'achat de meubles et d'articles destinés à embellir la maison et à améliorer son confort.

30La relation de dépendance des enfants vis-à-vis de leur mère a changé, d'une façon précoce, par une interdépendance économique : tous les membres de la maisonnée travaillaient pour subvenir à leurs besoins et pour poursuivre l'amélioration de la maison, alors composée de six pièces.

31Dans les différents investissements que les enfants ont faits dans le logement à cette époque, on reconnaît des traces d'une éducation assez sexuée : les garçons devaient s'occuper des travaux lourds de construction, tandis que la fille devait surveiller les détails plus délicats (rideaux, meubles, etc.). Les investissements de Flora étaient également une sorte de passeport pour le milieu social auquel elle voulait accéder. Se liant d'amitié surtout avec des camarades de bureau et des jeunes gens aisés du quartier, elle avait intérêt, comme sa mère le disait, à avoir une maison « présentable » pour les recevoir.

c) 1970-1991. Phase d'éclatement, mariage et décohabitation des enfants ?

32Dans la perspective du cursus de vie que j'ai choisie, ce qui devait suivre dans notre histoire - après la phase de socialisation et d'individualisation des enfants au cours de leur enfance et leur adolescence - c'était une phase d'éclatement due au mariage et à la décohabitation. Or, la famille Arizmendi, comme beaucoup d'autres familles rencontrées, ne suit pas ce modèle. Plus qu'une indépendance absolue vis-à-vis de leur mère et de la maison maternelle, l'on observe la restructuration des rapports de dépendance ainsi que de nouvelles formes de construction et d'appropriation de l'espace domestique.

33Cette phase, que l'on peut diviser en quatre temps, est vécue de manière différente par chacun des enfants, suivant leurs situations matrimoniales et professionnelles ainsi que leur capacité à mobiliser des ressources économiques et sociales. En effet, tout en ayant grandi dans la même maison, les enfants ont hérité et produit des atouts et des points de repère assez différents.

34La fille, pour qui le chemin a été jalonné, a disposé et su déployer plus de ressources sociales et morales pour obtenir une certaine indépendance et aisance. Les jeunes frères, quant à eux, ont été obligés de chercher ailleurs les repères qui leur ont manqué, chez leurs proches, leurs amis et plus tard, comme nous l'avons vu au cours du chapitre quatre, dans la famille de leur conjoint. Mais dans un premier temps, lorsqu'ils ont formé leur propre foyer, ils ont éprouvé une nette dépendance par rapport à leur mère et à sa maison.

1970-1972 : Les nouveaux usages de la maison : cohabitation et lieu de travail

35En 1970, José Mario se met en concubinage avec Remedios. Ils remplacent une des pièces en bois du fond de la cour (5) par une autre pièce bâtie en briques où ils fondent leur foyer. José Mario aménage les toilettes de la cour. Les vieilles planches en bois avec lesquelles les murs étaient érigés sont remplacées par des murs en torchis. On met un toit en tôles ondulées, alors qu'auparavant cette pièce était en plein air. On remplace enfin le vieux rideau en tissu par une porte en bois.

36À cette époque, Mario, qui depuis un an s'est introduit dans un réseau d'artisans du centre-ville, reconstruit en dur l'autre pièce située au fond de la cour (6), tout près de celle de José Mario et de Remedios. Il y installe son atelier d'artisanat. Dans cette pièce qui lui sert aussi de chambre à coucher, il peint en série des tableaux de motifs aztèques et de paysages mexicains et fabrique des jeux d'échecs, des cendriers et autres produits en imitation de malachite. Ces produits sont distribués dans les boutiques de souvenirs du centre-ville et parfois arrivent dans les magasins nord-américains. Enfin, dans l'ensemble des améliorations de la maison, les frères ont payé l'installation d'un grand portail en fer pour l'entrée de la cour. Dans la maison principale il ne reste que Lucila, âgée de 53 ans, Flora de 23 ans, et Jorge de 19 ans.

37L'union de José Mario annonce la fin de la période où la maison est quasiment devenue une vecindad. De 1970 à 1971, les pièces 3 et 4 étaient les seules en location alors que quatre des six chambres logent les membres de la famille propriétaire. Des facteurs d'espace, de besoin et d'aide mutuelle entre les générations semblent jouer en ces circonstances. Lucila préfère avoir l'un de ses enfants dans la maison plutôt qu'un locataire. Même s'ils ne la rétribuent pas par une redevance mensuelle, même s'ils ne lui donnent pas un pourcentage de leur salaire, ils contribuent au budget familial de façon indirecte mais constante, comme s'ils étaient en train de payer une dette intergénérationnelle à leur mère qui a travaillé elle-même toute sa jeunesse pour entretenir sa mère.

1973-1974 : Une nouvelle distribution des rentes de la maison

38En 1973, la location reprend le dessus. À nouveau, la plus grande partie de la superficie bâtie de la maison a pour fonction la création de ressources économiques. Or, à ce moment-là, les logiques et les buts de la location sont différents. Pendant la première période de location, les loyers étaient versés à Lucila, le chef de famille, désormais ils sont partagés entre elle et ses trois garçons.

39Le séjour de José Mario et de Remedios dans la maison de Lucila n'a duré qu'un an et demi. Pour des raisons qu'ils préfèrent passer sous silence, ils sont partis louer un appartement de deux pièces dans une vecindad du même quartier (était-ce une question d'espace qui les a fait déménager ?). La chambre qu'ils occupaient (5) fut remise en location. José Mario et Remedios en reçoivent alors les redevances. Ceci représentait une sorte de reconnaissance de la part de la mère pour tout le travail et l'argent qu'ils avaient investi dans cette pièce et dans l'aménagement de la cour.

40D'autre part, Mario et Jorge acceptent de coopérer dans un réseau de passeurs d'émigrants aux États-Unis (polleros ou coyotes, comme on les appelle dans le jargon local) en se servant de l'espace familial. Le réseau auquel ils participaient recevait des immigrés du Sud du pays et même de l'Amérique centrale. Les prix d'un passage (autour de 300 dollars par personne) comportait le séjour à Ciudad Juárez, le passage de la frontière et le transport protégé jusqu'au lieu d'accueil (généralement une ville où l'immigré était accueilli par son réseau familial ou amical). Le rôle des deux frères était d'accueillir les immigrés en demi-pension dans la chambre-atelier de Mario (6) en attendant le signe des passeurs pour traverser la frontière. En échange, ils percevaient un pourcentage du prix du passage.

41Continuant à travailler comme domestique chez la famille Vargas, Lucila ne recevait plus que les loyers des deux pièces accolées derrière la maison principale (3 et 4).

Croquis n° 6 : Une nouvelle distribution des rentes de la maison

Croquis n° 6 : Une nouvelle distribution des rentes de la maison

Croquis N° 7 : Cohabitation et décohabitation

Croquis N° 7 : Cohabitation et décohabitation

Croquis n° 8 : La consolidation de la cohabitation et la fin de la location

Croquis n° 8 : La consolidation de la cohabitation et la fin de la location

Croquis n° 9 : La fin de la cohabitation. la maison, un toit pour les vieux jours

Croquis n° 9 : La fin de la cohabitation. la maison, un toit pour les vieux jours

1974-1978 : Cohabitation et décohabitation

42Entre 1974 et 1975, les trois enfants célibataires font des choix qui vont bousculer une nouvelle fois la structure de ce groupe domestique et la distribution de l'espace. En 1974, à 24 ans, Flora se marie et part à El Paso ; Mario, bien installé dans son réseau de passeurs, part à Chicago en 1975. Ainsi dans la maison, cette année-là, il ne reste que Lucila qui continue à travailler pour la famille Vargas, et Jorge qui travaille désormais pour un réseau de contrebandiers de whisky et de cigarettes. Dans les chambres 3, 4 et 5 on continue à recevoir des locataires. Jorge se sert encore de la chambre de Mario (6) pour y installer pendant quelques jours des immigrants qui attendent de passer la frontière.

43Peu de temps après, Jorge se met en concubinage avec Susana, une jeune fille qui travaillait dans une usine de sous-traitance. Il s'éloigne du réseau de contrebandiers et commence à travailler comme laveur de voitures dans une agence spécialisée à El Paso, et traverse la frontière tous les jours. Il prend également ses distances avec le réseau de passeurs et ne se sert plus de la chambre de Mario (6) qui reste vide. Suivant les traces de son frère José Mario, Jorge s'installe dans la chambre du fond de la cour (5) avec sa femme. Leurs trois enfants sont nés là.

44Lucila complétait son budget par les redevances des locataires des chambres 3 et 4 et habitait seule les pièces 1 et 2.

45En 1977, deux ans après son départ pour les États-Unis, Mario fut rapatrié par le bureau d'immigration nord-américain. Il retourne alors à Ciudad Juárez et reprend sa chambre (6). Il reprend aussi son office d'artisan et réinstalle son atelier dans cette pièce. Entre-temps, le reste de l'espace domestique demeure inchangé.

46En 1978 Mario, estimant son métier peu intéressant surtout du point de vue financier, a décidé de retourner à Chicago, cette fois-ci pour plus longtemps. Il a été le dernier occupant de cette pièce qui, avec le temps, fut recouverte de poussière et, oubliée, se détériora.

1979-1991 : La consolidation de la cohabitation et la fin de la location

47Jorge et Susana sont ceux qui demeurent le plus longtemps dans la maison de Lucila. Pendant quinze ans de cohabitation, ils déménagent trois fois à l'intérieur de l'espace domestique.

48Vers 1979, les derniers locataires des deux pièces accolées à la maison principale (3 et 4), sont partis. Ils laissent la place libre pour Jorge et sa femme qui y font des travaux importants avant de l'occuper. Ils ont retiré le mur en bois qui séparait les deux chambres pour en faire un grand studio bien aménagé. La pièce qu'ils occupaient auparavant (5) reste alors libre. Lucila continue à habiter seule le logement principal. Mais elle accueille souvent l'un de ses petits enfants pour des périodes d'un an ou plus.

49Nous nous rappelons qu'en 1983 Flora et son mari avaient acheté à crédit une maison dans la périphérie d'EI Paso. Flora, ayant commencé à travailler pour faire face aux dépenses liées à l'accession à la propriété, a décidé de confier à sa mère la garde de ses enfants, qui ont alors neuf et six ans. Lucila part aussitôt à El Paso pour aider sa fille. Jorge en profite pour occuper la maison principale (1, 2) et, comme il avait été convenu que Lucila rentrerait à Ciudad Juárez toutes les fins de semaine, Jorge restaure entièrement son studio (3,4) et y installe les affaires de sa mère.

Croquis n°10 : Le partage du patrimoine, une quatrième phase

Croquis n°10 : Le partage du patrimoine, une quatrième phase

1991-1995 : la fin de la cohabitation. La maison, un toit pour les vieux jours

50En 1989, sept ans après que Lucila soit partie à El Paso, de nouveaux événements bouleversent la situation de la maison. José Juan, le frère cadet de Lucila qui n'a jamais fondé de famille et qui est malade, demande de l'aide à sa sœur. Elle revient à Ciudad Juárez pour l'accueillir dans sa maison.

51Au début, José Juan et Lucila se sont installés dans le studio contigu à la maison principale (3, 4), mais la situation n'était pas confortable surtout parce qu'il n'y avait pas de salle d'eau ni de toilettes. Susana, qui travaillait depuis toujours dans le secteur de la sous-traitance, avait obtenu quelques années auparavant un crédit d'Infonavit pour l'achat d'un appartement. Mais ils n'avaient jamais occupé l'appartement en question. Ils préféraient rester dans la maison de Lucila, située dans le quartier Hidalgo, quartier aisé pour lequel Jorge éprouvait un fort attachement et de surcroît proche du passage frontalier qu'il devait traverser tous les jours. Au retour de Lucila, Susana insiste pour qu'ils occupent l'appartement qu'ils avaient obtenu grâce à l'Infonavit. Jorge accepte à contrecœur. Ainsi, vers 1991, après quinze ans de cohabitation, Jorge et sa famille partent et laissent la place à Lucila et à son frère.

52On retire le mur en bois qui sépare le studio de la maison principale et on en fait une grande maison à trois pièces. La chambre 1 était le dortoir de Lucila et de José Juan, la 2 a plutôt servi de débarras et dans les chambres 3 et 4 on a conservé la cuisine et on y a installé la salle à manger. Les chambres 5 et 6 sont complètement abandonnées. José Juan est décédé au printemps de 1994, Lucila, âgée alors de 75 ans, est resté seule dans la maison. Elle ne travaillait plus, à part la petite pension de vieillesse dont elle bénéficiait, ses enfants assuraient tous ensemble sa subsistance.

d) La maison, le lieu de projets divers : le partage du patrimoine, une quatrième phase

53L'attachement des enfants à la maison maternelle n'a pas cessé après tant d'années et ils continuent à y investir leurs projets. Tous les hivers Mario, le fils qui était parti à Chicago, rentre à Ciudad Juárez pour se préserver du froid, en profitant d'une allocation de chômage. Il apporte toujours des cadeaux extravagants, des voitures américaines d'occasion que ses frères lui achètent pour presque rien et des histoires magnifiques qui égayent les soirées autour de la table. L'hiver de 1994-95, Mario est contrarié car il vient de rompre avec sa femme. Mais il est, comme toujours, rempli de projets. Il a fait démolir une des pièces du fond de la cour (5) et a commencé la construction d'une nouvelle maison pour sa mère. Les trois enfants se sont chargés des travaux et les matériaux de construction sont aux frais de Mario.

54Janvier 1995, les travaux étaient déjà avancés. La nouvelle maison fera trente-six mètres carrés et aura trois pièces. Ils se sont renseignés auprès d'un ami architecte qui habite le quartier pour installer les fondations. Sur son conseil, ils ont creusé sur plus d'un mètre qu'ils ont ensuite recouvert d'une dalle de ciment, pour que le sol ne s'affaisse pas, comme cela avait été le cas dans l'ancienne maison. Ils ont aussi installé les piliers et construit quelques murs. Ils n'utilisent plus de torchis, qui d'après eux, n'est pas adapté aux températures extrêmes. Ils achètent de la brique rouge de la meilleure qualité.

Croquis n° 1 : Le rêve d'une maison familiale en propriété d'occupation

Croquis n° 1 : Le rêve d'une maison familiale en propriété d'occupation

55Mais les travaux doivent s'interrompre sur injonction de la mairie. Alors qu'au cours des quarante années précédentes, ils n'avaient jamais eu de problèmes avec la municipalité pendant tous les travaux de construction et de remaniement de l'espace, alors qu'ils n'ont jamais déclaré aucun de leurs locataires, ils reçoivent en 1994 un arrêt de la mairie (de droite) qui exige un permis de construction. Après des démarches longues et chères, ils obtiennent le permis. Quelques semaines plus tard les travaux s'arrêtent encore en raison d'une dispute entre frères. Mario reprochait à Jorge ses faibles aptitudes pour la maçonnerie, ce dernier le prend trop à cœur, lâche la pelle et s'en va. « Ne vous inquiétez pas, ça va lui passer » dit Mario, toujours avec le sourire aux lèvres.

56Malgré tout, entre les jeux et les disputes des frères, les nouvelles lois que l'on comprend mal, le manque de matériaux, les limitations techniques, etc. la famille Arizmendi parvient à construire et reconstruire cette maison. Enthousiasmés, Lucila, Jorge et Mario expliquent les progrès des nouveaux projets, mais l'on ne sait pas encore quelle sera la forme ni la destination du nouveau logement.

57Les trois pièces en cours de construction sont déjà distribuées dans l'imagination de Lucila : « celle du fond sera pour moi, dans l'autre je mettrai ma cuisine et la salle à manger, et la dernière sera pour mes invités et pour mes enfants lorsqu'ils en auront besoin. »

58Les enfants, quant à eux, ne sont pas tout à fait d'accord sur ce qu'ils recherchent dans la maison. La fille, plus ou moins indifférente à ce qui s'y passe, ne semble pas avoir de projets pour l'espace qui l'a vue grandir. L'enfant cadet, qui prétend retourner à Ciudad Juárez et s'y installer pour toujours (projet ancien pour lequel il n'a pas vraiment fait de démarches), veut installer un garage dans la parcelle qui restera vide. Son frère Jorge qui a perdu son emploi aux États-Unis par suite de la fermeture de la frontière en 1993, veut aussi participer à ce projet. Mais Lucila, la propriétaire du logement, et José Mario, le seul de la famille qui connaît à fond le métier de garagiste, n'étaient pas au courant de ce plan.

59Parler d'héritage ? Lucila a dit au premier abord que la maison serait transmise au cadet, parce qu'il est le seul à n'avoir ni maison ni famille. Mais elle réfléchit encore un peu et dit que la maison restera telle qu'elle est, pour accueillir tous ses enfants lorsqu'ils en auront besoin. Aucun des enfants n'a voulu évoquer ce point, comme si la seule idée de la mort de leur mère était déjà pénible. Mais au fond, j'ai perçu dans les interviews individuelles que chaque enfant avait imaginé des projets divergents pour cet espace qui leur sera sûrement légué au décès de leur mère.

60En ce sens, pour les études concernant la relation entre la maison et la maisonnée, nous pouvons envisager d'y ajouter une nouvelle phase à la perspective du cursus de vie familiale que j'ai adoptée pour le développement de mon analyse. Elle serait celle du retour des enfants ou du partage du patrimoine. Cette phase sera encore plus individualisée que toutes les autres sachant que chaque enfant a sa propre famille et des intérêts de plus en plus divergents.

61M'appuyant sur la perspective du cursus de vie familiale, j'ai voulu découvrir dans la pratique d'auto-construction et dans le processus d'appropriation du logement des traces de l'interaction des temps sociaux, familiaux et individuels. Quatre phases ont été identifiées au cours desquelles les parents, les enfants et d'autres membres de la parenté, ont construit et se sont différemment appropriés l'espace domestique.

Croquis n° 2 : Les premières cohabitations et la rupture de l'idée d'une maison unifamiliale

Croquis n° 2 : Les premières cohabitations et la rupture de l'idée d'une maison unifamiliale

62Dans la première phase - d'expansion de la famille par la naissance des enfants - le père, profitant d'une bonne situation, s'est chargé de la construction d'un espace de vie pour sa femme, ses enfants et même pour sa belle-mère. Cette phase de relative aisance fut brisée par le décès de M. Arizmendi. L'on observe aussi l'arrêt d'une ascension sociale qui a conduit à nouveau Lucila sur le marché de l'emploi et l'a amenée à se servir de l'espace domestique comme source de revenus.

63Le décès de M. Arizmendi a entraîné également le travail précoce des enfants lors de la deuxième phase - celle de stabilité, socialisation et individualisation. La famille toute entière travaille pour subvenir à ses besoins et pour poursuivre la construction de sa maison. Elle fonctionne comme une sorte d'organisation où les actions de tous sont coordonnées par la mère, qui s'est essentiellement fondée sur des critères sexuels pour l'assignation des tâches. Cela ne se passe cependant pas à l'abri de contradictions internes qui conduisent parfois à des conflits. Ainsi, le choix de Lucila de donner une éducation plus avantageuse à sa fille a produit certaines tensions, tout comme la répartition du budget et la division des tâches au cours des travaux d'auto-construction. Mais l'organisation semblait très cohérente et assez bien supportée par un système de rôles symboliques, économiques et moraux propre aux familles ayant à leur tête une femme veuve. Dans ce type de famille, on observe une certaine idéalisation de la mémoire du père et une grande déférence à l'égard de la mère

  • 1 Souvent, lorsque les enfants sont en âge de travailler, ils obligent leur mère à arrêter le travai (...)

641. L'autorité de celle-ci, ainsi que le désir des enfants de lui épargner des peines, semblent diluer les conflits les plus importants permettant ainsi que les actions individuelles des membres de la maisonnée apparaissent comme un ensemble cohérent.

65Mais les contradictions des temps individuels des enfants, ainsi que les impacts de leurs actions individuelles commencent à apparaître particulièrement bien dans la troisième phase, où ils commencent à former leur propre famille, à émigrer et à chercher leurs propres voies d'insertion sociale. Dans la fratrie Arizmendi, cette phase a duré une vingtaine d'années au cours desquelles nous avons vu alterner l'usage et l'appropriation de la maison maternelle comme demeure et comme source de revenus. José Mario et Jorge ont utilisé la maison comme le premier abri de leur nouveau foyer. Plus tard Mario, le cadet, y a établi son pied à terre. Les trois frères s'en sont servis pour obtenir des ressources financières : José Mario, à travers la location de la chambre qu'il avait aménagée ; Jorge et Mario, en ont fait un abri pour des immigrants qui allaient traverser la frontière ; Mario en fera également un lieu de production artisanale. Flora, quant à elle, s'est servie du logement comme d'une ressource parmi beaucoup d'autres (héritées ou acquises) qui lui a permis de réaliser un bon mariage et une certaine ascension sociale. Mais, au-delà, Flora a toujours considéré cette maison avec une certaine distance, qui n'a fait que croître avec son mariage.

66Le désintérêt de Flora pour ce qui passe dans la maison de sa mère est particulièrement marqué dans la quatrième phase que j'ai proposée, celle où la déco-habitation s'est entièrement réalisée et où les enfants s'investissent autrement dans la maison. Tout en se tenant au courant, elle n'intervient ni physiquement ni financièrement dans le nouveau projet que ses frères ont lancé.

67Entre-temps, les frères essaient, éprouvant quelques difficultés, de s'accorder pour réaliser les travaux, acheter le matériel, surmonter les problèmes techniques et déjouer les nouvelles lois urbaines. Tout semble chaotique, mais peut-être qu'auparavant, durant tous les autres travaux, il en allait de même.

68Toutes ces actions sans ordre apparent ont fini par construire l'espace domestique et ont pris leur sens à travers les pratiques et, sans doute, à travers la façon dont la famille m'a fait le récit aussi bien des procédures de l'auto-construction que des pratiques quotidiennes.

Notes

1 Souvent, lorsque les enfants sont en âge de travailler, ils obligent leur mère à arrêter le travail et assument le rôle économique de leur père. Fréquemment, quand je demandais à un enfant issu d'une famille monoparentale quelle était la profession de sa mère, il répondait comme si c'était de l'ordre de l'évidence : « Elle ne travaille plus. Pourquoi devrait-elle travailler si nous sommes là ? »

Table des illustrations

Titre A) La famille Arizmendi, rappel généalogique
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Croquis n° 1 : L'accession à la propriété
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Croquis N° 2 : Les premiers travaux d'aménagement et d'auto-construction
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Croquis n° 3 : Gerer une famille monoparentale, le travail et la maison
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Croquis n° 4 : Un nouveau type d'interdépendance et d'investissement dans la maison
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Croquis n° 5 : Les nouveaux usages de la maison : cohabitation et lieu de travail
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Croquis n° 6 : Une nouvelle distribution des rentes de la maison
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Croquis N° 7 : Cohabitation et décohabitation
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Croquis n° 8 : La consolidation de la cohabitation et la fin de la location
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Croquis n° 9 : La fin de la cohabitation. la maison, un toit pour les vieux jours
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Croquis n°10 : Le partage du patrimoine, une quatrième phase
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Croquis n° 1 : Le rêve d'une maison familiale en propriété d'occupation
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Croquis n° 2 : Les premières cohabitations et la rupture de l'idée d'une maison unifamiliale
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1929/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter