Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Production et appropriation individuelles des espaces familiaux

Texte intégral

  • 1 Francis Godard, La Famille. Affaire de Générations..., op. cit.

1L'étude Des Pratiques Résidentielles Des Lignées nous a permis de dévoiler certains enchaînements et ruptures entre les générations, qui sont issus du choix, des refus et des possibilités dont les ménages disposent pour accéder au logement. Nous pouvons dire que sur le plan intergénérationnel, le logement est une affaire d'individus en famille parce que chaque génération doit répondre à des conditions conjoncturelles différentes pour accéder au logement ; parce que chaque génération a des ressources sociales et matérielles distinctes pour faire face à ces structures ; et enfin parce que, au moment de l'alliance, chaque membre de la lignée doit réaliser un compromis avec sa famille d'affinité. Bref, le logement est une affaire d'individus en famille car, pour paraphraser Francis Godard1, la famille est une affaire de générations.

2Maintenant et pour terminer, je vais essayer de démontrer que le logement est une question d'individus en famille non seulement sur le plan intergénérationnel, mais aussi au sein des relations qui se nouent entre les membres d'une maisonnée. Dans cet espoir, j'ai choisi deux familles qui ont pratiqué l'auto-construction afin de montrer que la construction et l'appropriation de l'espace domestique commun sont des processus qui s'effectuent de manière individuelle par les différents membres de la maisonnée.

3L'auto-construction - le plus important des moyens d'accès au logement pour les moins favorisés des pays en développement - semble être la pratique la plus indiquée pour étudier ces processus. Comme nous le savons, pour auto-construire, une famille arrive sur une parcelle libre et dans ce cas, elle y bâtit un abri - généralement en matériaux de fortune - dans lequel elle s'installe immédiatement. Par la suite, en fonction de ses besoins et de ses moyens, elle commence les travaux de construction des nouvelles pièces qui se substituent peu à peu aux pièces bâties au début de l'installation. Il est également possible que la maisonnée trouve une bicoque sur le lot et dans ce cas, elle l'investit. Sur une voie ou sur une autre, la construction de ces logements ne prend quasiment jamais fin. De nouveaux travaux sont constamment entrepris, suivant de près l'histoire sociale, l'histoire de la maisonnée et celles de ses membres.

  • 2 Oscar Lewis, Les enfants de Sánchez..., op. cit., p. 13.

4Pour saisir ces histoires, la méthode mise en œuvre s'est appuyée - comme pour la section précédente - sur des récits de vie individuels de la plupart des membres de la maisonnée, prenant en compte les itinéraires professionnels, géographiques, matrimoniaux et résidentiels. De plus, ayant établi un plan du logement, j'ai demandé à chaque personne de raconter son histoire. Par ce moyen, j'ai obtenu différentes versions sur l'histoire familiale et celle du logement qui m'ont permis de valider certains faits, de contrebalancer le caractère subjectif inhérent à l'autobiographie et de connaître les différenciations dans le processus du souvenir de chacun des personnages2. Cette méthode ne nous épargne cependant pas certains problèmes d'interprétation et de cohérence que j'ai analysés en détail dans la dernière section du chapitre huit. Toutefois, dans la comparaison des récits et dans l'observation des matériaux de construction et des caractéristiques de chaque pièce du logement, nous pouvons identifier une sorte de colonne vertébrale qui érige et articule les histoires de la maison. C'est sur cette colonne que je me suis fondée afin de reconstruire une histoire de la maison.

  • 3 Pour un bilan sur cette perspective voir Glen Elder (Jr.), « Family history and the live course », (...)

5La notion « d'individus en famille » inspirée par les travaux de Francis Godard m'a toujours semblé opératoire pour l'analyse de la famille et l'interaction entre ses membres. Mais il m'a paru plus aisé de compléter cette approche avec la perspective de cursus de vie qui - comme nous le savons - trouve son origine dans l'histoire anglo-saxonne de la famille, dont Tamara Hareven est l'une des principales représentantes3.

6Cette approche permet d'observer l'interaction de trois temps :

  1. le temps social, qui comprend les conjonctures sociales et économiques ;
  2. le temps familial, identifié à son tour en trois étapes : l'expansion de la famille par la naissance des enfants, la phase de stabilité lors du processus de socialisation et d'individualisation des enfants et la phase d'« éclatement » où les enfants forment eux-mêmes leur propre famille et, éventuellement, quittent la maison parentale ;
  3. enfin, la perspective du cursus de vie étudie également le temps individuel, qui comprend les rôles économiques, moraux et symboliques des membres de la famille, dans des temps sociaux et familiaux donnés.

7La perspective de cursus de vie semble prendre en compte les aléas qui peuvent subvenir dans le développement des individus et des familles. Cependant, son utilisation n'est pas sans risques. D'abord, elle peut induire l'idée univoque que la famille serait toujours une simple triade « père-mère-enfants », nous conduisant à penser que toute famille sortant de ce schéma est anormale. Ensuite, les rôles attribués aux membres de la famille sont toujours un mélange de mythes qui, tout en ayant un poids considérable dans la réalité quotidienne, en sont souvent décalés. Enfin, bien qu'ils soient considérés dans une perspective d'interaction, la recherche des temps sociaux, familiaux et individuels sont systématiquement analysés séparément. Cette interaction prend ainsi un caractère superficiel sachant que, comme le signale Norbert Elias, la brèche qui sépare l'individuel du social est artificielle, car de construction savante. Adoptant la perspective de cursus de vie, je ne prétends pas en élaborer une critique, même si elle semble implicite. Je l'ai empruntée comme une grille de lecture cohérente et connue par tous, qui permet d'analyser la relation entre la maison et la maisonnée dans un contexte un peu étranger comme celui de Ciudad Juárez.

Notes

1 Francis Godard, La Famille. Affaire de Générations..., op. cit.

2 Oscar Lewis, Les enfants de Sánchez..., op. cit., p. 13.

3 Pour un bilan sur cette perspective voir Glen Elder (Jr.), « Family history and the live course », in Tamara Hareven (ed.), Transitions : The family and the life course in historical perspective, National Science Fondation. Mathematics Social Science Board, Massachusetts, 1978, p. 1 7-64. Les études les plus récentes sur la question sont rassemblées dans Tamara Hareven, (ed.) Aging and generational relations over the life course. A historical and cross-cultural perspective, Walter de Gruyter, Berlin, 1996, 533 p.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter