Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

De l'alliance : Bernardo Gomez et Clara Olmos

Texte intégral

1Bernardo Gomez, jeune ouvrier de 28 ans, faisait des heures supplémentaires ce jour-là quand je l'ai rencontré à la sortie de l'usine, vers cinq heures de l'après-midi, trois heures après que ses collègues soient partis. Assis dans le jardin de l'usine, il m'a raconté son histoire et celle de sa famille, la façon dont ils ont immigré, obtenu du travail et un logement. Lorsque je lui demandais des détails sur la construction, les coûts ou les titres de propriété de sa maison, il répondait : je ne pourrais pas te dire exactement, tu ferais mieux de demander à ma femme.

2À la fin de l'interview, Bernardo a insisté pour que je vienne visiter sa maison et connaître sa famille dont il était manifestement fier. Nous nous sommes donc rendus au quartier 16 de Septiembre, situé au Nord-ouest de la ville. Tel un guide pour touristes, Bernardo m'expliquait tous les détails du paysage urbain : voici l'église où l'on donne des cours d'artisanat ; voici une maison préfabriquée que les propriétaires ont importée tout entière des Etats-Unis ; içi c'est le territoire du gang « Los gatos »...

3Nous sommes enfin arrivés à sa maison, qui est sans doute l'une des plus belles du quartier. Construite en torchis, sa façade est complètement plâtrée et peinte soigneusement d'un rose intense. Les fenêtres sont protégées par des grilles en acier et sur la porte, également en acier, figure l'image d'un Christ au regard affligé. La maison, bâtie sur un étage, a deux pièces, un salon, une grande cuisine et une cour. Clara Olmos, l'épouse de Bernardo, s'occupait minutieusement de la décoration intérieure. Notre conversation s'étant poursuivie tard le soir, le jeune couple m'a proposé de passer la nuit chez eux.

4Le lendemain, nous sommes allés rendre visite aux parents de Clara qui habitaient tout près. Leur maison ressemblait fort à celle de Clara et Bernardo mais, bâtie sur deux étages, elle était plus grande, peinte d'un vert pistache et sur la porte, l'image de la Vierge de Guadalupe protégeait ce foyer plutôt que celle du Christ. Bref, la maison de la jeune famille était une réplique plus petite de la maison des parents de Clara.

5Quelques jours plus tard, j'ai réalisé que les frères et les sœurs mariés de Clara habitaient le même quartier et dans des conditions similaires, alors que ceux de Bernardo ainsi que les parents sont complètement dispersés dans la ville. Les parents de Clara, étant plus fortunés que ceux de Bernardo, pouvaient transmettre à leurs enfants aussi bien des ressources matérielles que du savoir technique. Cette transmission peut expliquer au premier abord les ressemblances entre les maisons des deux générations. Mais quel type de négociation peut avoir eu lieu chez les jeunes couples pour reproduire presque entièrement la situation résidentielle de la lignée Olmos ? Y a-t-il eu une négociation ?

  • 1 Paul Cuturello et Francis Godard, Familles mobilisées... op. cit.
  • 2 Dominique Maison, « Effet de l'alliance et transmission différée »,...art. cit. p. 93.

6Cuturello et Godard ont étudié en 1982 les effets de l'alliance sur les pratiques résidentielles comme source de contradictions dans la capacité d'investissement moral et physique pendant les démarches obligatoires pour accéder à la propriété1. À leur suite, Dominique Maison a montré l'ajustement compliqué de deux histoires résidentielles sur le fond de « l'alchimie des compromis qui régissent une vie de couple »2. En reprenant ces travaux, je voudrais observer comment se formule ce compromis tacite entre les deux partenaires du couple, et comment les familles d'origine influent sur le façonnement des itinéraires résidentiels aussi bien que professionnels.

7Dans un premier temps, nous allons observer la généalogie et les situations résidentielles des lignées Olmos et Gómez. Ensuite, nous allons analyser les cycles d'intégration urbaine des deux lignées afin de connaître les conditions qui ont permis ou conduit d'une part, la reproduction de la situation résidentielle dans la lignée Olmos, et d'autre part, la dispersion de la famille Gómez. Pour terminer, nous allons analyser les jeux d'adaptation que le jeune couple Gomez-Olmos a dû opérer à la suite de son alliance et les effets de ces compromis sur son logement et ses vies.

8Nous allons voir que, bien que l'on ne puisse pas parler d'une domination totale d'une lignée sur une autre et que tout un système de compromis se mette en place dans la vie d'un couple, dans la plupart des cas, une lignée va exercer plus d'influence qu'une autre sur la vie d'un nouveau ménage. Cette lignée décisive sera d'emblée celle qui a plus de ressources matérielles ou sociales à transmettre aux jeunes générations, c'est-à-dire, celle qui va baliser leur chemin, mais aussi, celle qui sera capable de leur léguer une éthique et un projet de vie.

a) Généalogie et situations résidentielles de la famille Gómez-Olmos

9Clara, deuxième enfant de la famille Olmos, est née en 1965 à Mapimi Durango. Elle est arrivée à Ciudad Juárez à l'âge de neuf ans. Bernardo quant à lui, troisième enfant de la famille Gómez, est né en 1967 à San Luis Colorado. Il n'est arrivé à Ciudad Juárez qu'à l'âge de dix-huit ans. Ils ont fait connaissance dans l'usine de Favesa, où Bernardo travaillait encore en 1995. En 1988, après deux ans de fiançailles, ils se sont mariés à l'église et civilement. Leur unique enfant est né un an plus tard.

10Les familles d'origine du jeune couple partagent certaines caractéristiques. Toutes les deux se sont formées vers la moitié des années soixante dans l'État de Durango, situé à la frontière Sud du Chihuahua. Elles sont aussi des familles nombreuses : douze enfants chez les Olmos et sept enfants chez les Gomez. Aussi, lors du travail de terrain, six enfants de chaque famille vivaient en couple (mariés ou concubins), ayant tous entre un et trois enfants.

11Malgré ces ressemblances, les deux lignées ont des situations résidentielles assez différentes, non pas seulement en ce qui concerne leur emplacement dans la ville, mais aussi dans le type de logement et les moyens mobilisés pour l'obtenir. Au moment des interviews, les premières générations des deux lignées étaient propriétaires. Mais, tandis que les parents de Clara avaient une grande maison, les parents de Bernardo n'avaient qu'un petit logement modeste. Quant à la deuxième génération, tous les frères mariés de la famille Olmos étaient propriétaires, sauf l'un d'entre eux qui venait de se mettre en ménage, alors que trois des enfants Gomez étaient locataires et les trois autres étaient propriétaires ou possesseurs. Cherchons l'explication de ces différences dans l'histoire des deux lignées.

B) Cycles d'insertion urbaine : logement et travail

1. Le contexte d'immigration de la famille Olmos

12Ruperto Olmos et Eulalia se sont unis vers 1964 à Mapimi, un chef-lieu des municipalités du Nord du Durango. En 1971, après sept ans d'union et la naissance de cinq enfants, Ruperto part dans un ranch à proximité d'EI Paso, où il devient, tout comme il l'était à Mapimi, employé agricole.

13Après avoir vécu seule pendant deux ans, Eulalia décide d'aller à Ciudad Juárez avec ses cinq enfants âgés alors de deux à neuf ans. Les parents et la sœur d'Eulalia habitaient déjà le quartier 16 de Septiembre, sur des lots cédés par une organisation du PRI. Eulalia fut accueillie par sa sœur, mais d'après les souvenirs de sa fille Clara, les conditions de la cohabitation n'étaient guère faciles. Au bout d'un an Eulalia, est retournée à Mapimi pour y occuper sa maison.

14Une fois installée à Mapimi, Eulalia s'est vite rendue compte qu'une femme seule avec cinq enfants mineurs avait peu de chances de trouver des moyens de survie à la campagne. Sans espoir de voir son mari de retour dans son village, elle a cédé les droits de sa terre pour émigrer définitivement à Ciudad Juárez.

B) Configurations résidentielles des deux lignées en 1995

B) Configurations résidentielles des deux lignées en 1995

15Elle s'installa encore dans le quartier 16 de Septiembre, dans un studio que son père lui loua à un prix modéré. Elle a commencé à travailler comme domestique et à exercer d'autres emplois dans le secteur informel, notamment dans la vente ambulante où elle pouvait compter sur l'assistance de ses enfants. Avec ses revenus et grâce à un emprunt de sa sœur, elle a acheté le studio de son père. Ruperto n'est revenu dans son foyer que vers 1975, quatre ans après avoir abandonné le Mexique et sa famille. Eulalia, entre-temps, travaillait et faisait travailler ses enfants afin de subvenir à leurs besoins et de faire des travaux d'amélioration de son studio.

2. Le contexte d'immigration de la famille Gómez

16À cette époque, au début des années soixante-dix, la famille Gómez n'avait même pas imaginé qu'elle allait émigrer à Ciudad Juárez. Elle s'est également constituée vers 1965 dans la municipalité de San Luis Colorado, Durango, à une centaine de kilomètres de Mapimi. San Luis Colorado était un petit ranch de quelques cent habitants, qui vivaient de l'exploitation forestière. Le père, César Gómez, était donc ouvrier forestier et la mère, Aurelia, s'occupait du foyer.

17En 1981, la fille aînée a été la première de la famille à émigrer. Âgée de seize ans, elle est arrivée à Monclova, ville de l'État de Cohahuila, éloignée de 500 kilomètres de San Luis Colorado. Elle s'y est employée comme domestique en pension. Elle a été suivie par son deuxième frère qui, à seize ans, commence à vivre plusieurs expériences d'immigration dans différents Etats du Nord du pays. Bernardo, le dernier à partir, rejoint sa sœur aînée en 1983 à Monclova, où après quelques emplois précaires, il s'installe comme jardinier chez des particuliers.

18Après avoir entendu certaines rumeurs sur la fermeture de la scierie qui faisait vivre son ranch, César Gómez a compris que ses enfants n'avaient pas d'avenir à San Luis Colorado. En 1985, il décide d'émigrer lui aussi. À cette époque, il était déjà bien connu que les usines de sous-traitance faisaient d'importantes campagnes de recrutement dans les villes frontalières. César Gómez part seul vers Ciudad Juárez pour trouver un emploi de manœuvre dans l'usine de Favesa San Lorenzo. Il a loué un appartement dans le quartier Altavista, à proximité du centre-ville. Huit mois plus tard, il a fait venir sa femme et les quatre enfants qui habitaient encore avec elle. Les trois aînés, qui étaient éparpillés dans d'autres villes, les rejoindront peu après.

19Les deux familles ont donc en commun les particularités d'avoir émigré du même État, de s'être formées dans la même période et d'avoir commencé leur processus de migration par une mobilité géographique individuelle, devenue ensuite familiale. Cependant, maintes situations les distinguent et différencieront dans l'avenir leur itinéraire d'insertion urbaine à Ciudad Juárez.

20La famille Olmos n'avait pas une destination géographique très précise lorsqu'elle a commencé à se déplacer. Le père souhaitait gagner les États-Unis, mais pour s'y installer provisoirement. Nul cloute que la conjoncture historique le permettait. En 1971, cinq ans après la fin du programme Braceros, la frontière était encore perméable et l'espoir de réaliser le rêve américain influençait toujours les projets migratoires d'un bon nombre de Mexicains.

21Pour la famille Gómez, le destin n'était pas non plus tout à fait tracé lorsqu'ils ont commencé leur migration ; ils ne voulaient pas quitter le Mexique, mais juste aller vers les États du nord. Ils n'étaient pas attirés par le rêve américain, comme d'ailleurs beaucoup de Mexicains dans les années quatre-vingts. Ciudad Juárez devient finalement leur destination, dans un contexte de crise agraire et d'industrialisation des villes frontalières. En dehors de ce contexte, la décision d'émigrer semblait aussi motivée par la phase du cursus de vie familiale que les Gómez entamaient : celle où les enfants commencent à construire leur propre avenir.

Configuration N°1 : Immigration de la famille Olmos : les États-UNIS d'abord

Configuration N°1 : Immigration de la famille Olmos : les États-UNIS d'abord

3. Stratégie d'insertion urbaine de la génération des parents

22En 1985, lorsque César Gómez arrive à Ciudad Juárez, la famille Olmos y est déjà complètement installée. En 1975, quand Ruperto Olmos est rentré des Etats-Unis, il a acheté à un particulier la possession d'un lot dans le quartier où sa femme et sa belle-famille habitaient. Il y a bâti presque d'un seul coup la grande maison où ils demeurent encore actuellement. Lorsqu'il a terminé cette maison, la famille a mis en location le studio qu'Eulalia avait acheté. D'autre part, Ruperto abandonne les métiers d'ouvrier agricole qu'il exerçait à Mapimi et aux Etats-Unis et acquiert rapidement une expérience dans des métiers urbains en vogue dans le Ciudad Juárez de l'époque : la mécanique automobile, la maçonnerie, la plomberie, etc.

23César Gómez, de son côté, a loué un logement pendant sept ans avant d'acheter à un particulier un abri bâti en matériaux de fortune qu'il n'avait pas encore aménagé lors du travail de terrain. Il a commencé son itinéraire professionnel comme manœuvre dans la maquiladora Favesa, où il était encore employé quand j'ai interrogé son fils.

24Ainsi, en 1995, les deux familles se distinguaient clairement. Les Olmos ne dépendent pas de la maquila pour vivre, les Gómez, complètement. Ceux-là sont propriétaires d'une grande maison bâtie en dur, ceux-ci n'ont qu'un abri de fortune.

  • 3 Hélène Rivière d'Arc, « La frontière : Mobilité et territoire... », art. cit. p. 83.

25Ces différences confirment d'une certaine manière l'idée d'Hélène Rivière d'Arc portant sur le changement des profils des immigrés à Ciudad Juárez, où l'auteur signale que les anciens immigrés étaient considérés comme acteurs d'une épopée et les nouveaux, comme des pauvres à la recherche d'un travail3. Mais, à côté de ces aspects culturels, peut-on dire, qui distinguent les immigrés d'aujourd'hui et de jadis, nous pouvons observer d'autres facteurs qui auront des conséquences sur les itinéraires d'insertion urbaine (travail et logement) des deux familles.

26Leur parcours migratoire semble jouer dans un premier temps. Le séjour de Ruperto Olmos aux Etats-Unis lui a permis d'accumuler une épargne dont il disposera plus tard pour construire sa maison. César Gómez est arrivé à Ciudad juárez les mains vides, ce qui le conduit à louer lors de son arrivée. D'autre part, le contexte d'accueil dans cette ville frontalière s'est modifié en dix ans, entre l'arrivée de Ruperto et celle de César. Ruperto trouve une ville où, bien que le chômage masculin soit important, on pouvait encore s'insérer facilement dans une profession urbaine dite traditionnelle. César, quant à lui, est arrivé en plein essor de l'industrie de sous-traitance, justement au moment où ce secteur commençait à employer des ouvriers sans distinction d'âge ni de sexe. Par ailleurs, concernant le marché immobilier, Ruperto est arrivé en ville au moment des campagnes d'occupation « illégales » de quartier, et il a pu bénéficier de la vente d'un lot issu de ces envahissements. Grâce à l'urbanisation précaire de ces quartiers à cette époque, il était possible d'obtenir une grande superficie de terrain à bon marché. En revanche, lorsque César est arrivé, le gouvernement local commençait déjà à combattre les organisations de quartier et, en raison de la spéculation foncière due à l'implantation de nouvelles usines, il était devenu difficile d'obtenir la possession d'une parcelle bon marché sans l'aide d'un réseau social. À cet égard, ce sont finalement les réseaux sociaux qui jouent dans l'insertion urbaine des deux lignées. La famille Olmos avait depuis les années soixante un réseau familial d'accueil. Eulalia Olmos est accueillie par sa sœur lors de sa première tentative d'immigration, quand elle arrive seule avec ses enfants. Quand elle revient pour la seconde fois à Ciudad juárez, c'est son père qui l'accueille. Lorsque le rassemblement familial a eu lieu, Eulalia, ses parents et ses enfants avaient déjà tissé un réseau social solide qui a permis à son mari, Ruperto, de s'intégrer rapidement dans la ville. Or, la famille Cómez n'avait point de réseau. C'est le père, César Gómez, l'immigré pionnier de la famille, qui doit commencer à le tisser.

27Nous avons donc deux profils d'immigrés clairement tranchés par le contexte et les motivations qui ont conduit à l'immigration. Cette subtile mais profonde différence entre les deux familles, a joué énormément dans la stratégie résidentielle des enfants des deux lignées et a été la principale cause de la formation de configurations résidentielles aussi opposées.

4. Stratégies d'insertion urbaine de la génération des enfants

28Ruperto Olmos, homme d'une assez bonne situation, aide toujours ses enfants à trouver un abri. Dès que l'un d'entre eux envisage de s'unir maritalement, il lui cherche un lot à bâtir dans les alentours de sa maison, parle avec les voisins, négocie avec les leaders, apprend à ses fils ou à ses beaux-fils à fabriquer des torchis et à construire, les aide dans leurs travaux, leur prête de l'argent... De cette sorte, tous ont rapidement acquis la propriété ou la possession d'un lot pour l'auto-construction, et seul l'un des frères, qui vient de se mettre en concubinage, cohabite dans la maison parentale.

29Entre-temps, chez les Gómez, les deux enfants qui étaient déjà mariés au moment de l'immigration ont cohabité quelques mois avec leurs parents. Peu après, ils ont loué dans le même quartier. Au bout de six ans, lorsqu'ils ont accédé à la propriété, les frères Gómez et leur père lui-même se sont éloignés du quartier. La fille aînée, mariée avec un natif, a obtenu un crédit pour un logement d'intérêt social ; Julio a trouvé un lot à bâtir par l'intermédiaire du PRI dans le quartier Anapra, et Bernardo, comme on le sait, vit dans le quartier 16 de Septiembre, près de sa belle-famille. Les trois autres étaient toujours dans un logement en location et enfin, M. et Mme Gómez avaient acheté un toit dans le quartier La Postal.

30D'autres différences transparaissent aussi dans la situation professionnelle des enfants. Les jeunes Olmos ont guère tendance à former des familles maquiladoras : le frère aîné est garagiste, les deux autres travaillent en maquila et, hormis Clara, toutes les sœurs sont au foyer tandis que leurs maris travaillent en dehors du secteur de sous-traitance. En revanche, dans la famille Gómez tous les frères et sœurs sont employés de l'usine Favesa San Lorenzo, celle où le père a commencé son itinéraire professionnel en ville.

31Dans ces deux familles, la force de la lignée et le poids de l'histoire joue dans la situation résidentielle de chacun de ses membres. Les enfants de la famille Olmos, dont les conditions financières étaient relativement aisées, semblent avoir hérité des ressources matérielles et sociales de leur père ainsi que de son savoir-faire. À travers ces héritages, ils ont reproduit la situation résidentielle de leurs parents quant à la filière choisie, la localisation et même les techniques d'auto-construction.

Configuration N° 2 : Immigration de la famille gomez : vers le nord du mexique

Configuration N° 2 : Immigration de la famille gomez : vers le nord du mexique

Configuration N ° 3 : La génération des enfants

Configuration N ° 3 : La génération des enfants

32Les enfants de la famille Gómez, vivant en location pendant six ans, ont vécu le même sort tout au début de leur itinéraire résidentiel. Pour l'accession à la propriété, chacun s'est prévalu de ses propres moyens. Ils n'ont pas pu hériter de leurs parents, car ceux-ci étaient aussi démunis que leurs enfants. Mais, si l'on veut s'en tenir à l'hypothèse de la transmission entre les générations, nous pouvons penser qu'ils ont reçu cette sorte d'héritage qui se transmet parmi les déshérités : l'incertitude.

C) Configurations résidentielles concentrées et dispersées

33L'analyse portée sur les configurations résidentielles d'une quinzaine de familles élargies a permis de constater l'apparition d'un tel phénomène de dispersion et de rapprochement intergénérationnel à plusieurs reprises, au point que nous pouvons parler de deux configurations résidentielles type. Dans l'une, comme dans la famille de Bernardo Gómez, frères et soeurs sont complètement éparpillés dans la ville. Dans l'autre en revanche, comme dans la famille de Clara Olmos, ils sont concentrés autour du foyer parental.

  • 4 Peter Willmott, « Parenté et urbanisation dans l'histoire anglaise », in Genèse, Paris, mai, 1991, (...)

34L'ancienneté et le niveau de consolidation du quartier où la première génération de ces lignées habite, semblent jouer dans un premier temps dans la constitution de ces configurations car ils déterminent ce que Peter Willmott a nommé « la disponibilité en logement4 ». Plus le quartier est ancien et consolidé, plus les lots et les maisons libres sont rares et leurs prix élevés. Il est donc plus difficile d'y accéder à la propriété que dans les nouvelles zones résidentielles périphériques.

35Les familles qui produisent une configuration dispersée répondent à deux profils assez opposés. On a d'abord les natifs dont la première génération était installée près du centre-ville. N'ayant pas réussi à s'établir dans leur quartier d'origine où l'immobilier est cher, les enfants ont dû s'éloigner vers la périphérie et trouver un logement, empruntant dans la plupart des cas des filières d'accès à la propriété différentes de celles de leurs parents. On observe ensuite certaines familles élargies qui ont immigré ensemble et qui, lors de leur arrivée, partageaient la même location ou le même quartier. Comme les familles autochtones, ces lignées se disperseront vers la périphérie lorsque chaque cellule familiale aura accédé à la propriété ou aura trouvé une location à prix plus confortable. En revanche, les familles qui constituent une configuration résidentielle concentrée sont d'ordinaire placées dans la périphérie et bien souvent, dans des quartiers qui ont eu pour origine l'occupation illégale d'une organisation. Sans égard à la situation migratoire, deux cas de figure peuvent être évoqués dans la constitution de ce type de configuration. Dans l'un, la concentration est plutôt volontaire. La première génération de la lignée a obtenu plus d'un lot ou bien, elle a réussi à s'introduire et à introduire ses enfants dans le réseau des leaders de l'organisation. La famille mobilise toutes ses ressources économiques et sociales pour se maintenir dans le même quartier, y formant ainsi une sorte de clan familial. Dans l'autre, même si l'on a pour résultat le même type de clan familial, la proximité vient d'un manque d'information et de réseaux sociaux pour s'installer ailleurs.

36Les configurations résidentielles des familles Olmos et Gómez, répondent à deux logiques opposées. Dans la première lignée, frères et sœurs sont concentrés dans le même quartier de la périphérie grâce à la disponibilité des lots bon marché et surtout à l'appui toujours efficace du père de Clara, M. Ruperto Olmos. Les frères de Bernardo Gómez par contre, ne pouvant pas s'appuyer sur leurs parents pour obtenir un logement, se sont installés là où ils ont trouvé une opportunité.

  • 5 Ibidem, p. 1 32.
  • 6 J'ai fait abstraction ici des mères sans partenaire qui, comme nous le savons, cohabitent le plus (...)

37Ces constats invitent à penser que le système résidentiel à Ciudad Juárez est patrimonial, plutôt que patrilinéaire ou matrilinéaire5. C'est-à-dire, plus que de répondre au souhait de rester à proximité des parents du mari ou de la femme, la localisation résidentielle des jeunes couples semble répondre aux possibilités concrètes qu'ils ont perçues et saisies pour s'installer dans un quartier. Cela dit, reprenons les critères que Michel Young et Peter Willmott ont appliqués dans leur recherche sur l'Est de Londres, pour connaître la proximité des enfants mariés vis-à-vis de la résidence des parents à Ciudad Juárez. Sur les cent cellules familiales étudiées au cours de la première partie, cinquante quatre étaient des cellules biparentales, dont les parents d'au moins l'un des conjoints vivaient dans la même ville6. Ce nombre de ménages est certes faible, mais il peut nous donner une idée sur le voisinage entre deux générations, lequel peut s'analyser - comme sur le tableau n° 1 - selon trois degrés : la cohabitation entre les générations ; la résidence dans le même quartier ou le quartier limitrophe ; et la résidence dans un quartier lointain.

38La différence entre hommes et femmes mariés qui habitent la maison parentale ne paraît pas très importante, ce qui semble contredire, au premier abord, les observations de Young et Willmott :

  • 7 Michael Young et Peter Willmott, Le village dans la ville, traduit de l'anglais par Anne Gotman, C (...)

39S'il faut partager une maison - et en particulier une gazière - mieux vaut que ce soit avec les parents de la femme. La raison est simple : la mère et la fille sont déjà habituées l'une à l'autre, alors que la belle-mère et la belle-fille sont étrangères, pire encore, rivales, et se disputent fourneau, évier, ou, qui sait, l'homme lui-même7.

40Ces difficultés sont toutefois présentes à Ciudad Juárez et agissent sur le lieu de résidence des jeunes couples, comme le montre le récit de Rita Henriquez.

Tableau N° 1: Proximité des enfants mariés par rapport à la résidence des parents

Tableau N° 1: Proximité des enfants mariés par rapport à la résidence des parents

Source : Données directes et indirectes issues du travail de terrain

41Pourquoi n'as-tu habité que deux mois avec ta belle-mère ? - Tu sais que l'on ne se trouve pas bien là bas, [...] nous avons eu des problèmes avec ma belle-mère et non... j'ai dit à mon mari : « Tu sais ? Soit tu me fais sortir d'ici, soit on termine cette histoire et tu vois comment tu t'arranges ». Il a voulu me suivre, alors...

42Mais ces problèmes d'entente, qui sont de l'ordre de l'évidence pour Rita, semblent moins peser que deux autres facteurs. D'abord, l'espace disponible qui conditionne l'installation dans la maison des parents du garçon ou de la fille. Ensuite, une tradition importée de certains milieux ruraux à la ville, selon laquelle la jeune épouse doit séjourner quelque temps dans la famille de son mari pour que sa belle-mère lui apprenne les usages de la maison.

  • 8 Ibidem, p. 53.

43Parmi les ménages qui ont décohabité, la matrilocalité semble dominer sur la patrilocalité dans une relation de 10 sur 5. Certes, les rapports de complicité, solidarité et complémentarité entre les mères et leurs filles peuvent expliquer en partie la proximité résidentielle des deux générations de femmes8. Mais encore faudrait-il un échantillon plus large pour se permettre une affirmation de ce type. Ce que mes données permettent de constater plus aisément c'est que lors de la décohabitation, les jeunes couples tendent le plus souvent à rester près de l'un de leurs parents. Seulement 15 des 54 cellules familiales, soit moins d'un tiers des jeunes ménages, se sont éloignées du foyer parental des deux conjoints. De surcroît, 8 de ces ménages ont bénéficié d'un appartement d'intérêt social, une possibilité qui, comme on le sait, ne permet pas de choisir son quartier. Il est à signaler enfin qu'une bonne partie de ces ménages habitaient au domicile parental ou près de celui-ci, avant de bénéficier de leur logement.

44Il faudrait signaler d'autre part que, bien que les possibilités d'obtenir un logement dans un quartier donné soient fréquemment offertes par les parents de l'un des conjoints, les amis et les voisins peuvent y contribuer aussi, soit en mettant à disposition du jeune ménage un lot ou une maison à un prix raisonnable, soit simplement en lui transmettant de l'information pour y accéder. Tout semble ainsi indiquer que le choix d'habiter dans le même quartier que ses parents ne répond pas uniquement à des critères familiaux. Le quartier où l'enfant grandit, lieu privilégié de socialisation, est l'endroit où il a établi un réseau social plus serré et où il connaît peu ou prou les moyens pour accéder à un toit.

45Nous voyons que le jeune couple Gómez-Olmos a fait ses choix résidentiels suivant une logique patrimoniale et, comme c'étaient les parents de la famille de Clara qui avaient la possibilité de transmettre le patrimoine aussi bien matériel que technique, le ménage s'est installé près d'eux. Les avoirs des familles ainsi que la possibilité et la disponibilité de les transmettre aux jeunes générations semblent donc être les principaux critères qui ont joué dans la constitution des configurations résidentielles des deux lignées.

CONCLUSION : L'ALLIANCE, DOMINATION OU NÉGOCIATION ?

  • 9 Dominique Maison, art. cit., p. 92.

46Les Olmos et les Gómez, ces deux lignées à la fois distantes et semblables, se sont unies depuis 1988, grâce à l'alliance de Clara et Bernardo. Les deux histoires de vie et les deux histoires résidentielles que nous avons analysées ci-dessus ont convergé dans les 160 m2 qui constituent leur maison. Cette maison est le témoin, le moteur et miroir d'un ajustement complexe opéré sur le fond de ce que Dominique Maison a nommé « l'alchimie des compromis qui régissent une vie de couple9 ».

  • 10 Ibidem, p. 91.
  • 11 Michael Young et Peter Willmott, op. cit., p. 52.

47Certes, comme D. Maison l'a montré, l'idée qu'il a des lignées dominantes et lignées dominées dans un couple, s'avère un peu simpliste. Si l'on pense aux pratiques professionnelles et résidentielles, on observe plutôt une sorte de chassé-croisé des aspirations différées10. Quant à la profession, nous constatons que le jeune couple Gómez-Olmos a reproduit exactement la même combinaison professionnelle que les parents de Bernardo Gómez dont la mère est au foyer et le père travaille dans la maquila. Du côté des pratiques résidentielles, ce couple a entièrement reproduit celles de la famille de Clara. Mais, les pratiques résidentielles et les pratiques professionnelles, ces deux domaines essentiels de la vie d'un couple, ne sont cependant pas sans interactions. Comme Michael Young et Peter Willmott l'ont montré : « Beaucoup de choses dépendent de là où habite le couple. Leur choix aide à déterminer lesquels de leurs parents ils voient le plus, et, éventuellement, à quelle famille d'origine ils s'allient le plus étroitement, celle du mari ou bien celle de la femme ; et donc, le type d'adaptation que chacun a dû opérer. »11

48Le choix résidentiel du couple Gómez-Olmos, déterminé en bonne partie par les aides concrètes que le père de Clara lui a octroyées, a produit une assimilation complète de Bernardo à la famille de sa femme qui se répercute sur son comportement professionnel. S'assimiler à une autre famille c'est aussi s'adapter à ses attentes tant morales que financières et vouloir égaler ou devancer son niveau de vie. Comment Bernardo pouvait-il réussir cette assimilation sans partir aux États-Unis comme son beau-père l'a fait et, de surcroît, en travaillant dans une usine de sous-traitance où les salaires ne sont pas les plus stimulants du marché d'emploi local ?

49Bien que Bernardo travaille dans la même maquila que son père et ses frères, il participe - à la différence de sa famille d'origine - à des concours de production et des stages de formation dans l'attente de gravir des échelons dans le tableau d'avancement du personnel de son usine, difficile projet pour un immigré d'origine rurale comme lui. Au moment des interviews, il était chargé des matériaux de production et sa rémunération était supérieure de 30 % par rapport au salaire minimum. Mais ce revenu ne semblait pas encore suffisant pour atteindre le niveau de vie qu'il désire. Bernardo effectue alors des heures supplémentaires afin d'augmenter son salaire de base, travaillant parfois plus de soixante heures par semaine.

50Lors de notre entretien, Bernardo m'a dressé avec satisfaction un inventaire détaillé de son mobilier. Ceci indique qu'il souhaite montrer que ses efforts professionnels n'ont pas été vains et ensuite, que - remplissant bien son rôle de chef de famille - le niveau de confort atteint dans sa maison est le fruit quasi exclusif de son travail.

51[Quand nous nous sommes mariés] ma femme avait déjà sa chambre à coucher. Ma belle-mère nous a offert la chambre à coucher qu'elle avait. C'est la seule chose qu'elle a prise de chez elle. Nous avons commencé par l'achat des tables et de la cuisinière, ça été la première chose que nous avons achetée. [...] De là nous avons continué avec le frigo. Nous nous sommes engagés dans un crédit pour le frigo et pour les vitrines. Après nous avons acheté deux étagères à angle pour la cuisine. Puis nous avons complété la petite cuisine intégrale. Nous avons acheté plus tard la télé, le magnétoscope, la stéréo. C'est comme ça qu'on a tout acheté, petit à petit. Maintenant nous avons tout, nous sommes bien équipés.

52L'alliance semble avoir représenté pour Bernardo un moyen ou une occasion de reconstruction de soi qui le pousse d'une part à la recherche d'une ascension professionnelle, mais qui, par ailleurs, l'a distancié de sa famille d'origine.

53Loisirs ? Nous en avons seulement quand on nous convie aux mariages ou à des fêtes d'anniversaire, ou quand nous faisons quelque chose dans la maison. Nous faisons un poulet rôti et puis, le bal commence. - Vous avez beaucoup d'amis dans le quartier ? - Ce sont mes frères qui y vont parfois. Bon, en réalité ils n'y vont que de rares fois. Amis ? Nous commençons à peine à nous faire des amis dans le quartier. Mais j'ai les oncles de ma femme qui viennent chez nous, ainsi que mes beaux-parents et mes beaux-frères. Nous nous entendons bien.

54Comme les choix résidentiels, la vie sociale du couple Gómez-Olmos semble donc dominée par la famille de Clara. Mais il ne s'agit pas d'une domination assujettissante (ou au moins, elle ne le paraît pas). En entendant le récit de Bernardo, il semble que ses plus grandes ambitions et fiertés soient de remplir le mieux possible le rôle de chef de famille, responsable du confort des siens. On ne sait cependant pas si cet idéal a été acquis lors de sa socialisation, s'il fait donc partie de ce que Pierre Bourdieu appelle l'habitus. Dans ce cas, en s'unissant à Clara, qui partage le même idéal de famille, Bernardo a rencontré sa parfaite moitié. C'est donc cela qui a permis l'harmonie qui transparaît dans leur maison, si soigneusement aménagée. C'est donc cela qui a permis la mobilisation de cette famille dans la construction de son logement.

  • 12 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Minuit, Paris, 1980, p. 1 34.

55Mais il est aussi possible que l'idéal de famille que Bernardo prône ait été transmis ou, du moins façonné, par Clara et sa famille. Dans ce cas, Bernardo a dû soumettre ses désirs à ceux de Clara. Il a dû contredire son habitus considéré, non pas comme un « acquis incarné de façon durable sur le corps »12, mais comme un système de dispositions qui peut être modifié dans l'interaction avec un contexte social donné et avec la force de la volonté. Dans ce cas, la distance prise vis-à-vis de sa famille est une condition pour atteindre son but, et l'harmonie observée doit être accompagnée de périodes véhémentes. L'insistance de Bernardo sur son désir d'avoir une maison et les comparaisons constantes entre sa situation et celle de ses frères et son père, font soupçonner que le dernier cas de figure est plus proche de la réalité. Les phrases que je vais citer, ont été émises par Bernardo lors de notre entretien à la fin de la section destinée au travail. Elles ont donc été émises une demi-heure après avoir abordé le thème concernant la famille et le logement.

56Depuis que j'ai commencé à travailler ici, ce travail m'a permis de réussir beaucoup de choses pour ma famille, ma maison et tout cela. - Que cherchiez-vous dans ce travail ? - Avoir les moyens de faire ma maison, une maison bien, n'est-ce pas ? je commence à peine, j'ai à peine six ans de mariage, mais je dis que je vais très bien, car pour avoir tout ce que j'ai dans ma maison je crois que cela demande encore plus d'années. Vous me comprenez ? - Plus ou moins : comment savez-vous que cela demande plus d'années ? - Parce que je vois ma famille, c'est-à-dire, mes frères. Ils boivent beaucoup et ils n'ont jamais de sous pour acheter quoi que ce soit... par exemple, ils n'ont pas de quoi acheter une machine à laver... ainsi, pour acheter n'importe quelle chose de la maison, ils n'ont pas d'argent, mais ils en ont toujours assez pour... (acheter de quoi boire ?)

57Enfin, je voudrais attirer l'attention du lecteur sur un détail simple concernant le mobilier, qui m'a fait penser à des conflits possibles que, par ailleurs, le couple savait dissimuler avec un sens de la protection mutuelle extraordinaire. Après avoir interviewé les deux membres du couple lorsque j'inventoriais le mobilier de la maison, j'ai repéré, sans y accorder beaucoup d'importance, deux machines à laver. Pourtant, Bernardo avait exclu ces appareils de l'inventaire détaillé qu'il m'avait fait au début de notre entretien, quand nous étions encore en face de son usine. Il n'avait évoqué son existence que lorsqu'il voulait se comparer à ses frères : « Par exemple, ils n'ont pas de quoi acheter une machine à laver... » Le lendemain, Clara et moi prenions un café au salon en parlant de choses et d'autres, elle a commenté alors les quelques querelles avec sa belle-mère.

58Ma belle-mère dit que je fais beaucoup travailler Bernardo et elle lui chauffe la tête avec ces histoires. Elle est de ce type de personnes qui se plaisent là où elles sont. La dernière fois qu'elle est venue ici, elle m'a critiquée parce que j'ai engagé un crédit pour acheter une deuxième machine à laver. En tout cas, c'est notre problème, n'est-ce pas ?

59Le choix résidentiel de ce jeune couple a donc répondu à une logique patrimoniale. Ils se sont installés près de la famille d'origine de Clara, qui - étant composée par des immigrés fortunés - avaient la capacité et l'entière disponibilité de les assister dans leur installation. Ce choix a joué ensuite dans le comportement professionnel du jeune couple ainsi que dans la composition de leur entourage social. Ce choix a été enfin l'enjeu de l'adaptation opérée au sein du couple. Certes, comme Dominique Maison l'a montré, il n'y a pas tout à fait de lignées dominées ni dominantes, mais il y a des familles qui ont plus de ressources matérielles et morales que d'autres. Au titre de cet avantage, elles peuvent bien superposer leurs désirs et leurs conduites sur les familles moins avantagées au travers d'aides concrètes et d'impositions symboliques. Baliser le chemin des enfants comme l'a fait M. Olmos, c'est aussi inviter les enfants à suivre le chemin que les parents jugent approprié ; c'est aussi inviter les gendres, par reconnaissance ou par contrainte, à accepter ce chemin comme une norme de vie, à écarter les repères acquis au cours de leur socialisation et enfin à rompre avec leur passé résidentiel.

60Bien que cette idée apparaisse clairement dans les histoires des lignées Gómez et Olmos, nous pouvons la percevoir également dans d'autres familles étudiées. Pour les frères Arizmendi, par exemple, les effets de l'alliance transparaissent sur les choix résidentiels. À défaut de repères fournis par la mère sur le plan résidentiel, on voit une prééminence claire des lignées des conjoints dans les stratégies d'accession à la propriété : le mari de Flora - la fille aînée -obtient un crédit pour l'achat d'un pavillon dans la ville d'El Paso, grâce à sa position dans une usine américaine ; l'épouse de Jorge obtient un appartement par le moyen d'un crédit, grâce à son assiduité professionnelle dans une usine de sous-traitance ; enfin, la femme de José-Mario bénéficie d'un lot à bâtir par héritage de ses parents.

61Mais cette prééminence ne veut pas dire que les jeunes couples ont pour autant entièrement reproduit les stratégies résidentielles de la lignée qui prévaut. Ils se servent des ressources aussi bien matérielles que sociales léguées par la lignée ascendante, en les complétant de ressources personnelles et souvent, de pratiques innovatrices. Par exemple, ayant obtenu une parcelle en héritage, José-Mario Arizmendi a dû partir aux États-Unis pour réunir le budget nécessaire afin d'y construire lui-même sa maison. Le ménage Ruiz, tout en occupant une parcelle dans le même quartier d'occupation illégale que la famille d'origine de l'épouse, a essayé de contourner l'emprise de l'organisation de quartier en achetant à un particulier. Bernardo Gómez, au lieu de partir aux États-Unis comme son beau-père l'a fait, a dû s'engager à part entière dans son usine afin, d'une part, de payer le crédit que son beau-père lui a accordé et d'autre part, de continuer les travaux d'aménagement et l'ameublement de sa maison.

  • 13 Dominique Maison, art. cit. p. 93.

62Les espoirs fondés sur le logement ainsi que les formes d'action pour l'acquérir - les stratégies résidentielles et leurs mobiles - ne peuvent pas se transmettre entièrement entre les générations. D'abord, c'est parce que le contexte de Ciudad Juárez - fortement marqué par les changements et l'incertitude - oblige à l'innovation constante des pratiques résidentielles, comme nous l'avons vu dans la famille Arizmendi. Ensuite, c'est parce que certains ménages ressentent le désir et ont la possibilité de corriger ou, employant les termes de Dominique Maison, de réhabiliter13 une histoire familiale qui paraît s'être fourvoyée, comme nous l'avons vu avec l'histoire des familles Ruíz et Henríquez. Enfin, c'est parce qu'au moment de l'alliance, les membres du couple sont forcés de réaliser un compromis entre leurs espoirs et leurs avoirs, qui sont forcément distincts, comme nous l'avons vu avec le couple Gómez-Olmos.

Notes

1 Paul Cuturello et Francis Godard, Familles mobilisées... op. cit.

2 Dominique Maison, « Effet de l'alliance et transmission différée »,...art. cit. p. 93.

3 Hélène Rivière d'Arc, « La frontière : Mobilité et territoire... », art. cit. p. 83.

4 Peter Willmott, « Parenté et urbanisation dans l'histoire anglaise », in Genèse, Paris, mai, 1991, p. 129.

5 Ibidem, p. 1 32.

6 J'ai fait abstraction ici des mères sans partenaire qui, comme nous le savons, cohabitent le plus souvent avec leurs parents.

7 Michael Young et Peter Willmott, Le village dans la ville, traduit de l'anglais par Anne Gotman, Centre de création industrielle du Centre G. Pompidou, Paris, 1983, p. 52. (Édition originelle : Family and kinship in East London, Londres, 1957).

8 Ibidem, p. 53.

9 Dominique Maison, art. cit., p. 92.

10 Ibidem, p. 91.

11 Michael Young et Peter Willmott, op. cit., p. 52.

12 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Minuit, Paris, 1980, p. 1 34.

13 Dominique Maison, art. cit. p. 93.

Table des illustrations

Titre a) Généalogie
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre B) Configurations résidentielles des deux lignées en 1995
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Configuration N°1 : Immigration de la famille Olmos : les États-UNIS d'abord
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Titre Configuration N° 2 : Immigration de la famille gomez : vers le nord du mexique
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Configuration N ° 3 : La génération des enfants
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Tableau N° 1: Proximité des enfants mariés par rapport à la résidence des parents
Légende Source : Données directes et indirectes issues du travail de terrain
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1927/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 330k

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable