Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Du choix et du refus

Texte intégral

  • 1 Béatrix Le Wita, « L'énigme des trois générations », in Martine Segalen (et al.), Jeux de familles(...)

1L'histoire de la famille Arizmendi nous renvoie à « l'énigme des trois générations » posée par Béatrix Le Wita1. L'influence de la famille sur les itinéraires de vie individuels semble évidente à travers des générations, mais il faut trois générations pour une acculturation au moins partielle. Nous pouvons poursuivre la réflexion de Le Wita en disant : il faut trois générations pour opérer un changement dans les conditions structurelles auxquelles une lignée est soumise ainsi que dans les ressources sociales et matérielles dont une famille dispose. Trois générations seulement et le monde est autre ; trois générations seulement et les familles sont autres. Mais, comment cette transformation se formule-telle au sein des lignées ? Quels choix sont-ils possibles ? Quels en sont les effets sur les pratiques résidentielles et sur les modes de vie ?

  • 2 Par cycle d'intégration urbaine j'entends, suivant l'idée de Maurizio Gribaudi, une série de choix (...)

2Les cycles d'intégration urbaine que je présenterai dans ce chapitre sont au cœur de cette problématique2. Nous allons étudier de près les cycles de deux lignées qui ont vécu les bouleversements provoqués par les nouvelles politiques urbaines et du logement : d'une part, la répression des organisations de quartier et d'une autre, l'essor des institutions de crédit pour le logement. La première génération de ces deux familles est composée par des immigrés. Elle a résolu son problème de logement au moyen des envahissements collectifs de terrains. La deuxième génération a essayé d'éviter cette pratique. Ces choix, impulsés par l'attente d'une promotion sociale, ont produit des discontinuités dans les stratégies résidentielles des deux générations. En même temps, ils génèrent et sont générés par de nouveaux modes de vie, par de nouveaux rapports maison-maisonnée et par de nouvelles représentations aussi bien du monde que de la place que les individus estiment mériter dans celui-ci.

DEUX GÉNÉRATIONS DANS LE MEXICO 68, UN QUARTIER DU COMITÉ DE DÉFENSE POPULAIRE LA FAMILLE RUIZ

3L'histoire de la famille Ruiz est faite d'échecs et de réévaluations de buts tracés à partir des conditions trouvées sur le chemin. Les deux générations de cette famille habitent le même quartier, pratiquent l'auto-construction et sont passées par l'ambigu statut résidentiel des possesseurs. La continuité résidentielle semble donc évidente. Il y a toutefois certaines failles dans cet enchaînement intergénérationnel, mais elles sont très subtiles. Elles apparaissent au niveau des représentations politiques et de certaines pratiques que ces représentations animent.

a) Les voisins du quartier Mexico 68, une population fragmentée

  • 3 Javier Arroyo, « Tierra sin ley, la México 68 », in El Norte de Ciudad Juárez, sección A, 4 oct. 1 (...)

4Le quartier Mexico 68, le dernier bastion du Comité de Défense Populaire (CDP) à Ciudad Juárez, est devenu le cadre de légendes sordides dont on peut difficilement identifier ce qui relève de la réalité et du fantasme. La mauvaise réputation du quartier est sans doute le résultat de vingt ans d'opposition au gouvernement local, des barricades qui l'entouraient, de l'interdiction d'accès aux autorités et aux médias ainsi que des histoires racontées de bouche à oreille. « Terre sans loi, refuge des malfaiteurs et cache des voitures volées et démantelées »3, voici quelques-uns des titres que l'on lui a assignés.

  • 4 Eduardo Barrera, op. cit., p. 20-21.

5Lors de ma visite, les conditions de l'habitat ne m'ont pas semblé plus précaires que celles d'autres quartiers d'envahissement visités tant à Ciudad Juárez qu'ailleurs. Avec une superficie d'environ cinquante hectares, le Mexico 68 compte près de quatre mille habitants. Les conditions de l'habitat sont relativement bonnes aux environs des deux voies principales. En revanche, les logements situés dans la périphérie, élevés souvent sur des dunes, sont construits en matériaux de recyclage et ne bénéficient d'aucun service public. La fragmentation sociale et les appréhensions individuelles, bien décrites par Eduardo Barrera en 19944, m'ont parues cependant plus graves. À mon passage, certaines personnes fermaient en silence leur porte. D'autres m'invitaient, curieuses, à prendre une limonade dans leur maison, mais elles détournaient toute question concernant le CDP. Peu de personnes affirmaient sans hésiter leur adhésion à l'organisation et encore moins déploraient ses méthodes ou dénonçaient la corruption de ses leaders.

6Rosario, jeune mère de famille, fait partie des opposants à l'organisation, je l'ai rencontrée au pied de sa maison. Elle et son mari y remplissaient une brèche au pic et à la pelle. Nous avons échangé quelques mots sur le temps et des détails techniques. Un moment, après je leur ai demandé une interview et ils ont accepté sans hésitation. Suivant la méthode adoptée pour les autres familles, je prétendais faire des interviews individuelles pour chaque membre de la maisonnée. Or, Rosario et Pablo lâchèrent leurs instruments en même temps et m'invitèrent à entrer chez eux. M'adaptant aux circonstances, j'ai commencé à interroger mes deux interlocuteurs, mais Rosario s'est appropriée la conversation et Pablo, hochant la tête à nos côtés, ne faisait que de brèves interventions. Il est parti un peu plus tard à son travail et Rosario et moi avons passé la journée ensemble.

7Sa demeure, toute bâtie en dur, est constituée d'une grande pièce d'environ quarante mètres carrés. L'on y perçoit un souci de séparer les espaces du dortoir, de la cuisine, de la salle à manger et du salon. La maison était très propre et bien aménagée avec divers objets de souvenirs, des peluches et de petits tableaux. C'est d'ailleurs la seule maison de toutes celles que j'ai visitées qui avait une place réservée pour une bibliothèque. Très bien classés, il y avait des manuels scolaires, des livres de secrétariat, de comptabilité et d'anglais.

  • 5 Il est important de rappeler ici le protocole des interviews : a) présentation et explication des (...)

8Deux minutes après avoir commencé à parler devant le magnétophone, Rosario a abordé les difficultés auxquelles la population du quartier est soumise et surtout les problèmes avec les leaders de l'organisation5. Personnifiant l'histoire du quartier, elle se hâte d'expliquer toutes les épreuves endurées par sa mère aussi bien pour obtenir une parcelle que pour la conserver et pour y construire.

9Ma mère a vu que c'était très dur de payer un loyer. Alors elle a commencé à chercher une parcelle. On lui a dit qu'elle devait la chercher auprès du CDP et ils [les leaders] lui ont donné son lot. Elle l'a obtenu, mais elle devait aller aux assemblées tous les lundis, les mercredis et les dimanches, ainsi qu'aux manifestations et tout cela. Il y avait beaucoup de problèmes. Il y avait des bagarres et... On leur disait qu'ils devaient aller à la ville de Chihuahua pour une manifestation, on les y amenait en autocar, mais on ne les ramenait pas au retour. On les laissait là-bas sans nourriture ni rien. Ma mère a tout supporté. Ici c'était un dépôt d'ordures. Il n'y avait qu'une petite maison par là. Ma mère a dû tout nettoyer [...] Peu à peu nous avons commencé à bâtir. Alors, en travaillant tous, nous avons passé ainsi deux ou trois ans en construisant... tous, mes sœurs et tous. On bâtissait comme si nous étions des hommes.

10À la suite de son récit, sans lui avoir demandé, elle trouve nécessaire de justifier le fait qu'elle et son mari soient en train de bâtir leur maison dans ce quartier, malgré la mauvaise opinion qu'elle porte sur le CDP. Pour elle, le fait de vivre dans ce quartier c'est l'œuvre du hasard. Dès son mariage elle désirait partir ailleurs. Rosario est très imprégnée par un désir de promotion sociale qui sans doute lui a été transmis par Maria, sa mère. Son départ du quartier devait faire partie de cette ascension désirée. Mais, comme on verra, les projets aussi bien de la mère que de la fille semblaient toujours en décalage avec la situation et avec leurs capacités. Toutes les deux ont dû apprendre par l'expérience la subtile différence entre le vouloir faire et le pouvoir faire.

b) L'itinéraire de Maria ou le « rééchelonnement » des espoirs

11Originaire de la ville de Torreón, Maria avait commencé son parcours géographique par une émigration sans succès aux États-Unis. En 1986 elle s'est unie en concubinage à Ernesto. Il a adopté les trois filles qu'elle avait eues lors d'une première union, dont Rosario est l'aînée. Cette même année, ils tentent de s'installer dans la ville d'El Paso. La sœur d'Ernesto, résidente américaine depuis longtemps, les a accueillis dans sa maison avec la promesse de leur procurer de l'emploi et des papiers de séjour. Mais la réalité rencontrée dans cette ville était loin de leurs espoirs. Ernesto n'a trouvé un emploi que dans les cultures maraîchères, assez mal payé et qui l'obligeait à rester loin de sa famille toute la semaine. Maria et ses filles de leur part, ont été confinées aux travaux domestiques dans la maison de son hôtesse, sans plus de rémunération que le toit et la nourriture. Enfin, les possibilités d'obtenir des titres de séjour semblaient faibles : 1986 est en effet l'année de mise en application de la loi Simpson Rodino qui, tout en régularisant la situation des Mexicains installés aux Etats-Unis depuis plus de cinq ans, essayait de fermer les frontières aux nouveaux immigrés. Quelques mois après, Maria et Ernesto décident de s'installer à Ciudad Juárez, tentant de tirer toutefois le meilleur profit de leur expérience : ils laissent leurs trois filles aux États-Unis afin qu'elles puissent terminer l'année scolaire.

12À Ciudad Juárez, ils ont emménagé dans une pièce en sous-location dans le quartier Las Granjas, qu'ils ont dû abandonner lorsque leurs filles les ont rejoints. Ils ont loué une maison dans le même quartier. Durant cette période, leur situation commençait à s'améliorer. Ernesto et deux de leurs filles ont été employés dans une maquila tandis que Maria s'est installé un atelier de couture à son domicile. Ils percevaient donc trois salaires minimaux, puis les revenus irréguliers mais considérables de Maria.

13L'hiver de 1989 a été une période difficile. D'abord, l'usine où Ernesto, Rosario et Lola travaillaient a fermé sans leur accorder aucune garantie ou indemnisation quelconque. Ensuite la couture, un métier qui subit les aléas du marché, a connu une phase de faible demande. Enfin, Ernesto a dû voyager vers la ville de Torreón pour répondre à une difficulté familiale. Des problèmes de logement se sont ajoutés à toute cette série d'adversités. Sachant que les filles avaient perdu leur emploi et qu'Ernesto était parti, leur bailleur essaie de récupérer sa maison de peur qu'on ne lui paie plus les redevances mensuelles. Pressée par les circonstances, Maria a estimé que c'était l'occasion pour sortir du marché locatif. Elle commence à s'enquérir des moyens d'obtenir un lot. Un voisin l'a mise en contact avec un leader du PRI qui était en train d'organiser l'envahissement d'un lot près de son quartier. Celui-ci lui promet une parcelle en échange de son appui, mais quelques jours après la police arrêta le leader, et le groupe d'adhérents s'est dissous. Plus tard, une autre personne renseigne Maria sur les possibilités offertes par le CDP au quartier Mexico 68. Elle s'est adressée aux leaders qui lui donneront la parcelle où elle habite maintenant.

14De la sous-location à la location, de la location à l'envahissement d'un lot et à l'auto-construction, voici l'itinéraire d'insertion urbaine de cette famille immigrée à Ciudad Juárez. Au moment du travail de terrain, l'insertion semblait réussie : Maria avait réinstallé son atelier de couture, son mari avait un emploi dans une usine de sous-traitance et les deux filles cadettes alternaient le travail dans le même secteur avec les études. Leur maison, même en chantier, était bâtie toute en dur.

15Le souci d'obtenir une promotion sociale transparaît particulièrement bien dans l'importance accordée aux études de leurs filles. Outre le fait d'avoir passé une année scolaire aux États-Unis, elles font en effet partie des rares personnes interviewées à avoir non seulement terminé l'école secondaire, mais aussi à l'avoir complétée par un autre enseignement (en l'occurrence professionnel et de surcroît dans une école privée). Mais cet autre projet n'a guère eu de succès au moins pour la fille aînée. Après avoir fini sa formation dans le domaine du secrétariat, Rosario n'a travaillé que trois ans dans son métier pour se retrouver à nouveau comme ouvrière dans une industrie de sous-traitance.

16Malgré tout, la situation de la famille Ruiz était bien meilleure que celle de beaucoup d'immigrés récents, mais elle était loin de réaliser les projets tracés au moment d'entreprendre l'émigration. La famille a abandonné ses deux grandes ambitions, celle d'une émigration aux États-Unis, et celle d'une promotion sociale appuyée sur des études. Elle a dû d'une certaine manière « rééchelonner » ses espoirs en fonction des conditions trouvées dans les lieux d'accueil et de sa capacité de mobilisation sociale, technique et morale.

c) L'itinéraire de Rosario : la reproduction d'une situation résidentielle

17Rosario a fait la connaissance de Pedro en 1990 dans une usine de sous-traitance. Dès leurs fiançailles, ils ont commencé à faire des économies dans l'intention d'acheter un logement. Au bout d'un an ils avaient réuni cinq mille pesos (l'équivalent de cinq ou six salaires minimaux) et ils ont entrepris la recherche de leur demeure. Comme beaucoup de leurs camarades de l'usine, ils feront appel à une institution de fonds pour le logement. Mais ils ont vite abandonné leur projet. Les raisons pour ce changement d'avis étaient tant le refus de leur dossier de la part de l'institution qu'une méfiance tout naturellement éprouvée par les personnes qui se sont fait voler à plusieurs reprises.

18Nous allions acheter une petite maison, c'était une maison progressive. Mais nous ne sommes pas parvenus à l'acheter car nous n'étions pas encore mariés. Nous devions être mariés et montrer le livret de famille. Nous avons cinq mille pesos pour notre mariage et nous avions décidé de les donner comme apport initial pour la maison, pour la petite maison progressive. Nous sommes allés pour choisir la maison. Nous avions fait la démarche auprès du monsieur de l'agence. Lorsque j'allais lui donner l'argent, il voulait me donner un reçu simple, ainsi, fait à la main. Alors je lui ai dit que non. « Comment ainsi seulement ? On ne peut pas faire les choses ainsi. Votre reçu n'est pas dans les règles ». Alors le monsieur s'est fâché envers moi. Nous avons commencé à nous quereller et je suis partie, je ne lui ai pas donné l'argent.

19Leurs économies se sont envolées dans la célébration de leur mariage et dans l'achat d'une voiture qu'ils conservaient encore en 1995. Le jeune couple a dû commencer son itinéraire résidentiel par la location. Mais leur hâte d'avoir une bonne situation les a conduit à surestimer leur capacité de dépense. Ils investissaient dans la location près de 70 % de leurs revenus mensuels. De surcroît ils le payaient en dollars, sachant que les constantes dévaluations du peso ont conduit beaucoup de personnes à accumuler des dettes insurmontables.

20Un camarade de l'usine nous a loué une maison [...] Nous payions cent dollars chaque mois. Nous payions aussi les provisions, le téléphone - il y avait un téléphone ! -, l'électricité, le gaz... nous ne pouvions plus. Dans ce temps, j'étais enceinte et j'ai abandonné mon emploi. Pedro devait doubler sa journée de travail mais il ne gagnait que cinq cents pesos. De plus, j'ai eu un accident de voiture... j'ai passé deux jours à la clinique et avec la location et tout ça, nous ne pouvions plus. (...) On dit que lorsque les gens se marient, on leur fait subir une année de brimades, je crois que nous avons commencé par là.

21Rosario attribue sa localisation résidentielle aux brimades de la vie, une idée qui peut bien se traduire tout simplement par le mot « destin ». Mais ici le mot destin peut à son tour se traduire par la crainte de l'innovation des pratiques résidentielles au sein d'une lignée familiale, par un échec et par un attachement territorial, voire d'un effet d'ancrage spatial.

22Nous avons emménagé dans la maison de ma mère. Elle nous a dit : « Venez ici, en attendant que tu accouches de ton enfant. Ensuite, vous vous procurez une parcelle ou une maison. À partir de là, vous devrez lutter par vos propres moyens ». Alors nous nous sommes installés avec ma mère. C'est à ce moment-là que nous avons acheté cette parcelle, de pur hasard. Nous avions commencé à chercher quelque chose dans la municipalité de Zaragoza, très loin, près de la sortie de Ciudad juárez. Nous allions y prendre une grande parcelle. Nous avions fait la demande et tout ça. Mais nous avons alors eu l'opportunité d'acheter ici. Nous avons parlé avec la personne qui allait nous prêter de l'argent et nous avons fait la transaction.

23Gardant l'optimisme de ses parents, Rosario essaie de tirer le meilleur parti de sa nouvelle situation, ce qui lui permet de vivre dans une certaine harmonie. Elle et son mari s'investissent à part entière pour avoir une maison confortable et sûre. De plus, elle tire des avantages de la proximité résidentielle de sa famille d'origine. Sa mère garde son enfant lorsqu'elle doit sortir ou travailler à la construction de sa maison ; elle embauche Rosario dans son atelier de couture pendant les périodes de grande demande ; elle lui garde sa voiture dans son parking ; elle lui donne des conseils pratiques pour l'auto-construction... Enfin, les échanges solidaires sont à tel point importants que les deux familles ont installé un ingénieux système de communication par interphone, substitut du téléphone que Rosario rêvait d'avoir un jour.

d) Une transmission accomplie ?

24Mère et fille partagent donc la même situation résidentielle. Toutes les deux habitent le même pâté de maisons dans le quartier Mexico 68, toutes les deux pratiquent l'auto-construction sur une parcelle irrégulière et, mues par un désir similaire d'obtenir une promotion sociale, elles investissent une bonne partie de leurs revenus et de leur travail dans leur maison. Jusque-là nous pouvons penser que la transmission des avoirs et savoirs familiaux s'est entièrement réalisée. Or, l'aversion que Rosario manifeste contre l'organisation lui fait vivre son expérience autrement que sa mère et la conduit vers des pratiques assez différentes.

25Voulant faire les choses par la voie légale, Rosario n'a pas obtenu sa parcelle suite à une négociation avec les leaders du CDP, elle a acheté une bicoque à une personne qui était pressée de quitter le quartier. Cela semblait être vraiment une occasion. Le vendeur exigeait d'abord trois mille cinq cents pesos pour la bicoque et a baissé le prix jusqu'à deux mille cinq cents, de plus il lui donnait le matériel de construction qu'il avait acheté. Mais plus tard Rosario s'est rendue compte que la transaction était illégale : elle avait acheté à un possesseur et non pas à un propriétaire. Sans le vouloir, elle se retrouve donc dans une situation de possesseur tout comme sa mère et la plupart de ses voisins.

26Sans titres de propriété, elle se sait sans aucun moyen de refuser les conditions du CDP, mais elle n'y se soumet pas totalement. Elle n'assistait pas aux manifestations et aux assemblées du Comité. Mais, dans l'intérêt de conserver la paix, elle payait une contribution de cinq pesos pour chaque événement manqué (le prix d'une heure de travail dans une usine). Rosario sait que la régularisation de sa parcelle est la condition pour se libérer de l'emprise de l'organisation. Ainsi, lorsque le maire Francisco Villareal est entré dans le quartier avec son programme de régularisation - après l'incendie du secteur Ché Guevara, longuement expliqué dans le deuxième chapitre - Rosario a été l'une des premières personnes à faire les démarches pour l'obtention des titres de propriété. Maintenant, elle paie cinquante pesos par mois à la municipalité et elle possède un pré-titre qui lui permet de contourner les lois de l'organisation. Cela ne lui épargne cependant pas les conflits avec certains partisans du CDP, ces gens qui, comme Fatima, voient dans le comité une option digne pour accéder au logement et qui voient en Pedro Matus (le leader principal du comité) une sorte de père protecteur.

27J'aime beaucoup ce parti parce qu'il a été un parti véritablement socialiste et parce que beaucoup de monde a une maison grâce à lui. Peu m'importe s'il est avec le gouvernement ou non. C'est pareil. N'est-ce pas ? Je dis que Pedro Matus a beaucoup travaillé pour les gens et même, il a beaucoup vieilli car... Tu imagines ? Si pour gérer une famille on a des problèmes. Peux-tu imaginer les problèmes pour le faire avec une foule ? (Fatima, militante du CDP).

28En dépit des rumeurs selon lesquelles les insubordonnés au CDP risquent l'expulsion du quartier, Rosario tient un discours plus insolent. Avec une parole claire, elle n'hésite pas à donner des exemples, des noms et des dates sur les événements vécus dans le quartier. Allons les camarades, allons les prolétaires ! Rosario imite une voix d'homme pour mettre en scène l'ambiance des manifestations et ainsi, se venger par le rire des leaders du quartier. C'est un jeu qu'elle répète à plusieurs reprises pour pouvoir vivre dans le quartier et souffrir ses contraintes, autrement que sa mère ou nombre de ses voisins. Exprimant à son aise les défauts de l'organisation, elle revendique son droit à la parole. Elle se prévaut de ce droit d'expression comme une obligation de citoyen et comme un instrument susceptible d'enrayer la force du CDP.

Proximité résidentielle : reproduction et ruptures

29La proximité résidentielle entre deux générations d'une même lignée représente un atout à plusieurs égards. Pour la jeune génération, cet atout peut consister dans la familiarité au milieu local, la disponibilité des réseaux sociaux, l'assistance familiale et une grande aisance dans les pratiques quotidiennes. Mais ces avantages peuvent fixer les nouvelles familles dans le même quartier que leurs parents au-delà de leur souhait. Nous voyons que ce que Rosario a appelé le hasard est plutôt le produit d'un ancrage au quartier, de son incapacité de le quitter malgré ses désirs. Ayant ce quartier comme espace privilégié de sociabilité, elle a éprouvé des difficultés pour s'installer ailleurs où les règles du jeu lui sont fort étrangères.

30Devant cette situation, elle réalise un type de négociation entre ses espoirs et la réalité, elle apprend à gérer son échec. Soudainement elle réalise que ce n'est pas le quartier e qui la contrarie - elle en tire même des avantages - mais plutôt les procédures et l'emprise du CDP. Elle essaie de les contourner : elle préfère acheter sa bicoque plutôt que demander le lot à l'organisation, elle n'assiste pas aux manifestations, elle trouve les moyens pour mettre en règle sa propriété et elle dénonce les leaders du comité.

31En effet, si au niveau des pratiques d'auto-construction et de localisation la fille répète les mêmes gestes que sa mère, au niveau des représentations, qui se traduisent aussi en actions, la transmission entre les deux générations n'est pas totalement accomplie. Ses études et sa réflexion lui ont permis d'élaborer une idée de citoyenneté à laquelle sa mère n'aurait même pas songé. Dans son idée, le citoyen a le droit et l'obligation de la parole. Il ne doit pas se laisser enchanter par les sirènes du clientélisme et il doit travailler individuellement pour « être quelqu'un dans la vie ».

32Je dis qu'il faut que les gens aient... par exemple, lorsqu'il y a des enquêtes, que les gens disent leurs besoins. Souvent on leur demande et ils disent : « je suis très bien, je vis très bien » ou les gens se contentent de ce qu'ils ont. Je ne suis pas de ces gens qui disent « si j'ai une chambre, je reste là ». Je suis de ces personnes qui essaient d'avoir une situation, d'aller en avant et les autres gens non.

33Si Rosario est parvenue à formuler un tel discours, si elle est parvenue à réaliser une rupture avec l'attitude soumise de sa mère, c'est vraisemblablement parce qu'elle avait acquis une culture différente de celle de sa mère et parce qu'elle a vécu le quartier dans un moment où la corrélation des forces était moins favorable pour les leaders de l'organisation. Mais sa résistance est plus active : pour réduire l'importance du Comité, Rosario applaudit les interventions du gouvernement local, choisit celui-ci comme interlocuteur plutôt que les leaders du CDP, achète les titres de propriété et profite des occasions où on lui donne la parole pour exprimer son mécontentement.

DE L'ORGANISATION DE QUARTIER AUX LOGEMENTS D'INTÉRÊT SOCIAL

La famille Henriquez

34La possibilité d'accéder à la propriété en s'épargnant des contraintes que leurs parents ont connues entraîne une rupture avec le comportement dévoué et rigoriste de ces derniers, ce qui situe les jeunes couples - du moins dans leur imaginaire - à un échelon social supérieur. C'est le cas de la famille Henríquez, qui montre comment, grâce à une possibilité de choix et à la mobilisation savante des avoirs, certaines jeunes familles parviennent à dépasser leur passé résidentiel. Ce choix ne leur épargne cependant pas certains moments d'incertitude, générés par tout essai d'innovation.

a) L'essor des institutions de fonds pour le logement

  • 6 Christian Topalov, Le logement en France..., op. cit., p. 328-329.

35Christian Topalov a montré comment le développement des systèmes de crédit pour le logement dans la France de l'après-guerre, outre le fait d'accroître la proportion des propriétaires occupants, produit un changement profond dans les pratiques résidentielles de la population. Les ménages âgés de 55 ans ou plus - formés avant la création des institutions de crédit - étaient devenus propriétaires par l'héritage, par la mobilisation et la transformation d'un patrimoine préexistant ou par la constitution d'une épargne préalable à l'achat. En revanche, la plupart de la population située dans les tranches d'âge de 35 à 54 ans, ont accédé à la propriété grâce aux possibilités offertes par le nouveau système de crédit6. Dominique Maison interprète cette mutation comme une rupture dans l'éthique financière entre ces deux générations. Les nouveaux concurrents sur le marché du logement devaient apprendre à emprunter, une aventure qui est de loin différente de la pratique de l'épargne.

  • 7 Dominique Maison, art. cit., p. 102. (Lorsque l'auteur cite Jean Baudrillard, il fait référence à (...)

36[Dans l'épargne] la thésaurisation de l'« équivalent-travail » d'un produit doit précéder sa consommation, dans la nouvelle logique du crédit, c'est l'inverse - c'est dans ce sens que Baudrillard peut dire que la consommation y précède la production. Dans un cas, l'accumulation est autonome et autorégulée, dans l'autre elle est hétéronome, elle transforme l'épargnant en débiteur et le met dans la dépendance d'un tiers7.

  • 8 Ibidem, p. 103.

37Cet auteur signale qu'en France, le système de crédits pour le logement s'est développé dans un contexte où la culture généralisée des crédits (pour des voitures, des meubles, etc.) était à peine naissante. Les nouveaux ménages, obligés d'opérer dans une nouvelle logique, régulaient donc leurs pratiques par la peur de la dépendance vis-à-vis des créanciers. Ce type d'autocensure - signale Maison - fait de l'acculturation par le crédit au fil des générations un processus lent et complexe8.

  • 9 Cette pratique est d'ailleurs l'une des explications que Tonatiuh Guillén essaie d'aposter au fait (...)

38À Ciudad Juárez, le système de crédit pour le logement s'est épanoui beaucoup plus tard (après 1985), lorsque la culture du crédit était déjà installée. Ayant connu l'influence de l'économie fordienne américaine, la population frontalière achetait, depuis longtemps, une bonne partie de ses biens à crédit9. Le crédit pour le logement vient compléter un système de crédit ancien avec de nouvelles formes institutionnelles. Il ne crée donc pas une rupture avec une éthique financière d'épargne mais plutôt avec une culture ascétique. Une telle discontinuité survient tout spécialement entre une génération immigrée et ses enfants, les natifs de première génération. Il s'agit d'une fracture consciente et réalisée de très bon gré, produite par le refus d'un passé résidentiel et de la possibilité du choix. Elle répercute les modes de vie des nouvelles générations. Le cas de la famille Henríquez est exemplaire pour éclairer ces hypothèses.

Arbre généalogique

39En 1995, la famille Henríquez est composée de dix enfants âgés de dix-neuf à trente-neuf ans. Cinq parmi eux sont mariés ou unis en concubinage, une fille est séparée, deux autres sont des filles-mères et seulement deux restent encore célibataires et sans enfants. Les trois aînés sont nés dans la ville de Torreón et sont arrivés à Ciudad Juárez vers l'âge de quatre ans. Ils sont des demi-frères des autres enfants. Fatima les a conçus lors de sa première union en concubinage qui n'a duré que sept ans. Lors de sa deuxième union, maintenant avec Rafael, elle donne la vie à sept enfants, tous nés à Ciudad Juárez. Cette relation est rompue après vingt-cinq ans. Puis, Fatima s'unit en concubinage pour la troisième fois avec un homme dont le récit familial ne permet de connaître ni son origine ni ses caractéristiques.

40Je me suis entretenue avec Fatima, la mère de cette nombreuse famille ; Rosa et Cirila, deux des mères sans partenaire ; Rita, une fille mariée ; et Fabricio et Natalia, les deux enfants encore célibataires. J'ai eu également l'occasion d'avoir des conversations informelles avec d'autres membres de la famille.

b) Configuration résidentielle en 1995

41Lors du travail de terrain, la configuration résidentielle de la famille Henríquez comptait huit maisonnées.

42Rafael - le deuxième mari de Fatima et le père de ses sept derniers enfants -vit dans la ville Torreón, tout comme Rogelio, l'enfant aîné. Apparemment ils s'occupent tous les deux de l'imprimerie. Les familles d'origine de Fatima et Rafael vivent aussi à Torreón.

43Les neuf autres enfants et Fatima vivaient encore à Ciudad Juárez. Celle-ci vit avec son mari actuel dans le quartier Division, quartier d'envahissement du CDP, situé dans la périphérie sud-ouest de la ville.

44La maison du quartier Altavista, qui a vu grandir toute la famille, est occupée par les cinq enfants : Rosa, Cirila et Adriana, les trois mères seules ; et Fabricio et Natalia, les deux célibataires. Tous les cinq travaillent dans des usines de sous-traitance différentes.

Généalogie de la famille Henriquez

Généalogie de la famille Henriquez

Configuration résidentielle en 1995

Configuration résidentielle en 1995

45Daniel, le cinquième enfant de Fatima, vit avec sa femme et ses enfants dans la maison de ses beaux-parents située au centre-ville. Il est employé par la municipalité comme ramasseur d'ordures.

46Trois des enfants mariés ont obtenu des logements d'intérêt social dans trois quartiers différents : Fabian vit dans l'Infonavit Aereopuerto, situé dans la périphérie Sud-est de la ville ; Rafael, dans l'Ecco 2000, dans la périphérie Sud et Rita vient d'emménager dans le quartier d'lnfonavit El Cuadrante, situé dans périphérie Sud-ouest. Les trois familles dépendent de l'industrie maquiladora pour vivre.

47Dans cette présente section nous allons nous concentrer uniquement sur l'histoire résidentielle de ces trois enfants-ci pour la comparer à celle de leurs parents. Les pratiques résidentielles des autres frères seront toutefois évoquées afin de fournir une toile de fond.

C) Évolution chronologique des configurations résidentielles 1930-1995

Familles d'origine et situation précédente à l'immigration à Ciudad Juárez

48La famille de Fatima s'est formée vers la fin des années trente à San Simón, un hameau minier situé dans l'État de Durango. Dix ans après, la famille a émigré vers El Carmen, un ranch du même État. Vitolo, le père, y a trouvé un emploi comme péon agricole. Deux années plus tard, la magie et les promesses du Programme Braceros l'ont attirés vers les États-Unis. Mariana, sa femme, est restée avec ses six enfants à El Carmen, mais elle a été expulsée peu de temps après car - au dire de Fatima - « il n'y avait pas un homme pour travailler et pour répondre de la famille ».

49Mariana émigre en 1952 vers la ville de Torreón, une importante ville industrielle située dans l'État voisin de Coahuila. Là-bas, elle et ses filles se sont engagées comme domestiques et ont loué une pièce dans une vecindad du vieux centre-ville. Ce n'est qu'en 1955 que Vitolo revient des États-Unis. Il rentre les mains vides : selon ses dires, toutes ses économies lui ont été volées lors de son voyage de retour. Il lui fallait repartir de zéro. À Torreón, il commence à occuper des emplois précaires, sa femme et ses enfants travaillent toujours.

50En 1955, âgée de quatorze ans, Fatima s'unit en concubinage à Rogelio avec qui elle a eu trois enfants : Rogelio, Fabián et Rosa. Cette relation se termine en 1962. En 1963, elle s'unit à Rafael, qui sera le père de ses autres sept enfants. Il appartenait à une famille immigrée provenant du village de Mercurio, Zacatecas. Son père avait installé une imprimerie qui fonctionnait comme entreprise familiale. Les situations économiques des familles respectives de Fatima et de Rafael étaient donc bien différentes. « C'est pour cela- expliquait-elle - que ses parents ne m'ont jamais accepté... pour cela et pour mes enfants, car j'en avais trois »

Configuration N°1 : Famille d'origine

Configuration N°1 : Famille d'origine

Arrivée à Ciudad Juárez : la location, la filière d'accueil

51Le refus ressenti par Fatima de la part de sa belle-famille créait des tensions dans le jeune couple et le pousse à partir ailleurs. Ce qui les conduit en 1963 à Ciudad Juárez, une ville où, bien que le chômage fît des ravages, un homme sans formation professionnelle pouvait encore s'employer facilement. L'immigration de cette nouvelle famille recomposée s'est réalisée en deux étapes. Fatima et Rafael ont émigré les premiers, laissant les trois enfants de Fatima aux soins d'une de ses amies. Ce n'est que deux ou trois ans plus tard que les enfants rejoignent leur mère et leur beau-père à Ciudad Juárez.

52Installés, Rafael s'emploie comme cuisinier dans un restaurant du centre-ville et Fatima reste au foyer. Durant une période de dix-sept ans, ils ont loué successivement trois maisons dans le quartier de Bellavista. Les sept autres enfants sont nés là.

Configuration 2 : Arrivée a Ciudad Juarez

Configuration 2 : Arrivée a Ciudad Juarez

Accession à la propriété par le moyen d'une organisation de quartier

53En 1980, Daniel, un de leurs enfants âgé à l'époque de treize ans, annonce à ses parents que plusieurs familles avaient envahi des terrains vagues du quartier voisin d'Altavista. Fatima n'a pas tardé à rejoindre ce groupe de familles et, après quelques mésaventures et après avoir obtenu le soutien du Comité de Défense Populaire, la mairie (à l'époque du PRI) lui a cédé un lot entièrement régularisé. Ainsi, la famille Henriquez devient propriétaire occupante en 1981. Il lui fallait désormais s'engager dans l'auto-construction.

Configuration 3 : Accession à la propriété

Configuration 3 : Accession à la propriété

Première génération de juarences. La cohabitation, le premier pas

54Au moment où la famille Henríquez accède à la propriété, les liens entre les membres de la famille commencent à se dissocier, chacun vivant des itinéraires professionnels et matrimoniaux très accidentés. De 1982 à 1989, garçons et filles commencent à occuper plusieurs emplois dans le secteur des services, pour finir presque tous comme ouvriers dans l'industrie maquiladora. L'aîné quitte la maison parentale pour gagner le Torreón, sa ville d'origine. Une fille s'est mariée et deux garçons se sont unis en concubinage. Entre-temps, trois des filles se retrouvent dans une situation de monoparentalité. Sans doute, le changement le plus important et le plus douloureux fut la séparation des parents, lorsque Fatima abandonne le foyer pour s'unir à un autre homme et que Rafael, le père, retourne tout seul à la ville de Torréon.

Configuration 4 : Première génération de Juarences et la cohabitation

Configuration 4 : Première génération de Juarences et la cohabitation

55Fabian, Rafael fils et Rita, les trois enfants dont nous parlerons ici, commencent leur itinéraire résidentiel par une cohabitation en voisinage, comme l'ont fait la plupart de leurs frères. Or, au départ de Fatima et de Rafael, la cohabitation pratiquée entre eux est d'un type un peu particulier : ils se sont organisés en frérèche.

La décohabitation, autres formes de non-propriété

56Par décision des parents, les frères aînés étaient censés commander au foyer. Mais leur autorité était toujours mise en question par leurs frères cadets. La tension vécue était forte, au point que tous essayaient de quitter la maison à la première opportunité. Mais cette possibilité n'était guère envisageable pour les mères sans partenaire. Hormis Rafael et sa femme, seuls les couples y parviennent rapidement.

Configuration 5 : La décohabitation

Configuration 5 : La décohabitation

57Daniel s'installe dans la maison de ses beaux-parents au centre-ville, tandis que Fabián et Rita vont louer, chacun de leur côté, dans le même quartier d'Altavista. Dans la recherche d'un nouvel espace, ces jeunes cherchaient aussi un peu d'intimité et d'indépendance pour la partager avec leurs époux respectifs. Or, ce but n'était pas tout à fait atteint. Ils ont toujours accueilli l'un des frères Henríquez lorsque les tensions dans leur maison devenaient trop vives.

Accession à la propriété par les crédits pour le logement

58En 1995, lors des entretiens, seulement trois des frères Henríquez étaient devenus propriétaires, tous les trois grâce aux crédits de l'État. Le premier fut Fabián qui, ayant travaillé pendant neuf ans dans une usine de sous-traitance, a sollicité en 1989 un logement auprès de l'Infonavit, qui a répondu favorablement en 1990. La réussite de Fabián a sans doute encouragé ses frères à suivre le même chemin. Rafael a fait sa demande en 1990 et on lui a octroyé son logement au début de 1994. Rita et son mari ont fait de même dès 1992 et ils ont obtenu leur maison au début de 1995.

Configuration 6 : Accession à la propriété

Configuration 6 : Accession à la propriété

59Rafael, qui partageait la maison du quartier Altavista avec ses frères, n'a pas voulu les quitter avant de pouvoir bénéficier d'un logement d'intérêt social. Cet objectif influençait son comportement de cohabitant. Sans la pression de payer une location, il attendait assez paisiblement que l'institution de crédit lui octroie un appartement. Entre-temps - contrairement à ses autres frères - il n'a fait aucun investissement dans la pièce que sa mère lui avait prêtée et il se montrait assez distant vis-à-vis des autres cohabitants.

60En revanche Fabián et Rita, impatients de quitter le marché rentier et peu motivés pour cohabiter avec leurs frères, étaient attentifs à toute nouvelle information concernant le marché du logement. Ils tentent ainsi d'autres voies pour accéder à la propriété. Avec des parents peu fortunés, ils ne pouvaient envisager aucun héritage. Ils cherchent à acheter de particulier à particulier, mais ils découvrent vite que cette voie leur est inaccessible. Ils attendent donc une meilleure opportunité.

61Suivant le conseil de Fatima, Rita et son mari ont alors adhéré à une organisation de quartier, mais l'expérience ne leur a pas semblé très heureuse :

62Le lot que nous avons obtenu, était dans le quartier d'Anapra. Mais non... je me suis vite découragée. Il ne m'a pas plu du tout. Mon mari était enthousiaste, mais je ne m'y suis pas plu. Lorsqu'il pleuvait, comme nous étions près de la colline, l'eau entrait partout. J'ai dit à mon mari : « Tu sais ? Je ne veux pas rester ici. Imagine-toi si l'enfant tombe dans un fossé ou s'il nous arrive quelque chose ? Non, allons-nous en ».

d) Crédits pour le logement, un moyen de contourner l'incertitude ?

63Rita ne parvient guère à exprimer dans son récit tous les inconvénients du quartier Anapra. En effet c'est l'un des quartiers des plus pauvres de la ville. Créé vers 1980 par une organisation du PRI, il comptait déjà en 1995 quelques dix mille habitants dont la plupart étaient des immigrés. Il n'y a pas de services publics. Situé dans la périphérie du Nord-ouest - aux limites de la municipalité - Anapra est très isolé. En autobus, on peut mettre deux ou trois heures pour parvenir du centre-ville. Le quartier est également isolé de tous les parcs industriels. Enfin, par sa localisation aux flancs de la Sierra de Juárez et aux abords du Rio Grande, c'est un quartier très sensible à des éboulements et à des inondations. Ces réalités donnent suffisamment de motifs pour refuser d'y occuper un lot, même s'il est gratuit. Mais plus loin dans son récit, Rita superpose des appréciations subjectives à ces problèmes objectifs. Elle reconnaît qu'elle n'a pas le même esprit combatif, ascétique, que ses ascendants et que les immigrés récents.

64Combien de temps avez-vous tenté d'occuper ce lot ? (CZ) - Nous y avons passé trois ou quatre mois. - L'aviez-vous occupé vraiment ? (CZ) - Non, nous avions le terrain et nous y allions uniquement pour faire les travaux : mettre à niveau, creuser la terre, clouer... Mais nous n'avons jamais habité là-bas. Ça ne me plaisait pas de tout. Bon, en réalité, c'est plutôt que nous, les gens comme nous, nous n'aimions pas trop de lutter, de batailler. - Comment ça ? (CZ) - C'est-à-dire, nous voulions... Par exemple, les gens qui ne sont pas de Ciudad Juárez, ces gens qui viennent de Torreón, de Durango, etc., ils viennent ici pour lutter, prêts à tout pour trouver une situation. Ce sont eux qui accaparent tous les terrains offerts par les organisations. Il est rare que un juarence s'empare d'un terrain comme ça. Car, pour aller aux assemblées et tout ça... bah ! Les maisons de l'Infonavit sont meilleures. Tout est fait, tout est facile.

65Lorsqu'on entend cette réflexion dans le récit de Rita, il est impossible de ne pas penser à sa mère. Puisque Fatima est une assidue militante du CDP, puisqu'elle a toujours essayé d'encourager ses enfants pour occuper un lot par ce moyen, il n'est pas difficile de penser qu'elle ait influencé les propos de sa fille. En plus, lorsque Rita donne en exemple les immigrés prêts à tout pour trouver une situation, elle fait sans doute référence à sa mère. Elle, qui a dû s'engager à part entière pour obtenir une parcelle et qui a éprouvé vivement la lourdeur des travaux d'occupation, l'insécurité et l'incertitude. Fatima raconte mieux que personne cette expérience :

  • 10 Littéralement : parachutistes. Dans le langage familier, ce mot désigne les personnes qui, adhéren (...)

66Daniel allait à l'école près d'ici. Alors, il est arrivé un jour et il m'a dit : « Maman, des paracaidistas10 sont en train de tomber dans le quartier d'à-côté ». je me suis dit à moi-même « Maintenant, je vais prendre un terrain ». Je pensais que c'était très facile, que l'on y allait et que l'on disait « Monsieur, donne-moi une petite parcelle » et puis, ça y est, on en avait une. Mais non, nous avons dû travailler toute la journée. Nous devions mesurer le terrain, mettre des limites avec des pierres. Enfin, nous avons passé ainsi trois ou quatre jours. Quand nous avons réussi à avoir notre parcelle, nous avons construit une petite hutte en bois et en tissu... Nous n'avions rien de rien. Mais je me disais : « Bon, ayant ma parcelle, je peux trouver un petit morceau de brique par ici et un autre par là et je vais réunir le matériel pour faire ma maison ».

67Alors, les messieurs - selon eux, les dirigeants de l'organisation - nous ont dit que nous devions mettre des meubles pour empêcher de nous faire expulser par la police. Aussi, l'un d'entre nous devait rester pour surveiller. Rafael, mon fils, devait le faire la nuit où nous avons monté la petite chaumière. Mais, vers minuit, les policiers sont arrivés et ils ont mis le feu à toutes les huttes. Ils ont mis de l'essence et ils ont mis le feu partout, je n'ai rien perdu, mais d'autres gens ont vu brûler leurs affaires.

68La plupart des paracaidistas sont partis. Nous n'étions que quelques-uns à vouloir continuer. Alors, quelqu'un qui connaissait le CDP nous a dit : « Si vous voulez, nous pouvons aller au CDP pour lui demander du soutien. Que la police paie au moins ce qu'elle nous a brûlé »... « Bon, on y va ». J'avais déjà commencé avec cette histoire, je devais continuer. Je ne devais pas faire un pas en arrière ni avoir peur, je me suis accrochée. Pedro Matus nous a apporté son appui. Il a négocié avec la municipalité et celle-ci nous a envoyé choisir nos parcelles. [...]

69De tout le groupe qui avait commencé l'envahissement, seulement quelques sept familles sont restées. Nous étions accrochés. Je ne mangeais même pas, j'ai beaucoup maigri car j'allais tout le temps avec les gens du CDP. À cette époque, le comité faisait des manifestations tous les jours, pour faire pression sur le gouvernement afin d'obtenir ce dont les gens avaient besoin.

70La rupture observée dans les pratiques résidentielles de ces deux générations se passe donc au niveau de leur capacité de résistance à l'insécurité et à l'incertitude. Pour les immigrés, l'acquisition d'une propriété avec le concours d'une organisation représente quasiment le seul moyen de ne plus payer un loyer et d'obtenir une certaine aisance financière. Cette propriété est en effet une étape vers l'ascension sociale dont ils rêvaient au moment d'entreprendre leur migration.

71Ayant connu déjà des épreuves plus difficiles, ils sont prêts à tout pour y parvenir. Pour leurs enfants, l'accession à la propriété est aussi un objectif. Mais ils ont de meilleures opportunités pour le réaliser en s'épargnant les mésaventures subies par leurs parents.

e) Crédits pour le logement, un autre visage de l'incertitude

72Le refus du passé résidentiel des jeunes ménages, exigeant une innovation des pratiques au sein de la lignée, se fait aussi au prix de certains états d'incertitude. Bien que la culture de crédit se soit implantée à Ciudad Juárez depuis longtemps, l'instauration du nouveau système de crédit pour le logement oblige la population à la réapprendre dans un cadre institutionnel.

73Les moments de plus grande anxiété se vivent au cours des démarches nécessaires pour déposer une candidature dans une institution de fonds pour le logement. Cinq conditions semblent prévaloir :

  1. avoir travaillé plus de cinq ans dans le secteur formel ;
  2. démontrer avoir payé sans interruption des cotisations aux fonds du logement ;
  3. être marié ou, à défaut, vivre en concubinage ;
  4. avoir des enfants ;
  5. créer une capacité d'épargne minimale afin de réunir l'apport initial (qui équivaut environ à quatre mois de salaire minimum).

74Même à celui qui remplit ces exigences, un logement n'est pas attribué automatiquement. Les dossiers peuvent être refusés par les institutions de logement ; il arrive aussi qu'ils soient simplement égarés dans un bureau durant des années. De plus, une fois que les travailleurs ont rempli et rendu leurs dossiers, ils doivent attendre que la chance soit avec eux : dans presque toutes les institutions de logement, spécialement dans l'Infonavit, l'attribution se fait par un tirage au sort, d'ailleurs souvent manipulé. Il n'est donc pas surprenant que beaucoup de travailleurs abandonnent l'idée de devenir propriétaires par ce moyen (comme ce fut le cas de Socorro et Juan que nous venons de voir), et que tous ceux qui y sont parvenus parlent de l'événement avec l'enthousiasme d'un gagnant du loto :

75Nous souhaitions obtenir un crédit depuis toujours, mais nous n'avions jamais imaginé que nous aurions ce coup de chance. On avait refusé notre dossier à plusieurs reprises. [...] Un jour mon mari est arrivé avec la surprise. Il est arrivé à la maison plus tard que d'habitude et j'étais fâchée contre lui. « Pourquoi viens-tu à cette heure-ci ? - Je viens Del Cuadrante, on va nous donner la clef de notre maison. - Tu mens ». Je lui disais. Je ne pouvais pas le croire. Le lendemain nous sommes allés aux bureaux Del Cuadrante et oui, on nous a donné la clef. Tu imagines ? ! J'étais ravie. (Rita Henríquez)

76Les modes de remboursement des crédits soumettent les débiteurs à d'autres contraintes. Pendant vingt ans, l'entreprise soustrait tous les mois un quart du salaire des travailleurs bénéficiaires. Certes, la valeur réelle de cette cotisation tend à diminuer avec l'inflation, mais pendant les premières années elle exige un effort considérable des ménages. Cette nouvelle obligation génère moins de stress que les procédures pour postuler aux crédits, mais elle oblige aussi les bénéficiaires à certaines adaptations. Outre de contraindre les familles à devenir plus stables tant dans le marché du logement que dans celui du travail, les conditions de remboursement modifient les pratiques de consommation ainsi que les combinaisons professionnelles au sein de la famille. Les nouveaux accédants à la propriété doivent apprendre à restreindre leurs dépenses et à chercher des sources de revenus supplémentaires, pour lesquels le travail de la femme et les doubles journées de travail sont privilégiées.

Organisation de quartier et crédit de l'État : un abîme intergénérationnel

  • 11 Lorsque je parle de mobilisation morale, je fais évidement référence à l'ouvrage de Francis Godard (...)

77L'adaptation des jeunes ménages aux contraintes signalées exige aussi des ruptures avec les pratiques de leurs ancêtres. Dans le cas de la famille Henríquez, nous percevons un clivage profond entre la génération d'immigrés qui a pratiqué l'auto-construction et les enfants qui ont accédé à des crédits pour le logement. La première n'obtient qu'une parcelle. Le cadre bâti est le produit des revenus perçus en échange d'un emploi dans l'économie formelle ou informelle. Mais surtout il résulte du travail investi dans l'auto-construction, travail qui fluctue au rythme des besoins d'espace du ménage et surtout de ses possibilités économiques et techniques ainsi que de sa capacité de mobilisation morale11 La deuxième génération obtient un logement tout construit qu'elle doit payer avec ses revenus, fruits d'un emploi régulier exercé forcément dans le cadre de l'économie formelle.

  • 12 Dominique Maison, art. cit., p 102.

78Le renversement axiologique produit par l'essor des crédits pour le logement au Mexique est donc différent de celui relevé en France par Dominique Maison12. Les Français de la première moitié du siècle qui devaient acheter au comptant étaient contraints à la pratique de l'épargne pour accéder au logement. Ils devaient donc savoir produire des ressources avant de consommer des biens. Les nouvelles générations qui profitent des crédits ont dû apprendre à consommer des biens avant de produire des ressources. En revanche, comme beaucoup d'autres Mexicains habitués aux crédits informels, les enfants de la famille Henríquez ont dû réapprendre la culture du crédit dans un cadre institutionnel. Ils ont aussi dû remplacer cette culture-là par la culture de l'auto-construction qui consiste à consommer un bien en produisant aussi bien des ressources que du patrimoine.

79Ce bouleversement produit en même temps une nouvelle relation maisonnée-maison. Dans les maisons produites par l'État, tout est déjà fait. La maisonnée doit soumettre ses pratiques aux idées des architectes officiels, pour qui le mode de vie ouvrier reste souvent étranger. La maison auto-construite est remplie d'un sens familial, car - comme nous allons voir dans la troisième partie de ce travail - chaque espace a été conçu par l'occupant suivant ses besoins et, dans la limite du possible, selon ses désirs.

CONCLUSION : DEUX GÉNÉRATIONS POUR UN CHANGEMENT

80Nous avons connu ici les cycles d'intégration urbaine de deux familles d'origine immigrée. La famille Henríquez arriva à Ciudad Juárez en 1963 et la famille Ruiz, en 1986. Mais en dépit de cette différence fondamentale, les deux familles ont accédé au logement grâce à une organisation de quartier. Elles ont profité de cette possibilité, en assumant hardiment les désavantages que leur choix leur imposait. Elles étaient, comme Rita l'a remarqué, prêtes à tout pour avoir une situation, et devenir propriétaire était une étape importante.

81Voulant rompre avec cette culture ascétique propre aux immigrés, la deuxième génération de ces familles a mobilisé toutes les ressources disponibles pour faire autrement que ses ascendants. Ils ont donc réalisé le même choix, mais les pratiques et les possibilités de réussite ont été différentes pour ces jeunes familles. Après un parcours cahotique, Rosario Ruiz achète une bicoque à un particulier. Cela ne lui épargne cependant pas certaines des contraintes subies par sa mère. En effet, elle n'a pas eu tout de suite les titres de propriété de sa demeure, elle devait construire sa maison de ses propres mains et elle devait se soumettre aux lois du CDP. La rupture avec son passé résidentiel est plus subtile, il se passe au niveau d'une représentation de citoyenneté qui la motive à profiter de la fragmentation sociale du quartier pour contribuer à la chute du CDP. Les frères Henráquez ont su mobiliser les ressources que leur situation professionnelle leur permettait. Grâce aux salaires indirects de la maquila, ils parviennent à décrocher un crédit pour le logement. Par ce choix, ils réalisent un important renversement axiologique qui touche leur vie professionnelle, leur mode de régulation des dépenses, celui de de l'appropriation de l'espace, bref, tout leur mode de vie.

  • 13 Béatrix Le Wita, art. cit., p. 210.

82Il a suffi de deux générations pour constater une fracture dans les pratiques résidentielles de ces familles dont les conditions structurelles et l'origine des ressources ont évolué grâce à des changements dans les politiques urbaines, mais aussi grâce à leurs propres pratiques innovatrices. Nous ne pouvons toutefois pas nier l'existence d'un certain déterminisme du milieu d'origine. En le considérant, nous pouvons nous lancer dans une litanie interminable au conditionnel passé qui dirait : si les parents de ces jeunes n'avaient pas immigré à Ciudad Juárez, s'ils avaient disposé de plus de ressources, etc. Mais il importe aussi de considérer que « la génération, c'est avant tout un mouvement qui produit des choses et qui les détruit »13.

Notes

1 Béatrix Le Wita, « L'énigme des trois générations », in Martine Segalen (et al.), Jeux de familles, Presses du CNRS, Paris, 1991, p. 209-218.

2 Par cycle d'intégration urbaine j'entends, suivant l'idée de Maurizio Gribaudi, une série de choix et de situations professionnelles et résidentielles des lignées dès le moment de l'immigration. Maurizio Gribaudi, Itinéraires ouvriers..., op. cit., p. 74. C'est une notion différente de celle d'itinéraire résidentiel où l'on considère les passages des cellules familiales par les différentes filières de logement.

3 Javier Arroyo, « Tierra sin ley, la México 68 », in El Norte de Ciudad Juárez, sección A, 4 oct. 1993, p. 1.

4 Eduardo Barrera, op. cit., p. 20-21.

5 Il est important de rappeler ici le protocole des interviews : a) présentation et explication des buts de ma recherche et proposition de l'ordre du récit souhaité ; b) dix ou quinze minutes de récit libre où l'interviewé raconte sa vie selon l'enchaînement des faits qui lui vient à l'esprit ; et c) une série d'interventions de ma part demandant d'approfondir les aspects qui m'ont semblé intéressants ou les points que l'interviewé n'a pas encore évoqués.

6 Christian Topalov, Le logement en France..., op. cit., p. 328-329.

7 Dominique Maison, art. cit., p. 102. (Lorsque l'auteur cite Jean Baudrillard, il fait référence à l'ouvrage Le système des objets, Gallimard, Paris, 1968.)

8 Ibidem, p. 103.

9 Cette pratique est d'ailleurs l'une des explications que Tonatiuh Guillén essaie d'aposter au fait que cette population possède régulièrement beaucoup plus de produits de longue durée que celle du reste du pays. Tonatiuh Guillén, « Servicios públicos y marginalidad... » art. cit. Dans le langage familier, on appelle les dettes drogas (littéralement : drogues), mot qui montre la situation d'aliénation à laquelle les débiteurs sont soumis. C'est une notion chargée d'une connotation négative, certes, mais elle indique en même temps une familiarité avec la pratique du crédit.

10 Littéralement : parachutistes. Dans le langage familier, ce mot désigne les personnes qui, adhérentes à une organisation de quartier quelconque, occupent collectivement un lotissement. C'est une métaphore qui évoque le caractère rapide et inattendu de cette pratique ; cependant, faisant allusion à ces particularités, le terme tend à cacher les calculs préalables des divers agents qui participent à l'occupation des lotissements : leaders, propriétaires terriens, politiciens, etc.

11 Lorsque je parle de mobilisation morale, je fais évidement référence à l'ouvrage de Francis Godard et Paul Cuturello, Familles mobilisés... op. cit.

12 Dominique Maison, art. cit., p 102.

13 Béatrix Le Wita, art. cit., p. 210.

Table des illustrations

Titre Généalogie de la famille Henriquez
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Configuration résidentielle en 1995
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1926/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Configuration N°1 : Famille d'origine
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1926/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Configuration 2 : Arrivée a Ciudad Juarez
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1926/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Configuration 3 : Accession à la propriété
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1926/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Titre Configuration 4 : Première génération de Juarences et la cohabitation
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1926/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Titre Configuration 5 : La décohabitation
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1926/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Configuration 6 : Accession à la propriété
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1926/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 513k

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable