Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Reproduction ou production ?

Texte intégral

1Inspirée des travaux de Pierre Bourdieu, Catherine Bonvalet cherche dans la situation du logement des ménages des traces de leur passé résidentiel, c'est-à-dire, de l'habitat vécu dans leur enfance.

  • 1 Catherine Bonvalet, « Le transmis et l'acquis : localisation, statut d'occupation et type d'habita (...)

2Le milieu d'origine, l'histoire familiale et résidentielle jouent un rôle non négligeable dans les choix du logement, aussi bien du point de vue de la localisation que du statut d'occupation ou du type d'habitat Ces choix, en effet, ne semblent pas être le produit du hasard ou le simple résultat d'un déterminisme économique, ils font souvent appel à des « habitus », des expériences passées qui dépassent parfois l'individu lui-même.1

  • 2 C. Bonvalet et A. Gotman (eds.), Le logement, une affaire de famille..., op. cit., p. 11.

3Bonvalet vérifie son hypothèse à partir d'une étude démographique longitudinale. Sa démarche consiste « à se centrer sur les usages des statuts résidentiels plutôt que sur leur mode de production, afin de laisser apparaître des itinéraires contrastés »2 De cette étude, j'évoquerai uniquement les résultats concernant la localisation et le statut d'occupation, deux aspects qui seront traités dans la présente recherche.

4Quant à la localisation, l'auteur considère les individus comme sédentaires lorsqu'ils habitaient leur commune de naissance au moment de l'enquête. Elle distingue les ménages sédentaires, lorsqu'au moins l'un des conjoints est né dans le lieu de résidence du couple. L'auteur confronte les résultats de deux enquêtes :

  1. la « Triple Biographie », qui révèle 25 % d'individus sédentaires et 37 % de couples de la même catégorie ;
  2. l'enquête « Peuplement Dépeuplement de Paris » (PDP), qui compte 11 % d'individus vivant dans leur lieu de naissance et 18 % de couples dont au moins l'un des membres est né dans son lieu de résidence.3 Concernant le statut d'occupation résidentiel, l'auteur signale seulement les résultats de la PDP, où 62 % des foyers dont les parents de l'un des conjoints sont des propriétaires sont eux-mêmes des propriétaires ; tandis que seulement 43 % des fils de locataires ont accédé à la propriété4.

5Catherine Bonvalet démontre donc l'existence, même faible, d'une série de correspondances entre le passé résidentiel des familles et leurs situations ultérieures. Son choix méthodologique permet, certes, de révéler ces parallélismes, mais en excluant de l'analyse les processus de production de ces situations résidentielles, l'auteur simplifie et surestime la force des mécanismes de transmission entre les générations. D'autre part, elle n'observe pas la capacité d'innovation des acteurs sociaux, ni les possiblités et les contraintes qui conduisent les enfants à rompre avec leur passé résidentiel. Elle laisse imaginer enfin que la famille est la seule instance de socialisation et donc, que la société où l'individu s'est développé ne participe pas à la construction de ce qu'elle appelle « habitus ».

LA LIGNÉE ARIZMENDI, QUATRE-VINGTS ANS DE MOBILITÉ ET DE RUPTURES

6Selon les critères de Bonvalet, la lignée Arizmendi - dont le cas sera analysé dans le présent chapitre - montre des caractéristiques résidentielles assez similaires. Cette famille était composée en 1995 de neuf maisonnées réparties en trois générations. Concernant les niveaux de sédentarité, seul un membre de la famille s'est déplacé assez loin du foyer paternel (à Chicago, Illinois). Deux autres ménages sont aussi partis aux États-Unis, restant dans la conurbation internationale El Paso-Ciudad Juárez. Et les six autres maisonnées, donc la majorité, sont restées dans leur ville de naissance.

7En ce qui concerne les statuts d'occupation, nous pouvons voir que l'attraction vers la propriété a motivé particulièrement leurs pratiques : tous les ménages ayant plus de cinq ans d'ancienneté sont propriétaires ou accédants à la propriété. Toutefois, analysant de près les itinéraires et les pratiques résidentielles de chaque ménage, nous allons voir que les ressources sociales et matérielles mobilisées pour accéder à la propriété - c'est-à-dire, les stratégies résidentielles elles-mêmes - ont été fort différentes. Car chaque génération, voire chaque individu de la lignée, ne disposait pas des mêmes ressources. Nous allons constater également que ces choix ou que la soumission aux contraintes apparues sur le chemin ont eu des conséquences sur l'emplacement géographique de chaque maisonnée, plus que leurs propres désirs. Bref, cette analyse nous permettra d'affirmer que les situations et les pratiques résidentielles de cette famille ne sont pas qu'un héritage familial, mais le résultat de la convergence des histoires individuelles, familiales et sociales.

8Nous allons analyser ici l'évolution chronologique des configurations résidentielles de la famille Arizmendi. Ces configurations dépeignent les structures des différentes maisonnées, leur localisation géographique, leur statut résidentiel et leurs mobilités géographiques (individuelles et familiales). La description sera complétée par l'indication de la situation professionnelle des membres de la famille, qui s'avère incontournable pour comprendre la situation résidentielle de certaines maisonnées. Avant de poursuivre, montrons l'arbre généalogique de la famille, qui servira de repère pour l'exposition des configurations.

Généalogie de la famille Arizmendi

Généalogie de la famille Arizmendi

a) L'arbre généalogique, cinq générations

9Trente-quatre individus composent l'arbre généalogique de cette famille. Trois parmi eux sont originaires de l'État de Chihuahua, trois autres sont nés à El Paso et les autres, à Ciudad juárez.

  • De la génération d'immigrés arrivés vers 1910 personne ne survit.
  • La première génération autochtone était composée de cinq membres dont Lucila est la seule survivante.
  • La deuxième comprend ses quatre enfants nés entre 1949 et 1955 ainsi que leurs conjoints respectifs.
  • La troisième génération comporte les dix-sept petits-enfants de Lucila, nés entre 1970 et 1993 et dont une fille est morte.
  • Après cette génération on trouve celle des arrière petits-enfants de Lucila, qui commence à apparaître avec un garçon né et mort en 1993 et une fille née en 1994.

10Mario, le fils cadet de Lucila, vit au Nord des États-Unis mais il se rend régulièrement à Ciudad Juárez durant l'hiver. C'est lors d'un de ces séjours que je l'ai rencontré, dans un garage du quartier Hidalgo où nous étions tous les deux des clients. Après avoir échangé quelques mots sur son origine et ses activités il m'est apparu comme un interlocuteur intéressant. C'est lui qui m'a introduit dans sa famille, où j'ai pu m'entretenir avec Mario, lui-même et trois autres personnes de sa lignée : Lucila, sa mère, Jorge, son frère et Ana, la plus âgée de ses nièces.

11J'ai eu également des conversations informelles avec le mari d'Ana et avec les autres deux frères de Mario : Flora, la fille aînée et José-Mario, le deuxième né. En dehors des interviews j'ai passé de nombreuses après-midi à regarder des photos de famille et à discuter avec Lucila et ses enfants autour d'une tasse de café.

b) La famille Arizmendi en 1995

12Nous avons affaire à une configuration résidentielle binationale. En 1995 la famille était composée de vingt-six personnes qui formaient sept cellules familiales et deux « foyers » unipersonnels. Voyons leurs caractéristiques par le biais de la lignée Arizmendi.

  • Lucila, la mère des frères Arizmendi, habite seule une maison en propriété d'occupation dans le quartier Hidalgo, près du centre-ville. Elle ne travaille plus et vit d'une petite pension de vieillesse et des aides financières de ses enfants.
  • Flora, sa fille aînée, a quarante-cinq ans. Elle habite la ville d'EI Paso avec son mari, Alfredo, et ses deux enfants de vingt et de dix-sept ans. La famille vit des revenus d'Alfredo qui travaille dans une usine nord-américaine ; elle est en accession à la propriété.
  • José-Mario, âgé de quarante-deux ans, vit en concubinage avec Remedios. Ils ont huit enfants qui, en 1995, avaient entre vingt-quatre et deux ans. Trois de ces enfants sont déjà mariés et ont quitté le foyer parental. José-Mario alterne emplois précaires et temporaires avec le métier de mécanicien garagiste. Remedios, attachée aux entreprises d'Avon et Jaffra, pratique la vente pyramidale. Deux des enfants qui vivent encore avec eux travaillent aussi sans contribuer pour autant au budget familial. Une fille âgée de seize ans travaille dans une maquila et un garçon de quatorze ans, est assistant dans un garage. Ils sont propriétaires d'une maison autoconstruite dans le lotissement Lomas de San José, situé à la périphérie Sud de la ville.
  • Jorge, le troisième enfant de Lucila, a quarante et un ans. Il vit en concubinage avec Susana. Ils ont deux enfants de vingt et de dix-sept ans. Ayant perdu son emploi comme laveur de voitures dans une agence spécialisée d'EI Paso, Jorge est au chômage depuis plus d'un an. La famille vit aux dépens de Susana, employée dans une maquiladora. Leur fils aîné travaille dans le secteur des services sans contribuer au budget familial. Le couple est sur le point de terminer le remboursement d'un crédit de l'Infonavit pour un appartement situé aussi dans la périphérie Sud.
  • Mario, le cadet, vit aux États-Unis, dans l'État d'Illinois. Âgé de trente-huit ans, il est le seul enfant de Lucila qui ne soit pas parvenu à fonder une famille stable. Il a cependant un enfant avec Trinidad, une ancienne concubine qui en 1995 cohabitait avec ses parents dans le quartier Hidalgo. Aux États-Unis, Mario détient une carte de résident américain et travaille dans plusieurs entreprises du bâtiment. Il était à l'époque sous-locataire.

13Les trois premiers enfants de José-Mario et Remedios sont déjà mariés :

  • Ana, l'aînée, est mariée depuis six ans à Tomâs, un jeune autochtone superviseur dans l'usine Helmex. Ana travaille aussi dans une maquila. Ils n'ont pas d'enfants, Ana étant stérile. Ils ont obtenu un crédit de l'IMEVICH pour l'achat d'un logement d'intérêt social dans le lotissement Morelos III, au sud-est de la ville.
  • Luis, âgé de vingt-trois ans, est marié à Olivia, une jeune américaine d'origine mexicaine. Le couple vit à El Paso dans un appartement en location au centre-ville. Luis travaille au noir dans un garage, espérant régulariser ses papiers de résident. Olivia est femme au foyer.
  • Enfin Alicia, vingt-deux ans, vit en concubinage avec Roque. Elle est femme au foyer, tandis qu'il travaille dans une maquila. Ils louent un appartement dans une vecindad du lotissement Lomas de San José et sont les seuls membres de la troisième génération à avoir un enfant.

Configuration résidentielle en 1995

Configuration résidentielle en 1995

Configuration n°1 : Les immigrés pionniers

Configuration n°1 : Les immigrés pionniers

c) L'évolution chronologique des configurations de 1915 à 1995

Les itinéraires résidentiels des immigrés pionniers

14L'expérience de la première génération de cette famille correspondait bien aux circonstances de l'époque : la violence et la misère subies par les Mexicains lors de la Révolution de 1910 provoquent des déplacements géographiques dans tous les sens. La population des États du Nord tendait le plus souvent à se rapprocher des villes frontalières, où les investissements américains et la possibilité de passer « de l'autre côté de la ligne » amortissent un peu les effets des mouvements armés. Faisant partie de ces vagues de population, José López commença son itinéraire par une migration au Mexique. En 1915, il quitta la capitale de Chihuahua pour se rendre à Ciudad Juárez, qui à ce moment-là comptait à peine dix mille habitants. C'était une ville en expansion où l'on trouvait facilement de l'emploi dans les multiples secteurs de l'économie urbaine et dans les cultures du coton qui l'entouraient. José trouva un emploi en ville dans le bâtiment, branche de l'économie qui accueille encore de nos jours, en Amérique latine, des immigrés récents et sans formation professionnelle.

15Aussitôt installé, il va chercher Juana dans la ville de Chihuahua pour vivre avec elle en concubinage à Ciudad Juárez. Ils ont loué une pièce dans une vecindad du quartier La Chaveña où sont nés Lucila (en 1918) et, après trois enfants décédés avant l'âge d'un an, José Juan (en 1924). La famille commença donc son itinéraire résidentiel par la location à une époque où, cette filière était certes dominante. Mais le fait d'avoir loué dans ce quartier une pièce dépourvue de tout révèle leur condition d'immigrés sans ressources.

Configuration N° 2 : rupture familiale

Configuration N° 2 : rupture familiale

Rupture familiale

16En 1926, José quitta Juana et ses enfants et, s'installant à El Paso, forma une autre famille avec Rosa, qui lui donna cinq enfants. C'est à partir de ce moment-là que Lucila, selon ses propres mots, a commencé à « naviguer ».

17Après le départ de José, Juana revint avec ses enfants dans sa ville natale, mais elle n'y trouva pas grande aide. Au bout d'un an, elle retourna alors à Ciudad Juárez et s'installa dans une chambre de vecindad dans le même quartier de La Chavena. Juana travaillait comme domestique dans une maison du centre-ville, mais deux ans plus tard une embolie la laissa à moitié paralysée. Elle quitta son emploi et vécut de la charité et de quelques aides de son ex-mari.

18Quand Lucila eut treize ans, elle devint le soutien du foyer. Installée comme servante dans une maison du centre-ville, elle y passait toute la semaine pour retrouver sa mère et son frère à La Chavena le week-end. À douze ans, José Juan commença lui aussi à travailler. Ce nouvel appui économique permit à la famille de s'installer dans un appartement de deux pièces dans la même vecindad.

19Lorsque José Juan eut quinze ans, son père le fit venir à El Paso, où il travailla dans une exploitation maraîchère. À partir de 1939, Lucila et Juana se retrouvèrent seules. La fille continua son travail comme domestique en changeant d'emploi assez souvent. Juana entre-temps, restait à la maison, faisant de petits travaux à domicile.

20La location a dominé encore l'itinéraire résidentiel de Juana et de sa famille. Sa situation de monoparentalité, ses problèmes de santé, sa situation d'immigrée sans formation ni ressources... tout concourait à lui donner le statut de locataire. Elle ne pouvait pas cohabiter car elle n'avait pas de famille en ville. Elle n'a connu personne pour lui prêter ou lui offrir un toit. Enfin, la voie de l'achat entre particuliers, la seule voie à l'époque - hormis les donations - qui permettait l'accès à la propriété, était réservée aux plus favorisés.

La première génération de juarences et la location

21José Juan et Lucila, les deux enfants de la première génération d'autochtones, suivront des parcours très différents. José Juan rejoint son père aux États-Unis pour y travailler dans la culture maraîchère. Il regagne ensuite Ciudad Juárez où il est employé comme maçon. Célibataire et avec des problèmes d'alcoolisme, il passe sa vie dans différentes chambres en location. Lucila est restée à Ciudad Juárez pour prendre soin de sa mère. Elle n'établit un foyer qu'à l'âge de trente ans. D'ailleurs, elle perçoit la situation de dépendance de sa mère comme l'explication de son union tardive.

22J'ai travaillé jusqu'à l'âge de vingt-neuf ans, à trente ans je me suis mariée car... mon frère est parti avec mon père. Ma mère est moi nous sommes restées toutes seules. Alors, je ne pouvais pas abandonner ma mère à son sort car elle était malade.

  • 5 Même si Lucila ne s'est pas unie légalement, elle dit souvent « mon mari », « nous sommes mariés » (...)

23Lucila s'est unie en concubinage à Mario Arizmendi, un Mexicain immigré aux États-Unis5. Âgé de dix-huit ans il est allé à El Paso, où il a obtenu rapidement sa carte de résidence. Au moment où il a rencontré Lucila, il travaillait comme opérateur de machines agricoles. Il avait à l'époque 38 ans, huit ans de plus qu'elle. On ne sait pas pourquoi il n'était pas encore marié à cet âge. Était-ce sa situation d'immigré aux États-Unis ? Avait-il eu une autre famille ? Beaucoup de silence entoure le passé de celui qui est considéré comme un héros dans le « roman familial ».

Configuration 3 : La première génération de juarences et la location

Configuration 3 : La première génération de juarences et la location

24Après son union, Mario a loué un appartement de deux pièces dans le quartier Hidalgo, un quartier périphérique qui commençait à peine à s'urbaniser, juana est allée habiter avec eux. Le cadre de vie a radicalement changé pour Lucila et sa mère. Après avoir habité un quartier vétuste et pauvre à l'Ouest du centre-ville, elles sont passées à la nouvelle périphérie de l'Est, très peu peuplée à l'époque et plus aisée. Leur logement, même s'il faisait aussi partie d'une vecindad, était nettement meilleur. Il y avait deux chambres construites en dur avec l'eau courante. Dans cet appartement sont nés Flora, José-Mario et Jorge.

L'accès à la propriété, le décès du père de famille

25Malgré son emménagement à Ciudad Juárez, Mario a conservé son emploi à El Paso en traversant tous les jours la frontière. Il faisait donc partie de ce que le bureau d'immigration américain a nommé les commuters, des personnes qui travaillent en toute légalité sur le territoire américain, mais qui dépensent leur revenu élevé au Mexique où le coût de la vie est plus faible. Cette situation privilégiée lui donnait une capacité d'épargne dont peu de Mexicains étaient capables. Au bout de quatre ans, assez vite pour l'époque, il acheta au comptant une bicoque dans le quartier Hidalgo, le même quartier qu'ils habitaient en tant que locataires.

26Cette union a donc signifié pour Lucila une mobilité sociale importante. Par le moyen de l'alliance, elle mit un terme à sa vie de locataire, rompant - de très bon gré - avec son passé résidentiel. Hélas, le bonheur a été de courte durée dans la famille Arizmendi. En 1955, alors que Lucila était enceinte de son quatrième enfant, Mario a dû subir une opération à laquelle il n'a pas survécu. Quelques mois plus tard, l'enfant cadet est né. Lucila décide de lui donner le nom de son mari, porté déjà par son deuxième enfant : Mario. Comme elle n'était pas mariée civilement, elle n'a pas obtenu de pension de la part des employeurs de Mario. Dès qu'elle s'est relevée de ses couches, elle a dû s'insérer une nouvelle fois dans son ancien réseau de femmes de ménage afin de trouver un emploi.

Une ascension sociale brisée

27Après le décès de Mario Arizmendi, Lucila - tout comme Juana, sa mère, une vingtaine d'années auparavant - s'est retrouvée à la tête d'une famille monoparentale. Bien que son ascension sociale ait été brisée, et qu'elle ait repris le travail, elle n'a pas reculé par rapport à l'échelon monté, elle est restée propriétaire. Ce statut lui a permis de mieux résoudre que Juana les problèmes de subsistance, auxquels une mère seule et sans formation professionnelle est confrontée. La maison et son terrain - seuls héritages légués par Mario - deviennent la demeure familiale et une source de revenus qui complétait son faible salaire. Comme on le verra en détail dans le chapitre sept, Lucila a fait construire quelques pièces au fond du patio, qu'elle met en location.

La deuxième génération autochtone, mariages, cohabitations et décohabitations

28Juana meurt dans les années soixante. En 1969, nous avons ainsi une maisonnée monoparentale composée de la mère, âgée de cinquante et un ans, et de quatre jeunes âgés de vingt à treize ans. Toute la maisonnée travaillait : Lucila était femme de ménage dans une maison du quartier, Flora secrétaire dans une usine de sous-traitance, José-Mario assistant mécanicien dans un garage du quartier, Jorge inséré dans un réseau de contrebandiers, et Mario, le cadet, travaillait comme artisan. Le budget familial était toujours complété par les redevances des quatre familles de locataires installées dans les pièces du patio.

Configuration 4 : L'accès à la propriété

Configuration 4 : L'accès à la propriété

Configuration 5 : La deuxième génération autochtone

Configuration 5 : La deuxième génération autochtone

29C'est à partir de 1970 que les fils de Lucila, les membres de cette deuxième génération de juarences, commencent leurs itinéraires résidentiels. À cette date, José-Mario se lie en concubinage à Remedios et la première fille de la troisième génération vient au monde. Or les murs de la maison du quartier Hidalgo constituent toujours les frontières qui délimitent cette configuration familiale élargie. José-Mario et sa nouvelle famille occupent l'une des pièces qui auparavant étaient louées. Il y a donc une nouvelle famille à l'intérieur de la famille.

30La structure de cette maisonnée en voisinage change en 1972, quand José-Mario et sa femme, avec les trois enfants qu'ils avaient alors, quittent la maison maternelle. Les frontières de la configuration familiale s'étendent, d'une manière plutôt timide. En effet, la jeune famille loue un appartement de deux-pièces dans une vecindad située à trois pâtés de maison du logement de Lucila. Dans la configuration résidentielle des Arizmendi on a donc affaire à une famille propriétaire (occupant et loueur) et à une famille locataire.

31Seul dans la famille à changer d'activité professionnelle, José-Mario abandonne la mécanique et commence à exercer des professions variées dans le secteur des services. Remedios, sa femme, est ouvrière dans une maquila.

Décohabitations vers des logements en non-propriété

32En 1974, Flora, la fille aînée, épouse un Mexicain résidant à El Paso et part pour vivre dans cette ville. Elle y accouche de son premier enfant. C'est le premier membre de la famille qui obtient la nationalité américaine par la naissance.

33Quelques mois plus tard, Mario, le cadet, émigre vers les États-Unis, où il débarque d'abord à Becerril, un village de l'État d'Indiana. Quelques mois après, il s'installe dans la ville de Chicago. Aux États-Unis, les deux frères commencent leur itinéraire résidentiel par la location.

34Un peu après le départ de ses deux frères, Jorge commence à vivre en concubinage avec Susana et ils ont un enfant. Ils s'installent dans l'une des pièces du patio de Lucila. Ainsi, hormis le cadet, tous les frères Arizmendi ont déjà une famille.

35Aucun d'eux n'est propriétaire de son logement, mais tous ont des situations bien différentes : Flora loue un appartement dans le centre-ville d'El Paso ; Mario sous-loue de multiples logements dans l'Illinois ; José-Mario loue deux pièces dans une vecindad du quartier Hidalgo et Jorge cohabite avec sa mère.

36Les situations professionnelles sont aussi diverses : Flora ne travaille pas et vit aisément des revenus de son mari qui est employé dans une usine américaine. José-Mario, pour sa part, fait le tour du secteur des services à Ciudad Juárez, tandis que sa femme travaille dans une usine de sous-traitance. Jorge traverse tous les jours la frontière pour travailler au noir à El Paso tandis que sa femme travaille dans une maquila à Ciudad Juárez. Enfin, Mario fait le turn-over des emplois au noir à Chicago.

Quitter son quartier d'origine pour accéder à la propriété

37Vers 1976, Mario est rapatrié par le bureau d'immigration états-unien et reprend sa place dans la maison maternelle. Mais deux ans après il traverse une nouvelle fois la frontière pour s'installer dans la ville de Chicago. Ses frères connaîtront des changements dans leur vie familiale : Flora a un nouvel enfant, alors qu'à la maison Arizmendi, Jorge a des jumelles dont l'une mourra à l'âge d'un an. Un autre changement chez Lucila est le départ des derniers locataires. Jorge remodèle deux des pièces du patio et, prévoyant un long séjour dans la maison de sa mère, y aménage un studio.

Configuration 6 : Décohabitations

Configuration 6 : Décohabitations

Configuration 7 : Quitter son quartier d'origine

Configuration 7 : Quitter son quartier d'origine

38Entre 1976 et 1982, c'est sans doute le foyer de José-Mario qui connaîtra les changements les plus importants. En 1976 José-Mario quitte le quartier Hidalgo pour s'installer avec sa famille dans le lotissement de Lomas de San José, situé dans la périphérie Ouest de la ville. Il y loue un logement de trois pièces à proximité de sa belle-famille. Ayant eu trois autres enfants, en 1979 il cessa sa vie de locataire, son beau-père lui ayant offert une parcelle pour auto-construction dans ce même lotissement. La famille change donc son statut résidentiel sans changer de quartier.

39Ayant obtenu un terrain à bâtir de sa belle-famille, il lui faut désormais payer les matériaux de construction. C'est pendant cette période que José-Mario, sans sa famille, rejoint son frère cadet à Chicago pour y travailler pendant six mois. Cette stratégie pour obtenir des ressources qui était propre aux milieux ruraux, se rencontre aussi en milieu urbain. Comme beaucoup de paysans qui traversent la frontière dans l'intention de réunir des économies pour l'achat de fertilisants, pour payer la récolte ou bien pour se marier, Mario s'installe temporairement aux États-Unis pour financer l'auto-construction de sa demeure.

40Enfin, pour soulager un peu Remedios de la garde des enfants pendant l'absence de José-Mario, ils chargent Lucila du soin d'Ana, la fille aînée. Celle-ci quitte donc la maison paternelle à douze ans pour s'installer chez sa grand-mère. Ce séjour est plus long que prévu et Ana y reste deux ans.

Accès à la propriété et solidarité de la mère

41En 1982 Mario retourne une nouvelle fois à Ciudad Juárez. Pensant s'y établir, il s'unit en concubinage à Trinidad qui lui donne un enfant. Ils décident de ne pas occuper la maison de Lucila et s'installent dans un logement en location du quartier Hidalgo, à proximité tant de la maison de la mère de Mario que de celle des parents de Trinidad. Ainsi, la configuration résidentielle de la famille Arizmendi perd à nouveau l'espace gagné dans l'Illinois, mais elle reconquiert celui du quartier Hidalgo.

42Jusqu'à présent, les déplacements géographiques des membres de la famille sont quasiment indépendants, c'est-à-dire que le choix des uns n'influent pas sur la situation des autres. En 1983 on commence à percevoir des évolutions solidaires. Flora et Alfredo achètent à crédit une maison dans la périphérie d'El Paso. Flora commence à travailler dans une boutique nord-américaine afin de pouvoir faire face aux dépenses et aux charges liées à l'accession à la propriété. Elle décide de charger sa mère de la garde de ses enfants qui ont alors, neuf et six ans. Lucila part aussitôt pour El Paso afin d'aider sa fille. Après son départ, Ana, la fille de José-Mario, retourne chez ses parents. Jorge et sa famille restent seuls dans la maison du quartier Hidalgo.

43La stratégie d'accession à la propriété mise en place par Flora et Alfredo modifie la configuration résidentielle de la famille Arizmendi aussi bien dans sa localisation que dans ses statuts d'occupation. Un autre membre de la famille s'installe aux États-Unis. Le statut d'occupation de la famille de Florachange, elle délaisse la location pour devenir accédant à la propriété, tandis que la famille de Jorge passe du statut de cohabitant à celui d'emprunteur.

Configuration 8: Accès à la propriété

Configuration 8: Accès à la propriété

Configuration 9 : Tous propriétaires

Configuration 9 : Tous propriétaires

Tous propriétaires

44En 1985, la configuration familiale s'est étendue une nouvelle fois en Illinois. À cette date, l'union de Mario et de Trinidad échoue. Le premier regagne les États-Unis et Trinidad retourne avec son enfant chez ses parents dans le quartier Hidalgo. Peu de temps après son départ, Mario se met en concubinage avec Regina dont il n'a pas d'enfants. Ils louent un appartement dans la banlieue de Chicago.

45À cette même date Susana, la concubine de Jorge, travaillant toujours en maquila, obtient un crédit de l'Infonavit pour l'achat d'un appartement. Bien qu'ils aient leur logement à eux, Mario préférait rester dans la maison de sa mère. Ils ne partent qu'en 1990, en raison d'une autre reconfiguration solidaire : José Juan, le frère cadet de Lucila qui n'a jamais fondé une famille, tombe malade et demande secours à sa sœur aînée. Celle-ci quitte la maison de sa fille pour se réinstaller dans sa maison du quartier Hidalgo et y recueillir son frère. Les enfants de Flora étaient déjà grands et ils n'ont plus besoin des soins de Lucila. D'autre part, Flora prévoient déjà de quitter son emploi.

46À partir de ce moment la configuration résidentielle de cette génération cesse son mouvement dynamique qui fait alterner extension et rétrécissements. Mario, le fils nomade, obtient la régularisation et s'établit enfin aux États-Unis, même s'il ne reste jamais dans la même maison.

L'accès à la propriété, produit familial ou produit social ?

47Les itinéraires et les stratégies résidentiels des enfants de Lucila, membres de cette deuxième génération de juarences, se démarquent clairement de ceux de leurs parents. Les deux immigrés aux États-Unis doivent répondre à une logique qui leur était complètement étrangère, celle exigée par la conjoncture du marché du logement dans le pays d'accueil. Leurs situations migratoire, familiale et, dans une moindre mesure, professionnelle, apparaissent dans cette réponse : Flora, ayant une famille stable, la nationalité américaine et pouvant compter sur ses propres revenus et ceux de son mari, accède à un crédit pour le logement. Mario dont les situations migratoire et professionnelle ne se sont régularisées qu'après une dizaine d'années de séjour et dont la situation familiale est toujours instable, n'accède qu'à la location et à la sous-location.

48Quant à José-Mario et Jorge, qui vivent à Ciudad Juárez, ils doivent répondre aux possibilités offertes au moment où ils ont commencé leurs itinéraires résidentiels, mobilisant les ressources dont pouvaient disposer deux jeunes autochtones à cette époque. Ils peuvent cohabiter et l'un d'entre eux y recourt pendant une période de quinze ans. Celui qui a loué l'a fait durant une courte période. Pour accéder à la propriété aucun des frères n'a acheté au comptant comme leur père. Tous deux ont mobilisé des ressources très différentes : l'un, en accédant à l'héritage de son beau-père, mobilise son nouveau réseau familial ; l'autre dont la femme bénéficie d'un crédit de l'Infonavit, mobilise les rétributions indirectes que l'industrie de sous-traitance octroie à ses travailleurs.

  • 6 Catherine Bonvalet, art. cit., p. 33.
  • 7 Paul Cuturello, « Le poids de l'origine et la force de la parenté : la dualité familiale dans les (...)

49Le désir d'accès à la propriété anime particulièrement les pratiques résidentielles de Flora et de José-Mario, les deux aînés. Mais on ignore si c'est la « familiarité acquise » avec la propriété dans le milieu familial qui les a prédisposés à y accéder eux-mêmes - comme Catherine Bonvalet6 et Paul Cuturello7 le confirment. Peut-être est-ce simplement le fait qu'au Mexique comme aux États-Unis, (deux pays dépourvus de lois capables d'établir des rapports équitables entre bailleurs et locataires), la proportion de propriétaires occupants est très élevée, comme cela a été démontré dans le chapitre trois. Ce qui semble clair dans l'histoire des frères Arizmendi, c'est que le rapport à la propriété n'a pas été perçu comme allant de soit, comme étant de l'ordre de l'évidence. L'accession à la propriété a été vécue comme une bataille gagnée sur l'incertitude. Chacun d'entre eux a dû se mobiliser et mobiliser sa famille pour y parvenir. Flora commence un travail salarié et fait appel à la solidarité de sa mère pour garder ses enfants pendant son travail. José-Mario part temporairement aux États-Unis afin d'obtenir des ressources financières pour continuer l'auto-construction.

50En revanche, les deux frères cadets - Jorge et Mario - n'ont pas montré un désir aussi vif d'accéder à la propriété. Celui qui habite l'Illinois y renonce. Outre le fait de considérer comme inaccessibles les filières de la propriété, son instabilité professionnelle et résidentielle joue un rôle dans ce renoncement.

51Si je ne suis pas à Baltimore, je suis dans le Wisconsin, sinon, je suis dans l'Illinois ou en Indiana. je suis à droite et à gauche, cela dépend du travail. (...) Mes emplois ont toujours été ainsi depuis que je suis allé là-bas. En été je travaille toujours ; en hiver, puisqu'il fait vraiment très froid et que nous travaillons à l'extérieur on ne peut rien faire... À quoi bon nous employer ? Ils préfèrent nous donner le chômage. (...) -(CZ) As-tu acheté un terrain ou quelque chose comme ça ? - Non, la vie y est très chère, on gagne bien, mais tout est très cher et comme en hiver on ne travaille pas, il faut épargner le plus possible.

  • 8 Dominique Maison, « Effet d'alliance et transmission différée dans le rapport à la propriété et l' (...)

52La fragilité des liens conjugaux qu'il a établis contribue à toute cette instabilité, participe à sa mobilité et - par extension - à son désintérêt pour la propriété. Car, comme Dominique Maison l'a signalé, « l'instabilité conjugale et l'accession à la propriété ne font pas bon ménage.8

53J'ai fait une demande d'emploi dans une compagnie du chemin de fer et on m'a accepté. Mais je devais partir à Milwaukee, près de Chicago. C'était tout près mais, puisque j'étais accompagné, je n'ai pas voulu partir... Je te l'ai déjà dit : là où il n 'y a pas de femme, il n'y a rien (rires). Après, quand je me suis séparé de ma femme, j'ai trouvé un appartement pour moi seul et j'ai fait une autre demande dans la même entreprise. Ils m'ont encore accepté et cette fois-ci, j'y suis allé.

54Jorge, quant à lui, ne s'est jamais senti très intéressé à devenir propriétaire. Il désirait plutôt rester dans la maison de sa mère pour laquelle il exprime un fort attachement.

55J'ai quitté cette maison il y a trois ans. Maintenant nous habitons dans l'Infonavit. (...) C'est ma femme qui a obtenu cette maison-là par le moyen de la maquila. Elle l'avait depuis des années. Mais, comme je vous l'ai dit, je ne voulais pas quitter cette maison, je ne voulais pas partir, et nous y restions. Est arrivé le moment où j'ai dû sortir et, cela fait trois ans, je suis sorti. (CZ) - Pourquoi vous ne voulez pas sortir ? - Je ne le sais pas, j'avais beaucoup d'attachement à la maison. Vous voyez, parfois on s'attache à un endroit et... je pensais qu'en partant vivre ailleurs, je n'allais pas trouver le bonheur, que la vie allait être différente pour moi. Vous me comprenez ?

Configuration 10 : La troisième génération autochtone

Configuration 10 : La troisième génération autochtone

La troisième génération autochtone

56Entre 1991 et 1994 la première et la deuxième génération de juarences subissent certains changements. José-Mario et Remedios ont eu deux autres enfants. Mario a rompu avec Regina en 1994 et commence à sous-louer dans différents endroits de l'Illinois. Enfin, un changement dans la première génération est marqué en 1994 par le décès de José Juan, le frère de Lucila. Toutefois, l'extension de la configuration familiale de ces deux générations reste quasiment immuable.

57C'est la troisième génération d'autochtones qui prend désormais le relais dans la conquête de nouveaux espaces et dans l'élargissement de la famille. En 1989, Ana, la fille aînée de José-Mario, s'est mariée à Tomás, un jeune homme né à Ciudad Juárez qui a connu une mobilité professionnelle importante dans l'industrie maquiladora Helmex. Dès leur union, ils se sont installés dans un appartement en location au quartier Caleana, à proximité du centre-ville et de la famille d'origine de Tomás. En 1993, ils ont obtenu un crédit pour l'achat d'un logement progressif dans le lotissement Morelos III, situé à la périphérie sud-ouest de Ciudad Juârez. En 1991 Luis, le deuxième fils de José-Mario, s'est uni à Olivia et s'installe dans une location à El Paso. En 1993, Alicia, sa sœur, s'est unie en concubinage à Roque, travailleur d'une maquila lui aussi. Cette jeune famille loue un appartement dans le même quartier que José-Mario. En 1994, elle a une fille, l'aînée de la quatrième génération de la famille Arizmendi.

L'indépendance avant tout

58Les trois nouvelles familles de la troisième génération autochtone ont commencé leur itinéraire résidentiel par la non-propriété. Mais bien qu'elles aient commencé à s'insérer dans le marché du logement en période de crise financière, aucune d'entre elles n'a cohabité comme l'ont fait leurs parents, comme l'ont fait nombre de leurs contemporains ayant la même situation professionnelle et migratoire. Il est probable que, en tant que juarences de souche, ils avaient les ressources sociales et matérielles pour courir le marché locatif. Une autre raison à ce choix est la grande taille de leur famille d'origine qui ne pouvait guère leur offrir un espace de vie. Mais il est aussi possible que, comme cela a été signalé au cours du troisième chapitre, la cohabitation des générations se pratique plus régulièrement entre les membres d'une famille d'immigrés et la première génération de natifs où les liens de solidarité et dépendance sont plus forts. Les enfants de José-Mario, désirant vivement préserver l'intimité de leur foyer, se sont efforcés de s'en tenir à leurs propres moyens.

59Lors du travail de terrain, la famille de la fille aînée était en accession à la propriété. Ana et son mari sont en fait l'une des familles bénéficiaires des nouveaux programmes de logement promus par l'IMAVICH, auxquels participent l'industrie maquiladora, la banque, l'industrie du bâtiment privée, comme les gouvernements fédéraux et locaux.

60Dans cette troisième génération, dont six enfants travaillaient déjà en 1995, les professions choisies sont différentes pour les filles et les garçons, comme cela a été le cas de leurs parents et de leurs oncles. Les filles sont employées dans la maquila et les garçons dans les services. Ainsi, le poids des stigmas sur la maquila semble encore influencer les choix professionnels de cette troisième génération. Cependant, ils ne sont guère généralisés pour toute la population de la ville. Ana et Alicia, les deux filles aînées de José-Mario, ont trouvé leurs époux respectifs dans une de ces usines. Après quelques années d'union, ces jeunes hommes continuent à y travailler. Ils forment bel et bien des familles maquiladoras.

61Le crédit pour le logement obtenu par Ana et son mari, est le reflet de la mobilité professionnelle ascendante de celui-ci dans le secteur de la sous-traitance, laquelle est le résultat d'une longue carrière.

62Mon mari a travaillé depuis neuf ans dans cette entreprise. Il a commencé par le poste le plus bas, il y était manœuvre. Lorsque je l'ai connu il était déjà dans le contrôle de qualité. Peu à peu il y a grimpé. Maintenant il est superviseur dans le contrôle de qualité.

63L'obtention de ce crédit donne la certitude qu'ils ne cesseront pas de constituer une famille maquiladora, au moins jusqu'au moment où ils auront fini de rembourser. Ce type de crédit à pour effet un triple ancrage : au secteur de la sous-traitance, à la maison dont ils ont bénéficié et, par extension, à la ville. C'est ainsi que nous pouvons déceler certaines traces d'une stabilisation aussi bien de l'industrie de la sous-traitance, que de la population employée à Ciudad Juárez, mais elle touche uniquement les travailleurs qui ont acquis une situation privilégiée à l'intérieur de l'usine.

CONCLUSION : STRATÉGIES RÉSIDENTIELLES ET PRODUCTION DU STATUT. CONVERGENCE DES HISTOIRES INDIVIDUELLES, FAMILIALES ET SOCIALES

64À travers la chronologie des configurations résidentielles de la famille Arizmendi, nous pouvons constater que la production des statuts d'occupation n'est en rien spontanée. Certes, elle fait appel à un habitus, produit d'un passé aussi bien familial que social. Mais ce que l'histoire de cette famille permet de mieux dégager est que cette production et le statut d'occupation lui-même résultent d'une série d'événements reliant les histoires individuelles, familiales et sociales. Les itinéraires géographiques, professionnels et matrimoniaux de chaque membre de cette famille élargie inter-réagissent avec les conjonctures sociales, construisant pas à pas différentes constellations qui leur ouvriront une série de voies d'accès à un type de logement donné. Aucun membre de cette lignée ne pourrait reproduire la stratégie résidentielle de ses ascendants. Ils choisiront parmi les stratégies qui leur sont permises dans un champ de possibles, produit des évolutions structurelles du marché du logement. Les ressources qu'ils mobiliseront dans l'attente d'accéder à un toit sont en bonne partie, certes, un produit de leur histoire familiale, mais elles résultent aussi et surtout de la façon dont chacun des individus de la famille s'est approprié cette histoire pour faire face aux conjonctures sociales et économiques qu'ils ont dû traverser.

Mobilité intra-urbaine

65Pour les cellules familiales restées à Ciudad Juárez, les filières choisies ont défini nettement leur localisation résidentielle. Lorsqu'elle a commencé son itinéraire résidentiel, chaque nouvelle famille s'est installée plus loin du centre-ville, dans ce qui était la périphérie lorsqu'elle a commencé son itinéraire résidentiel.

66Si José López et sa famille devaient louer à leur arrivée en ville, ce n'est pas un hasard qu'ils l'aient fait dans le quartier Chaveña, un quartier qui, jusqu'à nos jours, accueille les immigrés les plus démunis. C'est un quartier qui à l'époque se situait dans la périphérie de la ville. Lorsque Lucila et Mario s'unissent, ils choisissent le quartier Hidalgo, plus aisé mais aussi plus éloigné du centre. C'est là qu'ils pouvaient trouver une location plus confortable et aussi, l'un des endroits où ils pouvaient songer à accéder à la propriété.

67Les enfants de Lucila, après avoir vécu en non-propriété dans le quartier de leur mère, partent vers la nouvelle périphérie lorsqu'ils deviennent propriétaires. José-Mario et Jorge mobilisent des ressources différentes pour y parvenir, ce qui les conduit dans différents quartiers. L'aîné s'est rapproché de ses beaux-parents qui ensuite lui fourniront un lot à bâtir ; l'autre n'a fait qu'occuper l'espace que l'institut du logement lui avait assigné, sans l'avoir vraiment choisi.

68Le même sort se dessine pour les enfants natifs de la troisième génération. Ana, l'aînée, réside un moment comme locataire dans un quartier proche du centre-ville et de la maison de ses beaux-parents. Elle se déplace au bout de deux ans vers la nouvelle périphérie, dans le quartier où l'institution du logement social lui assigne une demeure. Elle et sa famille s'installent donc beaucoup plus loin du centre-ville que ses parents. Alicia entre-temps, loue encore près de la maison familiale. Fort probablement, elle devra s'en éloigner lorsqu'elle tentera d'accéder à la propriété.

69Certes, comme l'a signalé Bonvalet « habiter la ville où l'on est né signifie vivre dans la ville où ont vécu ses parents, où l'on a passé son enfance (ou une partie de son enfance), cela entraîne un savoir, une familiarité avec l'environnement, contrairement aux migrants qui ont dû apprendre à connaître la ville. » Mais cette ville est en changement permanent. Les filières de logement évoluent de telle sorte que le savoir-faire des parents n'est pas toujours transmissible et parfois, il n'est même pas utile ni désirable. Même si quelques-uns des autochtones se sont appuyés sur leur réseau familial pour accéder au logement grâce aux héritages, prêts ou donations, ils n'ont pas hérité des stratégies résidentielles elles-mêmes, qui ne se transmettent que difficilement. Chaque génération doit inventer la sienne, mobilisant les atouts que sa situation professionnelle, migratoire et matrimoniale lui permettent et affrontant les contraintes que les conjonctures imposent.

Notes

1 Catherine Bonvalet, « Le transmis et l'acquis : localisation, statut d'occupation et type d'habitat », in C. Bonvalet et A. Gotman (éds.), Le logement, une affaire de famille..., op. cit., p. 23. Les textes de Bourdieu que l'auteur cite sont : P. Bourdieu, « Un placement de père de famille », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 81-82, Minuit, Paris, mars 1990, p. 6-7. P. Bourdieu et M. de Saint Martin « Le sens de la propriété. La genèse sociale des systèmes de préférences », in Actes de la Recherche des Sciences Sociales, n° 81-82, Minuit, Paris, mars 1990, p. 52-63.

2 C. Bonvalet et A. Gotman (eds.), Le logement, une affaire de famille..., op. cit., p. 11.

3 Catherine Bonvalet, art. cit., p. 24-25, (à partir du Tableaux 1 et 2).

4 Ibidem, p. 37, (à partir du Tableau 12. Il est à signaler qu'outre que l'addition des colonnes de ce tableau dépassent en peu le 100 %, dans la catégorie « Parents des deux conjoints propriétaires » on trouve une légère faute, sûrement de frappe : les chiffres absolus des colonnes propriétaires et locataires ont été permutés.)

5 Même si Lucila ne s'est pas unie légalement, elle dit souvent « mon mari », « nous sommes mariés », etc. Cette ambiguïté est très courante dans les milieux populaires du Mexique. L'interlocuteur ne donne des explications que quand on lui pose la question directement. Or, si les unions en concubinage ne peuvent pas se distinguer au premier abord, les mariages ressortent facilement. La légalisation des liaisons est si rare que lorsque c'est le cas, les interviewés se plaisent à le signaler.

6 Catherine Bonvalet, art. cit., p. 33.

7 Paul Cuturello, « Le poids de l'origine et la force de la parenté : la dualité familiale dans les pratiques résidentielles », in Bonvalet, C. et Gotman, A. (éds.), Le logement, une affaire de famille, L'Harmattan, Paris, 1993, p. 125.

8 Dominique Maison, « Effet d'alliance et transmission différée dans le rapport à la propriété et l'habitat », in Bonvalet, C. et Gotman, A. (éds.), Le logement, une affaire de famille, L'Harmattan, Paris, 1993, p. 106.»

Table des illustrations

Titre Généalogie de la famille Arizmendi
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Configuration résidentielle en 1995
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Configuration n°1 : Les immigrés pionniers
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Configuration N° 2 : rupture familiale
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Titre Configuration 3 : La première génération de juarences et la location
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Configuration 4 : L'accès à la propriété
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Configuration 5 : La deuxième génération autochtone
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Configuration 6 : Décohabitations
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Configuration 7 : Quitter son quartier d'origine
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Configuration 8: Accès à la propriété
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Configuration 9 : Tous propriétaires
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Configuration 10 : La troisième génération autochtone
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1925/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 580k

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable