Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Logement et famille, ruptures et continuités

Texte intégral

1Nous avons vu ci-dessus l'effet de quatre facteurs qui augmentent les possibilités d'une famille pour affecter une filière d'accès au logement. Il s'agit d'abord de la conjoncture traversée par le marché immobilier au moment où le ménage commence son itinéraire résidentiel. C'est ensuite la situation migratoire qui joue puisque les ressources sociales, matérielles et techniques sont inégalement distribuées entre immigrés et autochtones. En troisième lieu, il faut tenir compte de la situation familiale, car les familles monoparentales, outre qu'elles disposent de ressources matérielles plus restreintes que les biparentales, sont soumises à certaines contraintes morales qui régissent leurs pratiques résidentielles. Enfin, la situation professionnelle assigne des filières différentes aux familles maquiladoras et non-maquiladoras, moins en fonction de leur niveau de revenus qu'en fonction des salaires indirects dont certains travailleurs industriels peuvent bénéficier. Par la combinaison de ces quatre variables, nous obtenons certains groupes de familles qui montrent un comportement similaire face aux pressions imposées par le marché du logement, ainsi qu'aux facilités que celui-ci peut leur octroyer. Les immigrés récents vont opter pour la location, les mères seules, pour la cohabitation, les ouvriers qualifiés - qui sont dans la plupart des cas des autochtones - vont essayer d'obtenir un crédit pour le logement, etc.

2Cependant, ces variables ne permettent pas à elles seules d'expliquer les pratiques résidentielles de notre population à l'étude. Celles-ci sont modelées aussi en grande mesure par les transmissions matérielles et immatérielles opérées dans le cadre dynamique de la famille. Cette dimension apparaît en filigrane dans les pages précédentes. La cohabitation, par exemple, constitue une manifestation exemplaire de la solidarité familiale, tout comme les héritages, les dons et les emprunts des logements entre proches. Bref, le réseau familial occupe un rôle prépondérant parmi les capitaux sociaux et économiques mobilisés pour l'obtention d'un logement.

  • 1 Par exemple, dans les ouvrages des culturalistes, notamment ceux de Chombart de Lauwe et plus tard (...)
  • 2 Paul Cuturello et Francis Godard, Familles mobilisées..., op. cit.

3Peut-on déterminer avec plus d'exactitude la part de la famille dans les pratiques résidentielles ? Si cette question apparaît en plusieurs études sociologiques françaises1, elle n'a été clairement posée qu'au début des années quatre-vingt, après la crise des paradigmes structuralistes qui guidaient la recherche urbaine. Dans leur ouvrage Familles mobilisées, Francis Godard et Paul Cuturello sont les premiers à mettre en évidence de façon systématique le rôle de la famille dans le processus d'accession à la propriété immobilière2. En étudiant la constitution de l'apport personnel dans la souscription des crédits pour le logement, les auteurs détectent d'abord l'importance des prêts et des héritages accordés au ménage accédant à la propriété par des parents ou d'autres membres de la parentèle. Ils répertorient ensuite les modifications auxquelles le couple soumet ses pratiques quotidiennes (consommation, travail salarié, distribution et investissement du temps) afin de faire face aux obligations imposées par l'engagement d'un crédit.

  • 3 Anne Gotman, « Le logement comme patrimoine familiale », in Catherine Bonvalet et Pierre Merlin, T (...)
  • 4 Voir C. Bonvalet et M.-A. Fribourg, Stratégies résidentielles..., op. cit.

4À la suite de cet ouvrage, on a vu apparaître une importante production scientifique explorant sous plusieurs perspectives la relation emblématique entre la famille et le logement. Un bon paramètre de la prééminence du sujet demeure dans les divers rassemblements scientifiques réalisés depuis lors. En 1986, le colloque Transformation de la famille et habitat marque la volonté de réunir deux champs de réflexion qui, jusqu'alors, semblaient avoir évolué de façon indépendante : les études sur la famille et celles sur l'habitat3. Dans le même esprit, ce groupe de chercheurs s'est réuni en 1988, au cadre du séminaire intitulé Stratégies résidentielles4. En introduisant la notion qui donne le nom au séminaire, la relation famille-logement n'est plus le seul sujet abordé dans les interventions, mais il s'avère être un thème incontournable. On étudie, par exemple, la relation entre mobilité résidentielle et cycle de vie familiale, ainsi que les effets de certaines échéances familiales - comme le mariage, la naissance des enfants ou le divorce - sur le marché immobilier.

  • 5 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (eds.), Le logement, une affaire de famille..., op. cit.

5Peu à peu on observe donc l'omniprésence de la famille dans l'étude des pratiques résidentielles, peu à peu le logement est devenu - pour les chercheurs - une affaire de famille. Tel est en effet le titre de l'ouvrage collectif présenté en 1993 par l'atelier « Statuts Résidentiels, Approche Intergénérationnelle »5. L'ensemble des textes réunis dans cet ouvrage évoque la transmission intergénérationnelle de flux patrimoniaux, comme les aides et soutiens matériels de toutes sortes. Observant particulièrement la proximité géographique des membres des lignées, les coïncidences dans le type d'habitat (collectif VS individuel) et dans le statut d'occupation (location VS propriété), les auteurs mettent un accent spécial sur les flux de socialisation, c'est-à-dire, sur les attentes et les espoirs qui, transmises de génération en génération, guident les pratiques résidentielles des ménages (voir Introduction, p. 11).

6En essayant d'approfondir la problématique exposée au sein de cet atelier, dans cette deuxième partie de mon travail, j'essaie de montrer que les correspondances entre les situations résidentielles d'une lignée ne nous permettent pas de déduire la répétition des pratiques d'une génération à l'autre. Autrement dit, si toute une lignée peut vivre des situations résidentielles semblables, les moyens mobilisés et les chemins parcourus pour y parvenir divergent forcément au fil des générations. D'abord, parce que chaque génération doit vivre avec des contraintes et des avantages conjoncturels différents et parce qu'elle dispose de ressources matérielles et sociales distinctes. Ensuite, parce que la reproduction des pratiques et des situations résidentielles des parents ne constitue pas le but de tout le monde ; il y a bien souvent la volonté de dépasser la réalité que vivent les parents. Enfin, parce que par le moyen de l'alliance, chaque génération d'une lignée doit combiner ses espoirs et ses avoirs avec ceux d'une autre lignée.

  • 6 Francis Godard, La famille, une affaire de générations..., op. cit., p. 7-8. Olivier Schwartz, Le (...)

7L'étude des phénomènes cités ci-après nous aidera à saisir la logique des ruptures et des continuités dans les pratiques résidentielles des lignées, nous permettant d'affirmer que le logement n'est pas une affaire de famille mais plutôt, une affaire d'individus en famille. C'est-à-dire, comme il a été signalé au cours de l'introduction générale, d'un groupe d'individus qui réalisent des actions collectives en raison de leurs liens de consanguinité et d'alliance. Leurs actions sont cordonnées et entrelacées par une relation complexe de matrices symboliques dans laquelle chaque personne exerce certains rôles économiques, moraux et légaux. Mais, les liens crées par cette relation, aussi infrangibles qu'ils soient, ne font pas de la famille une communauté simple et non-segmentée. Les membres de la famille ont toujours la possibilité, voire la nécessité d'agir séparément, animés par leurs intérêts personnels6.

8Aborder la famille à partir des individus qui la forment, ne revient donc pas à nier ou à négliger le rôle de cette institution dans la vie des personnes, mais plutôt à donner la parole à l'individu pour qu'il puisse raconter son histoire personnelle au sein et en dehors de sa propre famille. À partir de cette approche, nous pouvons circonscrire les actions et les choix individuels qui affectent le groupe domestique en prenant en compte d'autres événements externes au groupe. La famille existe, elle est une institution des plus consolidées dans le monde. Or, les individus qui la composent existent aussi, ils ont des itinéraires, des aspirations et des souvenirs divers. Ils ont hérité et acquis des capitaux matériaux et sociaux différents, même s'ils ont grandi sous le même toit.

9Considérer le logement comme une affaire d'individus en famille a aussi une pertinence méthodologique qui nous permettra de connaître comment les différents membres d'une même lignée gèrent leurs désirs et leurs capitaux (acquis et hérités) dans les conjonctures sociales et économiques qu'ils doivent traverser. La méthodologie élaborée pour saisir les histoires familiales propose - il vaut la peine de le rappeler - des interviews individuelles auprès de la plupart des membres de la famille. Comme nous le savons, j'ai élaboré des fiches de vie individuelles capables de mettre en relation, de manière chronologique, les changements et les choix formulés par les individus dans les domaines scolaire, professionnel, migratoire, résidentiel et matrimonial. L'appréhension de l'histoire familiale exigeait la construction d'un outil capable de permettre l'observation de la dynamique familiale dans son ensemble, afin de ne négliger aucun changement dans l'histoire des membres de la famille. La chronologie de ce que j'ai nommé « configurations résidentielles de la famille » fournit un tel outil. Elle reconstruit en schéma les déplacements géographiques de tous les membres de la famille élargie, qu'ils soient nationaux, internationaux ou intraurbains. Elle permet de distinguer également le statut d'occupation résidentiel de chacune des cellules familiales, ainsi que la structure des maisonnées. Les trois chapitres qui suivent sont donc fondés sur l'analyse de ces configurations.

Notes

1 Par exemple, dans les ouvrages des culturalistes, notamment ceux de Chombart de Lauwe et plus tard, celui de Agnès Pitrou Les solidarités familiales, Privat, Paris, 1978 et de Campagnac et, op. cit.

2 Paul Cuturello et Francis Godard, Familles mobilisées..., op. cit.

3 Anne Gotman, « Le logement comme patrimoine familiale », in Catherine Bonvalet et Pierre Merlin, Transformation de la famille et habitat, Actes du Colloque tenu à Paris en octobre 1986, Ined-Presses Universitaires de France, Paris, 1988, p. 169.

4 Voir C. Bonvalet et M.-A. Fribourg, Stratégies résidentielles..., op. cit.

5 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (eds.), Le logement, une affaire de famille..., op. cit.

6 Francis Godard, La famille, une affaire de générations..., op. cit., p. 7-8. Olivier Schwartz, Le monde privé des..., op. cit., p. 32.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable