Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Itinéraires et situations résidentiels : essai de typologie

Texte intégral

1AU COURS DE CETTE PREMIÈRE PARTIE NOUS AVONS CONNU Ciudad Juárez, cette ville frontalière à paysage urbain gris ; ce carrefour de populations qui attire des personnes d'horizons divers porteuses d'aspirations et de projets aussi divers ; ce carrefour de capitaux qui est aujourd'hui la scène d'une industrialisation hâtive. Nous avons observé également les évolutions des modes de production et de circulation du logement affecté aux moins favorisés où les enjeux politiques et les pratiques individuelles se conjuguent pour attribuer à chaque filière de nouveaux rapports sociaux, de nouvelles logiques et des possibilités d'accès mouvantes. Maintenant, afin de parfaire cette partie du travail, il nous faut nous demander comment ces trois phénomènes - migration, industrialisation et évolutions du marché de logement - se répercutent sur les pratiques résidentielles de notre population.

2Dans le présent chapitre, je vais essayer de prendre en considération ces facteurs, dans l'intention d'établir une typologie des itinéraires résidentiels des familles interviewées. Nous allons découvrir une relation multiple où le moment d'accès aux marchés locaux de travail et de logement, ainsi que la situation migratoire des chefs de famille sont au cœur de la question, définissant à la fois les itinéraires résidentiels et professionnels des familles.

3En effet, lorsqu'une famille commence son insertion résidentielle à Ciudad Juárez, elle fait converger son besoin de logement avec certaines conjonctures du marché immobilier qui rendront plus ou moins facile l'accès à une filière de logement donnée. Nous avons vu dans le deuxième chapitre, qu'à partir des années quatre-vingts les règles du jeu de ce marché ont commencé à changer. Les familles appartenant à chaque cohorte de population doivent donc accéder à un logement dans les limites imposées par les conjonctures et les règles de ce marché. Elles mobilisent alors diverses ressources, matérielles, sociales et techniques qui sont à leur portée et, dans les limites de leurs possibilités, elles en génèrent d'autres. Mais ces moyens sont inégalement répartis dans la population en fonction principalement de deux facteurs solidaires : la situation migratoire et la situation professionnelle.

4Les informations recueillies sur le terrain, comprenant une forte présence de mères sans partenaires, nous imposent de considérer la situation matrimoniale des chefs de famille comme un autre critère pour l'établissement de notre typologie. En effet, la profonde précarité des rapports homme/femme à la frontière doit être observée comme un autre visage de l'incertitude qui touche les pratiques résidentielles de sa population.

5Dans le présent chapitre, je vais donc essayer de prendre en considération ces facteurs afin d'établir une typologie des itinéraires résidentiels de la population étudiée. Avant d'entrer en matière, je me permets une parenthèse afin d'expliquer les notions et la méthodologie mobilisées pour analyser et classer les itinéraires résidentiels de mes interviewés.

LA MAISONNÉE ET LA CELLULE FAMILIALE, LES UNITÉS D'OBSERVATION

  • 1 Voir Martine Segalen, Sociologie de la famille, Armand Colin, Paris, 1993, 296 p. ; Francis Godard (...)

6Le vocabulaire sur la parenté est fort diversifié. Ce n'est pas mon intention d'en faire ici l'inventaire ; un travail de cette sorte a été fort bien réalisé par des ethnologues, des sociologues et des historiens de la famille1. L'objectif de cette section se limite à spécifier les différentes notions adoptées pour le développement de cette recherche.

7Partons de la définition du terme maisonnée, désignant les gens qui vivent dans une même maison. Cette notion se confond souvent avec celles exprimées par trois autres termes :

  1. foyer, qui englobe ceux qui partagent le même feu et le même pot ;
  2. ménage, qui dans une définition forgée récemment par l'INSEE, désigne « le groupe des occupants d'une unité d'habitation privée, occupée à titre de résidence principale », mais qui peut se confondre avec ce qu'on désignait autrefois comme famille conjugale ou nucléaire2 ;
  3. groupe domestique, qui considère les gens vivant sous un même toit comme une unité productive, reproductive et de consommation.
  • 3 Carmen Bernand et Serge Cruzinski. « Les enfants de l'Apocalypse : la famille en Méso-Amérique et (...)

8J'ai privilégié la notion de maisonnée parce qu'elle n'est pas porteuse d'une signification plurivoque comme celle de ménage. En plus, elle permet de poser la question de la cohabitation des personnes sans qu'on doive présumer au préalable que celles-ci réalisent des pratiques de production et de consommation communes. Finalement la notion de maisonnée exprime le mieux l'interrelation entre un groupe de personnes et une maison, question à laquelle ce travail est essentiellement consacrée. La maisonnée est tout simplement le groupe d'individus doté d'une résidence commune, qu'ils gardent ou non des liens de parenté. Ce concept, qui n'a pas d'équivalent dans l'espagnol courant au Mexique, correspond assez bien au terme nahuatl de cencalli, qui dans les structures familiales du Mexique pré-colonial désigne los de la casa « ceux de la maison »3.

  • 4 Il est vrai que ce dernier cas n'est pas à strictement parler une cellule familiale, mais il const (...)

9Par cellule familiale ou famille j'entends tout groupe de cohabitants ayant des rapports de filiation ou d'alliance et composé de deux générations, parent(s) et enfant(s). Cette conception, empruntée à Godard, se recommande par la possibilité d'analyser les relations familiales, leurs formations et leurs transformations à partir du jeu intergénérationnel entre les trois figures de la parenté : père, mère et enfants. Trois types de cellules familiales seront distingués : la nucléaire, où les trois figures cohabitent ; la monoparentale, où le père (ou plus rarement la mère) est absent du jeu intergénérationnel, et finalement, le couple sans enfants4.

10Par parenté je comprends les personnes ayant des liens de filiation ou d'alliance s'étendant sur plus de deux générations, ainsi que des liens collatéraux. Il s'agit donc des membres de la fratrie et de leurs alliances respectives, ainsi que des aïeux, des oncles, des neveux, des nièces, etc.

11J'appellerai individu isolé une personne qui, ni par filiation ni par alliance, n'est unie à sa famille d'accueil. On inclut ici la figure du compère et de la commère, dont l'importance au Mexique a été tant de fois relevée par les chercheurs de la famille, et celle du paisano (littéralement le « payse » ou la personne de la même région). Le lien créé par l'origine commune, qui ressemble à celui de la parenté, joue un rôle important dans le processus d'insertion urbaine de la population immigrée.

12En fonction de la présence ou de l'absence permanentes dans une maison des différentes figures mentionnées ci-dessus, les maisonnées se construisent et se diversifient dans leur structure. Lors du travail de terrain, sept types de maisonnées ont été enregistrés. Ils sont décrits de façon sommaire dans le tableau suivant.

Tableau n° 1 : Types des maisonnées à partir des cellules familiales et des individus qui la composent

Les variables

  • 5 Frérèche : groupement au même pot et au même feu, de couples mariés de frères réels ou classificat (...)

13Les figures qui accompagnent ce chapitre agencent les itinéraires des différents groupes de population que nous allons étudier. Les données qui les composent sont issues des interviews directes et d'informations induites, c'est-à-dire de renseignements que les interviewés ont fournis concernant leurs frères ou leurs parents. Suivant la notion de « cellule familiale » choisie, je considère séparément chacune des cellules familiales qui forment une maisonnée étendue ou composée et je fais abstraction des jeunes vivant seuls ou partageant un logement avec des amis5

14La première variable considérée est l'origine migratoire des familles, où nous observons les couples d'immigrés, les couples autochtones et les mixtes. Or, pour simplifier, ces deux derniers seront englobés sous le nom de couples juarences car ils présentent des comportements résidentiels très similaires.

15Le deuxième critère est l'année d'intégration au marché du logement, laquelle sera définie selon le type de demandeur : pour les autochtones, les couples mixtes et les couples d'immigrés formés à Ciudad Juárez, nous allons considérer l'année de leur union ; pour les familles d'immigrés, l'année d'arrivée à Ciudad Juárez et pour les mères sans partenaire, l'année de naissance de leur premier enfant. La définition de cette année nous permettra de séparer les familles en deux cohortes de population marquées par la césure de 1982. Il faut signaler que nos données nous renseignent davantage sur le comportement des familles les plus jeunes, ce qui nous oblige à considérer les données concernant les familles plus vieilles plutôt comme témoins des changements dans les pratiques résidentielles d'une génération à une autre.

16Un troisième critère distingue les cellules familiales selon leur dépendance économique à l'un des sub-marchés de travail de notre ville :

  1. les familles qui se sont maintenues dans le marché de travail traditionnel de cette ville y compris celles dont l'un ou plusieurs de leurs membres travaillent aux États-Unis tout en habitant Ciudad Juárez ;
  2. celles qui dépendent de l'industrie maquiladora, lesquelles seront dénommées dorénavant « familles maquiladoras ».

17Finalement, à partir de la situation matrimoniale du chef de famille, nous distinguons un groupe qui se différencie de tous : celui des mères sans partenaire qui sera présenté comme un cas à part.

18Ainsi, intégrant le statut migratoire, le moment d'intégration au marché du logement, la situation professionnelle et la matrimoniale, nous allons observer les itinéraires résidentiels de quatre groupes de population :

  1. les familles de la première cohorte ;
  2. les familles juarences de la deuxième cohorte ;
  3. les familles immigrées de la deuxième cohorte ;
  4. les familles monoparentales.

19Cette division en groupes servira de grille de lecture tant pour le développement du chapitre que pour la présentation graphique. L'analyse de chacun de ces sous-ensembles permettra de repérer les imbrications entre les variables signalées et de dégager des cas exceptionnels, très utiles pour circonscrire mes propos, pour montrer la flexibilité des variables observées et pour montrer que, tout comme pour l'intégration au marché du travail, les individus et les familles génèrent une sorte de disponibilité sociale pour accéder à une filière de logement ou à une autre. On s'apercevra ainsi que la réponse de la population aux nouvelles conjonctures locales n'est point automatique, mais qu'elle présuppose une sorte de négociation et d'ajustement entre les espoirs subjectifs et les conditions objectives.

LA PROPRIÉTÉ ET LA NON-PROPRIÉTÉ DANS LA GESTION DE L'INCERTITUDE

  • 6 Bruno Lautier, op. cit., in Cabanes, Copains et Selim (dir.) Salariés et entreprises dans les pays (...)
  • 7 Pour la notion d'« itinéraire » voir Maurizio Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes s (...)

20La nécessité de choisir entre la notion de trajectoire et celle d'itinéraire ne se rattache pas seulement à une question de style, car les deux termes ne sont pas exactement synonymes. Le mot trajectoire, comme l'a signalé Bruno Lautier, a une connotation balistique et quelque peu déterministe6. Il suggère qu'à partir de points de départ égaux, les cheminements des familles soient régis par une sorte de sens unique. La notion d'itinéraire, par contre, permet de considérer des parcours hétérogènes, des points de départ et d'arrivée différents, des bifurcations non complètement déterminés, des marches en arrière et des choix opérés par les familles d'une manière plus ou moins arbitraire7.

21Bien que les itinéraires résidentiels de la population étudiée soient hétérogènes, on peut percevoir certaines lignes conductrices : tout au commencement de l'itinéraire résidentiel, les cellules familiales rejoignent d'ordinaire l'une des filières d'accès à l'habitat en non-propriété. Leur séjour dans ce type d'habitat est généralement transitoire et assez instable. Elles présentent alors une mobilité tant inter-filière (passages d'une filière à une autre), qu'intra-filière (déménagements et emménagements dans une même filière). Beaucoup de familles interviewées ont connu des séjours dans ces trois types de logement et certaines familles ont déménagé dans le parc locatif jusqu'à douze fois en quinze ans. Sans ignorer les cas des familles qui s'installent de façon permanente dans la location, la cohabitation ou l'emprunt, il n'est pas difficile de constater que la situation de non-propriétaire est conçue comme un épisode dans la vie des familles, un moment d'attente pour accéder à la propriété.

  • 8 Paul Cuturello et Francis Godard, Familles mobilisées... op. cit., p. 272. Claude Taffin évoque la (...)
  • 9 Il y a certes, plusieurs initiatives de loi qui prétendent réguler le marché locatif, mais aucune (...)

22Dans les filières d'accès à la propriété, la population est en revanche plus stable. Une fois installée dans un logement en propriété, elle en changera difficilement. Ce comportement n'est pas le fait du hasard, la propriété d'occupation représentant l'un des instruments privilégiés pour contrôler l'incertitude. Encore en France, pays où les rapports entre bailleurs et occupants sont assez bien régulés par l'État, plusieurs chercheurs rejoignent Paul Cuturello et Francis Godard en ce « que l'accession à la propriété du logement constitue pour certaines couches de la classe ouvrière la seule possibilité de s'assurer un minimum de sécurité et une forme d'affirmation de dignité sociale face aux spectres de la dégradation, de la clochardisation, de l'hospicialisation qui hante les visions du vieillissement »8. Nous pouvons donc imaginer l'importance de la propriété d'occupation au Mexique où il n'existe pas une véritable régulation du marché locatif9.

  • 10 Patrick de La Morvonnais, « Comparaisons internationales », in Marion Segaud, Catherine Bonvalet e (...)

23En dehors de certains aspects culturels, la préférence pour la propriété d'occupation - comme conséquence de l'absence de protection juridique des habitants du parc locatif - se manifeste clairement dans les statistiques. Par exemple, en 1995, en Allemagne et aux Pays-Bas, deux pays où l'État social est bien développé et qui ont réussi à créer un parc locatif privé substantiel et de qualité, il n'y a respectivement que 39 et 49 % de propriétaires occupants. Par contre au Mexique tout comme aux États-Unis et au japon, où les rapports entre propriétaires et locataires sont laissés aux lois du libre marché, la proportion de propriétaires est voisine des 70 %10.

  • 11 Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin, « Le sens de la propriété. La genèse sociale des systè (...)

24L'accession à la propriété représente donc une sorte de leitmotiv pour la plupart des familles étudiées et l'on peut même dire, pour la plupart des familles mexicaines des classes populaires et même les moyennes. Nous constatons qu'outre les valeurs culturelles et le désir de distinction sociale que Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin se sont efforcés de démontrer11, les familles semblent rechercher la propriété d'occupation parce que c'est l'un des seuls moyens de se protéger des aléas de la vie. En même temps, se sentir protégé par ce moyen est pour beaucoup de personnes un facteur de distinction sociale.

  • 12 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (éds.), op. cit., (Introduction), Éditions L'Harmattan, Paris, 1 (...)

25De ce fait il y a, dans les statuts d'occupation résidentiels, une certaine hiérarchie qui s'exprime tant sur le plan social qu'idéologique. La propriété d'occupation y occupe le premier rang. Mais nous pouvons dire avec Bonvalet et Cotman que cette hiérarchie est imparfaite12. Comme nous allons le voir au cours de ce chapitre, certains cohabitants et emprunteurs ont de meilleures conditions de logement que beaucoup de propriétaires ; quelques autres préfèrent garder leur logement en location situé au centre-ville plutôt que de s'aventurer à occuper un lot dans la périphérie lointaine ; d'autres préfèrent demeurer en location pour entretenir une propriété située sur leur lieu d'origine où ils rêvent de retourner un jour ; et ainsi de suite.

26Ces comportements sont déterminés en bonne partie, comme il a été signalé, par les situations migratoires, professionnelles et familiales, ainsi que par le commencement de l'itinéraire résidentiel. Observons donc l'influence de ces variables sur les pratiques résidentielles des quatre groupes de population choisis.

a) Familles formées avant 1982

27Pour la première cohorte de population, les conjonctures du marché du logement et leur situation migratoire semblent être les deux facteurs qui déterminent le plus ses comportements résidentiels. S'étant constituées à une époque où le marché locatif était prépondérant, la plupart des cellules familiales sont passées par la location au moins pendant une année. Parmi elles les familles composées d'immigrés, ne disposant pas des réseaux sociaux ni de suffisamment d'information sur le marché du logement, ont loué pendant plus longtemps et avec de fréquents déménagements. L'effet contraire s'observe dans la cohabitation et les emprunts, deux filières qui étaient destinées plutôt aux juarences.

28La plupart des familles de cette cohorte avaient accédé à la propriété au moment du travail de terrain ; et celles qui ne l'avaient pas fait étaient déjà sorties du parc locatif. Les voies d'accession à la propriété dépendent aussi de la situation migratoire. Les autochtones, outre la possibilité d'accéder aux logements ou aux lots vendus entre particuliers, peuvent en hériter ou les recevoir en donation. Les immigrés voulant terminer leur long séjour dans le parc locatif ne peuvent qu'acheter un lot ou en obtenir un par l'intermédiaire d'une organisation de quartier.

29Nous observons également certaines différences selon la situation professionnelle du couple ou du chef de famille. Les personnes travaillant dans le bassin d'emploi traditionnel tendent à sortir plus rapidement du marché locatif et à acheter au comptant dans des transactions de particulier à particulier. Ceci est particulièrement remarquable dans les familles où le chef travaille dans la ville voisine d'El Paso et qui profitent d'un salaire payé en dollars américains et dépensé en pesos mexicains.

30La plupart des familles dans cette cohorte s'étaient insérées dans le bassin d'emploi traditionnel avant que l'industrie maquiladora n'existe. Les rares familles qui dépendent de la maquila ont en général connu des parcours professionnels quelque peu chaotiques : on trouve des parents qui vivent des revenus que leurs enfants perçoivent de la maquila, des expulsés des marchés traditionnels de Juárez ou d'El Paso, des immigrés qui n'ont pas su s'y intégrer, des mères sans formation ni expérience professionnelle qui viennent de se séparer de leur conjoint... Tout comme leurs itinéraires professionnels, leurs itinéraires résidentiels sont souvent atypiques pour leur époque et leur situation. On voit par exemple des familles immigrées qui empruntent, d'autres qui accèdent à la propriété grâce à un crédit de l'État, des locataires permanents, etc. Citons le cas d'une famille qui provoquera sans doute la curiosité du lecteur : celui constitué par un couple de juarences qui alternent la location et l'emprunt.

Figure N°1 : Itinéraires residentiels des cellules familiales formées avant 1982

Figure N°1 : Itinéraires residentiels des cellules familiales formées avant 1982

Figure N° 2 : Itinéraires résidentiels des cellules familiales formées depuis 1982

Figure N° 2 : Itinéraires résidentiels des cellules familiales formées depuis 1982

FAMILLES FORMÉES APRÈS 1982

31Contrairement à la population de la première cohorte, la plupart des familles ayant commencé leur itinéraire résidentiel après 1982 n'avaient pas accédé à la propriété au moment de l'enquête. Comme on le sait, dans tout commencement d'un itinéraire résidentiel le passage par une ou par plusieurs filières de la non-propriété est presque obligatoire. C'est donc très probablement la date récente des itinéraires de ces familles qui les situe dans la non-propriété. Nous pouvons toutefois distinguer deux pôles de comportement : alors que certaines familles sont fixées dans la cohabitation et d'autres, dans la location, il semblerait que les familles de cette cohorte ayant accédé à la propriété l'on fait plus rapidement que celles de la première. On peut même percevoir quelques familles qui ont commencé leur itinéraire résidentiel avec le statut de propriétaire, une option qui était presque inexistante pour l'époque antérieure.

32La coexistence de ces deux comportements assez opposés est liée sans doute aux changements intervenus dans le système local du logement. Cinq paramètres entrent en jeu : la crise économique, la diminution du parc locatif, l'expansion d'un marché foncier informel contrôlé par des petits propriétaires, la répression menée contre les organisations de quartier et l'essor du logement d'intérêt social. Ces éléments permettent à certaines familles d'accéder rapidement à la propriété et maintiennent les autres dans les filières du logement en non-propriété. Quelles sont ces familles qui bénéficient des nouvelles conjonctures ? Quel est le poids de leurs situations migratoire et professionnelle ?

b) Les immigrés arrivés après 1982

33Les itinéraires résidentiels des familles immigrées sont marqués par de courts séjours en cohabitation, quelques emprunts, et de longues périodes de location. L'accession à la propriété s'avère difficile. Les familles l'obtiennent notamment par des voies qui ne demandent pas la mobilisation immédiate de ressources financières comme les dons et l'occupation des lots avec le concours d'une organisation de quartier.

34Le fragile compromis de solidarité dans la cohabitation des immigrés Mariela et José, deux fils d'immigrés provenant de l'État de Coahuila, vivent maintenant des revenus que leur fille perçoit dans une maquila. Ils se sont connus et mariés à Ciudad Juárez en 1973. Après cinq ans de location, ils ont rencontré une famille décidée à partir aux États-Unis et disposée à leur prêter leur maison. Mais l'émigration des prêteurs a inclu de constants allers et retours. À une occasion, les propriétaires de retour ont réclamé la maison à José et à Mariela pour n'en repartir qu'au bout d'un an. Quelque temps plus tard, les enfants des propriétaires sont venus faire des séjours épisodiques. Les fois que José et Mariela se trouvaient sans toit, ils louaient un logement. En dépit de la grande instabilité que leur statut d'emprunteurs leur donnait, l'idée de devenir propriétaires ou possesseurs d'un lot ne leur venait guère à l'esprit. José projetait de retourner à la campagne pour travailler les terres que ses parents avaient laissées en friche. Il avait déjà tenté cette expérience à plusieurs reprises, quelquefois seul et la dernière fois accompagné de sa famille. Mais Mariela et ses enfants n'y ont pas trouvé leur compte. Deux ou trois ans après, ils ont souhaité retourner à Ciudad Juárez. Ils se sont logé à nouveau dans cette maison empruntée, qui était restée à la charge du père de Mariela pendant leur absence. Les propriétaires avaient commencé à espacer leurs visites à Ciudad Juárez, jusqu'au moment où ils n'ont plus donné de nouvelles. Mariela et José se sont alors sentis propriétaires de cette maison et ils ont commencé à investir dans son aménagement.

35Sans doute, la désaffiliation de José tant dans le bassin d'emploi de Juárez-El Paso que dans le marché du logement était liée à son désir de retrouver le pays de ses parents. Cette série de handicaps explique aussi pourquoi sa fille aînée, avec le salaire qu'elle perçoit dans une industrie de sous-traitance, est devenue depuis deux ans le soutien du foyer.

  • 13 Voir par exemple, Abdelmalek Sayad, « El Bhorba : le mécanisme de la reproduction de l'émigration  (...)

36Plusieurs études sur la migration dans le monde entier montrent l'importance de la cohabitation dans le processus d'immigration13. Le cas de l'immigration vers Ciudad Juárez n'est pas une exception. En effet, l'intérêt de compter sur un réseau d'accueil lors de l'immigration ne se rattache pas seulement à la possibilité d'obtenir des informations et du savoir-faire. Le réseau peut fournir aussi certaines aides pratiques, telle que l'offre d'un logement temporaire.

  • 14 Les huit autres n'avaient pas fourni d'information. Voir Antonio Ugalde, op. cit., University of T (...)

37L'étude réalisée dès 1969 par Antonio Ugalde permet de saisir l'importance de la cohabitation à Ciudad juárez ainsi que les liens qui unissent les hôtes à ceux qui sont hébergés. Intéressé par les processus d'insertion urbaine dans les quartiers populaires d'Amérique latine, cet auteur a réalisé une enquête auprès de 115 foyers immigrés de la ville que nous étudions. Parmi eux, 62 ont déclaré avoir logé gratuitement chez un parent lors de leur arrivée en ville ; 12 ont habité chez des amis et 34 - soit moins d'un tiers de la population étudiée -n'ont reçu aucune aide de ce type14. Les observations faites au cours du travail de terrain m'ont permis de corroborer les propos de cet auteur. Ils m'ont permis également d'analyser de près les relations établies entre les familles qui partagent le même toit ainsi que la durée et le type de cohabitation pratiqué.

  • 15 Il s'agit en fait de cette figure du réseau social à laquelle j'ai fait référence au cours du prem (...)
  • 16 Cette locution, très populaire au Mexique, se traduit littéralement par : « le mort et l'invité, a (...)

38Lorsque les immigrés sont accueillis par leurs parents ou leurs frères, la cohabitation peut durer quelques mois. Il s'agit en effet d'une cohabitation de transition, où les hôtes assignent un espace de la maison à leurs invités en attendant que ceux-ci trouvent un logement. Mes données semblent indiquer que ce réseau est constitué le plus souvent par les membres d'une parentèle lointaine et par des paisanos, c'est à dire, « des gens du même pays »15. Dans ces cas, la cohabitation est considérée comme un secours d'urgence dont la durée dépasse rarement six mois. Les familles pratiquent en effet ce que j'ai nommé la cohabitation ponctuelle, où l'on ne change ni le cadre bâti ni la distribution de l'espace. Partageant le même espace, souvent très réduit, la cohabitation peut devenir pénible au bout de quelques semaines car, comme disent certains interviewés qui ont vécu une expérience un peu amère : el muerto y el arrimado a los très días apesta16.

  • 17 Jean-Louis Flandrin, Familles..., op. cit., p. 46-49.

39Tout comme en France, le lien de voisinage dans le milieu rural est si étroit qu'il en arrive à se confondre avec celui de la parenté17. Un tel lien est à la base de tout un système d'échanges solidaires très ancré entre paisanos. Or, dans les processus de migration, ce système tend à se briser. Installée à Ciudad Juárez depuis quelque temps, la famille d'accueil désapprend un peu une obligation d'hospitalité que, suivant cette tradition de solidarité, elle doit à ses proches. Son paisano arrive pour la lui rappeler. Sans rien dire, en essayant de maintenir ce délicat lien social, hôtes et hébergés croient s'accorder, alors qu'ils sont souvent en plein malentendu : les premiers souhaitent que les invités partent le plus tôt possible alors que l'invité souhaite rester et compte jouir de cette aide pendant longtemps. Submergés par l'incertitude par les non-dits, les invités ne paient pas le service rendu en argent comptant (sous forme de loyer), mais ils se sentent obligés de dédommager leur famille d'accueil par des services domestiques (comme la garde des enfants, la cuisine ou quelques bricolages dans la maison). Ils peuvent aussi contribuer à certaines dépenses. Mais ces aides ne rétribuent pas suffisamment le service rendu et ne justifient pas la perturbation de l'intimité du foyer. En termes explicites ou allusifs, les intrus sont invités à partir. Par la faiblesse des liens sociaux, le compromis sous-entendu entre la famille d'accueil et la famille hébergée se rompt.

40Le récit de Roberto, père d'une famille d'immigrés arrivée à Ciudad Juárez en 1988, montre bien la rupture de cet accord intercommunautaire et révèle d'ailleurs la confusion entre les liens consanguins et d'amitié, lorsqu'il désigne son hôtesse une fois sous le terme de cousine et une autre fois sous celui de commère.

41Une cousine germaine nous a rendu le service de nous accueillir pendant une quinzaine de jours, en attendant que nous trouvions un logement. Alors, elle a dit : oui, sans problème, et je suis entré dans sa maison. Elle a pris la moitié des provisions que j'avais amenées. - Sers-toi, je lui ai dit, il y a des pâtes, des jus de fruits... tout ce que tu veux. Nous avions quelques économies et nous avons acheté des tortillas, de la viande... C'était pour... pour ne pas squatter la maison comme ça, n'est-ce-pas ? Mais de toute façon, après quinze jours la commère m'a dit : tu sais ? Il faut chercher un autre logement parce qu'ici ce n'est plus possible... (Roberto, 52 ans, ouvrier de maquila)

42Le nouvel immigré qui croyait avoir trouvé un logement, même provisoire, doit en chercher un autre. La location est l'option la plus immédiate.

Les locataires : familles maquiladoras certes, mais aussi d'immigration récente

43La figure n° 3 permet d'observer que six des neuf familles qui ont déclaré payer un loyer au moment des interviews étaient en même temps « des immigrés appartenant à la deuxième cohorte et des familles maquiladoras ». La fragilité du lien social entre les nouveaux arrivés et leurs parents lointains ou leurs paisanos explique sans doute cette coïncidence. Mais est-elle le seul motif ?

44Au cours du deuxième chapitre, nous avons observé comment la part du parc locatif a diminué dans le système local du logement, passant de 68 % en 1960 à moins de 20 % en 1990. Par conséquent, non seulement la proportion des locataires est minoritaire parmi les familles formées après 1982, mais le temps passé dans cette filière et le nombre de logements habités le sont aussi. Nous pourrions penser, certes, que ceci est dû uniquement au fait que les familles de la première cohorte ont des itinéraires résidentiels plus longs que celles de la deuxième, et que celles-ci doivent encore parcourir un long chemin avant de sortir du marché locatif. Mais si nous considérons uniquement les jeunes familles qui sont déjà sorties de ce marché, nous constatons que leur séjour y a été notablement plus court que celui des familles plus anciennes.

45Ce changement n'est pas vécu de la même manière chez les autochtones et chez les immigrés. Les autochtones habitent d'ordinaire un seul logement de location pendant un an ou moins. Les immigrés en revanche, outre le fait qu'ils sont plus nombreux à s'insérer dans le parc locatif, ont tendance à y rester plus longtemps et à déménager plus souvent. À part l'absence d'un réseau social pour les accueillir, nous pouvons concevoir deux sources d'explication complémentaires.

  • 18 Carolina Villanova Roselyne de Leite et Isabel Raposo, Maisons de rêve au Portugal, une enquête su (...)

46Quelques immigrés, considérant leur séjour à Ciudad Juárez comme transitoire, préfèrent louer un appartement même précaire, afin de réunir le plus d'économies possibles pour leur retour au pays ou leur départ vers les Etats-Unis. Fréquemment, ils achètent des biens susceptibles d'être transportés tels que meubles et électroménager, ou bien ils investissent dans la construction et l'amélioration du logement qu'ils ont dans leur lieu d'origine. Ils souhaitent en effet y construire la maison de leur rêve, même si dans l'immédiat, ou pendant plusieurs années, ils devront subir de fortes privations18.

47Nous devons penser aussi aux différents degrés d'information concernant le marché du logement, aux compétences des acteurs pour agir dans celui-ci, aux réseaux sociaux ainsi qu'aux mécanismes de sélection (élection et exclusion) pratiqués par les loueurs. Dans le parc locatif de Ciudad Juárez, les conditions de logement sont quelque peu disparates. Nous y trouvons un secteur où la relation qualité/prix est peu favorable. Il s'agit notamment des logements situés dans les quartiers vétustés du centre-ville, qui sont sous le contrôle de la vieille garde des propriétaires fonciers. Ce secteur accueille souvent les nouveaux arrivants. D'abord, parce que les préjugés des juarences de souche sur les immigrés conduisent quelques propriétaires (surtout ceux dont les logements sont bien bâtis et mieux situés du point de vue des équipements urbains) à préférer un locataire natif, ou bien à exiger de sérieuses références que peu d'immigrés récents possèdent. Ensuite, parce que la plupart du temps, les nouveaux arrivants ne disposent ni d'informations suffisantes sur le marché du logement ni de relations pour les conseiller. On observe fréquemment des familles arrivant à Ciudad Juárez par le train ou par l'autocar : le père va chercher un logement dans les quartiers proches de la gare, tandis que la mère et les enfants gardent les bagages. Sans abri, ils peuvent passer là quelques nuits en attendant de trouver un endroit pour s'installer.

48Les locations précaires du centre-ville, proches des gares, constituent ainsi une sorte de bizutage pour l'immigré novice qui fait ses premières expériences de logement en milieu urbain. Déjà installé, il commencera à connaître le fonctionnement du marché du logement à l'aide d'un réseau social tout récemment constitué. Chancelant, il tentera de nouvelles expériences qui ne seront pas toujours heureuses et qui le conduiront à changer à nouveau jusqu'à obtenir une location à sa convenance ou à sortir du marché locatif. Il est à signaler que toute cette série d'expériences s'accompagne souvent d'un mouvement centrifuge où le locataire, en même temps qu'il s'éloigne du centre-ville, substitue de nouveaux propriétaires ou des posesionados ayant pratiqué l'auto-construction à la vieille garde des propriétaires.

49C'est donc leur statut d'immigré qui fait que ces familles restent plus longtemps dans le marché locatif, bien que celui-ci soit en nette diminution. Ce statut contribue également à structurer leur affiliation professionnelle. Comme on le sait, les familles d'immigrés récents, n'ayant pas d'expérience professionnelle urbaine, tendent à occuper les postes les moins rémunérés dans l'industrie maquiladora. Par un effet pervers, les situations résidentielle et professionnelle maintiennent alors cette population dans la location. Percevant de faibles revenus et obligées de payer une redevance mensuelle à leur bailleur, ces familles vivent au jour le jour, sans beaucoup d'occasions de se constituer une épargne pour sortir du marché locatif.

Les prêts et les donations de logement : un caractère aléatoire

50Le sens commun amène à supposer que les familles autochtones auraient plus de possibilités d'accéder aux logements empruntés et aux donations, car ces filières sont dominées par l'existence d'un réseau social que ce groupe de population est plus susceptible d'avoir. Or, cette idée a été démentie par les observations faites sur le terrain. La population qui a profité d'un emprunt ou d'une donation est trop diverse pour que nous puissions établir une catégorisation sans considérer au préalable les logiques de ces deux pratiques : d'abord, une famille dispose d'un logement dont elle n'a pas besoin, soit parce qu'elle quitte la ville, soit parce qu'elle en a un autre. Puisqu'il est préférable de laisser le logement occupé plutôt que de l'abandonner, elle cherche une famille sans logement. Si celle-ci fait partie de sa parenté, l'échange semble automatique. Mais si le propriétaire n'a pas parmi ses parents une personne mal logée, il offrira ses facilités à une autre famille, le plus souvent en situation peu favorisée.

51Les familles qui ont bénéficié d'un logement emprunté ou d'un lot offert, étaient en effet composées d'immigrés récents dépendants de la maquila et vivant une situation de logement difficile. Comment ont-elles réussi à saisir cette opportunité ? Lorsqu'il n'y a pas de liens consanguins, la rencontre entre un prêteur ou un donateur et une famille en quête d'un toit est plutôt hasardeuse. Nous reconnaissons toutefois certaines ruses où les bénéficiaires mettent en jeu des valeurs de charité et de reconnaissance afin d'élargir leurs possibilités. Un exemple extrême est celui de Maria, qui a habité un logement prêté pendant cinq mois. En 1989, âgée de 44 ans, elle est arrivée seule à Ciudad Juárez dans l'intention de préparer le terrain pour l'immigration de sa nombreuse famille. Elle a commencé à travailler dans une usine maquiladora dès son arrivée. S'appuyant sur un réseau social qu'elle a su tisser sur son lieu de travail, elle a été hébergée près de six mois par cinq familles différentes, pour bénéficier ensuite d'un appartement prêté. Maria interprète ces offres comme une œuvre de la providence, mais vraisemblablement, son discours d'« auto-commisération » a dû jouer.

  • 19 Il est toujours intéressant de voir comment dans un jeu de représentations sociales, les moins fav (...)

52Bien que dans la plupart des interviews les travailleurs m'aient raconté des phases très difficiles de leur vie, on perçoit dans tous les récits une certaine fierté d'avoir surmonté les problèmes et d'avoir gagné quelques batailles de la vie. Dans le discours de Maria, tout semble échec : elle avait fait une formation de sage-femme, métier que son mari ne lui a pas permis d'exercer ; elle avait acheté quelques chèvres qui sont mortes de maladie ; à Ciudad Juárez, on l'a mêlée à une querelle et elle a perdu son emploi, etc. De plus, Maria est l'une des rares personnes interviewées à se désigner comme nécessiteuse, alors que pour la plupart des travailleurs, les pauvres sont toujours les autres19. « Là-bas- disait-elle - quelques messieurs viennent d'il Paso et nous offrent des vêtements, du pain et quelquefois des provisions pour les gens qu'ils voient être plus démunis. » Les difficultés de Maria ne sont pas en question. Mais cette façon de percevoir ou de raconter sa vie doit être sans doute un bon instrument pour faire appel à la charité ; très probablement, cette présentation a dû l'aider à accéder à la cohabitation avec des personnes étrangères et à un logement prêté. En contrepartie, elle témoigne aux propriétaires une reconnaissance durable et leur permet d'avoir bonne conscience pour avoir aidé quelqu'un en difficulté. Ce sont en effet des monnaies de haute valeur dans les sociétés chrétiennes comme la société mexicaine.

53Un autre cas nous montre que l'accès à un logement prêté n'est pas seulement l'œuvre du hasard. Il apparaît dans l'histoire de la famille Arriaga, qui semble s'être investie tout entière pour gagner la confiance et la reconnaissance du propriétaire de la vecindad qu'ils louaient.

54Lorsque nous sommes arrivés, nous avons loué les deux pièces d'en face. Le propriétaire, un vieux monsieur, ne voulait pas vraiment les louer. Il nous disait -Regardez, les pièces n'ont même pas de portes ! j'ai dit à mon mari : - Alors tu les fais toi-même. On nous a loué alors les pièces. Le vieux monsieur voulait payer pour les portes et mon mari me disait - Combien dois-je demander, quelques cent petits pesos ? je lui ai dit : ne lui demande rien. T'as beaucoup plus avec une amitié qu'avec un sou dans la poche. Il n'a donc rien demandé et le petit vieux n'a pas voulu encaisser le loyer de ce mois-là. Nous étions très reconnaissants, alors lorsqu'il y avait un bricolage à faire, mon mari le faisait. (...) Alors, le petit vieux est parti, et son frère, qui est le propriétaire d'ici, a dit : - Tu m'as beaucoup aidé, je vais te prêter la maison, mais tu dois en prendre soin. C'est pour cela qu'on nous à prêté cette maison, je vous l'ai dit, lorsqu'on se conduit bien avec les gens... n'est ce pas ? (Josefa Arriaga, femme au foyer, 48 ans)

55Le monsieur aimait beaucoup mes filles, il leur apportait des cadeaux et nous aussi, nous lui donnions à manger. Lorsqu'il a commencé à être malade, nous prenions le bus et à n'importe quelle heure, nous l'accompagnions chez le docteur. Nous lui faisions ses commissions, sa vaisselle, son ménage, etc. Il savait remercier le Monsieur. Après deux ans plus ou moins, il a dit-Vous savez ? Je ne vais plus encaisser les loyers. [Il y a un an, Le petit vieux est parti chez sa fille, et le propriétaire est venu et m'a dit : - Mon frère part maintenant, vous allez garder la maison. (Roberto Arriaga, ouvrier, 51 ans)

56L'accès à un logement par la voie de l'emprunt ne présente pas de corrélation univoque avec les situations de travail et migratoire. Si, ayant épuisé la possibilité de céder son logement à un membre de sa famille, le propriétaire a décidé d'en faire bénéficier une autre famille, et si celle-ci est composée d'immigrés récents dépendant de la maquila, cela s'explique sans doute parce que ce type de familles sont les plus nombreuses parmi les sans-toit. Bien que l'accès à un logement de ce type soit souvent l'œuvre du hasard, certaines familles savent éveiller - de façon consciente ou inconsciente - des sentiments de charité et de reconnaissance afin d'élargir leurs possibilités. Ces valeurs semblent jouer également pour l'obtention d'une donation de la part d'un voisin ou d'un ami. Mais elles semblent moins valorisées, tout spécialement dans le contexte actuel : les personnes ayant un logement ou un lot additionnel préfèrent le mettre sur le marché afin d'amortir les effets de la crise sur leur propre famille. D'autre part, la fermeture des frontières diminue le nombre de personnes capables de partir aux États-Unis en abandonnant leur logement définitivement, c'est-à-dire, en brûlant tous leurs vaisseaux.

La prépondérance des immigrés dans les organisations de quartier

  • 20 Hoenderdos et Verbeek, « The low-income housing market in Mexico : three cities compared », in Ala (...)

57Les filières d'accès à la propriété semblent relativement fermées aux familles d'immigrés et surtout à ceux qui vivent de la maquila. Comme nous allons le voir, le fonctionnement du marché de particulier à particulier exclut les jeunes couples arrivés à Ciudad juárez qui n'ont pas constitué un patrimoine dans leur pays d'origine ; les logements d'intérêt social sont attribués surtout aux familles juarences et les donations et les héritages sont de plus en plus rares. Lorsqu'une famille immigrée devient propriétaire, elle le fait d'ordinaire au moyen d'une organisation de quartier. Dans une enquête menée en 1982 auprès 960 foyers adhérents de l'une de ces organisations, 79 % étaient composés d'immigrés20. Les observations de terrain ont constaté la persistance de cette tendance et m'ont permis de repérer deux itinéraires type.

  • 21 Un exemple sur le tissage de ce réseau de solidarité intercommunale dans les quartiers d'envahisse (...)

58C'est d'ordinaire la grande nécessité qui conduit une famille à participer à l'un de ces mouvements. Mais souvent les familles ne le cherchent pas, elles y arrivent de façon plus au moins fortuite. Quelques immigrés, après un séjour long et mouvementé en location, apprennent l'existence d'une organisation de quartier grâce à un réseau social nouveau ou à l'occasion d'une des manifestations de l'organisation. D'autres, nouveaux arrivants, sont accueillis dans la ville par un parent ou par une personne du même pays qui, adhérent à l'une des organisations, se charge de les introduire auprès des leaders, de les aider à obtenir une parcelle et, parfois, de les aider dans les travaux d'auto-construction21.

59Pressés par le désir d'échapper à un loyer mensuel, la plupart des gens participant aux organisations de quartier signalent la découverte de cette organisation comme une opportunité qui mérite d'être prise en considération.

60J'ai passé ma vie à payer des locations. Je n'avais pas de logement fixe, je passais quelques mois ici, quelques mois là (...). On a vécu ainsi jusqu'en 1977, moment où le CDP commençait à coordonner beaucoup d'occupations de terrains très bien accueillies par le peuple. C'était très juste, le salaire qu'on percevait ne suffisait jamais à payer le loyer, l'électricité et l'eau. Après, lorsque le CDP nous a invités à participer à la fondation du quartier « Tierra et Libertad », nos économies ont changé un peu. Nous ne devions plus payer l'eau, l'électricité et des services publics, car nos propriétés étaient irrégulières. (Lorenzo, ouvrier, 51 ans)

61Comme pour Lorenzo, la participation des mal logés à une organisation de quartier représente certes un soulagement, mais elle n'est pas la panacée à tous leurs maux. D'une part, il faut obtenir les matériaux de construction et construire. D'autre part, il faut être actif dans les travaux collectifs du quartier et assister aux manifestations et aux assemblées de l'organisation. Enfin, il faut accepter le statut résidentiel de posesionado, qui ne garantit guère une vie stable.

62Le statut de posesionado représente une sorte de sas entre la non-propriété et la propriété. Lorsque l'organisation est forte et sait négocier avec le gouvernement, les participants obtiennent les titres de propriété quelques années après. Parfois, certaines familles restent toute leur vie dans une situation irrégulière. Il faut signaler enfin que quelques ménages renoncent à leur situation de posesionados pour revenir à la location ou à la cohabitation, le plus souvent à la suite d'une expulsion de la part du gouvernement. Mais la même réaction existe également parmi des familles qui cherchent à se rapprocher de leurs lieux de travail, qui sont en désaccord avec les principes et les exigences des organisations de quartier ou qui n'ont pas un esprit assez minimaliste pour rester dans un quartier dépourvu de tous les services urbains et dans l'incertitude sur leur situation résidentielle future.

c) Les juarences d'après 1982

63La population autochtone connaît des itinéraires résidentiels assez différents de ceux des immigrés, on peut même dire, opposés : la location et les organisations de quartier sont presque ignorées ; la période d'habitat en non-propriété est dominée par la cohabitation ; enfin, l'accession à la propriété passe davantage par les transactions entre particuliers et les crédits de l'État.

La cohabitation, une tradition de solidarité qui privilégie les couples juarences

  • 22 Ann Varley « Housing the household... », art. cit., p. 131.
  • 23 Antonio Ugalde, op. cit.

64Au cours du deuxième chapitre, j'avais avancé l'hypothèse selon laquelle la césure de 1982 avait pu entraîner un recours de plus en plus fréquent à la cohabitation. Certes la crise financière, limitant la capacité des jeunes familles à obtenir un logement par leurs propres moyens, les contraint à la cohabitation avec leurs parents. Mais il est nécessaire de considérer aussi que la crise connaît des fluctuations, bien qu'elle soit permanente depuis la date mentionnée. Il faut reconnaître également que la cohabitation n'est pas une pratique née avec la crise, mais qu'elle existait bien avant. Elle se rattache à une tradition de solidarité intergénérationnelle entre les familles - comme Ann Varley l'a observé pour la ville de Mexico22 - ainsi qu'à une tradition d'accueil et d'assistance entre parents et gens du même pays, comme Antonio Ugalde l'a constaté à Ciudad Juárez23.

65La cohabitation ponctuelle, la plus fréquente parmi les familles immigrées, n'est toutefois pas exclue des itinéraires des juarences. Mais alors que pour les familles immigrées elle représente communément la première étape de leur processus d'insertion urbaine, chez les juarences elle se pratique soit pour répondre à une vicissitude plus ou moins conjoncturelle et imprévue (par exemple, rupture conjugale ou expulsion du logement précédent), soit lors d'un retour à Ciudad Juárez après une émigration temporaire. Mais les foyers autochtones font couramment des séjours en cohabitation plus longs et plus stables que les familles immigrées. Ils pratiquent en effet les deux autres types de cohabitation qu'il nous reste à étudier : la cohabitation de transition et celle de voisinage.

66La raison de cette différence est claire, car ces deux pratiques exigent la mobilisation d'un réseau familial plutôt que social, réseau que les autochtones sont plus capables de mobiliser que les immigrés. Ces derniers n'ont généralement pas leurs parents à Ciudad Juárez et, si c'est le cas, ceux-ci sont aussi des immigrés récents qui ont peu de chose à partager. On connaît tout de même des exceptions dans les familles où deux ou trois générations ont immigré ensemble. La famille Pérez, composée du père, de la mère et de cinq enfants, est arrivée à Ciudad Juárez en 1988. Au bout de deux ans elle a occupé un lot dans le quartier México 68 par l'intermédiaire du Comité de Défense Populaire. Deux ans plus tard Angeles, la fille aînée, s'est installée en concubinage avec Luis, un immigré lui aussi, dont les parents avaient occupé un autre lot dans le même quartier. Très bien insérés dans le réseau du CDP, ils ont rapidement bénéficié d'un lot pour bâtir leur demeure. Mais, étant sans économies, ils ont construit un logement en matériaux de fortune qui ne garantissait guère d'abri. Ils se sont installés dans la maison des Pérez en attendant mieux. Mais la possibilité de réunir une épargne leur paraît de plus en plus lointaine. Luis travaille comme manœuvre dans l'industrie de la construction, sans aucune stabilité ni garantie sociale. Angeles, après une grossesse difficile qui exigeait de fortes dépenses médicales, vient d'avoir un enfant. Après plus d'un an d'union, ils partagent ainsi avec toute la famille les deux pièces qui composent la maison Pérez. Puisqu'ils n'ont pas occupé le lot que le CDP leur avait octroyé, les leaders de l'organisation veulent le récupérer. Si c'est le cas, Angeles et Luis risquent de cohabiter dans la maison parentale pendant beaucoup plus de temps.

67En dehors de la précarité particulièrement accentuée dans la maison Pérez, l'expérience de cette famille n'est pas très différente de celle des autochtones. Sans changer le cadre bâti, ceux qui sont hébergés aussi bien que la famille d'accueil considèrent cette cohabitation comme provisoire, en attendant que le jeune couple réunisse des économies pour se loger lui-même. Mais cet objectif premier est souvent oublié lorsque les jeunes couples sont dépassés par les urgences quotidiennes. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la plupart des couples qui ont réussi à quitter ce mode d'habitat en cohabitation ont obtenu un logement par un crédit de l'État, filière qui n'exige pas la mobilisation immédiate de ressources financières considérables.

  • 24 Voir Carmen Bernand et Serge Gruzinski, op. cit., in Burguière, Klapisch-Zuber, Segalen et Zonaben (...)

68Parmi la population étudiée, la cohabitation de transition est devenue dominante au cours des années quatre-vingts. Les ménages récemment formés doivent faire appel à la solidarité de leurs familles d'origine pour répondre à leur besoin de logement. Mais outre les difficultés conjoncturelles, les familles mexicaines organisent souvent leur vie économique et sociale sur la base de grandes maisonnées. J'ai dénommé maisonnée en voisinage cette option située entre la maisonnée du type nucléaire et la maisonnée élargie. Il s'agit d'un ajout de pièces indépendantes sur un même lot appartenant à une seule famille. Les dépenses sont individuelles pour la nourriture, les vêtements et les loisirs, mais elles sont collectives pour l'eau, l'électricité et le gaz. Le travail domestique est individuel mais la garde des enfants collective. Cette solution semble combiner les héritages colonial et indigène du Mexique : la vecindad espagnole et le cencalli (la maison entière) nahua24.

69Au début, toutes ces maisons étaient des logements pour une seule famille, mais avec le temps, avec les mariages des enfants, les échecs matrimoniaux ou professionnels, les contraintes économiques ou peut-être simplement pour le plaisir et la facilité de rester ensemble, on a commencé à construire de nouvelles chambres sur la cour : une chambre ici, jusqu'à ce que Juan trouve une maison, deux petites pièces pour Leticia qui vient de quitter son mari... etc.

70Ce type de cohabitation exige de disposer d'une parcelle suffisamment grande et de matériaux de construction, même d'emprunt. Elle exige donc non seulement la mobilisation d'un réseau familial mais aussi celle de ressources matérielles considérables pour bâtir de nouvelles pièces. C'est peut-être pour cette raison qu'aucune des familles d'immigrés récents interviewés ne pratiquait ce type de cohabitation. La plupart des familles d'accueil sont composées par des immigrants arrivés à Ciudad Juárez peu avant 1970, lorsque l'accès à la propriété d'occupation commençait à se généraliser. Comme on sait, après cette date, on assista simultanément à un grand essor des organisations de quartier et à l'ouverture du marché foncier dans la ville. Le coton, qui avait connu une expansion lors de la première moitié du siècle, entra en crise. Les terres agricoles restées en friche ont perdu leur valeur. C'est alors que les propriétaires ont commencé soit à les négocier avec le gouvernement et les organisations de quartier, soit à les morceler pour les vendre à des particuliers à des prix relativement accessibles. Les acquéreurs de ces lots n'ont bâti que sur une superficie limitée, laissant le reste à l'abandon mais bien palissadé. Lorsque les enfants ont crée leur propre famille, ils leur ont offert sans hésiter ces lots. Cette offre représente une sorte d'héritage transmis du vivant des parents qui oblige les deux générations à partager le même espace.

71L'investissement que la famille hébergée a engagé dans la parcelle concourt, comme cela a été signalé dans le deuxième chapitre, à prolonger la situation de cohabitation. Or, dans certains cas, la jeune famille peut abandonner ces appartements cinq ou dix ans plus tard. Elle donne les pièces qu'elle a construites à ses parents comme une rétribution pour le service rendu. Ceux-ci à leur tour les donneront à un autre de leurs enfants ou les mettront en location pour assurer leur subsistance dans leurs vieux jours.

L'accès à la propriété et le rejet des organisations de quartier

72De même que dans leur passage par la non-propriété, le comportement des juarences face aux filières de la propriété se démarque clairement de celui des immigrés. D'abord, ils sont plus nombreux à avoir accédé à la propriété. Ensuite les organisations de quartier, voie privilégiée pour les immigrés, leur semblent peu attrayantes.

73Il y a des problèmes avec les leaders parce qu'ils demandent de l'argent. Mais nous ne sommes jamais entrés dans leur jeu. Il n'y a pas besoin de leur donner notre argent. Il vaut mieux aller à la mairie et commencer à payer légalement. Parfois cette voie est même moins chère. [...] - Comment avez vous su cela ? (CZ) - En regardant comment ils sont des profiteurs. - Mais les gens entrent souvent dans leur jeu (CZ) —

74C'est peut-être le cas des gens qui ne sont pas d'ici, ce sont des villageois. Nous, nous avons passé toute la vie ici. Mes parents habitent Ciudad juárez depuis quarante ans, ils savent très bien comment marche leur affaire. José Luis, (32 ans, maçon)

75Cette observation - où José Luis essaie de distinguer le « moi : natif » des « autres : immigrés » - est, certes, très extrapolée. Bien que les immigrés ruraux les plus nécessiteux soient aussi les plus nombreux à habiter les quartiers d'envahissement, on y a toujours trouvé des immigrés d'origine urbaine et certains autochtones. En outre, malgré la claire déchéance des organisations de quartier, nous pouvons percevoir certains changements. D'abord, il est possible que la crise financière conduise certaines familles juarences à reconsidérer cette option qu'elles méprisaient jadis. Ensuite, il y a certains immigrés qui ont participé depuis plus de quinze ans à une organisation de ce type et qui sont préoccupés de transmettre leur savoir-faire à leurs enfants nés à Ciudad Juárez. Ils aident leurs fils à s'installer autour de leur maison, formant ainsi une sorte de clan familial dans le voisinage. Toutefois il est vrai que les autochtones préfèrent le plus souvent les achats entre particuliers et les crédits de l'État. Voyons comment et pourquoi.

Les achats entre particuliers et l'exclusion des jeunes immigrés

76Les transactions de particulier à particulier représentent la principale voie d'accès à la propriété de toute la population. Or pour les familles de la première cohorte, il ne s'agit que d'une filière parmi d'autres, alors que pour celles de la deuxième elle est la voie la plus importante. Mais encore une fois, toute la population ne jouit pas de la même façon de l'élargissement de ce marché. Les familles juarences et les familles immigrées formées une dizaine d'années avant leur arrivée à Ciudad Juárez et, parmi elles, celles qui travaillent dans le secteur traditionnel de l'économie en tirent des avantages. L'analyse des pratiques et des ressources exigées pour accéder à cette filière permet d'en comprendre les raisons.

  • 25 Dans une étude sur les dépenses domestiques en Amérique latine, Philip Musgrove a aussi constaté c (...)
  • 26 Voir Paul Cuturello et Francis Godard, op. cit., Université de Nice, Texte intégral, Col. Plan Con (...)

77Par le salaire d'un ou deux de ses membres employés dans la maquila, une famille ne gagne que le minimum nécessaire pour sa survie quotidienne. Vivant au jour le jour, elle peut difficilement faire des économies régulières pendant suffisamment de temps pour acheter comptant un logement ou un lot. Toutefois, le régime salarial de la maquila au Mexique permet d'obtenir des sommes d'argent assez importantes en une seule fois. Il y a d'abord deux formes de rétribution extraordinaire instituées dans le pays depuis une cinquantaine d'années : les étrennes de fin d'année et la participation aux bénéfices de l'entreprise. La particularité du régime salarial de la maquila est el Ahorro (littéralement : l'épargne) où l'entreprise retient chaque mois une partie du salaire du travailleur qu'elle restitue avec les intérêts bancaires tous les six mois. C'est donc ce type de revenus extraordinaires que les travailleurs vont investir dans l'achat d'un lot ou d'un logement25. Dans les nombreux cas où ces ressources sont insuffisantes, les familles tentent de négocier un crédit avec le vendeur ou bien elles essaient d'emprunter auprès des parents ou des amis. À défaut de l'une de ces voies, les familles peuvent s'adresser à un prêteur sur gages. De fait, la forte demande de crédits et l'exclusion d'une bonne partie de la population des prêts bancaires ont favorisé le développement d'un système créancier informel où les intérêts sont parfois le double de ceux des banques. Allant de six mois à un an, les délais de paiement ne peuvent être respectés si la famille se contente des revenus perçus habituellement. Elle doit donc se mobiliser davantage et souvent toute entière. Comme dans les cas étudiés par Paul Cuturello et Francis Godard à Nice, la famille envoie de nouveaux actifs sur le marché du travail, double les journées de travail et cherche des sources de revenus supplémentaires26. Un bon exemple de cette mobilisation collective se trouve dans le cas de la famille Dominguez.

  • 27 À l'époque, avant la grande dévaluation du peso de 1995, cette somme équivalait à plus près à 950 (...)

78Juan, le jeune père de cette famille, travaillait en maquila lorsqu'il a décidé d'acheter une bicoque à un particulier. Il gagnait alors le salaire minimum de 640 pesos mensuels27. Le prix estimé par le propriétaire était de cinq mille pesos. Juan a emprunté sur gages quatre mille pesos, il y a ajouté cinq cents qu'il avait économisés avec sa femme, et ses beaux-parents lui ont offert les autres cinq cent. Obligé de rembourser le prêteur en un an, il payait près de 350 pesos chaque mois plus les intérêts. C'était donc un peu plus de la moitié de son salaire mensuel. Estimant impossible de payer et d'achever la construction de sa maison, Juan a quitté son emploi dans la maquila pour s'employer comme serveur dans le service de nuit et du petit matin d'un restaurant. Le caractère informel de son nouvel emploi, l'absence de sécurité sociale et l'incommodité des horaires lui importaient peu : il y gagnait près du double qu'à la maquila. Socorro, sa femme, qui ne travaillait plus depuis son mariage, a commencé à vendre des produits de contrebande dans le voisinage et à confectionner des vêtements avec sa mère. Ils avaient donc des journées de travail intenses qu'ils savaient bien organiser avec les travaux d'auto-construction.

79Les logiques propres à ce marché foncier de particulier à particulier semblent disqualifier les jeunes couples d'immigrés qui, attirés par le développement industriel de la ville, essayent d'y former leur foyer sans plus de ressources que leur propre force de travail. Outre que dans la plupart des cas ils doivent payer une location qui absorbe plus de 30 % de leurs revenus, ils n'ont pas de réseau social susceptible de les aider financièrement et, sans biens à mettre en gage, ils ne peuvent pas s'adresser à un usurier. Les seules familles immigrées qui ont accédé à la propriété par l'achat à un particulier se sont formées plus de dix ans avant leur arrivée à Ciudad Juárez. Dans leur lieu d'origine, elles sont parvenues à accumuler certains biens (des terrains, du bétail, des voitures ou autres) qu'elles ont vendus après avoir décidé d'émigrer définitivement. Dès leur arrivée à Ciudad Juárez, elles pouvaient ainsi disposer de certaines ressources pour se risquer à un achat.

Le logement d'intérêt social : une filière qui privilégie les travailleurs de maquila, mais lesquels ?

  • 28 Tito Alegría, « Vivienda y Maquila en Tijuana », in Revista Ciudades, n° 25, RNIU, Puebla, 1994, p (...)

80En 1992, le patronat mexicain de l'industrie du bâtiment et les promoteurs de l'industrie de sous-traitance se sont rencontrés à la Reunión nacional de la vivienda en la industria maquiladora (littéralement : Rencontre nationale du logement dans l'industrie maquiladora). L'objectif de cette rencontre était de sensibiliser les institutions publiques du logement aux déficiences des conditions de logement des travailleurs de la sous-traitance. On y a insisté sur l'idée que ces déficiences sont la cause des indices élevés de rotation du personnel dans cette industrie. C'est au cours de cette rencontre que l'on a proposé la participation des industries maquiladoras et du secteur public fédéral au financement des logements et que l'industrie privée du bâtiment a été invitée à la réalisation des travaux28. À Ciudad Juárez, comme nous le savons, le projet s'est concrétisé en 1993 avec le programme de logement de l'IVECHI, de Pronasol et de l'AMAC, programme par lequel on a produit 2 500 logements pour les travailleurs.

81Les universitaires n'ont pas tardé à regarder ce programme d'un œil critique et à prédire ses dangers :

  • 29 Tito Alegría, art. cit., p. 62.

82Si à partir d'une idée qui lie trop rapidement l'industrie et le logement, quelques travailleurs peuvent jouir d'un programme de crédit pour le logement, tout va bien. Mais d'abord, la rotation des travailleurs est due aussi aux caractéristiques des marchés de l'emploi et aux conditions du travail. Ensuite, les mauvaises conditions de logement ne touchent pas seulement les travailleurs de la maquila, mais la plupart de la population de la région frontalière. [...] Si les propositions faites au cours de cette réunion se matérialisent, un nouveau sous-marché de logement - encore plus monopolisé que ceux qui existent déjà - pourrait se constituer. Il serait un sous-marché auquel on ne pourra accéder que si l'on travaille pour l'industrie maquiladora.29

  • 30 Pedro Martínez, « Sin acceso a vivienda 276 mil trabajadores », El Norte de Ciudad Juárez, page 12 (...)

83Lorsqu'on découvre dans la figure 2 que tous les ménages qui ont accédé à la propriété par cette voie sont des familles dont le revenu dépend de l'industrie de sous-traitance, nous pouvons penser que ce qu'avait prévu Tito Alegría s'est déjà produit. À Ciudad Juárez, la maquiladora semble accaparer la plupart des logements sociaux pour ses travailleurs. Mais il vaut la peine de se demander quel type de travailleur en bénéficie. Le seuil salarial imposé par l'IVECHI est d'au moins 1,9 fois le salaire minimum national. En 1994, parmi les cent trente mille travailleurs de maquila, 60 % perçoivent le salaire minimum. Ils sont donc exclus des programmes de l'IVECHI30. De plus, pour accéder à un logement par cette institution, il est nécessaire d'avoir travaillé dans la même entreprise au moins trois ans et, en raison de la forte instabilité de l'emploi, peu de travailleurs remplissent cette condition. La figure 3 le montre clairement. Les familles bénéficiaires sont composées de juarences. En regardant de plus près ces cas, nous constatons qu'il s'agit notamment de jeunes ménages dont le père et la mère travaillent dans ce secteur et, spécialement, de ceux où l'homme a réussi une carrière ascendante.

84La situation migratoire semble donc une fois de plus se répercuter sur les possibilités d'accès à l'une des filières de logement. Ce sont les juarences qui ont plus de possibilités pour obtenir un crédit de l'État, mais surtout ceux qui ont su faire une carrière dans la sous-traitance et qui ont su enfin se placer parmi les 30 % des travailleurs qui atteignent les seuils salariaux imposés par les institutions du logement d'intérêt social.

d) Les mères seules

85Des facteurs d'ordre pratique et moral semblent obliger ces femmes à suivre ce chemin : d'abord, occupant pour la plupart des postes mal rémunérés dans la maquila, elles ont des revenus trop faibles pour accéder à la propriété et même pour louer ; ensuite, en l'absence de crèches, elles doivent confier leurs enfants pendant les heures de travail à leur mère ou à un autre membre de la famille ; enfin, comme le montre le récit de Rosa, une jeune ouvrière habitant seule à Ciudad Juárez peut être l'objet de harcèlement masculin et de rejet social.

86Lorsque le petit jaime est né, on a obtenu un lot par intermédiaire du CDP. j'y avais ma petite pièce en bois. Mais je n'y suis restée que deux ou quatre mois, j'étais seule avec mon enfant, mon mari était déjà parti. Alors il y avait un voisin qui, toutes les nuits, frappait à la porte pour me déranger. Il voulait que je lui accorde mes faveurs, j'avais peur, tu imagines s'il enfonce la porte... Alors j'ai abandonné ma pièce. Ma mère m'a donné l'opportunité d'en construire une autre ici. (Rosa, 32 ans, ouvrière)

Figure n°3 : Itinéraires résidentiels des mères seules

Figure n°3 : Itinéraires résidentiels des mères seules

87Bien que les parents acceptent de partager leur logement (ou leurs lots) avec les enfants qui viennent de se mettre en ménage, il est plus courant de le faire pour les filles qui se trouvent dans une situation de monoparentalité. Dans ce cas, la cohabitation est plus stable et prolongée. Des 21 mères sans partenaire, 13 cohabitaient encore au moment du travail de terrain et seulement trois n'ont jamais connu une expérience de ce type. Si l'on peut dire qu'il y a une norme, la norme serait que les mères sans partenaire cohabitent avec leurs parents.

  • 31 Ces différences de droits, bien connues parmi la population, font que quelques hommes contournent (...)

88Bien que toutes les mères seules partagent un sort résidentiel similaire, certaines différences apparaissent lorsqu'on considère la manière dont elles sont arrivées à cette situation de monoparentalité. Les femmes mariées, lorsqu'elles divorcent ou deviennent veuves, ont la possibilité d'exiger une pension alimentaire ou de garder le logement qu'elles habitent. Les concubines en revanche n'ont aucun droit qui les protège. En raison de cette différence, les femmes veuves, séparées ou filles mères sont des itinéraires et des conditions de logement divergents. Parmi les quatre femmes veuves interviewées, il y a trois propriétaires. En fait, elles ont réussi à garder le logement dont elles étaient propriétaires avec leurs époux. En revanche, parmi les femmes séparées, trois avaient accédé à la propriété, mais seulement une l'a conservée. Les autres ont dû retourner dans la maison paternelle. Finalement toutes les filles mères cohabitent, sauf une31.

89Les limitations morales et économiques interdisent donc à la mère seule de quitter le logement de ses parents. Elle ne peut y songer qu'au moment d'une union maritale. Or, cette expérience n'est pas toujours heureuse. Les femmes qui la tentent retournent souvent chez leurs parents après un autre échec matrimonial et, quelquefois, avec un autre enfant dans les bras.

90Il faut signaler enfin que le parcours de ces filles (fondamentalement des filles mères autochtones) les conduit d'une forme de cohabitation à une autre. Lorsqu'elles annoncent à leurs familles qu'elles sont enceintes, elles sont généralement chassées de leur foyer. Quelques semaines plus tard, grâce à l'appui de leur mère, elles reviennent dans la maison paternelle pour accoucher. Au début, elles attendent que le père de l'enfant vienne les chercher, ce qui n'arrive guère. Lorsque les filles vivent un nouvel échec matrimonial ou lorsque la situation de monoparentalité se prolonge et qu'elles perdent l'espoir d'avoir un partenaire, elles commencent à investir dans la construction de quelques pièces sur le lot de leurs parents.

CONCLUSION : TRAVAIL ET LOGEMENT, UNE CORRÉLATION FLEXIBLE ET DÉPENDANT D'AUTRES VARIABLES

91Nous connaissons maintenant les itinéraires résidentiels des quatre groupes de population identifiés dans cette recherche. Les cellules familiales de la première cohorte se distinguent par le fait d'avoir accédé à la propriété ou d'être sorties du marché rentier par une autre voie. Considérant les lignes générales des itinéraires résidentiels, nous pouvons affirmer que cet avantage relatif est fonction de la maturité de ces familles. Mais les voies empruntées pour améliorer les conditions de logement nous renseignent plutôt sur leur situation migratoire et professionnelle : les immigrés, qui dans la plupart des cas travaillent dans le bassin d'emploi traditionnel, passent un long séjour dans la location et accèdent à la propriété ou au statut de posesionados par l'intermédiaire d'une organisation de quartier. Les autochtones, comptant sur l'appui de leurs familles d'origine, ayant un meilleur emploi dans le marché local ou travaillant dans la ville voisine d'EI Paso, ont besoin de moins de temps pour accéder à la propriété. Le plus souvent, ils atteignent ce but grâce à une transaction de particulier à particulier ou grâce à un héritage.

92Autochtones ou migrants, les personnes de cette cohorte qui travaillent dans l'industrie de sous-traitance présentent des parcours résidentiels et professionnels plus mouvementés que la majorité des autres. Nous observons chez eux une sorte de désaffiliation par rapport aux bassins d'emploi traditionnels, suivie souvent par une disqualification sur le marché résidentiel. Pour répondre à leur besoin de logement, ces personnes ont dû chercher des voies différentes (souvent plus risquées) que celles choisies par leurs contemporains.

93Les itinéraires des cellules familiales de la deuxième cohorte sont plus clairement délimités par leur situation migratoire : si beaucoup de ces familles n'ont pas encore accédé à la propriété, il est clair que les familles immigrées auront plus de difficultés à y parvenir. Leurs itinéraires résidentiels se distinguent considérablement des autochtones. Les immigrés passent un temps considérable dans la location et lorsqu'ils accèdent à la propriété ils le font, tout comme leurs homologues de la première cohorte, en privilégiant la filière offerte par les organisations de quartier. Les achats entre particuliers ne leur sont pas entièrement interdits, mais dans ce cas, il faut que la famille ne dépende pas de la maquila pour vivre. Tout au début de leur itinéraire résidentiel, les cellules familiales jua-rences cohabitent avec leurs familles d'origine pour accéder à la propriété quelques années plus tard. Dans ce but, elles privilégient d'abord les achats entre particuliers et ensuite les crédits pour le logement d'intérêt social. Nous savons d'ailleurs que l'impact le plus immédiat de l'industrie maquiladora sur le système de logement de notre ville fut le développement de ce type de crédit en faveur de ses employés. Mais encore une fois les autochtones - qui occupent des postes dont la paye permet d'aspirer à un logement de ce genre - en tirent plus de bénéfices que les immigrés.

94Enfin, le dernier groupe observé est celui des mères sans partenaire, qui dans la plupart des cas cohabitent avec leurs familles d'origine. Très souvent, ces femmes occupent les postes les moins payés dans la maquila, ce qui pourrait nous mener à penser que leur attitude résidentielle est le reflet de leurs contraintes économiques. Or, si ce type de contraintes n'est point négligeable, les contraintes d'ordre moral semblent peser davantage dans leur choix résidentiel.

95Au cours de ce chapitre, où je me suis efforcée de montrer l'influence de l'état du marché du logement ainsi que des situations migratoire, professionnelle et matrimoniale des chefs de famille sur le développement des itinéraires résidentiels de ma population. Bien qu'il s'agit toujours d'une corrélation flexible, nous pouvons observer la prépondérance de certains de ces facteurs dans les filières du logement concernées : les filières où la situation professionnelle semble jouer davantage sont celles des crédits de l'État et de la location. Mais le statut migratoire et l'année d'établissement du foyer à Ciudad Juárez interviennent clairement en créant deux constellations différentes : être immigré récent signifie avoir de grandes chances d'occuper un poste mal rémunéré dans la maquila et de louer un logement. Par contre, le statut de juarence facilite une ascension professionnelle dans cette industrie et l'obtention d'un logement d'intérêt social.

96Pour les autres filières de logement, outre que les familles maquiladoras investissent une bonne partie de leurs salaires pour se loger, les points d'imbrication entre le travail et le logement sont plus flous. L'accès à la cohabitation, aux organisations de quartier et au marché entre particuliers est déterminé surtout par la situation migratoire et ensuite par la situation matrimoniale. Une famille juarence, tout spécialement s'il s'agit d'une famille monoparentale, a de fortes probabilités de pratiquer la cohabitation. Une famille juarence biparentale a de nombreuses occasions d'acheter un logement ou une bicoque à un particulier. Une famille immigrée, exclue de ces deux possibilités, ne peut accéder à un lot à bâtir que par l'intermédiaire d'une organisation de quartier, malgré la claire pression que les gouvernements locaux font pour amoindrir l'influence de celle-ci sur le marché du logement. Finalement, les héritages, les donations et les prêts semblent déterminés davantage par les conjonctures économiques. Toutes les familles de la deuxième cohorte y trouvent leurs chances réduites.

De la flexibilité, des cas exceptionnels et de l'incertitude

97Les itinéraires signalés ci-dessous illustrent, grosso modo, les tendances les plus marquées de chaque groupe de population dans les filières d'accès au logement. Mais elles ne doivent pas nous conduire à croire en un déterminisme absolu, ni à l'idée que les cellules familiales, ayant recensé tous leurs moyens et étant complètement conscientes des conjonctures du marché immobilier, choisissent ce qui leur plaît ou ce qui leur est permis, et qu'elles rejettent les filières qui leur sont peu attirantes ou inaccessibles.

98Tout au long de ce chapitre j'ai fait référence aux cas d'exception. En effet certaines cellules familiales, ayant le profil idéal pour se situer dans une filière donnée, adoptent - bon gré, malgré - une autre voie toute différente. Les exceptions aux règles montrent bien l'absence d'un mécanicisme quelconque dans les pratiques résidentielles de la population : les facteurs analysés dans ce chapitre sont certes décisifs, mais non exclusifs. Les cas d'exception montrent également la flexibilité des variables considérées ici. Parfois, les conditions du marché évoluent et les acteurs ne s'en rendent pas compte ; la disponibilité des ressources, les situations professionnelles ou matrimoniales changent... Nous avons donc des variables à apport flexible.

99Ces changements, le manque de canaux institutionnels et de règles fixes sur le marché immobilier, génèrent une ambiance de profonde incertitude. Mais il semblerait que paradoxalement, les caractéristiques implicites de ce marché laissent un espace ouvert à la créativité des acteurs, à l'imprévu ou à des pratiques que l'on peut considérer comme archaïques. Bref, cette ambiguïté est une arme qui sert à réduire les zones d'incertitude permettant - bien ou mal - d'avoir presque toujours un toit où s'abriter. Les itinéraires et situations résidentielles se construisent donc au coup par coup, dans la combinaison de pratiques opportunistes et planifiées où les salaires directs et indirects, perçus grâce au travail, ne constituent qu'une partie des ressources mobilisées.

Notes

1 Voir Martine Segalen, Sociologie de la famille, Armand Colin, Paris, 1993, 296 p. ; Francis Godard, La famille. Une affaire de générations, Presses Universitaires de France, Collection Économie en liberté, Paris, 1992, 206 p. ; et Jean-Louis Flandrin, Familles. Parenté, maison, sexualité dans l'ancienne société, Editions du Seuil, Paris, 1976, 2e Édition 1984, 334 p.

2 Martine Segalen, op. cit., p. 51.

3 Carmen Bernand et Serge Cruzinski. « Les enfants de l'Apocalypse : la famille en Méso-Amérique et dans les Andes », in Burguière, Klapisch-Zuber, Segalen, Zonabend, Histoire de la famille. Tome III, Le choc des modernités, Armand Colin. Paris, 1986, p. 205-278, voir p. 207.

4 Il est vrai que ce dernier cas n'est pas à strictement parler une cellule familiale, mais il constitue une option plutôt théorique. Mettant à part un cas d'infertilité biologique prolongé, tous les couples interviewés dans le contexte de ma recherche ont déjà eu des enfants ou elles se préparaient à en avoir.

5 Frérèche : groupement au même pot et au même feu, de couples mariés de frères réels ou classificatoires, pour exploiter en commun un bien. Voir Burguière, Klapicsh-Zuber, Segalen et Zonabend, Histoire de la famille. T. III, « Le choc des modernités », Armand Colin, Paris, 1986, p. 727, (glossaire).

6 Bruno Lautier, op. cit., in Cabanes, Copains et Selim (dir.) Salariés et entreprises dans les pays du Sud. Contribution à une anthropologie politique, Karthala-Orstom, Paris 1995, p. 336.

7 Pour la notion d'« itinéraire » voir Maurizio Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du xxe siècle, Éditions de l'EHESS, Paris, 1987.

8 Paul Cuturello et Francis Godard, Familles mobilisées... op. cit., p. 272. Claude Taffin évoque la même idée lorsqu'il parle d'une « accession forcée ». Considérée comme une réponse donnée par la population à l'absence de locations abordables. Claude Taffin, « Accession : l'ancien réhabilité », in Économie et Statistique, n° 240, pp. 5-18, Paris, 1991, p. 17. Dans une étude historique appliquée aux États-Unis du tournant du siècle, Olivier Zunz évoque la même idée : « Pour les immigrants de la classe ouvrière, être propriétaire d'une maison était peut-être le seul moyen d'accéder à une certaine sécurité financière, du moins de se stabiliser et de parer aux imprévus » Olivier Zunz, Naissance de l'Amérique industrielle. Détroit, 1880-1920, Aubier, Collection Historique, Paris, 1983, 346 p., p. 1 34.

9 Il y a certes, plusieurs initiatives de loi qui prétendent réguler le marché locatif, mais aucune n'a obtenu les résultats voulus. Voir René Coulomb, Habitat locatif populaire et dynamiques urbaines dans la zone métropolitaine de Mexico, Thèse de Doctorat en Urbanisme, sous la direction de Henri Coing, Institut d'Urbanisme de Paris. Université de Paris Val-de-Marne, 1995.

10 Patrick de La Morvonnais, « Comparaisons internationales », in Marion Segaud, Catherine Bonvalet et Jacques Brun, Logement et habitat, l'état des savoirs, Éditions La Découverte, Collection Textes à l'appui, Paris, 1998, p. 154. Voir aussi, Claude Taffin, art. cit. p. 17.

11 Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin, « Le sens de la propriété. La genèse sociale des systèmes de préférences », in Actes de la Recherche des Sciences Sociales, Minuit, Paris, mars 1990, p. 81-82.

12 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (éds.), op. cit., (Introduction), Éditions L'Harmattan, Paris, 1993, p. 14-16.

13 Voir par exemple, Abdelmalek Sayad, « El Bhorba : le mécanisme de la reproduction de l'émigration », in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 2, pp 50-66. mars 1975, Minuit, Paris. Ahsène Zehraoui, L'immigration : de l'homme seul à la famille, Harmattan-CIEMI, Paris, 1994.

14 Les huit autres n'avaient pas fourni d'information. Voir Antonio Ugalde, op. cit., University of Texas at Austin, 1975 (première édition parue en 1974), p. 22-23.

15 Il s'agit en fait de cette figure du réseau social à laquelle j'ai fait référence au cours du premier chapitre, lorsque j'ai abordé le thème du langage de la parenté.

16 Cette locution, très populaire au Mexique, se traduit littéralement par : « le mort et l'invité, au bout de trois jours ils puent ». Son équivalent en français est : « les invités, comme le poisson au bout de trois jours, cela sent dans la maison ».

17 Jean-Louis Flandrin, Familles..., op. cit., p. 46-49.

18 Carolina Villanova Roselyne de Leite et Isabel Raposo, Maisons de rêve au Portugal, une enquête sur les migrants bâtisseurs, Créaphis, 1994.

19 Il est toujours intéressant de voir comment dans un jeu de représentations sociales, les moins favorisés s'incluent difficilement parmi la population pauvre. Voir parmi d'autres, Dominique Vidal, op. cit., Thèse de doctorat de l'EHESS Dirigée par Daniel Pécaut, Paris, 1996.

20 Hoenderdos et Verbeek, « The low-income housing market in Mexico : three cities compared », in Alan Gilbert (ed) Housing and land in urban Mexico, Center for U.S.-Mexican Studies, UCSD, San Diego, 1989, p. 51-64.

21 Un exemple sur le tissage de ce réseau de solidarité intercommunale dans les quartiers d'envahissement est exposé par Margarita Urias, « Regionalismo cultural en Juárez », in Revista Ciudades, año 2, n° 7, RNIU, Puebla, 1990, p. 31-36.

22 Ann Varley « Housing the household... », art. cit., p. 131.

23 Antonio Ugalde, op. cit.

24 Voir Carmen Bernand et Serge Gruzinski, op. cit., in Burguière, Klapisch-Zuber, Segalen et Zonabend (dir.), Histoire de la famille, Tome III, Le choc des modernités, Armand Colin, Paris 1986, p. 207 ou 252.

25 Dans une étude sur les dépenses domestiques en Amérique latine, Philip Musgrove a aussi constaté ce type d'investissement. Adhérant aux propos d'autres économistes américains, l'auteur a appelé ce type de ressources the windfall income. Philip Musgrove, Consumer behavior in Latin America, Washington, Brookings, 1978, p. 42.

26 Voir Paul Cuturello et Francis Godard, op. cit., Université de Nice, Texte intégral, Col. Plan Construction, Paris, France, p. 87.

27 À l'époque, avant la grande dévaluation du peso de 1995, cette somme équivalait à plus près à 950 francs français par mois, soit 230 F par semaine. Pour donner une idée de la valeur des choses je me permets de rappeler quelques prix : un kilo de viande de bœuf coûtait l'équivalent de 27 F ; 200 gr de savon en poudre, 9 F ; un voyage en transport public, 0,90 F.

28 Tito Alegría, « Vivienda y Maquila en Tijuana », in Revista Ciudades, n° 25, RNIU, Puebla, 1994, p. 62.

29 Tito Alegría, art. cit., p. 62.

30 Pedro Martínez, « Sin acceso a vivienda 276 mil trabajadores », El Norte de Ciudad Juárez, page 12 secc. E, Marzo 30 1993.

31 Ces différences de droits, bien connues parmi la population, font que quelques hommes contournent le mariage, parfois de façon délibérée. Bien évidement, ce phénomène n'est pas exclusif de Ciudad Juárez. Oscar Lewis l'a aussi perçu dans la ville de Mexico. « Ici, au Mexique, quand une femme avec un enfant est adoptée par un homme, comme j'ai adopté Léonore, elle sent généralement qu'elle n'a pas le droit de protester si son mari sort. Elle sait qu'elle a fauté. C'est différent quand la femme est vierge et a été épousée à l'église et à la mairie. Elle aurait tous les droits de se plaindre. » (Jesús, le père de la famille Sánchez) ; Oscar Lewis, Les enfants de Sánchez,... op. cit., p. 55.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Figure N°1 : Itinéraires residentiels des cellules familiales formées avant 1982
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Titre Figure N° 2 : Itinéraires résidentiels des cellules familiales formées depuis 1982
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Figure n°3 : Itinéraires résidentiels des mères seules
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 461k

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable