Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Migration, marchés du travail et pratiques d'insertion professionnelle

Texte intégral

1J'ai déjà souligné le brassage de population à Ciudad Juárez qui, en dépit de la monotonie et de la pauvreté du paysage urbain, donne à la ville une richesse en mémoire urbaine, en légendes et en nuances. J'ai évoqué également l'impact de l'implantation industrielle sur l'économie de notre ville à l'étude. Observons de près ces deux phénomènes afin de connaître leur influence sur les pratiques d'insertion professionnelle de notre population.

CIUDAD JUÁREZ, UN CARREFOUR DE POPULATION

  • 1 Voir David E. Lorey United States-Mexico Border Statistics since 1900, UCLQ, University of Califor (...)

2L'actuelle frontière entre le Mexique et les États-Unis a été établie essentiellement entre 1836 et 1853. En 1821, après avoir conquis son indépendance vis-à-vis de l'Espagne, le Mexique a connu un contexte de crise politique, de désintégration territoriale et de vide de pouvoir. En 1836, la province du Texas obtient son indépendance pour rejoindre la fédération nord-américaine dix ans après. Le Mexique ayant refusé de reconnaître cette annexion, les États-Unis lui déclarent la guerre ; le Mexique est battu en 1847 et doit céder – par le traité de Guadalupe Hidalgo – un tiers de son territoire au vainqueur. En 1853, enfin, au bout d'un nouveau conflit frontalier, le Mexique perd une autre partie de l'Etat actuel d'Arizona1.

3Dès la signature du traité de Guadalupe Hidalgo, les deux côtés de la frontière furent colonisés par des entrepreneurs anglo-américains. Ils y ont promu la production minière, l'agriculture et l'élevage ; ils ont construit des voies ferrées reliant la région au Nord des États-Unis et installé des banques et des commerces. C'est justement dans cette dynamique d'investissement que les villes déjà existantes ont commencé à grandir et que des nouvelles ont été créées. Mais au début du xxe siècle, tandis que du côté américain on voyait la prospérité de cinq villes frontalières entre 5 000 et 18 000 habitants, du coté mexicain trois villes seulement entraient dans cette fourchette : Nuevo Laredo qui avait 6 500 habitants, Matamores qui en comptait 8 300 et Ciudad Juárez, notre ville à l'étude dont le nombre s'élevait à 8 200. Par la suite, le recensement mexicain nous permet de connaître l'expansion de cette agglomération ainsi que celle des villes voisines.

4A partir de la Révolution de 1910, Ciudad Juárez a commencé à croître considérablement. Dans les vingt ans qui ont suivi l'éclatement du conflit, la ville a multiplié par quatre sa population qui passe de 10 621 à 39 669 habitants. Par contre, la croissance est plus modérée au cours des années trente, pour reprendre avec beaucoup plus de vigueur à partir des années quarante. De 1940 à 2000, Ciudad Juárez est passée de 48 881 à 1 217 818 habitants, multipliant donc par vingt-quatre sa population. Ce rythme de croissance dépassait même celui des grandes métropoles du pays comme Guadalajara, Monterrey et la ville du Mexico. Cependant, il n'était pas exceptionnel dans le contexte de la frontière nord : Piedras Negras, la plus petite ville de la frange frontalière, est passée de 15 663 habitants en 1940 à 127 898 en 2000. Enfin, un exemple remarquable est celui de la ville de Tijuana, qui de petit rancho de 240 habitants en 1900, comptait déjà 16 400 personnes en 1940 et 1 212 232 en 2000.

  • 2 Les critères appliqués par les bureaux de recencement limitent la possibilité de connaître les tau (...)
  • 3 Luis Unikel, El desarrollo urbano en Mexico. Diagnóstico e implicaciones futuras, Colegio de Mexic (...)

5Aucun recensement et aucune enquête nationale ne nous permet de distinguer, au niveau municipal, les taux de croissance naturelle de la croissance par immigration2. Luis Unikel a fait une estimation sur les trois décennies allant de 1940 à 19703 ; après cette date, nous ne disposons plus de données fiables. Néanmoins, les estimations de Unikel nous permettent de nous en faire une idée. La croissance par migration dans la décennie qui va de 1940 à 1950 a représenté 78 % de la croissance totale de la population. Cela veut dire qu'au cours de ces dix années, 57 405 personnes se sont déplacées vers cette ville. Au cours de la décennie suivante, la part de l'immigration dans la croissance de la ville était de 62 %, cependant que le nombre d'arrivées va jusqu'à 86 026. Finalement, de 1960 à 1970, les immigrés ne représentent que 33 % de la croissance totale de la ville, ce qui équivaut au nombre pourtant non négligeable de 48 417 personnes arrivées. Ainsi, bien que les pourcentages de croissance par immigration décroissent au fil des années, le nombre absolu de personnes qui arrivent à Ciudad Juárez a évolué à son propre rythme.

6Les estimations nous montrent bien la forte influence de la migration dans la croissance de notre ville. Ces chiffres nous serviront comme toile de fond pour comprendre les caractéristiques de la population concernée et les motivations probables qui l'ont attirée vers la ville. J'ai signalé au cours de l'introduction les diverses modalités d'immigration vers la frontière Nord du Mexique. Observons-les maintenant d'une façon plus détaillée.

7L'immigration de retour est le produit des rapatriements de Mexicains qui s'installent dans une ville frontalière mexicaine, avec ou sans intention de retourner aux Etats-Unis. Bien que ce type de migration puisse être volontaire, dans la plupart des cas elle est contrainte par les politiques américaines. La région frontalière a connu deux périodes de rapatriement obligatoire dont l'ampleur ne peut être appréciée que si l'on connaît les flux migratoires précédents.

8Depuis la délimitation de la frontière vers la moitié du xixe siècle jusqu'en 1930, le passage des Mexicains vers les États-Unis était relativement facile. Il était même encouragé en raison de la forte demande de main-d'œuvre pour les activités agricoles, en pleine expansion à l'époque. Cette dynamique a été arrêtée en 1929, au moment où le gouvernement nord-américain a considéré le rapatriement des Mexicains comme l'une des mesures pouvant remédier au krach économique.

  • 4 Le terme bracero s'appliquait aux paysans journaliers mexicains qui travaillent aux États-Unis.
  • 5 René Zenteno, Migración hacia la frontera norte de México : Tijuana, Baja California, Colegio de l (...)

9La participation des États-Unis à la Deuxième Guerre mondiale a provoqué un déficit de main-d'œuvre, ce qui a assoupli les lois concernant l'embauche des Mexicains, principalement dans le secteur agricole. En 1942, les gouvernements des deux pays ont officialisé ce type de recrutement par le Programme Braceros4, qui permettait aux Mexicains de travailler légalement sur le territoire américain. Au cours de la longue période de prospérité nord-américaine d'après-guerre, le conflit avec la Corée a encore augmenté le besoin de main-d'œuvre. Le programme a ainsi été prolongé, avec de légères transformations et interruptions, jusqu'en 1965. À la fin du programme, on assiste au rapatriement massif des Mexicains. On peut supposer que beaucoup d'entre eux se soient installés dans une des villes frontalières dans l'espoir de retourner aux États-Unis. En effet, malgré l'arrêt officiel du programme Braceros, l'immigration a rapidement repris grâce aux passages illégaux5.

  • 6 Voir Jesús Tamayo, « La 'modernización' mexicana y el prévisible fin del statu quo migra-torio ent (...)

10À présent, la signature du Traité de Libre Échange permet d'envisager une nouvelle vague de rapatriements. Tout semble signaler que ce traité conduit à l'ouverture des frontières pour les capitaux et les marchandises, mais à sa fermeture pour les Mexicains6.

  • 7 Espaldas mojadas, littéralement « Les dos mouillés ».
  • 8 Guillermo Arámbulo, « Transmigración légal en la frontera México-Estados Unidos », in Gondard, D. (...)

11Les mouvements transfrontaliers touchent uniquement les villes mexicaines et américaines limitrophes. Ce phénomène concerne les Mexicains qui, tout en gardant leur foyer au Mexique, passent régulièrement de « l'autre côté » pour travailler. Selon le statut migratoire en vigueur aux États-Unis, on reconnaît deux catégories : les immigrés clandestins ou espaldas mojadas7 qui sont des personnes dépourvues de tout document justifiant leur présence dans ce pays. D'autre part, il y a les transmigrants légaux qui sont des personnes d'origine mexicaine nées ou naturalisées aux États-Unis mais qui habitent le Mexique. Parmi ce type de migrant, nous pouvons compter aussi les personnes qui ont obtenu un visa de travail permanent auprès du bureau d'immigration (appelées couramment les green-cards)8. Les transmigrants légaux sont à l'abri des campagnes de rapatriement et de fermeture de frontières. Mais leur nombre et leurs droits changent selon les conjonctures et les politiques d'immigration nord-américaines signalées ci-dessus.

12Nous pouvons observer enfin un autre type d'immigration qui a comme destination finale (définitive ou permanente) les villes frontalières elles-mêmes. La dynamique de ces immigrations est liée principalement aux moments de croissance et de récession économiques de ces villes, moments qui sont, à leur tour, remarquablement influencées par les investissements nord-américains, par des actions d'ordre politique et par les crises et les périodes d'essor économique de ce pays. On peut signaler trois activités économiques qui ont incité ce type d'immigration tout au long de l'histoire frontalière.

  • 9 Entre 1940 et 1950, les Américains ont construit 11 installations militaires aux abords de la fron (...)

13Vers 1910, les Nord-américains investissaient dans le secteur du commerce et du tourisme. Ce type d'investissement a gagné en de l'importance en 1919, quand la loi Volstaid (de prohibition de l'alcool) est appliquée aux États-Unis. La prohibition a incité des Nord-américains à installer des usines de production de boissons alcooliques et des centres de distribution (bars, cabarets, etc.) à la frontière nord du Mexique. Ces activités ont connu une récession en 1933 lorsque le gouvernement américain a aboli la dite loi. Mais elles ont recouvré leur importance depuis le début de la Deuxième Guerre mondiale jusqu'à la fin de la guerre avec la Corée, en raison de l'affluence de soldats américains encasernés dans les bases militaires installées dans le Sud des États-Unis9.

14Vers le début du siècle, l'investissement nord-américain a également développé le secteur agricole, tout spécialement la culture du coton. Ce secteur est entré en crise durant la Deuxième Guerre mondiale et à présent il n'en reste presque plus de traces.

15La dernière période de croissance économique des villes est liée au développement de l'industrie de sous-traitance. Bien que cette industrie ait commencé à s'implanter dans le début des années soixante, elle n'a représenté un facteur d'immigration que dans les années quatre-vingt-dix, au moment du grand essor industriel. Encore une fois, les données statistiques ne nous permettent pas de connaître de façon précise cet impact. Mais nous pouvons dire qu'entre 1990 et 2000, la population a augmenté de plus de 50 %, passant de 797 000 à 1 217 000 habitants.

16Il convient de signaler que les effets de la mutation industrielle sur l'immigration ne se traduisent pas seulement par une augmentation des flux migratoires mais aussi, comme l'a signalé Hélène Rivière d'Arc, par une transformation du profil des immigrants :

  • 10 Hélène Rivière d'Arc, « La frontière... », art. cit., p. 83.

17...par rapport au passé, comparé aux migrants des fronts pionniers des mines ou de l'Ouest, le migrant aujourd'hui a changé. [...] il n'y a plus de migrant de grand dessein, celui d'occuper les espaces vides et de les mettre en valeur dans la liberté. Au contraire, l'immigrant est considéré comme un pauvre à la recherche de travail et d'un salaire et non pas d'indépendance. Il est donc plutôt méprisé que sujet ou acteur d'épopée.10

UN CARREFOUR DE CAPITAUX INTERNATIONAUX

18Nous avons vu l'influence de l'investissement américain dans la composition et la croissance de notre ville : l'extraction minière, l'agriculture et l'élevage qui dominaient à la fin du xixe siècle furent suivis, lors de la première moitié du xxe, de l'industrie dite « du vice » et de la culture du coton pour passer enfin à ce qui marque la conjoncture plus bruyante et plus connue de nos jours, l'industrialisation par la voie de la sous-traitance. Il faut signaler cependant qu'à l'arrivée de cette industrie, Ciudad juárez cesse d'être uniquement la cible des investisseurs américains, car la ville attire désormais des investisseurs tant asiatiques qu'européens ; elle devient donc un véritable carrefour de capitaux internationaux. Il importe de signaler également que l'industrie n'affecte pas uniquement la dynamique migratoire de Ciudad Juárez, mais aussi et surtout sa structure productive et la composition de son marché du travail. Elle affecte, par conséquent, les possibilités de toute la population de se maintenir active dans ce marché, augmentant ainsi le caractère incertain de la ville. Avant d'observer les pratiques d'adaptation et de refus de la population vis-à-vis de cette nouvelle réalité, il convient d'observer le développement de la sous-traitance à Ciudad Juárez afin de prendre conscience de ses dimensions.

19Au début des années soixante, le gouvernement mexicain perçoit la nécessité de pallier les effets sociaux et démographiques que la fin du Programme Bracero a entraînés pour la région frontalière. Essayant de profiter de l'apparition du modèle international de sous-traitance, il lance en 1965 le Programme d'Industrialisation Frontalière (PIF). Ce programme apporte un soutien légal au développement de la maquila, notamment dans l'importation des biens de production. Il limite toutefois le placement des investissements étrangers à la zone frontalière et il oblige les entrepreneurs à rapatrier leurs produits sitôt finis.

  • 11 Sauf indication contraire, tous les chiffres qui concernent l'industrie maquiladora après 1975 pro (...)

20En 1971, le PIF est prolongé par le Programme de développement de la frange frontalière nord (Pronaf) et, en 1974, par le Programme « Maquiladora ». À part le soutien accru aux entrepreneurs étrangers et l'encouragement de la bourgeoisie locale à participer à l'installation de l'infrastructure industrielle, ces programmes envisagent l'implantation de ce type d'industries dans tout le pays. Néanmoins, les critères de localisation privilégient encore les villes de la frontière Nord qui en 1982 concentrent les 98 % des 58 000 usines implantées dans le pays11. Cette année-là, il y avait 128 usines à Ciudad Juárez qui avaient déjà créé 42 695 emplois.

21Cette première période d'industrialisation a été marquée par une instabilité considérable, fluctuations que les statistiques – avec des chiffres bruts de population et d'usines, mais non pas de flux – sont incapables d'exprimer. Il y avait certainement une importante mobilité des employés (ou plus exactement, des employées) et aussi des industries elles-mêmes qui ouvraient et fermaient au gré du climat politique et économique régnant au Mexique et aux États-Unis. Cette rotation des industries est un phénomène qui caractérise l'histoire de cette industrie jusqu'à nos jours, quoiqu'elle semble avoir été plus prononcée à cette époque-là.

  • 12 Odile Castel, « Les maquiladoras... », art. cit. Plus récemment, Jorge Carrillo a proposé une autr (...)

22Les années quatre-vingts sont décisives pour le développement de la maqui-la au Mexique. On assiste d'abord au changement du modèle de sous-traitance : selon les termes d'Odile Castel, les « maquilas passives » sont partiellement remplacées par des « actives »12. Ces nouvelles industries commencent à interagir avec les activités économiques du pays, alors qu'auparavant elles fonctionnaient plutôt comme une enclave. Elles ont une capacité majeure d'absorption de main-d'œuvre, elles intègrent des technologies de pointe et permettent le transfert de technologie. En même temps, leurs critères d'emploi se diversifient et les salaires moyens commencent à dépasser le salaire minimum national. En plus, les nouvelles tendances du modèle de sous-traitance, qui présentaient déjà une allure favorable dans les pays d'Extrême-Orient, amènent le gouvernement mexicain à miser sur la maquila pour faire face à la crise économique de 1982. Cette tendance se confirme à partir de 1988, début du mandat du président Carlos Salinas de Gortari. La sous-traitance est alors plus nettement encadrée dans le nouveau projet économique du pays : la modernisation par la voie néo-libérale, à laquelle contribuent les négociations en vue du Traité de Libre Échange avec le Canada et les États-Unis.

23Le projet de « maquiliser » le pays prend forme. À la fin de 1994, huit pour cent des 2085 usines implantées au Mexique opèrent dans des villes éloignées de la frontière. Tandis que de nouvelles usines s'installent à l'intérieur du pays, on perçoit, en plus, la consolidation de celles qui sont implantées dans les villes frontalières. À Ciudad Juárez, quelques petites industries ont certes disparu, mais d'autres s'accroissent et de nouvelles industries de grande taille, dirigées par des multinationales, se sont implantées. De ce fait, le nombre de postes dans le secteur est passé à 113 026, alors que celui d'usines installées est de 232.

  • 13 Voir Jorge Carrillo, Ibidem, p. 347.

24Jorge Carrillo identifie une troisième génération d'industries maquiladoras apparue à partir de 1994, après la signature du Traité de Libre Échange entre le Mexique, le Canada et les États-Unis. Ce type d'industrie peut être considéré comme le modèle le plus achevé de ce qu'Odile Castel a nommé les maquiladoras actives. Dirigées par les grandes firmes multinationales, les industries de la troisième génération développent de hautes technologies et cherchent à fonder le travail sur des compétences intensives en connaissance13.

  • 14 L'économie frontalière permet, avec différents degrés d'intensité selon l'époque, la circulation d (...)
  • 15 II faut d'emblée signaler certains problèmes liés aux sources statistiques. Mise à part l'ancienne (...)

25Dans le contexte du processus rapide de maquilarisation du pays, le nombre d'usines installées à Ciudad Juárez est passé de 18 en 1968 à 283 en 1997 et celui des ouvriers est passé de 1 621 à 154 259 dans la même période. Il est évident qu'une telle expansion du modèle de sous-traitance ne peut pas manquer de peser sur le bassin d'emploi traditionnel, entendu comme un marché binational qui se développe dans la conurbation El Paso-Ciudad juárez14. La diminution des opportunités de travail pour les Mexicains dans la ville d'EI Paso est tout aussi évidente. Il commence à devenir perceptible dès la suppression du programme Braceros en 1965, pour culminer en janvier 1993 avec « l'Opération Blocage », où la police frontalière américaine augmente sa surveillance pour empêcher le passage des travailleurs illégaux et, en 2000, avec la chasse (au fusil) des sans-papiers par la population civile du Texas et de l'Arizona. Du côté mexicain de la frontière, on observe simultanément un recul des secteurs traditionnels de l'économie. Le graphique n° 1 illustre la corrélation entre l'élargissement du marché généré par l'industrie de sous-traitance et l'affaiblissement ou la stagnation des autres activités économiques15.

GRAPHIQUE N° 1 : ÉVOLUTION DU MARCHÉ DE L'EMPLOI À CIUDAD JUÁREZ ET ÉVOLUTION DE L'INDUSTRIE MAQUILADORA 1970-1990 (CUMUL DE DEUX STATISTIQUES)

GRAPHIQUE N° 1 : ÉVOLUTION DU MARCHÉ DE L'EMPLOI À CIUDAD JUÁREZ ET ÉVOLUTION DE L'INDUSTRIE MAQUILADORA 1970-1990 (CUMUL DE DEUX STATISTIQUES)

Sources : Surface grise : Revel-Mouroz et jeanjean (1972) ; Estadfstica de la Industria Maquiladora de Exportaciôn, INEGI (1986, 1991 (a) y 1994). Lignes noires : Censo de Población y Vivienda, INEGI, (1970, 1980 et 1990).

26La récession apparaît d'abord dans le secteur primaire, ce qui rend compte de la rapide urbanisation de la municipalité aux dépens des zones agricoles. En revanche, les effets multiplicateurs de la maquila se font sentir dans l'industrie du bâtiment, surtout durant les années soixante-dix et quatre-vingts, lors de la construction des usines, des parcs industriels et de leurs infrastructures. Cette influence semble diminuer en 1990.

27La part des services diminue dans la première décennie, pour demeurer stable dans la deuxième. Il faut signaler cependant un élément qui ne transparaît guère dans les statistiques : les effets de la maquila se font sentir dans ce secteur à travers une certaine restructuration. Alors que les services touristiques et de restauration perdent leur représentativité en pourcentage, les services financiers, les services professionnels et les techniques en gagnent. Ce phénomène est plus clair depuis les années quatre-vingts, lorsque le Programme National des Zones Frontalières prescrit la fermeture des centres nocturnes ou du moins la restriction de leurs horaires.

28Le secteur commercial, tout en augmentant en termes absolus, perd de son importance relative. Le secteur industriel est le seul à maintenir une croissance soutenue au cours des deux décennies. En 1990, il représente – et de loin – la principale activité de la ville, alors qu'en 1970 il n'était qu'à la deuxième place.

  • 16 Selon la terminologie de l'INEGI, la population active occupée est celle qui est âgée de 12 ans ou (...)

29Malgré l'imprécision évidente de nos données, elles permettent d'induire que l'industrie de la transformation stagne, tandis que l'industrie maquiladora se fortifie. En 1990 déjà, le secteur maquilador, employant à peu près 40 % de la population active occupée16, est devenu la source d'emploi la plus importante de la ville.

30Cette dynamique affecte également le profil de la main-d'œuvre occupée dans la maquiladora. D'abord, le rapport quantitatif entre les sexes tend à s'équilibrer. Jusqu'en 1982, on note un emploi préférentiel de la main-d'œuvre féminine. L'indice moyen de masculinité correspondait à 260 hommes pour 1 000 femmes. 1983-1989, est une période de transition où cet indice passe à un rapport de 747 ouvriers pour 1 000 ouvrières. Finalement, de 1989 à 1997, l'indice passe à 820 travailleurs pour 1 000 travailleuses et reste à un niveau relativement stable malgré l'importante augmentation du personnel occupé.

  • 17 Bas Holleman, This side up. Economie activity of household members living in the lower income area (...)
  • 18 Ibidem, p. A4.

31D'autre part, si au cours de ses premières années la maquila employait surtout de jeunes filles célibataires, au début des années quatre-vingt-dix la situation avait considérablement changé. Pour un échantillon de 1 101 individus, Bas Holleman17 repère 295 personnes employées dans la maquila, dont seulement un quart était constitué de jeunes célibataires de moins de 21 ans, deux quarts des travailleurs interviewés avaient entre 21 et 30 ans et le reste, plus de 30 ans. Leur statut familial était le suivant : 40 % étaient des pères ou des mères de famille, 43 % des enfants et 17 % sont des personnes étrangères à la cellule familiale qui cohabitent en son sein, notamment des jeunes filles immigrées18.

RESTER ACTIF DANS UN CONTEXTE DE MIGRATION ET D'IMPLANTATION INDUSTRIELLE

32La mutation industrielle entraîne donc un double changement. D'abord, l'industrie de sous-traitance s'est imposée au bassin d'emploi au détriment du secteur des services (restauration, commerce et tourisme) qui était auparavant la principale source d'emploi. Ensuite, la main-d'œuvre employée dans la maquila s'est diversifiée quant à son âge, à sa situation familiale et à son lieu d'origine, en même temps que le rapport quantitatif entre les sexes tendait à s'équilibrer. Qui sont ces nouveaux ouvriers de la sous-traitance ?

33Si dans les années soixante et soixante-dix, l'industrie maquiladora fut considérée par les gouvernements mexicains comme le remède à la crise du chômage subie par les villes frontalières après la suppression du Programme Braceros, de toute évidence, jusqu'au début des années quatre-vingts, le remède n'a été que partiellement efficace : l'industrie maquiladora, au lieu d'employer des chômeurs provenant des rapatriements et des dynamiques d'immigration, a élargi sa demande vers une population qui n'était pas traditionnellement ouvrière : des jeunes filles célibataires, âgées de 15 à 24 ans et, pour une bonne part, filles de chômeurs.

34Même si le chômage masculin était aussi important que le chômage féminin, les hommes étaient en général peu embauchés dans la maquila. Il est vrai que les entreprises les considéraient comme étant peu adaptés aux tâches fines et délicates demandées par ce type d'industrie. Mais chez les hommes on observait aussi un net rejet des emplois offerts par cette industrie qui tenait moins à leurs capacités physiques ou intellectuelles qu'à leurs rôles sociaux et familiaux. En effet, les tâches de la maquila étaient incompatibles avec l'image reçue du travail masculin. D'autre part, les salaires étaient considérés comme insuffisants pour un chef de famille.

  • 19 Ces postes sont celui du superviseur du contrôle de qualité, celui du materialista qui s'occupe du (...)

35Lorsqu'on analyse les caractéristiques et le comportement des hommes dans la maquila, ce dernier aspect paraît le plus important. Au cours des premières années d'industrialisation, les hommes qui travaillaient en maquila étaient surtout de jeunes célibataires. Mais à la différence des jeunes ouvrières, les garçons aspiraient à des postes assurant un statut supérieur et une meilleure paye que les travaux d'assemblage exercés par les jeunes filles19. S'ils n'y réussissaient pas, ils préféraient chercher du travail ailleurs.

36Ainsi, jusqu'au début des années quatre-vingts, les itinéraires de travail dans la maquila des femmes et des hommes sont encore très différents. Souvent les jeunes filles entraient en maquila sans avoir eu une expérience professionnelle préalable. Elles y travaillaient quelques années et en sortaient à la suite d'une union conjugale. Les hommes ont d'ordinaire occupé un autre emploi avant d'entrer en maquila pour une période d'essai ; ils vivent une phase d'hésitation et, à moins d'obtenir un poste mieux rémunéré, ils abandonnent le secteur.

37Les itinéraires professionnels des hommes et des femmes ne commencent à se ressembler que vers 1980, quand la maquila dite « active » multiplie les branches de production et améliore les conditions de travail. En même temps, les catégories de la population employée se diversifient. Cette évolution prend de l'ampleur à la suite de la crise financière mexicaine. La dévaluation du peso en 1982 eut le double effet d'attirer l'investissement étranger et de rendre possible la hausse des salaires dans certaines usines, sans que cela entraîne un coût important pour les entrepreneurs. La désindustrialisation de certaines régions où la sous-traitance n'était pas arrivée et la crise agricole conduisent à la libération d'une certaine main-d'œuvre qui cherchera à se réinsérer dans l'économie par la voie de la maquila. La crise ayant diminué la valeur du salaire réel, les groupes familiaux sont obligés d'insérer la plupart de leurs membres dans la vie active.

38Au cours de ces nouveaux temps sociaux et industriels, la maquila accueillit, outre les immigrés récents, des jeunes en quête de leur premier emploi et des personnes plus âgées qui n'avaient pas pu se maintenir sur le marché de l'emploi traditionnel. Nous allons passer en revue les cas de figure de ces groupes de population. Commençons par les nouvelles catégories d'ouvrières, pour observer ensuite celles des ouvriers.

a) L'entrée des mères de famille

  • 20 Bas Holleman, op. cit., p. 46.

39Lors de la nouvelle période industrielle, la maquila tend donc à perdre son caractère de lieu de passage. Peu de jeunes filles célibataires entrées à la maquila avant 1980 y sont restées après leur mariage. Mais certaines y sont retournées à la suite d'un échec matrimonial, d'un échec professionnel du mari ou avec –comme Holleman l'a signalé – « le passage à une nouvelle étape du cycle de vie familiale qui les dispense de la garde des enfants mais qui augmente les dépenses familiales »20. Toutefois, au fil du temps, il devient de plus en plus fréquent de rencontrer des jeunes mères mariées parmi les ouvrières. De même, les ouvrières qui ont eu un enfant hors mariage reprennent souvent leur travail en maquila quelques mois après l'accouchement.

40Le recrutement à l'extérieur s'étend à présent aux mères de famille sans expérience professionnelle, motivées elles aussi pour une des trois raisons mentionnées plus haut : échec matrimonial, échec de la stratégie professionnelle du mari et entrée dans une nouvelle phase de leur cycle de vie familiale.

41La maquila commence à embaucher également des femmes qui avaient travaillé dans les emplois traditionnels du bassin de l'emploi et qui ont été renvoyées ou qui, simplement, ont décidé de changer d'activité. Parmi elles, on trouve des employées illégales dans la ville voisine d'EI Paso, notamment des domestiques. Leur possibilité de passage « de l'autre côté » a été limitée par « l'opération blocage » et, en recherchant une place sur le marché du travail local, elles ne l'ont trouvé que dans la maquila.

42Aussi bien dans le cas des anciennes ouvrières que des nouvelles actives, cela vaut la peine de souligner la forte présence de filles-mères qui sont restées dans le foyer parental et qui travaillent en maquila pour faire face aux dépenses de leurs enfants.

43Depuis le début des années quatre-vingts, des femmes immigrées participent davantage à ces processus d'insertion, de sortie et de réinsertion. Leurs itinéraires de vie et leurs situations familiales sont différentes, mais presque toutes sont venues dans le but précis de travailler en maquila. Les jeunes filles immigrées ont souvent entrepris une stratégie familiale d'immigration et, pour celles qui l'ont fait individuellement, leur arrivée en ville est liée à une stratégie familiale. Elles se rendent régulièrement à Ciudad Juárez, soit avec l'espoir d'envoyer des économies à leurs familles d'origine, soit avec le projet de préparer le terrain pour une immigration familiale.

44Il y a aussi des jeunes femmes mariées, arrivées en ville avec leurs époux et leurs enfants. Il est intéressant de voir que ces femmes viennent avec l'intention de travailler dans l'industrie maquiladora, tout en écartant dès le début la possibilité de rester au foyer ou de chercher un emploi sur d'autres marchés du travail. Animées d'un tel projet, elles évitent au maximum, et souvent malgré elles, les changements de lieu de travail.

45Un autre groupe est constitué par des femmes récemment séparées et souvent remariées qui fuient la réprobation sociale à laquelle elles peuvent être soumises sur leurs lieux d'origine. Elles cherchent à la frontière les prémices d'une nouvelle vie. Ce phénomène semble présent depuis longtemps dans l'histoire de la région. D'anciennes chansons populaires, des contes sur la vie frontalière et les histoires de vie de quelques-unes des femmes interviewées le rappellent. Mais les anciennes immigrées voulaient avant tout franchir la frontière, alors que les autres comptent uniquement arriver à Juárez, là où l'industrie maquiladora les attend.

b) L'intégration des hommes

  • 21 II est significatif que beaucoup d'entre eux brandissent leur refus de la maquila comme une carte (...)

46On trouve toujours des jeunes garçons pour qui la maquila conserve la mauvaise réputation de jadis21. Cependant, la tendance générale signale un important changement. On trouve de plus en plus de jeunes hommes qui entrent en maquila même sans avoir expérimenté d'autres professions. Ils se maintiennent dans le secteur maquilador, bien qu'ils changent fréquemment d'usine. Au moment de fonder un foyer, ils continuent souvent à y travailler même sans avoir pu obtenir une promotion à un poste mieux rémunéré. Ils essaient alors d'augmenter leurs revenus par le travail salarié de la femme et des enfants, par le doublement d'horaires ou par un travail complémentaire – et parfois principal – en dehors du secteur maquilador. Chez ceux qui abandonnent l'industrie, la possibilité de retour dans le secteur maquilador est considérable.

  • 22 Le mouvement cholo naît pendant les années trente au sein de la population d'origine mexicaine hab (...)
  • 23 C'est un jeu de mots qui établit un rapprochement entre les habitants des barrios (quartiers popul (...)

47Avant l'apparition de la maquila active, la résistance au travail industriel s'exprimait avec une véhémence particulière parmi la subculture des cholos22. Ce sont des jeunes qui affichent le refus de l'ordre social établi, tout en s'attachant à la liberté individuelle et au bien-être matériel. Désormais, même s'il y en a encore qui refusent ouvertement le travail dans la maquila et qui font des efforts pour gagner leur vie dans d'autres secteurs (la mécanique, la cordonnerie, le commerce informel, la maçonnerie, etc.), nous rencontrons beaucoup de jeunes cholos sur les chaînes de production. Si certains d'entre eux quittent l'usine à la première occasion et sont toujours très mobiles, un autre groupe en revanche reste assez stable. Leur entrée à l'usine peut s'expliquer par le rétrécissement du marché du travail à Ciudad Juárez, mais aussi par certaines actions politiques mises en œuvre en 1986 par le maire de la ville, Francisco Barrio Terrazas. Au moyen du programme Barrios Unidos con Barrio23 le maire cherchait, entre autres, à apaiser les bandes de jeunes en leur fournissant des emplois, des concerts gratuits, des programmes d'assistance juridique, et d'autres bénéfices. Ainsi, parmi tous les jeunes que l'on peut rencontrer dans la maquila, on trouve aussi beaucoup de cholos.

48Un autre groupe absorbé par la maquila est constitué par des hommes mariés âgés de plus de trente-cinq ans qui n'y avaient jamais travaillé. Il s'agit d'une main-d'œuvre récemment libérée, soit en raison du resserrement des marchés du travail traditionnels de la ville, soit à cause de « l'opération Blocage ». Leur intégration dans la maquila se révèle difficile et leur comportement y est souvent instable. Pour ces hommes, qui avaient généralement des revenus non négligeables dans leur emploi précédent, l'entrée en maquila est ressentie comme une régression sociale. Tout comme les hommes qui sont restés dans la maquila sans y avoir eu de promotion, ils cherchent d'autres sources de revenus (heures supplémentaires, travail de la femme ou des enfants, etc.).

  • 24 II est intéressant de voir que la convergence des jeunes cholos et des jeunes immigrés dans la maq (...)

49Les immigrés récents sont devenus aussi une source importante de main-d'œuvre pour la maquila24. Beaucoup parmi eux sont de jeunes célibataires, arrivés seuls à Ciudad Juárez mais, comme nous le savons déjà à propos des jeunes filles, cette migration individuelle est souvent inscrite dans un projet familial de subsistance ou d'immigration. Quelques-uns trouvent leur partenaire dans la maquila ; d'autres retournent sur leur lieu d'origine, s'y marient et reviennent à Juárez avec leur nouvelle famille. Les uns et les autres continuent à travailler en maquila après leur mariage, même sans avoir connu de mobilité professionnelle quelconque. Parmi ce groupe on trouve également des immigrants mariés ou remariés qui, après quelque temps de vie conjugale sur leur lieu d'origine ou ailleurs, arrivent à Juárez avec leurs familles et entrent directement en maquila.

50L'ascension professionnelle des immigrés s'avère très difficile. Or, même sans avoir gravi l'échelle du personnel à l'intérieur de l'usine, beaucoup d'immigrés – ayant la maquila comme seule expérience professionnelle urbaine – perçoivent leur travail comme une véritable ascension sociale.

CONCLUSION : LE TRAVAIL EN MAQUILA DANS LA GESTION DE L'INCERTITUDE

  • 25 Norbert Elias, La société des individus, Fayard, Paris, 1987, p. 61.

51De plus en plus d'individus sans formation professionnelle estiment que le secteur de sous-traitance est la meilleure option et, surtout, la plus réaliste pour rester actifs. Les marchés du travail proposés par la maquiladora se sont, certes, transformés, mais cela vaut également pour les représentations que les individus ont de ces marchés et de la place qu'ils croient y mériter. Avec Norbert Elias, on pourrait comparer cette interaction complexe entre l'individu et la société, à un dialogue où « une personne parle ; l'autre lui répond. La première répond à son tour. Et l'autre répond à nouveau. »25 C'est-à-dire, les représentations et leurs objets se transforment en alternance.

52Ces changements s'opèrent par un lent processus où les désirs et les velléités individuelles réagissent aux contraintes imposées par la réalité. Le phénomène ne se perçoit pas complètement comme Bourdieu le note quand il parle des possibilités objectives et des espoirs subjectifs :

  • 26 Pierre Bourdieu, Le sens pratique..., Minuit, Paris, 1980, p. 90.

53...du fait que les dispositions durablement inculquées par les possibilités et les impossibilités, les libertés et les nécessités, les facilités et les interdits qui sont inscrits dans les conditions objectives [...] engendrent des dispositions objectivement compatibles avec ces conditions et en quelque sorte pré-adaptées à leurs exigences, les pratiques plus improbables se trouvent exclues, avant tout examen, au titre d'impensable, par cette sorte de soumission immédiate à l'ordre qui incline à faire de la nécessité vertu, c'est-à-dire à refuser le refusé et à vouloir l'inévitable.26

  • 27 Voir à ce propos Claudia C. Zamorano V. « La solidaridad familiar ? Algunas ideas sobre el peso de (...)

54Une configuration bien plus complexe apparaît lorsqu'on analyse de plus près le rapport entre les désirs individuels et la réalité collective, ainsi que les stratégies et les représentations sociales des travailleurs de maquila. Ils désirent parfois ce qui, socialement, leur a été refusé, et ils ne cessent de concevoir des stratégies, voire des scénarios imaginaires, pour y accéder. La nécessité de remplir le rôle assigné au sein de la famille et de la société, les limitations structurelles et leur capacité à les percevoir, amènent les travailleurs à se rendre compte de l'impossibilité de leur projet et à accepter donc l'inévitable. Mais l'acceptation pleine de cette nouvelle réalité n'est pas la seule possibilité. Ils peuvent continuer leur lutte au point d'en faire une pratique quotidienne, tout en acceptant l'inéluctable à titre temporaire, comme si la réalité imposée était quelque chose qu'ils devaient subir en attendant que leur idéal devienne réalisable. La sauvegarde précieuse de ce désir, qui est forcément en décalage avec la réalité, se révèle comme une manière de vivre cette réalité27.

55Le cas de Lorenzo et Martha est un parmi ceux qui peuvent illustrer cette attitude. Lorenzo a travaillé dix-sept ans comme musicien indépendant dans les bars et cabarets du centre-ville, en percevant un revenu très supérieur à celui des travailleurs de la maquila. Au début des années quatre-vingts l'Association de l'Industrie Maquiladora, déclarant que l'existence des centres nocturnes augmentait l'absentéisme parmi ses travailleurs, exige la fermeture de quelques-uns de ces centres et la restriction des horaires pour les autres. Ce marché du travail s'est donc rétréci considérablement. Lorenzo, dont l'âge avait altéré la voix, n'a pas résisté à la concurrence et s'est alors trouvé au chômage. Martha, sa femme, commence à travailler dans une usine de sous-traitance afin de subvenir aux besoins de la famille en attendant que Lorenzo retrouve un emploi. Après avoir essayé pendant quelques mois de s'insérer dans un travail similaire au précédent, Lorenzo décide d'entrer lui aussi dans une usine, tout en considérant cette solution comme temporaire. Depuis quinze ans ils y travaillent tous les deux.

  • 28 l'introduis ici la notion de « disponibilité sociale » pour désigner un ensemble de conditions à l (...)

56Ces attentes, ce cumul d'expectatives et cette constante négociation entre les possibilités objectives et les espoirs subjectifs montrent bien la difficile gestion que les individus font devant un changement aussi radical de règles. En effet, pour beaucoup de travailleurs de la sous-traitance, leur emploi n'est conçu que comme une situation transitoire. Ils naviguent vers ce nouveau temps industriel. Ils luttent ou ils négocient avec lui. Il s'y adaptent ou en profitent. Peu à peu, ils se rendent disponibles pour le travail dans ce secteur. Leurs rôles économiques et moraux exercés au sein de leur groupe domestique contribuent aussi à la construction de cette nouvelle disponibilité28. Les nécessités financières et l'urgence d'occuper un emploi entrent souvent en conflit avec le rôle assigné au sein de la famille. Les individus sont obligés de surmonter ce conflit et d'intégrer le travail industriel dans l'exercice de leur fonction familiale.

57Cela dit, la dimension de l'incertitude prend un caractère singulier, voire paradoxal. Avec le développement du modèle de sous-traitance (qui est convoyé, rappelons-le, par la désindustrialisation et la déruralisation dans d'autres régions du pays ainsi que la diminution des activités traditionnelles de la ville), les moyens d'insertion sociale connus à Ciudad Juárez jusqu'à ce moment commencent à être périmés. Immigrés et autochtones éprouvent un profond sentiment d'incertitude manifeste dans leurs hésitations, leurs entrées et sorties dans le secteur, leur adaptation difficile ou même dans leur désaffiliation du marché du travail. Or, coexistant avec cette incertitude individuelle, nous observons une nouvelle certitude sociale : la maquila semble baliser les destins individuels des moins favorisés, de fait qu'aujourd'hui nous trouvons plus de 40 % de la population active de notre ville employé dans ce secteur.

***

  • 29 Francis Godard et Jean-René Pendaries, Les rapport de propriété du logement. Ségrégation résidenti (...)

58Nous avons observé jusqu'ici deux phénomènes qui accentuent le caractère incertain de notre ville : l'immigration, qui signifie une rupture dans les biographies personnelles des intéressés et la mutation industrielle qui transforme les règles d'insertion professionnelle, aussi bien pour les immigrés que pour la population autochtone. Cependant, ces deux phénomènes ne sont pas les seuls à mettre en difficulté les populations de notre ville. Nous allons voir au cours du prochain chapitre les enjeux sociaux, politiques et économiques qui rendent plus problématique l'accès aux marchés du logement29, le sujet central de cette recherche.

Notes

1 Voir David E. Lorey United States-Mexico Border Statistics since 1900, UCLQ, University of California, Los Angeles, 1993, p. 7-18.

2 Les critères appliqués par les bureaux de recencement limitent la possibilité de connaître les taux de migration au niveau municipal ainsi que leurs évolutions : de 1895 à 1960, le recensement demandait seulement l'Etat de naissance des recensés, sans spécifier la municipalité. De 1960 à 1980 en revanche, on demandait l'État où l'enquêté avait vécu avant sa dernière migration, ainsi que la date de son arrivée dans le nouvel État de résidence. Le recensement de 1990 relève enfin l'État de résidence durant les cinq dernières années. Zavala de Cosio, M. Eugenia « Las encuestas de migración en Mexico : proposiciones analíticas », in Ma Eugenia Zavala de Cosio, Changements démographiques à la frontière du Mexique avec les États-Unis, Document de recherche du CREDAL, n° 221, Centre de Recherche et Documentation de l'IHEAL, Paris, 1993.

3 Luis Unikel, El desarrollo urbano en Mexico. Diagnóstico e implicaciones futuras, Colegio de Mexico, Mexico, 1978, cadre I-A3. L'auteur a utilisé les sources suivantes : Statistiques de vie de la Secretaría de Salubridad y Asistencia ; Recensements Généraux de Population 1940-1950-1960-1970 de l'lnstituto de Geografia ; Information cartographique et aéro-photographique de la Dirección de Planeación de la Secretaría de Obras Públicas de Mexico ; La distribution de la population dans la République Mexicaine de La Universidad Nacional Autónoma de México.

4 Le terme bracero s'appliquait aux paysans journaliers mexicains qui travaillent aux États-Unis.

5 René Zenteno, Migración hacia la frontera norte de México : Tijuana, Baja California, Colegio de la Frontera Norte, Tijuana, 1993, 75 p.

6 Voir Jesús Tamayo, « La 'modernización' mexicana y el prévisible fin del statu quo migra-torio entre Mexico y Estados Unidos », in Gondard, D. et Revel-Mouroz, J. (coord.), La frontière Mexique-Etats-Unis, IHEAL, Collection Travaux et Mémoires de l'IHEAL, n° 61, Paris, 1995, p. 228.

7 Espaldas mojadas, littéralement « Les dos mouillés ».

8 Guillermo Arámbulo, « Transmigración légal en la frontera México-Estados Unidos », in Gondard, D. et Revel-Mouroz, J. (coord.), La frontière Mexique-États-Unis, IHEAL, Collection Travaux et Mémoires de l'IHEAL, n° 61, Paris, 1995, p. 215.

9 Entre 1940 et 1950, les Américains ont construit 11 installations militaires aux abords de la frontière. Daniel Arreola and James Curtis, The Mexican border cities. Landscape anatomy and place personality, The University of Arizona Press, Tucson & London, 1993, p. 26-27.

10 Hélène Rivière d'Arc, « La frontière... », art. cit., p. 83.

11 Sauf indication contraire, tous les chiffres qui concernent l'industrie maquiladora après 1975 proviennent des Estadlsticas de la industria maquiladora de exportación, INEGI, Aguascalientes, 1975-85, 1979-89 1989-93 et 1992-1997.

12 Odile Castel, « Les maquiladoras... », art. cit. Plus récemment, Jorge Carrillo a proposé une autre terminologie pour rendre compte du phénomène. Il parle de « maquiladoras de la deuxième génération », qui se caractérisent par leur modernisation technologique et organisationnelle. Voir Jorge Carrillo, « Entreprises exportatrices et changements dans l'organisation du travail au Mexique », in Revue Tiers Monde, Paris, n° 154, avril-juin 1998, p. 329-351, plus particulièrement, p. 333.

13 Voir Jorge Carrillo, Ibidem, p. 347.

14 L'économie frontalière permet, avec différents degrés d'intensité selon l'époque, la circulation de la main-d'œuvre dans les villes qui composent des conurbations binationales. Abolissant en quelque sorte la ligne frontalière, cette mobilité donne lieu à un système de marchés de travail hétérogènes et interdépendants entre les deux pays. Dans ce sens, par « bassin d'emploi » nous entendrons un bassin binational qui comprend la conurbation El Paso-Ciudad Juárez. Par « marché du travail local », on désignera celui de la municipalité de Ciudad juárez. Sur la définition de la notion « bassins d'emploi » voir Susana Magri et Christian Topalov, « Pratiques ouvrières et changements structurels dans l'espace des grandes villes du premier xxe siècle. Quelques hypothèses de recherche », in Les villes ouvrières 1900-1950, L'Harmattan, Collection Villes et Entreprises, Paris, 1989, p. 22 ; et Henri Coing, La ville, marché de l'emploi, Presses Universitaires de Grenoble, 1982.

15 II faut d'emblée signaler certains problèmes liés aux sources statistiques. Mise à part l'ancienneté évidente des données à laquelle je n'ai pas trouvé moyen de remédier, le recensement classe les travailleurs de maquila dans la catégorie des travailleurs de l'industrie de la transformation sans les dénombrer séparément. On n'a pas d'autre choix que de compléter les données du recensement par les « Statistiques de l'Industrie Maquiladora ». Mais ces deux sources, bien qu'elles soient établies toutes les deux par l'Institut National de Démographie et de Statistique, ne sont pas entièrement compatibles, les chiffres fournis par le recensement étant manifestement trop bas. Par conséquent, je précise les données des deux sources séparément.

16 Selon la terminologie de l'INEGI, la population active occupée est celle qui est âgée de 12 ans ou plus et qui dans la semaine de référence, a réalisé une activité économique. La population active « désœuvrée » comprend les gens qui, dans la semaine de référence, n'avaient pas de travail mais qui en ont cherché activement. La notion de population active est le résultat de l'addition des deux catégories précédentes.

17 Bas Holleman, This side up. Economie activity of household members living in the lower income areas of Ciudad juárez, Mexico, Department of Human Geography, University of Utrecht, 1995, 89 p. Cherchant à connaître les activités économiques des membres des foyers à faibles revenus, Holleman a réalisé entre 1991 et 1992 une enquête sur 597 foyers répartis dans 26 quartiers populaires de Juárez.

18 Ibidem, p. A4.

19 Ces postes sont celui du superviseur du contrôle de qualité, celui du materialista qui s'occupe du stockage et de la distribution des matières premières, et celui du utility, ouvrier qui peut remplir toutes les tâches et qui joue le rôle de remplaçant des opérateurs/trices lorsqu'ils/elles sont absent(e)s ou quand la production l'exige.

20 Bas Holleman, op. cit., p. 46.

21 II est significatif que beaucoup d'entre eux brandissent leur refus de la maquila comme une carte de visite. « Je ne bosse pas en maquila », disent-ils avec fierté sans que la question leur soit posée.

22 Le mouvement cholo naît pendant les années trente au sein de la population d'origine mexicaine habitant aux Etats-Unis. Ses adhérents défient l'assimilation culturelle des immigrants. Ils se font remarquer par leurs vêtements bizarres, leur langage hybride (le spanglish) et d'autres maniérismes. Ils ont pris comme étendard des éléments symboliques de la culture mexicaine et font référence à la tradition ouvrière et paysanne des immigrés mexicains ainsi qu'aux discriminations que ceux-ci ont subies dans leur terre d'accueil. Ce mouvement, certes contestataire, emprunte en même temps beaucoup d'éléments à la culture nord-américaine : les voitures, les maisons, leur décor, etc. Octavio Paz, El laberinto de la soledad (1950), Fundo de Cultura Económica, Mexico, 1994, p. 15-20. Avec le constant va-et-vient de la population entre le Mexique et les États-Unis, quelques éléments de ce mouvement furent importés dans les principales villes frontalières, ainsi que dans certains villages et petites villes de tradition migratoire. À Ciudad Juárez, le mouvement est représenté surtout parmi les autochtones et les immigrés de longue date. Pour une vue d'ensemble, voir Luis Hernández Palacios et Juan Manuel Sandoval (comp.), Frontera Norte. Chicanos, pachucos y cholos, Éd. Ancien régime, Universidad Autonoma de Zacatecas y Universidad Autónoma Metropolitana, Zacatecas, 1989, et J. Manuel Valenzuela, « La obstinacion de una cultura. Barrios y ban-das juvéniles », in El Cotidiano (Mexico), n° especial 1, 1987, p. 73-78.
Les comportements des jeunes cholos sur le marché du travail méritent certes un développement plus poussé, mais je m'en tiendrai ici à mon objet de recherche : le logement et la famille. En effet, l'analyse des interviews consenties par des personnes qui jadis ont participé au mouvement permet d'induire que l'adhésion à un gang de cholos est, dans la plupart des cas, liée à une période dans la vie des individus qui s'efface peu ou prou lors du passage à la vie d'adulte. De ce fait, ce passage n'a pas d'influence particulière sur leurs stratégies résidentielles.

23 C'est un jeu de mots qui établit un rapprochement entre les habitants des barrios (quartiers populaires) et les bandes de jeunes, avec le nom de famille du maire Francisco Barrio.

24 II est intéressant de voir que la convergence des jeunes cholos et des jeunes immigrés dans la maquila entraîne la cohabitation de deux pôles identitaires assez opposés : les cholos et les cheros. Ce dernier nom dérive de ranchero, mot qui garde au Mexique deux acceptions, celui qui vient du ranch et, dans l'argot national, celui qui est timide (Diccionario de Español Usual en México ; 1996). Les relations entre cholos et cheros sont souvent conflictuelles.

25 Norbert Elias, La société des individus, Fayard, Paris, 1987, p. 61.

26 Pierre Bourdieu, Le sens pratique..., Minuit, Paris, 1980, p. 90.

27 Voir à ce propos Claudia C. Zamorano V. « La solidaridad familiar ? Algunas ideas sobre el peso de una idea », in Estudios Sociologicos, Colegio de Mexico, XVI : 48, Mexico, 1998, p. 721 et sq. Bruno Lautier, « Cycles de vie, trajectoires professionnelles et stratégies familiales. Quelques réflexions méthodologiques à partir de travaux latino-américains », in Cabanes, Copains et Selim (dir.), Salariés et entreprises dans les pays du Sud. Contribution à une anthropologie politique, Karthala-Orstom, Paris, 1995, p. 352.

28 l'introduis ici la notion de « disponibilité sociale » pour désigner un ensemble de conditions à la fois sociales, économiques et psychosociales qui conduisent les individus à assumer une place ou une autre dans le système de production. En effet, pour que les relations d'échange se réalisent dans le marché du travail, il n'est pas suffisant qu'il existe des entreprises demandeuses et des individus sans occupation. Pour que ces individus puissent offrir réellement leur force de travail, il est nécessaire qu'ils soient socialement et psychologiquement disponibles.

29 Francis Godard et Jean-René Pendaries, Les rapport de propriété du logement. Ségrégation résidentielle et gestion du logement, Collection Plan Construction (rapport de fin de contrat), Nice, 1976, 440 p., Paul Cuturello et Francis Godard, Familles mobilisées. Accession à la propriété du logement et notion d'effort des ménages, Université de Nice, Texte intégral, Collection Plan Construction, Paris, 1982, 282 p., et Christian Topalov, te logement en France. Histoire d'une marchandise impossible, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris, 1987, 350 p.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE N° 1 : ÉVOLUTION DU MARCHÉ DE L'EMPLOI À CIUDAD JUÁREZ ET ÉVOLUTION DE L'INDUSTRIE MAQUILADORA 1970-1990 (CUMUL DE DEUX STATISTIQUES)
Légende Sources : Surface grise : Revel-Mouroz et jeanjean (1972) ; Estadfstica de la Industria Maquiladora de Exportaciôn, INEGI (1986, 1991 (a) y 1994). Lignes noires : Censo de Población y Vivienda, INEGI, (1970, 1980 et 1990).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 423k

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable