Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Se loger dans un espace d'incertitudes

Texte intégral

1Ciudad Juárez est une ville qui suscite des controverses. Tandis que les moralistes américains lui ont attribué le renom de « ville du vice » en raison des amusements nocturnes et de la vente d'alcool qui dominaient l'économie locale, les chroniqueurs locaux veulent redorer son blason en la présentant comme l'endroit presque biblique qui, en plein milieu du désert, a vu fleurir de vastes plantations de coton et comme une ville industrielle dynamique qui rivalise avec les principales villes du pays. Toutes ces caractérisations ne sont pas pour autant contradictoires ni fictives, comme ne le sont pas non plus les notes de journal, documentaires et autres études qui montrent Ciudad Juárez comme l'une des principales cibles de l'immigration nationale, la principale porte d'entrée de stupéfiants aux États-Unis ; le théâtre de la guerre entre les cartels internationaux adonnés à ce trafic ainsi que le lieu d'un vaste assassinat en série de jeunes filles, le premier qui ait été signalé dans le pays et qui n'a pas toujours été élucidé.

  • 1 Juan Rulfo, « Nos matoron », in Claude Fell, Toda la obra, edición crítica, Consejo Nacional para (...)

2C'est peut-être par sa complexité, son caractère dangereux, à la fois repoussant et attirant, que Ciudad Juárez a été choisie par des romanciers de la taille de Juan Rulfo et Carlos Fuentes1 comme le site emblématique où ils ont situé leurs histoires d'immigrants, leurs personnages insolites qui ont su atteindre une ascension sociale rapide, mais aussi comme un théâtre d'espoirs brisés, de projets échoués.

3Cet ensemble désordonné de lueurs de la ville ne laisse aucune doute pour montrer à quel point Ciudad Juárez est un espace d'incertitudes. Je ne prétends évidemment pas faire ici le tour d'horizon de tous ces visages de l'incertitude frontalière. Dans cette première partie, nous allons explorer trois phénomènes qui, à mon sens, accentuent le caractère incertain de notre ville pour la population étudiée et qui se répercutent sur ses pratiques résidentielles : l'intense dynamique d'immigration, les afflux constants de capitaux étrangers qui aujourd'hui donnent lieu à l'important essor industriel souligné à plusieurs reprises, puis les évolutions du marché immobilier, fortement influencées par les enjeux politiques locaux et nationaux.

4Essayant de relier ces ficelles, nous allons conclure cette partie avec un essai de typologie des itinéraires résidentiels de la population interviewée. Nous allons constater que ces comportements ne se rattachent pas uniquement à leur situation professionnelle, comme certaines recherches récentes semblent le supposer. En effet, nos données démontrent l'emprise de tout un ensemble de facteurs parmi lesquels on peut signaler le début des itinéraires résidentiels, l'origine migratoire et la situation familiale des intéressés.

Notes

1 Juan Rulfo, « Nos matoron », in Claude Fell, Toda la obra, edición crítica, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, Paris, 1992, 950 p. et Carlos Fuentes, Fronteras de cristal, una novela de nueve cuentos, editorial Afguara-Santillana, Madrid, 1996, 139 p.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter