Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Introduction

Texte intégral

1La rédaction d'un livre s'échelonne sur un long chemin au cours duquel l'auteur se pose de « bonnes » et de « mauvaises » questions, suit de fausses pistes, rencontre de nouvelles questions et est obligé d'établir une nouvelle hiérarchie de ses intérêts. Ce parcours constitue l'histoire d'un texte. C'est une histoire qui, comme celle de toute chose produite, fait référence autant au contexte social et scientifique d'écriture qu'à l'histoire de son auteur. Même si nous le souhaitons, ces histoires ne restent jamais cachées, elles transparaissent toujours dans notre produit final, comme le font les lettres cachées d'un vieux palimpseste. Rappeler certains points relevant de ces histoires m'a paru être une voie pertinente pour introduire la présente recherche et pour montrer comment, sous l'angle des stratégies résidentielles, la relation logement et famille dans un contexte d'incertitudes s'est construit comme son objet.

2Je vais donc exposer l'évolution de la problématique qui a guidé ce travail, laquelle – tout en gardant comme point d'intérêt central le logement populaire des villes frontalières du nord du Mexique – s'est développée en fonction de rencontres et, parfois, de confrontations entre deux mondes intellectuels au Mexique (mon pays d'origine) et en France (mon pays d'immigration) ; mais aussi entre celui des familles modestes que j'ai rencontrées à Ciudad Juárez, mon terrain de recherche.

31. Ayant travaillé pendant trois ans – en tant qu'étudiante en aménagement urbain – sur les organisations des quartiers populaires qui pratiquent l'auto-construction au Mexique, ce type d'organisations était l'objet de mes recherches en 1992, lors du début de mes études doctorales à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales. Or, si ma réflexion avait toujours porté sur les cas concrets des villes de Mexico et de Veracruz, à l'époque, quatre aspects m'ont invitée à analyser ces groupements dans les villes frontalières du nord du Mexique :

  • D'abord, selon certains textes académiques et articles de presse, il semble que dès la moitié du xixe siècle, lors de la délimitation de la frontière Mexique/États-Unis, le côté mexicain ait été marqué par une constante mobilité géographique des personnes désirant passer aux États-Unis. Dans cette dynamique migratoire, les villes se sont remplies de personnes qui, en grande partie, les considéraient comme des lieux de passage, même si parfois elles y restaient pendant dix ou quinze années, voire toute leur vie.
  • Un autre élément d'intérêt avait trait à l'implantation d'un nouveau complexe industriel de sous-traitance ou maquilador – comme on l'appelle dans le langage local – qui en trente ans seulement est parvenue à employer entre 30 et 40 % de la population active des villes frontalières.
  • D'autre part, lors d'une conférence internationale sur la mondialisation et les organisations populaires qui a eu lieu à Paris en 1992, Super-Barrio1 et d'autres représentants de la Confédération Nationale des Mouvements Urbains Populaires au Mexique ont souligné la faiblesse des organisations de quartiers dans les villes de la frontière nord.
  • Enfin, une autre donnée intéressante était un apparent paradoxe propre à ces villes. Tonatiuh Guillén et Roberto Sánchez ont constaté comment, bien que dans les villes frontalières il y ait un niveau de revenus et de consommation des biens durables (télévisions, radios, voitures) plus élevé que dans le reste du pays et bien que les problèmes de chômage y soient moins graves, les conditions de logement et les services urbains n'y sont pas meilleures qu'ailleurs, et parfois elles sont pires2.

4Mes préoccupations concernaient d'abord les causes de la faiblesse des organisations de quartier dans la région, ainsi que ses effets sur les conditions de logement. La première problématique a été articulée autour des questions : Qu'est-ce qui produit le paradoxe soulevé ? En quoi réside la faiblesse des organisations de quartiers ? La forte mobilité de la population exerce-t-elle une influence sur ces deux phénomènes ? Quels peuvent être les effets de la nouvelle implantation industrielle ?

  • 3 Maurice Halbwachs, La classe ouvrière et les niveaux de vie, 1re éd. 1912, réimpression Gordon & B (...)
  • 4 Elisabeth Campagnac et Lydia Tabary-Taveau, Transformations des modes de vie et habitat ouvrier, C (...)

5Comme pour beaucoup de spécialistes de l'urbain formés dans l'Amérique latine pendant les années quatre-vingt, mon enseignement universitaire a été marqué par les paradigmes néo-marxistes forgés en France dans la décennie précédente. Cette formation, imprégnée par l'économicisme, ne m'invitait guère à mettre en cause les idées selon lesquelles les besoins des individus étaient plus ou moins standardisés, et que les ressorts de l'action humaine avaient surtout un caractère économique. Or, arrivée en France – le berceau et, on peut le dire, la tombe de cette pensée – deux lectures parmi d'autres m'ont invitée à relativiser ces paradigmes : La classe ouvrière et les niveaux de vie de Maurice Halbwachs3 et Transformations des modes de vie et habitat ouvrier d'Elisabeth Campagnac et Lydia Tabary-Taveau4. Les nouveautés transmises par ces auteurs étaient en réalité deux vieilles idées : que la hiérarchisation des besoins et les choix de consommations des individus sont très hétérogènes et que cette hétérogénéité est en rapport non seulement avec leurs revenus, mais aussi et surtout avec leur vécu dans un contexte social et culturel donné, ainsi qu'avec les conjonctures individuelles ou familiales qu'ils traversent. Dans cette perspective, nouvelle à mes yeux, j'ai entrepris d'explorer la question du logement et des organisations de quartiers dans une ville frontalière mexicaine, en formulant les hypothèses suivantes.

  • 5 A la fin de 1997, par exemple, il y avait 2 717 usines de ce genre dans tout le pays, lesquelles e (...)

6Pour saisir la position du logement dans la hiérarchisation des choix et des besoins de la population frontalière, il faut comprendre l'existence – à côté des revenus, des appartenances culturelles et des conjonctures individuelles et familiales – des projets des personnes qui passent par ces villes. Si nous introduisons ces aspects dans l'analyse, nous pouvons avancer une explication de l'apparente contradiction entre prospérité et qualité de l'habitat. La population, en effet, envisage son séjour dans une ville frontalière comme un passage qui lui permettrait d'atteindre son but principal : franchir la frontière Mexique/Etats-Unis. Ainsi, dans le règlement des besoins et des priorités, avoir une maison est important, mais s'y investir n'est pas pertinent car ce logement n'est qu'un refuge provisoire. Dans cette dynamique de va-et-vient, dans cette idée du provisoire, faire émerger une organisation de quartier qui lutte pour l'amélioration des conditions de l'habitat n'est pas possible ni peut-être nécessaire. L'un des effets les plus évidents de la mutation industrielle est la forte expansion du marché de l'emploi5. Ce phénomène produit une certaine sédentarisation démographique, qui conduit la population à accorder un rôle plus important au logement dans la hiérarchisation des besoins. L'émergence et la consolidation des organisations de quartiers se trouve ainsi favorisée.

72. Voilà les hypothèses avec lesquelles je me suis approchée de la réalité frontalière. Or, elles ne m'ont plus semblé pertinentes à la suite d'une recherche plus approfondie. D'abord, l'analyse de l'immigration à la frontière nord m'a fait comprendre que les processus migratoires y sont plus complexes que ne le serait le simple passage de Mexicains en route pour le territoire nord-américain. Bien que cette modalité de migration soit importante jusqu'à nos jours, on en distingue trois autres qui, depuis le début du xxe siècle, varient selon les conjonctures politiques ainsi que les aléas de la croissance et de la récession économique nord-américains et mexicains :

  1. la migration de retour qui évolue surtout en fonction des politiques de rapariement nord-américaines ;
  2. les mouvements transfrontaliers qui, concernant uniquement les villes mexicaines et nord-américaines limitrophes, comprennent les passages de Mexicains qui travaillent régulièrement dans une ville américaine voisine tout en gardant leur foyer du côté mexicain ;
  3. les migrations qui ont comme destination finale (permanente ou définitive) les villes frontalières mexicaines, réputées pour offrir de meilleures opportunités de travail que d'autres régions du Mexique. Si nous considérons que souvent une seule personne réalise tous ces types de mouvements suivant son cycle de vie, nous pouvons supposer que les villes frontalières ne sont pas de simples lieux de passage. Elles sont, en effet, à la fois des lieux d'accueil et de retour, des ports d'attache ou des tremplins de sortie. Tout dépend, semble-t-il, de l'individu, du moment particulier de son histoire et de celui de l'Histoire.

8La nouvelle implantation industrielle a constitué une raison supplémentaire pour se rendre aux villes frontalières, sans qu'elle ait entraîné une sédentarisation de la population, comme je l'avais supposé au départ. On observe plutôt une dynamique migratoire devenue plus complexe, qui oscille entre une migration temporaire, saisonnière et définitive.

  • 6 Daniel Hiernaux, Urbanizaciôn y autoconstrucción en Tijuana, Centro de Ecodesarrollo, Mexico, 1986 (...)
  • 7 Victor Quintana, « Mexique : Transformation économique et crise politique au Chihuahua », in Probl (...)

9De même, l'hypothèse d'une faiblesse particulière des organisations de quartier dans la région frontalière ne fait pas unanimité parmi les chercheurs : tantôt certains auteurs comme Gay Young et Daniel Hiernaux, observant un nombre réduit de familles qui se sont appuyées des organisations pour accéder au logement, confirment ce présupposé6 ; tantôt d'autres auteurs comme Victor Quintana et Manuel Valenzuela attribuent à ces groupements un rôle essentiel dans la conformation de la ville7. Ces différences de vues semblent liées aux indicateurs choisis pour estimer la force d'un mouvement. Nous pouvons en distinguer quatre, basés respectivement sur :

  1. l'importance numérique des adhérents ou des quartiers concernés ;
  2. le pouvoir de négociation des leaders de quartier vis-à-vis du gouvernement ;
  3. la légitimité de leurs représentants auprès de ceux qu'ils prétendent représenter ;
  4. le rapport de forces entre les versants contestataire et réformiste du mouvement.
  • 8 José Manuel Valenzuela, op. cit., p. 212.

10Le choix de l'un ou de l'autre de ces indicateurs dépend, certes, de la perspective sous laquelle la question est abordée (à partir des familles ou bien du système d'acteurs urbains), mais aussi, du degré d'engagement de la personne concernée à l'égard des organisations. Super-Barrio, militant de gauche qui veut voir dans ces groupements le germe d'une démocratie participative, a sans doute considéré les deux derniers critères pour affirmer leur faiblesse à la frontière nord. Néanmoins, nous pouvons constater que les organisations de quartier y existent, qu'elles ont une position importante parmi les acteurs sociaux urbains et qu'elles comptent aussi de nombreux adhérents. Certes, elles ont un caractère réformiste qui peut être interprété comme signe de faiblesse. Mais, comme Manuel Valenzuela l'a signalé, cette caractéristique n'est ni permanente ni exceptionnelle dans le contexte mexicain8.

  • 9 Dominique Vidal, dans son travail sur le Brésil, résume à partir d'une abondante bibliographie le (...)
  • 10 Carlos Cortez, Cisela Landazuri y Patricia Moreno, « El Pronasol : ¿ Un modelo alternative para el (...)

11L'industrialisation n'a pas créé les conditions aussi favorables que j'attendais pour le développement des organisations de quartier – non seulement parce que la sédentarisation attendue est encore loin de se produire, mais parce que ces organisations ne se constituent pas uniquement au rythme des besoins de la population ou en fonction de la hiérarchisation de leurs priorités. Les facteurs qui concourent à leur établissement et à leur force sont plutôt liés aux conjonctures politiques. Or celles-ci leur sont devenues moins favorables dans le contexte actuel. D'une part, les organisations sont entrées dans une phase de « crise de participation », qui fait penser aussi bien au discrédit de certaines associations aux yeux de la population qu'à ce que Dominique Vidal appelle « l'affaiblissement des appartenances collectives »9. D'autre part, l'État mexicain, poursuivant une restructuration par la voie néolibérale, adopte des réformes politiques destinées à remplacer les anciennes formes de soutien corporatiste par l'assistance directe aux particuliers10. Signalons enfin que ces réformes, qui sapent évidemment les fondements sociaux des organisations de quartier, sont particulièrement marquées dans les principales villes du Nord où le Parti d'Action Nationale (parti de la droite mexicaine) gagne de l'importance depuis 1982.

  • 11 D'ailleurs, j'ai construit une base de données établie à partir du recensement de 1990 qui permet (...)
  • 12 Le lecteur peut me reprocher, à juste titre, que ce type de contradictions ait déjà été relevé par (...)
  • 13 Gilles Deleuze, Logique du sens, Minuit, Collection Critique, Paris, 1969, 392 p., p. 12.

12Le dernier aspect qui a attiré mon attention vers les villes frontalières repose sur l'observation que de hauts niveaux de revenus, de consommation et d'emploi peuvent coexister avec des déficits importants en matière de logement et de services. Une analyse plus approfondie invite – sans qu'il faille pour autant mettre en question l'existence de ce phénomène11 – à réviser les propos des auteurs qui l'ont présenté comme un fait paradoxal. En réalité, ce « paradoxe » relève d'une construction savante. Son énonciation nous parle des paradigmes néo-marxistes12 qui, malgré leur mise en question, galvanisaient encore la pensée mexicaine dans les années quatre-vingt-dix et qui, par définition, impliquaient un certain engagement social. Les chercheurs, y compris moi-même, avaient et ont tendance à considérer comme anormale une famille qui aurait un beau téléviseur sans avoir une maison construite en dur et bénéficiant de services publics. Selon l'idée reçue, nous inclinons à penser que l'accès à l'emploi doit en fait être accompagné – tout comme l'exige notre notion de justice sociale – de l'accession à un logement digne. Or, ce principe s'avère inexact ; il est démenti par l'histoire des pays en développement, où la disproportion entre croissance économique et qualité d'habitat est une règle plutôt qu'une exception. Il est vrai que ce concours de situations défie nos paradigmes : à nous de cesser de considérer « notre bon sens comme un sens unique »13.

13Cherchant une nouvelle perspective d'analyse, j'ai opéré trois importants changements de cap. D'abord, je continue à voir dans la dynamique d'immigration un élément capable de caractériser les pratiques résidentielles de la population frontalière, mais il ne sera plus question de l'inscrire dans une simple dichotomie mobilité-sédentarité. Désormais il faudra tenir compte de diverses modalités d'immigration que j'ai énumérées plus haut. Ensuite, l'implantation industrielle sera toujours considérée comme un élément propulseur du changement socio-économique de la région, mais il importe maintenant de la situer dans le cadre général de la restructuration néolibérale du Mexique, qui entraîne aussi des transformations politiques importantes. Enfin, la question des organisations de quartier, telle que je la posais au départ, est apparue comme secondaire. Il m'a semblé que la complexité de la question du logement frontalier méritait d'être analysée dans une perspective plus globale, capable de saisir les pratiques résidentielles aussi bien des familles affiliées aux organisations de quartier que de celles qui accèdent au logement de façon individuelle. Ce sont donc les familles, plutôt que les collectivités, que j'ai prises comme unités d'analyse centrales.

14Au fil de l'interrogation, mes questions se sont ainsi concentrées en une seule, assez simple : comment les familles à faibles revenus accèdent-elles au logement dans ce contexte marqué par la mobilité géographique, l'industrialisation et la restructuration économique et politique ?

  • 14 Manuel Castells, La question urbaine, Maspéro, Paris, 1972, 451 p. et Luttes urbaines et pouvoir p (...)
  • 15 Christian Topalov, « Hacer la historia de la investigación urbana. La experiencia francesa desde 1 (...)
  • 16 Ce même choix transparaît dans de nombreuses recherches françaises des années quatre-vingts. Voir (...)

153. La décision de prendre les familles comme unité d'analyse – le virage le plus fondamental dans ma problématique – n'a pas obéi seulement au constat que l'industrie de sous-traitance a manqué de fortifier les organisations de quartier de la région. Il répondait également au contexte scientifique retrouvé en France au début des années quatre-vingt-dix. Comme nous le savons, les organisations de quartier furent construites comme objets de recherche dans le cadre des théories urbaines françaises des années soixante-dix, qui ont été importées en Amérique latine ; voir, notamment, les travaux de Manuel Castells14. Bien que ces théories, il faut le répéter, aient été mises en question, elles constituaient encore aux années quatre-vingt-dix les paradigmes de la recherche urbaine latino-américaine. Or, en France, elles avaient déjà fait l'objet de critiques dévastatrices, voire d'un refus radical. L'une des objections majeures que j'ai retenue portait sur le fait que cette perspective « étudiait l'urbanisation, les politiques publiques et les mouvements sociaux comme des effets d'une dynamique structurale, comme processus sans sujet »15. Prenant partie pour ce jugement, j'ai considéré l'étude des pratiques familiales comme l'un des remèdes à ce handicap16.

16La notion de stratégie résidentielle, telle que Catherine Bonvalet et Anne Gotman l'ont prônée, m'a paru être un outil de recherche pertinent pour s'approcher de la question du logement frontalier, car elle semblait conséquente au choix des familles comme unité d'analyse et à la position prise vis-à-vis des études urbaines :

  • 17 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (éds.), Le logement, une affaire de famille. L'approche intergén (...)

17La notion de stratégie marquait la volonté de contrebalancer une vision trop déterministe des pratiques résidentielles selon laquelle les ménages, compte tenu de leurs revenus et de leur classe sociale, auraient été promis à un statut d'occupation, à un type d'habitat et à une localisation déterminés. Tout en levant un certain nombre de fausses alternatives encombrant la réflexion sociologique comme celles qui opposent l'individuel et le social, la liberté et le déterminisme, la notion de stratégie postule ainsi que les ménages ont des choix, si contraints soient-ils, et qu'il existe une marge de manœuvre possible, si petite soit-elle17.

18Dans une première lecture, cette observation m'a révélé une utilisation de la notion de stratégie qui n'aurait pas pu être plus opposée aux perspectives d'analyse que j'avais acquises au cours de ma formation au Mexique. Cet outil de recherche semblait offrir la clef magique qui ouvrirait une issue au structuralisme et qui libérerait les acteurs individuels de leurs contraintes. Mais mon optimisme s'est vite refroidi lorsque j'ai essayé de mobiliser la notion de stratégie comme outil de recherche opérationnel. Trois questions ont été retenues. Les réponses que j'ai pu apporter articulent les objectifs et les hypothèses centrales du présent travail.

L'INCERTITUDE

  • 18 Dans le chapitre préliminaire j'explique les détails du travail de terrain.

19Dans la ville de Ciudad Juárez, que j'avais choisie comme observatoire, j'ai réuni 51 autobiographies auprès de la population à faibles revenus, notamment des travailleurs de la sous-traitance18. Au cours des interviews, je me suis aperçue que fréquemment mes interlocuteurs expliquaient leur passé, surtout quand celui-ci était infortuné, de la manière suivante : « Ainsi j'ai passé ma vie en navigant, et toujours j'ai navigué, toujours, depuis que j'ai de la mémoire, depuis que mon père est parti... et qu'il nous a laissées, donc, à naviguer » (Lucila, retraitée, 76 ans).

  • 19 Voir : Diccionario del español usual en México, El Colegio de Mexico, 1996, s. v. Navegar.

20Sachant que dans le nord du Mexique le mot naviguer signifie « travailler, endurer, souffrir ou lutter pour la survie ou pour atteindre un but »19, la situation était singulière : dans mon intention de briser les déterminismes structuralistes et de rendre justice aux stratégies individuelles, je me suis trouvée face à des personnes qui semblaient affirmer ne pas en avoir. Ces gens qui habitent le désert de Chihuahua, sans mer et avec une rivière tarie, ne cessent de me dire qu'ils « naviguent » – comme s'ils étaient de petits radeaux qui vont là où le courant les entraîne, indépendamment de leur volonté. Leurs actions (ou non-actions), leur façon de se présenter et de se représenter eux-mêmes dans le monde semblaient s'opposer aux argumentations des tenants de la notion de stratégie.

  • 20 Bruno Lautier et jaime Marqués-Pereira, « Représentations sociales et constitution du marché du tr (...)
  • 21 Tonatiuh Guillén, « Servicios públicosy marginalidad... », art. cit.

21Il m'a paru nécessaire de contrebalancer cette notion à l'aide d'une autre, celle d'incertitude. En effet, Bruno Lautier et Jaime Marqués-Pereira, dans leur étude sur les employées domestiques et les ouvriers de la construction en Amérique latine, avaient déjà perçu dans ce subcontinent des niveaux de certitude moindres qu'en Europe20. D'autre part, le travail de Tonatiuh Guillén a mis en évidence que cette incertitude est particulièrement marquée à la frontière Nord du Mexique, carrefour exceptionnel des contradictions et des dépendances Nord-Sud21.

  • 22 Complexité qui, d'ailleurs, ne nous permet guère de faire abstraction de la réflexion qui oppose l (...)

22Mais comment les familles peuvent-elles avoir des stratégies dans un contexte semblable d'incertitude ? C'est là une question qui a été posée à plusieurs reprises depuis que la notion de stratégie a été empruntée au langage militaire par les sciences humaines. La réflexion à ce propos m'a permis d'une part, d'appréhender la complexité de la notion de stratégie22 et d'autre part, de comprendre l'incertitude comme un élément intrinsèque de la stratégie.

  • 23 Voir, par exemple, Francis Godard, « Sur le concept de stratégie » in Bonvalet et Fribourg, Straté (...)

23En effet, l'idée qui élève l'individu en maître de son destin et qui conduit certains auteurs à le caricaturer sous l'image de joueur du Monopoly23 n'est pas inhérente à la notion de stratégie. Elle est plutôt une extrapolation induite par l'économie néo-classique, laquelle essaie d'observer des individus éco-rationnels qui, ayant pour seule contrainte leurs revenus, poursuivent la maximisation de leurs bénéfices et de leurs satisfactions. Or, cette acception n'est pas la seule admise. Nous n'allons pas rentrer ici dans le détail du débat animé que la notion de stratégie a suscité au sein des sciences sociales et qui – passant par l'individualisme méthodologique de Boudon, par la théorie des organisations de March, Simons et Crozier et par l'économie symbolique de Bourdieu, entre autres – aborde le degré de liberté de l'individu, sa propre identité, ainsi que sa rationalité et les marges de ses actions. La simple évocation de ce débat nous invitera à donner raison à la sentence du général André Baufre qui nous fait comprendre que la vie, comme la guerre, est un jeu d'interaction beaucoup plus complexe que n'importe quel jeu de table :

  • 24 André Beaufre, Introduction à la stratégie, Armand Colin, Paris, 1963, deuxième édition, Hachette, (...)

24La stratégie ne se joue pas comme aux échecs, avec des pions de valeur constante et définie. Ses solutions sont l'analogue d'une cuisine qui devrait marier des ingrédients en constante transformation. [...] la stratégie est une invention perpétuelle fondée sur des hypothèses qu'il faudra expérimenter en pleine action.24

  • 25 Michel Crozier, L'acteur et le système, Seuil, Paris, 1977.

25La part d'incertitude – d'indéterminé, d'après les termes de Crozier25 – est donc toujours présente dans les actions humaines et dans les jeux d'interaction individu-société. Justement, une des tâches des sciences sociales est d'appréhender comment les individus sont agis et agissent vis-à-vis des incertitudes. De cette sorte, le contexte d'incertitude ressenti par mes interviewés et observé par moi-même ne représente pas une limite pour la compréhension des stratégies résidentielles, mais plutôt un avantage heuristique dans la mesure où il permet l'observation des pratiques humaines dans des situations instables à l'extrême.

STRATÉGIES RÉSIDENTIELLES ET FAMILLE

26Une autre réflexion forcément entraînée par la notion de stratégie résidentielle tient au fait que le logement est d'ordinaire le refuge d'une famille. Par extension, lorsque nous parlons de stratégies résidentielles, nous devons penser aussi aux stratégies familiales. Comment définir alors les familles et leurs stratégies ?

  • 26 Danielle Chabaud-Rychter, « La famille comme acteur social », in Stratégies familiales et emploi. (...)
  • 27 Andrée Michel, Sociologie du mariage et de la famille, Presses Universitaires de France, Collectio (...)
  • 28 Francis Godard, op. cit. p. 7-8.
  • 29 Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers, Presses Universitaires de France, Paris, 1990, p. 3 (...)

27Dans les sciences humaines, les définitions les plus communes de la famille semblent se situer à deux pôles opposés. D'une part, cette institution est conçue comme un sujet collectif, comme une masse indivisible qui agit invariablement en groupe26. D'autre part, suivant les perspectives utilitaristes et parsoniennes, elle est définie comme « un champ de force mettant en jeu des individus ayant des intérêts propres »27. Ainsi, opposant le collectif à l'individuel, ces définitions nous situent dans un dilemme peu confortable. Dilemme qui me semble possible d'éluder en adoptant les postulats que Francis Godard exprime dans l'ouvrage La famille, une affaire de générations. Limitant la notion de famille aux trois figures élémentaires de la parenté « le père, la mère et les enfants », Godard considère cette institution comme un lieu d'union et d'unification, mais aussi, comme un lieu de socialisation et, surtout, d'individualisation28. Dans ce sens, la famille ne peut pas être considérée comme une masse homogène unie d'une façon irrémédiable ou, pour reprendre les termes de Olivier Schwartz, comme une communauté simple et non-segmentée29. Elle doit être conçue comme un groupe d'individus avec des intérêts à la fois communs et individuels, que nous pouvons nommer un groupe d'individus en famille.

28Les individus en famille réalisent des actions collectives en raison de leurs liens de consanguinité et d'alliance. Ces actions sont guidées ou ordonnées surtout – comme l'a montré Francis Godard – par une relation complexe de matrices symboliques, dans laquelle chaque membre remplit certains rôles sur les plans économique, moral et juridique ou légal. La solidité des liens familiaux n'empêche toutefois pas que les individus aient la possibilité d'agir séparément, guidés par des intérêts personnels.

29Suivant cette définition de la famille, il semble pertinent de considérer les stratégies familiales comme des pratiques d'individus visant à garantir leur reproduction et à satisfaire leurs intérêts personnels. Or, parmi les intérêts des individus, la survie et la reproduction de leur famille compte parmi l'un des plus importants. Certaines pratiques, telles que la distribution du budget familial ou l'organisation des horaires, peuvent même être comprises comme des stratégies atteignant la famille toute entière. Mais ces pratiques, elles aussi, sont guidées par des rôles, des intérêts et des choix individuels. Pour comprendre les stratégies résidentielles nous devons donc étudier les pratiques de chaque membre de la famille, puisque – même si le logement est leur espace commun – chacun d'entre eux va s'engager différemment dans sa production.

STRATÉGIES ET ITINÉRAIRES DE VIE

30Au-delà de ces problèmes conceptuels fondamentaux que nous devons considérer au moment d'adopter la notion de stratégie résidentielle, voire celle de stratégie tout court, nous devons observer un autre problème, plutôt heuristique, auquel nous sommes confrontés en tant qu'étudiants des actions humaines contemporaines. Nos sources sont généralement des récits rétrospectifs émis par des individus qui essayent eux-mêmes de donner une cohérence à leurs actions. L'information transmise par nos interlocuteurs n'est en mesure de nous renseigner que sur leurs itinéraires de vie et, d'une façon plus floue, sur les moyens matériels et sociaux mobilisés pour atteindre une situation déterminée. Ce n'est donc que d'une manière hypothétique que nous pouvons reconstruire les stratégies elles-mêmes, c'est-à-dire – en nous alignant sur les étapes de la stratégie militaire – les projets que l'individu avait en amont, les choix opérés entre un nombre donné de possibilités, le calcul rationnel des moyens dont il disposait et le caractère exact des moyens mobilisés.

31La démarche que j'ai choisie était de recueillir parmi la population frontalière des récits autobiographiques permettant de reconstruire les itinéraires de vie et d'observer les itinéraires résidentiels dont ils sont partie intégrante. Sans nier l'existence d'acteurs stratèges, mais sans établir non plus au préalable la présence d'un type de stratégie donnée (ce qui m'aurait conduit à imputer de fausses cohérences aux actions des interviewés et à évacuer d'emblée les contradictions que celles-ci peuvent comporter), j'ai essayé de saisir dans les itinéraires de vie certaines causalités, certains déterminismes sociaux, les choix opérés et les moyens mobilisés pour accéder au logement.

32Cette démarche m'a permis de comprendre que la population, vivant dans une ambiance d'incertitude, n'accède au logement que dans l'alternance ou la combinaison de deux types de pratiques : les unes révèlent des stratégies planifiées en ce qu'elles calculent la disposition des moyens et prévoient les possibilités de les élargir au futur ; les autres pratiques semblent plutôt « attentistes » : elles consistent à profiter des opportunités offertes par l'entourage social dans la mesure des ressources morales et matérielles disponibles à l'instant. Elles révèlent des attitudes passives et même fatalistes.

***

  • 30 Je parle particulièrement des travaux de Christian Topalov, Jordi Borja, Henri Coing, Jean Lockjin (...)
  • 31 Lucia Bazan, Cuando una puerta se cierra cientos se abren. Casa y familia : Los recursos de los de (...)

33Solliciter en interview un groupe d'ouvriers de la sous-traitance afin de connaître ses pratiques résidentielles n'est pas un choix complètement innocent. Cela implique l'idée que la situation des individus face aux moyens de production se répercute sur leurs modes et possibilités d'accès aux moyens de reproduction. Mais peut-on dire que le fait de partager une situation professionnelle similaire promette aux individus la même situation résidentielle ? Alors que cette question était au centre des débats de la sociologie urbaine française des années soixante-dix30, et qu'elle figure encore de nos jours, dans une bonne partie des études urbaines de l'Amérique latine, elle semble quelque peu dépassée pour la recherche urbaine française d'aujourd'hui. Or la lecture de certaines de ces études31 et les résultats empiriques de cette recherche invitent à ne pas l'écarter de prime abord et à lui donner plutôt un sens différent et capable de prendre en compte d'autres variables d'observation.

34Dans la première partie de ce travail, je vais considérer l'emprise des situations professionnelle, migratoire et matrimoniale, ainsi que celle des conjonctures traversées par les marchés immobiliers comme constituant quatre facteurs dont le déroulement particulier à Ciudad Juárez exacerbe le caractère incertain de la ville et exerce des influences notables sur les parcours résidentiels de la population étudiée. Révélant l'interaction complexe de ces facteurs, je vais établir une typologie des itinéraires et situations résidentielles qui nous rappellera qu'il est impossible d'établir des schémas causaux simples. En effet, travail et logement établissent une corrélation flexible et dépendante des deux autres variables.

  • 32 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (éds.), op. cit.

35La deuxième partie, intitulée Logement et famille, ruptures et continuités, essaye de comprendre l'influence des familles, voire des lignées, sur les itinéraires et les pratiques de leurs membres. Observant l'importance des transferts – aussi bien matériels que symboliques –, certains chercheurs, surtout les tenants de la pensée stratégique, ont considéré le « logement comme une affaire de famille »32. Or, tout en constatant le poids des lignées sur les pratiques résidentielles de la population étudiée, je voudrais montrer qu'elles sont loin d'exercer un impact régulier. Ce sont notamment les effets de l'alliance qui conduisent à certaines ruptures intergénérationnelles car ils obligent à la combinaison et au compromis entre deux histoires de vie, deux itinéraires résidentiels et différentes ressources qui peuvent être employés pour accéder à un logement. Plus important encore, le contexte d'incertitude de Ciudad juárez permet de saisir aisément certains phénomènes qui restreignent les flux des ressources familiales. Au fil des changements conjoncturels, les savoirs et les avoirs d'une génération peuvent en effet devenir complètement obsolètes pour ses successeurs. De surcroît, les ressources et les aspirations elles-mêmes peuvent évoluer entre les générations au point d'aboutir à des ruptures importantes dans les pratiques résidentielles. L'analyse des continuités et des ruptures dans les pratiques résidentielles des lignées m'amène à la conclusion que le logement n'est pas une affaire de famille, mais plutôt une affaire d'individus en famille, c'est-à-dire, d'individus qui, tout en agissant avec un esprit de groupe au sein de leur lignée, sont capables et même forcés d'agir séparément.

36Dans la troisième et dernière partie, j'essaie de comprendre le concours des individus en famille dans le processus d'auto-construction du logement. Étudiant de près l'histoire conjointe de la maison et des membres de la maisonnée, sous le titre de La production et l'appropriation individuelle de l'espace familial, je voudrais montrer comment les individus contribuent d'une manière différenciée – mais logique et plus ou moins harmonisée grâce aux rôles moraux et économiques que chaque personne remplit au sein de la famille – à la construction de leur maison commune. Enfin, je voudrais montrer que c'est aussi de façon individuelle qu'ils s'emparent des espaces domestiques, dans l'usage et aussi dans le souvenir.

  • 33 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (éds.), op. cit., p. 11.

37Observant les itinéraires résidentiels d'une population peu favorisée et vivant dans un environnent instable, cette recherche constate donc l'emprise des pratiques et des logiques familiales dans la formation du système local de logement. Elle nous introduit ainsi à l'évaluation du poids de la famille comme institution capable de transmettre – suivant encore la formule forgée par Bonvalet et Gotman – aussi bien des flux patrimoniaux (aides matérielles de toutes sortes) que des flux de socialisation (attentes et projets sur le plan résidentiel)33. Mais, observant les changements sociaux et économiques ainsi que le fonctionnement du système de parenté, elle tente d'éviter des formules simples qui surestiment la force des mécanismes de transmission familiale et qui font abstraction du contexte social.

38Tout au long de la réalisation de ce livre j'ai bénéficié de l'aide de plusieurs personnes auxquelles je tiens aujourd'hui à exprimer ma très profonde gratitude : aux familles de Ciudad Juárez qui m'ont reçu dans leur maison et qui m'ont tant appris. À Christian Topalov, qui n'a jamais cessé de me sourprendre avec sa générosité et sa volonté de transmettre ce qu'il sait. À Hélène Rivière d'Arc pour ses conseils et sa confinace. À Maurizio Gribaudi, María Eugenia Cosio, Florence Weber, Alain Durand-Lasserve et Bruno Lautier qui m'ont fait l'amitié de lire et de critiquer mes manuscrits en plusieurs occasions. Aux chercheurs du séminaire « Pratique de la recherche urbaine » (EHESS), qui m'ont offert un agréable et rigoureux espace de discussion ; je remecie spécialement à Caroline Varlet et Hélène Pinol avec qui j'ai eu la chance de travailler. À Pierre Muckensturm, Annick Thrèguer, Yolonde Ramamonjisoa, Carsten Wilke et Florence Santos da Silva, brave équipe qui s'est engagée dans la lutte contre mes hispanismes. À ma sœur Gabriela qui m'a accompagné un peu partout dans mes constantes migrations. À Fatima Sissani, Fluvio Rufz, Anne Walter, Nina Hinke, Marcela Tellez, Karla Arizmendi, André Moquet et à la famille Merieux qui, assis à côté de mon bureau ou autour d'une table bien servie, ont discuté avec moi de mon sujet, d'autres réalités et de nos utopies.

39Cette recherche fut réalisée avec un financement du Consejo Nacional de Ciencia y Tecnologia (Mexique) et est abouti sous la forme de livre grâce au soutien du Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social.

Notes

1 Super-Barrio (littéralement « Super-Quartier ») est un leader populaire de la ville de Mexico qui s'est montré pour la première fois en 1985 pour défendre la cause des sinistrés des tremblements de terre. Super-Barrio n'apparaît en public que le visage caché sous un masque et vêtu d'un costume évoquant le Superman de la bande dessinée. À présent, il a pris une place très importante dans la Confédération Nationale des Mouvements Urbains Populaires et dans la vie politique du pays, il a même obtenu une députation dans l'Assemblée de la Ville de Mexico.

2 Tonatiuh Guillén López, « Servicios pùblicos y marginalidad social en la frontera Norte », in Frontera Norte, vol. 2, n° 4, Colegio de la Frontera, Tijuana, jul-déc. 1990, p. 95-119. Roberto Sánchez, « Condiciones de vida de los Trabajadores de la Maquila en Tijuana y Nogales », in Frontera Norte, vol. 2, n° 4, Colegio de la Frontera, Tijuana, jul.-déc, 1990, p. 64-91.

3 Maurice Halbwachs, La classe ouvrière et les niveaux de vie, 1re éd. 1912, réimpression Gordon & Breach, Paris, 1970, 491 p.

4 Elisabeth Campagnac et Lydia Tabary-Taveau, Transformations des modes de vie et habitat ouvrier, Centre de Recherches et de Rencontres d'Urbanisme/Ministère de l'Environnement et du Cadre de Vie, Paris, 1979, 260 p.

5 A la fin de 1997, par exemple, il y avait 2 717 usines de ce genre dans tout le pays, lesquelles employaient près de 900 000 personnes. Les 67 % de ces nouveaux emplois industriels ont été créés dans les villes situées aux abords de la frontière Nord du pays.

6 Daniel Hiernaux, Urbanizaciôn y autoconstrucción en Tijuana, Centro de Ecodesarrollo, Mexico, 1986 ; Cay Young (coord.), The social ecology and économie development of Ciudad juárez, Westview Special Studies on Latin America and the Caribbean, Colorado, 1986.

7 Victor Quintana, « Mexique : Transformation économique et crise politique au Chihuahua », in Problèmes de l'Amérique latine, n° 86, Paris, 4e trimestre 1987, p. 43-80 ; José Manuel Valenzuela, Empapados de sereno. El movimiento urbano popular en Baja California. 1928-1988, El Colegio de la Frontera, Tijuana, 1991.

8 José Manuel Valenzuela, op. cit., p. 212.

9 Dominique Vidal, dans son travail sur le Brésil, résume à partir d'une abondante bibliographie le concours de situations qui a contribué à la dite « crise de participation » et à l'amoindrissement des organisations de quartier en Amérique latine. La politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Récite, Éditions MSH, Collection Brasilia, Paris, 1998, p. 2-6.

10 Carlos Cortez, Cisela Landazuri y Patricia Moreno, « El Pronasol : ¿ Un modelo alternative para el combate a la pobreza ? » en José Luis Calva (coord.), Seminario Nacional sobre alternativas para la economia mexicana, ed. Equipo Pueblo, Enlace y Foro de Apoyo Mutuo, 1995, Mexico, Tomo I, p. 92-105.

11 D'ailleurs, j'ai construit une base de données établie à partir du recensement de 1990 qui permet l'observation des niveaux d'emploi, des revenus et des conditions de logement et de services publics dans dix-sept villes moyennes réparties dans tout le pays. Ces données ont validé en effet les propos soutenus dans l'énoncé du paradoxe.

12 Le lecteur peut me reprocher, à juste titre, que ce type de contradictions ait déjà été relevé par les réformateurs de la Belle Époque. Or, entre ceux-ci et les néo-marxistes des années soixante-dix, il y a une différence fondamentale : pour les premiers, les mauvaises conditions du logement des travailleurs résultent d'un manque de conscience ouvrière, tandis que pour les néo-marxistes, comme pour les chercheurs mexicains cités, elles sont le produit d'une absence de politiques publiques. Pour les idées des réformateurs, voir Christian Topalov, « Maurice Halbwachs et les villes (1908-1912). Une enquête d'histoire sociale des sciences sociales » in Annales HSS, Armand Colin, Paris, année 52, n° 5, septembre-octobre 1997, p. 1078-1080.

13 Gilles Deleuze, Logique du sens, Minuit, Collection Critique, Paris, 1969, 392 p., p. 12.

14 Manuel Castells, La question urbaine, Maspéro, Paris, 1972, 451 p. et Luttes urbaines et pouvoir politique, Libraire François Maspero, Paris, 1973, 129 p.

15 Christian Topalov, « Hacer la historia de la investigación urbana. La experiencia francesa desde 1965 », in Sociológica, année 5, N°12, UAM-Azcapotzalco, Mexico, janvier-abril 1990, p. 197.

16 Ce même choix transparaît dans de nombreuses recherches françaises des années quatre-vingts. Voir par exemple, Godard et Cuturello, Familles mobilisées, Plan Construction, Paris, 1982 ; Campagnac et Tabary Taveau, op. cit. ; Michel Pinçon, « Habitat et modes de vie : la cohabitation des groupes sociaux dans un ensemble HLM », in Revue Française de Sociologie, n° 22, Paris, octobre-décembre 1981.

17 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (éds.), Le logement, une affaire de famille. L'approche intergénérationnelle des statuts résidentiels, Éditions L'Harmattan, Paris, 1993, p. 11.

18 Dans le chapitre préliminaire j'explique les détails du travail de terrain.

19 Voir : Diccionario del español usual en México, El Colegio de Mexico, 1996, s. v. Navegar.

20 Bruno Lautier et jaime Marqués-Pereira, « Représentations sociales et constitution du marché du travail. Employées domestiques et ouvriers de la construction en Amérique latine », in Cahier des Sciences Humaines, vol. 30, n° 1-2, Paris, 1994, p. 303-332.

21 Tonatiuh Guillén, « Servicios públicosy marginalidad... », art. cit.

22 Complexité qui, d'ailleurs, ne nous permet guère de faire abstraction de la réflexion qui oppose l'individuel et le social ou la liberté et le déterminisme, comme Bonvalet et Gotmant l'avaient proposé dans le paragraphe cité ci-dessus.

23 Voir, par exemple, Francis Godard, « Sur le concept de stratégie » in Bonvalet et Fribourg, Stratégies résidentielles, Travaux et documents INED/Plan de Construction et Architecture, Paris, 1990, p. 9-22.

24 André Beaufre, Introduction à la stratégie, Armand Colin, Paris, 1963, deuxième édition, Hachette, Collection Pluriel, Paris, 1998, 192 p., voir p. 185 (souligné par l'auteur A. B.)

25 Michel Crozier, L'acteur et le système, Seuil, Paris, 1977.

26 Danielle Chabaud-Rychter, « La famille comme acteur social », in Stratégies familiales et emploi. Perspective franco-brasiliene, Cahiers du GEDISST, IRESCO-CNRS, Paris, 1992, p. 11-20.

27 Andrée Michel, Sociologie du mariage et de la famille, Presses Universitaires de France, Collection SUP, 1976. Cité in Francis Godard, La famille une affaire de générations... op. cit. p. 31.

28 Francis Godard, op. cit. p. 7-8.

29 Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers, Presses Universitaires de France, Paris, 1990, p. 32.

30 Je parle particulièrement des travaux de Christian Topalov, Jordi Borja, Henri Coing, Jean Lockjine, entre autres.

31 Lucia Bazan, Cuando una puerta se cierra cientos se abren. Casa y familia : Los recursos de los desempleados de la refinería 18 de marzo, CIESAS, colección « Antropologías », México, 1999, 180 p. Roberto Sánchez, « Condiciones de vida de los... », art. cit. Elizabeth Campagnac et Lydia Tabary-Taveau, Transformation des modes de vie et habitat ouvrier... op. cit.

32 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (éds.), op. cit.

33 Catherine Bonvalet et Anne Gotman (éds.), op. cit., p. 11.

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter