Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Préface

Christian Topalov

Texte intégral

1Ce livre est le fruit d'un chemin très personnel que Claudia Zamorano a parcouru entre plusieurs mondes.

2Entre deux mondes intellectuels, d'abord : celui de ses professeurs et condisciples au Mexique et celui de leurs homologues en France. Lorsqu'elle entreprit sa recherche, au milieu des années 1990, le décalage des langues savantes, des façons de faire, des rapports à l'objet était troublant : les approches structurales et néo-marxistes venues de France que les sciences sociales mexicaines s'étaient vigoureusement appropriées n'avaient plus cours en leur lieu d'origine. Ce paradoxe, il a fallu le reconnaître et l'apprivoiser, puis le faire travailler en mettant à l'épreuve chaque tradition à l'aide d'objections issues de l'autre.

3Chemin parcouru, aussi, entre deux mondes plus lointains encore : celui de l'université et celui des familles ouvrières de Ciudad juarez. Une ville si distante de Mexico – comme si elle appartenait à un autre Mexique – et des familles socialement si différentes de celle de l'enquêtrice, qui, pourtant, par hospitalité ou par curiosité, ont bien voulu la recevoir, longuement, et lui conter leur histoire.

4Entre tous ces mondes, Claudia Zamorano a su naviguer et le résultat du voyage est un ouvrage profondément original qui permet de revisiter les grandes questions d'une industrialisation et d'une urbanisation accélérées à partir du point de vue et des actions des familles les plus invisibles à qui regarde la société par le haut.

5Le sujet invitait en effet aux larges fresques. Au cours des deux dernières décennies, des millions de personnes ont passé et repassé la frontière entre Mexique et Etats-Unis en ce point du Rio Bravo. Beaucoup s'y sont arrêtées, bon gré ou mal gré, pour se poser avant de repartir ou se fixer pour de bon. Prises ensemble, elles ont fait exploser les courbes de croissance de la population urbaine sur la rive méridionale du fleuve et prospérer des industries légères d'assemblage et de sous-traitance (maquiladoras) nées d'investissements venus du monde entier. Dans un tel tourbillon de l'histoire, la tentation existait d'en écrire l'épopée – que ce fût celle du décollage industriel et de la modernité, ou celle de l'exploitation et des illusions perdues.

6La décision intellectuelle majeure de Claudia Zamorano fut de réinterroger des phénomènes ordinairement traités avec les outils d'une description macro-sociale, à partir d'une étude détaillée des familles et maisonnées qui en furent les acteurs. Elle ne substitue pas pour autant le « micro » au « macro », elle tente de les interpréter l'un par l'autre : les marchés du travail, les filières d'accès au logement, les itinéraires migratoires sont liés entre eux par les stratégies des familles et celles-ci ne peuvent être comprises hors des cadres globaux qui les contraignent. Comment décrire la société des individus ? C'est bien la question que pose Claudia Zamorano – qui aime citer Elias. Mais le groupe domestique est son unité d'analyse et ses individus sont toujours « en famille ».

7On pourrait décrire ce livre comme une succession de plans dans des focales de plus en plus rapprochées : un cadrage large sur l'industrie et le développement urbain, un traitement plus fin d'une centaine de familles, le gros plan enfin sur quelques familles ou frérèches et les individus qui les composent. Les outils de la description s'accordent à ce mouvement : les cartes à grande échelle et les statistiques sur la ville entière d'abord, les comparaisons de généalogies et d'itinéraires ensuite, enfin les plans de maisons montrant les usages à l'échelle fine des pièces – une partie de l'enquête particulièrement neuve et exemplaire.

8Relevons, dans les plans larges, quelques découvertes : le poids considérable dans les villes de la frontière de statuts d'occupation qui ne sont ni la location, ni la propriété ; l'importance du phénomène de prêt du logement qui est aussi, symétriquement, une prise en charge gratuite de celui-ci lorsque le propriétaire s'absente ; le développement d'une cohabitation en vecindad dont les modalités morphologiques dépendent des évolutions des maisonnées propriétaires ; les séquences complexes de statuts d'occupation différents pour une même famille, qui obéissent mal à une représentation finaliste que l'augmentation globale du pourcentage de propriétaires paraît autoriser. La location domestique, l'hébergement gratuit en cohabitation (arrimados,), le prêt de logement, l'occupation sans titre d'un terrain (posesionados), autant de situations que la loi ignore et que la statistique peine à saisir, mais dont chacun connaît les droits et les devoirs qui y sont attachés. Comme il arrive souvent, l'enquête ethnographique révèle les artefacts statistiques et, en même temps, permet de donner un sens à la bizarrerie des chiffres.

9C'est tout l'intérêt de ces changements de focale : les résultats obtenus à l'une des échelles de l'enquête perturbent, modifient ou interrogent ceux qui le sont à une autre.

10Un exemple. D'autres études ont mesuré l'évolution de la participation féminine et masculine dans la main-d'œuvre de l'industrie maquiladora. L'enquête de Claudia Zamorano permet de différencier ces hommes et ces femmes selon le moment de cycles de vie insérés dans des histoires familiales et des trajectoires migratoires diversifiées. Du coup, les statistiques globales peuvent être l'objet de nouvelles interprétations. Cette recherche ne disposait pas des moyens d'une enquête lourde par questionnaire, on voit bien cependant comment celle-ci aurait été possible : une telle sociologie n'est qualitative que parce qu'elle est pauvre. Mais ce que le travail d'observation a permis de faire, c'est poser clairement la question de la « disponibilité de la main-d'œuvre » et de son rôle dans le décollage économique et ses modalités. Les villes-frontières auraient-elles connu ce boom de l'industrie maquiladora s'il n'y avait eu ces jeunes filles disponibles dans ces économies domestiques et ces femmes restées à la frontière tandis que les hommes la franchissaient pour tenter leur chance au Nord ? La seconde phase de l'industrialisation aurait-elle eu lieu sans les augmentations de salaires qui seules ont pu décider les jeunes hommes à accepter l'humiliation de ce travail subordonné ?

11L'emboîtement paraît total entre des ordres de déterminations profondément hétérogènes : législations nationales sur les mouvements de capitaux, dévaluation du peso, politiques d'immigration étatsuniennes, stratégies industrielles des grandes firmes d'un côté et, de l'autre, micro-décisions de ces hommes et de ces femmes, gouvernées par leurs représentations de leur statut, du passé et de l'avenir familial. Peut-on dire que cela ne compte pour rien et que les petits finissent toujours par s'adapter aux décisions des grands ou aux logiques structurelles ? Un grand nombre d'actions minuscules finissent parfois par produire des effets analogues à ceux que l'on attribue à l'action collective.

12Autre exemple, qui concerne cette fois les politiques du logement. Les cadres institutionnels – qui changent au gré des décisions gouvernementales – sont pour les populations des ressources qu'elles utilisent à leur manière dans des logiques qui se transforment selon d'autres rythmes et déterminations. D'où la possibilité de décrire les politiques publiques d'une autre façon, « par en bas », en quelque sorte. Ainsi la politique « efficientiste » du maire élu sous les couleurs du Parti d'action nationale en 1983 affecte les voies « traditionnelles » d'accès aux terrains et, en même temps, elle les reconstitue partiellement puisqu'elle privilégie une association au détriment d'une autre sans bouleverser les règles. Il y a là matière à une interprétation politique, évidente au demeurant, mais aussi une occasion de constater que des moments politiques de signe opposé peuvent avoir, pour les familles, des significations presque identiques.

13Le temps des stratégies familiales, celui des investissements industriels et celui des politiques des diverses institutions gouvernementales sont assurément distincts. Si le premier est globalement rythmé par les deux autres, dans certaines conjonctures, il n 'est pas sans effet sur elles, loin de là. Merci à Claudia Zamorano de l'avoir si bien montré.

Auteur

EHESS-PARIS

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter