Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et pouvoirs en Amérique latine

 | 
Renée Fregosi

Postface

Renée Fregosi

Texte intégral

  • * Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en science politique. IHEAL/CREDAL.

1Note portant sur l’auteur*

SOLDAT EN TENUE DE PARADE DEVANT LE PALAIS PRÉSIDENTIEL À QUITO (ÉQUATEUR). CLICHÉ : ALAIN MUSSET.

2La question militaire se pose en Amérique latine dès l’origine des États indépendants et elle est toujours liée à la question de l’État : de sa constitution à sa décomposition actuelle, en passant par la formation de la matrice étato-centrique au sein des républiques oligarchiques, son épanouissement sous la forme de l’État populiste et sa déstructuration par les dictatures bureaucratico-militaire et l’ultralibéralisme. De la concurrence entre les armées privées et l’émergence de forces armées nationales, des clivages politiques au sein des forces armées aux divergences de projets nationaux entre militaires, des déchirements entre intérêts nationaux et uniformisation continentale au grand écart entre missions locales et internationales, les armées ont toujours subi une tension entre forces centrifuges et sentiment d’unité.

3Comme à propos de nombreux sujets, la question militaire en Amérique latine fait sans doute apparaître (selon l’image de Alain Rouquié) comme à travers un miroir grossissant les problèmes de toutes les armées. Si l’on considère que la politique est la gestion des rapports de forces entre les nations et au sein des sociétés nationales, guerre et paix sont les deux versants des relations internationales comme gouvernement militaire et gouvernement civil sont deux faces des relations politiques, violentes et pacifiques. Dans le contexte de gestion pacifique des rapports de forces sociales et internationales, l’institution militaire est une construction foncièrement paradoxale : détentrice des armes physiques de la puissance, détentrice de la force, elle ne peut en faire usage que selon les injonctions d’une institution extérieure à elle, une institution qui de par sa seule autorité morale et symbolique s’impose aux corps armés.

4Guerre et diplomatie d’une part, domination par la force ou d’autres instruments (référence transcendante, charisme, raison et légalité...) d’autre part, constituant ensemble la réalité globale du politique, l’armée est à la fois foncièrement politique dans son essence, et condamnée à l’inaction et à la soumission au pouvoir civil en temps de gestion pacifique des conflits. Essentielle ou totalement superflue, l’armée se constitue en corporation étrange et inquiétante, toujours à la limite de la schizophrénie, défendant ses prérogatives propres au nom de la patrie dont elle est en effet l’ultime défenseur en cas de conflits violents. Mais toute la question est de savoir délimiter les situations pacifiques et violentes. Tant au niveau international, si l’on en reste au constat de Raymond Aron « guerre improbable, paix impossible », qu’au niveau national, les rapports de forces évoluent sur une échelle graduée continue entre la violence ouverte extrême et la paix assurée ; des éléments de violence étant toujours présents en temps de paix et des germes de paix restant toujours vivants au paroxysme de la guerre.

5Si l’on se concentre sur l’étude des rapports de forces internes aux sociétés jusqu’à la seconde moitié du xxe siècle (où les limites entre intérieur et extérieur se font de plus en plus floues), on constate, tout spécialement en Amérique latine, que l’intrication entre violence et relations pacifiques est très complexe et que la démocratie se mêle étroitement à l’autoritarisme sous ses diverses formes. Les militaires vont donc se trouver imbriqués dans la vie politique nationale plus étroitement encore qu’en Europe (présentant elle-même des figures variées et multiples du militarisme tout au long du xixe siècle et jusqu’à la seconde moitié du xxe, en France par exemple jusque dans les années 50-60). Partout en Amérique latine et depuis le xixe siècle, le coup d’État à proprement parler n’est qu’une des formes - relativement récente - de la violence politique dans la région. On pourrait même dire que d’une certaine façon, les pays qui connaissent la plus grande violence politique sur de longues périodes ne sont pas ceux où se produisent le plus de coups d’État : ainsi en est-il de l’Amérique centrale en générale (hormis le Costa Rica) et notamment au Guatemala et au Salvador.

6Au Guatemala, la United Fruit Company, domine le pays jusqu’au gouvernement de Jacobo Arbenz, élu en 1951 lors d’une élection libre succédant au progressiste Juan José Arevalo (qui depuis 1944 avait subi 28 tentatives de coups d’État !). Dès 1954, les États-Unis organisent la chute du gouvernement et soutiennent la répression par les putschistes. À partir de cette époque, les régimes militaires vont se succéder, provoquant résistance armée et guerres civiles, soutenant escadrons de la mort et contre-guerrillas paramilitaires. Au Salvador, les premières élections libres avaient eu lieu en 1931 mais le président progressiste élu, Arturo Araujo, ne resta que quelques mois. Le coup d’État du général Maximiliano Hernández et l’insurrection communiste en janvier 1932 provoque une féroce répression, la matanza : 30 000 morts (soit environ 4 % de la population) parmi lesquels Augustin Farabundo Marti et tous les dirigeants du PC. Les militaires ne quittent plus le pouvoir jusqu’aux accords de paix de 1992 au Salvador et en 1996 au Guatemala.

7Quant à la Colombie, elle est sans doute le pays latino-américain qui connaît la plus forte violence sur le long terme avec la guerre civile de 1948 à 1957 (300 000 morts) et des guérillas depuis 1958 qui étendent leurs combats sur l’ensemble du territoire jusqu’à nos jours, c’est aussi le seul pays qui n’a pas connu de coup d’État à proprement parler. Pourtant, le conflit autour de la possession de la terre et la violence de la domination des grands propriétaires terriens constituent sans doute le facteur déterminant jusqu’à aujourd’hui de la démocratie surréaliste qui perdure en Colombie : d’un côté, des terratenientes qui lèvent des milices pour combattre les paysans pauvres et les guérillas, des narco-trafiquants qui profitent des combats et des carences de l’État pour s’implanter sur de vastes territoires, des guérillas qui se professionnalisent et se tournent vers l’économie de la drogue et le banditisme, des forces armées nationales qui utilisent les paramilitaires pour empêcher le retour à la politique civile des mouvements de gauche ; de l’autre côté, des élections régulières et des avancées constitutionnelles remarquables.

8Tout d’abord, il faut souligner que durant tout le xixe et le début du xxe, tout changement de gouvernement (c’est-à-dire de président, car l’Amérique latine connaît presque exclusivement dans son histoire des régimes de type présidentiel dévoyés en régimes présidentialistes) avant son terme et de façon violente, ne constitue pas à proprement parler un coup d’État. En Amérique latine en effet, l’autoritarisme politique a, depuis les Indépendances, fait bon ménage avec la république et des formes limitées de démocratie. D’une manière générale, on peut dire que, avant de devenir la modalité privilégiée de changement de régime sous la forme du coup d’État, le coup de force politique constitue le mode alternatif de changement de gouvernement par rapport à l’élection. Et même, la façon la plus commode de régler les rapports de forces à l’intérieur d’un même parti politique entre fractions rivales. Dans le contexte de la démocratie frauduleuse, comme dit Georges Béarn dans La décade péroniste, la prise du pouvoir se conçoit uniquement dans la violence : violence de la fraude sur les électeurs et sur la partie adverse, violence de l’usage ou de la menace de la force pour changer de gouvernant.

9Ainsi, tout au long du xixe siècle, l’Argentine ne connaît qu’un seul parti au sein duquel les luttes entre les tenants de l’oligarchie font rage et se règlent par les urnes clientélistes ou par les armes. Les électeurs ne sont d’ailleurs pas systématiquement sollicités même lorsque la passation de pouvoir se fait pacifiquement ; souvent, le président sortant désigne son successeur comme en 1886, Julio Argentinio Roca qui a pris le pouvoir en 1880 et installe son beau-frère, Miguel Juarez Celman, à sa place jusqu’en 1890. En Argentine, les premières élections pluralistes libres auront lieu en 1912, mais l’arrivée au pouvoir des radicaux en 1916 provoquera la dissolution du PAN, détournant de la joute électorale les conflits devenus plus complexes au sein des membres de l’oligarchie d’une part et entre ceux-ci et les nouvelles couches sociales urbanisées d’autre part. Ainsi, dès 1930, l’élection ne sera déjà plus la modalité privilégiée de changement de gouvernement.

10Au Paraguay, à l’issue de la guerre de la Triple Alliance en 1870, la démocratie électorale tentera de s’imposer mais la violence et le militarisme l’emporteront jusque dans les années 20. Lors d’une première période de démocratie relative de 1912 à 1922, un président fait enfin son mandat, Eduardo Schaerer, de 1912 à 1916, et son successeur, Manuel Franco, tient jusqu’à sa mort en 1919. Ce dernier est ensuite remplacé par José Montera jusqu’à la désignation de Manuel Gondra en 1920, qui renoncera en 1921 pour céder la place à Eusebio Ayala, à qui il succédera par élection à la suite d’une guerre civile en 1922. Après, les seules élections présidentielles à plusieurs candidats ont lieu en 1928 pour l’élection du démocrate-social José Guggiari qui, à la suite du libéral-démocrate Eligio Ayala, président de 1924 à 1928, restera au pouvoir malgré des attaques violentes de l’opposition jusqu’à ce qu’il remette le pouvoir à Eusebio Ayala en 1932. Mais, dès 1936, les coups d’État vont devenir l’instrument de l’autoritarisme militariste pour empêcher tout mouvement de démocratisation.

11D’ailleurs, en Amérique latine, les termes de coups d’État et de révolution ne sont pas forcément antithétiques comme il peut sembler, de prime abord, de ce côté-ci de l’Atlantique à partir des années 1970-80, la révolution et le coup d’État formant un couple d’opposés qui se renforcent l’un l’autre. En effet, avant d’être castriste, guévariste ou trotskiste, la révolution latino-américaine est essentiellement nationale, quelle que soit la teneur du projet politique qu’elle est censée porter. Ainsi, le terme révolution est employé très fréquemment au Paraguay : chaque fois qu’un nouveau groupe accède ou tente d’accéder au pouvoir, il parle de révolution : démocratie électorale contre autoritarisme militaire lors de la révolution libérale de 1904 ou autoritarisme social contre autocratie oligarchique de la révolution fébrériste de 1936, le peuple est convoqué mais rarement mobilisé réellement. Mais le mot « révolution » est aussi utilisé dans le cas de coups personnalistes par des militaires comme le colonel Jara qui se fait élire par un parlement terrorisé en février 1911, et provoque une autre « révolution » en mai 1912. Les guerres civiles aussi y sont appelées révolutions : guerres civiles opposant des factions progressistes et autoritaires, en octobre 1891, en 1922-1923 en 1947.

12En Argentine, le terme de « révolution » est plutôt réservé aux coups d’État d’inspiration explicitement fasciste : 1930, 1943, 1966 (les autres coups d’État sont davantage des restaurations). Nous sommes là en quelque sorte dans la logique antidémocratique de Malaparte : est révolutionnaire un coup d’État qui prétend mettre fin à l’ordre libéral par la rupture avec l’élection comme mode de prise du pouvoir. Poussant le paradoxe à son terme, on peut dire que les coups d’État des populistes seraient caractérisés comme réactionnaires par Malaparte dans la mesure où ils conduisent à une affirmation de l’acte électoral : Velasco Alvarado et jacobo Arbenz, Getulio Vargas lui-même et plus encore Joao Goulard, Omar Torrijos, et même Peron d’une certaine façon qui après avoir participé à la dictature instaurée par le coup d’État de 1943, se fait élire à deux reprises. Tous ces apprentis démocrates seront chassés du pouvoir légalement acquis par des coups d’État militaires.

13Le pouvoir politique relevant jusqu’à la fin du xxe siècle, d’une domination extrêmement brutale, seule la violence semble pouvoir le changer. Ainsi, le terme d’« officialisme » très utilisé au Paraguay notamment, est significatif : il implique que le pouvoir acquis est maintenu à tout prix et que l’alternance n’est jamais acceptée pacifiquement. Ceux qui sont au pouvoir, sont les officialistes, obligeant l’opposition à la révolution. Est alors appelée révolution toute tentative aboutie ou non, de changement de la règle du jeu politique quelles que soient les modalités du changement, coup d’État militaire, guerre civile, coup de force politique pour instaurer un ordre nouveau fascisant ou encore la légalité démocratique par des élections libres, la domination d’un parti ou d’une fraction, d’un groupe ou d’un courant traversant les partis.

14Ainsi, la tenue d’élections libres peut, elle aussi, être considérée comme une révolution, lorsqu’elle s’impose face à la force des armes. Pourtant, d’une certaine manière, l’installation de la démocratie, par la pacification des relations sociales qu’elle implique, s’inscrit en faux contre la logique révolutionnaire du changement par la violence. Mais elle se réalise par une sorte de révolution culturelle face à une culture politique dominante, profondément autoritaire et violente. D’ailleurs, les tentatives d’instauration de régimes démocratiques seront systématiquement battues en brèche par le retour de la violence militaire jusqu’aux restaurations démocratiques des années 80. Toutefois, les militaires se sont partagés dans les différents camps : progressistes ou réactionnaires, démocrates et autoritaires. L’histoire du Venezuela est sans doute à cet égard une des plus éclairantes.

15Comme le rappelle Daniel van Eeuwen, la modernisation politique dans ce pays s’est effectuée à travers des gouvernements civilo-militaires. Dès 1830, comme dans le reste du continent, les militaires prennent en charge le pouvoir politique et ils ne s’effaceront plus de la scène politique qu’à partir des années 60. De 1928 à 1958, l’ouverture démocratique sera orchestrée par des alliances entre civils et militaires et la « civilisation » de la vie politique durera tant que les effets de l’État-Providence mis en œuvre grâce à la manne pétrolière se feront sentir. Aussi ne faut-il sans doute pas s’étonner de la réapparition d’un militaire, Hugo Chavez, en 1992, lorsque les tensions sociales sont redevenues extrêmes, dans un contexte de crise économique et morale, et de paupérisation massive.

16La militarisation de la vie politique est en effet une constante en Amérique latine, dans la mesure où la violence y est toujours à l’œuvre entre les différents groupes sociaux et politiques. La reconnaissance de l’Autre reste le problème central. Il va commencer à trouver sa résolution dans le monde politique par la mise en route des processus de transition à la démocratie et des processus de paix. La pacification de la vie politique par l’acceptation consensuelle du vote libre comme mode de désignation des dirigeants a constitué l’acte fondateur des nouvelles démocraties à partir des années 80. Les différents partis commencent alors à faire système, par la reconnaissance mutuelle de l’autre et par l’acquiescement au partage de la représentation nationale entre différentes forces politiques.

17Mais la question de la reconnaissance de l’Autre social n’est pas encore acquise. Si la démocratie s’enracine, faisant reculer l’emprise des militaires devenus inutiles et illégitimes au gouvernement, il n’en va pas de même de la démocratie conçue comme gestion pacifique des conflits sociaux. Tout un courant de la science politique définissant la démocratie comme strictement politique, refuse de l’articuler à la démocratie sociale et partant, qualifie tout antagonisme d’intérêts comme conflit mettant en péril la démocratie politique. Le conflit devrait donc être étouffé pour éviter le risque de l’ingouvernabilité. Le spectre du règlement des conflits par la force refait alors surface, malgré la volonté affichée par les militaires nationaux de se consacrer à d’autres sphères d’activités plus lucratives, comme l’indique bien Rut Diamint. Et comme le souligne avec sagesse Hubert Gourdon dans un article de la revue Pouvoirs (2001, n° 98) : « L’armée dispose toujours de l’usage des armes et d’une organisation dont l’efficacité est garantie par une professionnalisation très ancienne. »

18La militarisation de la vie politique latino-américaine semble prendre alors une nouvelle fois la forme de l’internationalisation. Non plus comme au temps de l’École des Amériques et de la doctrine de Sécurité nationale, mais selon “l’axe du mal” du terrorisme et du narcotrafic d’une part, et de la bonne gouvernance d’autre part. Dans les États post-Sécurité nationale, voir post-nationaux, les forces armées latino-américaines semblent en effet se reconvertir en une sorte de gendarmerie transnationale dont les missions subsument les frontières de plus en plus théoriques et s’harmonisent avec les impératifs de la gouvernance mondiale qui dénie aux gouvernements locaux toute initiative ou marge de manœuvre en matière de résolution des conflits sociaux par la négociation et les compromis mutuels. C’est du moins une tendance forte qui semble se dessiner aujourd’hui. Mais rien n’étant inéluctable, les États latino-américains, leurs forces armées et leurs sociétés civiles, tenteront peut-être une autre issue, à l’échelle régionale probablement.

Notes de fin

* Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en science politique. IHEAL/CREDAL.

Table des illustrations

Légende SOLDAT EN TENUE DE PARADE DEVANT LE PALAIS PRÉSIDENTIEL À QUITO (ÉQUATEUR). CLICHÉ : ALAIN MUSSET.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 966k

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540