Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et pouvoirs en Amérique latine

 | 
Renée Fregosi

Deuxième partie. Les pouvoirs de l'armée

Forces armées, police et gouvernements civils en Bolivie : une relation institutionnelle conflictuelle

Jean-René Garcia

Texte intégral

  • * ATER - IHEAL/CREDAL

1Note portant sur l'auteur*

  • 1 Simon Bolivar, « Mensaje del Libertador Simón Bolívar al Congreso Constituyente de Bolivia con mot (...)

« L'Armée est chargée de garder la frontière. Dieu nous protège qu'elle retourne ses armes contre les citoyens1 ».
Simon Bolivar

2L'histoire des Forces armées en Bolivie est marquée par deux caractéristiques essentielles.

3Tout d'abord, dans la mémoire collective, les Forces armées ont perdu toutes les guerres engagées contre leurs voisins : « Guerre du Pacifique » (1879-1880) « Guerre de l'Acre » (1898-1903) et « Guerre du Chaco » (1932-1935) (Mesa, Gisbert, Mesa, 1999). La première guerre a entraîné la perte du littoral maritime en faveur du Chili, la seconde celle d'un territoire amazonien étendu en faveur du Brésil, la troisième celle d'un immense territoire du sud (le Chaco) en faveur du Paraguay. L'Armée en Bolivie n'a donc pas réussi depuis le xixe siècle à défendre l'intégrité du territoire national contre l'envahisseur étranger.

4Ensuite, les militaires, jusqu'à la transition démocratique des années 1980, n'ont jamais été véritablement soumis au pouvoir civil et ont agi comme un acteur politique indépendant. Dans le cours de cette hasardeuse histoire militaire, les Forces armées boliviennes ont participé à des coups d'État, massacré des ouvriers et des paysans rebelles, subi des déroutes face à des insurrections populaires, affronté la guérilla de Che Guevara, gagné des élections démocratiques et réformé des Constitutions. Les massacres ont eu divers victimes, contextes et dimensions, mais ils symbolisent, dans l'imaginaire collectif, la relation dramatique entre les militaires et les citoyens en Bolivie.

5Pourtant, à partir de 1982, la Bolivie s'engage dans un processus de transition démocratique. Le rôle des Forces armées va alors évoluer dans la mesure où elles acceptent enfin de se soumettre au pouvoir civil élu démocratiquement par les citoyens boliviens.

6Ainsi, à la fin de la Guerre froide qui certainement accéléra le mouvement de transition démocratique, les Forces armées boliviennes avaient perdu une large marge d'expression politique. Peut-on affirmer que ce retrait de l'armée a un caractère définitif ?

7Les sciences sociales encore influencées par la thèse du sens inéluctable de l'histoire présentaient un modèle explicatif se voulant « scientifique » qui affirmait à l'issue de la chute du mur de Berlin l'inévitabilité d'une évolution démocratique enracinée profondément (Kourliandsky, 2003 : 64). Ces phases de transition et de consolidation démocratique ont donné naissance à une science « la transitologie » et la « consolidologie », dont les concepts auraient acquis une certaine scientificité (Blanquer, 2001 : 38).

8En bref, la transitologie ne s'institue comme une branche de la science politique que pour découvrir le moment d'une histoire où ses analyses ne seraient plus pertinentes. En effet, les transitions ont laissé la place, tant en Europe qu'en Amérique latine, à des processus de démocratisation. Il fallut donc tenir compte de ces évolutions et de leurs problématiques sous-jacentes en créant une nouvelle branche la « consolidologie ».

9Force est de constater que la Bolivie, depuis les processus de transition et de consolidation démocratiques, est fortement déstabilisée non seulement par ses contradictions sociales mais aussi par ses crises économiques et financières souvent durables. Dans ces conditions, on peut constater que les Forces armées peuvent apparaître à nouveau comme un recours incontournable pour les acteurs politiques afin de répondre aux crises sociales. Mais les faits peuvent échapper aux concepts évolutifs et déterministes forgés par ce type d'analyse.

10Il est donc fondamental de s'interroger sur la place et le rôle des Forces armées en Bolivie depuis le retour à la démocratie des années 1980. Corrélativement, il faudra analyser l'évolution de l'Institution militaire bolivienne et les nouvelles missions qui lui sont attribuées depuis les premières années de ce nouveau siècle.

LE RÔLE DES FORCES ARMÉES DANS LE PROCESSUS DE TRANSITION-CONSOLIDATION DÉMOCRATIQUE EN BOLIVIE

Les coups d'État récurrents des Forces armées dans l'histoire bolivienne

11La Bolivie est généralement considérée par les chercheurs comme le pays qui détient le record de coups d'État militaires (Lavaud, 1991 :19). Les changements de président par la violence sont la règle : « La durée du mandat présidentiel est plus courte au xixe siècle qu'au xxe siècle et s'est encore raccourcie de 1964 à 1982, date qui marque le retour à la démocratie dans ce pays », remarquait un historien bolivien (Mesa, 1983 : 80). La moitié des 74 présidences boliviennes jusqu'en 1982 l'ont été de facto et 26 d'entre elles proviennent de coups d'État (14 sur 18 dans la période 1964-1982).

12Mais c'est essentiellement à partir des années soixante en raison du contexte international de la Guerre froide et des succès de la Révolution cubaine que s'est banalisée en Bolivie, comme dans d'autres pays d'Amérique latine, la prise du pouvoir par les militaires lors des « coups d'État préventifs » (Dabène, 1997 : 132). De 1964 à 1978, la Bolivie connaît donc neuf dictatures militaires avec des brèves périodes de gouvernement civil. Ce n'est qu'en 1977 que le général Banzer qui, après sept années de pouvoir autoritaire, doit faire face aux mouvements de protestations internes et externes (Lavaud, 1979 : 16-27), cède finalement le pouvoir et convoque des élections générales pour le 9 juillet 1978.

  • 2 Décret-loi du 24 novembre 1978.

13Le pouvoir de transition du général Padilla décide, pour la tenue de ces élections, de remettre en vigueur l'intégralité de la Constitution du 2 février 19672 qui avait été suspendue le 26 septembre 1969 après le coup d'État militaire du général Alfredo Ovando Candia. Les élections de juillet 1978 ont donc pour objectifs, d'une part, d'élire un président et un vice-président de la République, d'autre part, de désigner un Congrès composé de députés et de sénateurs.

14Lors de la première consultation électorale générale de 1978, on observe, grâce à la loi électorale adoptée en même temps que la Constitution de 1967, la création de plus de soixante-dix partis politiques pour un pays, à l'époque, de moins de 6 millions d'habitants. Selon l'article 90 de la Constitution bolivienne, la tâche d'élire le président de la République revient au Congrès (Constitución Política del Estado, 1999 : 26). Mais, dans ce contexte de multipartisme exacerbé, le Congrès ne parvient pas à élire un président de la République qui puisse rencontrer un consensus majoritaire de l'ensemble des forces politiques. De ce fait, de 1978 à 1980, la Bolivie connaît trois consultations électorales qui s'achèvent toutes par des coups d'État ou des situations d'impasses inconstitutionnelles.

15Finalement, le 18 juin 1980, après deux années d'instabilité politique, un triumvirat, avec à sa tête le général Garcia Meza, s'empare du pouvoir à La Paz. Son régime autoritaire marquera pendant longtemps le peuple bolivien, corruption et narcotrafic se développant sous la tutelle des autorités gouvernementales.

  • 3 Le 15 janvier 1981, neuf dirigeants du MIR sont assassinés par les forces militaires du général Ga (...)

16De plus, la répression contre les syndicats et les forces politiques de gauche sera féroce, le gouvernement utilisant de manière systématique la torture et l'assassinat politique afin de se maintenir au pouvoir3.

17Mais, après la chute de Garcia Meza et le retour à la démocratie en 1982, les Forces armées boliviennes, à l'instar des autres pays d'Amérique latine qui entrent eux aussi dans un processus de transition démocratique, n'ont plus la capacité d'intervenir directement sur la scène politique. Hubert Gourdon rappelle les raisons qui expliquent le retour des militaires dans leurs casernes et leur retrait du champ idéologique en Amérique latine : « On peut citer une pacification idéologique de ces sociétés dont les intellectuels, dessaisis par l'histoire d'un marxisme autrefois érigé soit en utopie, soit en mythes propagateurs de violence, identifient à la démocratie. Un deuxième argument à l'appui de ce retrait des militaires évoque la conversion des États-Unis qui firent le choix de confier exclusivement au jeu aléatoire de ce pluralisme les impératifs de leur géopolitique impériale. L'ancrage historique de ce pluralisme conforté en Amérique latine par deux siècles de constitutionnalisme contraindrait, par ailleurs, les militaires à exercer le pouvoir politique, lorsqu'ils s'en sont saisis, dans le seul but de restaurer le plus rapidement possible les conditions sociales, politiques et juridiques de leur retrait » (Gourdon, 2001 : 117).

18Mais si ces explications peuvent être avancées pour analyser la situation bolivienne, elles s'accompagnent d'une crise d'identité de l'institution militaire issue du discrédit lié à sa participation active à la dictature sanglante du général Garcia Meza. Les Forces armées décident alors, à partir du retour à la démocratie en 1982, de respecter la Constitution et de se soumettre au pouvoir civil élu démocratiquement. Selon l'article 208 de la Constitution de 1967 remise en vigueur en 1982, les missions constitutionnelles des Forces armées sont les suivantes : « Défendre et conserver l'indépendance nationale, la sécurité, la stabilité de la République, l'honneur et la souveraineté nationale, assurer l'application de la Constitution politique, garantir la stabilité du gouvernement légalement constitué et coopérer au développement intégral du pays » (Constitución Política del Estado, 1999 : 57).

19Mais ce retrait des Forces armées du champ politique et leur décision de respecter la Constitution interviennent sans aucune réforme de leur structure ce qui entraîne certaines conséquences qu'il s'agit d'étudier.

Les problèmes structurels de l'institution militaire bolivienne

  • 4 Le gouvernement d'Union démocratique populaire (UDP) est le premier gouvernement après la transiti (...)

20Lorsque Hernán Siles Zuazo accède à la présidence de la République en 1982, il est à la tête de l'UDP4, groupe parlementaire majoritaire au Congrès, et c'est à ce titre qu'il prend en charge la direction de l'exécutif, mais il ne bénéficie pas pour autant d'une majorité absolue au Congrès. Tout au long de son mandat, le gouvernement doit subir une opposition parlementaire virulente du MNR et de l'ADN. Par ailleurs, la COB, principal syndicat bolivien, déçue par les faibles résultats du gouvernement de gauche, auquel participent des ministres communistes, entame, elle aussi, une opposition populaire ponctuée de grèves générales. Le MIR de Jaime Paz Zamora, qui participe au gouvernement d'UDP, prend peu à peu lui aussi ses distances avec la montée de la crise économique (Hoy, 1983) et ses ministres démissionnent finalement du gouvernement le 9 janvier 1983 (Peñaranda, Chavez, 1992 : 362-363). Les divergences internes de l'U.D.P., l'opposition syndicale et parlementaire sapent ainsi les bases politiques et populaires de Siles Zuazo. Cette désorganisation croissante du système politique affecte le gouvernement d'UDP qui, ne parvenant pas à faire face à cette crise politique, perd rapidement sa légitimité et entraîne la Bolivie dans une crise économique et sociale sans précédent (Garcia, 2002 : 125).

21Paradoxalement, face à ce blocage politique, les Forces armées vont devenir le meilleur soutien du régime. On observe ainsi la constitution d'un pacte entre l'Institution militaire et le président de la République. Les militaires soutiennent ouvertement le gouvernement élu démocratiquement, assurent sa pérennisation au pouvoir et le maintien de l'ordre public, en échange de quoi Siles Zuazo suspend l'épuration et le jugement des militaires responsables des exactions pendant les dictatures militaires (Quitana, Barrios, 2001). Mais une fois le soutien de l'Armée au pouvoir civil acquis, le gouvernement, préoccupé par les difficultés d'application de sa politique et les rapports conflictuels avec le Parlement, ne va pas considérer comme prioritaire la réorganisation institutionnelle de l'Armée. L'Institution militaire sera donc confrontée à un certain nombre de problèmes rendant difficile le rétablissement d'une relation institutionnelle organisée entre le pouvoir civil et les militaires.

22Avec les élections de 1985 et l'ascension de Paz Estensorro à la présidence de la République, la Bolivie entre dans une phase de consolidation démocratique qui laisse cependant de côté la réorganisation du pouvoir militaire. Si, avec juan Linz, on définit la phase de consolidation démocratique par le « développement des composantes politiques qui visent à l'accroissement de la stabilité et de la « gouvernabilité » du système démocratique » (Mayorga, 1998 :40), ces deux éléments se retrouvent en Bolivie à partir de 1985 (Linz, 1991 : 27-33).

23Premièrement, le renforcement du rôle des partis politiques, à la suite, il faut le préciser, d'une perte de légitimité de la COB, s'avère le moyen essentiel pour institutionnaliser le système politique. Pour la première fois depuis les débuts de la transition démocratique du pays, les partis politiques prennent conscience qu'après l'accord sur le mécanisme de l'élection présidentielle et l'alternance comme mode de changement démocratique, la formation d'une majorité appuyant le président est le seul moyen d'éviter les crises politiques majeures.

24Deuxièmement, la population bolivienne adhère massivement au principe des élections. Elle fait donc pression sur la classe politique pour que soit respecté le principe démocratique. Cela est démontré par le fort taux de participation aux élections de 1985 (Lazarte, 1992 : 74). La population ne répond donc plus aux consignes de la Centrale ouvrière bolivienne prônant l'abstention ou le vote blanc (Lazarte, 1992 : 69).

25Troisièmement, l'élément le plus significatif de cet engagement vers la consolidation démocratique est la formation de pactes politiques, entre les trois grands partis, pactes qui assurent la stabilité gouvernementale. Issus de la nécessité de rétablir l'autorité de l'État, de juguler la crise économique et maîtriser l'hyper-inflation, ces pactes politiques se préoccupent peu de l'institution militaire dont la marginalisation semble un fait acquis. Par ailleurs, la distribution des postes du commandement selon des logiques clientélistes des partis, sans permettre l'établissement d'un véritable débat théorique sur le rôle des militaires, suffit à consolider le retrait de l'Armée du champ politique.

26Ainsi l'institution militaire perpétura-t-elle un schéma de fonctionnement établi sous les dictatures. L'Armée continue à être structurée de manière essentiellement pyramidale avec une forte centralisation du haut commandement. Ce phénomène entraîne une contradiction entre la hiérarchie militaire centralisée et les modes de désignation politique d'un haut commandement inhérent au mécanisme de la démocratie qui vient de renaître en Bolivie.

27Dans une première partie, nous avons vu les difficultés d'adaptation des structures de l'institution militaire dans le cadre du processus de transition-consolidation démocratique depuis 1982. Il s'agit maintenant d'analyser quelles ont été les nouvelles missions de l'Armée et de la Police depuis la fin des années 1990.

LES NOUVELLES MISSIONS DES FORCES ARMÉES ET DE LA POLICE

L'intervention des Forces armées dans la sphère civile

a) La répression des mouvements populaires

28Il nous faut ici souligner un paradoxe. Si les militaires se sont retirés du champ politique, les gouvernements civils ont eu souvent recours à l'Armée dès le retour à la démocratie afin de maintenir l'ordre public menacé par des crises sociales répétées (Gourdon, 2001 : 117).

29En effet, les violences collectives qui se réalisent régulièrement dans la société bolivienne ont nécessité de la part du gouvernement plusieurs interventions militaires contribuant ainsi à se substituer à une fonction exercée normalement par la Police. L'intervention des Forces armées dans la sphère du pouvoir civil est par conséquent pour une large part sollicitée par les gouvernements légitimement élus et soutenus par la majorité des forces politiques représentées au Congrès. En effet, tous les gouvernements boliviens de 1982 à 2003 se sont servis de l'Armée pour réprimer les mouvements populaires. En 1985, la marche sur La Paz des mineurs qui viennent d'être licenciés à cause de la Nouvelle Politique économique du gouvernement de Victor Paz Estensorro est stoppée dans les faubourgs de l'Alto par des chars de l'Armée (Mesa, Gisbert, Mesa, 1999 : 704-705). Sous le gouvernement de Jaime Paz Zamora de 1989 à 1993, le président fera souvent appel aux Forces armées, notamment dans la répression des manifestations des maîtres d'école (Mesa, Gisbert, Mesa, 1999 : 714). Sous le premier gouvernement de Gonzalo Sanchez de Lozada de 1993 à 1997, l'Armée sera confrontée à la grève des mineurs de Catavi qui s'achèvera par la mort de plus de 10 personnes et 50 blessés (Quintana, Barrios, 2001). Le gouvernement du général Banzer de 1997 à 2001 utilisera systématiquement les Forces armées pour réprimer les manifestations lors de la « Guerre de l'Eau » en avril 2000 et le Blocus de La Paz en septembre de la même année causant là aussi plusieurs dizaines de victimes (Mantilla Cuéllar, 2000 : 98). En février 2003, sous le deuxième gouvernement nouvellement élu de Gonzalo Sanchez de Lozada, un affrontement sanglant entre les Forces armées et la Police en grève causera la mort de 31 personnes et au moins 200 blessés (La Razon, 2003a). Mais l'évènement le plus marquant est arrivé en octobre 2003 lors de la « Guerre du Gaz » où la répression des Forces armées contre les manifestants dans la ville de l'Alto se soldera par la mort de plus de 60 personnes. Cette répression qui se transforma en crise politique, entraîna la démission du président de la République Gonzalo Sanchez de Lozada et son remplacement par le vice-président Carlos D. Mesa Gisbert.

30Ce recours systématique aux militaires sous les gouvernements démocratiques provoque une crise d'identité de l'institution militaire qui a donc entraîné un débat sur le rôle dévolu aux forces Armées dans un cadre démocratique (Kourliandsky, 2003 : 67).

b) Les nouvelles missions des Forces armées : protection de l'environnement et ouvrages publics

31De 1998 à 2002, plusieurs lois inspirées du « Livre blanc sur la Défense » ont eu pour objet la réorganisation des missions de l'Armée bolivienne. Le « Livre blanc sur la Défense » en Bolivie, à l'instar d'autres livres blancs sur la défense nationale en Amérique latine, précise en substance qu'en certaines circonstances la défense nationale peut participer aux activités qui dépassent la fonction de défense comme par exemple les catastrophes naturelles (Poma, 2002). Mais, dès le début des années 1990, l'article 112 du décret suprême 22 407 du 11 janvier 1990 disposait que : « Les Forces armées de la nation participeront activement à la réalisation de travaux d'infrastructure sociale et productive ainsi qu'à la construction de chemins, d'écoles, de postes sanitaires, de captation d'eau potable, d'alphabétisation, de forestation, de préservation écologique, de formation de main-d'œuvre, particulièrement dans les zones frontalières » (Dermizaky, 2000 : 526).

  • 5 Ndu&CHDSClub/Argentina, La participación de las Fuerzas Armadas en la lucha contra el narcotráfico (...)

32L'affectation de missions civiles aux armées boliviennes est d'ailleurs soulignée par les militaires eux-mêmes qui revendiquent leur rôle important dans le développement économique du pays, pensant trouver ainsi une manière de reconstruire une image positive de leur Institution. Lors du 177e anniversaire de l'Armée bolivienne, le 7 août 2002, Alvin Anaya Kipes, commandant-en-chef, évoquait dans son discours introductif « les merveilleuses ressources naturelles qui doivent servir à reconceptualiser le pays » se référant notamment au gaz (La Razón, 2002). Comme il est précisé dans un document du Centro Hemisférico de Defensa (CHDS), La participación de las Fuerzas Armadas en la lucha contra el narcotráfico y la defensa del medio ambiente : « Le rôle des Forces armées se distingue par l'effort de combiner rationnellement des actions de défense et de soutien au développement des régions. Les nouvelles unités militaires offrent de plus grandes conditions et opportunités de qualification technique pour les soldats et la population civile, en plus d'appuyer des ressources et l'assistance technique aux municipalités5 ».

33Depuis quelques années, les Forces armées boliviennes vont donc s'investir dans le développement économique de la nation notamment par leur participation à de grands ouvrages publics, construction de routes ou infrastructures publiques et le contrôle de l'environnement.

34Mais la principale action des Forces armées sous les gouvernements démocratiques en Bolivie est réalisée dans la lutte contre le narcotrafic.

c) Les Forces armées et la lutte contre le narcotrafic

Première phase de l'intervention des Forces armées dans la lutte contre le narcotrafic : de 1985 à 1997

35Il faut souligner la participation croissante des Forces armées dans la lutte contre le narcotrafic depuis l'avènement de la démocratie bolivienne en 1982. Cette participation débute par un décret suprême du gouvernement de Siles Zuazo du 31 juillet 1984 qui déclarait « zone militaire » les provinces du Chapare, Arani et Caraso de Cochabamba, et Ichilo de Santa Cruz. Cette militarisation impliqua l'organisation, par le commandement-en-chef, d'une synchronisation des actions et des stratégies à travers une Force d'Action conjointe (Fuerzas de Tajeas Conjuntas, FTC) constituée d'unités des trois Armes (Terre, Mer et Air).

  • 6 Ndu&CHDSClub/Argentina, La participación de las Fuerzas Armadas en la lucha contra el narcotráfico (...)

36En 1986, sous le gouvernement de Paz Estenssoro, débute l'opération militaire « Altos Hornos ». Il s'agit d'une action coordonnée entre les Forces armées et l'Unité mobile de Patrouillage de l'Aire rurale (UMOPAR), l'objectif étant de paralyser le trafic de coca dans la région du Chapare et les départements de Beni et Pando. Cette opération dure six mois et constitue les premiers pas dans la lutte contre le narcotrafic. Le 19 juillet 1988, le Parlement vote la loi 1 008 relative au régime de la coca et des substances contrôlées qui donnera un cadre juridique à la lutte contre le narcotrafic6 et qui contient des dispositions relatives à l'intervention des Forces armées dans ce domaine. Dès le vote de la loi 1008, on peut remarquer deux volets temporels de l'intervention des Forces armées dans la lutte contre le narcotrafic. La première phase couvre la période comprise entre 1988 et 1997, à partir de la promulgation de la loi 1008. La deuxième phase se déroule durant l'application du « plan Dignité » d'avril 1998 à nos jours.

  • 7 Ndu&CHDSClub/Argentina, La participación de las Fuerzas Armadas en la lucha contra el narcotráfico (...)

37Dans les faits, il faut partir des déclarations de Carthagène en février 1990 qui instaurent une coopération renforcée entre la Bolivie et les États-Unis avec un mode d'intervention intégrée7. Ainsi l'annexe III de la déclaration de 1990 organise-t-elle une participation active et effective des Forces armées boliviennes à la lutte contre le narcotrafic en coopération avec l'aide des conseillers techniques américains.

38Dès 1990, les gouvernements successifs vont donc tout mettre en œuvre pour diminuer considérablement la production des plantations de coca. Toutefois, l'action de l'Armée fut battue en brèche par l'absence de contrôles stricts des nouvelles plantations.

39Par ailleurs, on assista à l'échec des programmes de développement alternatif. Ceux-ci se proposaient d'appuyer économiquement la production de produits substitutifs à la coca. Mais ces programmes ne furent pas couronnés de succès et ils déçurent les paysans de la zone. En effet, il ne suffisait pas de produire des denrées substitutives, encore fallait-il qu'elles bénéficient, ce qui ne fut pas le cas, de marchés d'écoulement et de prix pouvant soutenir la comparaison avec la coca et ses dérivés. Dès lors, on constata la permanence d'un haut degré de cultures de la coca (environ 48 000 hectares).

Deuxième phase de l'intervention des Forces armées dans la lutte contre le narcotrafic : Le « plan Dignité » 1997-2002

40Lorsque Banzer fut élu président de la République en 1997, il imposa le plan Dignidad, qui entendait éradiquer les cultures illégales de feuilles de coca destinées à la fabrication de la cocaïne et au narcotrafic (Gironda, 2001 : 284).

41Le « plan Dignité » présentait une stratégie intégrale qui tentait d'englober tous les aspects économiques ou sociaux relatifs à la production de feuilles de coca. Ce plan prévoyait :

  • l'application d'un programme alternatif mais, cette fois-ci, avec des moyens opérationnels tels que de forts investissements et des assistances techniques ;
  • l'élimination de toute production de coca illégale ;
  • l'application, de façon très rigoureuse, d'un plan de prohibition de plantation de coca ;
  • le développement d'une politique de prévention et de réhabilitation sociale ;
  • la promotion de la paix et la stabilité régionale, en apprenant à gérer, négocier, résoudre pacifiquement les conflits.

42Le « plan Dignité » obtint des résultats avant tout dans l'éradication des plantations de coca illégales. Les Forces armées fournirent un appui logistique et humain à la lutte contre le narcotrafic avec notamment les deux piliers-clés que constituaient l'interdiction et l'éradication.

43De 1997 à avril 2000, plus de 35 000 hectares de plantation illégale de coca ont été éradiqués par l'Armée. Les forces de police ont détruit 46 800 kilogrammes de cocaïne, 3 800 laboratoires, plus de 5 000 puits de macération de feuilles de coca, et ont détenu 14 420 personnes impliquées dans le trafic de drogue. Parallèlement, le gouvernement a développé plus de 122 000 hectares de cultures alternatives destinées à remplacer les feuilles de coca. Le « Plan Dignidad », fortement soutenu par l'Ambassade des États-Unis, a atteint ses objectifs, retirant du marché international de la drogue plus de 250 tonnes de cocaïne. Mais cette politique a eu plusieurs conséquences. Au niveau politique, la militarisation progressive du Chapare, zone principale de production de coca illégale, a entraîné de nombreux affrontements armés entre les cocaleros et l'Armée se soldant par la mort de dizaines de personnes et par la mise en œuvre de mesures répressives portant atteinte aux droits de l'homme dans cette région. Au niveau économique, on estime qu'environ 500 millions de dollars issus du marché de coca et des activités parallèles ont disparu du marché intérieur bolivien, accentuant la crise économique dans un des pays les plus pauvres d'Amérique latine. En effet, les différentes politiques d'ajustement mises en œuvre sur les conseils du FMI et appliquées avec rigueur par les gouvernements successifs n'ont pas permis, loin s'en faut, d'enrayer la pauvreté endémique. En 1997, on estime à 62 % la part de la population en dessous du seuil de pauvreté (soit près de 5 millions d'habitants sur une population de 8 millions), et à 33 % celle en dessous du seuil d'indigence (CEPAL, 2000 : 40-42). Le pays est surendetté, avec un total de 4 423,7 millions de dollars de dette extérieure.

44La crise économique, aggravée par la politique d'éradication des feuilles de coca effectuée essentiellement par les Forces armées boliviennes, a sûrement accentué les différentes crises sociales et politiques. Depuis la « Guerre de l'Eau » en avril 2000 jusqu'aux événements récents de février 2003 et ceux d'octobre 2003, le pays subit des affrontements réguliers entre la population et l'Armée. En se substituant aux policiers pour l'accomplissement des tâches d'éradication des feuilles de coca et de répression de mouvements populaires, l'Armée, qui a bénéficié de l'aide financière des États-Unis, a rouvert un conflit ancien entre l'institution militaire et les Forces de Police (La Razón, 2003c).

Le conflit institutionnel entre l'Armée et la Police

45Dans le cadre d'une analyse générale du rôle des Forces armées dans les démocraties latino-américaines, le cas bolivien constitue une exception qui réside dans la dualité entre la Police et l'institution militaire. Plusieurs facteurs sont à l'origine de cette dualité.

46Il faut ici revenir aux évènements de février 2003. Au début du mois de février 2003, Sanchez de Lozada décide d'instaurer un nouvel impôt sur le revenu des salaires supérieurs à 880 boliviens (un peu plus de 100 euros) afin de réduire le déficit de la nation de 8,6 % du PIB à 3,5 %, l'objectif du gouvernement étant de répondre aux critères imposés par le FMI pour l'accord de nouveaux prêts. Dès l'annonce de l'adoption de ce nouvel impôt, des protestations éclatent un peu partout en Bolivie, appuyées par les policiers qui décident de cesser leur travail et de se retirer avec leurs armes dans leurs casernes. Les policiers demandent bien sûr le retrait du nouvel impôt dénommé « El impuestazo » mais aussi une augmentation de leurs salaires de 50 %, de nouveaux uniformes et des équipements modernes ainsi qu'un certain nombre de mesures visant à faciliter la promotion interne des membres de la Police. L'ordre public n'étant plus de ce fait assuré à La Paz, l'Armée intervient notamment pour protéger le Palais présidentiel des manifestations populaires. Mais, très vite, la situation se dégrade à La Paz et, le 25 février 2003, l'Armée affronte dans une bataille rangée les policiers sur la place Murillo. L'affrontement armé se solde par la mort de plus de 30 personnes et 200 blessés. Pour tenter de sortir de la crise, le président Gonzalo Sanchez de Lozada retire le nouvel impôt et accède à la plus grande partie des demandes des policiers.

47Outre le caractère traumatisant qu'une telle crise a pu générer dans le pays, elle est symptomatique de la crise d'identité de l'institution militaire. Depuis 1982 l'Armée éprouve donc des difficultés à s'insérer dans un système institutionnel qui n'a pas véritablement défini les missions respectives dévolues à l'institution militaire et à la Police dans un cadre démocratique.

48Le conflit entre l'Armée et la police trouve ses racines dans la révolution de 1952 (Lavaud, 1991 : 29). En réaction à un coup d'État qui avait empêché l'élection démocratique de Paz Estenssorro, le 9 avril 1952, se produit une insurrection populaire dirigée par le MNR avec l'aide des policiers (carabiniers) qui est réprimée fortement par l'Armée. À l'issue des combats, les Forces armées sont en déroute et le MNR accède au pouvoir.

49Paz Estensorro, le nouveau président de la République, après avoir effectué une réforme agraire, la nationalisation des mines et instauré le suffrage universel, décide donc, dans les premiers temps de son gouvernement, d'abolir l'Armée nationale et de la remplacer par les milices armées ouvrières et paysannes et par la Police qui a participé activement à la Révolution de 1952 (Prado, 1984 : 47-48). Ce n'est qu'un an plus tard que le gouvernement décide de rouvrir le Collège militaire mais après avoir purgé l'Armée de tous ses éléments conservateurs et en obligeant les nouveaux officiers à adhérer au MNR, parti au pouvoir. La participation de la Police aux côtés du MNR dans la révolution de 1952 est l'élément fondateur du conflit institutionnel entre les deux Institutions armées. À partir de 1952, la Police bolivienne s'organise politiquement. Ses membres auréolés de leur action dans la révolution, se constituent en groupes politiques et en soutien actif du régime politique dans les mains du MNR. Il s'agit pour Paz Estensorro de constituer une force armée d'appui capable de soutenir le régime. En 1952, la Police jouit donc d'un statut particulier au sein de l'État, d'une augmentation de dotation financière, participe activement à l'action du MNR, et bénéficie d'un haut degré de considération aux yeux de la population en raison de sa participation à la Révolution du 9 avril 1952. À l'inverse l'Armée qui historiquement a perdu toutes les guerres contre les ennemis extérieurs, vient d'être dissoute et remplacée par les milices populaires et la Police.

50La blessure entre l'Armée et la Police ne sera jamais complètement refermée. Le conflit institutionnel entre les deux institutions vient de naître et se perpétuera jusqu'à nos jours...

51Le coup d'État du général René Barrientos en 1964 attise le conflit entre les deux Institutions. Selon Raul Quintana : « Avec le retour des militaires au pouvoir, les policiers ne furent pas seulement désarmés mais aussi réduits à la plus simple expression institutionnelle » (La Razón, 2003d).

52Dès lors, les militaires qui se succèdent au pouvoir par des coups d'État récurrents jusqu'en 1977 se méfient des policiers et de leur possible participation au renversement du régime. La Police est pratiquement désarmée au profit de l'institution militaire qui retrouve son rôle traditionnel de soutien du régime en place.

  • 8 Le Monde, Jorge Lazarte Rojas : « La crise en Bolivie a révélé la profondeur du malaise démocratiq (...)
  • 9 La Razón, 12 octobre 2003.
  • 10 Le Monde, Jorge Lazarte Rojas : « La crise en Bolivie a révélé la profondeur du malaise démocratiq (...)

53Cette dualité institutionnelle retrouve de la vigueur après le retour à la démocratie en 1982. Certes, l'Armée a perdu une grande part de sa légitimité en raison de sa participation à la dictature du général Garcia Meza de 1980 à 1982, mais, à partir de 1985, le gouvernement de Paz Estensorro, sous la pression des États-Unis va redonner une place prépondérante à l'Armée dans la lutte contre le narcotrafic en lui octroyant des crédits spéciaux, la plupart du temps provenant de la coopération internationale. Cette coopération atteindra son paroxysme avec l'élection du général Banzer en 1997 qui fait de la lutte contre le narcotrafic et la politique d'éradication des feuilles de coca les axes principaux de sa politique alors que la modernisation de la police est de nouveau laissée de côté. Dès lors, alors que l'Armée voit ses crédits augmenter, le budget de la Police diminue de nouveau. Les policiers, structurés politiquement et habitués davantage aux mécanismes de revendication politique traditionnels, engagent donc une lutte radicale contre le pouvoir afin d'obtenir une revalorisation de leurs conditions de travail. Mais plus encore qu'un soutien à un parti politique en particulier comme par le passé, la Police s'autonomise en groupe sectoriel indépendant. On dénombre six groupes politiques au sein de la Police (La Razón, 2003d). Deux de ces groupes ont même adopté les mêmes méthodes qu'un syndicat avec la réalisation régulière d'assemblées générales et l'élaboration de demandes sous forme de « pétitions » à l'instar de la Centrale ouvrière bolivienne (La Razón, 2003d). Bien que l'article 215 de la Constitution précise que « la Police nationale ne délibère ni ne participe à des actions politiques partisanes » (Constitución Política del Estado, 1999 : 58), dans une interview au quotidien La Razón, le 16 mars 2003, le major David Vargas, leader des policiers rebellés du mois de février, déclarait : « je veux être un commandant de la Police élu par mes subalternes et non désigné par les politiques » (La Razón, 2003d). Dans ce contexte, les événements de février 2003 étaient prévisibles. Déjà en 1990, après un défilé en l'honneur du « Jour de la Mer », la manifestation avait dérivé en un affrontement armé entre les « cadets » de l'Armée et les policiers (La Razón, 2003b). En avril 2000, les policiers en pleine « Guerre de l'Eau » s'étaient retranchés dans leurs casernes avec leurs armes afin d'obtenir une augmentation de 50 % de leurs salaires et un meilleur armement. L'Armée avait alors fait face aux policiers sur la place Murillo et l'on craignait là aussi un affrontement. L'état de siège décrété le 9 avril 2000 par le président Banzer en pleine « Guerre de l'Eau » n'avait pas tenu une semaine et le gouvernement avait dû céder aux demandes des policiers. On peut légitimement penser que les événements de février 2003 sont donc un prolongement de ce conflit institutionnel historique entre l'Armée et la Police. Mais, l'événement le plus grave dans le processus de discrédit des Forces armées depuis le retour à la démocratie en Bolivie est survenu lors de la « Guerre du Gaz » en octobre 2003. En septembre 2003, la décision du gouvernement de Sanchez de Lozada d'exporter le gaz bolivien au Mexique et en Californie via le Chili, ennemi héréditaire de la Bolivie, provoque la réaction immédiate du MIP (Mouvement Indigéniste Pachakuti) dirigé par Felipe Quispe et du MAS (Mouvement jusqu'au Socialisme) dirigé par Evo Morales, leader des cocaleros et de l'opposition parlementaire8. Le mouvement de protestation est ensuite rejoint par l'ensemble des secteurs sociaux, syndicats, mineurs, organisations et partis politiques opposés au gouvernement de Sanchez de Lozada. Très vite, ce mouvement populaire organise le blocus de La Paz et exige le retrait de la décision d'exportation de gaz. Face à la radicalisation du mouvement populaire, le président Sanchez de Lozada décide de faire intervenir l'Armée à l'Alto, ville où se concentrent les manifestants. Là encore la situation dégénère en affrontements meurtriers entre les Forces armées et la population les 11 et 12 octobre 20039. Plus de 60 civils sont tués. L'ampleur de la répression entraîne un émoi dans la population bolivienne. Depuis les événements de février 2003, Gonzalo Sanchez de Lozada avait compris que son gouvernement reposait essentiellement sur la fidélité des Forces armées. Avec l'aide financière des Américains, le président avait considérablement augmenté les crédits de l'institution militaire10. Mais, au mois d'octobre 2003, les militaires, obligés de réprimer un mouvement populaire de grande ampleur, se divisent peu à peu. Après les événements des 11 et 12 octobre 2003, un régiment de blindés refuse de s'opposer à une manifestation sociale organisée par les mineurs. Le haut commandement militaire comprit alors qu'il ne tenait plus ses troupes. Il en fit part au président de la République. Peu à peu, après le retrait du soutien des militaires, Sanchez de Lozada voit ses soutiens politiques s'amenuiser. Isolé, Gonzalo Sanchez de Lozada finira par démissionner de son poste le 1 7 octobre 2003 et sera remplacé par son vice-président Carlos D. Mesa Gisbert.

54Lors de cette crise politique majeure que subit la Bolivie durant les derniers mois de l'année 2003, le rôle de l'Armée a été déterminant. Certes, la crise a des raisons plus profondes et ne peut s'expliquer par la seule décision d'exportation du gaz bolivien via le Chili. D'ailleurs, l'alibi du gaz fonctionna surtout comme un dénominateur commun permettant de fédérer les différents mouvements protestataires qui ont éclos lors de la « Guerre de l'Eau » en avril 2000. Pourtant, si cette crise a entraîné la démission d'un président élu démocratiquement un peu plus d'un an auparavant en août 2002, c'est parce que l'action de l'Armée pour désenclaver la capitale a été particulièrement violente. Là encore Gonzalo Sanchez de Lozada n'a pas eu confiance dans la Police, plus proche des revendications des manifestants, pour le maintien de l'ordre public. Le recours aux Forces armées mal équipées pour ce genre de mission, entraîna cette répression particulièrement meurtrière et par conséquent la réaction de l'ensemble des acteurs sociaux, ce qui aboutit à la chute de Gonzalo Sanchez de Lozada.

CONCLUSION

55En définitive, Samuel Fitch précisait : « La fin de la Guerre froide, pose de nouvelles questions sur les rapports entretenus par les forces armées et la démocratie » (Fitch, 1998 : XVII). En Bolivie, cette remarque peut être soulignée par deux paradoxes.

56Le premier paradoxe est celui de l'action de l'Armée bolivienne qui tout au long de l'histoire a systématiquement perdu les conflits contre les armées étrangères. Cet échec se double d'une répression continue des mouvements populaires ou guérillas à l'intérieur du pays. Historiquement, l'Armée en Bolivie se structure donc quasi exclusivement dans le contrôle de la population et le soutien aux régimes militaires sans pouvoir justifier son existence par un succès dans la mission traditionnelle de défense du pays.

57Le deuxième paradoxe est celui du conflit structurel entre la Police et l'institution militaire à partir de 1952 qui se perpétue jusqu'à nos jours, dérivant régulièrement dans des affrontements meurtriers. Selon les époques, ces deux institutions armées participent au pouvoir sous différentes formes et tentent d'annuler ou de réduire leurs marges de manœuvre respectives. Cette concurrence tend à neutraliser ce que Max Weber définissait comme « l'usage de la violence légitime » par l'État car l'Armée se « policiarise » et la Police se « militarise » en coexistant avec des milices populaires armées dans les années 1950. Cette confusion de compétences introduit, comme le précise Raul Quintana, « une logique hybride de pouvoir et de loyauté potentiellement dangereuse pour un État qui se prétend démocratique » (La Razón, 2003b).

58Force est de constater qu'en Bolivie, les institutions militaires, la Police et les différents groupes armés qui évoluent dans un nouvel environnement démocratique, n'ont pas encore trouvé un système de fonctionnement cohérent et adapté.

Bibliographie

Bibliographie

Blanquer Jean-Michel, 2001, « Consolidation démocratique ? Pour une approche constitutionnelle », dans Pouvoirs, n° 98, Paris, Seuil.

CEPAL, 2000, Panorama social 1999-2000, Santiago du Chili.

Constitución Política del Estado, 1999, La Paz, Bolivia, Ed. Tribuna de los Trabajadores UPS Editorial, segunda edición.

Dabène Olivier, 1997, La région Amérique latine, interdépendance et changement politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques.

Dermizaky Peredo Pablo, 2000, Derecho Constituticional, Sucre, quinta edición actualizada, Editorial Tupac Katari.

Fitch John Samuel, 1998, The Armed Forces and Democracy in Latin America, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Garcia Jean-René, 2002, « Bolivie : De la démocratie pactée à la crise du système politique » dans Amérique Latine 2002, Rapport de l'Observatoire des Changements en Amérique latine, Paris, La Documentation française, pp. 123-139.

Gironda Cabrera Eusebio, 2001, Coca immortal, La Paz, Plural Editores. Gourdon Hubert, 2001, « Violence, politique et armée en Amérique latine », dans Pouvoirs, n° 98, Paris, Seuil.

Hoy, 1983, édition du 19/01.

Kourliandsky Jean-Jacques, 2003, « Forces armées d'Amérique latine. Une institution marginalisée en situation de recours » dans La Revue internationale et stratégique, n° 48.

La Razón, 2002, quotidien bolivien, édition du 08/08.

La Razón, 2003a, quotidien bolivien, édition du 12/02.

La Razón, 2003b, quotidien bolivien, édition du 13/02.

La Razón, 2003c, quotidien bolivien, édition du 14/02.

La Razón, 2003d, quotidien bolivien, édition du 16/03.

Lavaud Jean-Pierre, 1979, « Bolivie, la démocratie entrevue », Problèmes d'Amérique latine, Paris, La Documentation française.

Lavaud Jean-Pierre, 1991, L'instabilité politique en Amérique latine. Le cas de la Bolivie, Paris, IHEAL.

Lazarte Jorge, 1992, « Partidos políticos e informalizaciòn de la política », dans René Antonio Mayorga, Democracia y Gobernabilidad en América Latina, Caracas, CEBEM, ILDIS, Editorial Neuva Sociedad.

Linz Juan J., 1991, « Transiciones à la democracia », dans Revista española de investigaciones sociológicas, Madrid, REIS.

Mantilla Cuéllar Julio, 2000, « La Champa guerra », del tinku de la guerra al tinku del amor, abril rojo, septiembre negro, La Paz, Centro multidisciplinario de Ciencias sociales.

Mayorga René Antonio, 1992, Democracia y gobernabilidad en America Latina, Caracas, CEBEM, ILDIS, Editorial Nueva Sociedad.

Mesa José, Gisbert Teresa, Mesa Gisbert Carlos D., 1999, Historia de Bolivia, La Paz, Editorial Gisbert y Cia, tercera edición.

Mesa Gisbert Carlos D., 1990, Presidentes de Bolivia entre urnas y fusiles, La Paz, Bolivia, Editorial Gisbert y Cia, segunda edición.

Ndu&CHDSClub/Argentina, La participación de las Fuerzas Armadas en la lucha contra el narcotráfico y la defensa del medio ambiente, http://www.pdgs.org.ar/chds/ponencias/vargas-1-d.htm.

Peñaranda del Grenado Susana, Chávez Zamorano Omar, 1992, El MIR. entre el pasado y el presente, La Paz, Artes Graficas Latina.

Poma Patzy Justo Carlos, 2002, Análisis-síntesis teórico conceptual sobre los avances del libro blanco de seguridad y defensa boliviano, Centro de Estudios Hemisféricos de Defensa (CEHD), Investigación y Educación en Estudios de Defensa y Seguridad, 7-10 août 2002, Brasilia.

Prado Salmon Gary, 1984, Poder y Fuerzas Armadas 1949-1982, Cochabamba, Editorial Los Amigos del Libro.

Quintana Juan Ramón, Barrios Raúl, 2001, « Les relations civils-militaires en Bolivie : un thème récurrent », dans Diamint Rut C, Democracia y seguridad en América latina, Buenos Aires, Nuevohacer.

Notes

1 Simon Bolivar, « Mensaje del Libertador Simón Bolívar al Congreso Constituyente de Bolivia con motivo de la presentación del proyecto de Constitución política », Betty Jordan De Albarracin., Documentos para una historia del derecho constitucional boliviano, La Paz, Bolivia, Talleres Gráficos « San Antonio », 1978, p. 78. (traduit par l'auteur).

2 Décret-loi du 24 novembre 1978.

3 Le 15 janvier 1981, neuf dirigeants du MIR sont assassinés par les forces militaires du général Garcia Meza lors d'une réunion clandestine à La Paz, Le Monde, 29 janvier 1981.

4 Le gouvernement d'Union démocratique populaire (UDP) est le premier gouvernement après la transition démocratique de 1982. Il est composé par le MNRI, le MIR et le Parti communiste sous la présidence de Siles Zuazo.

5 Ndu&CHDSClub/Argentina, La participación de las Fuerzas Armadas en la lucha contra el narcotráfico y la defensa del medio ambiente, http://www.pdgs.org.ar/chds/ponencias/vargas-1-d.htm.

6 Ndu&CHDSClub/Argentina, La participación de las Fuerzas Armadas en la lucha contra el narcotráfico y la defensa del medio ambiente.

7 Ndu&CHDSClub/Argentina, La participación de las Fuerzas Armadas en la lucha contra el narcotráfico y la defensa del medio ambiente.

8 Le Monde, Jorge Lazarte Rojas : « La crise en Bolivie a révélé la profondeur du malaise démocratique », Vendredi 24 octobre 2003.

9 La Razón, 12 octobre 2003.

10 Le Monde, Jorge Lazarte Rojas : « La crise en Bolivie a révélé la profondeur du malaise démocratique », Vendredi 24 octobre 2003.

Notes de fin

* ATER - IHEAL/CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable