Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et pouvoirs en Amérique latine

 | 
Renée Fregosi

Deuxième partie. Les pouvoirs de l'armée

Forces armées, subversion et démocratie

Pérou 1948-2001

Bruno Revesz

Texte intégral

  • * Directeur du CIPCA-Pérou.

1Note portant sur l'auteur*

2Jadis, lorsque Samuel Huntington ne s'interrogeait pas encore sur le conflit des civilisations ni ne s'inquiétait des effets de l'absence d'ennemi sur l'identité américaine, mais s'intéressait plus directement à l'ordre politique en Amérique latine, il soutenait que l'alternance entre régimes démocratiques et autocratiques dans les pays de ce continent y jouait le même rôle que l'alternance entre partis politiques dans le gouvernement des pays du Premier Monde. L'on serait tenté de lui donner raison dans le cas d'un pays comme le Pérou où le mouvement pendulaire dictature-démocratie a été présent tout au long de l'histoire républicaine, d'autant plus que l'intolérance et l'antagonisme entre les partis et groupes politiques, représentants d'intérêts contradictoires dans un pays divisé socialement, régionalement et ethniquement, et leur incapacité à mettre en place un système de partis qui collabore à consolider l'État, fut un des facteurs de cette situation. Pour s'en tenir au dernier demi-siècle, quatre coups d'État « réussis », dus à l'initiative des forces armées où impliquant leur appui direct et prolongé, se sont produits en 1948, 1962, 1968 et 1992. Il n'y a eu dans cette période que 23 années de démocratie face aux 29 années où le régime en place s'était établi par la force, en violation de l'ordre constitutionnel et au détriment du libre jeu des partis (tableau n° 1).

3Cependant au-delà, où en deçà, de ce phénomène de l'alternance, et avant d'examiner dans la seconde partie de ce texte deux des facteurs qui lui sont corrélatifs - l'autonomie des Forces armées et l'absence d'un véritable contrôle civil à leur égard - il convient de souligner les différences entre ces types d'intervention : classiquement caudillistes ou de nature institutionnelle, dans l'intention de réprimer l'agitation sociale, de réaliser des réformes, ou de combattre une guerre interne, ayant recours ou non à un type déterminé de doctrine de la Sécurité nationale, barrant l'accès au pouvoir à un parti particulier, ou affirmant sa vocation de se substituer au système des partis ?

TABLEAU N° 1 : CHRONOLOGIE DE L'ALTERNANCE ENTRE CHEFS D'ÉTAT CIVILS ET MILITAIRES AU COURS DU DERNIER DEMI-SIÈCLE.

TABLEAU N° 1 : CHRONOLOGIE DE L'ALTERNANCE ENTRE CHEFS D'ÉTAT CIVILS ET MILITAIRES AU COURS DU DERNIER DEMI-SIÈCLE.
  • Le poste de président de la République fut déclaré vacant par le Parlement pour “incapacité morale (...)

Note (1)

D'UNE OLIGARCHIE QUI RÉSISTE AU CHANGEMENT STRUCTUREL UNE FOIS POUR TOUTES

4Le coup d'État de 1948 marque la fin d'un cycle où face à l'émergence de revendications populaires, les classes dominantes - l'on disait à l'époque l'oligarchie - avaient recours aux interventions militaires pour les contenir ; attribuant du fait même à l'armée un rôle politique décisif et un degré croissant d'autonomie par rapport à la société, qui prenait toute son importance en période de crise ou de paralysie du régime politique en place. Aux tentatives de l'APRA, fondé par Haya de la Torre dans les années 30, de mettre à bas le bloc oligarchique unissant grands propriétaires terriens traditionnels et modernes « enclaves exportatrices », minières ou sucrières, aux mains du capital étranger et qui bénéficiait de l'appui de l'Église et de l'Armée, répondaient les coups d'État militaires destinés à empêcher l'accès de l'APRA au pouvoir ou à le mettre hors la loi. Celui exécuté par le Général Odria en 1948, déposant le Président José Luis Bustamante y Rivero quelques semaines après l'échec d'un soulèvement révolutionnaire de l'APRA, mit fin à la brève expérience démocratique initiée trois ans auparavant et maintint le nouveau dictateur au pouvoir jusqu'en 1956.

5La Junte militaire de Gouvernement, formée par les chefs des trois Armes, présidée par le général Ricardo Pérez Godoy, qui en juin 1962 destituera le président Manuel Prado dix-huit jours avant le terme de son mandat, inaugure au contraire la série des expériences latino-américaines de « gouvernements militaires institutionnels », en majorité de signe politique opposé à ce que fut la voie péruvienne. Elle fut, dans sa brièveté (une année), une sorte de répétition générale de ce que sera, six ans plus tard, l'exercice du pouvoir par le Gouvernement révolutionnaire des Forces armées (GRFA) jusqu'au retour à la démocratie en 1980. Il s'agit dans les deux cas d'une intervention institutionnelle interrompant un calendrier électoral qui ne garantissait pas la désignation d'un candidat suffisamment réformiste.

6Entre-temps la situation s'était profondément modifiée : la société elle-même, le contexte international, et la conception que l'armée avait de son rôle. La reprise économique qu'avait favorisée la Guerre de Corée consolida la position d'une bourgeoisie urbaine et industrielle aux intérêts distincts des autres secteurs dominants tandis que s'intensifiaient la migration rurale et les mobilisations paysannes. De nouveaux groupes politiques naissaient, sensibles les uns aux enseignements de la CEPAL sur le « développement vers le dedans », la « substitution des importations » et la mise en place d'une politique protectionniste à laquelle s'opposait l'oligarchie exportatrice, les autres aux accents de la Révolution cubaine ou au contraire à ceux de l'Alliance pour le Progrès. L'Église catholique, pour sa part, commençait à prendre quelques distances avec l'ordre dominant, affirmant l'urgence de fonder une société plus solidaire et plus juste ; critique qui prit de la force en s'appuyant sur les idées progressistes du Concile Vatican II, et plus encore avec le débat sur « l'option pour les pauvres » à l'Assemblée de l'Épiscopat latino-américain à Medellin.

7Par ailleurs, à partir de 1951, en pleine dictature d'Odria avait commencé à fonctionner le Centre des Hautes Études de l'Armée (CAE), qui se transformera en CAEM en 1954 et où se forgeront les fondements intellectuels d'un « nouveau professionnalisme militaire » qui postule, selon Stepan (Stepan, 1978 :130), une grande interrelation entre aptitudes politiques et militaires, et d'une doctrine qui associe développement et Sécurité nationale, en ne faisant pas dépendre celle-ci exclusivement de la puissance guerrière, mais d'autres facteurs tels que le niveau d'éducation, l'intégration sociale où l'expansion économique. Une vision qui sur certains points pourrait être considérée comme similaire à la thèse de Mc Namara-Rostow selon laquelle la violence s'enracine dans le retard économique et qui prône la nécessité d'éliminer des campagnes les conditions d'injustice afin que les grands propriétaires fonciers cessent d'opprimer et d'exploiter les masses rurales et paysannes dont les conditions de vie marginales font des recrues politiques pour de futures subversions (North, 1983 : 249).

8Déjà en 1956, Odria n'avait plus trouvé l'appui nécessaire pour se maintenir à la tête du pays en éludant l'appel aux élections. Et à l'occasion de celles-ci Haya de la Torre avait modifié radicalement sa stratégie en obtenant la légalisation de l'APRA en échange d'un pacte de « convivence » politique avec le bloc oligarchique dont Manuel Prado était le représentant à la présidence de la République, deux mesures propres à assurer la stabilité politique. La situation prit un tour paradoxal quand, aux élections de 1962, se présentèrent trois candidats : Haya de la Torre qui au cours du décompte des voix (qui prenait alors des semaines) paraissait être légèrement en tête ; juste derrière lui un nouvel acteur - incarnation et propagateur du nouveau réformisme - l'architecte Fernando Belaunde Terry, fondateur du parti Action populaire (AP), qui sera président de la République de 1963 à 1968 et de 1980 à 1985, et qui s'empressa de crier à la fraude de la part du gouvernement en place ; enfin en troisième position l'ex-dictateur, le général Odria, revenu à la vie civile. Aucun de ces candidats n'étant en mesure d'obtenir la majorité absolue de l'électorat, le nouveau président devait être, conformément à la Constitution de 1933, désigné par le parlement où l'APRA disposait d'une majorité relative. Haya proposa alors à Odria - celui-là même qui avait persécuté son parti et l'avait contraint à trouver asile des années durant dans l'Ambassade de Colombie - les votes des parlementaires apristes en échange d'un pacte de gouvernement. Les militaires jugeaient Belaunde seul à même de mettre en place les réformes structurelles conformes à la nouvelle doctrine de sécurité militaire, et inacceptable l'alliance Odria-Haya pour représenter les intérêts, encore dominants, mais déjà à leurs yeux anachroniques, de l'oligarchie. Le coup d'État militaire mit aussitôt fin au décompte des voix.

9Belaunde, facilement élu l'année suivante, ouvrit assez vite de nouveaux canaux de participation sociale qui éveillèrent des espoirs, mais son action fut tout aussi rapidement et totalement bloquée, et durant tout son mandat, par l'opposition radicale du parlement dominé par l'alliance entre l'APRA et l'Union nationaliste odriiste (UNO). Cette situation déboucha en 1967 sur une crise fiscale et économique et un climat d'agitation sociale, discréditant aussi bien le régime que Belaunde pour n'avoir pu mettre en place les réformes promises et attendues. Si l'on ajoute qu'était dénoncé le climat d'immoralité qui entachait des pans entiers de la gestion publique, les conditions d'une nouvelle intervention militaire étaient réunies.

UN COUP D'ÉTAT PAS COMME LES AUTRES

10Le soir du 3 octobre 1968, peu avant les élections générales prévues pour 1969, les Forces armées, fortes de l'expérience de 1962 et aussi de leur compétence dans la sécurité interne - puisqu'elles avaient dans les années précédentes réprimé rapidement les guérillas d'inspiration castriste du MIR de Luis de la Puente et de Guillermo Lobatón - entrent en scène, embarquant dans un avion pour l'Argentine le président Belaunde Terry. À la surprise des analystes et aussi des idéologues de tous bords, il ne s'agissait pas d'un coup d'État de plus. Le haut commandement militaire avait décidé de mettre en œuvre pour son compte et à ses propres risques une option politique nourrie d'une réflexion sur le développement national, théorisée comme « troisième voie », ni communiste, ni capitaliste, et dont le plan Inca regroupait les grandes orientations programmatiques : parmi les réformes envisagées figuraient la réforme agraire, la nationalisation des grandes entreprises minières, la protection des industries nationales, un rôle plus important de l'État dans la régulation de l'économie, la redistribution de la richesse et le respect des activités syndicales.

11Le jour suivant, une division de chars prenait possession de l'« enclave » pétrolière nord-américaine de Talara, sur la côte nord du pays, et le GRFA présidé par le général Juan Velasco Alvarado nationalisait l'International Petroleum Company (IPC), ce qui était déjà l'intention de la Junte militaire six ans auparavant. Peu après, le 24 juin 1969, c'est l'expropriation des grands propriétaires terriens qui commençait avec la promulgation de la Réforme agraire, une des plus ambitieuses qu'ait connues l'Amérique latine (Revesz, 1991). Certains secteurs de la bourgeoisie industrielle espéraient beaucoup de cette réforme. On en attendait, au moins dans le long terme, un accroissement substantiel du marché intérieur dont la taille réduite représentait un sérieux obstacle à la croissance industrielle (Sánchez, 1979 : 20).

  • 1 C'est nous qui soulignons cette expression.

12Plus tard, le général Edgardo Mercado Jarrín qui fut membre de la Junte révolutionnaire, commandant général de l'Armée, ministre de la Défense et Premier ministre, déclarera : « Nous nous sommes insurgés pour, une fois pour toutes1, donner la stabilité politique au pays, pour que ne viennent pas se répéter les mouvements militaires. Nous savions qu'au cours des ans et des gouvernements, l'État péruvien n'avait pas été assez fort pour pouvoir lutter contre l'oligarchie, ni contre la dépendance et pour les réformes. Nous voulions créer un État fort et capable de changer la situation, ce qui n'avait pu être obtenu par les élections et la démocratie. Nous pensions que les Forces armées devaient jouer un rôle pour que disparaissent définitivement les interruptions, nous voulions en finir avec cette oscillation en engageant la société péruvienne dans un processus de transformation, mettant fin à un système impuissant qui avait été la cause de ses faiblesses, la cause de la domination étrangère, la cause de la prépondérance des oligarchies, la cause de la marginalité des grandes majorités... Les facteurs détonants n'ont été que secondaires, la raison de fond, ce fut le changement d'un système » (Mercado, 1983 :289).

13Et pourtant, douze ans après le retrait du GRFA, les Forces armées entrent de nouveau en scène, cette fois comme alliées d'un président civil dont elles partageaient le mépris pour la démocratie et les partis politiques ainsi que la volonté de réorganiser « une fois pour toutes » la société par des méthodes autoritaires. Le 5 avril 1992, le président Alberto Fujimori et les Forces armées dissolvent le parlement, suspendent la Constitution, prennent le contrôle du pouvoir judiciaire et instaurent un « Gouvernement d'Urgence et de Reconstruction nationale » qui gouvernerait par décrets. Certes, il s'agit d'un processus plus complexe où les militaires sont moins visibles puisqu'ils n'assumèrent pas ouvertement et comme institution le contrôle du gouvernement, une dictature civile d'abord, du 5 avril au 31 décembre 1992, une démocratie ensuite à partir de l'installation d'une Assemblée constituante et de l'adoption en 1993 d'une nouvelle Constitution.

14Bien qu'à différentes reprises Fujimori ait multiplié les critiques contre le parlement, les dirigeants des partis et la corruption du pouvoir judiciaire, personne n'avait perçu le danger. Le bon accueil fait par l'opinion publique aux mesures prises durant les dix-huit premiers mois du gouvernement paraissait garantir la permanence du régime démocratique. Il s'avéra après coup que les grandes lignes du nouveau coup d'État avaient été élaborées dans les années antérieures au sein de l'armée. Avec la montée de l'inflation et du terrorisme, la situation s'était sérieusement détériorée à partir de 1988. L'élection en 1990 d'un outsider en la personne de Fujimori, précédée par celle d'un directeur de programme de télévision à la mairie de Lima en 1979, était en soi un signe de la perte de prestige des partis et des institutions de la démocratie.

15Dans ce contexte et à toutes fins utiles un groupe d'officiers avait élaboré un plan pour un gouvernement qui « durerait vingt ans », et dont l'existence fut connue plus tard sous le nom de « Livre vert ». Aux antipodes du plan Inca, mentionné plus haut, le livre vert manifestait la prise en compte par la pensée militaire des vertus de l'économie néolibérale. Il proposait une réduction drastique de l'intervention étatique et affirmait la nécessité de privatiser les industries stratégiques nationalisées vingt ans auparavant. En même temps, ayant pour objectif de liquider la subversion qui alors faisait rage, il défendait un modèle de contrôle politique ferme. En définitive, de même que Fujimori dans les années qui suivirent, il se montrait libéral dans l'économique et autoritaire dans le politique (Revesz, 2000). Il est probable qu'il faille voir dans ce changement d'orientation doctrinale l'effet d'une perception nouvelle du chemin suivi par le Chili sous la dictature de Pinochet. Celle-ci était tenue en très grande suspicion par les militaires péruviens au moment du coup d'État qui renversa Salvador Allende en septembre 1973. Dans les années 90, la stagnation de l'économie péruvienne est attribuée par certains aux réformes du gouvernement militaire de Juan Velasco, tandis que, pour avoir mis en route la croissance chilienne, Pinochet se transforme en un modèle qu'il ne paraît plus vain de vouloir imiter.

16Cependant, comme le souligne Enrique Obando, s'il est vrai que les lignes programmatiques du nouveau plan étaient fort éloignées des idées exprimées dans le plan Inca, il n'en demeure pas moins que l'objectif central demeure le même : « Les Forces armées voulaient jouer un rôle moteur en essayant de restructurer la société sur des fondations plus fermes qui éviteraient les crises récurrentes et périodiques qui avaient affecté le Pérou dans les dernières décennies, afin que le pays puisse avoir un rôle plus hégémonique dans la région » (Obando, 1999 : 362). Différentes raisons expliquent que, cette fois, les militaires ne se soient pas constitués en Junte de Gouvernement. Tout d'abord, l'alliance nouée avec Fujimori. Celui-ci dont l'indépendance avait été un facteur décisif de sa victoire électorale, était du même coup vulnérable, ne disposant pas de l'appui d'un parti important. Guidé par l'ex-capitaine Vladimiro Montesinos Torres, le futur chef du Service d'Intelligence nationale (SIN), il s'était installé - avant même sa proclamation officielle comme chef de l'État - dans les locaux du cercle militaire y nouant avec grande habileté toute une série de relations privilégiées. Surtout, les Forces armées appréciaient son pragmatisme et son efficacité, et la priorité qu'il donnait à l'élimination de l'hyperinflation et à la lutte contre la subversion. Sa présence avait l'avantage de leur assurer une couverture démocratique, d'autant que dans le nouveau contexte international une politique de réinsertion dans le système financier international impliquait de recevoir l'appui d'organismes multilatéraux plus enclins désormais à soutenir les régimes démocratiques. Enfin, il ne faut pas négliger le rôle personnel qu'a pu jouer comme opérateur du coup d'État Montesinos lui-même. L'installation d'une junte institutionnelle militaire classique l'aurait éliminé de la scène. Les pouvoirs autocratiques assumés par Fujimori dont il était l'unique conseiller et expert dans ses relations avec les FFAA lui ouvraient au contraire des possibilités extraordinaires pour le contrôle de celles-ci.

17Contre ceux qui considèrent que l'on était en présence du cas classique d'un gouvernement civil appuyé par les militaires, Fernando Rospigliosi soutient la thèse de l'existence de « deux gouvernements », l'un formel où siègent des ministres civils et sujet à l'usure politique, subordonné à un autre gouvernement qui opère dans l'ombre, détenteur du pouvoir réel, dont le commandement militaire était partie intégrante aux cotés de Montesinos et de Fujimori (Rospigliosi, 2000 : 99). Les principales institutions, Conseil des ministres, Congrès, pouvoir judiciaire, Jury national des Élections se trouvaient face à lui dans une position subalterne et dépendante.

AUTONOMIE INSTITUTIONNELLE DES FFAA ET TRANSITION DÉMOCRATIQUE

18En dépit des différences de contexte et de nature des interventions militaires que nous avons évoquées, deux problèmes apparaissent de manière récurrente. Le haut degré d'autonomie et de prérogatives par rapport aux civils que maintiennent les Forces armées et qui sous-tend un comportement et une vision antidémocratiques et autoritaires. Face à lui, l'absence d'un véritable contrôle civil sur le pouvoir militaire. Ils ont pour toile de fond, d'un côté, la division et la fragmentation géographique, sociale et culturelle du pays qui ne facilite guère la représentation politique, la connexion entre la société civile et l'État, et l'établissement de canaux permettant de relier les initiatives locales et le pouvoir politique, de l'autre, le retard et les grandes inégalités économiques, envers du sous-développement : la prédominance de la pauvreté et des emplois intermittents ou faiblement rémunérés contribuent à ce que pour de larges couches de la population la citoyenneté libérale tende à être perçue comme une coquille vide. Le bon gouvernement avant d'être celui que l'on a choisi est celui qui agit en donnant l'image d'être à même d'ouvrir des possibilités de progrès.

19Dans la seconde partie de ce texte nous nous proposons d'analyser quelques-uns des mécanismes mis en place par les Forces armées pour renforcer leur autonomie ainsi que l'incapacité dans les années 80 des gouvernements démocratiques à bâtir un cadre politico-militaire pour combattre la subversion du Sentier lumineux et celle du MRTA. A partir des années 90, l'effet cumulatif de la distorsion de ces mécanismes par les pratiques de manipulation, cooptation et corruption, exercées par Montesinos associé à Fujimori déboucheront sur un affaiblissement institutionnel et professionnel des Forces armées, les plongeant dans une crise sans précédent qu'il appartient à l'actuel gouvernement démocratique de résoudre.

20S'il y eut une période dans l'histoire du Pérou où les Forces armées comme institution dominèrent et l'État et la société, ce fut bien celle durant laquelle, à partir de 1968, le CFRA était au pouvoir. La transition vers la démocratie initiée par l'élection au suffrage universel d'une Assemblée constituante (1978-79) et l'installation en juillet 1980 du second gouvernement de Belaunde signifia sans le moindre doute une importante réduction du pouvoir des militaires, mais sous une forme telle qu'elle hypothéqua gravement la capacité de la nation à combattre la subversion.

21Le mode d'action du GFRA était technocratique. Il renonça à constituer un « Parti de la Révolution péruvienne » du type du PRI au Mexique, qui aurait risqué de « diviser politiquement » l'institution des Forces armées. Les grandes réformes destinées à changer la physionomie du pays étaient dictées d'en haut et si, dans les rencontres sur le terrain, l'on parlait volontiers du « binôme FFAA-peuple », c'était pour convoquer la société, non pour la consulter. D'où, en l'absence de mécanismes institutionnels adéquats, les problèmes créés par la participation politique des secteurs populaires. Deux types de radicalisation entrèrent en une spirale de rivalité croissante : celle des nouveaux mouvements, paysans, urbains, étudiants, et ouvriers animés par une constellation de groupuscules révolutionnaires, et celle des organisations corporatistes créées par les organismes de mobilisation sociale du gouvernement. Six ans après son instauration le populisme militaire paraissait avoir atteint ses limites (Cotler, 1989). La fuite en avant risquait de provoquer des scissions à l'intérieur de l'institution entre progressistes, modérés et conservateurs, tandis que l'endettement croissant augmentait la vulnérabilité aux pressions externes. Une nouvelle étape s'ouvrit en 1975, destinée à consolider les réformes, non plus à les approfondir ni à les étendre. Le général Morales Bermudes - successeur dans l'ordre hiérarchique du général Velasco Alvarado, évincé par ses pairs - qui avait pris la tête du courant institutionnaliste, demanda en 1976 d'oublier l'ancienne inimitié entre l'APRA et l'Armée, puis annonça en 1977 le calendrier du transfert du gouvernement à la société politique : élections pour l'Assemblée constituante en 1978 et élections générales en 1980.

22L'Assemblée constituante fut présidée par le fondateur et leader de l'APRA, Victor Raùl Haya de la Torre : première - et ultime - fonction publique qu'il fut à même d'exercer. L'APRA était flanquée d'un côté par le bloc des gauches marxistes de diverses obédiences, de l'autre - à droite - par le Parti populaire chrétien (PPC) qui avait bénéficié du report forcé des électeurs d'Action populaire (AP) de Fernando Belaunde ; ce dernier s'étant refusé à participer à un procédé qu'il considérait comme illégitime. L'ensemble était relativement équilibré, aucun de ces trois secteurs ne se trouvant en position hégémonique.

23La nouvelle Constitution promulguée en 1979 maintenait le caractère semi-présidentiel de celle de 1933, mais en introduisant des mécanismes en faveur de l'exécutif permettant de résoudre les conflits avec le parlement qui avaient été la cause de la paralysie du gouvernement de Belaunde entre 1964 et 1968 et par-là même de l'intervention militaire qui s'ensuivit. Quant aux normes juridiques destinées à éviter la répétition des coups d'État militaires, elles se limitaient à un petit nombre de déclarations de principe que n'accompagnaient pas des mesures de nature à favoriser l'instauration d'un véritable contrôle civil : affirmer le caractère « non délibérant » des FFAA et de la Police (article 278) ; ne pas leur accorder le droit de vote (article 67) ; établir le droit d'insurrection démocratique en défense de l'ordre constitutionnel (article 82), et la non-reconnaissance de la dette extérieure souscrite par des gouvernements non constitutionnels (article 141).

24Ces normes juridiques qui avaient pour objet d'éloigner les militaires de la politique n'affectaient guère l'autonomie des Forces armées dans trois domaines sensibles : celui de l'avancement et de la nomination aux postes de responsabilité et de commandement, sauf approbation par le Sénat des nominations aux grades de général et d'amiral (article 281 ) ; celui d'une justice militaire totalement indépendante du pouvoir judiciaire (article 282) (Abad, 2001 ; Gamarra, 2001) ; enfin celui de l'organisation du Système de la Défense nationale en conformité avec la loi (article 271) ; en l'occurrence, il s'agissait d'une série de décrets-lois promulgués par le président Morales Bermudes presque au terme de son gouvernement. Elles donnaient aux institutions militaires une capacité de direction bien supérieure aux trois ministères de la Guerre, de l'Aviation et de la Marine, accentuant la prééminence du pouvoir corporatif des FFAA sur celui de l'appareil politique du pouvoir exécutif (Rubio, 1989 : 255). De plus, dans le Conseil de Défense nationale, la présence des membres des FFAA était prédominante, alors que n'y participait qu'une partie du conseil des ministres, et non l'exécutif comme tel.

  • 2 Marcial Rubio observera par la suite, et s'appuyant sur cette disposition, que le pouvoir exécutif (...)

25Par ailleurs l'article 231 de la Constitution de 1979 précise qu'en cas d'état d'urgence, « les Forces armées assument le contrôle de l'ordre interne lorsque le décide le président de la République » (Rubio, 1989 : 244)2.

26Le grand interlocuteur du gouvernement militaire durant l'Assemblée constituante, et avec qui se négociaient les modalités du retour à la démocratie, était l'APRA, principale force politique organisée du pays, et dont tout donnait à penser qu'elle allait assumer la succession à l'issue des élections générales de 1980. Mais, la mort d'Haya de la Torre peu de jours après qu'il eut signé et présenté le 12 juillet 1979 le nouveau texte constitutionnel, contribua à fermer cette possibilité. En dépit des critiques faites à sa gestion, l'indépendance de Belaunde vis-à-vis des militaires et la plate-forme pluraliste qu'il offrait pour résoudre démocratiquement les problèmes du pays lui assurèrent un triomphe électoral indiscutable et son retour sur la scène politique comme président de la République. Une alliance avec le PPC lui garantissait par ailleurs une majorité parlementaire. Les FFAA n'eurent d'autre recours que de transférer le gouvernement à l'ex-président de la République qu'ils avaient destitué douze ans auparavant. Un climat de méfiance réciproque s'ensuivit et les conséquences s'avèreront néfastes pour la cohérence de la lutte contre la subversion qui allait se déclancher en même temps que le retour à la voie démocratique.

LUTTE CONTRE LA SUBVERSION ET ABDICATION DE L'AUTORITÉ DÉMOCRATIQUE

  • 3 Avec les informations dont l'on disposait à l'époque, Rubio (op.cit, p. 236) mentionne que de 1980 (...)

27Le 17 mai 1980, veille des premières élections générales réalisées depuis dix-sept ans, le Parti communiste du Pérou-Sentier lumineux (SL) démarre ses actions dans un département des Andes centrales, celui d'Ayacucho : en douze ans cette guerre interne - entre actions terroristes et répression - allait faire plus de 40 000 victimes3. Même si au départ le gouvernement se montra réticent envers une participation directe des FFAA et fit appel à des bataillons spéciaux de la Police pour rétablir l'ordre, l'aggravation de la situation l'amène à confier la solution du problème aux militaires, leur laissant entière liberté pour décider comment mener la guerre contre la subversion, et sans mettre en place une coopération politique consistante. Pour ne pas créer de tensions, le gouvernement de Belaunde se garda de modifier le Système de Défense nationale, mais ne fit rien pour qu'il fonctionne, ce qui aurait supposé la collaboration des ministres civils. De même, s'il s'abstint d'intervenir dans l'élaboration du budget des FFAA et dans les acquisitions d'armements, il se refusa à mettre en œuvre une politique d'appui socio-économique aux zones concernées qui aurait impliqué de subordonner les ministres civils à la stratégie militaire et d'affecter les fonds destinés au paiement de la dette extérieure. Le général Huaman, à la tête des opérations dans la zone d'Ayacucho, qui en 1984 avait déclaré de façon répétée que la solution ne passait pas seulement par la répression mais exigeait aussi des investissements dans la région afin d'obtenir l'appui de la population civile, fut relevé de ses fonctions et nommé attaché militaire à l'Ambassade du Pérou au Mexique. Belaunde prétendait d'ailleurs, contre toute évidence, que l'action du SL était manœuvrée de l'extérieur dans le cadre de la confrontation Est-Ouest, niant ainsi la nécessité de réformes pour y faire face. Par contre, l'appui de son gouvernement aux FFAA fut inconditionnel pour couvrir massacres et violations des droits de l'homme, le président Belaunde, bien que démocrate convaincu, allant jusqu'à se vanter de jeter à la poubelle, sans les lire, les rapports d'Amnesty International.

28À la différence de celui de Belaunde, le gouvernement d'Alan Garcia, le nouveau leader de l'APRA, qui lui succéda à la présidence du pays de 1985 à 1990, chercha à renforcer son contrôle des FFAA. En dépit de l'opposition de celles-ci, il modifia la structure du Système de Défense nationale et créa en 1987 le ministère de la Défense en fusionnant les ministères de la Guerre, de la Marine et de l'Aviation, mais sans aller jusqu'à nommer à ce poste un ministre civil. De plus, cette unification de caractère bureaucratique n'entraîna pas une restructuration de la conduite des opérations. Il initia aussi une politique de cooptation en nommant à quelques postes clés des officiers de haut rang en échange d'un appui politique. Il n'hésita pas d'ailleurs à choisir des hommes compromis dans le trafic de drogue, escomptant exercer sur eux un meilleur contrôle grâce à la menace de rendre publics leurs agissements (Obando, 1999 : 360). Cette pratique généra un malaise chez beaucoup d'officiers qui y voyaient un affaiblissement de la défense de leurs intérêts corporatifs et un obstacle à l'approbation d'une stratégie adéquate contre la subversion. Et ce dans un contexte de crise économique et d'inflation galopante où le salaire des officiers avait diminué considérablement en même temps que les possibilités d'achat d'armement.

29Mais si les FFAA voyaient ainsi leur pouvoir réduit à l'échelle nationale, celui-ci s'étendait toujours plus au niveau régional et local : en 1989, dans la dernière année du gouvernement d'Alan Garcia, 32 % du territoire et 49 % de la population du pays étaient sous contrôle militaire. De plus, il y avait un domaine où les FFAA maintenaient intacte leur capacité de pression sur l'État, celui de la défense de l'impunité de leurs membres compromis dans les excès de la lutte contre la subversion (Abad, 2001 : 37). Certes, Alan Garcia avait commencé par mettre à la retraite un certain nombre d'officiers responsables de massacres de paysans près d'Ayacucho. Mais il perdit toute crédibilité et capacité d'action sur ce terrain en juin 1986 quand, en réponse à une mutinerie dans les prisons de Lima et alors que se tenait dans cette ville la réunion mondiale de l'Internationale socialiste, 300 prisonniers inculpés de terrorisme furent abattus. Le président de la République déclara en parlant des responsables militaires de ces crimes « ou bien ils s'en vont, ou c'est moi qui m'en vais », et les choses en restèrent là. Il est d'ailleurs probable que les coupables avaient compté sur son aval. Entre 1987 et 1990 le Pérou en vint à occuper le premier rang au niveau mondial pour le nombre des détenus-disparus.

30Il était clair en 1990 que le Sentier lumineux était devenu une composante centrale de la vie politique et que l'État s'était montré incapable de le contrôler. Aucun des deux gouvernements démocratiques, ni celui de Fernando Belaunde ni celui d'Alan Garcia, n'avait mis en place de cadre légal ni de stratégie afin de replacer l'usage de la force dans un contexte plus ample de transformation politique et sociale susceptible de modifier les conditions dans lesquelles se livrait cette lutte interne. Ils avaient opté pour confier aux FFAA la conduite de la guerre contre le Sentier lumineux dans une perspective strictement militaire. Celles-ci acquirent de facto des pouvoirs très amples dans les provinces toujours plus nombreuses qui étaient déclarées en état d'urgence, sans cependant disposer légalement du contrôle de l'administration et des autorités civiles. Les FFAA au contraire avaient soutenu constamment que le recours aux armes était insuffisant, et probablement voué à l'échec. Le succès de la lutte contre la subversion supposait à leurs yeux une action sur divers fronts, politique, économique, psycho-social et militaire. Tout au long de la décennie, la classe politique s'était montrée inapte à répondre aux défis posés par la subversion et à forger des accords qui permettent de tenter de résoudre, au moins progressivement, le difficile problème des relations politiques entre civils et militaires. Parallèlement, beaucoup dans les FFAA s'étaient peu à peu convaincus que la démocratie était un obstacle pour en terminer avec la subversion et qu'un gouvernement militaire était devenu indispensable pour mettre de l'ordre dans un pays qui s'enfonçait dans le chaos.

DÉSINSTITUTIONNALISATION ET DÉPROFÉSSIONNALISATION DES FFAA

31Une des possibilités qui se présentèrent au président Alberto Fujimori, élu en 1990, était que son gouvernement assume la conduite de la guerre et donc limite les responsabilités politiques que les FFAA avaient progressivement acquises sur le terrain tout au long de la décennie. L'autre, et ce fut celle qu'il adopta, était de confirmer l'orientation actuelle de la lutte contre la subversion et le rôle moteur qu'y jouaient les FFAA, mais en comblant le fossé entre leurs responsabilités politiques et leurs prérogatives légales, et en renforçant leur capacité opérationnelle en leur subordonnant les ressources matérielles et humaines qu'ils jugeaient nécessaires.

32En novembre 1991, le pouvoir exécutif, qui avait reçu du Parlement une délégation de pouvoirs législatifs, promulgua 35 décrets-lois relatifs se référant aux questions de pacification et de défense nationale. Le plus important d'entre eux était le décret-loi 734 qui restructurait le Système de Défense nationale, accordant aux FFAA l'autorité qu'elles réclamaient depuis des années sur la Police et l'ensemble de l'administration civile dans les zones déclarées en état d'urgence. Au cours d'une législature extraordinaire en février 1992, l'ensemble des partis, non seulement Action populaire et l'APRA qui avaient gouverné de 1980 à 1990, mais aussi les groupements de gauche et d'extrême-gauche ainsi qu'à droite le mouvement Solidaridad à la tête duquel l'écrivain Mario Vargas Llosa avait été battu au second tour des élections de 1980 par Fujimori, s'était pour la première fois mis d'accord pour refuser ce qui semblait devoir entraîner une dérive vers la militarisation de la vie sociale et proposer une conduite civile de la lutte contre la subversion en créant des Commandements unis de Pacification régionale formés par le préfet régional nommé par le chef de l'État, le président de la région élu démocratiquement et le chef militaire de la zone. Cet accord politique venait tard, trop tard, à un moment où les partis avaient déjà perdu leur crédibilité et le Parlement sa popularité. La possibilité que cette nouvelle loi soit ratifiée par la législature ordinaire qui s'ouvrait le 6 avril 1992 fut l'une des causes directes du coup d'État qui survint la veille (Degregory, Rivera, 1994).

33Deux autres de ces décrets-lois, dont la suite des événements allait montrer le caractère néfaste, furent le 746, loi du Système d'Intelligence nationale (SIN) et le 752, loi de Situation militaire des officiers des Forces armées.

34Le premier accordait au SIN des moyens et des pouvoirs très vastes, le transformant en un énorme réseau d'espionnage, créant sous sa dépendance des officines dans les ministères et les organismes publics et lui donnant le droit d'obtenir, sous peine de sanctions pénales, l'information qu'il désirait de toute instance publique ou privée.

35Le second rompait avec la tradition bien établie des modalités de mise à la retraite des officiers. Désormais, le président de la République pouvait à son gré maintenir dans leurs fonctions les commandants généraux - le poste de plus haut rang dans chacune des trois armes - au-delà de ce que fixait le règlement. Celui-ci en vigueur depuis les années 50 stipulait que ce poste était attribué à l'officier le plus ancien jusqu'à sa mise à la retraite, automatique après 35 années de service actif ou à l'âge de 58 ans. Le degré d'ancienneté étant déterminé par l'ordre des nominations au grade de général de division. Le nouveau dispositif répondait aux intérêts politiques du président de la République, du SIN, et du haut commandement militaire, à savoir d'assurer leur propre continuité au pouvoir, en privilégiant les allégeances politiques au détriment des qualités militaires. En décembre 1991, Fujimori nomma le général Nicolàs Hermoza au poste de commandant général de l'Armée où ce dernier réussit à se maintenir - situation tout à fait inédite - jusqu'en août 1998. Durant toute cette période Fujimori, Montesinos et Hermoza formèrent une sorte de triumvirat mi-visible mi-occulte, dont il était parfois malaisé de déterminer avec certitude, et selon les circonstances, qui d'entre eux dépendaient de qui, et qui imposait ses vues aux autres. Sauf en de rarissimes exceptions, ils faisaient cause commune pour défendre l'impunité des militaires accusés de corruption ou de violation des droits de l'homme.

36L'ingérence de Fujimori dans les affaires internes des FFAA était donc plus radicale que celle d'Alan Garcia, mais à la différence de ce dernier qui cherchait à les contrôler pour s'en protéger, l'objectif était de les utiliser comme base politique, ce qui permit la fermeture du Parlement et l'adoption de méthodes autocratiques par le chef de l'État. Cet appui fut obtenu en concédant aux FFAA une série de mesures qui permettaient d'accroître leur puissance opérationnelle dans la lutte contre la subversion, mais au prix d'une diminution de leur pouvoir institutionnel.

37La politisation des avancements provoqua le ressentiment et la résistance d'officiers hostiles à la politique de cooptation, de contrôle et d'interférence avec l'ordre hiérarchique de la structure du commandement et qui réclamait le retour au statu quo de la primauté des qualités professionnelles dans les questions d'avancement et de promotion. Le 13 novembre 1992, une faction conduite par le général Jaime Saliñas tenta de déclencher à l'intérieur des FFAA une insurrection qui fut facilement réprimée, mais dont l'effet fut de renforcer considérablement le pouvoir de Montesinos et l'action du SIN qui s'étaient arrogés la mission de prévenir d'autres tentatives et de faire taire toute critique. Des opposants à Montesinos et à Hermoza à l'intérieur des FFAA, qui avaient dénoncé leur implication dans le trafic de drogue se virent contraints de fuir à l'étranger, leurs vies étant menacées. Le développement de la corruption, l'utilisation de la justice militaire contre des généraux à la retraite qui dénonçaient la dégradation des valeurs morales et les assassinats commis par des membres du SIN, l'espionnage des uns par les autres et la généralisation des écoutes téléphoniques, les pratiques de chantage, les purges, la chute du pouvoir d'achat comme conséquence de l'inflation d'abord, du plan structurel d'ajustement ensuite, affaiblirent considérablement l'unité et la discipline militaire.

38Tout cela, ainsi que des restrictions budgétaires, justifiées en partie par de nouvelles hypothèses selon lesquelles - dans le nouveau contexte international - les guerres n'étaient plus possibles en Amérique latine, s'étaient conjugués pour provoquer une baisse de la qualité professionnelle des FFAA. La faiblesse de sa préparation fut durement mise en évidence lors du conflit du Cenepa, une guerre entre le Pérou et l'Équateur livrée en janvier et février 1995 autour d'un tracé de frontière mal délimitée à proximité de la Cordillère du Condor, aux confins de l'Amazonie. Les Forces armées péruviennes crurent qu'elles obtiendraient une victoire facile et rapide comme cela avait été le cas en 1981 dans la même zone. Elles subirent des pertes humiliantes, en particulier celles de plusieurs avions de combat, sans pouvoir déloger les troupes équatoriennes d'un territoire que le Pérou considérait comme sien.

39Lorsque à la fin de son second mandat Fujimori imposa sa troisième candidature à la présidence de la République, en transgression flagrante des normes de la Constitution de 1993 qu'il avait fait adopter, l'utilisation des FFAA fut - avec le contrôle des principaux canaux de télévision et la manipulation du pouvoir judiciaire - un des grands instruments de sa campagne et de la fraude électorale d'avril 2000.

40La même année et deux mois après la projection le 14 septembre dans l'enceinte du Parlement de la cassette vidéo qui fut le point de départ de l'écroulement du fujimorisme - on y voyait le chef du SIN achetant, liasses de billets en main, l'appui de l'un des députés de l'opposition -, une autre cassette vidéo allait apporter les preuves irréfutables de la corruption institutionnelle des FFAA, leur occasionnant une perte durable de crédibilité et de prestige aux yeux de l'opinion publique : le 13 novembre 2000, les téléspectateurs stupéfaits purent voir l'ensemble des officiers supérieurs des trois Armes faire l'un après l'autre acte d'allégeance personnelle à Montesinos, un ex-capitaine qui avait été - quinze ans auparavant - expulsé de l'armée de manière infamante pour avoir volé et livré à la CIA des documents secrets. Il leur offrait dans les locaux du SIN une réception somptueuse pour les remercier des actions menées en étroite coordination avec lui en vue d'assurer la victoire électorale de Fujimori « au nom de la défense de la démocratie, de l'union nationale et de la stabilité du pays ».

41Une des premières actions du gouvernement de transition présidé par Valentin Paniagua fut d'entreprendre un processus d'épuration des FFAA, destituant la totalité des états-majors des trois Armes. Contrairement à une coutume bien établie, les sanctions ne se limitèrent pas à la mise à la retraite. Un certain nombre de généraux membres de la mafia montésiniste et compromis dans des malversations financières ou des acquisitions d'armements réalisées de manière frauduleuse, ont été accusés pénalement et sont emprisonnés. Le SIN a été démantelé et réorganisé sur de nouvelles bases. Cette fois, la rapide désintégration de la coalition de civils et de militaires qui se partageaient le pouvoir, suivie de la fuite inopinée de Fujimori au japon (Revesz, 2002), ne permit pas - comme dans les précédents cas de transition démocratique - un retrait en bon ordre des FFAA ni une négociation des conditions de leur subordination au nouveau régime en vue de ménager leur autonomie.

UNE CHANCE HISTORIQUE

  • 4 Co-gouvernement dans lequel l'on peut distinguer, comme nous l'avons vu, trois périodes : en 1990, (...)

42Trois types de militarisme se sont succédés au Pérou au cours du xxe siècle. Jusqu'aux années 50, l'on peut parler d'un militarisme ploutocratique, période durant laquelle la fonction principale des FFAA, alliées aux élites et classes dominantes, est de contenir les nouvelles demandes politiques et sociales. Le populisme militaire institutionnel ou militarisme technocratique qui lui succède cherchera à se légitimer par une alliance avec la société, tout en renforçant son autonomie face à elle. Enfin dans l'aventure du co-gouvernement avec Fujimori et Montesinos4 surgit un militarisme corporatif où les militaires n'établissent de pacte ni avec les groupes dominants ni avec la société mais s'efforcent de consolider leur propre pouvoir. L'ironie de l'histoire, c'est que les effets cumulés des excès de contrôle et de manipulation interne, voire de corruption, de la part de la présidence de la République et du chef du SIN, ainsi que l'absence de contrôle démocratique externe de la part du Parlement, du pouvoir judiciaire et de la société civile, qui allaient de pair avec ce militarisme corporatif suigeneris, ont causé un dommage énorme aux Forces armées péruviennes, les faisant passer par une des pires crises de leur histoire.

43La chute brutale du régime de Fujimori et de Montesinos et les conditions dans lesquelles s'est ouverte la nouvelle transition démocratique, offrent au Pérou une occasion unique de transformer les relations entre civils et militaires. C'est un problème complexe qui concerne en premier lieu le Parlement élu en 2001 et le gouvernement d'Alejandro Toledo, mais qui exigerait aussi un débat et une participation active des partis politiques, des organisations de la société civile, des spécialistes et des centres de recherche.

  • 5 Au Pérou, cette « transition » fut, après celles de 1956, 1963 et 1978-1980, la quatrième dans le (...)

44Pour la première fois dans l'histoire du pays, un civil a été nommé ministre de la Défense. Une commission de haut niveau a été chargée par le président de la République d'« étudier et de formuler des recommandations pour la réorganisation du Ministère de la Défense et la restructuration intégrale des Forces armées comme élément du processus de modernisation de l'État ». Dans son rapport, cette commission souligne la nécessité d'une claire distinction des rôles entre la Police et les FFAA de manière que ces dernières ne soient pas utilisées à des fins internes. Lorsqu'il est fait mention d'un Conseil de Sécurité nationale, elle spécifie qu'il n'est que consultatif et que sa fonction est de conseiller et de présenter des alternatives au ministère et au président de la République. Enfin, elle propose que les FFAA ne participent ni à la lutte contre le trafic de drogue ni à des actions de développement afin d'assumer exclusivement les fonctions qui leurs sont propres. Un consensus paraît aussi se dégager pour accorder aux militaires le droit de vote afin qu'ils s'expriment politiquement comme citoyens et non par le biais de l'institution dont ils sont fonctionnaires et dont ils reçoivent un salaire comme serviteurs de l'État. Par ailleurs, preuve - si elle était nécessaire - de la non-existence de ces « enclaves autoritaires » qui furent dans d'autres situations un ingrédient des transitions démocratiques5, les FFAA furent l'unique institution qui s'autocritiqua pour leur comportement et acceptèrent publiquement la création de la Commission pour la Vérité et la Réconciliation (CVR) chargée de faire la lumière sur toutes les disparitions et massacres survenus durant la lutte contre le terrorisme.

45Il s'en faut toutefois de beaucoup, ce qui serait un pas décisif, pour que s'ouvre un véritable débat sur la politique de défense et de modernisation des FFAA. Une réforme à long terme ne peut se limiter à la question de la subordination des militaires aux civils, mais exige de définir de quel type de Forces armées le Pérou a besoin, quelles sont les missions pour lesquelles elles doivent être organisées et équipées de façon moderne et quel est le coût du soutien à ces institutions. L'on note au contraire une certaine résistance des principaux partis à promouvoir un nouveau projet institutionnel pour les Forces armées, comme si prévalait dans les consciences la traditionnelle autonomie corporative de celles-ci et l'idéologie qui leur accorde le statut de « forces tutélaires » de la nation. Il est probable que de leur côté, et en dépit de leur grave perte de légitimité, les FFAA se perçoivent toujours comme chargées de veiller au destin du pays par delà la normativité constitutionnelle.

46Certes l'époque des « chiens de garde » de l'oligarchie est révolue et, dans le nouveau contexte international, l'irruption sur la scène politique d'un nouveau militarisme institutionnel ou technocratique n'est guère de mise. Mais, face aux crises récurrentes des démocraties latino-américaines, en particulier dans l'aire andine, il serait imprudent d'écarter toute possibilité d'un recours à un « arbitrage modéré », de la part des FFAA, par exemple par le biais de consultations avant la chute ou la conformation d'un nouveau gouvernement, ni le rôle protagoniste nouveau que pourrait leur conférer progressivement l'accent exagéré mis par le gouvernement nord-américain sur la lutte contre le narcotrafic et le terrorisme comme priorité pour sa sécurité.

47Dans le Pérou post-fujimoriste, et bien que les prétoriens soient rentrés dans le rang, l'héritage de l'autoritarisme n'est pas encore dissipé : une politique économique restrictive que refuse la population, mais vis-à-vis de laquelle ne se présente aucune alternative, des tendances conservatrices dans de larges secteurs de la société enclins à traiter manu militari les problèmes du trafic de la drogue ou de la délinquance organisée et croissante, les énormes difficultés des partis et de la classe politique pour se refonder ou se renouveler dans un climat de grand discrédit des institutions publiques et politiques.

48La structure sociale, les aspirations culturelles et l'ordre international ont énormément changé dans les dernières décennies, et pourtant rien ne permet d'affirmer qu'au Pérou, et d'une manière générale dans les pays andins, l'observation de Huttington, énoncée il y a quelques trente ans dans un tout autre contexte, ait perdu « une fois pour toute » son acuité : « Le degré de politisation des individus et des institutions militaires dépend de la faiblesse des groupements politiques civils et de l'incapacité des dirigeants de ceux-ci à faire face aux principaux problèmes que le pays doit affronter » (Huntington, 1968 : 221 ).

Bibliographie

Bibliographie

Abad Yupanqui Samuel, 2001, « jurisdicción y autonomía de la justicia Militar », dans Debate sobre reforma de la justicia Militar en el Perú, Lima, Ideele. Revista del Instituto de Defensa legal, n° 139, pp. 26-29.

Cotler julio, 1989, « Military Interventions and « Transfer of Power Civilians » in Perú », dans O'Donnell Guillermo, Schmitter Philippe, Whitehead Laurence, (ed.), Transitions from Authoritarian Rule: Latin America, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, pp. 148-172.

Degregori Carlos Iván, Rivera Carlos, 1994, Perú 1980-1993 : Fuerzas Armadas, subversión y democracia : redefinición del papel militar en un contexto de violencia subversiva y colapso del régimen democrático, (Documento de Trabajo No. 53. Serie Documentos de Política, 5), Lima, IEP.

Gamarra Herrera Ronald, 2001, « Justicia Militar y Poder Judicial », dans Debate sobre reforma de la justicia Militar en el Perú, Lima, Idéele, pp. 32-39.

Huntington Samuel P., 1968, Political Order in Changing Societies, New Haven, Yale University Press.

Mercado Jarrin Edgardo, 1983, « Canciller Tercermundista », dans Tello María del Pilar, Golpe o Revolución ?: hablan los militares del 68, Lima, Ediciones Sagsa, pp. 283-309.

North Liisa L, 1983, « Ideological Orientations of Peru's Military Rulers », dans McClintock Cynthia, Lowenthal Abraham F. (ed.), The Peruvian Experiment Reconsidered, Princeton, Princeton University Press, pp. 245-274.

Obando Enrique, 1999, « Fujimori y las Fuerzas Armadas », dans Crabtree John, Thomas Jim (ed.), El Perú de Fujmori: 1990-1998, Lima, Universidad del Pacifico, pp. 353-378.

Revesz Bruno, 1991, « Vingt ans après la réforme de la périphérie agraire les impuissances de l'État péruvien », dans Revue française de Science politique, Paris, vol. 41, n° 6, pp. 808-832.

Revesz Bruno, 2000, « Pérou : érosion des institutions et incertitudes économiques », dans Couffignal Georges (dir.), Amérique Latine 2000, Paris, La Documentation française, IHEAL, pp. 151-167.

Revesz Bruno, 2002, « La relève du Fujimorisme », dans Études, revue de culture contemporaine, Paris, Tom. 396 (3), pp. 299-310.

Rospigliosi Fernando, 2000, Montesinos y las Fuerzas Armadas : cómo controló durante una década las instituciones militares, Lima, Instituto de Estudios Peruanos.

Rubio Correa Marcial, 1989, « Fuerzas Armadas y Constitución en el Perú : 1979-1988 », dans Bernales Enrique, Eguiguren Francisco, Fernández Maldonado Guillermo [et. al.], La Constitución diez años después, Lima, Fundación Friedrich Neumann, pp. 223-260.

Sánchez Albavera Fernando, 1979, « El estilo de desarrollo y la crisis del experimento reformista de las Fuerzas Armadas », dans Cuadernos en Marcha, México, 2da. Epoca, Año 1, No. 4 : Nov.-Dic, pp. 17-23.

Stepan Alfred, 1978, The State and Society : Perú in Comparative Perspective, Princeton, Princeton University Press.

Notes

1 C'est nous qui soulignons cette expression.

2 Marcial Rubio observera par la suite, et s'appuyant sur cette disposition, que le pouvoir exécutif a déclaré systématiquement l'état d'urgence dans les zones touchées par la violence politique, « déléguant le contrôle de l'ordre interne aux Forces armées bien que comme il ressort du texte, ce type de délégation n'est ni automatique ni nécessaire » (Rubio, 1989, p. 244).

3 Avec les informations dont l'on disposait à l'époque, Rubio (op.cit, p. 236) mentionne que de 1980 à 1988 « environ 13 000 victimes ont été agressées dans leurs droits tant par les méthodes subversives que par les méthodes antisubversives ». Nous nous appuyons sur le travail récent de la Commission de la Vérité et de la Réconciliation (non encore publié) qui évalue à près de 45 000 le nombre de victimes directes (morts et disparus) la majeure partie originaires de communautés paysannes des départements andins du centre du pays. Il faut ajouter à celles-ci le nombre importants de personnes déplacées (environ un million selon les estimations de cette même commission).

4 Co-gouvernement dans lequel l'on peut distinguer, comme nous l'avons vu, trois périodes : en 1990, les militaires furent cooptés par le nouveau gouvernement issu des élections démocratiques ; ensuite constitué en son principal allié, ils fomentèrent « l'auto-coup d'État » du 5 avril 1992 ; enfin et jusqu'à 2001, sous les dehors d'une formalité électorale et représentative, ils furent le soutien et un acteur central d'un régime autoritaire et corrompu.

5 Au Pérou, cette « transition » fut, après celles de 1956, 1963 et 1978-1980, la quatrième dans le dernier demi-siècle.

Notes de fin

* Directeur du CIPCA-Pérou.

Le poste de président de la République fut déclaré vacant par le Parlement pour “incapacité morale permanente” : Res. Leg. N° 009-2000-CR en conformité avec l'article 113 (alinéa 2) de la Constitution de 1993

Table des illustrations

Titre TABLEAU N° 1 : CHRONOLOGIE DE L'ALTERNANCE ENTRE CHEFS D'ÉTAT CIVILS ET MILITAIRES AU COURS DU DERNIER DEMI-SIÈCLE.
Légende Note (1)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 907k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540