Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et pouvoirs en Amérique latine

 | 
Renée Fregosi

Première partie. L'armée au pouvoir

Chili : l'échec du projet militaire Pinochetiste

Bruno Patino

Texte intégral

  • * Journaliste

1Note portant sur l'auteur*

Le mouvement qui n'a pas eu lieu

2Je fais tout pour que l'on ne touche pas à un cheveu de mes soldats, et pour le reste sachez-le : l'armée est comme le lion, elle ne dort que d'un œil. Si on l'embête... Quand il prononce ces phrases, en décembre 1992, Augusto Pinochet ne surprend personne : l'ensemble des Chiliens - et, au premier chef, la classe politique - partage, en le regrettant, cette analyse. L'armée reste un pouvoir fort, son lien avec Augusto Pinochet semble indestructible, la nouvelle démocratie devra composer.

3Huit ans plus tard, à la fin de 2000, le général connaît les ennuis judiciaires que l'on sait. Son cas préoccupe les dirigeants. Mais ils craignent, au pire, des tensions. Personne ne pense à un mouvement d'ampleur qui prendrait la défense du vieux général, encore moins à un coup d'État. Le mouvement redouté huit années auparavant n'aura pas eu lieu. Malgré la levée de l'immunité parlementaire de l'ancien dictateur, l'armée n'est pas sortie du cadre institutionnel prévu par le régime, et personne, au fond, n'a été surpris.

4Le parcours judiciaire d'Augusto Pinochet a commencé lors de son arrestation, le 16 octobre 1998. Son immunité non reconnue par les Lords, deux fois (le 25 novembre 1998, puis, après l'annulation de la décision, le 25 mars 1999), le général arrivera toutefois à échapper à l'extradition et à rentrer au pays grâce à la « raison humanitaire », qui met en avant son état de santé ne lui permettant pas d'être jugé de façon équitable. Le 3 mars 1999, Augusto Pinochet s'envole pour le Chili et, le 4, le vieux militaire retrouve son pays... et une partie de sa santé. Au Chili, cependant, il fait face à une procédure étrangement symétrique... La levée de son immunité est soumise à la Cour d'appel qui n'est plus, il s'en faut, automatiquement favorable aux militaires. Le 2 mai 2000, cette cour annonce « officieusement » par 13 voix contre 9 que l'immunité du général va être levée. Mais, après une suite de rebondissements juridiques qui tiennent le pays en haleine, le processus prend fin le 9 juillet 2001, quand la Cour d'appel de Santiago décide la suspension de la procédure pour raison de « folie ou démence ». Une suspension temporaire en théorie. En pratique, on voit mal l'état de santé du général s'améliorer, à plus de 86 ans.

5Le bilan pour le vieux général est cependant amer : il apparaît comme un vieil homme usé, protégé par les arguties juridiques de ses avocats. Le général Pinochet pensait, jusqu'à son arrestation, « avoir gagné ». Défait au plébiscite du 5 octobre 1988 qui devait lui assurer huit années de présidence supplémentaire tout en institutionnalisant son régime, il s'était retiré le 14 mars 1990 en laissant la place à un successeur élu, le démocrate-chrétien Patricio Aylwin. Mais cette retraite n'était pas un abandon : un long processus des négociations s'était mis en place entre les militaires et la « Concertación », la coalition regroupant notamment les démocrates chrétiens et socialistes. Au total, la transition à la démocratie fut, au Chili, un processus négocié d'ingénierie politique laissant la place à une démocratie fortement structurée par certains legs du régime militaire, comme le modèle de développement néo-libéral ou une certaine organisation du rapport des pouvoirs publics entre eux. L'impunité des militaires - et, au premier chef, celle d'Augusto Pinochet - avait été garantie. Le rang du vieux militaire également. Restant à son poste de commandant-en-chef de l'Armée de terre jusqu'en mars 1998, il semblait prendre de la distance sans voir remis en question son poids sur les forces armées. Deux ans plus tard, tout a changé.

6L'armée a-t-elle « lâché » Augusto Pinochet ? Oui et non. Non, parce que les manifestations symboliques de soutien, les déclarations à l'emporte-pièce, les réunions à huis-clos, les discussions avec le gouvernement sur le sort du général ont bien eu lieu. Oui, parce que les interventions n'ont jamais dépassé le cadre prévu par la Constitution ou le gouvernement et que, si l'on a pu parler de tensions entre les militaires et le gouvernement, jamais on n'a pu évoquer le terme de crise, et encore moins lui associer le qualificatif de « sérieuse » ou « majeure ».

7Pour qui a connu l'imbrication existant entre le général et son armée pendant la dictature, ainsi que l'influence hiérarchique du commandant-en-chef sur ses troupes pendant les premières années de transition à la démocratie, le chemin parcouru est de taille : « quelque chose » est arrivé concernant les armées qui a permis au régime démocratique de disposer d'une fondation solide lui permettant d'affronter une crise qui, sans cela, aurait sans doute eu des répercussions terribles : qu'on se souvienne du mouvement militaire dit du « boïnazo » de mai 1993 provoqué par une suite d'enquêtes impliquant quelques militaires d'active et déclenché par un titre de presse concernant le fils du général...

8Pour comprendre ce « quelque chose », il convient d'éclairer le présent par le passé en effectuant un retour analytique sur l'évolution du rôle des militaires chiliens entre 1973 et 1998.

9Il y a bien eu un projet pinochetiste pour les forces armées. Par projet, on entend projet politique inscrit dans la durée. Mais ce projet est toujours, justement, resté à l'état de projet. Il n'a jamais été appliqué, même pendant les dernières années de la dictature. En fait, son application impliquait un changement qui, pour les forces armées, pouvait certes engendrer un bénéfice, mais ce bénéfice amenait, quant à lui, certains coûts. Notre hypothèse fait appel à la notion d'incertitude : dès lors que la transition à la démocratie était un processus négocié, les forces armées ont passé le projet pinochetiste au crible de leur seul et unique objectif : la réduction de l'incertitude pour le seul bénéfice de leurs institutions. Quitte à laisser sur les bords du chemin le projet qu'Augusto Pinochet avait pour les militaires.

LA MATRICE DES SITUATIONS DES FORCES ARMEES : LE ROLE DE L'INCERTITUDE

10Le professionnalisme des forces armées est l'un des principes de l'ordonnancement démocratique des pouvoirs publics. Il se nourrit du principe de commandement vertical des institutions, lequel n'est possible qu'avec une absence totale de débat politique au sein des troupes. La politique est, pour l'institution armée, un agent corrosif qui introduit potentiellement des sources de légitimité différentes de l'organisation hiérarchique, ce qui peut, à terme, se révéler mortel pour le bon fonctionnement des forces armées. Qu'un coup d'état survienne, et l'armée, en faisant irruption dans la sphère du pouvoir politique, change sa nature et sa mission. Ce changement s'accompagne en général d'un certain messianisme, c'est-à-dire de la défense d'un projet dont Alain Rouquié a bien montré qu'il s'articulait en fait autour d'un souci d'auto-légitimation.

11Le messianisme n'est pas forcément porteur d'incertitude : s'il y a unité autour d'un projet, alors le politique ne menace pas forcément la cohésion des troupes. Tout juste la quête de légitimité souligne-t-elle la fragilité inhérente à une cohésion engendrée par un projet et non un ordonnancement institutionnel.

12En fait, l'armée n'est préparée ni à une incertitude « interne » ou « personnelle », touchant les militaires comme individus, ni à l'incertitude « externe » ou structurelle, touchant l'institution en tant que telle. Le principe d'obéissance et de verticalité réduit en théorie considérablement l'incertitude personnelle, en empêchant toute remise en question des ordres. De même, le mode de promotion, qui répond en théorie à des critères maîtrisables et acceptés (ancienneté et compétence), limite l'incertitude quant au devenir de chaque individu à l'intérieur de l'institution. Les critères de choix politique, et donc de loyauté, n'interfèrent pas en théorie. À la limite, l'obéissance que le commandant en chef doit au président, tout comme le principe de mise à la retraite automatique, limitent également l'incertitude personnelle pour le haut commandement. La stricte définition du rôle de l'armée (la défense nationale) et son professionnalisme, en encadrant l'institution armée dans une fonction nécessaire et limitée, aboutissent également à réduire l'incertitude institutionnelle, l'armée ayant une légitimité reconnue par tous.

13En résumé, nous pensons qu'il est possible de visualiser la situation des forces armées grâce à une matrice dont les deux axes reprennent les principales problématiques auxquelles elles sont confrontées (graphique n° 1) :

Graphique N° 1 : La matrice des situations militaires.

Graphique N° 1 : La matrice des situations militaires.
  • Le premier axe concerne le statut des forces armées (en tant qu'institution) par rapport au pouvoir : sujet (acteur majeur) ou objet (simple instrument). La présence d'un militaire au pouvoir n'est pas corrélée avec la place sur cet axe : en tant qu'acteur, les forces armées ont droit au débat, à la discussion et l'approbation des politiques ; en tant qu'instrument, elles exécutent les ordres d'un homme ou d'un groupe d'hommes, y compris militaires.
  • Le deuxième axe concerne la concentration du pouvoir au sein des forces armées : pouvoir totalement personnel ou collégial.
  • Le degré d'incertitude encouru par les militaires comme individus et comme institution varie considérablement selon la place dans la matrice :
  • le passage d'instrument politique à acteur politique fait croître l'incertitude (et inversement) ;
  • la personnalisation du pouvoir fait diminuer cette incertitude. Qu'en est-il des militaires, au Chili, entre 1960 et 1998 ? Notre hypothèse est la suivante :
  • Des années 1960 à 1975, soit deux bonnes années après le coup d'État du 11 septembre 1973, on assiste à un double mouvement de politisation et de collégialisation des forces armées qui maximise l'incertitude institutionnelle et individuelle.
  • La personnalisation à outrance du régime militaire, de 1975 jusqu'en 1988, autour du général Pinochet et de son projet politique, a paradoxalement abouti à re-professionnaliser les forces armées, même si cette re-professionnalisation était pour le moins « biaisée », l'armée devenant un simple instrument au service d'une dictature personnelle. Ce faisant, l'incertitude institutionnelle et individuelle a considérablement diminué, le projet étant laissé à la charge du général et le débat absent ou limité à l'entourage direct de Pinochet.
  • À partir de 1989, devait avoir lieu une troisième étape, quintessence du projet pinochetiste pour les forces armées : celle de l'établissement d'une tutelle politique permanente des forces armées sur le fonctionnement de l'État et des autorités civiles. À partir du moment où le régime laissait la place à des autorités démocratiquement élues, leur rôle tutélaire plongeait les forces armées dans une nouvelle période d'incertitude, la légitimité de ce rôle étant contestée et le débat politique ne pouvant à terme que réapparaître. Nous pensons que ce sont les militaires eux-mêmes qui ont abandonné le projet d'Augusto Pinochet : ils ont échangé le respect de leur autonomie contre l'abandon de leur rôle tutélaire.

14Ce sont ces différentes étapes que nous détaillons ci-après.

POLITISATION ET COLLÉGIALITÉ : 1960-1973

15Après la chute de Carlos Ibanez en 1932, le système politique chilien a réussi à réduire les militaires à des tâches strictement professionnelles en ne leur assignant aucune fonction politique. Mais, tout au long de la seconde moitié du xxe siècle, la doctrine de Sécurité nationale et l'anticommunisme ont agi comme deux facteurs de politisation rampante. La doctrine de Sécurité nationale est apparue au Chili en 1949. En élargissant l'étendue des menaces et en les situant à l'intérieur de la société, elle a donné une base institutionnelle à l'intervention de l'armée, sans toutefois lui fournir de projet politique.

16La tradition anticommuniste de l'armée chilienne est, quant à elle, bien antérieure. Genaro Arriagada a montré qu'au début du xxe siècle, l'Armée de terre chilienne avait été modelée de façon « positive » par la tradition militaire prussienne, alors même que les idées socialistes de la Seconde Internationale servaient de repoussoir.

17À la fin des années 1960, la pression des États-Unis et de la Guerre froide ont propulsé les forces armées dans le champ politique, alors même qu'elles traversaient une crise profonde. Le résultat est apparu de façon flagrante lors de la campagne présidentielle de 1970 : le Parti national, considérant que son candidat, Arturo Alessandri, arriverait en tête au premier tour sans toutefois atteindre la majorité absolue des suffrages, encouragea les militaires à faire pression sur le futur Congrès pour éviter qu'il élise, comme il en avait le droit, le candidat arrivé en second, pour peu qu'il rassemblât les voix PDC-UP. Mais une fois Salvador Allende arrivé en tête, la pression droitière sur l'armée continua, cette fois pour empêcher l'élection du socialiste par le Congrès.

18L'entre-deux-tours fut marqué, le 27 octobre 1970, par l'assassinat du général Schneider par des jeunes d'extrême droite désireux de pousser l'armée au coup d'État. Le général Carlos Prats, loyaliste, remplaça René Schneider. Mais il se révéla incapable d'empêcher la fuite en avant politique des forces armées.

19C'est le président Salvador Allende lui-même qui va officialiser la politisation des militaires en nommant des hauts gradés à des postes de ministre. Le débat politique a « contaminé » les troupes. Le débat interne a produit des officiers et des soldats « de gauche », démocrates-chrétiens, tout comme il produit des militaires conservateurs et séditieux. Chacune des tendances verra dans le coup d'État militaire du 11 septembre 1973 un moyen de mettre en pratique ses convictions politiques. Quant aux opinions politiques du général Pinochet avant le coup d'État, elles sont peu connues : remplaçant le général Prats le 23 août 1973, il joue le rôle du « swing man » décrit par Martin Needler : celui qui, arrivant au dernier moment, fait basculer l'équilibre et remporte la mise. Fin 1973, le type de pouvoir exercé par les militaires reste encore à définir. De nombreux projets, plus ou moins messianiques, coexistent. Genaro Arriagada souligne fort justement « qu'en septembre 1973 et durant une longue période à partir de cette date, le régime autoritaire chilien fut un personnage en quête d'identité ».

20L'année 1974 montre une recherche permanente d'équilibre entre les armées, non seulement au sein de la junte, mais également au sein des ministères où les différentes armes et les différentes tendances sont représentées. La junte reste un instrument relativement collégial, ne permettant à aucun projet de s'imposer. Le principe de verticalité hiérarchique est toujours mis à mal par le débat, l'identité même des forces armées est bousculée par la prise de pouvoir. Prendre le pouvoir, pour combien de temps et pour quoi faire, ce sont des questions qui restent ouvertes et qui menacent donc la cohésion des forces armées. C'est la personnalisation du pouvoir militaire qui mettra fin au débat et réduira l'incertitude à l'intérieur des troupes

PERSONNALISATION ET REPROFESSIONNALISATION 1975-1988

21La dictature absolue du général Pinochet, qui s'installe de 1975 pour culminer en 1979, unifie les troupes autour d'un projet unique en rappelant les soldats à l'obéissance. Car si les paroles mettent l'accent sur l'institutionnalisation du régime, avec le fameux discours de Chacarillas du 9 juillet 1997 et ses trois étapes (étape militaire, étape de collaboration entre civils et militaires, étape de normalisation), les faits, eux, vont tous dans le même sens : celui d'une concentration absolue de tous les pouvoirs dans les mains d'un même homme, le général Augusto Pinochet. Ce dernier enlève aux armées leur statut d'acteur politique. En les re-professionnalisant, il les ramène en fait à un statut d'instrument, puis évite l'émergence, au sein des troupes, de tout projet concurrent. L'instrumentalisation des forces armées atteint son paroxysme avec la définition, par Augusto Pinochet, le 11 septembre 1979, des devoirs des militaires : « L'apolitisme, la non-délibération, la subordination au pouvoir politique, et le professionnalisme. Le haut commandement doit certes informer les troupes de l'évolution des politiques gouvernementales, mais la délibération politique, reste interdite pour les soldats, car elle représente une menace pour l'unité des forces armées. »

22Les termes soulignent le paradoxe du pinochetisme, qui fait au fond sa faiblesse : si les commandants-en-chef sont prédestinés, en raison de leur personne et du rôle historique des forces armées, à exercer des fonctions d'homme d'État, il n'en est pas de même de leurs troupes qui doivent obéissance absolue aux commandants-en-chef, et n'ont accès ni à la délibération ni même à la réflexion politique : « gouverner est réservé aux commandants-en-chef ».

23Ainsi, à partir de 1979, les forces armées doivent officiellement dire adieu à la politique : elles sont re-professionnalisées, tout en étant au service d'une politique, celle d'un militaire ! Genaro Arriagada qualifie justement cette nouvelle donne de « professionnalisme dénaturé » (profesionalismo desvirtuado). Les principes traditionnels d'apolitisme, de respect et d'obéissance à la hiérarchie et de soumission au pouvoir politique sont dans un premier temps utilisés comme moyens de mise au pas de l'ensemble des forces armées, lesquelles deviennent ensuite un instrument au service d'une conception hautement personnelle du pouvoir.

24Les moyens de contrôle utilisés par le général Pinochet sont simples : toute opposition interne est muselée par la modification des règles de promotion et de mise à la retraite. Dans le même temps, le commandant-en-chef de l'Armée de terre, soit Pinochet, devient un primus inter pares au sein de la junte, dont la collégialité se marginalise. Dans les faits, la junte cesse d'avoir de l'importance quand Augusto Pinochet confond dans sa personne les rôles de chef d'État et de commandant en chef. La présence du général à la présidence permet de masquer son pouvoir absolu sur l'armée en un retour au professionnalisme. Inversement, la détention, par le président, du poste de commandant en chef de l'Armée de terre lui permet de se réclamer d'une légitimité qui ne découle pas simplement de sa nomination, après le coup, comme président de la junte. Elle permet donc, peu à peu, un renforcement du pouvoir exécutif qui aboutit à un pouvoir personnel et absolu. Ce pouvoir utilise, pour se maintenir, trois instruments : la DINA (police politique) ; la création ex nihilo d'une nouvelle classe politique, technocratique de culture, ultra libérale de conviction, rompant avec l'ensemble de l'oligarchie traditionnelle et ne devant sa promotion qu'au général ; et l'adoption d'un modèle de développement qui, s'il réduit le rôle de l'État - ce qui peut paraître étrange pour un régime militaire -, aboutit également à faire disparaître de nombreux contre-pouvoirs, qu'ils soient économiques, patrimoniaux, ou résultat d'une politique clientéliste traditionnelle.

25Le coup de force contre le commandant-en-chef de l'Armée de l'air et membre de la junte, le général Leigh, destitué le 24 juillet 1978, parachève l'établissement d'un pouvoir personnel absolu. Le mouvement de personnalisation du pouvoir que complète celui de re-professionnalisation des forces armées a ramené l'incertitude à son niveau minimal : la fidélité, si elle ne se dirige plus vers le pouvoir légitimement élu, s'exprime au bénéfice du général Pinochet ; et il n'y a plus de débat entre plusieurs options politiques.

26Les militaires y ont-ils perdu ? Ce n'est pas sûr. Car à partir de cette période, au sein des troupes, vulgairement parlant, « on ne se pose plus de questions » : l'incertitude, tant personnelle qu'institutionnelle, est minimale, du moins tant que le projet pinochetiste n'apparaît pas menacé, d'autant que ce projet s'éloigne de toute référence démocratique, par nature porteuse d'incertitude générale. D'où un bénéfice évident pour l'institution armée : plus d'incertitude au niveau de la nation (régime autoritaire), plus d'incertitude au niveau de l'institution (mission professionnelle sans apport programmatique), plus d'incertitude au niveau des militaires comme individus (une seule loyauté est exigée, qui confond le général et le principe de commandement). Le cycle est alors auto-entretenu : la cohésion des forces armées est un instrument au service d'un pouvoir personnel, qui s'en sert pour dépolitiser l'armée, renforçant ainsi sa cohésion, qui lui permet d'augmenter son pouvoir, etc. D'où la grande surprise de l'opposition démocratique lors des protestas de 1986 : les manifestations de masse qui provoquent pourtant une répression brutale ne divisent pas l'armée. Il y a longtemps que le débat a quitté les troupes.

27De 1979 à 1988, de nombreux militaires ont pu se croire « reprofessionnalisés », c'est-à-dire protégés de la politique : « La politique et l'État, c'était l'affaire du général. Pour nous, il suffisait d'obéir ». Il n'en est plus de même après le plébiscite de 1988, qui propose un schéma institutionnel radicalement nouveau.

LE PROJET POST-1988 : REPOLITISATION ET POUVOIR DE TUTELLE

28Le projet porté par les proches de Pinochet (souvent des civils, d'ailleurs) pour la fin des années 80 entend institutionnaliser le régime. Commencé par la promulgation de la loi d'amnistie de 1978, le processus prend de l'ampleur avec la rédaction de la Constitution de 1980. Cette dernière souhaite établir un régime qui, in fine, doit aller au-delà de la personne du général. Certes, la Constitution prévoit, grâce à un article dit « dérogatoire » (l'article 14), une période de dictature personnelle conçue comme transitoire. Mais après le plébiscite d'octobre 1988, et, en théorie, quel que soit son résultat, la Constitution fera naître une « démocratie pleine », selon les termes du régime militaire, régie de mécanismes institutionnels particulièrement compliqués. Et un rôle tout à fait particulier est alors prévu pour les forces armées. La conception pinochetiste de l'État parle de l'émergence d'un « État moderne » à deux niveaux : en premier lieu, le niveau politique où, finalement, à l'intérieur de certaines limites, la façon dont s'organisent les rapports entre les pouvoirs publics importe peu, comme importe peu l'identité de ceux qui détiennent le pouvoir politique, d'où la présence de scrutins électoraux. Au-dessus du niveau politique cependant, il y a le niveau de l'État et de la patrie où les forces armées garantes de la continuité et de « l'ordre institutionnel de la République » (article 90), jouent un rôle prééminent. Comme le déclare le général : « Seuls ceux qui sont prêts à mourir pour elle peuvent décider du devenir de la Patrie ».

29Les articles permanents de la Constitution, qui doivent s'appliquer à partir de 1988, confient aux militaires un rôle de tutelle et les replongent dans la politique, au sens où il leur est possible d'affronter le pouvoir politique en place. Ce rôle de tutelle repose sur trois fondements : un pouvoir militaire autonome et indépendant de toute autre autorité, la création et la composition d'un Conseil de sécurité nationale, et la représentation de ce Conseil dans des organes importants du système politique créés par la Constitution, comme le Tribunal constitutionnel et le Sénat.

30Détaillons rapidement chacun de ces fondements.

31À partir de 1989, le mode de désignation des commandants-en-chef et leur inamovibilité doivent consacrer l'autonomie du pouvoir militaire vis-à-vis du pouvoir politique, en détruisant la base du principe de subordination du pouvoir militaire au pouvoir politique. Par ailleurs, l'autonomie budgétaire doit compléter l'autonomie organisationnelle : une loi est prévue pour ce faire.

32Second point, un Conseil de Sécurité nationale est créé, où siègent les trois commandants-en-chef et le général directeur des carabiniers, le président de la Cour suprême, le président du Sénat et le président de la République, qui préside. Il doit « représenter à n'importe quelle autorité établie par la Constitution son opinion face à un fait, acte ou matière qui, à son jugement, porte gravement atteinte au fondement des institutions ou peut compromettre la sécurité nationale ». Le terme « representar » (« représenter » ou « faire connaître ») est juridiquement assez flou. Néanmoins, avant 1989, la quasi-totalité des juristes constitutionnels chiliens s'accordent à penser que c'est, a minima, un droit de « pression permanente et menaçante sur les autorités élues ». Certains auteurs, tels Francisco Cumplido, vont plus loin en faisant de cet article la base d'un droit permanent au pronunciamiento.

33Enfin, troisième élément, le Conseil de Sécurité nationale a le droit de nommer des sénateurs désignés dont la présence rend quasi impossible toute modification constitutionnelle qui n'aurait pas leur accord.

34Le dispositif est ainsi bouclé : le régime politique prévu à partir de 1989 est un régime sous tutelle militaire qui, dans les textes, peut difficilement s'accommoder avec l'idée de démocratie. Le rôle politique des forces armées est ainsi amené à un niveau bien supérieur à celui atteint lors des précédentes périodes de la dictature puisque le régime établit donc des commandants en chefs indépendants du pouvoir politique et disposant d'un pouvoir de tutelle. Sous la dictature, rappelons-le, il y avait confusion du politique et du militaire à un niveau seulement : celui du général. Ainsi, après avoir rejeté la distinction entre chef d'État et commandant en chef, le régime opérait un tête-à-queue brutal en créant un pouvoir militaire indépendant par rapport au président. La dépersonnalisation du régime, ou plutôt sa « depinochetisation », devait passer, pour les tenants de l'autoritarisme, par une militarisation intense de la sphère politique.

35Mais, pour réussir le virage institutionnel, il eût fallu que le général Pinochet gagnât le plébiscite de 1988. Alors se serait créée au sein des forces armées une culture permettant à celles-ci d'exercer ce rôle tutélaire. Le général Pinochet défait, envisager ce nouveau rôle était par trop générateur d'incertitude.

36Dans le contexte de la transition, les militaires vont bien vite abandonner le projet pinochetiste pour, avant tout, défendre la position de l'institution.

LA REALITÉ POST-1988 : REPROFESSIONNALISATION ET AUTONOMIE

37Une fois Augusto Pinochet défait lors du plébiscite du 5 octobre 1998, une période de transition à la démocratie débute, laquelle passe par des négociations politiques intenses, notamment avant les élections de décembre 1989 qui portent au pouvoir la Concertación et le démocrate-chrétien Patricio Aylwin. Les négociateurs, pour le régime militaire, sont au premier chef les proches d'Augusto Pinochet : le ministre Carlos Caceres, ou le général Ballerino. Mais les forces armées, en tant qu'institution, semblent en retrait.

38En fait, il y a chez les militaires aussi bien une méfiance vis-à-vis des politiques qu'une méfiance vis-à-vis du politique. Il existe donc une demande d'autonomie ou d'indépendance de l'armée qui correspond à un souhait d'autonomie face aux politiques, dont les agissements ont « souvent été néfastes pour l'armée ». Cette tentation autarcique peut également se cumuler avec la méfiance vis-à-vis du politique, perçu comme corrupteur. Il y a alors professionnalisation autonome. Tout est question de perception : si la menace des politiques est perçue comme supérieure à la menace diffuse du politique, il y a risque d'intervention armée récurrente et régulière. Si, au contraire, la menace du politique est perçue comme supérieure à la menace des politiques, les militaires auront tendance à souhaiter se contenter de leur professionnalisme.

39L'adhésion des militaires au rôle de tutelle dévolu par la Constitution à l'armée dépend finalement de deux facteurs : le messianisme d'un homme, en l'occurrence le général Pinochet ; la perception d'une menace de la part des politiques. Une fois Pinochet écarté, il revenait à la Concertación de rassurer les militaires. Ce qu'elle fit en leur accordant une autonomie sans précédent dans un régime démocratique, pour laquelle ils sacrifièrent leur rôle tutélaire.

40C'est cet accord en pointillé, fruit des discussions entre les militaires et la Concertación de 1989 que nous passons rapidement en revue.

41Dès la transition amorcée par l'élection de Patricio Aylwin, la question militaire se distingue bien vite du « lot » des mesures expédiées par le gouvernement de transition de Carlos Caceres. Le général Ballerino, directeur du comité asesor, véritable cabinet privé du général, a énuméré le 23 août 1989, neuf conditions pour l'établissement de bonnes relations entre le pouvoir nouvellement élu et l'ex-pouvoir militaire : respect des fonctions constitutionnelles des forces armées ; inamovibilité des commandants-en-chef ; respect des fonctions et de la constitution du Conseil de Sécurité nationale ; respect du prestige des forces armées ; combat contre la propagation de la lutte des classes ; combat contre le terrorisme ; respect de la loi d'amnistie ; absence de toute intervention politique dans les structures internes des forces armées, dans le budget des forces armées et dans la carrière professionnelle des militaires ; et, respect de l'autonomie et des compétences de la justice militaire. En apparence, donc, c'est le projet pino-chetiste intégral qui est défendu.

42Les discussions sont animées, Augusto Pinochet jouant avec maestria de son pouvoir d'intimidation. Mais, in fine, le bilan est inégal.

43Toutes les dispositions tenant à l'autonomie des forces armées se trouvent confirmées : l'article 93 de la Constitution qui instaure l'inamovibilité des commandants-en-chef reste inchangé, ce qui signifie qu'Augusto Pinochet pourra rester à son poste jusqu'en 1998. Et quand un autre article - le 94 - est modifié, c'est au contraire dans un sens qui accroît l'autonomie des militaires : nomination, promotion et mise à la retraite des officiers relevaient d'un simple décret du président de la République ; elles dépendent désormais de la loi organique. Enfin, le 20 janvier 1990, soit deux mois avant la prise de fonction du nouveau président, une loi est approuvée donnant la faculté aux forces armées d'effectuer des achats, des ventes et des appels d'offre sans aucun contrôle externe, y compris du Parlement. Par cette loi, les forces armées échappent non seulement au contrôle de leurs recettes (loi sur les forces armées), mais également au contrôle de leurs dépenses. Elle ne sera pas remise en question par le pouvoir démocratique.

44L'autonomie des militaires se trouve renforcée par le basculement démocratique. Qu'en est-il du projet de « l'État moderne », c'est-à-dire du rôle de tutelle ? En apparence, il n'est que faiblement remis en cause. Augusto Pinochet défend la thèse d'une « subordination dans les sphères de compétence ». En clair, le militaire se subordonne au civil pour ce qui est de l'administration de l'État. Mais, pour ce qui relève de la sauvegarde de la Patrie et de l'État, en revanche, le civil doit se subordonner au militaire. Et, bien évidemment, pour Augusto Pinochet rien n'est au-dessus de la sauvegarde de l'État. Le Conseil de Sécurité nationale se trouve au cœur du dispositif, et la possibilité qui est la sienne de representar son opinion est au cœur de ce cœur. Les négociations infléchiront la formule, toujours dans un sens assez flou : la formule permettant au Conseil de representar une opinion a été remplacée par la formulation non moins vague de « hacer presente » (« faire mention »). C'est tout. Au final, le Conseil de Sécurité nationale est maintenu. Sa composition a été modifiée par l'ajout de nouveaux membres, mais les militaires, ou les membres indirectement nommés par les militaires, y ont toujours un poids dominant. Le rôle de tutelle a été infléchi, il n'a pas disparu.

45Le bilan, à la fin de 1990, est le suivant : autonomie renforcée, rôle de tutelle infléchi. Mais la pratique institutionnelle de l'après-1990 nuance considérablement ce jugement. Notre conviction est la suivante : l'armée a finalement abandonné la vision politique d'Augusto Pinochet contre la garantie d'une autonomie accrue, non par conviction, mais par volonté profonde de ne plus être soumise au Politique, ou aux politiques. Et « l'affaire Pinochet » l'a, ô combien !, soulignée.

46Dans la pratique, le rôle de tutelle ne sera jamais exercé par le Conseil de Sécurité nationale, qui ne se réunira presque jamais avant l'arrestation du général en octobre 1998. Paradoxalement, le rôle de Pinochet lui-même n'a pas été neutre dans cette évolution.

47Le maintien à son poste du général Pinochet jusqu'en mars 1998 s'est accompagné d'un maintien de la discipline interne au sein de l'Armée de terre, ce qui a permis une canalisation rationnelle des demandes d'autonomie et des demandes individuelles liées aux droits de l'homme, et a eu, entre autres, plusieurs effets stabilisateurs. Par ailleurs, ce maintien a permis une absence de politisation partisane de l'Armée de terre, le général ne voulant pas être « débordé » par des hommes se réclamant de lui, et étant soucieux de garder sa marge de manœuvre. Ensuite, la présence de Pinochet à son poste a évité toute « fuite en avant », le général Pinochet étant soucieux du jugement historique sur son « œuvre ».

LA FIN DU PINOCHETISME MILITAIRE

48Finalement, et c'est le paradoxe, quand Augusto Pinochet quitte son poste de commandant-en-chef de l'Armée de terre, les forces armées ont certes gagné leur autonomie, mais sont également, après les deux mouvements de 1990 et 1993, revenues à un statut professionnel en ayant une pratique institutionnelle très éloignée du pinochetisme. L'armée y a beaucoup gagné en tant qu'institution et, dans le cadre de pouvoirs fonctionnant normalement, elle a également considéré que son retrait du champ politique la renforçait en tant qu'institution.

49La question militaire est celle sur laquelle les acquis de la transition sont les plus différents des limites qu'avait fixées le général Pinochet. L'armée s'est en effet re-professionnalisée en échange de son autonomie budgétaire et d'une puissance relative inégalée dans l'ensemble du continent. Elle a ainsi laissé en déshérence un rôle tutélaire plus imaginé pour son commandant-en-chef, le général Pinochet, et ses quelques proches, que pour l'ensemble de l'institution, qui ne semble pas le désirer. Les institutions militaires ont finalement été sensibles au contenu de leur discours. Ce dernier, loin de se limiter à une méfiance à l'égard des politiques, incarnait avant tout un rejet du politique. Il n'est peut-être pas étonnant que ce rejet se soit également appliqué à leurs propres ambitions... À cet égard, la « disparition » politique du général Ballerino, à la fin de 1993, traduit cette évolution. Le général Ballerino incarnait jusqu'à la caricature le type de militaire dont rêvait le général Pinochet pour son pays : fin, cultivé, très à l'aise dans les négociations politiques et l'art de gouverner, persuadé tant de son propre destin politique que de l'éminence du rôle des forces armées comme élément « régulateur » de la sphère politique. Le général Ballerino est parti à la retraite fin 1993, officiellement pour raisons de santé, officieusement en raison de son rôle dans l'élaboration de la loi Aylwin, qui entendait mettre un terme définitif, sur le plan judiciaire au moins, à la question des droits de l'homme. Ballerino parti, le poids des « politiques » dans l'armée est devenu marginal.

50Le Conseil de Sécurité nationale, conçu à l'origine comme un instrument de tutelle, est au contraire devenu, peu à peu, un moyen pour le pouvoir civil de mieux connaître les militaires et d'éviter toute irruption de ces derniers dans la sphère politique, même dans un moment aussi paroxystique que l'affaire Pinochet.

51La perspective d'un retour du général au pays en mars 2000 a poussé les forces armées à utiliser le Conseil de sécurité nationale pour créer une « table de dialogue » (mesa de dialogo), qui a regroupé notamment les représentants du gouvernement (dont Eduardo Perez Yoma, ministre de la Défense), quatre avocats représentant les organisations de défense des droits de l'homme, ainsi que les plus hautes autorités militaires : Ricardo Izurieta, commandant-en-chef de l'Armée de terre, Jorge Arancibia, commandant-en-chef de la Marine, Patricio Rios, commandant-en-chef de l'Armée de l'air, et Manuel Ugarte, directeur général des Carabiniers. Cette table ronde a permis de dégager une position commune entre l'armée et le gouvernement pour traiter le cas personnel du général Pinochet. Elle a également aidé la société chilienne à envisager de nouvelles avancées sur le plan de la justice.

52Sur un plan plus analytique, il est intéressant de mettre en perspective les concepts utilisés par les forces armées pour évaluer leur rôle passé ou présent. La table de dialogue, prenant en cela la suite de la commission Rettig, a tenu à préciser que si le désordre intérieur (comoción interna) provoqué par l'Unidad Popular expliquait le coup d'État, il ne le justifiait pas, la table de dialogue rejetant pour l'avenir « catégoriquement toute forme de prise de pouvoir par d'autres voies que les voies démocratiques ». De même, le premier projet de rapport réfutait « la thèse de l'ennemi intérieur, qui suppose l'élimination de quiconque défend une idée différente de l'idée officielle ». Cette thèse était considérée comme ne faisant « pas partie de la doctrine de Sécurité nationale, telle qu'elle est définie dans le Livre blanc de la Défense nationale ». Or, l'hypothèse de l'ennemi intérieur constituait la principale justification à l'établissement du pouvoir de tutelle envisagé pour les forces armées par le général Pinochet.

53Voilà, au bout du compte, ce qui reste du pinochetisme militaire : une mise en perspective assez limitée du rôle passé (l'armée a sauvé le pays, en utilisant des méthodes peu justifiables), un « oubli » volontaire du rôle tutélaire ou fondateur (fundacional) pour l'avenir contre une autonomie chaque jour renforcée.

54Le premier à s'en rendre compte aura été... le général lui-même.

Notes de fin

* Journaliste

Table des illustrations

Titre Graphique N° 1 : La matrice des situations militaires.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1884/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540