Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et pouvoirs en Amérique latine

 | 
Renée Fregosi

Première partie. L'armée au pouvoir

La fin des coups d’état militaires en Amérique latine ?

Mutineries et coups manqués en argentine et au Paraguay dans les années 80-90

Renée Fregosi

Texte intégral

  • * Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en science politique. IHEAL/CREDAL.

1Note portant sur l’auteur*

LA TOILE DE FOND LATINO-AMÉRICAINE

2En Amérique latine, l’autoritarisme politique a depuis les indépendances, fait bon ménage avec la république et des formes limitées de démocratie. Mais, avec le début du xxe siècle et la consolidation des armées nationales, un nouveau type de régime autoritaire fait son apparition : le régime militaire, et avec lui son mode privilégié d’instauration, le coup d’État. Sous cette nouvelle rubrique, vont alors se côtoyer différentes sortes de pouvoir militaire que l’on pourra ranger selon trois critères croisés : le premier clivage distingue les régimes fortement personnalisés et les pouvoirs collégiaux type junte ; le deuxième a trait à la relation plus ou moins forte que les militaires putschistes entretiennent avec certains groupes civils ; le troisième enfin, souvent lié au précédent, consiste dans le caractère progressiste ou réactionnaire du projet politique avancé par le pouvoir militaire.

3Il faut en effet souligner la corrélation intime entre construction de l’État et coup d’État. Comme le souligne Edward Luttwak en 1968 dans son ouvrage pragmatique Coup d’État : A Practical Handbook, la logique du coup d’État s’inscrit dans le cadre de la formation et de la consolidation de la structure étatique (par exemple en Argentine à partir de 1930). Il rejoint d’une certaine façon les réflexions subtiles d’Alain Rouquié, mettant en œuvre une sorte d’analyse cognitive avant la lettre qui suit les logiques internes, les raisons invoquées par les militaires putschistes et les méthodes employées pour appliquer leur définition de la démocratie, insistant sur le fait que « les militaires ne sont pas les « chiens de garde » de l’oligarchie ou du grand capital, mais ceux de l’État, qu’ils libèrent des acteurs jugés par eux dangereux ou inutiles » (Rouquié, 1982 ; Rouquié, 1986). Par ailleurs, des analyses de classes comme celle de José Nun par exemple, centrée sur le rôle des classes moyennes et leurs liens ambigus avec l’oligarchie latino-américaine (Nun, 1986), viennent paradoxalement compléter utilement la complexité des tenants et aboutissants des différents types de coups d’État en Amérique latine.

4Cette perspective polymorphe rend compte en effet de la multiplication des coups d’État dans les années 60-70 en Amérique latine, lorsque la matrice étato-centrique (Cavarozzi, 1994a ; Cavarozzi, 1994b) qui a atteint son apogée va entrer en crise. Mais un autre élément, externe celui-ci, ne peut être négligé eu égard à cette prolifération du coup d’État dans la seconde moitié du xxe siècle : l’influence des États-Unis en Amérique latine dans le contexte de la guerre froide. De 1946 à 1991, l’École des Amériques’ qui enseignait la doctrine de Sécurité nationale forma 60 000 militaires environ à la « lutte anti-subversive » et à la pratique du golpe. Et sur le terrain, la CIA et les ambassades étasuniennes ont soutenu de multiples coups d’État, en alliance avec les élites locales. Alors, la séparation civil/militaire prônée en théorie, signifiait en fait tenir les militaires aux ordres des civils lorsque se faisait sentir le besoin d’une intervention face à des demandes sociales trop pressantes.

5Retirés momentanément dans leurs casernes, armés et entraînés de façon à satisfaire leur corporatisme, flattés et endoctrinés par l’idée qu’ils étaient les défenseurs de la nation et le dernier rempart contre l’ennemi intérieur, les militaires étaient toujours prêts au coup d’État. La réprobation des interventions militaires n’était en effet pas la même qu’aujourd’hui, les interventions étant au contraire souvent soutenues et encouragées par des civils influents et des gens d’Église. À partir des années 60, la pratique du coup d’État militaire visant à empêcher l’arrivée ou le maintien au pouvoir de présidents progressistes va en effet se généraliser dans toute l’Amérique latine, épargnant uniquement le Mexique, le Costa Rica, la Colombie et le Venezuela. Et dans le sud du continent, le modèle de la junte, dictature collégiale « bureaucratico-militaire », va se répandre comme une traînée de poudre : du Brésil précurseur en 1964 à l’Argentine en 1976, en passant par la Bolivie en 1971, l’Équateur en 1972, l’Uruguay et le Chili en 1973, le Pérou en 1975 (le Paraguay constituant la particularité d’une dictature plus ancienne, organisée depuis 1954 autour d’un parti-État par le dictateur Alfredo Stroessner).

6Mais le système avait quelques ratés : dans les pays andins, notamment dans les années 70, des militaires s’émancipent parfois de leurs liens privilégiés avec les classes dominantes et les États-Unis, grâce, ironiquement, à leur nouveau professionnalisme. Le coup d’État du 3 octobre 1968 mené par le général Velasco Alvarado au Pérou est à cet égard emblématique. François Bourricaud, précurseur français des analyses sur les militaires latino-américains, souligne en effet d’une part le haut degré de professionnalisation de l’armée péruvienne à cette époque (analysée selon deux caractéristiques : la technicisation et la bureaucratisation), d’autre part, le fait que « y compris parmi les officiers « anticommunistes » et admirateurs des États-Unis, la réserve mentale vis-à-vis de ce pays est très forte » ; enfin, il note que les militaires se trouvent face au même défi que les gouvernements précédents, à savoir « que signifie faire du Pérou un pays moderne » et que leur capacité modemisatrice consiste dans la définition des termes du changement en tenant compte des pressions internes et externes (Bourricaud, 1971). Manifestement, la junte progressiste péruvienne (qui tombera en 1975, chassée par des militaires conservateurs) n’est pas parvenue à installer durablement un consensus sur les modalités du changement.

7Le modèle péruvien, qui se constituera cependant comme tel et fera des émules dans différentes armées latino-américaines (notamment en Équateur), renoue en effet avec le populisme latino-américain « historique », lui aussi d’origine militaire : Getulio Vargas comme Perón sont des officiers putschistes avant de se faire élire triomphalement dans des consultations électorales libres. Et, à l’instar de leurs prédécesseurs, les « Péruviens », comme on les a appelés, ont été renversés par d’autres militaires, conservateurs ou réactionnaires. À partir des années 60, s’affirme en effet dans l’ensemble du continent, le courant dit des « Brésiliens », tenants d’un autoritarisme militaire certes développementaliste mais affichant un libéralisme économique marqué et une méfiance voire un mépris à l’égard du peuple pouvant aller jusqu’à la haine la plus meurtrière lorsque, dans les années 70, cette tendance s’organise autour du national-catholicisme en Argentine et de l’ultra-libéralisme au Chili. Mais ce qui rassemble tous ces militaires putschistes c’est avant tout la doctrine de Sécurité nationale et leurs liens avec les États-Unis et la CIA ; ce qui les conduira tout naturellement à renforcer ces liens dans l’opération Condor visant le « subversif » où qu’il se trouve.

8Il est alors intéressant d’observer les théories anglo-saxonnes de cette évolution militaire golpiste. La science politique nord-américaine a commencé à s’intéresser aux questions militaires après 1945, d’abord principalement sous l’angle des questions stratégiques puis d’un point de vue novateur, corporatif. La question du coup d’État militaire dans les pays du Tiers-Monde et notamment de l’Amérique latine va alors être largement traitée. À partir des années 50, dans le sillage des fameux ouvrages de Samuel Huntington, The Soldier and the State, en 1957, et de Morris Janowitz, The Professional Soldier, en 1960, la thématique du coup d’État est abordée de façon transversale à travers la question des relations civils/militaires, analysées du point de vue de la corporation militaire (formation, sociologie, carrière, idéologie, doctrine, fonction politique...).

9Par ailleurs, vont se multiplier des explications variées de l’instabilité politique de type dévelopementaliste, davantage axées sur l’économie pour certaines, sur le stade de « développement politique et culturel » pour d’autres (Johnson, 1962 ; Johnson, 1964 ; Finer, 1962 ; Lieuwen, 1960 ; Lieuwen, 1964) Associées aux différentes théories autour du professionnalisme, ces études vont alors induire une sorte de légitimation de l’intervention militaire : certes, le militaire doit être soumis au civil mais en restant le bras armé des élites civiles nationales et étrangères ; il peut alors servir à mettre en place légitimement des « régimes forts » en cas « d’ingouvernabilité » due à une « demande sociale excessive » (Crozier, Huntington, Watanuki, 1975). Le coup d’État va alors être justifié comme mode de changement de régime et seul moyen d’imposer le développement aux pays du Tiers-Monde.

10Ainsi, à partir des années 60 et surtout 70, le coup d’État va devenir un thème de réflexion autonome, banalisé en quelque sorte. Alors, les analyses de Egil Fossum (Fossum, 1967) ou de Robert Putman (Putman, 1967) président à une vague d’études statistiques produisant des moyennes de référence, des mises en équations plus ou moins complexes, des tableaux et des schémas qui mettent en évidence des tendances basées sur des critères économiques, sociaux, culturels et politiques. Ces données vont alors souvent mettre en évidence des cycles temporels censés servir de base à des pronostiques aléatoires. On comptabilise ainsi les périodes de régimes militaires par pays, le nombre et les sortes de coups d’État dans certains laps de temps et par pays. Puis, en les croisant avec différents éléments et différentes variables, on produit des schémas (toujours affaiblis par des exceptions, comme le note d’ailleurs Robert Putman lui-même) et des prédictions (souvent démenties par la suite de l’histoire comme celle d’Egil Fossum par exemple, pour qui les régimes militaires vont augmenter à la fin du xxe siècle). Pourtant, la méthode continue à avoir de nombreux adeptes. Ainsi, plus récemment, Robert H. Dix par exemple, illustre bien l’insatisfaction que produit ce type de travaux : aucune réponse n’est avancée au pourquoi de l’existence même de ces fameux cycles de coups d’État et donc rien ne fonde la croyance d’une poursuite des cycles ou de leur interruption (Dix, 1994).

11Les transitions à la démocratie des années 80 ont d’ailleurs porté un coup à ce type d’analyses et la science politique a reconsidéré le rapport civils-militaires cette fois non plus en termes de contrôle des premiers sur les seconds : on a alors assimilé démocratie et écartement complet des militaires de la sphère du politique. Les militaires étaient discrédités par les dictatures, leur répression et/ou leurs échecs économiques et/ou sociaux. À partir de 1978 avec l’Équateur en effet, et jusqu’en 1989 avec le Chili et le Paraguay, en passant par le Pérou en 1980, la Bolivie en 1982, l’Argentine en 1983, l’Uruguay en 1984, le Brésil en 1985, toutes les dictatures militaires de l’Amérique du Sud vont tomber l’une après l’autre, dans un mouvement de dominos inverse de celui des années 60-70. Partout les militaires sont conspués et montrés du doigt, même si assez peu de procès sont finalement mis en œuvre à leur encontre pour les atteintes aux droits de l’homme perpétrées sous leurs dictatures.

12Il ne s’agit pas, pour nous ici, de réexaminer les différents types d’interventions militaires survenues dans le cadre des transitions à la démocratie en Amérique du Sud. Nous entendons ce terme de « transition à la démocratie » dans l’acception stricte de Manuel Antonio Garretón (Garretón, 1987) : processus qui va de la phase finale du régime militaire aux premières élections libres ; et non pas dans un sens général de mouvement complexe de démocratisation avec ses avancées et ses reculs dans une période historique plus longue. Le rôle fondamental joué par les Forces armées latino-américaines abandonnant le pouvoir aux civils, sous des formes diverses selon les cas nationaux, a été largement étudié par les théoriciens des transitions (O’Donnell, Schmitter, Whitehead, 1986) et les spécialistes de la question militaire (Goodman, Mendelson, Rial, 1990 ; Rivarola, Cavarozzi, Garretón, 1991).

  • 1 La US Army School of the Americas, fondée en 1 946 au Panama puis rapatriée en Géorgie aux États-U (...)

13Par ailleurs, des valses-hésitations de militaires effectuant des retours au pouvoir après des élections visant à rendre le pouvoir aux civils, bien que relativement rares, ont été observées à plusieurs reprises en Amérique centrale où les processus de démocratisation se sont révélés difficiles, se doublant de véritables processus de paix au sortir de guerres civiles souvent de longue durée et extrêmement meurtrières (Rouquié, 1992 ; Tapia, 1991). En Amérique du sud, seule la Bolivie a vu à l’œuvre ce mouvement de résistance autoritaire tentant d’entraver la démocratisation entre 1979 et 1982. Comme le montre bien Jean-Pierre Lavaud (Lavaud, 1981), des élections ne peuvent à elles seules imposer une démocratie contre des militaires pas encore convaincus de la nécessité de quitter la scène politique. Le départ du pouvoir du général Banzer en 1977 ne signifie pas en effet la fin du pouvoir militaire : ce n’est que grâce à la division des Forces armées et sous la pression internationale que les élections de juillet 1979 auront lieu, et encore elles ne pourront déboucher sur un gouvernement démocratique durable. Il faudra attendre 1982, pour que, seulement après trois tentatives, le retour à la démocratie s’affirme. Mais nous sommes là, tant en Amérique Centrale qu’en Bolivie, face à des cas de transitions à la démocratie chaotiques, à des accouchements difficiles de régimes démocratiques ; il ne s’agit pas à proprement parler de régressions autoritaires intervenant après une phase d’« inauguration démocratique » affirmée1.

  • 2 Les premiers procès Contreras et Espinosa produiront des remous inquiétants au sein de Forces armé (...)

14Pour notre part, nous adossant à cette somme déjà considérable de travaux, nous voudrions aborder la suite de l’histoire, à savoir l’intrusion armée de militaires dans le champ politique dans la période post-transition, c’est-à-dire après que la démocratie ait été installée ou réinstallée et sans que cela ne remette véritablement en cause la nature civile des gouvernements en place. Car les militaires n’ont pas tous accepté les transitions à la démocratie qui leur a été imposée par d’autres groupes au sein des Forces armées (les Blandos), les opinions publiques nationales et la pression internationale, et certains vont le faire savoir violemment (d’autres, comme au Chili vont plutôt faire pression sans éclats ou presque2).

15La présente étude, bien que fort modeste, s’inscrit donc dans une triple option méthodologique : 1) historique, faisant sienne l’affirmation d’Alain Rouquié dans Armies and Politics in Latin America de Abraham Lowenthal et Samuel Fitch : « Certaines évaluations de l’évolution possible des actions politiques dominées par les militaires en Amérique latine dépendent de la perspective utilisée pour expliquer leur émergence récurrente dans le passé » (Rouquié, 1986) ; 2) comparatiste, utilisant la comparaison de cas pour mettre en évidence des mécanismes politiques et sociaux plus globaux, touchant sinon l’universel, du moins concernant d’autres réalités, au-delà des simples cas étudiés ; 3) critique, mettant en perspective les évolutions et les implications politiques de la science politique en acte dans ce domaine.

COUPS MANQUÉS OU MUTINERIES RÉUSSIES ?

16Nous nous proposons donc simplement ici, de confronter, d’une part, les quatre mutineries ou rébellions militaires en Argentine menées entre 1987 et 1990 par les carapintadas (nom donné aux militaires rebelles qui interviennent en formation de commando : en tenue de combat et maquillage de camouflage noir sur le visage) et, d’autre part, les deux tentatives de prise de pouvoir conduites par le général Lino César Oviedo au Paraguay en 1996 puis 1999 (Fregosi, 1997 ; Fregosi, 2000). Pourquoi étudier conjointement ces deux types de cas ?

17Tout d’abord, ce sont parmi les premiers cas de réapparition des militaires sur la scène politique depuis les transitions à la démocratie et ils se situent dans ce que Paul Zagorski appelle l’État « post-Sécurité nationale » (le Venezuela en 1992 sous la forme de tentative de golpe et en 1998 par les urnes, puis l’Équateur en 2000 à travers une pression armée en soutien à un mouvement social contre le président en place, pourraient venir utilement compléter une étude plus exhaustive) (Zagorski, 1992). D’autre part, parmi les velléités de retour par la force des militaires en politique, ces deux cas nationaux mettent en scène des nostalgiques de la dictature passée, des acteurs qui n’ont pas accepté en fait la transition à un régime démocratique (contrairement aux cas vénézuélien et équatorien qui relèvent davantage d’un retour du populisme militaire « péruvien » des années 70). Enfin, ils se produisent au sein du Mercosur et ils sont à ce titre, autant de symptômes de la situation confuse dans laquelle se trouvent les militaires face à une reconversion dans un cadre démocratique et aux enjeux régionaux de la mondialisation.

18Par ailleurs, les coups manques et les mutineries limitées présentent un intérêt certain pour l’étude des phénomènes militaires : non seulement ils éclairent autant que les coups réussis sur les intentions des militaires mais en plus ils ne constituent pas forcément des opérations complètement ratées selon l’hypothèse de Harvey G. Kebschull (Kebschull, 1994) : les conséquences des coups manqués ou des mutineries matées peuvent être sur le moyen et le long terme beaucoup plus profondes qu’on ne peut le penser de prime abord. Ainsi, plutôt que de s’interroger avec Deborah L. Norden en ces termes : « Pourquoi les soulèvements ont échoué ? » (Norden, 1996), ne pourrait-on pas se demander en quoi les rebelles argentins et Lino Oviedo ont réussit même s’ils n’ont pas atteint directement tous leurs buts initiaux ?

19En Argentine, dès son élection en octobre 1983, Raul Alfonsin, qui mène une politique volontariste pour juger les crimes de la dictature, va subir de plus en plus de pressions de la part du haut commandement : après avoir annulé la loi d’auto-amnistie adoptée par la dernière junte et le lancement de la Commission d’enquête, la CONADEP, des procès civils vont commencer à l’encontre des dirigeants des trois juntes, mais cela se produit après le refus des cours militaires de juger pour crimes les violations de droits de l’homme consignés dans le rapport Nunca mas. Aux yeux des militaires, ces procès intentés à l’initiative du pouvoir politique démocratique attentent à l’honneur des militaires faisant, de leur point de vue, passer « des héros militaires défendant la nation contre un ennemi très dangereux » pour des criminels, tandis que l’ennemi est considéré comme une victime.

20Le 9 décembre 1985, les sentences des premiers procès tombent, condamnant lourdement les coupables ; les pressions se renforcent alors à tel point que Alfonsin est contraint de faire voter début 1986, la loi dite du « point final » qui limite à soixante jours la possibilité de présenter de nouvelles dénonciations et procédures judiciaires, ce qui aura comme effet de limiter le nombre des procès à venir à 450, tandis que les associations de défense des droits de l’homme en prévoyaient au moins trois fois plus. Cependant, mi-avril 1987, une rébellion dite « de la Semaine sainte », conduite par le lieutenant colonel Aldo Rico s’organise en soutien au major Ernesto Barriento qui refuse de se présenter à son procès pour atteintes aux droits de l’homme sous la dictature. L’ensemble des Forces armées soutenant implicitement la rébellion, la pression sera telle que, malgré la reddition des rebelles, Alfonsin sera conduit à faire voter la loi dite de « l’obéissance due », le 5 juin 1987 : exemptant de responsabilité tous les militaires jusqu’au grade de lieutenant-colonel, ce qui fait passer le nombre des inculpations de 450 à une vingtaine. Pourtant, d’autres mutineries vont encore se produire : mi-janvier 1988 (Monte Caseros), mi-décembre 1988 (Villa Martelli) et début décembre 1990 (Garcia, 1995). Les revendications qui se résument toujours à l’impunité pour les militaires impliqués sous la dictature puis dans les mutineries, vont finalement être satisfaites.

21À l’approche des élections, les carapintadas s’organisent en mouvement politique dont le but est de faire tomber Alfonsin et les radicaux : rapprochement avec le mouvement péroniste, publication de nombreuses plaquettes et du journal éphémère Hoja Avanzada en faveur de Menem. En mars 1990, Aldo Rico annonce la naissance d’un nouveau parti, « Movimiento de Renovacion Nacional », en octobre, il fusionne avec le « Partido de la Independencia » et devient le « Movimiento de la Dignidad e Independancia » qui, en 1991, présente des candidats à Buenos Aires, Tucuman, Salta, San Luis, Cordoba, Entre Rios, Santa Fe et obtiendra trois députés au Congrès national, Rico étant pour sa part élu en 1993. Dès son accession au pouvoir début novembre 1989, Menem gracie (indulto) 280 militaires dont 38 pour crimes sous la dictature et le reste pendant les différentes rébellions postérieures. Restent en prison les cinq chefs des trois juntes (Videla, Massera, Viola, Ricchieri et Camps), condamnés en 1985, mais ils seront bientôt graciés à leur tour, à la suite de la mutinerie de décembre 1990, menée par le colonel Mohamed Ali Seineldin (qui restera, lui, emprisonné après sa reddition).

22Au Paraguay, c’est un autre phénomène qui va pointer cette relation complexe entre civils et militaires au sortir des processus de transition à la démocratie, à travers un personnage : Lino Oviedo. En participant au coup d’État contre Stroessner en 1989, Oviedo n’a certainement pas le projet d’établir une démocratie réelle ; mais « doublé » par le général Rodriguez (initiateur du coup de force contre Stroessner) et ne réussissant pas à provoquer des troubles susceptibles de justifier un coup d’État lors des premières élections libres de 1991 puis 1993, il attend jusqu’en 1996 (deux ans avant les élections générales).

23Le lundi 22 avril 1996, le général Lino Oviedo brandit explicitement la menace du coup de force : refusant sa destitution de la charge de commandant-en-chef de l’Armée de terre, par le nouveau président de la République, Juan Carlos Wasmosy (élu en 1993), Lino Oviedo, retranché avec son Premier Corps de Cavalerie, menace de régler la question « dans la terreur et dans le sang ». Le risque est pris au sérieux par Wasmosy qui, soutenu par l’Armée de l’air et la Marine, se réfugie dans une caserne de l’Infanterie de Marine. Après des négociations par l’intermédiaire de hauts personnages de l’État et du monde politique national, Wasmosy accepte, le mardi 23, les exigences, entre temps modifiées, de Lino Oviedo : à savoir, sa nomination au poste de ministre de la Défense, qui en ferait le chef de toutes les Forces armées.

24Mais, depuis l’annonce de l’ultimatum de Lino Oviedo, des manifestations populaires de soutien aux jeunes institutions démocratiques ont eu lieu sans discontinuer dans la capitale, autour du palais présidentiel, et les réactions internationales sont rapides et fermes. L’Union européenne s’exprime dès l’annonce des événements, manifestant un intérêt inhabituel pour les questions latino-américaines, les pays du Mercosur affirment un soutien sans faille au président Wasmosy et les États-Unis prennent également une position sans ambiguïté. Aussi, le mercredi 24, alors que Lino Oviedo a pris officiellement sa retraite pour accéder à la charge de ministre de la Défense qu’il vient d’obtenir sous la menace, Wasmosy revient sur sa promesse et renonce à cette nomination qui révoltait les Paraguayens et que réprouvait la communauté internationale. Le jeudi 25, Lino Oviedo déclarait qu’il n’avait jamais été un insurgé et qu’il se consacrait désormais à la vie politique. Alors, le dimanche 28, les élections internes du parti Colorado pour désigner la direction, repoussées depuis plusieurs mois avaient lieu et donnaient : 5 % à Riquelme, candidat de Oviedo ; 55 % à Argaña, candidat soutenu par Wasmosy après de multiples péripéties ; 35 % à Seifart, vice-président de la République.

25Mais l’histoire ne se termine pas là : pour la première fois, les incartades de Lino Oviedo ne seront pas sans suite. Parmi les officiers qui avaient soutenu le général insurgé, vingt-huit ont été révoqués, déplacés ou mis à la retraite ; quant au général Lino Oviedo lui-même, après avoir été soumis à une enquête devant statuer sur une tentative éventuelle de coup d’État (et pouvant laisser envisager un non-lieu), il a été finalement arrêté et il attend son jugement dans une prison militaire. Mais avant d’être emprisonné, il a gagné les élections internes du Parti Colorado pour la désignation du candidat à la présidentielle, avec 40 % (un peu plus que Luis Maria Argaña et largement devant le candidat de Wasmosy, Faccetti, qui n’obtient que 20 %). Après un feuilleton médiatico-judiciaire, Oviedo restera finalement en prison d’où il fait campagne pour les présidentielles de 1998 puis soutient son homme-lige, Raul Cubas, qui sera élu avec 54 % sur un ticket présidentiel paradoxal, avec son adversaire au sein du parti Colorado Luis Maria Argaña. A peine entré en fonction, Cubas libère Oviedo (ou entérine sa libération de fait, dit-on, par ses geôliers militaires) et celui-ci ne va pas cesser de perturber la vie politique : d’une part, il crée son mouvement au sein du Parti Colorado, l’UNACE (« Union nacional de Colorados éticos ») ; d’autre part, il multiplie les provocations. Il ira finalement, semble-t-il, jusqu’à commanditer l’assassinat du vice président Argaña le 26 mars 1999.

26Du 23 au 28 mars 1999, en effet, vont s’affronter dans les rues du centre d’Asunción, en face du Parlement, les troupes de Oviedo et les démocrates pendant que le Parlement délibère à propos de l’inculpation du président Cubas pour avoir indûment fait libérer Oviedo sur décret. Pendant cinq jours dureront les affrontements entre d’abord la police et les manifestants démocrates, puis, après l’assassinat de Argaña qui avait pris parti contre Cubas, entre les démocrates et les paramilitaires oviédistes qui tireront sur la foule faisant 7 morts et 92 blessés par balles sur les 769 blessés recensés au total. Les Forces armées ont refusé de suivre les ordres du président Cubas et de disperser la foule par la force, des troupes de la Marine s’interposant pacifiquement entre les deux groupes de manifestants.

27Pendant tout ce temps, Oviedo, depuis le Régiment de la Garde présidentielle où il est soi-disant retenu depuis le 24, continue à faire monter la tension par de multiples interventions médiatiques et tente de rallier troupes civiles et militaires de l’intérieur du pays, mais sans succès. Lorsque la démission de Cubas intervient vers 19 heures le 28, Oviedo s’envole depuis un aéroport privé protégé par des troupes militaires qui lui sont fidèles, tandis que Cubas demande l’asile politique à l’ambassade du Brésil puis quitte le pays à son tour. Depuis son exil au Brésil, Oviedo a fait scission du Parti Colorado en 2002. Après l’échec de sa rébellion en 1996 (dont la nature se situe entre golpe et mutinerie), Oviedo a tenté une articulation politique-société-militaires tendant à instaurer un rapport de force favorable à son groupe, notamment par la violence extrême. Mais les militaires en sa faveur se sont révélés minoritaires et le rapport de forces au sein de la société non favorable. Aujourd’hui, l’incertitude demeure quant à l’avenir de la démocratie au Paraguay, mais elle semble se convertir en une incertitude politique et électorale qui s’exprimera probablement dans les urnes lors des élections générales d’avril 2003.

28D’une certaine façon en effet, l’intrusion des militaires dans la vie politique argentine et paraguayenne des années 90 a constitué une sorte de facteur de décantation politique, en contribuant notamment à faire émerger une droite politique dans deux pays où paradoxalement, ce segment du spectre politique fait défaut. En Argentine, depuis la disparition de PAN au début du xxe siècle, il n’existe plus de grand parti national des couches sociales dominantes et des tenants du conservatisme ; la polarisation politique s’étant réalisée autour de l’opposition radicalisme-péronisme, deux formations somme toute réformistes et centristes, rejetant la gauche dans l’extrémisme et la droite dans le militarisme. Quant au Paraguay, l’essor d’une gauche diversifiée à l’européenne, qui débutait dans les années 20, a été stoppée par la guerre - du Chaco de 1932 à 1935 - et la montée du fascisme tandis que l’émergence d’une droite parlementaire était bloquée durablement par la concurrence bipartiste entre le Parti libéral et le Parti Colorado, abritant chacun à la fois des éléments réactionnaires et des progressistes.

29En Argentine, la prise de position d’Aldo Rico en faveur de la candidature de Menem va permettre au péronisme de se positionner plus clairement à droite, en faisant notamment alliance avec des partis provinciaux traditionnels (lointains héritiers du PAN). Ce basculement à droite du mouvement péroniste, abandonnant le populisme réformiste originel pour un néo-populisme d’inspiration économique libéral, ouvre au Parti radical et à la gauche de nouvelles perspectives que l’adhésion de l’UCR à l’Internationale socialiste en 1992 semblait symboliser. Certes la crise profonde, que connaît l’Argentine aujourd’hui, occulte cette nouvelle partition droite-gauche, mais l’avenir montrera peut-être qu’elle se consolide malgré tout et sans doute à travers cette crise de représentation elle-même. Au Paraguay, le personnage violent et assez énigmatique de Lino Oviedo rassemble aujourd’hui autour de lui et de son nouveau parti, des autoritaires des deux grands partis traditionnels, alliance mise en œuvre au Parlement entre une fraction de PLRA et une autre de l’ANR contre le président Macchi et son gouvernement. Bien qu’incertain encore, ce début de redistribution des cartes provoquée par le général putschiste pourrait se formaliser avec, en face, l’enracinement national du nouveau parti de centre-gauche, « Pais Solidario », fondé par Carlos Filizzola en 2001 et qui est déjà bien implanté dans la capitale. Certes, une partition claire droite-gauche, opposant visions du monde et programmes de gouvernement n’est pas à l’ordre du jour au Paraguay, comme en Argentine - mais n’est-ce pas le cas également en Europe ? - toutefois, le déclin des vieux partis traditionnels clientélistes semble inévitable.

30Au sortir des dictatures, la participation ouverte des militaires de haut rang dans la vie politique des deux pays va donc constituer un déclencheur pour une recomposition politique. Dans ce début de redéfinition du panorama politique, il est sans doute logique que les militaires, qui ont joué un rôle politique central depuis toujours (pour le Paraguay) ou depuis longtemps (les années 30 pour l’Argentine), aient leur part de responsabilité. Tandis que, dans le passé, les militaires se substituaient aux hommes politiques déclarés défaillants, ils intègrent aujourd’hui la classe politique elle-même et en modifie partiellement les règles. Ne pourrait-on y voir une avancée paradoxale dans le renouvellement de la vie politique ?

UN NOUVEAU REGARD SUR LES RELATIONS ENTRE LES MILITAIRES ET LE POLITIQUE EN AMERIQUE LATINE ?

31Certes, en Argentine, les mutineries sont le produit d’une armée corporatiste qui a pris le pouvoir en 1976 avec sa propre vision globale de la société et du monde, une vision militarisée à tous les niveaux : extermination physique de la gauche politique et sociale, enrichissement de la caste militaire en tant qu’agent économique central, militarisation de la religion à travers le national-catholicisme comme idéologie officielle. D’une certaine façon, les mutins ont partiellement obtenus ce qu’ils demandaient : l’arrêt des poursuites et la libération de tous les militaires condamnés. Sans doute un mauvaise estimation de la menace militaire, une crainte excessive des tenants de la dictature traumatisante d’hier ont conduit Alfonsin à céder aux rebelles. Mais, malgré la grâce de Menem pour les chefs des juntes meurtrières, la dictature n’est en aucune façon légitimée ni banalisée chez les Argentins d’aujourd’hui ; en cela, les mutins n’ont pas atteint leur but.

32Toutefois, le passage à la politique de certains anciens mutins comme Aldo Rico, tout en confortant le cadre démocratique, participe à une certaine forme de réhabilitation des militaires. Dans ce contexte historique, il s’agit en effet aujourd’hui de civiliser l’armée à tous les sens du terme : réarticuler le civil et le militaire sous une autre forme d’intégration ; redéfinir l’usage de la violence légitime à travers un débat démocratique impliquant toute la société et revaloriser l’image des militaires sans faire l’économie d’une analyse critique du passé. Et au Paraguay, le dernier avatar du pouvoir autocratique stroessniste, utilisant une armée contrôlée par le pouvoir politique et le contrôlant en retour, est encore très intégré dans la société. L’alternative se pose donc de la façon suivante dans ce pays : tenter la reproduction d’un stroessnisme sans Stroessner ou donner un nouveau sens à cette articulation très forte déjà en place entre armée et société, à travers l’approfondissement de la démocratie dans toutes les sphères de l’État.

33Or, aujourd’hui, toute intervention de militaires dans le champs du politique est généralement jugée négativement qu’il s’agisse d’un coup d’État, réprouvé moralement et condamné politiquement, ou de sa simple menace, mais également de l’arrivée au pouvoir par les voies démocratiques légales de militaires (comme Chavez au Venezuela ou encore l’ex-dictateur Banzer en Bolivie). Cette réprobation généralisée à l’égard des militaires a fait que l’on condamne en bloc et l’on amalgame : en Argentine, Aldo Rico qui se mutine contre le gouvernement de Raul Alfonsin et le même Rico qui crée son parti tandis que Seineldin persiste dans le recours à la mutinerie ; au Paraguay, Lino César Oviedo qui tente un coup d’État en 1996 puis qui commandite un assassinat politique, pousse des paramilitaires à tirer sur la foule pour provoquer une guerre civile dont il espère sortir vainqueur, et Oviedo qui dirige une tendance politique au sein puis hors du Parti Colorado ; ou encore, Hugo Chavez qui se soulève en 1992, Chavez qui gagne démocratiquement les élections en 1998 et Chavez qui modifie la Constitution et est supposé faire peser des menaces sur la démocratie.

34Par contre, l’intégration individuelle et corporatiste de militaires aux élites nationales et internationales qui réalise la collusion d’intérêts militaires et industriels dans la sphère économique, ne suscite pas l’intérêt des opinions publiques. De la même façon, la présence des militaires au cœur de la société par le biais de la lutte contre le narco-trafic et le terrorisme, ne semble pas constituer de menace aux yeux de la plupart des citoyens concernés. Ce manque de discernement est d’autant plus dangereux qu’il peut masquer un retour aux vieilles tentations golpistes comme on l’a vu en avril 2002 au Venezuela. Des militaires soutenus voire poussés par des civils (patronat vénézuélien et ambassade étasunienne notamment) ont tenté de renverser un gouvernement jugé illégitime (bien qu’élu à une large majorité), dans une sorte de perversion de la théorie républicaine de soumission des militaires au pouvoir civil.

35Certes, un élément de base des coups d’État se dérobe aujourd’hui : l’État national lui-même. Comment songer au coup d’État s’il n’y a plus d’État à prendre ? Les mutineries des années 80 ne présentaient d’ailleurs déjà plus les caractéristiques d’un coup d’État : des militaires s’enferment dans leurs casernes mais ne prennent pas d’assaut les points stratégiques du pays ; ils se révoltent contre le pouvoir mais ne cherchent pas à s’en emparer réellement. Et l’avertissement des militaires argentins dès le début de la crise politique en 2000 (« ne comptez pas sur nous pour prendre le pouvoir ! ») est à cet égard fort éclairant. Dans le contexte actuel de globalisation, les États sont, en effet, de par le monde et notamment en Amérique latine où la souveraineté nationale a toujours été très relative, de plus en plus affaiblis face aux forces transnationales et infra-nationales, dépendants à la fois des marchés extérieurs, des aides financières internationales et des réseaux mafieux.

36Cependant, contrairement aux espoirs des années 90, il ne semble plus aujourd’hui que le putsch militaire soit définitivement mis dans les poubelles de l’histoire. Tant du côté des tentatives - désespérées ? - de récupération de leviers de commandes nationaux pour mettre en œuvre des politiques de lutte contre la pauvreté que de celui des gardes prétoriennes d’intérêts financiers nationaux et multinationaux, le recours à la force pour imposer des régimes autoritaires paraît en bonne voie. À cet égard, le retour dans la science politique du thème de l’ingouvernabilité et le glissement du concept de consolidation démocratique vers une définition de la démocratie consolidée comme un système stable fondé sur le strict contrôle des masses par les élites (Morlino, 2001), laisse augurer de nouvelles mises en forme de légitimation d’un autoritarisme militaire revisité. Le critère discriminant pour distinguer les différents coups militaires résidera alors peut-être désormais, mais de façon somme toute assez similaire aux années 70, dans l’opposition entre tentative de résistance nationale autocentrée et intervention à forte composante internationale.

37Aussi la nouvelle dimension de la réflexion sur les coups d’État et la corporation militaire convient-elle fort bien à une lecture de la réalité militaire actuelle dans un contexte mondialisé post-Guerre froide. Elle émerge aujourd’hui autour des analyses de Rut Diamint sur le thème de « l’autonomie militaire » (Diamint, 1999) et de Rebecca Schiff, qui avance, en reprenant la thématique lancée par Alfred Stepan (Stepan, 1988), une alternative pratique et théorique entre la séparation des mondes civils et militaires et la concordance militaires-civils-élites-politiques-société (Schniff, 1995). Dans ces conceptions, ce ne sont pas seulement les élites qui sont en jeu, car la question militaire serait avant tout une question de démocratie et la démocratie nécessiterait une implication forte de toute la société dans la décision politique. Aussi, plutôt que de contrôle des civils sur les militaires entendu comme contrôle des élites (ou classes dominantes) sur les militaires, ne devrait-on pas parler d’intégration des militaires dans une relation État-société fondée sur une démocratie représentative et participative, définissant ouvertement et collectivement la place et le rôle des militaires dans nos sociétés ?

38En effet, si les civils reviennent « frapper à la porte des casernes » pour régler de façon antidémocratique des conflits politiques tant internes qu’externes, comme ils l’ont trop souvent fait dans le passé (et comme certains sembleraient vouloir y revenir aujourd’hui et demain), le pouvoir militaire peut encore avoir de beaux jours devant lui. Mais ils pourraient aussi, au contraire, contribuer au développement d’études en matière stratégique et militaire, d’une part, et sur les différents aspects de la théorie et de la pratique en matière de démocratie, d’autre part, tant dans le monde civil que dans les institutions militaires. Ce sont de tels enjeux que posait Alfred Stepan dès les années 80, affirmant la triple responsabilité de la société civile, de la société politique et de l’État pour l’intégration des militaires dans le mouvement de democratic empowerment (Stepan, 1988).

Bibliographie

Bibliographie

Cavarozzi Marcelo, 1994a, « Grandeur et décadence du modèle étato-centrique en Amérique latine » dans Cahiers des Amériques Latines, n° 26, Paris, IHEAL, pp.172-182.

Cavarozzi Marcelo, 1994b, « Au-delà des transitions à la démocratie en Amérique latine » dans Amérique latine. Démocratie et exclusion, Paris, L’Harmattan.

Crozier Michel, Huntington Samuel P., Watanuki Joji, 1975, The Crisis of Democracy. Report on the Governability of Democracies to the Trilateral Comission, New York, New York University Press.

Bourricaud François, 1971, « Los militares : ? por que y para que ? » dans Fuerzas armadas, poder y cambio, Tiempo Nuevo.

Diamint Rut, 1999, Control civil y fuerzas armadas en las nuevas democracias latinoamericanas, Nuevohacer.

Dix Robert, 1994, « Military Coups and Military Rule in Latin America » dans Armed Forces and Society.

Finer Samuel E., 1962, The Man on Horseback. The Role of the Military in Politics, New York, Praeger.

Fossum Egil, 1967, « Factors Influencing Occurrence of Military Coups d’État in Latin America » dans journal of Peace Research, n° 3.

Fregosi Renée, 1997, Le Paraguay au xxe siècle, Paris, L’Harmattan.

Fregosi Renée, 2000, « De l’ingouvernabilité des dictatures », dans Mauss, n° 16.

Garcia Prudencio, 1995, El drama de la autonomia militar. Argentina bajo las juntas militares, Madrid, Alianza Editorial.

Garretón Manuel Antonio, 1987, Reconstruir la política. Transicíon y Consolidacíon democratica en Chile, Santiago du Chili, Andante.

Goodman Louis W., Mendelson Johanna S. R., Rial Juan, 1990, Los militares y la democracia. El Futiro de la relaciones cívico-militares en América latina, Montevideo, Peitho.

Janowitz Morris, 1960, The Professional Soldier. A Social And Political Portrait, Chicago, Free Press.

Johnson John J., 1962, The Role of the Military in Underdeveloped Countries, Princeton, Princeton University Press.

Johnson John J., 1964, The Military and Society in Latin America, Stanford, Stanford University Press.

Huntington Samuel P., 1957, The Soldier and the State. The Theory And Politics in Civilo-Military Relations, Cambridge, Mass., Belknap Press of Harvard University Press.

Kebschull Harvey G., 1994, « Operation « Just Missed » : Lessons from Failed Coup Attempts » dans Armed Forces and Society.

Lavaud Jean-Pierre, 1981, « Bolivie : le retour des militaires » dans Problèmes d’Amérique Latine, n° 62.

Lieuwen Edwin, 1960, Arms and Politics in Latin America, New York, Praeger.

Lieuwen Edwin, 1964, Generals versus Presidents. Neomilitarism in Latin America, New York, Praeger.

Lowenthal Abraham F. et Fitch Samuel J., 1986, Armies and Politics in Latin America, New York, Holmes & Meier.

Luttwark Edward, 1968, Coup d’État : A Practical Handbook, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Morlino Leonardo, 2001, « Consolidation démocratique : la théorie de l’ancrage » dans Revue internationale de Politique comparée, n° 2.

Norden Deborah, 1996, Military Rebellion in Argentina. Between Coups and Consolidation, Lincoln, University of Nebraska Press.

Nun José, 1986, « The Middle-Class Military Coup Revisited », dans Lowenthal et Fitch, 1986, supra.

O’Donnel Guillermo, Schmitter Philippe C, Whitehead Laurence, 1986, Transitions from Authoritarian Rule. Prospects for Democracy, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Putman Robert, 1967, « Toward Explaining Military Intervention in Latin America » dans World Politics.

Rivarola Domingo, Cavarozzi Marcelo, Garretón Manuel Antonio, 1991, Militares y politicos en una transición atipica, Mexico, CLACSO.

Rouquié Alain, 1982, L’État militaire en Amérique latine, Paris, Seuil.

Rouquié Alain, 1986, « Demilitarization and the Institutionalization of Military Domination Policies in Latin America », dans Lowenthal et Fitch, 1986, supra.

Rouquié Alain, 1992, Guerres et paix en Amérique Centrale, Paris, Seuil.

Schiff Rebecca, 1995, « Civil-Military Relations Reconsidered : A Theory of Concordance » dans Armed Forces and Society.

Stepan Alfred, 1988, Rethinking Military Politics, Brazil and the Southern Cone, Princeton, Princeton University Press.

Tapia Gabriel Gaspar, 1991, La Transición en América Latina, los casos de Chile y El Salvador, Itzapalapa, Universidad autónoma metropolitana.

Wyckoff Theodore, 1960, « The Role of the Military in Contemporary Latin American Politics », dans The Western Political Quarterly, n° 3.

Zagorski Paul, 1992, Democraty versus National Security. Civil-Military Relations in Latin America, Boulder, Lynne Rienner Publishers.

Notes

1 La US Army School of the Americas, fondée en 1 946 au Panama puis rapatriée en Géorgie aux États-Unis en 1984, utilisera jusqu’en 1991 un manuel intitulé El manero de las fuentes, qui préconisait notamment la torture, le chantage par la détention de proches, l’action clandestine, l’enlèvement et l’assassinat. En janvier 2001, l’École devient le Western Hemisphere Institut for Security Cooperation.

2 Les premiers procès Contreras et Espinosa produiront des remous inquiétants au sein de Forces armées, la mise en place de la Mesa de dialogo, mettra en lumière des résistances encore très fortes chez les militaires et l’affaire Pinochet confirmera l’abcès de fixation, « l’enclave autoritaire » que constitue la figure emblématique de la dictature pour la jeune démocratie chilienne.

Notes de fin

* Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en science politique. IHEAL/CREDAL.

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540