Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et pouvoirs en Amérique latine

 | 
Renée Fregosi

Première partie. L'armée au pouvoir

Armées et coups d’état en Amérique latine

Hubert Gourdon

Texte intégral

  • * Professeur de science politique émérite. Université Saint-Quentin-en-Yvelines. IHEAL/CREDAL.

1Note portant sur l’auteur*

2Coups d’État, révolution, pronunciamiento, insurrection, révolté, émeute, rébellion, mutinerie, soulèvement, sédition, insubordination, putsch, etc., quelles différences établir entre ces termes... ? étant entendu, selon l’auteur de cette interrogation, que l’élément commun à ces différentes notions est de renvoyer « à une contestation violente du pouvoir de son détenteur » (Cherrier, 1999 : 17).

3Une définition, satisfaisante à première vue, du coup d’État pourrait être avancée : il s’agirait d’une « appropriation illégale du pouvoir politique détenu par un État moderne, au moyen de la menace ou de l’usage de la contrainte, par l’action et dans l’intérêt d’un groupe restreint bénéficiant de la neutralisation ou de la complicité (passive ou active) des forces chargées de faire respecter la légalité » (Cherrier, 1999 : 54).

4Il ressort de cette définition que le coup d’État, qui a pour effet et but une rupture violente de l’ordre constitutionnel en vigueur et à ce titre mobilise nécessairement les forces armées, que ces dernières soient à l’origine même de cette entreprise (pronunciamiento ou encore putsch) ou que, par leur attitude, elles sanctionnent une initiative civile, comme celle illustrée en France le 2 décembre 1851 par le Dix-Huit Brumaire de Louis Napoléon Bonaparte.

5Rupture de l’ordre constitutionnel initiée ou acceptée par l’Armée, le coup d’État se déroule nécessairement dans un champ restreint, appelé en la circonstance « politique ». Cela veut dire que le coup d’État est un coup de l’État dont les péripéties, brèves et violentes se jouent au moment même de sa réalisation sur une scène dont est exclu le peuple ; ce qui écarterait de cette notion une participation populaire voire une volonté de chargement social et contribuerait donc à affecter au coup d’État une dimension conservatrice. En ce sens, le coup d’État ne saurait être assimilé à une « Révolution », même si dans le discours de ses auteurs, il apparaît quelquefois justifié par la revendication de perspectives qualifiées de révolutionnaire. Cette conception très limitative, voire malthusienne, n’a pas que des avantages, mais elle a celui d’écarter de nos investigations les notions troubles d’« émeute », d’« insurrection », de « révolte » et de « révolution » pour fixer notre analyse sur celles plus précises, parce que concernant le milieu plus restreint de la société militaire, de « rébellion », de « mutinerie », de « sédition », « d’insubordination », de « putsch ».

6À l’appui de cette définition, on peut évoquer les larges extraits d’un certain passé militaro-politique de l’Amérique latine. Ainsi, en Argentine, depuis 1930 et jusqu’en 1973, aucun président élu suivant une procédure démocratique n’a pu parvenir au terme de son mandat. Parmi les seize présidents qui exercent le pouvoir durant cette période, onze furent des militaires ; de sorte qu’Alain Rouquié, à partir d’une exemplarité du cas argentin, a pu conclure que le « caractère spécifique du militarisme latino-américain n’est pas le coup d’État isolé et dévastateur, mais la domination de l’État par les militaires », (Rouquié, 1979 : 378). C’est en cela que l’expérience latino-américaine peut contribuer à un approfondissement de l’analyse du coup d’État : préparé par des militaires, mis en œuvre par des militaires, il se conclut par la formation d’un gouvernement militaire. En effet, l’originalité du fonctionnement de ce type de système politique ne réside pas dans la seule fréquence du coup d’État mais dans l’émergence au sein de l’appareil étatique d’une armée dont les chefs bénéficient d’une vocation quasi-naturelle à revendiquer, dans les conditions dictées par une doctrine dite de « la Sécurité nationale », l’exercice du pouvoir politique. De ces ruptures constitutionnelles répétitives ne se dégage donc pas une simple autonomie de la corporation militaire mais également une hégémonie qui se traduit, au sein d’une classe politique où accèdent de manière sporadique des gouvernants civils, la primauté du soldat.

7En fait, à partir des années 1930, en ce pays comme dans l’ensemble de l’Amérique latine, deux légitimités concurrentes ont émergé, chacune d’entre elles sécrétant ses élites et ayant, chacune d’entre elles vocation à structurer le pouvoir : une légitimité démocratique fondée sur une tradition constitutionnelle enracinée dès les indépendances, mais également une deuxième légitimité dont les thèmes s’articulent au sein d’une doctrine de sécurité nationale élaborée par les armées en voie de professionnalisation. Participation démocratique et professionnalisation sont donc les deux mouvements sociaux politiques concurrents, mais aussi complémentaires qui ont disposé face à face ou côte à côte l’élu et le soldat.

8Un des événements qui en Argentine illustreraient le mieux cette vocation quasi-naturelle des militaires à intervenir ponctuellement dans l’exercice du pouvoir, et ce avec l’acquiescement ou la passivité du peuple, fut probablement le coup d’État de 1966 qui permit au général Ongania d’occuper la présidence jusqu’en juin 1970. Il s’agit en effet du coup d’État le mieux annoncé, le moins mystérieux et le plus attendu, préparé qu’il fut par une longue maturation théorique qui permit aux officiers dits « légalistes » de définir grâce à l’introduction et à l’acclimatation du concept de la « Sécurité nationale » l’identité politique des forces armées et de légitimer, sous certaines conditions, l’exercice du pouvoir politique. Le propos à cette époque était d’éviter les implications répétitives de l’Armée dans des politics partisanes meurtrières quant à l’homogénéité de la corporation militaire. Suivant cette démarche qui n’était pas à cette époque spécifique à l’Argentine, fut formulée la différenciation entre les politics qui devaient rester le monopole des partis et autres organisations assumant la représentation d’intérêts particuliers (et légitimes) et le « politique » impliquant l’identité et le devenir de la nation sa gestion relevant alors du ressort exclusif de l’Armée. Citons le général Ongania : « Les Forces armées existent pour garantir la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Nation, pour préserver les valeurs morales et spirituelles de la civilisation occidentale et chrétienne, pour maintenir l’ordre public et la paix intérieure, pour promouvoir le bien-être général, pour soutenir l’application de la Constitution, de ses droits et garanties essentielles, ainsi que pour maintenir les institutions républicaines au sein desquelles elles sont institutionnalisées » (O’Donnell, 1986 :104). Cette dichotomie politics-policy ou encore intérêts particuliers et intérêt national n’est pas le propre des régimes politiques tentés par l’aventure militaire. Il ne serait pas difficile en effet de la retrouver avec sa tonalité particulière dans le discours gaullien de la France des années 1960. Mais en Amérique latine cette distinction qui est un des éléments fondamentaux des doctrines de la Sécurité nationale, quelle que soit la diversité des académies militaires qui l’enseigne, prête à la notion « d’Institutions républicaines », un sens extensif autorisant l’intervention de l’Armée ne serait-ce que pour leur propre sauvegarde.

9Par l’ampleur même de ce domaine réservé à l’Armée, on voit donc que la victoire (momentanée) de la faction « légaliste » en Argentine sur les golpistas signifiait en réalité un accès quasi constitutionnalisé à l’exercice du pouvoir ; c’est ce type de discours, probablement mal compris, qui a pu inciter certains commentateurs à conclure à l’hégémonie en Amérique latine d’une légitimité « constitutionnelle » (Rouquié, 1987 :111 ), sans qu’ils aient affecté assez d’importance et de considération au fait que les canons de la constitutionnalité d’un pouvoir étaient inscrits dans une doctrine de la Sécurité nationale débattue au sein des Académies militaires et non discutées par une Assemblée constituante élue par le peuple. En fait, par ce type de doctrine, l’Armée s’attribue le contrôle de la constitutionnalité du fonctionnement des « Institutions républicaines » ou mieux encore un contrôle de la rationalité de la gestion étatique, si comme certains analystes s’y sont prêtés (avec quelque ironie cependant), on peut conférer à ce corps étatique une dimension hégélienne : sommée qu’elle serait, face à des corporations ou des groupes d’intérêt, voire de partis voués à des activités particulières ou attachés à des intérêts privés, de prendre en charge « l’intérêt universel » (Rouquié, 1972 : 733).

  • 1 La doctrine de Sécurité nationale n’est ni une doctrine de légitimation ni une doctrine d’exercice (...)

10On a certes refusé à cette construction doctrinale la diffusion qui seule lui aurait conféré une dimension idéologique. Effectivement, il s’agirait plutôt d’un credo à usage interne, destiné à créer au sien de la hiérarchie militaire, argentine en l’espèce, une culture du pouvoir1 (Patino, 2000 : 207). Mais qu’on l’appelle idéologie, doctrine, ou encore credo, ce mode de pensée fut suffisamment prégnant pour non seulement soumettre entre 1930 et 1983 une classe politique sous tutelle, mais aussi pour préparer au sein même de la corporation militaire, une élite à la gestion du pouvoir politique.

11C’est, en effet, dans l’existence au sein des armées latino-américaines de cette vocation à exercer le pouvoir, formalisée dès les premiers lendemains du processus de leur professionnalisme, que réside l’élément marquant de cette culture politique militaire. De fait, il n’existe pas de système politique qui n’ait expérimenté de manière plus ou moins avérée, l’intrusion du soldat dans la vie politique : l’histoire française en témoigne, dont les coups d’État furent à l’origine de réflexions théoriques intégrées dans le modèle du bonapartisme. Mais la conclusion de ces entreprises prétorienne fut toujours, tout au moins en France, l’institutionnalisation immédiate de gouvernements civils, qu’il s’agisse du Consulat avec la Constitution de l’An VIII, ou encore de gouvernements présidentiels tels que ceux qui ont permis l’instauration du Second Empire et (pourquoi pas) de la Ve République. De même dans les pays dits « émergents » se manifeste encore aujourd’hui une prégnance du phénomène militaire plus accentuée qu’elle ne le fut en France dans la mesure où, à la suite de coups d’État fomentés par l’Armée, furent institutionnalisés des gouvernements d’essence militaire. Mais dans aucun d’entre eux n’a été formulée une doctrine et institutionnalisé un modèle de gouvernement qui confère à l’Armée une vocation naturelle à accéder au pouvoir et à l’exercer. Il apparaît même que le jeu politique dans ces États militaires est de masquer une domination considérée sur le plan du principe comme une usurpation. Tout l’art étant alors de trouver la solution institutionnelle ou constitutionnelle qui opacifie cette domination. L’exemple le plus significatif à cet égard serait celui de l’Algérie (Gourdon, 1997 : 36-48).

12C’est donc au titre de cette culture de pouvoir que s’est institutionnalisé en Argentine, comme en d’autres États de l’Amérique latine, un véritable rituel, renforcé par la répétitivité même des coups d’État, codifiant de manière quasi spontanée l’organisation militaire en charge d’exercer le pouvoir politique. Il s’agissait en principe d’un pouvoir collégial formalisé par une junta qui soumettait à la ratification des trois représentants des trois Armes - Armée de terre, Marine et Forces aériennes - les décisions d’un président de la République qu’ils nommaient et, le cas échéant, démettaient (O’Donnell, 1978 :139). Ce dispositif mérite une analyse plus détaillée que nous entreprendrons en privilégiant le gouvernement militaire argentin issu du coup d’État de 1976.

COUPS D’ETAT ET JUNTES MILITAIRES

  • 2 Bulletin officiel du 29/3/1976.
  • 3 Estatuto para el proceso de reorganizacion nacional y Reglemento para el funcionamiento de la junt (...)

13Après avoir publié un acte fixant le but et les objectifs fondamentaux d’un proceso de réorganisation nationale (« restituir las valores esenciales... erradicar la subversion2 ») (Zarini, 1980) la junta argentine de 1976 précisa et modifia par trois textes successifs le fonctionnement de cette organisation ainsi que le mode de nomination d’un président de l’Union qui à partir de 1978 devait être élu à l’unanimité par les membres de la junta3 (Zarini, 1980 : 119). Les textes déterminaient ensuite le rapport entre le nouvel ordre juridique et la Constitution en opérant de manière expéditive entre le président et la Junte une redistribution des compétences attribuées par le texte de 1853 au Congrès et à l’exécutif présidentiel. Ces deux éléments manifestent le souci d’affecter au pouvoir un principe de collégialité garantissant son identité corporative. En effet, le choix de la personnalité devant exercer la fonction présidentielle était particulièrement délicat : il fallait d’abord accorder la nécessité du consensus au sein du haut commandement des trois armes avec le respect d’une tradition exigeant que la direction du gouvernement militaire soit assurée par le général-en-chef de l’Armée de terre. Si la chose allait de soi s’agissant du gouvernement issu directement du coup d’État, il en allait tout autrement quand il s’agissait de codifier les conditions de succession à la fonction présidentielle. Allait-on fixer sa durée à celle de l’exercice de la fonction de général-en-chef des Armées ? Dans ce cas, cette personnalité cumulerait les compétences relevant de deux fonctions : celle présidentielle qui lui donnait le contrôle du pouvoir exécutif, mais aussi celles qui, au titre de son statut de responsable de l’Armée de terre, dérivaient de son appartenance à la Junte qui, pour sa part, cumulait tous les pouvoirs, constituant et législatif, à la condition cependant de respecter la règle du vote un animitaire. Le scénario qui allait se jouer s’avérait d’autant plus prévisible que l’on avait déjà pu en observer les péripéties sur d’autres terrains et dans un passé tout récent : le Pérou en 1968 et le Chili en 1973. Qu’a-t-on pu en effet y observer ? Un mouvement de concentration progressif de tous les pouvoirs entre les mains d’une présidence qui, d’une part, monopolisait l’initiative grâce aux ressources de l’exécutif et de son administration et qui, d’autre part, à partir de cette règle de l’unanimité, exerçait au sein de la Junte d’un droit de veto à l’encontre de toutes décisions tentant de limiter l’étendue des compétences présidentielles acquises ou usurpées.

14C’est pour pallier cette menace que la Junte argentine précisa que le président une fois élu pour une durée déterminée devait immédiatement démissionner de sa fonction de général-en-chef de l’Armée de terre où il fallait donc organiser une procédure de promotion de celui qui à ce titre devait à sa place siéger au sein de la Junte. Mais ce faisant, les deux autres branches des Forces armées argentines se trouvaient alors engagées avec le haut commandement de l’Armée de terre dans des négociations dont l’objet était le choix de la personnalité qui non seulement, au titre de général-en-chef de l’Armée de terre, siègerait dans la Junte, mais qui également, au terme du mandat du président actuel, lui succéderait. La lourdeur et la fragilité de ce mécanisme impliquant la Marine et les Forces aériennes dans les tractations, qui au sein de l’Armée de terre déterminent le choix de son plus haut responsable, seraient donc le prix à payer pour garantir au gouvernement militaire le respect du principe de collégialité. En fait, les responsables des Forces armées argentines avaient en mémoire les dérives personnalisées qui avaient affecté les expériences du « velasquisme » (Pérou 1968-1975) et celles plus proches tant dans le temps que dans l’espace du « pinochetisme » (Chili 1973-1989). À l’origine de cette mesure, il faut peut-être se référer aux ambitions manifestées par le général Videla, premier président de cette Junte en 1976, mis à la retraite et remplacé en 1978 au sein de la Junte, tout en gardant ses fonctions présidentielles, par le général Viola.

15La volonté d’affecter à ce nouveau pouvoir une dimension collégiale lui confère une originalité qui tranche avec une tradition latino-américaine identifiée le plus souvent avec une personnalisation du pouvoir. C’est probablement ce caractère de collégialité qui constitue la condition du succès de l’entreprise militaire lors même de la réalisation du coup d’État. En effet, une conquête du pouvoir basée sur la coercition exige la mobilisation de l’ensemble des forces qui détiennent le monopole de son usage. Cela explique pourquoi la réalisation de ce type de coup d’État, dont le projet est d’établir un pouvoir exclusivement militaire requiert une longue période de maturation, faite de négociations préalables et précautionneuses plus ou moins explicites qui nouent entre les états-majors des trois Armes durant des semaines, quelquefois des mois, des relations souvent aléatoires, paraphées, quand l’événement survient, par une mise en œuvre soudaine, nocturne, assez brève pour être close au petit matin. Ce dernier acte n’est pas exempt de coups de poker de la part de ses initiateurs anticipant les ralliements de dernière heure, comme ce fut le cas au Chili en septembre 1973, avec l’adhésion in fine du général Pinochet ; ou encore au Pérou en octobre 1968 où le coup d’État avait été de l’initiative quasi exclusive de l’Armée de terre (Ejercito) commandée par le général Velasco (Kruijt, 1991 : 26).

16Nous voyons donc, pour indispensable qu’elle soit, que cette condition de la collégialité mérite une analyse nuancée car entre une adhésion implicite au coup d’État et une participation active existent des zones d’ombres qui ne sont pas toutes dissipées par le passage à l’acte. C’est justement le rôle de la doctrine de la Sécurité nationale que de gommer entre hiérarques militaires les inégalités d’adhésion au coup d’État en affectant aux initiatives des décideurs une évidence dérivée de la vocation naturelle de l’Armée à exercer le pouvoir. Les désaccords en conséquence ne porteraient donc, à cette phase du déroulement de l’entreprise, que sur des points seconds ou considérés comme tels : celui concernant l’opportunité du moment choisi, ou bien encore celui du sort attribué aux personnalités civiles écartées. Le dogme qui institutionnalisait à la nouvelle présidence le commandant-en-chef de l’Armée de terre (Ejercito) avait également l’utilité d’épargner au moment de la préparation du coup d’État les querelles de personnalités portant par exemple sur l’évaluation toujours délicate des capacités respectives de chacun des membres de la junte à assumer la fonction présidentielle.

17Cette collégialité, de principe au moment de la conquête du pouvoir, s’efface dès lors que l’armée est confrontée à l’exercice du pouvoir politique. En effet, pour nombreuses qu’elles aient été, ces expériences du gouvernement militaire témoignent de la précarité du principe. On peut à cet égard revenir à nouveau sur la trajectoire personnalisée du pouvoir exercé au sein de la Junte chilienne par le général Pinochet. En effet, ce dernier sut jouer à merveille de la dualité de son statut, en charge de l’exécutif présidentiel et en même temps membre de la Junte pour, à partir de la règle de l’unanimité qui en réglait le fonctionnement, affecter à la présidence de la République qu’il occupait l’essentiel de la gestion de l’État, et en conséquence, le quasi-monopole de l’exercice du pouvoir politique... Cela était d’autant plus aisé que, malgré l’émission d’une multiplicité de textes destinés en principe à pérenniser le respect d’une hiérarchie des normes, une redistribution des compétences à partir d’une séparation entre pouvoir constituant, législatif et exécutif s’avéra une entreprise vaine, soumise en fait à la volonté de la Junte, et donc au sein de la Junte à la volonté de celui qui à sa participation ajoutait l’exercice du pouvoir présidentiel.

18Il ressort de cette brève analyse comparative que, quelles que puissent être les spécificités de chacune des corporations militaires, leur candidature à l’exercice du pouvoir politique semble poser des problèmes identiques, au moins deux en la circonstance : celui, tout d’abord du maintien de son homogénéité ; l’invention de la junta ou plutôt le transfert de l’appellation à une organisation destinée au sein de l’armée à concrétiser ponctuellement la vocation des uniformados à exercer le pouvoir ne suffisant pas, semble-t-il, à garantir une dimension corporative ou collégiale de sa gestion. Le politique, même rationalisé par une version « légaliste » de la doctrine de la Sécurité nationale (version Ongania), s’avère être un virus qui progressivement altère la physiologie d’une institution dont les règles de promotion et de distribution du commandement ne coïncident guère avec les critères et les aléas du débat qui préside à la mise en œuvre de la décision politique.

19Deuxième problème ou deuxième constatation : l’implication de l’armée dans l’exercice du pouvoir l’entraîne sur la voie de conflits internes qui, le plus souvent de manière concomitante, engagent son haut commandement dans des pratiques de promotions, maintiens ou mises à la retraite, dérogeant au code qui garantit le caractère professionnalisé de l’armée. Ce fut bien sûr le cas dans le Chili des années 80 durant lesquelles le général Pinochet parvint à assujettir le haut commandement à l’application de sa politique, mais ce, au prix d’une mise en œuvre systématique de ce que les commentateurs spécialisés ont appelé le « professionalismo desvirtuado » (Patino, 2000 : 202).

20Or il ne semble pas qu’il puisse exister d’autres recettes susceptibles d’assurer sa vocation politique sinon celle d’établir sous la tutelle d’un de ses chefs ou d’une de ses fractions un proceso de dépolitisation : uniformiser les uniformados semble être la dure nécessité qui, tel un destin, affecte dès qu’elle accède au pouvoir une armée au sein de laquelle le principe d’obéissance s’applique dans toute sa rigueur pour imposer à l’ensemble de la hiérarchie des militaires l’application d’une politique décidée en réalité par l’un d’entre eux.

21On peut diversifier l’analyse des coups d’État qui permirent aux forces armées dans l’Amérique latine des années 70 d’accéder au pouvoir politique, mais se vérifie toujours l’apparition de deux phénomènes : des conflits plus ou moins explicites, puis leur résolution souvent momentanée au profit d’une fraction ou d’une personnalité qui alors entame un processus d’épuration. Il en fut ainsi au sein de l’armée brésilienne qui pourtant, selon un de ses commentateurs aurait acquis pendant les années 60, grâce au rayonnement de la Escola Superiore de Guerra (ESG) une grande cohésion idéologique. Cette Académie militaire aurait établi au sein de la hiérarchie une conception autre du « professionnalisme » militaire articulée sur une dimension plus sociologique que territoriale de la Sécurité nationale (Stephan, 1971 : 240 ; Campos Coelho, 1976 : 32 ; Nunn, s.d. : 29-54). Cette proximité nouvelle des officiers avec les sciences sociales les aurait familiarisés avec les concepts propres au discours politique tout en leur permettant de conserver la cohésion requise par l’exercice difficile de la conquête et de la gestion du pouvoir.

22En transformant le professionnalisme traditionnel de la défense territoriale en néo-professionnalisme de la sécurité interne, l’enseignement de la ESG a contribué sans nul doute à introduire au sein d’une armée jusque là attachée (plus ou moins) au principe de neutralité, une culture politique de l’exercice du pouvoir. En fait, il semble bien, nous l’avons déjà entrevu en d’autres lieux, que l’efficacité de cette doctrine de la Sécurité nationale sur la cohésion de la corporation militaire ait été surestimée (Markoff, Duncan Barreta, s.d. : 174-191).

  • 4 On ne trouve pas trace de cette notion, approfondie grâce à l’œuvre du général Golbery, dans l’ato (...)

23Dès 1964, en effet, au lendemain donc du coup d’État du 31 mars qui permit le renversement du gouvernement du président joao Goulart, s’ouvrit, dans les rangs même de l’Armée, une longue période de purges et de mises à la retraite anticipées. Ces mesures n’empêchèrent pas, jusqu’en 1974, date d’accession à la présidence du général Geisel favorable pour sa part à une « abertura », une coexistence agressive de fractions opposées sur le principe de « l’extriction » de l’armée du pouvoir ou de son maintien voire du durcissement du pouvoir qu’elle exerçait, le paradoxe étant que « l’extriction » fut décidée par la fraction la plus engagée au sein de l’ESG dans un renouvellement de la doctrine nationale portant sur les incidences et les contours du poder moderador4 que l’Armée s’était attribué lors de la chute de l’Empire (1889). En fait, les conflits furent permanents, puisqu’en 1981 le général Colbery, partisan déterminé de la Abertura, démissionna sous la pression de secteurs « durs » de l’Armée dont l’action ne cessa en fait qu’en 1985, au moment où s’ouvrit la période de dévolution du pouvoir à une classe politique civile.

24Cette analyse insistante des cas argentin, chilien, ou encore brésilien a pour justification la volonté de démontrer que les régimes militaires où l’armée est supposée manifester la plus grande homogénéité, puisque associant au sein d’une junta ou d’un Conseil de sécurité nationale (Brésil) les trois armes dans la gestion du pouvoir politique, ne sont pas exemptes de péripéties conflictuelles qui compromettent la reproduction d’une structure professionnalisée qui à l’origine, nous le verrons plus tard, aurait été garante de son aptitude à revendiquer le pouvoir.

25Ce phénomène apparaît beaucoup plus nettement lorsque c’est une fraction qui, utilisant le principe de solidarité active de l’Armée, prend l’initiative du coup d’État et s’efforce dès le départ d’orienter l’exercice du pouvoir politique vers l’accomplissement d’objectifs qui lui sont propres. L’expérience militaire péruvienne « révolutionnaire » selon son maître d’œuvre le général Velasco, ou « réformiste » selon certains commentateurs qui préfèrent se référer à un « socialisme du verbe » (Rouquié, 1987), manifeste dès ses premiers moments (octobre 1968) une tension extrême entre son entrepreneur et les membres de la junta hostiles à l’orientation radicale d’une politique élaborée par le général-président au sein d’un Comité d’Asesoramiento à la Présidence (COAP) composé de jeunes colonels dont l’action court-circuitait le contrôle en principe affecté par les textes aux membres de la junta (Kruijt, 1991 : 150). En fait, cette situation ne fut acceptée que parce que sa durée leur semblait être limitée par l’échéance du 31 janvier 1969, date qui signifiait la mise à la retraite du général Vélasco et donc son « extriction » de la junta censée exercer le pouvoir. Ce n’est que grâce à la découverte d’un code militaire complètement oublié qu’il fut appris qu’on pouvait faire partie des Fuerzas Armadas « en situation d’activité, de disponibilité ou de retraite ». Au cours de la séance où lecture fut faite de cet ouvrage providentiel, peu s’en est fallu que les débats ne se concluent par un règlement de compte à coups de revolver (Kruijt, 1991 : 155-156). La ratification arrachée aux membres de la Junte de cette volonté présidentielle de perdurer au pouvoir signifiait en réalité leur acceptation du leadership du général Velasco qui ne trouva sa conclusion qu’en 1975 lors de son remplacement par le général Morales Bermudez.

26On pourrait donc poursuivre l’énumération des modes d’institutionnalisation du pouvoir militaire en Amérique latine, chaque État ayant en effet son mode d’articulation particulier entre l’organisation collégiale de la corporation militaire le plus souvent signifiée par la formation d’une junte et une présidence « républicaine ». Mais c’est le plus souvent à l’endroit même de cette articulation que les tensions se manifestent car le militaire en assumant la fonction présidentielle en exploite les ressources constitutionnelles pour assigner l’armée à l’application de sa propre politique ou, mieux encore, à la promotion d’un pouvoir personnalisé. Le Chili du général Pinochet (1973-1988) a présenté le cas le plus exemplaire de ce procès de détachement-assujelissement.

27Le constat se dégageant d’une analyse du destin historique des armées latino-américaines est d’abord celui bien connu de la vocation récurrente de l’armée de pallier les crises ouvertes par le défaut d’hégémonie d’une classe politique civile en institutionnalisant des gouvernements militaires. Le problème reste de savoir quel type de régime constitue l’exception ou l’intermède : les gouvernements militaires dits « de fait » ou les gouvernements civils dits « constitutionnels ».

28La réponse est d’autant plus malaisée que les gouvernements dits « de fait » se sont tous attachés à garder un rapport avec le droit et plus précisément avec la Constitution. Même les ultimes expériences qui engagèrent au Chili, en Argentine, en Uruguay et au Brésil, l’armée dans des pratiques répressives nouvelles, et aujourd’hui bien connues, disparitions et tortures, cultivèrent avec volubilité le discours juridique. Outre des références allusives à un agenda politique de rétablissement d’une offre constitutionnelle, ces gouvernements militaires ont chacun d’entre eux produit un arsenal de textes, lois, décrets et même des Constitutions, (cf. la Constitution brésilienne de 1967 et Constitution chilienne de 1980 toujours en vigueur). Ces textes, cependant, témoignent non seulement d’un souci de bureaucratiser et rationaliser le travail gouvernemental, mais également d’ensevelir les zones grises d’un régime de terreur sous un linceul légaliste.

  • 5 Le caractère le plus important de cette terreur fut sa clandestinité, elle a témoigné de l’impossi (...)

29Ainsi a-t-on pu constater « une curieuse synthèse entre loi et déchaînement de la violence », l’étonnant en l’affaire n’étant pas la pratique de l’illégalité « mais » la production de cette illégalité sous forme de « lois » : « Pour se libérer de l’état de nature, les hommes devaient choisir l’État. Ici ils eurent les deux à la fois, la terreur et la règle5 » (Michaud, 1978 :171 -176 ; Wahnich, 2003).

30Il est une deuxième conclusion issue de l’analyse de ces coups d’État fomentés par l’armée en vue d’exercer le pouvoir politique pour son propre compte, qui est moins souvent relevée : certes l’armée prend le pouvoir, mais sans parvenir à sécréter un mode d’institutionnalisation qui lui permette de résoudre les aléas et les conflits issus nécessairement d’une gestion du politique ; qu’il s’agisse d’une gestion du quotidien ou, à plus forte raison de l’élaboration de projets collectifs impliquant une restructuration de l’ensemble de la société ou de certains de ses secteurs. La thématique des doctrines de la Sécurité nationale, quel que soit le pays ou l’Académie militaire dans lequel elle a été débattue, s’avère souple et même évasive, son seul élément de certitude étant, outre la diversité des missions qu’elle affecte au militaire, celui de leur vocation à exercer le pouvoir.

  • 6 L’exemple le plus remarquable de la prolixité juridique dont firent preuve ces gouvernements fut c (...)
  • 7 Le général Leigh à cette occasion avait évoqué une tentative de changement des bases de la légitim (...)

31Nous l’avons suggéré, l’élaboration de ces doctrines de la Sécurité nationale se nourrit d’une dualité d’exigences contradictoires : dire la vocation naturelle des armées à exercer le pouvoir politique, mais également par le flou du concept, jeter un voile sur les divergences programmatiques provoquées justement par la proximité de ces élites avec le politique. De sorte que le coup d’État initial qui a projeté l’armée dans le champ politique engendre dans son sein des oppositions qui introduisent au cours de la gestion du pouvoir militaire l’usage ou la menace d’une violence endogène, fractions contre fractions. Le coup d’État complètement assumé par l’armée, avec donc en conclusion la prise en charge du pouvoir, engendre un futur politique porteur à son tour de conflits à l’origine de mini-coups d’État plus ou moins clandestins. La métaphore qui pourrait rendre compte de cette reproduction d’un coup d’État fondateur en une pluralité de coups d’État dérivés serait celle de la poupée russe : l’ouvrir fait apparaître son double voire son multiple en modèle réduit. En effet, il n’est pas d’exemple d’une accession au pouvoir de l’armée en Amérique latine qui ait fait l’économie de crises ultérieures que seule une timidité conceptuelle propre aux analystes des gouvernements dits « gouvernements de fait » (Gobierno de hechd) leur ont interdit de qualifier de « coup d’État ». Or il n’apparaît pas pertinent de réserver cette appellation aux seules ruptures violentes d’un ordre constitutionnel articulé sur les mécanismes de la représentation dans la mesure où les gouvernements militaires de l’Amérique latine ne se sont pas fait faute non seulement d’émettre des normes juridiques mais également de publier au « Journal officiel » les institutions compétentes pour les émettre et en déterminer la hiérarchie6. Cependant, malgré l’ampleur de cette production juridique, le pouvoir reste fondé immédiatement sur une violence dont le mode de distribution est soumis aux aléas d’ambitions déçues et décuplées par le caractère hasardeux de sa conquête. En fait, faute de substance, la norme juridique émise par le pouvoir militaire n’est pas de nature à maîtriser la diversité des phénomènes de violence à l’origine de la décision politique. Elle reste donc bien souvent sans effet contraignant sur leurs propres auteurs, malgré la ritualisation de leur mode d’institutionnalisation. L’État militaire serait certes un État d’exception et nous rejoignons, disant cela, l’appréciation faite par Alain Rouquié, mais en lui affectant une signification tout à fait particulière dans la mesure où par cette appellation nous faisons référence au quotidien de ces gouvernements fait de coups d’État ou de menaces de coups d’État. Les exemples sont multiples : à celui du général Velasco et des conditions de son maintien au pouvoir déjà citées, on peut ajouter celui de « l’ascension résistible » de (Arturo) Pinochet de 1973 à 1980 jalonnée de « coups » joués en marge d’une légalité quelque peu confuse, il faut bien le reconnaître : transformation de son titre de président de la Junte attribué par le décret du 25 juin 1974 en celui de président de la République ratifié avec beaucoup de réticence par ses pairs le 17 décembre de la même année (décret 806). À partir de l’acquisition de ce nouveau statut, le général Pinochet s’investit d’un pouvoir discrétionnaire matérialisé par le monopole du pouvoir exécutif, le contrôle du pouvoir législatif et, surtout, en 1978, par la mise en œuvre d’un plébiscite qui consacrera un processus de personnalisation du pouvoir dénoncé publiquement par le général Leigh représentant à la Junte les Forces aériennes7 (Valenzuela, 1993 : 95).

32Effectivement, grâce à ces interprétations et marginalisation des textes codifiant l’accès de la Junte au pouvoir, s’était effectué un changement de la nature du pouvoir : à un gouvernement militaire avait succédé un pouvoir militarisé contrôlé par une personnalité autonome par rapport à l’armée dont il était issu. Ainsi s’était institutionnalisé un système politique hybride dont l’appareil militaire, par nature coercitive, constitue la ressource essentielle sans pour autant par lui-même contrôler ni ce qui relève des politics (exercice du pouvoir) ni à plus forte raison, ce qui relève de la policy (élaboration d’un programme de gouvernement ou définition d’une communauté politique). En fait le principe de violence inhérent au fonctionnement du pouvoir militaire (« despotique », aurait écrit Montesquieu) établirait des rapports inversés suivant la nature des relations de pouvoir envisagées : ordre et discipline entre gouvernants et gouvernés, instabilité et anarchie parmi les gouvernants (Suffern, 1982).

ARMÉES ET COUPS D’ÉTAT AU FUTUR ?

33Le souvenir de ces excès assumés par les pratiques répressives des forces armées, souvenir réactualisé par les péripéties judiciaires des procès successifs ouverts pour la défense des droits de l’homme et contre la impunidad semblerait devoir disqualifier aujourd’hui l’idée même d’une intervention politique de l’armée.

34Avant de nous plonger dans un débat spéculatif sur l’hypothèse d’un devenir politique des Forces armées, établissons un diagnostic qui, disons-le tout de suite, démontrerait que dans ces États, l’histoire reste, dans une certaine mesure, une contrainte... « une dépendance », écriraient les politologues de la consolidation : en effet, l’ouverture des transitions démocratiques à partir des années 80 n’a guère clos l’ère des épisodes militaro-politiques. Les États de l’Amérique latine, pour certains d’entre eux à tout le moins, restent donc des États prétoriens, sujets sporadiquement à l’interventionnisme politique du militaire : des coups d’État multiformes ont été tentés et certains d’entre eux réussis : le plus significatif, parce que le plus parfait sur le plan technique, restant l’autogolpe du 5 avril 1992 (la nuit) mené au Pérou par le président Alberto Fujimori. Il s’agit en fait d’une réplique du Dix-Huit Brumaire de notre Louis Napoléon (2 décembre 1851) qui donne envie de réactiver les vieilles analyses du bonapartisme dont on retrouve, en effet, les trois éléments constitutifs :

  • une personnalité sur le chemin de l’acquisition d’un pouvoir charismatique en voie d’achever un mandat présidentiel unique selon les termes de la Constitution de 1979 qui dissout le Congrès, instaure un Gobierno de Emergencia γ de Reconstruccion Nacional, suspend les dispositions constitutionnelles qui s’opposeraient à l’accomplissement du programme énoncé. Annonçant la réorganisation du pouvoir judiciaire, et du Ministère public, ainsi que la fermeture du Tribunal des Garanties constitutionnelles, il promet la rédaction d’une nouvelle Constitution « qui puisse de manière efficace contribuer au développement » (Bernales Ballesteros, 1997 : 85).
  • une opinion publique, qui séduite par la thématique anti-parlementariste du message présidentiel, ne condamne pas, voire apprécie, l’initiative d’Alberto Fujimori (Selingson, Carrion, 2002 : 58).
  • les forces armées qui, de manière explicite, par le biais d’une déclaration du commandant général de l’Armée de terre, le général Hermoza Rios, appuient le coup d’État et assument sa dimension coercitive. Cette adhésion de l’armée ouvrit au Pérou l’ère d’un concordat civilo-militaire dominé en principe par la figure présidentielle, mais durant laquelle le mode de gestion des intérêts de la hiérarchie militaire impliquée dans le maintien et le fonctionnement du régime se convertit en une variable qui, à maintes reprises, a contraint Fujimori à de délicates négociations et transactions (Bernales Ballesteros, 1997 : 87). En fait, les liens entre la présidence et l’armée, outre ceux personnels qui associaient Fujimori et Hermoza, furent assurés par les stratégies de promotion-corruption dirigées depuis le SIN (Servicio de Intelligencia Nacional) par Vladimir Montesinos. Il semble de ce point de vue que l’Armée péruvienne expérimenta de 1992 jusqu’à la fuite de Fujimori au Japon (2000) la forme la plus exacerbée du profesionalismo desvirtuado évoqué précédemment (Gourdon, 2001 : 120).

35À côté de ce coup d’État-modèle qui peut donc figurer honorablement au Panthéon des coups d’État réussis, il en a existé bien d’autres dont l’issue a été plus malheureuse. Ainsi, au Venezuela, peut-on parler de coups d’État à répétitions : celui « fondateur » du 4 février 1992 sous l’instigation du commandant Chavez, qui malgré un appui populaire certain, échoua par la décision du haut commandement de défendre l’ordre constitutionnel, suivi le 12 novembre 1992 par celui tenté par une fraction de jeunes officiers à la suite de l’incarcération du commandant Chavez. Plus récemment, toujours au Venezuela, la tentative du 11 avril 2002, dont l’ex-commandant Chavez devenu entre temps président de la République à la suite des élections de 1998 fut pour une ou deux journées au moins la victime.

36Si, à l’occasion du coup d’État du 4 février 1992, il y eut une surprise, elle réside dans son échec plutôt que dans son avènement. Effectivement tous les éléments propices à un succès semblaient être réunis. L’utilisation des forces armées dans la répression des émeutes populaires de février 1989 à Caracas avait contribué puissamment à renforcer la vision critique que ces officiers prêtaient à l’égard de leur hiérarchie et des politiques qui en recrutaient les membres. En fait, cette fracture entre une génération de nouveaux officiers professionnalisés à partir des années 70 grâce à une formation de type universitaire (Academia Militar Andres Bello) profondément teintée de nationalisme et un haut commandement recruté suivant des critères politiciens, s’était développée dès les années 70. À ce malaise d’ordre interne dû pour l’essentiel à un affrontement inter-générationnel s’ajoutait le mépris encouru par une classe politique du fait de sa corruption et de son inaptitude à émettre les politiques publiques de développement et de répartitions exigées par une population en voie de paupérisation (Trinkunas, 2002 :41-75). De sorte que ces jeunes officiers étaient en quelque sorte victimes du syndrome décrit en d’autres temps par un Tocqueville, lorsque s’interrogeant sur l’adéquation des Armées avec un nouvel ordre démocratique, il observait avec inquiétude les pulsions révolutionnaires de certains de ses officiers (Tocqueville, 1990 : 222).

  • 8 Article 328 : « Les forces armées nationales constituent une institution essentiellement professio (...)

37En fait, c’est l’opposition au sein de l’armée de la hiérarchie des généraux politico-militaires aux jeunes officiers révolutionnaires réunis dans le MBR- 200 (Movimiento bolivariano revolucionario) dirigé par le lieutenant-colonel Chavez qui fut à l’origine, nous l’avons dit, de l’échec proprement militaire du golpe. C’est toujours ce manque d’homogénéité qui, en novembre 1992, compromit la deuxième entreprise ; mais en cette occasion la fracture qui s’était manifestée au sein de l’armée s’était réalisée au sein même d’un MBR livré à lui-même par l’emprisonnement de Chavez (Trinkunas, 2002 : 56). Son élection à la présidence en 1998 ainsi que la rédaction d’une nouvelle Constitution (décembre 1999) ont eu pour résultat paradoxal d’accélérer la politisation des forces armées. En effet, le nouveau président de la République bolivarienne utilisa à plein les compétences inscrites dans le texte constitutionnel pour militariser les secteurs de l’économie publique autrefois dirigés par des personnalités civiles, en plaçant donc des officiers à la tête des entreprises dont l’emblématique Compagnie des « Pétroleros y Venezuela ». En fait, c’est l’ensemble des secteurs de la société qui furent touchés par ce mouvement de militarisation, à la suite notamment de la mise en œuvre du plan Bolivar (2000) destiné non seulement à effacer les destructions provoquées par les catastrophiques inondations dans l’État du Vargas mais également à promouvoir à plus long terme un développement social et économique8. Cet engagement de l’armée dans la société civile prévue par la Constitution de 1999 s’était accompagné au sein même de la hiérarchie militaire d’un renouvellement des cadres au profit bien sûr des officiers qui, en 1992, avaient manifesté leur adhésion au MBR... et qui étaient restés fidèles à son inspiration chávista (Trinkunas, 2002 : 65). En ce domaine, le président Chavez sut encore exploiter toutes les ressources d’une Constitution qui lui donnait pouvoir de nomination de tous les officiers supérieurs à partir du grade de colonel (art. 236 al. 6).

38Ce mouvement inversé, mais complémentaire, de politisation de l’armée et de militarisation de la société fut certainement à l’origine de l’ultime tentative de coup d’État une fois encore avorté du 11 avril 2002. On explique cet échec par l’impossible rencontre entre le malaise social provoqué par une militarisation de la société à forte coloration populiste et celui d’une partie des officiers de l’armée dont les promotions, une fois encore, restaient soumises aux incertitudes du profesionalismo desvirtuado. L’épisode de la disparition du président, suivie par une soudaine réapparition deux ou trois jours plus tard, donna lieu par les acteurs même de ces événements à des explications qui prêtent à sourire. Les longues grèves qui, d’octobre 2002 à février 2003, ont paralysé le secteur pétrolier ainsi que les manifestations de masse, comme celles du 10 octobre 2002, témoignent aujourd’hui d’un clivage profond entre les classes moyennes et un peuple des bidonvilles mobilisé par les organisations chávistas des Circulos bolivarianos exaltés par la retorica artillera du leader. Par ailleurs, si, à ce phénomène purement social, on ajoute la recrudescence d’une politisation de la corporation militaire à la suite du golpe manqué du 11 avril, il est à craindre que surgissent à plus ou moins long terme de nouvelles tentatives de mettre fin au mandat de l’actuel président dans des conditions qui pourraient ne pas correspondre à celles déterminées par une légalité constitutionnelle. On doit souligner que c’est grâce à une internationalisation du conflit sous l’égide du secrétariat général de l’OUA, que ces recours à l’armée et à la violence, effectués concurremment par des organisations coordonnant les différentes contestations sociales (Coordinación democratica) d’une part et l’administration présidentielle d’autre part, ont quelque chance de céder le pas à la solution constitutionnelle du referendo revocatorio (article 72 de la Constitution).

39On pourrait également, sous la rubrique des coups d’État avortés, citer celui tenté au Paraguay en 1996 par le général Oviedo ; mais mérite une attention particulière l’engagement des Forces armées en Équateur en février 2000 aux côtés de la puissante Confédération des Nationalités indiennes (CONAIE) dans une junte chargée d’assurer un gouvernement provisoire. Il s’agissait d’une expérience rendue certes furtive par l’intervention du haut commandement militaire hostile à une initiative qui, au sein de l’armée, avait été le fait d’un groupe d’officiers soupçonnés de chávismo et dirigés par le colonel Lucio Gutierrez, celui-là même qui allait devenir président de la République lors des élections de décembre 2002.

40Cependant, cette initiative témoigne de la prégnance dans cet État comme dans d’autres d’une tradition militaro-politique complètement renouvelée par les crises répétitives traversées par la société équatorienne et les nouvelles missions que l’État leur a concédées. En effet, ces militaires devenus des professionnels de l’économie et du social appuient au sein de la société civile les contestations des organisations qu’ils y rencontrent dans le but de contraindre les gouvernants, voire de les changer, sans considération d’une quelconque légalité constitutionnelle. On comprend mieux dans ces conditions les hésitations de certaines fractions de l’armée équatorienne, quelque puisse être l’ampleur de la crise économique et politique traversée par la société et le système, à franchir le Rubicon. L’accession du colonel putschiste Lucio Gutierrez, à l’issue des élections de novembre 2002, à l’exercice de la fonction présidentielle ne semble pas clore la querelle qui, en janvier 2000, avait conduit à son emprisonnement. Citons à l’appui de cette analyse une déclaration qu’il fit à l’occasion de sa campagne électorale ultérieure : « Je ne suis pas un putschiste. Ce qui s’est passé en 2000 n’est pas un coup d’État. Un coup d’État est conduit par des élites politiques, militaires ou économiques. Cette fois, c’est le peuple qui s’est soulevé, et l’armée avait deux options : le massacrer ou le rejoindre. Nous avons décidé de nous unir au peuple parce qu’il avait raison » (Gutierrez, 2002). Le colonel aujourd’hui président avait donc fait son choix : celui de l’engagement révolutionnaire qui disculperait l’Armée du pêché de « putschisme ». Mais il ne s’agissait que d’une fraction de l’Armée ; pour les autres, remettre en question l’ordre constitutionnel impliquait le risque d’un compagnonnage nouveau avec des partenaires mal connus, le risque de sacrifier les avantages et privilèges codifiés par l’ordre constitutionnel lui-même et à partir desquels l’armée a pu justement bénéficier de la médiation professionnelle et sociale, à l’origine de son insertion dans la société civile, et de sa familiarité avec les organisations qui actuellement créent de nouveaux modes de participation politique.

41Par ailleurs, l’ampleur de la crise qui, dans certaines sociétés (l’Argentine ?), atteint une dimension multisectorielle, paralyse une armée qui craint certes que son intégrité corporative soit compromise par l’importance de la crise fiscale et budgétaire ; mais ne redoute-t-elle pas davantage la faiblesse d’un pouvoir étatique face à des contestations émises par la société civile où par ailleurs ne lui apparaît pas clairement un quelconque partage entre amis et ennemis" ? (Fabian Sain, 2001) Car en fait ne s’agit-il pas dans ce type de crise, non pas de choisir une politique plutôt qu’une autre, mais d’opter pour le maintien ou, au contraire, pour la destruction de la puissance étatique dont l’Armée est elle-même l’élément consubstantiel ?

42Dans la confusion des élites qui, au sein d’une pluralité des États en Amérique latine, auraient vocation à gouverner, qu’elles proviennent de partis politique ou bien d’organisation fédérées au sein de la société civile autour de la représentation d’intérêts collectifs jusque là ignorés, l’armée peine à faire son choix. De fait, il s’agit d’un choix difficile : respecter le pacte constitutionnel qui les subordonne à des gouvernements civils issus d’une compétition pluraliste électorale restreinte à des organisations partisanes peu représentatives, les engage à endosser des missions de maintien de l’ordre public qu’une éthique démocratique plus large que celle procédurière, celle-là même qui les astreint au respect de la légalité constitutionnelle, disqualifie. La distinction académique entre démocratie formelle et substantielle devient à l’occasion de missions répressives affectées à l’armée une querelle qui la fractionne et la divise : d’un côté, de jeunes officiers qui, pétris d’un nationalisme socialisant, s’encombrent peu d’un quelconque respect de la légalité constitutionnelle et, de l’autre, des officiers supérieurs qui, devant leur promotion à une proximité auprès des gouvernants civils, manifestent une grande réticence à prendre des initiatives susceptibles de les déstabiliser.

CONCLUSION

43Une fois encore, on se rend compte que toute analyse d’un terrain que l’on globalise sous l’appellation Amérique latine est confronté au devoir de singularisation. Prendre acte dans les États d’Amérique latine d’une permanence de l’Armée dans le champ politique ne signifie pas pour autant redouter une universalisation d’un paysage chaotique propre au Venezuela, à l’Équateur ou encore à la Bolivie. Au Brésil et au Chili par exemple, les corporations militaires semblent essentiellement attachées à défendre un statut matériel qui leur permettraient de poursuivre un objectif de professionnalisation quelque peu menacé non seulement par des restrictions budgétaires mais également par l’incertitude des missions qui leur sont aujourd’hui affectées. À ce propos, les débats qui engagent aujourd’hui les académies militaires dans un renouvellement de la définition de la Sécurité nationale manifestent certes une autonomie incontestable de l’Armée. C’est elle qui, en effet, contribue et d’une manière décisive, au travail de réactualisation de ce concept, mais ce faisant, s’est effacée la vocation politique du chef de guerre, et donc a disparu l’incorporation dans cette notion de Sécurité nationale de la légitimité du coup d’État dont l’issue serait l’institutionnalisation d’un gouvernement militaire. L’exceptionnalisme latino-américain, si tout au moins il réside dans cet élément, constituerait donc la préhistoire du développement politique de ces États auxquels on doit appliquer aujourd’hui les paradigmes nouveaux nécessaires à leur compréhension, ceux-là mêmes qui, dans les démocraties dites développées, traitant des relations pouvoir civil et armée, acceptent une participation active du militaire aux processus démocratiques contribuant à la définition et la gestion de la Défense nationale et des missions sécuritaires qui leur sont aujourd’hui confiées (Cottey, Edmunds, Forster, 2002 : 31-56).

44Par contre, il n’est pas déraisonnable d’intégrer dans le devenir des systèmes politiques vénézuéliens, équatoriens ou boliviens l’hypothèse du coup d’État. Mais une fois qu’on admet que ce type d’événement n’est pas exclu, des éléments nouveaux brouillent les pistes anciennes permettant autrefois leur compréhension. Plus que d’une domination de l’Armée dans un champ politique dans lequel il faut aujourd’hui intégrer des mouvements sociaux autrefois ignorés (parce que peut-être absents), il s’agirait d’interventions sporadiques commandées d’avantage par les péripéties de crises sociales et politiques répétitives que par des réflexions ou stratégies élaborées par un haut commandement maître de l’ensemble de ces troupes. Quant aux informations concernant l’issue institutionnelle de ces interventions ou les conditions de leurs réalisations, elles ne sauraient se dégager pas plus d’une histoire des Armées en Amérique latine que de la lecture des paradigmes anciens s’interrogeant sur les critères de la subordination du militaire au pouvoir civil. La professionalisation, comme mode d’accès à un « contrôle objectif » (le bon), ou bien la politisation, comme essence du « contrôle subjectif » (le mauvais) (Huntington, 1957), confrontées aujourd’hui à ce terrain se révèlent des notions sans usage, inaptes qu’elles sont à saisir, dans ces États demeurés prétoriens, non seulement la faiblesse des mécanismes représentatifs de la participation politique, mais également les contours réels des nouveaux modes de participation qui aujourd’hui émergeraient (il faut écrire au conditionnel) de la société civile (Lievesley, 1999). Dans certains États de l’Amérique latine, des événements ont eu lieu, d’autres sont à venir, engageant pour chacun d’entre eux le soldat dans le déroulement et la solution de conflits politiques. Cela est une certitude ; par contre, demeurent incertains, et donc à découvrir, les instruments d’analyse nécessaires à leur compréhension.

Bibliographie

Bibliographie

Bernales Ballesteros Enrique, 1997, La Constitution de 1 993, analisis comparada, Lima, ICS Editores.

Campos Coelho Edmundo, 1976, Em Busca de identidade : ο exercito e politica na sociedad Brasileira, Rio de Janeiro, Editora Forense Universitaria.

Cherrier Emmanuel, 1999, 18 Brumaire et 2 décembre, d’un coup d’État à l’autre : éléments pour une étude du coup d’État, thèse de doctorat de science politique, Université de Lille II, document ronéotypé.

Cottey Andrew, Edmunds Timothy, Forster Anthony, 2002, « The Second Generation Problematic : Rethinking Democracy and Civil-Military Relations », dans Armed Forces & Society, vol. 29, n° 1, pp. 31 -56.

Fabian Sain Macelo, 2001, « Las Fuerzas Armadas y las Nuevas Amenazas : El Cas Argentino (1980-2000) » Seminario Argentina y Brazil, Frente a las nuevas amenzas, Buenos Aires, document ronéotypé.

Gourdon Hubert, 1997, « La Constitution algérienne du 28 novembre 1996 », dans Maghreb-Machrek, n° 156, Paris, La Documentation française, pp. 36-48.

Gourdon Hubert, 2001, « Violence, Politique et Armée en Amérique latine », dans Pouvoirs, n° 98.

Huntington Samuel P., 1957, The Soldier and the State : The Theory and Politics of Civil-Military Relations, Cambridge, Mass., The Belknap Press of Harvard University Press.

Kruijt Dirk, 1991, La Revolución por decreto : Peru durante el gobierno military, San Jose, FLASCO.

Lievesley Géraldine, 1999, Democracy in Latin America : Mobilisation, Power and the Search for a New Politics, Manchester, Manchester University Press.

Markoff John, Duncan Barreta Silvio R., sd, « Profesional Ideology and Military Activism in Brazil, Critic of a Thesis of Alfred Stepan », dans Latin America Research Review, pp. 174-191.

Michaud Yves, 1978, Violence politique, Paris, Gallimard.

Nunn Frederik. M., sd, « Military Professionalism and Professional Militarism in Brazil 1870-1970, Historical Perspectives and Political Implications », dans Latin American Studies, n° 4, 1, pp. 29-54

O’Donnell Guillermo, 1978, « Permanent Crisis and the Failure To Create a Democratic Regime : Argentina 1955-1966 », dans Linz Juan J., Stepan Alfred, The Breakdown of Democratic Regimes, Latin America, Baltimore et London, The John Hopkins University Press.

O’Donnell Guillermo, 1986, « Modernizations And Military Coups : Theory, Comparisons, and the Argentine Case », dans Lowenthal A. and Fitch S. (ed), Armies and Politics in Latin America, New York et London, Holmes and Meier.

Patino Bruno, 2000, Pinochet s’en va. La transition démocratique au Chili (1988-1994), Paris, IHEAL.

Rouquié Alain, 1972, Pouvoir militaire, société politique en Argentine, Paris, PFNSP.

Rouquié Alain, 1979, « Groupes de pression et forces armées en Argentine. La logique de l’État prétorien », dans Revue d’Histoire d’Outre-Mer, 3e et 4e trimestres.

Rouquié Alain, 1987, Amérique Latine, Introduction à l’Extrême-Occident, Paris, Seuil.

Seligson Mitchell Α., Carrion Julio F., 2002, « Political Support, Political Skepticism, and Political Stability in New Democracies : An Empirical Examination of Mass Support for Coup d’État », dans Peru Comparative Political studies, vol. 35, n° 1.

Stepan Alfred, 1971, The Military in Politics : Changing Patterns in Brazil, Princeton, Princeton University Press.

Suffern Stephan, 1982, « L’institutionnalisation du pouvoir militaire », dans Le Monde, édition du 10 février, Paris.

Toqueville (de) Alexis, 1990, De la démocratie en Amérique, Paris, Librairie philosophique 20, Tome II (1840), éd. Eduardo Nolla.

Trinkunas Harold Α., 2002, « The Crisis in Venezuelan Civil Military Relations. From Punto Fijo To the Fifth Republic », dans Latin American Research Review, vol. 37, n° 1, pp. 41-75.

Valenzuela Arturo, 1993, « Los militares en el poder ; la consolidation del poder unipersonal », dans Drake Paul W., Jaksic Ivan (ed.), El dificil camino hacia la democracia en Chile. 1982-1990, Santiago du Chili, FLACSO.

Wahnich Sophie, 2003, La liberté ou la mort, Essai sur la terreur et le terrorisme, Paris, La Fabrique Éditions.

Zarini Héléo Juan, 1980, Constitutión de la Nation Argentina, Buenos Aires, Editorial Astrea.

Notes

1 La doctrine de Sécurité nationale n’est ni une doctrine de légitimation ni une doctrine d’exercice du pouvoir. Elle ne fournit qu’un discours ou un langage qui est incapable de fonder une source permanente de la légitimité. L’utilité première de la doctrine de Sécurité nationale en élargissant le spectre des menaces et en les situant à l’intérieur de la société nationale donne une base institutionnelle à l’intervention de l’armée, mais ne dit rien de son éventuel projet politique.

2 Bulletin officiel du 29/3/1976.

3 Estatuto para el proceso de reorganizacion nacional y Reglemento para el funcionamiento de la junta militar, poder ejecutivo nacional y comision de Asesoramiento legislativo del 26/7/1978, reformado por ley 21 960 del 11 /1 /1979.

4 On ne trouve pas trace de cette notion, approfondie grâce à l’œuvre du général Golbery, dans l’ato institucionnel n° 1 publié dans le journal officiel du 10/4/1964. Les perspectives politiques ouvertes à l’armée par ce document préfèrent se référer à une littérature dont l’originalité est d’associer étroitement les thématiques du jacobinisme révolutionnaire française avec celle d’un anticommunisme virulent.

5 Le caractère le plus important de cette terreur fut sa clandestinité, elle a témoigné de l’impossibilité dans laquelle se trouvaient ces militaires à se prévaloir de l’usage public de la violence. C’est ce caractère de clandestinité qui plus que tout autre à l’heure actuelle manifesterait le mieux l’illégalité absolue des gouvernements militaires latino-américains.

6 L’exemple le plus remarquable de la prolixité juridique dont firent preuve ces gouvernements fut certainement donnée par l’armée brésilienne qui à la suite d’actes institutionnels posant les grands principes fondateurs du nouvel ordre politique rédigea en 1967 une Constitution de dimension comparable à celle « fleuve » de 1988. Cela dit les gouvernements militaires ultimes de l’Argentine (1976-1983) et du Chili (1973-1989) ont fait preuve d’une production juridique similaire.

7 Le général Leigh à cette occasion avait évoqué une tentative de changement des bases de la légitimité du pouvoir.

8 Article 328 : « Les forces armées nationales constituent une institution essentiellement professionnelle, sans militarisme politique, organisées pour garantir l’indépendance et la souveraineté de la nation et assurer l’intégrité de l’espace géographique par la défense nationale de la coopération dans le maintien de l’ordre interne et la participation active au développement national... »

Notes de fin

* Professeur de science politique émérite. Université Saint-Quentin-en-Yvelines. IHEAL/CREDAL.

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable