Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et pouvoirs en Amérique latine

 | 
Renée Fregosi

Première partie. L'armée au pouvoir

Un modèle d'échange doctrinal franco-argentin : le plan Conintes 1951-1966

Gabriel Périès

Texte intégral

  • * Docteur en science politique. Université d'Evry-Val d'Essonne.

1Note portant sur l'auteur*

STATUE À LA GLOIRE DU SOLDAT ARGENTIN (BUENOS AIRES). CLICHÉ : ALAIN MUSSET.

2Comment s'établit le lien entre des opérations dites de « maintien de l'ordre » et la prise du pouvoir par les militaires ? Comment ce fait historique et politique se réalise-t-il dans le contexte de l'Argentine de la seconde moitié du xxe siècle, dans ce pays du Cône sud habitué aux coups d'État militaires depuis 1930 ?

3Ces derniers temps, on a beaucoup parlé de l'importance des doctrines militaires françaises, en particulier de celles issues de la Guerre d'Algérie dans les pratiques de coaction et de coercition de masse lors de la dernière dictature argentine (1976-1983), celle du « Proceso de Reorganización Nacional » (PRN) (CONADEP, 1985 : 474).

4Dans le cadre de ce travail, il s'agit de se situer, à travers le cas argentin, sur le terrain de l'analyse de ces doctrines ; de celles-là mêmes qui articulent, de façon mécanique pourrait-on dire, les pratiques de coercition de masse et le renversement des gouvernements civils ou leur prétorianisation. Plus précisément, il est question de saisir les axes d'interaction doctrinaux qui alimentent le positionnement substituiste d'une armée par rapport à l'autorité civilo-politique. En effet, il semble bien que l'observation des cas français et argentins de l'application de la doctrine dite de la « guerre révolutionnaire » (DGR) permette de retrouver un même type d'opérations militaro-politiques de lutte territoriale pour le contrôle de la souveraineté contre un « ennemi intérieur » suivi d'une prise du pouvoir de facto par les forces armées, tant sur un plan local, que sur un plan national, voire régional. Ainsi, une observation comparatiste des processus de consécution entre les événements militaires et politiques en France et en Argentine de la fin des années 1950 et du début des années 1960, dégage-t-elle d'importantes similitudes.

  • 1 En l'occurrence le mouvement de Mena (Uturunco), éradiqué en 1959 dans la région de Tucumán.
  • 2 Le foco del Ejercito Guerillero del Pueblo, dirigé par ). R. Massetti est annihilé en 1964 dans la (...)
  • 3 Dans le vocabulaire militaro-politique argentin, il s'agit d'un mouvement de pression des officier (...)
  • 4 Armée de Libération nationale, bras armé du FLN en Algérie.

5En France, l'importante opération de démantèlement des réseaux clandestins du FLN lors de la « bataille d'Alger » (fin 1956-janvier 1958) débouche, le 13 mai 1958, sur le coup d'État militaire — ou la révolution — du général de Gaulle à Alger qui en finit avec la IVe République. En Argentine, entre 1958 et 1966, le pouvoir politique civil est progressivement prétorianisé avec un coup d'État contre le président Frondizi en 1962 à la suite de l'application du plan Conintes (plan d'intervention de l'armée en cas d'effondrement interne de l'État) en 1960 contre des mouvements sociaux revendicatifs et des guérillas naissantes1. Les présidences civiles qui suivent, celle de Guido (Rouquier, 1978 : 507), puis celle d'Illía, sont étroitement contrôlées par les forces armées dans le contexte militaire de l'écrasement d'un second mouvement de guérilla argentin2 jusqu'au coup d'État de 1966 et l'établissement d'une junta revolucionaria dirigée par le général Onganía. Le général de Gaulle, luttant contre sa prétorianisation, démantèle les services d'Action psychologique (5e Bureaux) ; la réaction est forte : à Alger, c'est la « Semaine des Barricades » au mois de janvier 1960, on pose alors, en quelque sorte un planteo3 Plus tard, en avril 1961, après les opérations « Pierres précieuses », « Jumelles », « Courroie », « Couronne »... incluses dans le plan Challe (fin 1958-1960) qui opère la quasi-destruction de l'ALN4, une partie de l'armée tente de renverser, par un putsch, le général de Gaulle. En Argentine, en 1976 enfin, un processus analogue se développe, et aboutit à la prise du pouvoir par les forces armées : le général Videla prend effectivement la tête de l'État après el Operativo Independencia (1974-1975), c'est-à-dire après l'anéantissement complet de la guérilla rurale et urbaine à Tucumán, Santa Fe, Formosa..., et établit le système des juntes et de terreur qui durera jusqu'en 1983.

6Ce cadre posé, il s'agit de dépasser l'analogie des situations et des processus en rétrécissant l'angle sur un objet spécifique : sur la période d'élaboration et d'application du plan Conintes en Argentine. En effet, il est question de saisir comment les institutions argentines, au sens juridico-politique, ont interagi in situ avec les doctrines militaires qu'introduisaient alors des officiers français ; doctrines dont il sera question de déterminer les principales caractéristiques au regard de leur circulation, au même moment, en Algérie.

LES CONDITIONS INSTITUTIONNELLES D'UNE INTERACTION ET D'UNE RÉCEPTION DOCTRINALE FRANCO-ARGENTINE

7Ce serait commettre une erreur méthodologique importante que de considérer que le savoir-faire français qui va en se codifiant et en s'appliquant en Algérie à la fin des années 50, ne ferait que se plaquer in abstracto sur une réalité militaro-politique argentine qui lui serait totalement étrangère. En effet, le réceptacle institutionnel et structurel de la doctrine française en Argentine existe. Il s'inscrit dans un triptyque doctrinal juridico-militaire original : la doctrine du poder de facto telle que la développe la Cour suprême argentine dès 1930 (Groisman, 1983) ; un complexe juridique important relatif à la gestion territoriale de l'État de siège qu'institue le général Perón lors de sa première présidence en 1948, et qui servira de base au plan Conintes ; enfin, les doctrines militaires françaises qui seront acquises lors des échanges d'équipes de stagiaires argentins à l'École de Guerre française et de missions françaises directement rattachées à l'École de Guerre argentine et à l'état-major de l'armée argentine pendant la période de la Guerre d'Algérie, jusqu'en 1966.

La doctrine du poder de facto de la Cour suprême argentine : l'institutionnalisation juridique du pouvoir militaro-politique

8Le coup d'État du général Uriburu le 6 septembre 1930 contre le gouvernement de jure du président radical Yrigoyen fait entrer l'Argentine dans son ère institutionnellement militariste. La dissolution du Congrès est alors prononcée et les Provinces sont intervenidas, c'est-à-dire placées directement sous le contrôle du pouvoir exécutif ; plusieurs juges sont également destitués. Seule la Cour suprême reste en place.

9Dans ce climat, le chef de la Junte « révolutionnaire » envoie un communiqué à la Cour à travers lequel il l'informe de la constitution d'un gouvernement provisoire ; que ce gouvernement se trouve en pleine possession des forces armées et policières nécessaires au maintien de la paix et de l'ordre de la nation ; et que celles-ci sont prêtes à protéger les libertés individuelles et la propriété des biens. Face à cette sollicitation, la réponse de la Cour suprême marque pour le siècle la légitimité de l'interventionnisme militaire.

10En effet, le 10 septembre 1930, elle prononce une acordada, une décision, à travers laquelle elle annonce qu'elle considère dorénavant comme valides les actes juridiques que les fonctionnaires placés sous l'autorité du pouvoir de facto réaliseraient, ajoutant « quels que soient les vices de formes ou les déficiences relatives à leur nomination ou élection » (Carrío, 1996 : 44). La Cour poursuit son raisonnement en affirmant que la situation exceptionnelle est celle « d'un gouvernement de facto dont la qualification ne peut être discutée... du fait qu'il exerce la fonction administrative et politique dérivée de la force comme moyen de défense de l'ordre et de la sécurité sociale » (Carrío, 1996 : 44). La Cour s'empresse cependant de signaler que si une fois la situation normalisée, le gouvernement de facto méconnaissait quelque garantie constitutionnelle, la Justice se chargerait de la rétablir et de faire respecter les principes de la Constitution. Bref, tout en reconnaissant la légitimité de l'interventionnisme, la Cour suprême tente de persévérer dans son être en se hissant formellement au-dessus du pouvoir de facto que dorénavant elle reconnaît. La détermination formelle de la légitimité s'impose alors à la légalité avec, comme médiateur institutionnalisé, la force souveraine, c'est-à-dire le militaire. La Cour suprême suivra et peaufinera cette doctrine, se rangeant de façon quasi automatique du côté des forces armées jusqu'en 1983.

De l'Estado de guerra interno au plan Conintes

  • 5 État de guerre interne qui fonctionnera en particulier contre les importants mouvements anti-péron (...)

11Fort de ce cadre juridique qui rend grâce à toute intervention militaire en reconnaissant l'exercice autonome de la force comme source de droit, donc intronise, « sans contestation possible », l'exercice du pouvoir militaire dans sa souveraineté, il convient de relever comment cette souveraineté va s'exprimer au sein de l'État à travers les mesures relatives aux situations d'urgence. En effet, un dispositif est mis au point par le général Perón dès 1948 qui régit « l'état de guerre interne5 » (Almaraz, Corchon, Zemborain, 2001 : 151) préfigurant le complexe politico-juridique qui déclenche l'intervention coercitive de l'Armée dans des zones spécifiques ou sur l'ensemble du territoire national. La loi 13 234, qui organise alors le dispositif, détermine dans ses articles « l'organisation de la Nation en temps de guerre » selon deux axes : 1) l'évaluation des circonstances : il s'agit d'évaluer les risques de guerre imminents et 2) de rendre possible l'adoptions de mesures préventives pendant le temps de paix dites « de défense nationale », dont les plus importantes sont, sans doute, la soumission des civils aux juridictions militaires (art. 36), avec possibilité d'effet rétroactif de la loi et des peines. Mais pour ce qui a trait à la partie opérationnelle du dispositif, cette loi divise le pays en zones de juridiction militaire et instaure un Conseil national de Défense dirigé par le président de la Nation qui se voit attribuer des compétences très élargies en cas de guerre ou de risques majeurs. Ces juridictions militaires territoriales jouent un rôle essentiel ; elles recoupent des zones d'opérations en temps de guerre à l'intérieur desquelles, comme le stipule l'article 15 de la loi : « [L'autorité militaire y exerce] l'autorité totale du gouvernement tant dans les domaines militaires que civils ou administratifs » ; cet article ajoute par ailleurs que « les commandants qui exercent l'autorité totale ont la compétence pour imposer la loi martiale dans leurs zones d'opérations respectives en édictant des arrêtés et des dispositions avec force de loi que les impératifs de la guerre imposent. En vertu de quoi, ils exercent leur pleine capacité de commandement sur les autorités civiles qu'ils désirent maintenir dans leurs fonctions. Les magistrats qui exercent des fonctions de justice et qui seraient désignés ou confirmés dans leur charge par l'autorité militaire conserveront l'indépendance de leur action et la plénitude de leurs attributions officielles ». Loi martiale, pouvoir absolu du commandement sur sa zone opérationnelle, territorialisa-tion..., des termes et des expressions à retenir.

12En effet, on retrouve cette loi martiale à trois reprises : en 1960, lors de l'application du plan Conintes ; en 1969, lors du Cordobazo ; pendant l'année 1976 et les suivantes, c'est-à-dire pendant le Proceso.

13Mais qu'est-ce que réellement le plan Conintes ? Pour nous, il recèle une importance capitale puisqu'en fait, il sera, pour l'essentiel, constitué des dispositions de la loi 13 234, d'un côté, et de l'autre, comme nous allons le voir, des apports du savoir-faire français adapté aux nouvelles conditions de la Guerre froide en Amérique latine depuis la Révolution cubaine.

Le plan Conintes et l'intégration des missions françaises dans le dispositif institutionnel argentin

14Comme le souligne le général Anaya dans un document à usage interne, la présence doctrinale française est nettement revendiquée dans les origines mêmes du plan Conintes :

15El Plan « CONINTES »

16Inmediatamente después de la terminación de la Segunda Guerra Mundial, la Rusia triunfante comenzó la expansión de su ideología a través de la guerra revolucionaria, caracterizada por su desemboque en la guerra civil.

17Esta situación motivó que los países, principalmente europeos, estudiaran el problema de su seguridad y adoptaran medidas para oponerse a esa acción que los afectaba considerablemente.

18Uno de los países rectores, en ese tema, fue Francia, que difundió su teoría a través de cursos que se desarrollaron en ámbitos civiles y militares y a los que asistieron argentinos seleccionados.

19La innovación consistía, fundamentalmente, en la asignación de jurisdicciones territoriales a las fuerzas militares (básicamemte al Ejército) y en la adopción de desplieges preventivos para anticiparse a la acción enemiga que pudiera provocar una conmoción interna como en ese momento, era su forma de operar.

20Sólo en casos de excepción, cuando otras medidas hubieran fracasado, la autoridad militar podía asumir el control de la zona afectada, por tiempo limitado, previa resolución de las autoridades nacionales competentes.

21El plan « CONINTES » fue superado por las circunstancias y por la actualización de las previsiones, pero de él se mantienen las jurisdicciones militares. Este tipo de previsiones no fueron objetadas por los gobiernos constitucionales e incluso fueron aplicadas localmente en ciertas oportunidades en que fue imprescindible hacerlo.

  • 6 Document privé du général Anaya contenant les textes de conférences effectuées probablement entre (...)

22El Plan « CONINTES » surgió como una necesidad de la época, para hacer frente a un enemigo ya declarado. Tuvo su origen en la concepción francesa que ne puede ser tildada de totalitaria. Tampoco lo fue su aplicación en el país6.

23Ainsi, à travers ce document, les choses sont clairement établies. L'influence française est nettement revendiquée, et ce sur quatre plans :

241) il est attribué à la France la diffusion « de sa théorie » à travers des cours effectués auprès de milieux civils et militaires et « d'Argentins soigneusement sélectionnés » ; 2) est considérée comme innovación, l'assignation de juridictions territoriales aux forces militaires accompagnée de possibilités d'effectuer des « déploiements préventifs pour anticiper les actions ennemies qui pourraient provoquer un effondrement intérieur » [de l'État] ; 3) l'autorité militaire peut dès lors assumer le « contrôle de la zone affectée avec l'accord préalable des autorités nationales compétentes » ; 4) enfin, que ce plan a été appliqué et que celui-ci une fois dépassé, ce qui en a perduré, ce sont les juri-disdicciones militares.

25C'est dans ce contexte qu'évoluent et se succèdent les conseillers français arrivés à Buenos Aires entre 1957 et 1966. Pendant cette période, la mission couvre deux domaines essentiels pour l'Armée argentine : les besoins en armement, on vante alors les mérites des chars AMX 13 et la doctrine qui accompagne ces armements, à savoir la doctrine de la « guerre révolutionnaire » que les Français enseigneront de « A jusqu'à Ζ » (entretien avec le général Anaya, 23/05/1990).

26Toutefois, si la mission française en Argentine ouvre ses portes en 1957, cela fait déjà six années que la France reçoit des officiers argentins à l'École supérieure de Guerre (ESG). Couvrant la période péroniste, les trois premiers stagiaires argentins de l'après-guerre sont le lieutenant-colonel Arribeau, (1951 -1952), puis après un « trou » de deux années, il est suivi, en 1954-1955, par les colonels Rosas et Tibiletti. Après le coup d'État contre le général Perón de 1955, en 1956-1957, arrive le colonel Hure, suivi en 1957-1958, par le colonel Móm. En 1958-1959, le colonel Lopez-Aufranc arrive à Paris suivi en 1959-1960 par le colonel Daneri. En 1960-1961, les colonels Correa et Aguirre se trouvent également à l'École militaire de Paris alors même que le président Fondizi a mis en place le plan Conintes. Les stagiaires argentins croisent, lors de leurs séjours français, ceux qui seront plus tard les conseillers français en Argentine entre 1957 et 1966 : les lieutenants-colonels de Naurois (ESG : 1955-1956), Ossent (ESG : 1955-1956), Badie, (ESG : 1956-1957), Nouguès et Garder, (ESG : 1957-1958), Bentresque (ESG : 1958-1959), Cazaumayou, (ESG : 1959-1960), les lieutenants-colonels Boulnois (ESG : 1956-1958), Durieux et Servant viendront par la suite (Abramovici, 2001). Ces années sont cruciales, car elles correspondent, en même temps à l'élaboration de la DGR et à la constitution et à l'application du plan Conintes en Argentine alors même que les missions françaises enseignent leur doctrine et que les officiers argentins ayant reçu la DGR en France à l'ESG transmettent leur savoir fraîchement acquis à leurs collègues.

LA DOCTRINE FRANÇAISE ENSEIGNÉE LORS DE LA MISE AU POINT DU PLAN CONINTES

27Pour l'essentiel, la doctrine française enseignée par roulement à l'École supérieure de Guerre argentine (ESGA) et à l'état-major des Forces armées va reposer sur deux pôles : le premier est l'approfondissement organisationnel de la territorialisation de l'institution militaire ; et le second, repose sur la décontextualisation des pratiques de guerre psychologique alors en application en Algérie.

La territorialisation de l'armée argentine et les pratiques de coaction et de coercition de masse : l'intégration du modèle français de la Défense interne du Territoire (DIT)

28Le problème de la territorialisation a été abordé en deux temps : premièrement, dès le début de l'année 1958 puis en 1950-1960. En effet, dans une de ses conférences à l'ESGA, le conseiller militaire de Naurois, prenant comme modèle la DIT française, aborde la question du commandement politico-militaire à l'échelon du territoire à des fins de contre-guérilla. Par la suite, c'est au lieutenant-colonel Bentresque, arrivé quant à lui en 1959, auquel revient la tâche, dans le prolongement d'exercices spécifiques de manœuvre nécessitant des modifications organiques de l'armée argentine, d'en impulser d'importantes réformes structurelles, et d'en modifier en profondeur ses capacités opérationnelles coercitives.

29La DGR répond à plusieurs volets, la contre-guerilla, la guerre, l'action psychologiques et le renseignement. Dans le cadre des guerres contre-insurrectionnelles, l'ennemi est intérieur (Périès, 2001 : 91). L'armée doit donc passer au contrôle de la surface du pays. Pour ce faire, elle prévoit un type particulier de déploiement et des cibles variées : bandes armées, population, villes, régions, réseaux clandestins... En Argentine, suivant le modèle et les conseillers français, le problème de la territorialisation a été abordé en deux temps : premièrement, dès le début de l'année 1958, puis dès 1959 avec le lieutenant-colonel Bentresque, épaulé du lieutenant-colonel Nouguès qui sort directement du bureau « opérations » du général Challe et dont la tâche est d'aborder, de façon conjointe, « les systèmes d'organisation des populations, la propagande, la guerre psychologique » (entretien avec le général Bentresque, 15/08/1990). C'est ainsi que dans l'une de ses conférences à l'ESGA, Naurois, prenant comme modèle la DIT, aborde la question du commandement politico-militaire à l'échelon du territoire à des fins de contre-guérilla. Il en présente le cadre organisationnel avant de s'intéresser au problème de la population :

Commando único político-militar
La contra-guerrilla debe ser organizada en el marco de la división administrativa del territorio, pues la acción psicológica, política y económica requieren la intima cooperación de la autoridades civiles y militares.
En cada organismo territorial, el jefe de la contra-guerrilla es, en tiempo de paz, un funcionario civil, con un ayudante militar ; en tiempo de guerra ο de estado de sitio, es un militar con un ayudante civil.
Dichas autoridades disponen de un estado mayor mixto, civil y militar (informaciones, operaciones, cuartel maestre, asuntos civiles, mesa de entradas y salidas) ; un oficial es el jefe de este estado mayor ; tiene un ayudante civil, representante del funcionario civil encargado de dicho territorio.
Esta organización no puede, amenudo, existir dentro de la zona de combate, en la retaguardia de las unidades operativas empeñadas en el combate. En el Ejercito francés, los comandantes de las unidades operativas disponen de un ayudante, Comandante de la Retaguardia, encargado de la defensa de dicha retaguardia con los medios que le subordina a este fin el commandante de la unidad operativa, incluído batallones territoriales especializados en esta misión, llamados « Batallones de la Defensa Interior del Territorio » (Naurois, 1958 : 234).

30Le lien entre la technique de la territorialisation et les actions de nature coactive/coercitive s'établit alors automatiquement à travers l'action civile en portant l'effort sur le contrôle de la population.

1 — Acción civil
Las unidades de contra-guerrilla deben adoptar todas las medidas que le asuguren el control de la población, es decir, que permitan mantener y acrecentar la lealtad a la política definida por el gobierno y, si es necesario, destruír la obediencia al partido rebelde.
En lo que concierne a la seguridad propia de las tropas, la finalidad es impedir a la población informar y abastecer a los partisanos y conducirla a informar y ayudar a las fuerzas de contra-guerrilla. Así, la población verá su libertad obligatoriamente restringida, pero deberá ser evitada toda medida que la veje.
Los movimientos serán controlados, las comunicaciones teléfónicas interrumpidas y el toque de queda ordenado. [...]
Sólo en caso de desacuerdo total con la población, unas zonas serán prohibidas y sus habitantes evacuados y agrupados en otras zonas donde su vigilancia sea más fácil ; los aparatos de radio serán requisados y las personas irreductibles prisioneras (Naurois, 1958 : 237).

31Comme l'indique le chapeau de cet extrait, les mesures qui sont préconisées dans le cadre de la contre-guérilla reposent sur une action tournée vers le civil. Les différentes occurrences soulignées indiquent que cette action concerne la population et les habitants, et qu'il s'agit principalement de contrôle.

32Les objectifs de cet énoncé au contenu coactif sont au nombre de deux. Premièrement, il s'agit d'assurer ou d'augmenter la loyauté de cette population envers le gouvernement et, deuxièmement, le cas échéant, de détruire l'obéissance au parti rebelle dont nous savons que la population constitue la base matérielle de légitimité. En d'autres termes, les opérations de contre-guérilla sont intimement liées à des objectifs de nature politique relatifs à la légitimité du gouvernement en place.

  • 7 On rappellera que le modèle utilisé pour la territorialisation de l'armée argentine proposé par Be (...)

33En ce qui concerne la sécurité des troupes, le but est d'empêcher la population d'informer et de ravitailler les partisans et de l'amener à participer au renseignement des forces de la contre-guérilla en contrôlant les communications téléphoniques et en ordonnant le couvre-feu. Le locuteur prévient que, dans de telles circonstances, la population verra sa liberté obligatoirement restreinte. De plus, en cas de « désaccord » entre la population et les troupes de contre-guérilla, l'évacuation et le regroupement des habitants, comme en Indochine et en Algérie, sont prévus. Là aussi le but est coactif, cette disposition étant menée à bien pour faciliter le contrôle, et pour pouvoir mener des missions coercitives et de renseignement tout en détectant puis en emprisonnant les personnes irréductibles. De son côté, le lieutenant-colonel Bentresque prend à sa charge la réorganisation territoriale7 de l'armée argentine dans le but pratique de lui enseigner les servitudes de cette dimension de la DGR. Avec Rosas et Móm, ils montent des exercices qui articulent les régions militaires, le commandement de région et de corps d'armée, avec un système mobile d'unités de combat. Le lien entre la technique de la territorialisation et les actions de nature coactive/coercitive s'établit alors automatiquement. On passe du pouvoir de souveraineté territoriale au biopouvoir : il s'agit de contrôler la population.

Décontextualiser la terreur de masse : de l'action psychologique à la guerra psicológica

34À la référence directe à la réglementation française relative à la définition des termes guerre subversive et guerre révolutionnaire, s'ajoute celle qui a trait à la coaction/coercition massive, au contrôle de las masas populares clairement désignées par le locuteur comme des cibles ennemies. C'est à travers les volets de l'Action et de la Guerre psychologiques et de la territorialisation qui permet la contre-guérilla et la mise en place de mesure de terreur de masse que va se déployer le dispositif de la DGR, noyau doctrinal du plan Conintes.

a/ La guerra psicológica en Argentine

35Dans la mission française de 1958, c'est aux lieutenants-colonels de Naurois et Badie qu'incombent l'introduction des préceptes de la contre-guérilla, du contrôle coactif et coercitif des populations sur le plan territorial et de la présentation des principaux éléments relatifs à l'Action et à la Guerre psychologiques. Ainsi le lieutenant-colonel Badie a-t-il recours aux règlements français en matière de Guerre et d'Action psychologiques, et plus particulièrement à celui de 1956 comme l'indique la comparaison des intitulés et chapeaux des parties de sa conférence qui reprennent quelques-unes des parties essentielles du règlement (Ministère de la Défense, 1956 : 7).

COMPARAISON DES PRINCIPAUX TITRES DE PARAGRAPHES DE LA CONFÉRENCE DE 1958 FAITE PAR LE LIEUTENANT-COLONEL BADIE À BUENOS AIRES ET DES INTITULÉS RÉGLEMENTAIRES DE 1956 PORTANT SUR LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE.

COMPARAISON DES PRINCIPAUX TITRES DE PARAGRAPHES DE LA CONFÉRENCE DE 1958 FAITE PAR LE LIEUTENANT-COLONEL BADIE À BUENOS AIRES ET DES INTITULÉS RÉGLEMENTAIRES DE 1956 PORTANT SUR LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE.

36Cependant, le déploiement de la doctrine française en matière d'Action et de Guerre psychologiques en Argentine s'effectue aussi par la reprise et par l'élargissement des derniers apports contenus dans le TTA 117 (Ministère de la Défense, 1957) qui vont s'additionner aux typologies de la propagande contenues dans le règlement français de 1956.

37[a] Los reglamentos franceses distinguen la « guerra psicológica » y la « acción psicológica ». La guerra psicológica se define de la manera siguiente :

38« Empleo sistemático de medidas y de medios variados dedicados a influír en la opinión, en los sentimientos, en la actitud y en el comportamiento de los elementos adversarios (autoridades civiles, fuerzas armadas, población), con vista a modificarlas favorablemente en bien de los objetivos buscados » (Badie, 1958 : 667).

39« [b] Por « acción psicológica » se entiende entonces el empleo de medidas psicológicas tales como la información ο propaganda, con respeto a los amigos (tropas y poblaciónes), y a los neutrales, con vista a ayudar la obtención de los objectivos de una nación » (Badie, 1958 : 668).

40Les définitions proposées par le locuteur à son auditoire argentin apparaissent nettement comme un mélange de deux sources différentes, légèrement réadaptées par le conseiller militaire.

41La définition [a] reprend pour une large part celle du TTA 117 :

42« [a'] La guerre psychologique est la mise en œuvre concertée des mesures et de moyens variés, destinés à influencer l'opinion, les sentiments, l'attitude et le comportement d'éléments adverses (autorités, armée, populations) de manière à les modifier dans un sens favorable à la réalisation des objectifs de la guerre » (Ministère de la Défense, 1957 : 7).

43En ce qui a trait à la définition de l'Action psychologique, la source réglementaire est différente. Il s'agit, en l'occurrence, du règlement de 1956. « [b'] L'action psychologique est l'emploi de mesures d'ordre psychologique, telles que l'information ou la propagande, vis-à-vis des amis (troupes et populations) et des neutres, en vue d'aider à la réalisation des buts et objectifs d'une Nation » (Ministère de la Défense, 1956 : 7).

44Que remarque-t-on ? Entre [a] et [a'] la différence repose principalement sur trois termes ou expressions : le désignant autorités qui reçoit le qualificatif de civiles dans le contexte argentin ; le mot populations qui perd sa marque de pluriel dans la définition franco-argentine, alors que le pluriel était de rigueur dans la définition réglementaire française. Enfin, le syntagme les objectifs de la guerre de la définition du TTA 117 qui devient simplement des objectifs recherchés chez le locuteur. Si nous suivons la même démarche entre les extraits [b] et [b'], il convient de s'interroger sur les indéterminations liées à l'emploi du pluriel de population(s), poblacion(es) et la précision apportée par la qualification des autorités de civiles (en espagnol). Nous savons que le pluriel de population employé par le vocabulaire militaire français fait, la plupart du temps, référence à la configuration ethnique et sociale de la société coloniale (Périès, 1995 : 95-110), détermination qui n'existe pas comme telle dans la société argentine. On peut se demander alors comment doit être comprise par un militaire une norme élaborée pour répondre aux besoins de la pacification d'une société coloniale, comme la société algérienne par exemple. Devra-t-il l'appliquer à la population de son propre pays ?

45En ce qui concerne les autorités qui deviennent civiles, on va bien au-delà de simples exigences ou contingences linguistiques. Déjà en français, l'expression est, vu le contexte, suffisamment floue ; mais dans le cadre argentin, quel sens lui attribuer au regard d'une armée qui ne pratique pas la guerre contre un ennemi extérieur depuis près d'un siècle, qui s'est plutôt spécialisée dans la pratique du coup d'État contre des autorités légales et qui prend techniquement, la plupart du temps, les autorités civiles comme des ennemies dans un contexte de rapports de force politiques et sociaux tendus ? Le lieutenant-colonel Badie ne précise pas la signification d'une interprétation élargie du TTA 117, ce règlement étant déjà, en lui-même, suffisamment ambigu. Le conseiller français, en désignant les autorités civiles argentines comme des ennemies potentielles ne risque-t-il pas de légitimer l'autonomie décisionnelle et politique des Forces armées argentines (Garcia, 1995 : 350) ? Ou de leur apporter quelques moyens techniques supplémentaires d'accroître cette autonomie à partir des organismes mêmes de l'Action et de la Guerre psychologiques ?

b/ Guerra psiológica en Argentine et les cours du CIPCC d'Arzew

46Dans ce cadre, l'exemple empirique n'est pas oublié. Comme source de connaissance décontextualisée, nous retrouvons quelques traces du Centre d'Instruction et de Préparation à la Contre-Guérilla (CIPCG) d'Arzew et de ses conférences sur la question de la pratique de la guerre psychologique, tout comme des modélisations propres à la guerre d'Indochine.

47[c] El silencio a veces será conveniente. Da a la masa el tiempo de ponerse a la escala de lo que se le propone

48En las directivas de Goebbels, un cuarto de las mismas está constituído por las consignas de silencio (Badie, 1958 : 672).

49[c'] Lois de répétitions :

50Respecter : a) les temps d'arrêt pour tenir compte de l'inertie de la masse. Dans les directives de GOEBBELS 1 /4 est constitué par des directives de silence (sur 50 000) (CIPCG, 1956 : 5).

51[d] [...] En Argelia hay oficiales de acción psicológica, verdaderos misioneros que prolongan la acción de la S División y todos los oficiales que llegan allí por primera vez siguen un curso obligatorio de 3 semanas : « Centro de Formación Psicológica y Contra-guerilla ». (Badie, 1958 : 682).

  • 8 Bureaux chargés de la conception des opérations de guerre et d'action psychologiques en Algérie. I (...)

52La doctrine transmise, si elle repose sur une dimension réglementaire, elle ne s'y limite pas. Ainsi, lorsque le locuteur développe, par exemple, le point n° 3 de son cours sur l'Action psychologique, la repetición y a la orquestracion des messages de propagande et d'intoxication de l'ennemi, s'il le fait dans le cadre de l'adaptation du règlement de 1956, le commentaire qui en décline le sens est directement inspiré des conférences du CIPCG à propos de l'organisation et de l'utilisation du silence dans le cadre de la propagande avec Goebbels comme référence. C'est également dans les cours de Guerre psychologique du CIPCG d'Arzew que nous retrouvons, à peine modifiée, la remarque doctrinale selon laquelle le silence s'applique également dans le cadre de la « loi de répétition », loi qui prévoit une sous-mesure, celle « des temps d'arrêt », du silence. L'expérience algérienne en matière de Guerre et d'Action psychologiques est également modélisée lorsque le locuteur aborde le fonctionnement des 5e Bureaux8.

53Le phénomène de décontextualisation s'exprime ici sur deux niveaux. Celui de la conduite spécifique des officiers des 5e Bureaux présentés comme de véritables missionnaires, dans la tradition « spirituelle » française, mais aussi à travers la traduction du nom du centre d'Arzew : le CIPCG devient CFPCG. C'est que le locuteur adapte son discours au profil de son auditoire. Il ajoute à la dimension technicienne du psychologique appliqué au combat, un aspect organique et organisationnel défini à partir du cas algérien. On peut supposer que la siglaison joue un rôle important. Elle peut apparaître comme une incitation à la création d'un centre spécialisé en la matière ou, du moins, à procéder à l'organisation d'une formation ad hoc spécifiquement argentine.

c/ Les cours du CIPCG d'Arzew et la terreur sociologique

54Mais que fait-on avec les personnes irréductibles arrêtées ? Le témoignage du général Aussarès est, sur ce point intéressant. Il souligne au moment d'entreprendre sa mission que « j'allais ainsi accomplir, dans l'intérêt de mon pays et dans la clandestinité, des actions réprouvées par la morale ordinaire, tombant souvent sous le coup de la loi et, de ce fait, couvertes par le secret : voler, assassiner, vandaliser, terroriser » (Aussarès, 2001 : 15). Outre le fait que nous reconnaissons la position du professionnel par rapport à la loi en situation de « guerre révolutionnaire », c'est le statut même de la terreur dans le savoir militaire de l'époque qu'il convient d'analyser. Mais, l'instrumentalisation de la terreur fait-elle partie du volet de la DGR ? Sur ce point, les textes sont rares. Ils sont à rattacher aux consignes et formations spécifiques relatives à la Guerre psychologique (Périès, 1997a : 41 -56). C'est ainsi que, parmi les cours du CIPCG d'Arzew, l'un d'entre eux porte précisément sur l'utilisation de la psychologie de la peur. Ce cours, dont nous reproduisons ici les termes essentiels, y compris dans leur prosaïsme, date de 1956, c'est-à-dire que nous sommes à quelques mois du début de la grève insurrectionnelle qui devait marquer le déclenchement de la « bataille d'Alger ».

55Après avoir évoqué les règles de la « microsociologie et de la macrosociologie » qui organisent les groupes sociaux, et les « relations groupe-individu » relatives aux modifications de la « position dans le groupe » en cas de conflit, le cours de Guerre psychologique du CIPCG évoque les moyens d'action : le mythe et le stimulus (Tchakhotine, 1992). C'est dans une quatrième partie consacrée précisément au « stimulus », qu'après avoir déterminé sur le plan fonctionnaliste « le rôle de l'ennemi (bouc émissaire et catharsis) », qu'est abordée la question de la terreur et les moyens de la communiquer à la masse :

56La propagande par la terreur

57C'est l'utilisation de la psychologie de la peur. Il y a deux catégories de peur : la peur active (celui qui fuit) ; la peur passive (celui qui est paralysé). Dans la peur l'homme ressent beaucoup moins la souffrance (ex. du Blessé). C'est dans la mesure où il a peur, la peur amenant une diminution des souffrances, qu'un soldat sera héroïque. La terreur joue sur deux instincts : Passif, Actif

58Objectif d'utilisation de la terreur

59Faire adhérer au groupe qui la manipule. La peur aboutit à faire adhérer. [...]

60La terreur sociologique

61Causes-Notion sociologique : pour qu'il y ait terreur, il faut qu'il y ait silence. Le silence donne une puissance d'émotivité au moindre bruit. Le silence sociologique est représenté par le secret, l'ignorance de certaines préparations politiques. [...] La terreur suppose, dans un silence sociologique, l'irruption mystérieuse et violente d'un événement insolite.

62Ex : le camp de concentration : zone de silence puis, brusquement, le rassemblement où l'on désigne 20 condamnés à mort. Ex : l'assassinat de Roehm en 1934, au milieu d'une période d'euphorie nazie.

63Effet de la terreur

64Elle est considérée comme se multipliant dans le groupe social par simple contact. Elle a un puissant potentiel de dégradation en panique. Possibilité machiavélique : dégrader la terreur en panique, et contrôler la panique en se présentant comme sauveur. La vague de terreur provoque une longue période de dépression. La masse devient neutre et amorphe (attentisme). 2) Elle peut convaincre les « neutres ». (CIPCG, 1956 :8-9).

65Le contenu du cours en lui-même n'est pas très précis, mais explicite un pan du savoir transmis par les instructeurs français. Par ailleurs, il constitue un exemple intéressant d'intégration des sciences humaines à l'arsenal militaire. Les exemples tirés des pratiques du nazisme orientent l'auditeur à penser l'efficacité supérieure dans la cruauté articulée à capacité extraordinaire de mobilisation par la terreur pour légitimer in fine l'adoption de telle ou telle mesure en matière coercitive ou coactive (Périès, 1999 : 289). Ceci dit, comment les stagiaires argentins de l'ESG transmettent-ils ce qu'ils ont appris en France à leurs collègues ?

Adaptation de la DGR dans le discours militaire argentin et latino-américanisation de la doctrine française

66Pour saisir les marques argumentatives de la première adaptation argentine de la DGR, nous avons eu recours à l'article-conférence du lieutenant-colonel Móm, ancien stagiaire argentin de l'ESG, intitulé « Guerra Revolucionaria, El conflicto Mundial en desarrollo » (Móm, 1958 : 641). Sur le plan discursif, le locuteur revendique des références bibliographiques et plus particulièrement celle dont son texte est la traduction-adaptation explicite : « Esta guerra de nuestro tiempo », texte du commandant Hogard publié dans la Revue de Défense nationale en août-septembre 1958. Nous avons bien dit « adaptation », puisqu'il s'agit d'une traduction partielle émaillée de considérations, d'omissions, de modifications, bref, d'une adaptation. Cette adaptation apparaît à travers un mécanisme à double entrée : premièrement, un « bricolage » des définitions réglementaires ou doctrinales d'origine française est effectué ; puis, dans un second temps, les locuteurs structurent des procédures énonciatives de neutralisation des aspects idéologiques de la DGR au profit de l'argumentation technicienne de la captation des pratiques de l'ennemi.

a/ Le bricolage argentin de la doctrine militaire française

67« Según los reglamentos preparados en Francia, con la intervención del Centra de Estudios de la Guerra Revolucionaria, se denomina « Guerra Revolucionaria », « a la teoría de la acción subversiva elaborada por el marxismo leninismo, y en su aplicación por los comunistas y sus imitadores ». Esos mismos reglamentos califican como « subversiva » a « la acción desarrollada en el interior de un territorio, gobernado ο fiscalizado por una autoridad de derecho ο de hecho, considerada como enemigo por una parte de los habitantes de dichos territorios, ayudados y reforzados ο no desde el exterior, cuyo objetivo es arrebatar a aquella autoridad el contralor del territorio, ο como mínimo paralizar su acción » » (Móm, 1958 : 646-647).

68Les deux définitions, captées par le lieutenant-colonel Móm lors de son stage à Paris, n'ont pas le statut réglementaire que leur attribue le militaire argentin. En effet, si celle de la guerre subversive correspond pratiquement dans sa totalité à celle que donne la note 556/EMFA/PS du 21 novembre 1956 — pratiquement, parce que celle-ci ne parle pas d'action mais de guerre subversive —, celle de la guerre révolutionnaire n'est pas, quant à elle, réglementaire. Elle s'inspire apparemment du dossier tout à fait doctrinal, préparé par le commandant Hogard et intitulé « Information sur la Guerre Révolutionnaire », dans lequel une des pièces désigne ainsi la guerre révolutionnaire : « la guerre subversive telle qu'elle a été étudiée et telle qu'elle est pratiquée par les Communistes et leurs imitateurs est la guerre « révolutionnaire », dont l'efficacité s'est révélée redoutable » (ESG, 1958 : 2). De plus, ni l'une ni l'autre de ces définitions ne sont plus réglementaires depuis 1957. En effet, le TTA 117 (art. 2 al. 9 et 10) donne des définitions quelque peu différentes et officielles celles-là. En particulier, celle de la « guerre révolutionnaire » qui est plus étoffée, mais aussi celle de la guerre subversive, qui reprend la définition de 1956, en supprimant notamment la notion de pouvoir de fait. Alinéa 9 et 10 art. 2 du TTA 117

699 — La Guerre subversive est une guerre menée, à l'intérieur d'un territoire, contre l'autorité politique en place, par une partie des habitants de ce territoire, aidés et renforcés ou non de l'extérieur, dans le dessein d'enlever à cette autorité le contrôle de ce territoire ou, au minimum, de paralyser son action.

7010 — La Guerre révolutionnaire est une doctrine de guerre, élaborée par les théoriciens marxistes-léninistes et exploitée par des mouvements révolutionnaires de diverses obédiences, pour s'emparer du pouvoir en s'assurant progressivement le contrôle physique et psychologique des populations, suivant des mots d'ordres, des techniques et des actions déterminées.

71La doctrine de la guerre révolutionnaire ne distingue pas entre Paix et Guerre. Ses tenants se fixent pour objectif le contrôle absolu des cœurs et des esprits. Ils entendent y parvenir en procédant à la conquête physique et morale des masses et en imbriquant étroitement toutes leurs activités (Ministère de la Défense, 1957 :16).

72Pourquoi donc le lieutenant-colonel Móm n'a-t-il pas réactualisé ces définitions réglementaires françaises, alors qu'il était à l'ESG en 1957-1958 et qu'il aurait pu aisément se les procurer ? Nous pensons qu'il s'est ménagé, dans le cadre de ses propres possibilités rhétoriques, les prémisses à ses déploiements logico-argumentatifs et les récepteurs lexicaux de son énoncé pour l'auditoire argentin. Car, si les deux définitions réglementaires françaises dépassées ont été captées par le locuteur puis rapportées sous une forme modifiée, c'est qu'elles sont susceptibles de s'insérer dans la réalité militaro-politique de l'armée argentine de 1958 et de permettre de légitimer une argumentation. En effet, d'un côté l'énonciateur peut affirmer son autorité/compétence issue de la captation d'un savoir élaboré dans l'une des plus prestigieuses académies militaires du monde, et de l'autre il peut transmettre ses convictions doctrinales propres et tenir compte du contexte sectoriel spécifique de son armée. On peut supposer que la raison pour laquelle le locuteur a conservé la définition de 1956 de la guerre subversive, est que celle-ci préserve la notion de pouvoir de fait. Deux considérations s'imposent : la première tient au contexte dans lequel l'armée argentine se trouve au pouvoir. Nous sommes à peine trois années après le coup d'État qui a renversé le général Perón, et commence à se mobiliser une extrême-gauche radicale qui suit de très près ce qui se passe à Cuba. Localement, la pression politique est forte pour faire réapparaître le péronisme en tant que mouvement politique organisé. C'est précisément dans ce cadre, dans lequel les Forces armées doivent trouver un fondement nouveau à leur légitimité, que le locuteur élabore son discours.

73« La guerra subversiva es un fenómeno muy común en la Historia. Caen dentro de esta categoría casi todas las guerras de independencia, las rebeliones contra los privilegios des ciertas clases aristocráticas y, en general, las revoluciones de tipo latino-americano. Ejemplos : la revolución de mayo de 1810, las campañas de la independencia, las revoluciones de setiembre de 1930, setiembre de 1951, la Revolución Libertadora de septiembre de 1955, la revolución venezolana, la revolución del 13 de mayo en Argelia, etc. » (Móm, 1958 : 648-649).

74L'énoncé, dans son énumération, est réellement surprenant. Outre les révolutions d'indépendance latino-américaines, et le rappel des premiers coups d'État des années 1930, ce sont l'armée argentine du coup anti- Peron de 1955 et l'armée française du coup d'État du 13 mai 1958 qui a conduit le général de Gaulle au pouvoir, qui sont considérées comme des auteurs d'actions politiquement légitimes relevant de la guerre subversive. L'armée française qui, en 1958, jetait à bas une IVe République déstabilisée, se trouve ainsi mise sur le même plan que l'armée argentine qui, trois années avant elle, déposait un dictateur. Nous sommes en présence d'un mécanisme d'adaptation complète des modèles historiques. Ce qui est désigné, dans tous les manuels d'histoire argentine sous le terme de Révolution se trouve de la sorte renversé pour être inséré dans le contexte casuistique de la subversion.

75Analicemos sus elementos principales :

  1. La guerra subversiva es llamada por una parte de los habitantes de un territorio, contra el gobierno de derecho ο de hecho.
  2. El objectivo es arrebatar el contralor des territorio, ο como mínimo paralizar la acción del gobierno, para obligarle a ceder en determinados aspectos.
  3. La finalidad de la guerra subversiva es la conquista del poder político ο la obtención de privilegios y/o garantías. La guerra subversiva no busca revolucionar ο transtocar el sitema social, político ο económico, sino tan solo modificarlo dentro de una cierta continuidad.
  4. La acción subversiva, si bien puede sera ayudada ο apoyada desde el exterior, no responde a una ideología universal ο supra-nacional. [...]
  5. Por último, los métodos de la acción subversiva son : insurrección urbana, guerrilla, guerra clásica y golpe de estado (Móm, 1958 : 646-647).

76Ce renversement a un sens. Pour le locuteur, la guerre subversive et la guerre révolutionnaire doivent être différenciées en fonction des buts poursuivis. La déclinaison que donne le lieutenant-colonel Móm de la guerre subversive lui permet de formuler trois affirmations relatives au rôle militaro-politique de l'armée. Premièrement, la guerre est subversive lorsque la population se révolte contre l'autorité légale ou de facto. Ce point est important car, en fait, il légitime l'action répressive de l'armée ; dans tous les cas, d'un point de vue légal ou de fait, c'est elle qui manipule les instruments de la violence légitime. Ses fonctions répressives sont donc totalement préservées. Ce jeu autour de la notion de pouvoir de fait n'est pas à négliger pour les raisons que nous avons vues plus haut. Deuxième temps fort de la déclinaison de sens du lieutenant-colonel Móm est l'explicitation de la différence entre guerre révolutionnaire et guerre subversive. Si la guerre subversive débouche bien sur une prise du pouvoir, ses objectifs sont de nature exclusivement politique. Il ne s'agit pas de toucher aux fondements sociaux ou économiques de la société : il n'est pas question pour l'armée de jouer les révolutionnaires en Argentine. Il est à noter, qu'en France, elle préférera plus être révolutionnaire que subversive. Dans le vocabulaire militaire, d'un côté de l'Atlantique, le terme révolution aura un contenu « traditionnel », de l'autre, la subversion sera « conservatrice ». Enfin, le dernier point concerne la posture politique interne à l'armée argentine. Contrairement à la révolution, qui est internationale, la subversion peut être nationale, c'est-à-dire a-idéologique. Le lieutenant-colonel Móm affirme ainsi la licéité de la captation des méthodes de la guerre subversive ; celles-ci intègrent parfaitement la pratique militaro-politique préférée des Forces armées argentines : à savoir le coup d'État, et ce, dans une optique apparemment laïque et nationaliste.

77Il ne s'agit donc plus de parler de Révolution libératrice en quelque sorte. L'aggiornamento lexical demandé par le locuteur au nom de la Guerre froide et de la lutte contre les doctrines vraiment révolutionnaires sous-entend une version « subversive » du nationalisme militaire. À partir du moment où la révolution est nettement associée à l'ennemi « communiste », « marxiste-léniniste », etc., pour pratiquer le coup d'État et ne pas effaroucher les alliés, il vaudra mieux être subversif que révolutionnaire, tout en intégrant des techniques spécifiques dont une armée, quelle soit française ou argentine, ne peut dorénavant se passer.

b/ La mise au point technique de la « guerre révolutionnaire » et latino-américanisation de la DGR

78L'intégration technique de la DGR se base sur l'argumentaire de la neutralité des pratiques organisationnelles et guerrières attribuées à l'ennemi. Cet argumentaire est structurel puisqu'il permet non seulement la reconnaissance et l'adaptation d'un certain type de pratiques, mais aussi leur neutralisation idéologique en leur assurant l'amoralité de leur captation-intégration dans l'arsenal normatif de l'armée, sous l'empire de la nécessité et de l'urgence. Il convient d'en examiner le cheminement discursif sur le plan logico-argumentatif et de relever comment un discours de la guerre, celui de la DGR, devient une technologie reproductible et exportable. C'est à partir du commentaire de la définition de la guerre révolutionnaire donnée plus haut que l'argumentation prend forme :

  1. La guerra revolucionaria es preparada y dirigida por una organización totalitaria, de ideología con pretención universal.
  2. El objetivo es la conquista del poder total sobre cuerpos y aimas, y su conversión forzosa al comunismo u otro totalitarismo.
  3. Su finalidad es obtener la supremacía de una determinada clase, sin permitir oposiciones de ninguna naturaleza. La guerra revolucionaria busca la modificación integral del sistema social, político, económico, etc.
  4. Los métodos de la guerra revolucionaria son similares a los de la guerra subversiva, con el agregado del terror selecivo y/o sistemático (Móm, 1958 : 648-649).

79Sur le plan rhétorique, il convient, avec le locuteur, de revenir sur la définition de la guerre révolutionnaire donnée plus haut et de la recouper avec celle qui figure ci-dessus. Comme le lieutenant-colonel Móm l'a souligné, la guerre révolutionnaire est une affaire des communistes et de leurs imitateurs, mais ce qui la distingue essentiellement de la guerre subversive, ce sont fondamentalement des pratiques totalitaires ayant pour objectifs le contrôle du corps et des âmes — pour reprendre l'expression du colonel Lacheroy (Lacheroy, 1953) —, la diffusion d'une idéologie internationaliste, la modification du système social, économique, etc., et, surtout, la dimension technique : le recours à fa terreur sélective et ou systématique.

80Al hablar de los « imitadores » de los communistas ?nos referimos a los « imitadores » en cuanto a la position extrema de sus ideologías, ο bien a aquellos que solamente imitan sus técnicas subversives para conquistar el poder ?

81Podemos afirmar que el término « imitadores » se refiere solamente a los ideológicos (Móm, 1958 :649).

82De là, l'énonciateur pose la question toute rhétorique de l'emploi de ces techniques par l'armée elle-même, sans pour autant encourir le risque de devenir un imitateur du communisme. Le choix est clair : les techniques subversives de l'ennemi révolutionnaire sont intégrables. Surtout si elles accompagnent un processus de prise du pouvoir, dans le contexte d'une guerre subversive, c'est-à-dire en ayant neutralisé les objectifs révolutionnaires ; et de proposer, pour que la démarche soit complète sur le plan technique, d'étudier la guerre révolutionnaire et nos ennemis.

83« Finalmente, conviene estudiar la guerra revolucionaria comunista par conocer nuestro enemigo y su forma de operar, para deducir en consequencia nuestros modos de acción mas convenientes para oponernos a sus designos, para poder enfrentar eventuales enemigos análogos, y para estar en condiciones, en caso dado, de emplear la misma estrategia, las mismas táctices y similares técnicas en una posible guerra anti-communista a concebir, preparar y conducir en una República Argentina parcial ο totalmente comunizada » (Móm, 1959 : 652).

84La captation-adaptation des pratiques de l'ennemi s'effectue en plusieurs étapes : la retorsion (Périès, 1997b), qui au terme d'une démonstration supposant la totale identification de l'armée argentine à une armée subversive, pose la nécessité de l'appropriation des méthodes les plus dures prêtées à l'ennemi révolutionnaire. La production d'une représentation quasi obsidionale de l'institution militaire : l'armée argentine se tient prête à réagir à la communisation du territoire national en se projetant comme dernier rempart contre le communisme. Le syntagme République argentine partiellement ou totalement communisée postule, en effet, une armée argentine séparée, isolée du corps de la nation et autonome sur le plan décisionnel. Il en ressort ainsi que l'armée argentine prévoit, en 1958, l'éventualité d'une intervention spécifique sur son territoire en fonction des critères de la Guerre froide ; mais cette intervention ne reproduirait pas le simple coup d'État en vigueur dans la culture politique argentine. Elle implique la mise en pratique de la terreur sélective et/ou systématique, propre à la guerre révolutionnaire menée par l'ennemi et retournée contre lui-même.

CONCLUSION

  • 9 Pour reprendre le concept de Foucault de biopolitique (Dits et Ecrits, Vol. 3, texte n°818, Paris, (...)

85Ainsi, ce sont bien les doctrines militaires françaises qui vont structurer le plan Conintes. Elles mettent en lumière un ensemble de pratiques qui mènent inévitablement à l'intervention du militaire dans le champ politique sur la base de l'exercice de la violence sur un territoire déterminé. Il nous semble important de souligner que la DGR s'intègre parfaitement dans un processus d'autonomisation croissante des forces armées qui est à intégrer dans la dérive constitutionnelle-légale institutionnalisée à partir de 1930, dérive qui s'inscrit dans le cadre des « fraudes à la Constitution » pour reprendre l'heureuse formule de Georges Liet-Vaux (Liet-Vaux, 1943 : 116). Dans ce cadre prégnant, l'adaptation de la doctrine française ne fait que la confirmer. Il s'ensuit que la légitimité politique qui devrait être rétablie à la faveur de l'État démocratique et civil est captée par les forces armées, via l'affirmation de la souveraineté territoriale reconquise sur l'ennemi et ce depuis l'ère péroniste. S'affirme alors sur la base de cette souveraineté technique et territoriale un biopouvoir9 basé sur la pratique de la terreur de masse, le modus operendide la nouvelle autorité du militaire. Elle prendra pour le futur le tour d'un véritable modèle.

86Lors de l'application du plan Conintes dans la province de Cordoba, le sénateur socialiste Palacios pouvait interpeller, au Sénat, le ministre de l'Intérieur de l'époque, Vítolo :

87Dans la province de Cordoba, selon un document que j'ai reçu ses derniers jours, il y a plus de vingt détenus du fait de l'application du plan Conintes [...]. Ce document, qui a été signé par un grand nombre des parents des détenus, souligne que « presque tous les citoyens détenus l'ont été par des groupes armés militaires constitués de cinq à neuf personnes, usant d'un déploiement de force et de menace, toujours aux premières heures du matin, sans le moindre respect pour les enfants et les vieux. Dans certains cas, ils ont cogné aux portes puis ont fait usage de leurs armes à feu [...]. Puis les détenus étaient amenés au Conseil spécial de Guerre, lieu de longues enquêtes de la part du tribunal militaire, Là, à peine arrivés, ils étaient tous soumis [...] au tourment tristement connu sous le nom de « ramollissement de la chaise », synthèse de la carence absolue de considération envers l'homme, ainsi rabaissé à la condition de l'animal (Rodríguez Molas, 1985 : 203).

Bibliographie

Bibliographie

Abramovici Pierre, 2001, « France-Argentine. L'autre sale guerre d'Aussaresses », dans Le Point, n° 1500.

Almaraz Roberto, Corchón Manuel, Zemborain Rómulo, 2001, jAquí Fuba ! Las luchas estudiantiles entiempo de Perón (1943-1955), Buenos Aires, Planeta.

Aussarès Paul, 2001, Services spéciaux, Algérie, 1955-1957, Paris, Perrin.

Badie, 1958, « ta Guerra psicológica », RESG, Año XXXVI, n° 331.

Carrió Alejandro, 1996, La Corte Suprema y su independencia. Un Análísis a travès de la historia, Abeldo-Perrot, Buenos Aires.

CIPCG, 1956, « La Guerre Psychologique », Conférence n° 3, Lois de la Guerre Psychologique, Centre d'Instruction et de Préparation à la Contre-Guérilla (CIPCG), Xe Région militaire.

CONADEP, 1985, Nunca Mas, Rapport de la Comisión Nacional sobre la Desaparición de Personas (CONADEP), Buenos Aires, 7a Edición.

ESG, 1958, Information sur la guerre révolutionnaire, Paris, Documentation École supérieure de Guerre.

Garcia Prudencio, 1995, El drama de la autonomía militar. Argentina bajos las juntas militares, Madrid, Alianza Editorial.

Groisman Enrique I., 1983, Poder y Derecho en el Proceso de Reorganización Nacional, Argentina, Buenos Aires, Centro de Investigaciones sociales sobre el Estado y la Administración (CISEA).

Lacheroy Charles, 1953, Une arme du Vietminh : les hiérarchies parallèles, SDMUF.

Liet-Vaux Georges, 1943, « La fraude à la Constitution », Revue de Droit public et de la Science politique.

Ministère de la Défense, 1956, Éléments de Guerre psychologique, La Compagnie de Haut-Parleurs et Tracts. Notice provisoire d'emploi, Ministère de la Défense nationale et des Forces armées, État-Major des Forces armées, 26 juin, diffusion restreinte, déclassé.

Ministère de la Défense, 1957, « Instruction provisoire sur l'emploi de l'Arme psychologique », Toutes Armes, n° 117, Ministère de la Défense nationale et des Forces armées, État-Major des Forces armées, 5e Division, 29 juillet, diffusion restreinte, déclassé.

Móm, 1958, « Guerra revolucionaria, el conflicto mundial en desarrollo », dans Revista de la Escuela Superior de Guerra, n° 331.

Móm, 1959, « Guerra Revolucionaria, causas-proceso-desarrollo », dans Revista de la Escuela Superior de Guerra, n° 334.

Naurois (de) P., 1958, « Una teoría para la guerra subversiva », dans Revista de la Escuela Superior de Guerra, n° 329.

Périès Gabriel, 1995, « populo-politico-militaire : un mot à l'aube de la Ve République », dans Mots, les langages du politique, n° 55, Paris, Presses de Sciences Po.

Périès Gabriel, 1997a, « Conditions d'emploi des termes interrogatoire et torture dans le discours militaire pendant la Guerre d'Algérie », dans Mots, les langages du politique, n° 51, Paris, Presse de Science Po.

Périès Gabriel, 1997b, « L'appropriation rhétorique de l'ennemi, dans le discours militaire pendant la Guerre froide », dans Les Champs de Mars, Cahiers du Centre d'Études en Sciences sociales de la Défense, n° 2, Paris, La Documentation française.

Périès Gabriel, 1999, « L'appel à l'ennemi, structure de la création doctrinale pendant la Guerre froide », dans Thiéblemont André (dir)., Cultures et logiques militaires, Paris, PUF.

Périès Gabriel, 2001, « Du corps au cancer : la construction métaphorique de l'ennemi intérieur dans le discours militaire pendant la Guerre froide », dans Cultures & Conflits, n° 43, Paris, L'Harmattan.

Rodríguez Molas Ricardo F. (comp.), 1985, Historia de la tortura y el oden represivo en la Argentina, Textos documentales, Buenos Aires, EUDEBA.

Rouquié Alain, 1978, Pouvoir militaire et société politique en République argentine, Paris, PFNSP.

Tchakhotine Sergueï S., 1992, Le viol des foules par la propagande politique (1939 ; 1952 revue et augmentée), Paris, Gallimard.

Notes

1 En l'occurrence le mouvement de Mena (Uturunco), éradiqué en 1959 dans la région de Tucumán.

2 Le foco del Ejercito Guerillero del Pueblo, dirigé par ). R. Massetti est annihilé en 1964 dans la province de Salta.

3 Dans le vocabulaire militaro-politique argentin, il s'agit d'un mouvement de pression des officiers sur le pouvoir politique. Il ne s'agit pas d'un coup d'État, mais plutôt d'une prise en main, d'une influence forte dans les états-majors.

4 Armée de Libération nationale, bras armé du FLN en Algérie.

5 État de guerre interne qui fonctionnera en particulier contre les importants mouvements anti-péronistes structurés par les étudiants, la Federación Universitaria de Buenos Aires (FUBA) et le mouvement ouvrier organisé autour de la puissante Féderacion Obrera Regional Argentina (FORA), le syndicat des boulangers, les dockers du port de Buenos Aires et des ouvriers du livre, tous de tradition anarcho-syndicaliste et socialiste, qui tentent de résister au « verticalisme » syndical impulsé par le général Perón.

6 Document privé du général Anaya contenant les textes de conférences effectuées probablement entre 1975 et 1985. Le sommaire de ce document indique quatre parties : « El poder militar y la problemática de la guerra revolucionaria », « La acción militar contra la subversión », « El empeñamiemto del poder militar y el cambio político-estratégico », « Estudio sobre la llamada « doctrina de seguridad » ». L'extrait cité renvoie à la première partie, p. 4.

7 On rappellera que le modèle utilisé pour la territorialisation de l'armée argentine proposé par Bentresque et qui existe déjà en France, est celui de Défense intérieure du Territoire (DIT). Ce dispositif sera transformé en 1962 en Défense opérationnelle du Territoire (DOT), ce qui aura pour conséquence de réduire le poids des chefs de corps par rapport à l'autorité des pouvoirs civils, notamment les préfets. Sur le plan militaire, l'application de la territorialisation sera effective en Algérie où des officiers supérieurs auront la double casquette de préfet et de chef de corps. En Algérie, le lieutenant-colonel Bentresque aura été ainsi préfet de Sétif en 1957

8 Bureaux chargés de la conception des opérations de guerre et d'action psychologiques en Algérie. Ils seront dissous en 1960 par le général de Gaulle.

9 Pour reprendre le concept de Foucault de biopolitique (Dits et Ecrits, Vol. 3, texte n°818, Paris, Gallimard, 1991).

Notes de fin

* Docteur en science politique. Université d'Evry-Val d'Essonne.

Table des illustrations

Légende STATUE À LA GLOIRE DU SOLDAT ARGENTIN (BUENOS AIRES). CLICHÉ : ALAIN MUSSET.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Titre COMPARAISON DES PRINCIPAUX TITRES DE PARAGRAPHES DE LA CONFÉRENCE DE 1958 FAITE PAR LE LIEUTENANT-COLONEL BADIE À BUENOS AIRES ET DES INTITULÉS RÉGLEMENTAIRES DE 1956 PORTANT SUR LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1879/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540