Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et pouvoirs en Amérique latine

 | 
Renée Fregosi

Le landais volant. Voyage dans la pensée éclectique de Hubert Gourdon*

Jean-Michel Blanquer

Texte intégral

  • * Professeur de science politique émérite. Université Saint Quentin-en-Yvelinnes. IHEAL/CREDAL.
  • Professeur de droit public. Directeur de l'IHEAL.

1Note portant sur l'auteur

Doubt thou the stars are fire,
Doubt that the sun doth move,
Doubt truth to be a liar,
But never doubt I love.
(Shakespeare, Hamlet, II, 2,115-8)

UNE REPRÉSENTATION DE SAINT JACQUES (SANTIAGO), PATRON DE LA CAVALERIE (QUETZALTENANGO, GUATEMALA). CLICHÉ : ALAIN MUSSET.

2Pour Platon, l'étonnement est à la source de la philosophie et la capacité de s'étonner est donc la première qualité intellectuelle. Mais la qualité morale qui la complète et la stimule est la générosité. C'est elle qui provoque l'indispensable curiosité. C'est elle qui suscite l'empathie, la capacité de compréhension de ce qui nous est le plus étranger. C'est elle aussi qui ouvre la voie au véritable esprit critique car elle lui procure un vaccin contre l'esprit de dénigrement et contre toute stérilité. Elle donne du souffle à la pensée en suggérant à celui qui fait profession de penser de ne pas penser qu'à la pensée.

3Le parcours de Hubert Goudron a eu cette générosité pour matrice et c'est pour cela que nous sommes nombreux à lui rendre hommage au moment où il devient professeur émérite. C'est en fait un des mondes de Hubert Gourdon qui est particulièrement mobilisé ici, celui de l'Amérique latine. Depuis de nombreuses années en effet, il délivre un enseignement à l'Institut des Hautes études de l'Amérique latine à la croisée de ses préoccupations pour les questions constitutionnelles et pour les questions de défense.

4Les premiers pas de Hubert Gourdon, même s'il est un homme du Sud- Ouest, ne le dirigeaient pas explicitement vers l'Amérique latine. Après ses études bordelaises, il fit partie des jeunes enseignants partis en Algérie pour mener la politique de coopération qui suivit l'indépendance. Je crois qu'il y mena une vie de découverte et de méditation... Enseignant en science politique, au service de ses étudiants, il put aussi pendant cette période s'adonner à la lecture et à la pêche. Vie parfaite d'intellectuel, entre l'Académie et la mer, dans un pays où l'avenir semble encore ouvert. L'Algérie fut la Grèce lumineuse des premières années du jeune professeur, une Méditerranée de l'esprit qui laissera en lui une empreinte profonde.

5Il reste de cette période, sur le plan intellectuel, un intérêt marqué pour la question de l'indépendance et pour les problèmes de la (non) transition démocratique qu'elle pose. Hubert Gourdon continuera bien après, et jusqu'à aujourd'hui, à s'intéresser à l'Algérie. Dans un article sur la Constitution de 1996, on mesure à quel point il prend au sérieux les tentatives d'institutionnalisation, tout en reconnaissant leurs limites intrinsèques.

  • 1 « La Constitution algérienne du 28 novembre 1996 », Monde arabe Maghreb- Machrek, n° 156, avril-ju (...)
  • 2 Ibid, p. 48.

6On retrouve l'optimisme méthodologique, le pragmatisme, le comparatisme et... Shakespeare : « On comprend donc que l'évaluation de la Constitution de 1996 renvoie à celle de pratiques politiques seules à même d'en déterminer ultérieurement la nature. Le pacte politique qui n'existe pas encore en Algérie peut toujours être créé ; les acteurs de l'opposition eux-mêmes le savent bien, qui confrontés à l'existence de cette Constitution se considèrent eux-mêmes comme placés face à une alternative : ou bien participer, au risque de se perdre, ou bien s'abstenir au risque de se marginaliser. En être... ou ne plus être..., telle pourrait être une conclusion optimiste quant à la suite de cette codification algérienne du 28 novembre 1996 que nous voulons considérer comme le point de départ d'une Constitution en gestation1. » S'appuyant dans une note sur une référence aux transitions latino-américaines, il insiste sur la notion de Constitution envisagée comme un pacte, à la fois objet et cadre de négociation : « [Le texte constitutionnel] est l'enjeu de la négociation ; il établit les règles qui présideront aux négociations du futur et le cadre dans lequel elles se dérouleront2 ».

7Hubert Gourdon passe sa thèse après cette période algérienne et cette étape universitaire fondamentale traduit un retour aux sources puisqu'il la consacre au maître bordelais du droit public : Léon Duguit.

8Il a voulu toujours rester très discret sur ce travail, qu'il n'a pas publié, alors même qu'il s'agit d'une recherche de référence avec celle d'Evelyne Pisier sur l'un des auteurs les plus importants pour comprendre l'évolution juridique de l'État-providence. La marque de Duguit dans sa pensée sera pourtant toujours bien présente pour qui y prête attention : l'importance du facteur social dans la définition de la norme constitutionnelle, le poids de la notion de service public, le lien entre droit constitutionnel et sciences sociales, l'intérêt pour l'histoire constitutionnelle et le comparatisme... autant de prolongements de l'influence de Duguit dans le travail de notre collègue.

9C'est dans cette période (les années 70) que Hubert Gourdon part comme maître de conférences dans les Antilles françaises. Retrouvailles donc avec le monde colonial français, mais cette fois-ci le politiste-constitutionnaliste se trouve transplanté dans l'univers américain.

  • 3 « Dieu aux États-Unis : À propos du Watergate », Revue française de Science politique, avril 1976, (...)

10Ses travaux le conduisent ainsi vers les questions constitutionnelles américaines. Bon connaisseur du système constitutionnel des États-Unis, Hubert Gourdon propose en 1976 une analyse de la crise du Watergate sous l'angle du rapport spécifique entre religion et politique aux États-Unis, en des termes qui ont encore un écho contemporain. L'auteur estime que l'opinion publique américaine n'est pas au diapason religieux de sa classe politique et que cet affaissement serait susceptible de miner un libéralisme qui a besoin du support religieux. La thèse est assez audacieuse et repose sur une analyse poussée de la « religion civile » aux États-Unis3.

11Son intérêt pour les États-Unis ne se démentira jamais et donnera lieu notamment plusieurs années plus tard à une longue étude sur « La Constitution et les libertés : le contrôle de la constitutionnalité de la loi aux États-Unis et en France ». Analyse profonde, là encore insuffisamment diffusée par un auteur trop modeste, alors qu'elle regorge de réflexions extrêmement précieuses pour la compréhension du contrôle de constitutionnalité. C'est le Gourdon philosophe qui transparaît au travers d'une approche des théories de l'interprétation ; le Gourdon juriste qui se manifeste par une comparaison des logiques de contrôle ; le Gourdon historien qui retrace les trajectoires constitutionnelles et s'appuie sur une lecture profonde d'Édouard Lambert ; le Gourdon politiste enfin, résultante de tous les autres, et qui conclut par des réflexions utiles pour la Cité : « Or les libertés ne sauraient être définies comme un catalogue de textes juridiques ; il n'existe pas un stand de libertés publiques où le chaland consommateur viendrait sous le contrôle bienveillant du juge « Que Choisir » renouveler au meilleur rapport qualité-prix son stock de valeurs en voie d'épuisement dans son « chez soi » ou au sein de sa communauté. Elles sont l'aboutissement de pédagogies conflictuelles que seul le débat politique instauré au sein d'une opinion publique par des équipes concurrentes peut mettre en œuvre : la crise des partis dont on peut effectivement capter aujourd'hui certains signes contribue alors à poser les fondements d'une crise plus générale des libertés. »

12L'Amérique latine est intervenue dans ce parcours comme un couronnement naturel, à la croisée des expériences post-coloniales et américaines de Hubert Gourdon. Dès ses premiers contacts avec le terrain latino-américain, il a saisi qu'il y avait là un laboratoire de la chose politique et de la chose constitutionnelle. Il se plonge dans une analyse de la pensée politique de ces Républiques qui furent indépendantes un siècle et demi avant tout le monde. Ses interventions et travaux sont multiples sur les thèmes qui deviennent pour lui privilégiés : la pensée constitutionnelle de Bolivar et des acteurs de l'indépendance, les doctrines stratégiques et la réalité militaire contemporaine, les transitions démocratiques et les phénomènes de mimétisme institutionnel.

  • 4 Revue française d'Histoire d'Outre-Mer, t. XXIV (1987), n° 277, pp.475-498.

13Chercheur et pédagogue, Hubert Gourdon est un auteur qui tente toujours de démêler les fils d'une réalité fatalement complexe. Dans un article de 1987, « À propos de Bolivar législateur : de l'« Ojeada » aux dictatures4 », il fait la part des différents Bolivar, « Libertador », homme d'État et militaire mais aussi constitutionnaliste. Il explique très clairement comment Bolivar dut concilier ses idéaux républicains et son analyse très pragmatique de la réalité sociale de son temps, ce qui le conduisit à une approche de la dictature, au sens romain, elle-même adaptable aux différentes situations. C'est pourquoi Hubert Gourdon est conduit à distinguer trois types de dictature : la dictature de guerre, la dictature révolutionnaire et la dictature des Lumières. Suit une approche bio-constitutionnelle qui permet de comprendre des aspects fondamentaux des racines du constitutionnalisme latino-américain. Une phrase résume parfaitement le cheminement décrit : « Parti depuis les côtes Caraïbes avec Montesquieu et Rousseau en poche, Simon Bolivar rencontra, au hasard des chemins des Andes et de ses haltes guerrières, l'ombre de Hobbes, de son état de nature et... de son Léviathan ».

14Hubert quitta, quant à lui, les côtes Caraïbes pour les rivages de Villetaneuse puis de Saint-Quentin-en-Yvelines. L'Histoire ne dit pas s'il y vérifia les théories de Rousseau ou celles de Hobbes, mais il est certain que la Rue Saint-Guillaume l'accueillit avec un plaisir unanime.

15Hubert Gourdon a été, et reste, avant toute chose, un grand professeur, aimé de ses étudiants parce que son humanité transparaît dans tout son travail. Ouvreur de pistes, pédagogue dans la plus pure tradition, il n'a jamais été avare de son temps, dispensant ses vues très claires à ceux qui ont suivi ses cours et séminaires ou encore à ceux qui l'eurent comme directeur de thèse (comme Jean-François Deluchey qui intervient dans cet ouvrage).

16Mais Hubert Gourdon, chacun le sait, n'est pas qu'un cerveau, c'est aussi un corps. Ce corps a un lieu d'origine et d'élection : les Landes. En ces lieux, il puise son énergie et son inspiration. C'est là aussi qu'il recherche la tranquillité puisqu'il est un grand lecteur, un « honnête homme » de l'époque contemporaine. Peut-être est-ce par sa bibliothèque que le visiteur de son monde intérieur pourra s'en convaincre. Il a inventé en effet le concept de « bibliocave » ou de « bibliovinothèque ».

17Avant un volume de Montesquieu, vous ne trouvez pas un Machado (Antonio) ou un Mann (Thomas) mais un Margaux (Château). Jamais, je n'ai rencontré de bibliothèque aussi sympathique. Inutile de vous dire que son concepteur ne peut pas être mauvais.

Notes

1 « La Constitution algérienne du 28 novembre 1996 », Monde arabe Maghreb- Machrek, n° 156, avril-juin 1997, p. 48.

2 Ibid, p. 48.

3 « Dieu aux États-Unis : À propos du Watergate », Revue française de Science politique, avril 1976, n° 2, vol. 26, p. 229.

4 Revue française d'Histoire d'Outre-Mer, t. XXIV (1987), n° 277, pp.475-498.

Notes de fin

* Professeur de science politique émérite. Université Saint Quentin-en-Yvelinnes. IHEAL/CREDAL.

Professeur de droit public. Directeur de l'IHEAL.

Table des illustrations

Légende UNE REPRÉSENTATION DE SAINT JACQUES (SANTIAGO), PATRON DE LA CAVALERIE (QUETZALTENANGO, GUATEMALA). CLICHÉ : ALAIN MUSSET.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540