Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et pouvoirs en Amérique latine

 | 
Renée Fregosi

Présentation

Renée Fregosi

Texte intégral

  • * Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en science politique. IHEAL/CREDAL.

1Note portant sur l'auteur*

MILITAIRES AU GARDE À VOUS POUR LA FÊTE NATIONALE À PUERTO-BARRIOS (GUATEMALA). CLICHÉ : ALAIN MUSSET.

2Les forces armées en tant que telles ne deviennent un objet d'étude de la science politique qu'après la Deuxième Guerre mondiale, le sujet étant réservé jusqu'alors aux polémologues et géopolitistes directement engagés dans le champ du militaire : États-majors et ministères « de la Guerre », « des Armées » ou « de la Défense nationale » selon l'époque et le pays. C'est également à peu près à la même époque, à la fin des années 50, que le thème du coup d'État va faire florès. Les militaires apparaissent en effet sur la scène politique avec insistance dans un Tiers-Monde décolonisé et soumis à la pression de la logique des blocs. Certes, depuis le Dix- Huit Brumaire puis la prise du Palais d'hiver, les coups d'État civils et les pronunciamientos militaires se sont multipliés à travers le monde. Mais c'est avec le putsch militaire que la problématique du coup d'État arrive en force dans la science politique : aux États-Unis dès le début des années 50, dans la perspective de la Guerre froide, en France à partir de 1958 (menace de prise en main du pouvoir par des militaires sous la pression de la rue en Algérie qui permettra au général de Gaulle d'arriver au pouvoir) puis 1961 (putsch des généraux à Alger mis en échec).

3C'est également à partir des années 50-60 qu'en Amérique latine comme au Proche-Orient ou en Asie, nombre de régimes civils procédant d'élections libres (démocraties électorales latino-américaines plus ou moins limitées ou régimes à peine issus de l'indépendance) se voient déboutés par des forces armées qui s'installent au pouvoir. En somme, lorsque l'État s'affirme, le coup d'État devient possible, comme le souligne Edward Luttwak dans son étrange ouvrage, Coup d'État, mode d'emploi. Car « les militaires ne sont pas les « chiens de garde » de l'oligarchie ou du grand capital, mais ceux de l'État, qu'ils libèrent des acteurs jugés par eux dangereux ou inutiles », comme le souligne avec pertinence Alain Rouquié dans un ouvrage de référence sur le sujet, L'État militaire en Amérique latine. Le pouvoir militaire va alors être à son apogée au tournant des années 70-80 notamment avec la vague de dictatures bureaucratico-militaires latino-américaines.

4De 1971 en Bolivie à 1976 en Argentine, en passant par l'Équateur en 1972, l'Uruguay et le Chili en 1973, le Pérou en 1975, de nouveaux militaires viennent grossir les rangs de pouvoirs prétoriens de tous poils du Paraguay de Stroessner depuis 1954 au Brésil aux mains des généraux depuis 1964 en passant par l'Amérique centrale où les régimes militaires alimentent des guerres civiles extrêmement meurtrières. Puis ce sera le reflux des régimes autoritaires avec les transitions à la démocratie des années 80-90. Mais, paradoxalement, les militaires vont cependant garder le devant de la scène politique dans cette période : en tant qu'acteurs-clés des pactes et négociations entre les pouvoirs dictatoriaux, battant en retraite mais protégeant leurs arrières, et leurs opposants. Avec la fin de la Guerre froide et souvent face à des crises économiques et financières considérables, les militaires, las et/ou repus, manifestent souvent, en effet, le souhait de remettre le pouvoir aux civils. Mais les passations de pouvoir, bien que s'effectuant par l'organisation d'élections libres, auront un prix souvent élevé : impunité pour les crimes de la dictature et intangibilité des rapports économiques et sociaux.

5Ainsi, avec la période des transitions à la démocratie qui ont touché les régimes dictatoriaux de par le monde depuis les années 70 en Europe du Sud puis dans les années 80-90 en Amérique latine, Afrique, Europe de l'Est et Asie, le temps des régimes militaires semble révolu (du moins pour un certain temps). Malgré quelques points de fixation ici ou là (régimes militaires au Pakistan ou en Birmanie, tentatives de coups d'État au Venezuela ou en Côte-d'lvoire, forte influence des militaires sur des pouvoirs civils formels en Algérie ou en République démocratique du Congo), le nombre des régimes militaires a considérablement diminué et les crises les plus graves n'appellent pas systématiquement le recours aux forces armées.

6Pourtant, on ne constate pas de véritable réconciliation entre militaires et sociétés. D'une part, la question militaire reste un sujet tabou : à la fois sulfureux et non pertinent pour l'ensemble de la société. Le manque d'intérêt pour les questions stratégiques et de défense, voire le rejet de la problématique, se manifeste ainsi, par exemple, dans l'inexistence de débat et l'incapacité à penser une Europe puissance. D'autre part, le thème de l'impunité des militaires ayant commis de graves atteintes aux droits de l'homme sous les dictatures des années 70-80 revient avec insistance au niveau international, surtout depuis l'affaire Pinochet et le débat autour de la création d'un tribunal pénal international.

7Pour bâtir le présent ouvrage, nous sommes donc partis du constat paradoxal suivant : si, aujourd'hui, il n'y a ni espace ni projet de prise de pouvoir par les militaires, la question du rôle et de la place des forces armées dans les États se pose cependant avec acuité en termes d'industrie de l'armement et du renseignement, d'économie de la drogue, de lutte contre le terrorisme, de nouvelle donne géopolitique... Mais ces questions se posent comme en creux, du fait que les militaires ont quitté le devant de la scène.

8On peut alors poser trois types d'hypothèses non exclusives : les militaires étaient le bras armé des classes dominantes et ne leur sont plus utiles aujourd'hui qu'elles ont rétabli leur hégémonie sur l'ensemble du monde ; dans le contexte d'un nouvel ordre mondial régi par la superpuissance américaine, les forces armées (de l'Alliance atlantique) sont devenues un simple appendice de cette puissance ; compte tenu de la crise profonde de la forme de l'État-nation et de la transformation des rapports État-société, les militaires ont perdu leur place au même titre que les autres acteurs ont perdu leurs rôles assignés ultérieurement dans des sociétés désormais sans projet et en perte d'identité collective.

9Nous débuterons donc cet ouvrage en abordant les problématiques du coup d'État et de l'état militaire en Amérique latine. Ruptures brutales ou glissements progressifs, modes d'institutionnalisation et de légitimation du pouvoir militaire, les stratégies des forces armées sont plus subtiles qu'on ne pourrait le croire de prime abord. En effet, les modalités du pouvoir militaire évoluent avec le temps : du pouvoir personnalisé à la junte, forme collégiale de l'autoritarisme et de la répression politique et sociale, comme le montre Hubert Gourdon ; recomposition du politique par sa négation ou sa redéfinition, comme au Chili avec l'élaboration puis l'échec du projet pinochetiste, analysé par Bruno Patino ; montages et inventions institutionnels divers, art de la menace et du brouillage, mis en évidence notamment dans les mutineries étudiées par Renée Fregosi. Le pouvoir militaire présente différentes facettes : aspects symboliques et stratégies de long terme, théories de l'ennemi intérieur et pratiques de la répression et du quadrillage social, comme l'illustre le plan Conintes dévoilé par Gabriel Périès.

10Mais les stratégies varient avec le temps et les formes de domination militaire s'adaptent aux différentes époques. Le pouvoir des forces armées et des militaires ne se limite pas au gouvernement de facto. Ainsi, plusieurs militaires sont arrivés au pouvoir très légalement, par les urnes ces dix dernières années : le plus surprenant étant sans doute l'ancien dictateur Hugo Banzer en Bolivie, suivi par le plus controversé, Hugo Chavez au Venezuela, dont Daniel van Eeuwen analyse la « République bolivarienne » et ses relations ambiguës avec la démocratie, sans oublier, tout récemment, l'Équatorien Gutierez. Les forces armées peuvent également rester maître du jeu politique sans être en première ligne : ce fut le cas au Pérou avec le régime autoritaire civil de Fujimori, comme le montre Bruno Revesz ; c'est aussi vrai en Colombie mais sous une autre forme, plus complexe, exposée par Marie-Laure Basilien-Gainche ; ou encore en Bolivie où, au-delà de la figure de Banzer, les militaires sont partie prenante d'une relation conflictuelle avec les gouvernements civils, comme le met en lumière Jean-René Garcia.

11Toutefois, le politique n'est pas le seul domaine où s'activent encore les militaires de nos jours en Amérique latine. « En quête d'emploi », en somme, les militaires se reconvertissent aujourd'hui dans l'économie avec les complexes « militaro-industriels » et dans les entreprises privées de sécurité ; ils se redéploient également vers les missions de police, de douane et de renseignement sur le terrain de la lutte anti-terrorisme et contre le narcotrafic. Mais ces reconversions à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de la corporation militaire, ne vont pas sans poser des problèmes. Comme le montre Jean- François Deluchey pour le Brésil en particulier et selon la terminologie de Rut Diamint, la question de « l'autonomie militaire » repose le problème du rapport entre civils et militaires de façon renouvelée. Et comme le souligne Francisco Rojas, la géopolitique interpelle toujours les forces armées dans la définition de leurs missions. A la fois présents et absents, les militaires restent comme une menace pour la société tant que celle-ci ne se sera pas emparée de la seule question qui vaille au fond : à quoi servent les militaires sinon à faire la guerre ?

12La question militaire a été traitée par des éminents spécialistes sous l'angle sociologique de la corporation militaire et stratégique. Nous avons choisi ici un autre point de vue, celui du pouvoir militaire sous ses différents aspects : politique bien sûr, mais également économique, social et symbolique. En suivant les pas de notre ami Hubert Gourdon, à qui ce livre veut rendre hommage, nous tentons donc d'apporter notre pierre à une analyse plurielle des nouvelles formes du pouvoir militaire en Amérique latine.

Notes de fin

* Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en science politique. IHEAL/CREDAL.

Table des illustrations

Légende MILITAIRES AU GARDE À VOUS POUR LA FÊTE NATIONALE À PUERTO-BARRIOS (GUATEMALA). CLICHÉ : ALAIN MUSSET.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540