Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Latinos des USA

 | 
James Cohen
, 
Annick Tréguer

Troisième partie. ¡Cultura! expressions culturelles des latinos

Seize murales chicanos du Sud-Ouest des États-Unis

Texte intégral

Années 70 : Débuts du muralisme chicano : les muralistas investissent le barrio

11. Aztlán, la Tierra mía. Œuvre d’auteur anonyme. Chicano Park, San Diego, Californie, 1970. Une forêt de piliers d’autoroutes devenus murales après occupation des lieux par les Mexicains/Chicanos du quartier La Logan, en 1970. Revendication territoriale. Poing levé sur une représentation symbolique des anciens territoires mexicains, Aztlán, la terre mythique d’où les Aztèques seraient descendus vers le Sud créer Tenochtitlan (le Mexico d’aujourd’hui). Époque du nationalisme/séparatisme culturel du Mouvement chicano à ses débuts. Antériorité mexicaine sur cet espace géographique, « volé » par les Anglos, selon la mythologie chicana.

  • 1 Mural qui n’existe plus.

22. Hommage à la famille chicana, à son travail et à ses traditions. Œuvre de Manuel Cantú et de jeunes habitants de Cassiano Homes. Cassiano Homes, San Antonio, Texas, 1979-19841. Logements sociaux. Icônes typiques des premiers temps du Mouvement. Solidarité familiale : la famille, élément de force en terrain hostile « gringo ». Exaltation de l’importance de l’école et de l’éducation, symbole du livre ouvert : l’avenir pour le « chicanito » en terre anglo. Hommage aux « campesinos » et ramasseurs de laitues qui ont fait la richesse agricole du sud du Texas. La religion, inséparable au Mexique de l’image de la Virgencita, incarnée par la Virgen de Guadalupe, patronne et protectrice des plus humbles, accompagnatrice des luttes de libération depuis 1810.

33. La Revolución mexicana. Œuvre de Raúl Valdez et alii. Austin, Texas, cire.1974. Au cœur du parc de loisirs d’un quartier mexicain-américain. Raúl Váldez, en partie formé à Cuernavaca, dans l’atelier de Siqueiros, en reprend ici le style et les thèmes, en guise de modèles à imiter pour les Chicanos et les Chicanas. Le zapatisme et le visage d’Emiliano Zapata, poing levé : « La tierra es de quien la trabaja con sus propias manos » ; les femmes soldaderas (« la Adelita ») accompagnant la lutte révolutionnaire (1910-1921). La représentation de la rose évoque indirectement la légende des apparitions de la Virgen de Guadalupe qui aurait fait pousser des roses en hiver pour que le pauvre Indien Juan Diego puisse convaincre l’évêque de Mexico de sa présence sur la colline de Tepeyac anciennement dédiée à un culte païen.

44. Iconos del Movimiento Chicano. Œuvre d’Antonio Pazos. El Rio Neighborhood Center. Tucson, Arizona, 19761. Muraliste mexicain, fondateur à Tucson du mouvement mural chicano, après avoir appris son art à San Diego, Californie, avec le groupe de muralistes chicanos « Los Toltecas de Aztlán ». On retouve ici, les symboliques de l’unité familiale, de l’hommage aux travailleurs et ouvriers, de la revendication éducative représentée par le livre ouvert, et le savoir incarné par le serpent à plumes Quetzalcoatl, la pyramide aztèque (le brillant héritage précolombien du Chicano), et l’aigle du Mouvement Chicano, « logo » inventé par le leader paysan César Chávez. Le mural a disparu lors de l’agrandissement du centre communautaire.

Années 80 : Les peintures murales chicanas sortent du barrio : à la rencontre des anglos

55. El Nuevo Fuego. Œuvre des EastLos Streetscapers. Victor Clothing Company, Downtown Los Angeles, Californie, 19841. À l’occasion des financements obtenus lors de la préparation des Jeux olympiques de 1984 à Los Angeles, les muralistes commencent à s’exprimer hors du barrio. Ici, la nouvelle flamme olympique est portée exclusivement par des Mexicains Américains. Tous les vainqueurs sont des hommes ou femmes à la peau brune. Des héros pour les Chicanos. L’espoir d’un monde meilleur.

66. Projet Placa, contre la présence des États-Unis en Amérique centrale. Œuvre réalisée sous la coordination de Ray Patlan. Balmy Alley, San Francisco, Californie, 1984. La lutte des mères et des femmes en Amérique centrale, victime de l’interventionnisme nord-américain. « La culture contient la semence de la résistance et se transforme en une fleur de libération ». Maïs, attachement à la terre, chansons et musique : la liberté.

77. El mestizaje Nuevo Mexicano (Indios Pueblos versus conquistadores españoles). Œuvre de Samuel Leyba. Santa Fe, Nouveau-Mexique, 1986. La tête tripartite : le métissage spécifique du Chicano/Mexicain Américain/Hispano (du Nouveau-Mexique). L’ascendance espagnole du conquistador (à gauche), indigène et indien pueblo du Nouveau-Mexique (à droite), et au centre, l’homme nouveau, celui qui initié par le Mouvement refusera à l’avenir d’être exploité et discriminé, sur fond d’icônes chicanas (pyramide inversée, aigle mexicain, maïs-vie, etc.).

88. Sans titre. Œuvre de Leslie Marmon Silko. Tucson, Arizona, 1986-19981. En plein centre de Tucson. Sans commentaire : « Les gens ont faim. Les gens ont froid. Les riches ont volé la terre. Les riches ont volé la liberté. Le peuple exige la justice. Sinon, REVOLUTION ». Ce mural a miraculeusement échappé pendant douze ans à la destruction.

Années 90 : Les muralistes chicanos face aux problèmes sociaux

99. Sans titre. Œuvre coordonnée par José Meza V. Oakland, Californie. 1992, Mur peint collectif, exaltant l’importance de l’éducation pour pouvoir atteindre la liberté, symbolisée à gauche par une statue de la liberté en ombre chinoise, et à droite par des hommes et des femmes qui défilent poing levé.

1010. Education first, Babies later. Œuvre collective. Oxnard, Californie, 1993. Dans un quartier très pauvre, l’éducation sexuelle par le mural collectif, et l’incitation à poursuivre des études universitaires. Messages simples, naïfs, images faciles à déchiffrer.

1111. Drogas, Nel. Œuvre de Ray Patlan et Raúl Pineda. Oakland, Californie, 1992. Un plaidoyer contre la consommation de drogues, dans un lieu de rendez-vous de revendeurs. Nel : « non », en argot/caló chicano. Simón : « oui », dans le même langage.

Fin des années 90 : À l’extérieur, au-dedans et au dehors du barrio. À l’intérieur, dans les bâtiments officiels

1212. Barrios Unidos. Œuvre coordonnée par Carlos Callejo. Centre de détention pour mineurs d’EI Paso, Texas. 1993. Mural collectif réalisé à l’intérieur d’un gymnase du Centre, avec de jeunes détenus mineurs. Il s’agissait, après les émeutes raciales provoquées par le verdict du procès contre Rodney King à Los Angeles en 1992, de donner la plus grande diffusion possible aux mots d’ordre destiné à sauver les « minorités » : « Unissez-vous, ne vous battez plus ! Jetez vos armes au feu ! À bas la violence suicidaire intra-ethnique ! ».

1313. La Justice aveugle. Œuvre de Carlos Callejo. Intérieur du nouveau Tribunal d’EI Paso, Texas, 1995. C’est une femme aux yeux bandés et aux bras puissants, armée d’un sabre et d’une balance, qui rend la justice. La même pour tous, sans discrimination (couleur de peau, classe sociale, etc.).

1414. Qué viva la raza ! Œuvre collective. Ventura, Californie, 1998. Même si l’aigle américain se précipite dangereusement sur les mains menottées du Chicano dans sa prison aux murs décorés du puissant dollar vert : « Nous voulons faire des études supérieures », disent ces jeunes filles et garçons au sourire éclatant.

1515. Les Chicanos, et leurs modèles et héros mexicains et états-uniens. Œuvre réalisée par les élèves d’un lycée et leur professeur d’art. Lompoc, Californie, 1997. Un mural binaire. Au centre, une pyramide maya (Chichén Itza ?), au sommet de laquelle flottent deux drapeaux, celui du Mexique et celui des États-Unis. Au pied de la pyramide, une famille mexicaine soulève les barbelés de la frontière pour gagner « l’Eldorado » états-unien. Laissant son passé mexicain (tête olmèque, villages en adobe et églises coloniales, à gauche) pour rejoindre à droite, les Mexicains et Chicanos qui ont fait le Sud-Ouest, combattu lors de la Seconde Guerre mondiale et au Vietnam, travaillé dans les champs, etc. Dans les cieux, de gauche à droite à gauche, les portraits des héros libérateurs, selon les Chicanos : Le père Hidalgo, Morelos, Benito Juárez, l’Indien Gerónimo, Pancho Villa et Emiliano Zapata, puis les frères Kennedy, John et Robert, Martin Luther King, César Chávez, Rubén Salazar, premier journaliste chicano à avoir occupé un poste au Los Angeles Times, tué lors d’une « bavure » policière en août 1970, pendant une manifestation contre la guerre au Vietnam.

1616. À l’occasion du 750ème anniversaire du Traité de Guadalupe Hidalgo, dont les termes furent bafoués parles États-Unis. Œuvre de Frederico Vigil (style buon fresco). Intérieur du Tribunal de Santa Fe, Nouveau-Mexique, 1998. « Justice égale et légale » : une vision apocalyptique de ce que le non-respect des clauses du traité de 1848, signé à l’issue de la guerre des États-Unis contre le Mexique, a impliqué en termes humains. Un traité qui a transformé du jour au lendemain les citoyens de la République mexicaine, des métis hispanophones, catholiques, en citoyens états-uniens « Blancs, anglo-saxons, protestants » ?

1. Aztlán, la Tierra mía.

2. Hommage à la famille chicana, à son travail et à ses traditions.

3. La Revolución mexicana.

4. Iconos del Movimiento Chicano.

5. El Nuevo Fuego.

6. Projet Placa, contre la présence des États-Unis en Amérique centrale.

7. El mestizaje Nuevo Mexicano (Indios Pueblos versus conquistadores españoles).

10. Education first, Babies later.

12. Barrios Unidos.

13. La Justice aveugle.

14. Qué viva la raza !

15. Les Chicanos, et leurs modèles et héros mexicains et états-uniens.

16. À l’occasion du 150e anniversaire du Traité de Guadalupe Hidalgo, dont les termes furent bafoués par les États-Unis.

Notes

1 Mural qui n’existe plus.

Table des illustrations

Légende 1. Aztlán, la Tierra mía.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende 2. Hommage à la famille chicana, à son travail et à ses traditions.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende 3. La Revolución mexicana.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 4. Iconos del Movimiento Chicano.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende 5. El Nuevo Fuego.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende 6. Projet Placa, contre la présence des États-Unis en Amérique centrale.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende 7. El mestizaje Nuevo Mexicano (Indios Pueblos versus conquistadores españoles).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende 8. Sans titre.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende 9. Sans titre.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende 10. Education first, Babies later.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 11. Drogas, Nel.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende 12. Barrios Unidos.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende 13. La Justice aveugle.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende 14. Qué viva la raza !
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende 15. Les Chicanos, et leurs modèles et héros mexicains et états-uniens.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende 16. À l’occasion du 150e anniversaire du Traité de Guadalupe Hidalgo, dont les termes furent bafoués par les États-Unis.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1860/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540