Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Latinos des USA

 | 
James Cohen
, 
Annick Tréguer

Troisième partie. ¡Cultura! expressions culturelles des latinos

À propos de l’art mural chicano : d’un mur à l’autre

Annick Tréguer

Texte intégral

  • * Chercheuse et agrégée d’espagnol, Université de Paris III (Sorbonne Nouvelle) et Institut des Haut (...)

1Note portant sur l’auteur*

SAN ANTONIO (TEXAS) : LA VIERGE DE GUADALUPE ET LES MEXICAINS AMÉRICAINS
(AUTEUR INCONNU). CLICHÉ : ANNICK TRÉCUER.

  • 1 L’auteur reprend et développe ici quelques-uns des thèmes abordés dans son article, « Murs peints (...)
  • 2 On pourra se reporter sur ces différents points à la chrono-bibliographie de l’avant-propos qui n’ (...)

2Les lecteurs1 de cet article pourront à juste titre se demander pourquoi j’ai retenu l’expression murale chicana comme exemplaire de la production culturelle des Chicanos et des Latinos aux États-Unis. Il va sans dire qu’une petite sélection de cette production « hispanique », diverse et variée, depuis le début des années soixante-dix, voire depuis la fin des années soixante, remplirait aisément plusieurs volumineux ouvrages2.

3Une encyclopédie spécifique traiterait ainsi de domaines aussi différents que peuvent l’être : la littérature, la poésie (souvent bilingue et biculturelle) ; l’écriture théâtrale et son éventail de genres (du théâtre initialement militant et politique, voire burlesque, aux thématiques les plus contemporaines et cruciales pour les Latinos, en passant par des mélanges mythico-comiques, etc.) ; l’écriture féminine et les écritures homosexuelles chicanas, lesbienne et gay ; les arts graphiques, la peinture de chevalet, la gravure, les lithographies, les posters, la sérigraphie, la BD, les installations et « performances », non seulement dans la rue et dans les « barrios/ghettos » mais aussi dans les musées. Elle n’oublierait pas non plus les musiques traditionnelles, dont les échos retentissent de façon omniprésente aux États-Unis (salsa, corridos, rythmes norteños ou caribéens, etc.), ni leurs hybridations et métissages propres à la condition de « Latinos aux USA ». Et comment, de la même manière, laisser de côté une production cinématographique et une filmographie chicana/latina plus considérable qu’il n’y paraîtrait au premier abord° ? Ou même certaines variantes de l’expression culturelle que véhiculent indéniablement les innombrables journaux ainsi que les chaînes de télévision et les stations de radios en espagnol qui, à l’image de l’implantation des Latinos, couvrent aujourd’hui la quasi-totalité du territoire états-unien. Ces créations ou re-créations, et le renouvellement de formes poétiques, musicales, artistiques, etc., initialement empruntées à un patrimoine culturel non anglo, sont l’âme même de la cultura latina des États-Unis. Par leur hétérogénéité essentielle comme par leurs évolutions ultérieures, acculturées ou non, ces diverses manifestations sont dès l’origine indissociables de l’existence du groupe chicano ou latino. Elles témoignent aussi du désir implicite de ce dernier de voir le groupe anglo reconnaître et admettre en son sein une identité différente de la sienne.

4Alors, pourquoi se limiter ici à ne traiter que du cas de la peinture murale du groupe chicano, au détriment d’autres formes d’expression latinas, et qui plus est, en accordant une claire priorité à l’expression picturale de la rue° ? C’est ce que je vais m’employer à justifier dans les pages qui suivent, car il existe d’emblée trois bonnes raisons pour porter toute notre attention sur cette forme d’art. J’insisterai en premier lieu sur sa fragilité liée à son caractère éphémère. Cette fragilité conditionne sa longévité et surtout sa permanence sur des murs extérieurs vulnérables, entre autres agressions, aux assauts des intempéries ou à celles des opposants à ce type d’art. Cette réalité a d’ores et déjà entraîné la disparition de plus de la moitié des murales de la première époque et elle a présidé, parmi plus de 900 murales différents, au choix des illustrations accompagnant cet article. En deuxième lieu, je rappellerai que l’art de la rue a été pour les artistes chicanos la première étape à franchir avant d’accéder à la reconnaissance académique, puis à celle du grand public, ou inversement d’ailleurs. Et je soulignerai enfin l’intérêt artistique et sociologique que présente l’adaptation/re-création faite, dans le contexte du nord du Rio Grande par les artistes et muralistes chicanos, d’un modèle esthétique conçu et inventé au sud de ce qui est le Rίo Bravo pour les Mexicains.

5La diversité créative de la production culturelle des « Latinos des USA » n’a cessé de jouer un rôle clé dans l’entretien de leur mémoire culturelle, et c’est pourquoi j’ai cité ci-dessus quelques-uns de ses aspects les plus notoires qui, tout autant que la peinture murale chicana, auraient mérité que nous exprimions ici l’intérêt que nous lui portons. Mais ce choix, qui pourra paraître réducteur, s’est imposé à nos yeux pour les raisons que je viens d’indiquer. Au cœur de ces tentatives réussies entreprises par les « Latinos des USA » pour sauver de l’oubli l’une des composantes non négligeables de l’histoire passée et actuelle des États-Unis, je m’attarderai sur une étape fondatrice : celle qui, se situant à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix, va être marquée par l’essor du Mouvement chicano dans tout le Sud-Ouest des États-Unis.

6Il est impossible de ne pas signaler au passage que le Mouvement chicano et les revendications identitaires dont il est porteur se font parallèlement l’écho d’une lutte menée pour l’obtention d’un droit de cité du terme « Chicano », et pour sa légitimation au sein de la société WASP. De manière quasi simultanée, dans l’ancien Mexique d’avant-1848, en Californie, en Arizona, au Nouveau-Mexique, au Colorado et au Texas, en un véritable mouvement, tous les acteurs du Mouvement chicano se mettent à revendiquer haut et fort leur différence d’êtres humains à la peau brune et à affirmer leur fierté d’avoir une peau de bronze, « la Raza de Bronce », dans une société blanche. L’origine du vocable « Chicano » reste confuse, mais elle est très ancienne dans son usage interne au sein d’un groupe qui, jamais jusqu’alors, ne s’était risqué à s’auto-désigner ainsi sur le territoire états-unien, et à s’identifier ouvertement, orgueilleusement, et officiellement, comme « chicano ». Indépendamment des connotations politiques et militantes que ce terme peut avoir prises et eues, il reste indéniablement et viscéralement lié au sang mexicain qui court dans les veines de ceux qui en revendiquent l’utilisation en terre anglo. Il est tout aussi inséparable de l’héritage culturel mexicain, qui va dès lors connaître une nouvelle vie aux États-Unis grâce au Mouvement chicano.

7Dans les années soixante-dix, en effet, le Mouvement chicano fait porter tous ses efforts sur cette légitimation du terme destiné à les auto-désigner au sein de la société états-unienne, par la voix de ses premiers représentants les plus instruits et parmi les plus actifs et militants (sociologues et poètes, artistes, acteurs, peintres, musiciens). Prenons par exemple : Luis Valdez, Alejandro Morales, Tino Villanueva, Alurista, Sergio Elizondo, José Montoya, pour ne citer que certains de ses porte-parole les plus connus (ces quelques noms ne prétendent en aucun cas représenter l’ensemble de la riche production culturelle chicana). Tous sont très proches de leurs modestes congénères par leur origine sociale, eux-mêmes enfants de parents émigrés légalement ou clandestinement aux États-Unis, ouvriers, travailleurs agricoles, etc. Pourquoi cet acharnement à faire reconnaître l’usage du mot « Chicano »° ? Parce que l’auto-identification, dans ce qu’elle comporte de reconnaissance consciente de sa propre différence, est aussi une manière d’exprimer la fierté de son héritage au sein d’une société qui a(vait) fait du rejet du Non-Blanc une règle d’or implicite. Donc, une première conquête est de mise pour mieux s’imposer au regard de l’Autre anglo : obtenir la liberté de porter un nom sciemment choisi et de tout temps utilisé au sein des modestes communautés de la « chicanada », comme disent encore certains Chicanos de la première génération aux États-Unis.

8La conjonction des diverses situations politiques de l’époque est des plus particulières : lutte pour les droits civiques des Noirs sous la houlette de Martin Luther King, occupation de territoires leur ayant appartenu par les Indiens « Native Americans ». À cela vient s’ajouter enfin une conjoncture « américaine » et internationale spécifique : le mois de mai 1968 et la Guerre au Vietnam. Tous ces faits vont ouvrir la porte à la revendication politique et militante des Chicanos, en particulier grâce à l’action pacifiste de César Chávez, et donne lieu quasi instantanément à l’éclosion d’une production culturelle spécifiquement chicana, qui était depuis très longtemps en gestation. Parallèlement s’imposent aussi la détermination et la volonté des Mexicains Américains et des Chicanos de reconquérir le droit d’utiliser sans crainte la langue de leurs ancêtres, l’espagnol, légalement utilisée dans le Sud-Ouest jusqu’au traité de Guadalupe Hidalgo (1848) : une mini-révolution dans un pays où jusqu’en 1970 le châtiment corporel était la rançon de l’utilisation de cette langue interdite à l’école.

9L’une des premières tâches à laquelle vont s’attacher les Chicanos sera de se réapproprier un passé et une histoire en terre anglo, qui avaient été délibérément niés ou oubliés, par simple omission délibérée, dans les livres officiels d’histoire et dans les manuels scolaires du système états-unien. À partir du Mouvement chicano, des historiens, des associations locales, des universitaires, vont s’atteler à la (re)constitution d’une nouvelle historiographie rédemptrice de la communauté mexicaine américaine et chicana, et à la réécriture d’une histoire qui brillait par son absence. L’historien Rudy Acuha en est le pionnier lorsqu’il publie en 1972 « Occupied América » (Acuña, 1988). Une histoire nouvelle va se faire jour, faite de dénonciations d’un passé mexicain noble et glorieux, et d’un passé chicano tristement cruel, injuste, discriminant, une histoire jalonnée de rappels des lynchages et des crimes perpétrés contre les membres de la minorité mexicaine ainsi que de l’exploitation dont a constamment été victime la main-d’œuvre d’origine mexicaine. Un tableau qui sera tout blanc tout noir pendant un certain temps, et qui parfois sombrera dans des excès d’apologie pro-mexicaine. Un corpus abondant dans lequel puiseront abondamment les travailleurs culturels du Mouvement chicano, et en particulier les muralistes qui y forgeront les icônes du Mouvement.

10Dès ses premiers balbutiements, en 1967, la peinture murale chicana a su relever de nouveaux défis sociétaux, dans tous les lieux où elle s’est exprimée, épanouie et exposée, tout imprégnée qu’elle était d’un langage visuel et d’une iconographie politique et mythique, parfois simplistes et répétitifs, faisant même occasionnellement songer à un catéchisme élémentaire. Avec ses murs porteurs de messages parfois naïvement prosélytes, il lui est même arrivé d’avoir des accents messianiques, surtout dans les premiers temps du Mouvement (« Nous allons, par le biais de l’image et de la peinture collective, apporter la bonne parole du Mouvement chicano jusqu’au cœur du barrio, jusqu’aux plus démunis », disaient les muralistes les plus engagés). Et il est vrai que la force de la multiplication de l’image et des icônes du Mouvement chicano a été l’un des meilleurs outils dont les muralistes ont disposé. Le grand mérite de ces artistes chicanos d’un nouveau style est de s’être sans relâche appliqués à adapter leur expression picturale, unique en son genre par son ampleur et sa diffusion, aux conjonctures nouvelles, aux contextes politiques et économiques qui ont marqué l’évolution des États-Unis dans les quarante dernières années. L’espace ouvert de la rue a été le lieu de prédilection où ils ont su venir exprimer et visualiser pour leurs « compatriotes » mexicains et chicanos, les idéaux, les espoirs et les aspirations de la communauté dont ils étaient eux-mêmes membres.

11Comme l’a souvent rappelé la muraliste Judy Baca, on assiste à la fin des années soixante à une résurgence de l’art sur les murs publics des États-Unis (voir par exemple, Goldman, 1986). Cette résurgence n’est pas due au soutien du moindre organisme public, ni à l’existence de programmes publics. Elle relève simplement de l’évolution des artistes et de leur prise de conscience. Les Chicanos ont clairement joué un rôle de premier plan dans un mouvement artistique qui, faisant en quelque sorte école, à la faveur de situations politiques spécifiques, s’est par la suite étendu à d’autres pays d’Amérique latine et même d’Europe, prenant ainsi une dimension mondiale, souvent méconnue du grand public. Une dynamique avait pris corps. Ces acteurs culturels du nord de la frontière du Mexique s’inspiraient, pour beaucoup d’entre eux, du modèle du muralisme mexicain post-révolutionnaire. La frontière entre les deux pays, la línea, n’avait pas pu empêcher la circulation du modèle artistique d’origine si bien incarné par ses trois plus illustres représentants, José Clemente Orozco, Diego Rivera et David Álfaro Siqueiros.

12Presque quarante ans plus tard, force est de constater que la tâche de libération du Chicano (et du Latino) entreprise par le Mouvement chicano, n’a rien perdu de son actualité. Dans la conjoncture de recrudescence du racisme favorisée par la vague d’attentats déclenchée après le 11 septembre 2001, et dans le cadre d’une – légitime – politique de lutte tous azimuts contre le terrorisme, les États-Unis sont plus que jamais un pays où il n’est décidément pas bon d’avoir la peau brune ou le teint mat. Et dans un contexte aussi inquiétant, le muralisme chicano conservera auprès des plus humbles des Mexicains, issus des vagues croissantes d’émigration clandestine mexicaine vers l’Eldorado états-unien, son rôle privilégié d’éducation et de sensibilisation politique.

13La méxicanisation irréversible du territoire des États-Unis d’Amérique s’accompagne de ce maintien logique de formes culturelles et artistiques d’ores et déjà solidement ancrées dans la société américaine. Et à ce titre, la peinture murale chicana constitue un authentique mouvement artistique dans les États de l’Ouest américain où elle a vu le jour, cadre géographique dont elle déborde aujourd’hui de plus en plus largement.

14Deux observations me semblent s’imposer ici. La première est destinée à lever toute ambiguïté sur le sens du mot « Chicano », car il prête souvent à confusion, en raison de l’usage erroné qu’en font à grande échelle de nombreux médias qui assimilent à tort « Chicanos » à « Latinos ». Je rappellerai qu’il désigne initialement au sens strict, un citoyen américain d’origine mexicaine proche ou lointaine, qui a la nationalité américaine, ayant généralement été scolarisé dans le système américain et non pas un Mexicain résidant aux États-Unis, même si la frontière entre les deux peut parfois paraître floue. Je rappellerai aussi que les Chicanos, acteurs militants du mouvement pour les droits civiques, issus de cette minorité dont on disait jusqu’alors qu’elle était « silencieuse », brandissent délibérément le nom « Chicano », comme un moyen de s’auto-identifier avec orgueil face à la société états-unienne. Ma deuxième observation a trait, concrètement, à la « survivance » aux États-Unis d’une culture mexicaine, qui est patente dans certains barrios ou espaces de forte concentration mexicaine, et souvent même dans un « urbanisme » hérité des coutumes encore en vigueur au Mexique. Les peintures murales des débuts sont, comme je le signalais plus haut, destinées à apporter la bonne parole du mouvement et l’espoir d’un avenir plus souriant. Dans ces barrios qui fonctionnent parfois en marge de la société anglo, à la fois comme des ghettos et comme des réservoirs populaires de culture mexicaine, la peinture murale chicana n’a eu aucun mal à trouver sa place. Il n’est pas dénué d’intérêt de signaler ici le fait que, dans les barrios, la coutume de marquer l’espace par des graffiti remontait aux années trente et aux pachucos, ces jeunes Mexicains pris entre deux cultures, dont Octavio Paz avait en son temps si bien décrit le mal-être dans son ouvrage Le labyrinthe de la solitude (Paz, 1950).

15Ainsi, aujourd’hui encore au Mexique, villes et villages étalent à foison leurs murs peints, s’inscrivant dans une tradition remontant aux origines précolombiennes de ce pays et aux couleurs des fresques mayas et aztèques. Il n’est pas rare de croiser au hasard des rues et des places un ouvrier-peintre à l’œuvre, armé de son seau, de sa brosse et de ses pinceaux. Échoppes et boutiques, enseignes et slogans publicitaires, promotions de spectacles populaires, façades de taquerfas ou de restaurants, campagnes électorales et politiques, rien n’est exclu de cet art de la rue. Dans la rue mexicaine, nous sommes constamment sollicités par ce graphisme urbain souvent éphémère, haut en couleurs et omniprésent, qu’il soit commercial, spontané, militant ou politique, et qu’il s’exprime dans les styles les plus divers, naïf, kitsch, réaliste, humoristique, etc. Partie prenante d’une autre tradition picturale mexicaine plus durable, les murs intérieurs ou semi-extérieurs des bâtiments officiels ne sont pas en reste : musées, ministères, hôtels de ville, centres culturels déploient sur toute la géographie du Mexique leurs murales historiques, héritiers directs du muralisme post-révolutionnaire inspiré par les « Trois grands » fresquistes (Orozco, Rivera et Siqueiros). Ce double héritage est-il à mettre en relation avec la peinture murale chicana, qui a éclos dans les anciens territoires que les États-Unis avaient arrachés en 1848 au Mexique au terme d’une longue guerre expansionniste° ? J’en suis foncièrement convaincue.

  • 3 Hélas !plus de la moitié des murs peints chicanos des années 1965-1985 n’existent plus.
  • 4 Très souvent, lorsqu’elles ne comportent pas le signe du copyright d’un seul peintre muraliste et (...)

16Tout le Sud-Ouest, et pas seulement la Californie comme on a trop souvent tendance à le penser, porte encore les traces murales laissées par les artistes chicanos qui étaient venus investir le barrio et s’y investir, armés de leur foi dans le Mouvement, « el Movimiento por la Raza, la lucha por la Causa »3 Eux aussi, à l’instar des ouvriers peintres du Mexique contemporain, en réinterprétant la leçon des grands muralistes mexicains, au nord de la frontière mexicaine, dans un nouveau contexte historique et politique, brandissaient et brandissent encore leurs pinceaux pour mettre leur talent au service de « su Comunidad, de su Gente, de su Pueblo ». Ils ont su couvrir les murs de l’iconographie spécifique du Mouvement chicano qui apparaît dans les illustrations ci-jointes. Ils savent toujours rendre éloquents des murs parfois lépreux et leur donner le droit à la parole. Mais, la plupart du temps, ils ne le font pas seuls, et l’interaction avec les résidents et les jeunes de ces quartiers défavorisés a, depuis l’émergence du muralisme chicano, été et est souvent encore l’une des caractéristiques, pour ne pas dire une constante4, Près de quarante ans après l’éclosion de cette forme d’expression murale, cette interaction résidents-artistes reste l’une des spécificité du muralisme chicano, un espace d’expression peu ordinaire, gagné sur l’espace public par la dynamique créative engendrée par les muralistes chicanos.

17Il va de soi, dans cette conception de l’art mural comme outil didactique et outil de libération que la réalisation d’une peinture ne se contente jamais d’être une décoration pure et simple. Ni destinée à embellir le barrio, ni trompe-l’œil vide de sens, le mural livre un ou plusieurs messages simples à repérer dans leurs images et aisés à déchiffrer par ceux qui les voient ou vivent dans les parages. Le mural a une fonction sociale incontestable, de dénonciation et d’incitation à l’action. Le muralisme chicano va se révéler au fil des années comme étant un support, certes parfois éphémère, de l’histoire récente de cette « minorité » – qui n’en est désormais plus une. Surtout, il va savoir être un art évolutif, aussi bien sur le plan esthétique que thématique. Il n’aura de cesse de refléter et de traduire en images l’existence, la réalité et parfois la cruauté de l’expérience vitale chicana. Le muralisme nous fournit un excellent exemple visuel, et vibrant de couleurs, de la manière dont la culture hybride et métisse des Mexicains Américains s’est constituée. Il nous apporte un témoignage pictural du processus permanent de ré-élaboration et de construction identitaire que connaît le Chicano au travers de ses vicissitudes dans la société anglo. Il est par conséquent une contribution non négligeable à la mémoire collective des Chicanos de la fin du xxe siècle.

  • 5 Étaient visés quelques-uns des murales les plus symboliques pour le groupe chicano, à la veille de (...)

18Comment préserver de l’oubli et de la disparition définitive ces milliers de peintures murales dont la durée de vie peut varier de quelques mois à une trentaine d’années, selon la qualité technique du support mural ou des peintures utilisées° ? La photographie s’est révélée être un moyen précieux dans le défi que je m’étais lancé à moi-même de faire à ma manière une histoire de ce mouvement artistique (voir l’ouvrage que j’y ai consacré pour de plus amples détails : Tréguer, 2000). Après avoir enquêté au fil des années, entre 1986 et 2002, dans cinq États différents (Texas, Nouveau-Mexique, Arizona, Colorado et Californie), la collecte réalisée dans 21 villes différentes se solde à plus de 2500 diapositives et environ 900 murales différents (une infime partie de ceux que recèle le Sud-Ouest américain).J’affirmerais volontiers que plus de la moitié de ces murales n’existent plus : soit parce qu’ils se sont naturellement dégradés ; soit par suite d’une mauvaise préparation du mur (surtout dans les débuts plus spontanés où l’appropriation du mur prenait le pas sur la préparation technique) ; soit par vandalisme anglo : ce fut une fois de plus le cas, il y a tout juste deux ans (mai 2002) dans Chicano Park, à San Diego, Californie5 ; soit par détérioration et taggage de bandes rivales. Mais aucune de ces photographies n’aurait pu être prise sans une étroite collaboration avec les muralistes chicanos eux-mêmes. Près de trente d’entre eux, des plus jeunes aux plus expérimentés, m’ont au fil des ans guidée ou pilotée dans les barrios, répondu à mes interrogations et permis de mieux prendre la mesure de l’impact du Movimiento sur le barrio et ses représentants.

19Le mouvement chicano a ainsi ouvert la voie, dans les années soixante-dix et quatre-vingt à une reconquête symbolique des territoires antérieurement mexicains. En tout état de cause, il a joué un rôle fondamental qui a permis aux Mexicains Américains de conquérir leur droit à la différence, et de le faire avec fierté sur la terre des Anglos et des Gringos. En ce sens, le muralisme, les inscriptions verbales intégrées aux « murales » et l’expression murale chicana en général ont été les armes favorites des artistes chicanos. Grâce à la guerre des images ainsi entreprise, les Chicanos se sont livrés à fond à un combat visuel contre les stéréotypes chargés de mépris qui pesaient – et pèsent probablement encore en partie – sur l’ensemble de la communauté chicana. Animés d’un désir véhément de contribuer à une reconstruction positive de l’identité mexicaine américaine sur le territoire des États-Unis, les artistes allaient tout mettre en œuvre pour inspirer à l’Anglo le respect du Chicano. Cela a été l’un des rôles joué par le muralisme lorsqu’il a commencé à sortir du barrio. Ce qui ne lui a pas permis pour autant d’échapper totalement au risque de « récupération » par le système anglo.

20Le mur symbolique du barrio séparait et isolait ses résidents du reste de la ville, et pour ainsi dire du reste de la société anglo. Le terme « mur », en langage courant, charrie généralement des concepts négatifs : enfermement, repli sur soi, obstacle à la communication avec autrui. Le mur est là, il se dresse immobile, statique, en véritable frontière parfois infranchissable, entre les êtres humains. Telle était la situation de la minorité mexicaine des États-Unis, lorsque se développe le mouvement pour les droits civiques des années soixante. Grâce au mouvement chicano et à ses multiples acteurs, cette frontière a été dynamisée, elle a réussi à gagner un peu de terrain en territoire anglo. D’un mur négatif, emblématique d’une absence de liberté ou de valeur face à l’autre, la synergie de tous a permis de créer un mur positif. Un mur, des murs et des murales potentiellement chargés ou porteurs d’une énergie neuve et nouvelle capable de décupler chez les Chicanos la volonté de venir à bout de la méfiance des Anglos envers les Mexicains Américains. Aujourd’hui, les murs du barrio chicano, couverts et décorés par des muralistes fréquemment aidés des jeunes résidents, se sont convertis en murs dépositaires de mémoire. C’est cette mémoire en images qu’il convient de préserver, de conserver et de restaurer par tous les moyens possibles car elle est la marque historique, et accessible à tous les habitants du barrio, de la bataille menée par les Chicanos. Les murs du barrio, ceux des maisons individuelles et les façades des magasins sont des éléments essentiels à la vie de ses habitants, car ils en différencient, canalisent et concentrent toutes les activités. Ce sont ces murs structurants qui une fois couverts de leurs messages dynamisants ont aidé les Chicanos à démolir symboliquement la frontière mentale qui les séparait des autres, de leurs voisins ou, et surtout, des Anglos. En installant une espèce de scénographie colorée au cœur du barrio, le mur obstacle disparaît, cédant la place à un mur espoir, à un mur ouverture qui ouvre de la sorte une brèche vers l’autre, l’Anglo, devenant ainsi un mur qui prend vie et qui donne vie. Par la magie des symboles chicanos, les murs qui séparaient sont devenus paroles qui relient les uns aux autres, et ils se sont transformés en un grand livre ouvert du chicanismo. Ils ont pu de la sorte faciliter la communication avec les autres Chicanos, et il faut l’espérer, avec les Anglos. Nombreux sont les murales qui, au-delà de leur effet décoratif, sont de véritables fresques aux fins didactiques et parfois même spirituelles. Des images souvenirs d’un lointain passé pré-hispanique glorieux et mythifié, des icônes du Mouvement qui marquent et s’approprient l’espace public, avec pour but la destruction symbolique du mur-frontière qui sépare deux mondes, l’anglo et le chicano. Les murales chicanos n’ont cessé, des années soixante-dix jusqu’à nos jours en ce début de xxie siècle de rappeler l’urgence de la mémoire, et surtout l’urgence de la lutte infatigable qu’il convient de mener pour survivre dignement dans la dure société des États-Unis.

21L’art mural chicano a gagné ses lettres de noblesse. Il peut sans hésiter se targuer d’être, dans une autre époque, dans un autre contexte, et dans une autre démarche esthétique, un digne descendant de ses grands ancêtres muralistes mexicains. Il est indubitable que les œuvres monumentales que ces derniers ont réalisées au Mexique, aussi bien que celles qu’ils ont créées lors de leurs séjours aux États-Unis dans les années trente, ont joué pour les artistes chicanos un rôle de modèle, lointain mais initial, dont ils ont su s’inspirer tout en l’adaptant. D’ailleurs, de nombreux muralistes chicanos, parmi les premiers à peindre dans les barrrios, comme Leo Tanguma au Texas puis au Colorado, Ray Patlan à San Francisco, et Judy Baca en Californie ont connu Siqueiros. Pour Siqueiros, les murales devaient servir la cause des opprimés et les aider à conquérir leur liberté et le respect de leurs droits.

22En « passant au Nord », le muralisme change de contenu comme de sens, en s’exprimant dans un autre contexte politique et dans un autre environnement social. Dans cette hybridation américano-mexicaine, une curieuse alchimie se produit. Serions-nous face à un cas de contrebande culturelle° ? En fait, le muralisme chicano est un exemple éloquent de production de différence, le résultat du travail d’un groupe social, le groupe chicano, sur lui-même. En délocalisant, en métamorphosant et en réinventant le muralisme mexicain – muralisme officiel, commandité et politisé – les muralistes chicanos ont su inventer une nouvelle forme d’art. Il ne s’agit ni d’un simple mélange d’influences, ni d’une superposition superficielle, mais bien d’un autre muralisme. Réellement populaire dans son essence, plus spontané, surtout dans les premiers temps de la renaissance de cet art mural, et moyennant l’utilisation habile et concertée d’images chargées des valeurs propres du chicanismo, un art nouveau est né. Après s’être initialement épanoui dans l’espace public du barrio des exclus, il saura se développer hors de celui-ci, dans des zones anglos, une fois franchie l’obstacle de la frontière sociale entre les riches et les pauvres, entre les anglophones et les hispanophones. Une véritable « re-création », au nom de la différence, de l’identité, au nom d’une singularité construite sur un mélange d’origines, d’influences artistiques et de cultures. Et la preuve est faite que cette différence des Chicanos et de l’expérience chicana – où l’apport des artistes est loin d’être négligeable – est aujourd’hui officiellement reconnue, et non plus confidentiellement comme par le passé. L’art mural et l’art des Chicanos sont désormais des réalités tangibles et partie intégrante de l’art des États-Unis. Il n’est pas abusif d’affirmer que les muralistes chicanos ont su créer une nouvelle esthétique muraliste transfrontalière, inspirée par une dynamique collective nourrie des icônes du nouvel environnement social et politique dans lequel évolue la comunidad. À mes yeux, le plus grand mérite des muralistes chicanos a été, après avoir peint et décoré les murs des barrios, seuls ou collectivement avec des équipes de jeunes, de convertir ces murs-prisons en murs porte-parole d’un groupe social et de ses aspirations, en murs symboles de liberté.

23Parmi les motifs que l’on pourra identifier dans les quelques photographies qui accompagnent cet article, il convient de signaler au premier chef, dans les murs des années soixante-dix-quatre-vingt, les images/icônes récurrentes, simples et faciles à déchiffrer, caractéristiques de la toute première époque du muralisme chicano. J’ai délibérément choisi des murs parmi les plus anciens, car ils sont susceptibles de disparaître les premiers, et certains ont disparu depuis longtemps déjà :

  • l’aigle du mouvement rural des travailleurs accompagnant César Chávez, le non-violent, dans ses luttes syndicales destinées à obtenir des conditions de vie décentes pour les campesinos, et l’hommage aux travailleurs ;
  • la pyramide évoquant les origines indiennes, les brillantes civilisations maya et surtout aztèque, dont les Chicanos occupants modernes d’Aztlán seraient les descendants dans l’actuel Sud-Ouest américain ;
  • la représentation des héros de l’histoire mexicaine, et surtout des libérateurs, ces héros qu’il convient de prendre pour modèles, Benito Juárez, le Padre Hidalgo, Morelos, Emiliano Zapata, etc. ;
  • la Virgen de Guadalupe, protectrice des humbles et des indiens, qui a accompagné toutes les luttes de libération mexicaine, et qui rassemble les Mexicains et Chicanos en lutte sur le territoire anglo, ici revue et corrigée par les Chicanos ;
  • les marches de solidarité du groupe chicano, « la communauté », la famille traditionnelle, élément sécurisant ;
  • la femme chicana, digne héritière des soldaderas de la Révolution mexicaine, la femme libérée de l’homme mexicain et de son machisme, et de son rôle exclusif de mère ou de femme au foyer ;
  • les poings levés et autres symboles de lutte pour un avenir meilleur et plus juste ;
  • la triple face du métis, la tête tripartite (« lo indio, lo español, lo mestizo »), celle du Chicano issu de ses racines indiennes, espagnoles et mexicaines, évocatrices de la richesse culturelle qui leur est inhérente ;
  • l’image répétitive du livre ouvert, les évocations de l’importance de l’éducation, grand cheval de bataille du Mouvement, qui ouvrit la voie à l’éducation bilingue et au droit de parler espagnol.

24Au milieu des années quatre-vingt, les murs peints vont progressivement s’afficher hors du barrio, en milieu anglo. Les financements vont peu à peu s’institutionnaliser, introduisant parfois un certain contrôle des contenus, mais permettant néanmoins à un nombre croissant d’artistes chicanos d’accéder à des lieux plus visibles de tous et à des moyens d’expression plus fournis. Pourtant, les messages fondamentaux du langage iconographique chicano changent peu : la quête d’une reconnaissance, la dénonciation de l’exclusion, la soif de justice, l’encouragement fait au Chicano de devenir un acteur efficace de son avenir. Le discours graphique sert à créer parallèlement une identité politique et une identité visuelle chicana qui cherchent à trouver leurs places dans l’espace public anglo.

25Dès les années quatre-vingt-dix, on commence à observer une reconnaissance de l’art muraliste sous la forme de grandes fresques réalisées dans des bâtiments officiels, rappelant l’histoire des Chicanos et Mexicains et leur contribution à la constitution du Sud-Ouest américain, jusqu’alors oubliée de l’histoire officielle états-unienne. C’est le cas des œuvres de muralistes aujourd’hui renommés. Citons, à titre d’exemple : David Tineo et Antonio Pazos, à Tucson, en Arizona, sur la façade du musée d’art moderne (1992) ; Carlos Callejo, à l’intérieur du nouveau palais de Justice d’EI Paso, au Texas (1995) ; Leo Tanguma, dans l’aéroport de Denver au Colorado (1994), et Frederico Vigil, dans le tribunal de Santa Fe, au Nouveau-Mexique. Ce dernier, délaissant les peintures modernes et acryliques, a repris dans l’ensemble de son œuvre et dans la monumentale fresque qu’il a réalisée en 1998 pour la célébration du 150ème anniversaire du traité de Guadalupe Hidalgo, la technique traditionnelle du buon fresco, telle que la pratiquait Diego Rivera.

26Outre leurs évidentes fonctions esthétique et culturelle, les murales n’ont jamais cessé depuis le début du mouvement muraliste chicano de remplir aussi une fonction sociale. Il était impensable que les acteurs du Mouvement chicano taisent les problèmes internes à la communauté ou nient les fléaux quotidiens qui s’abattent sur le barrio : la violence des gangs ou « pandillas », les morts violentes par balle ou pour quelques mètres carrés de trottoir, les trafics de drogue, la toxicomanie, le sida, et autres comportements autodestructeurs générés par la marginalisation, le racisme et la pauvreté. Dans les murales chicanos, aucun de ces thèmes n’a pu être banni de la représentation picturale. En effet, la démarche qui a inspiré nombre de muralistes « sociaux » a consisté au contraire à dénoncer ces maux par l’image murale. Une dynamique de réflexion et de réalisation collective a eu pour objectif de mieux contribuer à leur éradication, en proposant d’autres voies de socialisation que la violence. Aujourd’hui encore, ces thèmes sont les plus fréquemment peints et représentés dans les murales que réalisent les jeunes Chicanos marginalisés au cœur des zones urbaines les plus dures ou les plus difficiles. Souvent encadrés par des artistes convertis en travailleurs sociaux et animés d’un profond souci éducatif, nombre de ces jeunes délinquants ont ainsi pu découvrir leurs talents graphiques et même échapper aux démons de leur environnement social (voir Tréguer 1999, pour un compte-rendu d’interviews menées auprès de jeunes Chicanos, en Arizona et au Texas).

27On le voit bien l’art mural chicano a su et sait encore s’adapter aux circonstances qui l’entourent. Il a su participer à la représentation d’images positives de l’histoire des Mexicains et de leurs descendants, les Chicanos, en terre états-unienne. Il a su apporter sa contribution à la revendication et à l’affirmation d’un orgueil ethnique ; il a su aussi pendant toute une génération visualiser les espoirs et les aspirations à un mieux-être de tout un groupe. Mais quel est son avenir aujourd’hui° ? Quels dangers le menacent maintenant° ? La banalisation ou l’universalisme aseptisé des thèmes traités° ? La récupération et l’imitation par des artistes anglos de cette forme spécifique d’art public ou par des institutions officielles° ? Le tarissement des sources de financement destinées à aider les projets artistiques des groupes ethniques° ? La censure ou l’autocensure qui, malgré sa vitalité, éloigneraient cette forme d’art chicano de ses racines socio-politiques engagées au service du respect des droits des Chicanos et des Mexicains des États-Unis° ?

Bibliographie

Références bibliographiques citées et quelques références complémentaires

Acuña, Rodolfo (1988, 3e éd.). Occupied America. A History of Chicanos. New York, Harper and Row.

Davalos, Karen Mary (2001). Exhibiting Mestizaje. Mexican (American) Museums in the Diaspora. Albuquerque, University of New Mexico Press.

Gaspar de Alba, Alicia (1998). Chicano Art. Inside/Outside the Master’s House. Austin, University of Texas Press.

Goldman, Shifra (1986). « Chicano Art of the Southwest in the Eighties ». Imagine International Poetry Journal, vol. Ill, n° 1-2, pp. 67-68.

Johansen, Bruce y Roberto Maestas (1989). Orígenes de un Barrio Chicano. El viaje de una familia mexicana a Estados Unidos. México, Fondo de Cultura Económica.

Hémond, Aline et Pierre Ragon, coords. (2001). L’image au Mexique. Usages, appropriations et transgressions. Paris, L’Harmattan.

Lomeli, Francisco et Karen Ikas, éds. (2000). US Latino Literatures and Cultures. Transnational perspectives. Heidelberg, C. Winter.

Maciel, David et María Herrera-Sobek, éds. (1998). Culture Across Border. Mexican Immigration and Popular Culture. Tucson, University of Arizona.

Marin, Cheech. Chicano Visions: American Painters on the Verge (2002). New York, Bulfinch Press Book.

Muñoz, David Alberto (2001). Identidades sin fronteras. Phoenix, Orbispress.

Olmos, Edward James, Lea Ybarra et Manuel Monterrey (1999). Americanos. Latino Life in the United States. La Vida Latina en los Estados Unidos (Introducción par Carlos Fuentes). Boston, New York, London, Little Brown and Company.

Paz, Octavio (1950). El Laberinto de la Soledad. México, Cuadernos Americanos.

Perucho, Javier (2001). Hijos de la Patria Perdida. Pachucaos, Chicanos y inmigrantes en la literatura mexicana del siglo XX. México, Verdehalago.

Tréguer, Annick (1999). « Peindre pour se réinsérer », Courrier de l’Unesco, mars 1999, pp. 14-16.

Tréguer, Annick (2000). Chicanos. Murs peints des États-Unis. Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Rodriguez, Jeanette (1994). Our Lady of Guadalupe. Faith and Empowerment among Mexican-American Women. Austin, University of Texas Press.

Tatum, Charles M. (2001). Chicano Popular Culture. Que hable el pueblo. Tucson, University of Arizona Press.

Valenzuela Arce, José Manuel, coord. (2000). Decadencia y Auge de las Identidades Culturales. Cultura nacional, identidad cultural y modernización, México Norte. México, Plaza y Janés/Colegio de la Frontera Norte.

Vélez-lbáñez, Carlos G. Vélez (1997). Border Visions. Mexican Cultures of the Southwestern United States. Tucson, University of Arizona Press.

Notes

1 L’auteur reprend et développe ici quelques-uns des thèmes abordés dans son article, « Murs peints chicanos du sud-ouest américain », Les Langues néolatines, n° 326 (« Réflexions sur l’image »), septembre 2003.

2 On pourra se reporter sur ces différents points à la chrono-bibliographie de l’avant-propos qui n’est qu’un timide reflet, en français, de la profusion d’ouvrages disponibles en anglais et en espagnol, écrits par et/ou sur les Chicanos : travaux de chercheurs, production littéraire (romanciers, poètes, etc.) et artistique (gravures, caricatures, musiques, etc.).

3 Hélas !plus de la moitié des murs peints chicanos des années 1965-1985 n’existent plus.

4 Très souvent, lorsqu’elles ne comportent pas le signe du copyright d’un seul peintre muraliste et maître d’œuvre, les peintures murales portent des séries de signatures : celles de tous les collaborateurs impliqués dans la réalisation collective de la peinture murale (jeunes des quartiers, autres artistes), ainsi que l’identification d’éventuelles sources de financement.

5 Étaient visés quelques-uns des murales les plus symboliques pour le groupe chicano, à la veille de la deuxième fête la plus importante au Mexique et pour les Chicanos, le « Cinco de Mayo », qui marque le triomphe du Mexicain sur l’envahisseur français à Puebla en mai 1862, et qui symbolise pour les Chicanos, leur affirmation identitaire face à la nation américaine.

Notes de fin

* Chercheuse et agrégée d’espagnol, Université de Paris III (Sorbonne Nouvelle) et Institut des Hautes Études de l’Amérique latine.

Table des illustrations

Légende SAN ANTONIO (TEXAS) : LA VIERGE DE GUADALUPE ET LES MEXICAINS AMÉRICAINS(AUTEUR INCONNU). CLICHÉ : ANNICK TRÉCUER.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540