Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Latinos des USA

 | 
James Cohen
, 
Annick Tréguer

Troisième partie. ¡Cultura! expressions culturelles des latinos

Quelle tradition littéraire pour les Latinos des États-Unis ?

Ilán Stavans

Texte intégral

  • * Professeur de littérature hispanique à Amherst College, Massachusetts.

1Note portant sur l’auteur*

JOSÉ MARTI (1853-1895), UN DES PÈRES DE L'INDÉPENDANCE CUBAINE, A PASSÉ DE LONGUES ANNÉES
D'EXIL EN FLORIDE ET À NEW-YORK. AFFICHE DE PROPAGANDE À VARADERO (CUBA).
CLICHÉ : ALAIN MUSSET.

  • 1 L’auteur développe ici certains thèmes abordés dans son article donné au Cambridge Companion to Mo (...)

2Les Hispaniques1 ne se situent plus désormais à la marge de la société états-unienne. En 2003, le Bureau du Recensement du gouvernement fédéral a estimé qu’ils étaient près de 39 millions à vivre au nord du Rio Grande. Et il ne s’agit là que du chiffre officiel de ceux qui y résident légalement. Bien plus nombreux – sans doute des millions – sont les Hispanique qui vivent aux États-Unis, même s’ils ne sont pas encore des citoyens à part entière.

  • 2 Roberto Suro a été journaliste à Time Magazine (1978-1985), puis au New York Times (1986-1993) et (...)
  • 3 Juan Gonzalez (né en 1947) est chroniqueur au New York Daily News depuis 1988 et a obtenu à ce tit (...)

3Les termes utilisés pour les désigner ne sont pas non plus sans poser problème. Trop d’éducateurs, trop de personnels de l’administration, et le lectorat du grand public en général, ne savent pas exactement ce que signifie le terme « Latino ». Recouvre-t-il tous les individus ayant des origines hispaniques, indépendamment de leur lieu de naissance ou de leur lieu de résidence actuel ? Quels critères faut-il retenir pour définir ce type de population ? Celui de la « race », celui de la nationalité ou encore celui de la langue parlée ? La littérature latino est-elle une littérature exclusivement écrite en espagnol et proposée sous forme de traduction ? Ces malentendus sont le symptôme d’un besoin collectif de délimiter – et, pour certains, de simplifier – les contours d’une catégorie de population que politiciens et médias considèrent depuis peu de temps dans leurs statistiques comme un groupe unique et semi-homogène. Grâce à des journalistes comme Roberto Suro2 et Juan Gonzalez3, cette définition est en train de prendre corps et forme dans la sphère publique (Suro 1999 ; Gonzalez, Juan 2000), mais trop lentement encore pour apporter des réponses satisfaisantes à la multitude de questions que soulèvent les origines et la cohésion de cette minorité.

4L’utilisation du terme « Latino » s’est progressivement imposée pour désigner les individus d’origine hispanique nés aux États-Unis ou y résidant. En ce qui concerne sa taille et son histoire, ce groupe minoritaire est constitué de plusieurs sous-groupes nationaux. Les trois sous-groupes les plus importants sont les Mexicains Américains, les Cubains Américains et les Portoricains. Il convient d’y adjoindre des groupes de taille plus réduite, comme les Dominicains Américains et les Colombiens Américains. Au fil des décennies, cette minorité a reçu les dénominations les plus diverses telles que « Hispanophones » (Spanish-speaking people), « Hispaniques » (Hispanos) et pour finir « Latinos ».

5Quoi qu’il en soit, qu’ils soient visibles ou non, quelle que soit la façon dont on les désigne, leur nombre est impressionnant. Ils sont en train de remodeler le tissu même de la société des États-Unis. Ils nous contraignent à revisiter notre passé et à envisager notre avenir sur des bases nouvelles. Certains voient sans doute dans ce phénomène une nouveauté surprenante, inattendue, récente. Mais l’histoire est là pour nous rappeler que des Latinos ont travaillé, fait des études, pris du plaisir et rêvé sur le sol américain depuis des siècles. Et nous continuons à le faire, à changer l’Amérique et à être changés par elle. Et nous continuons à nous adapter aux coutumes de ce territoire et à rendre ce pays plus réceptif à notre présence. Qui est ce Latino qui vient d’emménager à côté de chez nous ? Ou, inversement, comment nous, Latinos, devrions-nous comprendre ces Anglos qui nous entourent ?

6Dans les pages qui suivent, je dresse un tableau synthétique qui permet de mieux appréhender le paradigme des écritures latino et états-unienne et la façon dont les auteurs latinos comblent l’espace qui sépare ces deux cultures.

  • 4 Matthew Arnold (1822-1888) est l’auteur de recueils de poémes, The Strayed Reveller (1849), Empedo (...)
  • 5 Cité dans Lionel Trilling, éd. (1949). The Portable Matthew Arnold. New York, Viking, p. 261.

7Dans The Function of Criticism at the Present Time, Matthew Arnold4 suggérait que la critique était indissociable de la vie dans toutes ses manifestations. Il affirmait ainsi sa conviction que l’objectif premier de la critique était la recherche de la vérité non seulement dans le domaine de la littérature mais aussi en matière de politique et de théorie sociale. Il n’imaginait pas que les anthologies puissent avoir une fonction critique. La critique était pour lui une analyse intellectuelle semblable à celle qu’il faisait dans Culture and Anarchy et dans Literature and Dogma. Ainsi affirmait-il que pour atteindre son but, la critique devrait être « une démarche désintéressée destinée à apprendre et à propager ce qu’il y a de meilleur dans le monde en matière de connaissance et de pensée »5. Mais, moins d’un siècle et demi après la publication des propos durablement provocateurs d’Arnold, il n’existe plus le moindre doute sur le fait que les anthologies – ces ouvrages omniprésents, ces bibliothèques portables -sont bien l’une des facettes de la critique littéraire.

8Mais le sont-elles réellement ? Un rapide coup d’œil sur les rayons d’une librairie de quartier reflète les efforts entrepris par l’industrie de l’édition aux États-Unis pour promouvoir des anthologies. Il existe des anthologies pratiquement sur tout, de Marilyn Monroe et Elvis Presley à l’érotisme en France au xviiie siècle, des dissidents chinois de la place de Tienanmen aux lettres d’amour d’hommes politiques connus, en passant par les jeunes voix qui s’élèvent de la communauté palestinienne. Une quantité infime de ces titres passe rarement plus de deux ans sur les étagères des librairies. Plutôt que de constituer un tout, ces ouvrages ne sont en général qu’un regroupement de parties d’un tout, sans aucun accompagnement d’appareil critique. Les critères retenus ne permettent aucune vue d’ensemble et n’ont aucune valeur d’exhaustivité. Ils se situent quelque part entre le livre et la revue, et leur seule ambition est de tirer profit de la curiosité d’un lectorat qui dispose de peu de temps pour lire, et qui s’intéresse plus aux hors-d’œuvres qu’au plat principal. La stratégie éditoriale sous-jacente est évidente : les secteurs marginalisés de la société (minorités, femmes, Tiers-Monde) sont bien mieux représentés dans le rayon « anthologies » que dans celui de « fiction et romans ».

9Il est instructif de passer par les anthologies pour comprendre ce qu’est la littérature latino et d’où elle vient. Les Latinos, l’un des groupes sous-représentés dans les maisons d’éditions new-yorkaises, font partie de ceux qui ont réellement bénéficié de cette frénésie de publication d’anthologies. Grandes et petites maisons d’éditions ou presses universitaires, toutes ont publié davantage d’anthologies de littérature latino dans les deux dernières décennies qu’à aucune autre époque de l’histoire des États-Unis.

  • 6 Luis Valdez (né en 1940) fonda en 1965 le Teatro Campesino, troupe militante qui soutint le mouvem (...)
  • 7 La « Harlem Renaissance » est le premier grand mouvement littéraire et artistique des Noirs aux Ét (...)

10Ce sont les ancêtres en la matière qui ont donné le ton, d’El Espejo (Romano et Rίos, 1969) à Aztlán (Valdez et Steiner, 1972), édité sous la direction notamment du dramaturge Luis Valdez6. Sauf à de rares exceptions, ces anthologies ont des visées commerciales et mettent très peu l’accent sur le contexte. Il est aisé d’en saisir la raison. L’écriture latino n’a été portée à la connaissance du grand public que très récemment et l’une des caractéristiques du comportement de ce type de lectorat est le vif désir de consommer des anthologies, c’est-à-dire d’avaler du pré-digéré et d’extrapoler. Par ailleurs, les anthologies – si l’on considère qu’elles sont une sorte de critique littéraire – n’ont abordé le thème des minorités que lorsque celles-ci semblent avoir atteint le stade où, ayant élaboré une structure sociale interne, leur littérature devient une sorte d’autoportrait conscient, un peu à la manière dont l’emblématique « Harlem Renaissance »7 a parlé des Africains Américains.

11De fait, il a fallu attendre les années quatre-vingt, à la suite des mesures prises par le gouvernement et aussi de l’attention portée aux Hispaniques par les médias, pour qu’émerge un sentiment de communauté ethnique chez les Latinos des différents États de la nation. Mais la recherche d’une force centripète à l’intérieur même de la communauté s’est invariablement heurtée à sa contrepartie centrifuge : par exemple, les Cubains Américains, pour la plupart arrivés aux États-Unis après la Révolution de Fidel Castro en 1958-1959, doivent-ils être considérés comme faisant partie de la même minorité que les Chicanos et les Mexicains Américains, dont la présence dans le Sud-Ouest des États-Unis est antérieure à l’arrivée du Mayflower ? Qu’ont-ils en commun à part une même langue et une poignée de faits historiques marquants ?

12Par conséquent, pour refléter fidèlement l’hétérogénéité de la littérature latino ainsi que les facettes multiples et variées de son contenu, une anthologie critique globale devrait aborder aussi bien les histoires nationales parallèles que les tensions au sein de la minorité. Elle devrait explorer les histoires parallèles vécues par chacun des sous-groupes, avant que les médias ne s’en emparent et parlent d’eux comme d’une somme de sous-parties.

13Pendant des siècles, la littérature a été une affaire locale, et il n’y avait donc pas le moindre contact entre un auteur latino vivant à Albuquerque (au Nouveau-Mexique) et un autre auteur latino vivant à New-York et originaire d’un autre pays d’Amérique latine. Même à l’époque des luttes pour les droits civiques, il y avait davantage de relations entre les Chicanos et les Noirs de Californie qu’entre les Chicanos et les Cubains Américains. Le sentiment d’une identité commune est, il faut le rappeler, un phénomène récent. Il n’y a ainsi rien d’étonnant à ce que la plupart des anthologies jusqu’en 1985 aient adopté dans leur contenu une perspective régionale.

  • 8 Ray González (né en 1952), originaire d’EI Paso, Texas, est à la fois poète, essayiste, éditeur et (...)
  • 9 Jesus Colon (1901 -1974) quitte à 16 ans Porto-Rico pour New-York où tout en faisant divers petits (...)
  • 10 María Cristina Mena (1893-1965) est envoyée à New-York par sa famille lors des troubles annonçant (...)

14Au début des années quatre-vingt-dix, avec Harold Augenbraum, j’avais conçu Growing Up Latino (Augenbraum et Stavans, 1993), ouvrage dont le contenu fut sélectionné selon une perspective continentale. Ce livre faisait partie d’un courant qui inclue le prolifique travail d’anthologie réalisé par le poète Ray Gonzalez8, dont le chef-d’œuvre en la matière est Currents from the Dancing River (Gonzalez, Ray ; 1994). Les authentiques promoteurs de ce courant, Nicolas Kanellos et Gary Keller, avaient lancé le mouvement dix ans plus tôt, et la génération actuelle s’appuie encore aujourd’hui sur leur travail fondateur. L’un comme l’autre publiaient une revue litttéraire qui faisait connaître les nouveautés en matière de roman, essais et poésies latinos. En 1980 et 1982, en collaboration avec Francisco Jiménez, Keller publia dans sa propre maison d’édition, Bilingual Review, une anthologie en deux volumes, Hispanics in the United States (Keller et jiménez, 1980-1982). De son côté, également en 1982, Nicolas Kanellos, directeur d’Arte Público Press – une petite maison d’édition financée par le gouvernement fédéral dont le rôle a été décisif dans la diffusion de la littérature chicana en particulier, et de la littérature latino en général -, publie A Decade of Hispanic Literature (Kanellos, 1982). Kanellos poursuivit inlassablement son travail passionné, et créa quelques années plus tard une collection intitulée « Recovering the US Hispanic Literary Heritage ». Cette collection était consacrée à la ré-édition de classiques latinos, depuis le XVIIe siècle jusqu’au temps présent. Les titres de cette collection incluent les œuvres de précurseurs comme Jesús Colón9 (Colon 1993 ; 2001) et Maria Cristina Mena10 (Mena, 1997).

15Les efforts fondateurs des « deux incontournables K », Keller et Kanellos, ont ouvert la voie aux nombreux éditeurs qui se sont mis à produire des anthologies dans les années quatre-vingt-dix, contribuant ainsi à la consolidation et à l’élargissement de ce type de publications. Un nouveau pas décisif fut franchi lorsque des maisons d’éditions new-yorkaises comme Alfred A. Knopf, Houghton Mifflin, Delta et Penguin, mirent sur le marché des anthologies consacrées aux femmes latinas, à la poésie et à des histoires de Latinos ayant grandi aux États-Unis. Dans certains milieux latinos, cette transition fut perçue comme une mainmise de l’intelligentsia de la Nouvelle-Angleterre sur le travail que d’autres avaient accompli en amont, en particulier les Chicanos. En fait, tandis que ce courant s’amplifiait dans le Nord-Est des États-Unis, d’autres anthologies continuaient à voir le jour dans le Sud-Ouest, chez des éditeurs comme Chronicle Books et Mercury House, à San Francisco, ainsi que dans des presses universitaires en Arizona et au Nouveau-Mexique, en particulier. En tout état de cause, il s’agissait là d’une évolution inévitable, tout simplement parce que New-York est le centre éditorial de la nation, et aussi celui qui suit et lance les modes, au même titre que Hollywood est le numéro un national du business du divertissement. New-York est un lieu de récupération, habile à tirer profit des modes intellectuelles et à les exploiter.

16Il est vrai, néanmoins, que la tendance à la publication d’anthologies de littérature latino amorcée par Keller et Kanellos et leurs successeurs relevait davantage d’approches subjectives que de démarches critiques. Le rêve sous-jacent à ce type de travail éditorial était de donner à connaître aussi bien les nouveautés que les œuvres confirmées, mais aussi les livres « dans le vent » et les ouvrages commerciaux.

17Telle que je la perçois, l’étape suivante dans la délimitation d’une tradition littéraire latino se rapproche dans son esprit de la conception de Matthew Arnold. Il est temps maintenant de produire un ouvrage volumineux dont la vision serait panoramique, sans pour autant tourner le dos à sa rentabilité ni au marché. Son objectif premier, pour paraphraser Arnold, serait d’enseigner et de diffuser ce qu’il y a de mieux et de plus significatif dans la littérature latino. Il aurait aussi pour rôle de démontrer quels sont les vecteurs de communication entre les auteurs, les œuvres, les mouvements littéraires et les différentes régions des États-Unis. En d’autres termes, il s’agit de concevoir l’anthologie la plus objective et la plus équilibrée qu’il soit et qui, dans sa quête de définition d’une tradition littéraire, se garde d’effacer les différences entre les divers groupes.

18Cette anthologie devrait s’ouvrir sur l’époque de la conquête espagnole et de la colonisation de la Floride et du Sud-Ouest au xvie siècle. Dans cette section, des personnages, comme Alvar Núñez Cabeza de Vaca, l’explorateur espagnol auteur de la Chronique de l’expédition de Narváez (Núñez Cabeza de Vaca, 2000), devraient figurer aux côtés de « El Inca » Garcilaso de la Vega (Garcilaso de la Vega, 1991), à propos de la Floride. On y trouverait aussi d’autres chroniqueurs et missionnaires du Nouveau-Mexique, du Texas, du Colorado, ainsi que de la côte Pacifique, comme Juan de Castellanos (Castellanos, 1997), Gaspar Pérez de Villagrá (Villagrá, 1993), le père Eusebio Francisco Kino (Kino 1953 ; 1969 ; 1989) et le frère Junípero Serra (Serra 1967 ; 1984). Cette anthologie devrait se frayer un chemin patient et honnête à travers l’histoire, et se clore par les auteurs les plus jeunes et les plus prometteurs de notre époque.

  • 11 José Martí (1853-1895) a combattu toute sa vie pour l’indépendance de Cuba, ce qui l’a contraint à (...)
  • 12 Eugenio María de Hostos (1839-1903) ne milite pas activement que pour l’indépendance de son île, P (...)
  • 13 José Maria de Heredia (1842-1905) a choisi de quitter Cuba pour la France. Son œuvre principale, L (...)
  • 14 Ramón Emeterio Betances (1827-1898), né à Cabo Rojo (Porto-Rico), a été un partisan de l’abolition (...)

19Le xixe siècle fut l’époque de l’expansionnisme américain. En 1848, le traité de Guadalupe Hidalgo était signé : pour la somme de 15 millions de dollars, les États-Unis acquéraient plus de la moitié du territoire mexicain – et par là même, les Mexicains qui y vivaient – une région qui correspond aux actuels États du Sud-Ouest américain. L’impact culturel et littéraire de cet événement fut profond : dans les colonnes des journaux, artistes et auteurs s’en firent l’écho sous forme de poésies, de théâtre, et de romans-feuilletons. Le xixe siècle fut tout autant une période d’intense sentiment nationaliste qui donna le jour à des personnalités comme José Martí11, qui passa une partie de sa vie entre deux centres d’exil cubain, New-York et la Floride. Pour nombre d’intellectuels de la Caraïbe, l’année 1898 eut l’effet d’une douche froide : elle marqua la fin de la guerre entre l’Espagne et les États-Unis qui se solda par la défaite de l’Espagne condamnée à abandonner ses colonies des Caraïbes, Cuba et Porto-Rico, à l’influence états-unienne. Martí, Eugenio María de Hostos12, José Marfa de Heredia13 et Ramón Emeterio Betances14, entre autres personnalités littéraires, se trouvèrent impliqués chacun à leur façon dans ces événements. Ils ne devraient pas être absents de cette anthologie (Martí 2002 ; Hostos 1988 ; Heredia 1984 ; Betances 1978-1981).

  • 15 Julia de Burgos (1914-1953) est considérée comme la plus célèbre poétesse portoricaine, avec « Poe (...)
  • 16 William Carlos Williams (1883-1863), d’origine portoricaine par sa mère, a été un des principaux p (...)
  • 17 Oscar Hijuelos (né en 1951), d’une famille cubaine vivant à New-York, est le premier Hispanique à (...)
  • 18 Cristina Garcfa (née en 1958) quitta Cuba à l’âge de 2 ans et grandit à New-York. Elle a été journ (...)
  • 19 Julia Alvarez (née en 1950) passe son enfance à Saint-Domingue. En 1960, sa famille émigre, son pè (...)
  • 20 Sandra Cisneros (née en 1954), Chicana née à Chicago, s’est attachée à déconstruire l’aliénation d (...)

20En termes littéraires, le xxe siècle a été bien évidemment le moment le plus riche, et de loin, en matière d’écriture latino. De Julia de Burgos15 (Burgos 1975 ; 1982 ; 1986) à William Carlos Williams16 (Williams, 2002), des voix activistes du mouvement chicano dans les années soixante jusqu’aux personnalités connues du grand public contemporain, comme Oscar Hijuelos17 (Hijuelos 1983 ; 1989 ; 1993 ; 2002), Cristina García18 (Garcίa 1992 ; 1997 ; 2003), Julia Álvarez19 (Álvarez 1991 ; 1994 ; 1997 ; 2001) et Sandra Cisneros20 (Cisneros 1984 ; 1987 ; 1991 ; 2002), la diversité des voix des Latinos est considérable (qu’il s’agisse de poètes, de romanciers, de dramaturges, de cinéastes).

21Ce qui est essentiel dans mon anthologie panoramique imaginaire, c’est sa structure. Sa table des matières et son organisation chronologique devraient être un défilé de voix multinationales. Mais l’ouvrage devrait aussi fournir un appareil critique intelligent, en sorte que les différents sous-groupes puissent y déchiffrer leurs parcours respectifs. Des aspects souvent passés sous silence, comme ceux de la tradition orale (corridos, merengues, paroles de musique de rap, poésies de rue, etc.), devront également être explorés.

22Les études latinos aux États-Unis sont une discipline relativement jeune. Elle a été alimentée par des dizaines d’années d’efforts réalisés dans les départements d’études chicanos, d’études portoricaines, d’études cubaines et d’études ethniques. Nombre de ces départements avaient réussi à voir le jour dans les universités américaines à la suite des luttes identitaires engagées dans les années soixante, tout spécialement dans le Sud-Ouest des États-Unis. Une brève liste de quelques-uns des universitaires qui ont investi toutes leurs énergies dans ces disciplines, et dont les ouvrages ont lancé le débat, illustrera ci-dessous mon propos. Citons l’impact particulier des travaux d’Américo Paredes sur le folklore de la frontière des États-Unis avec le Mexique (Paredes, 1958) et ceux des frères José David Ramón Saldívar et Ramón Saldívar sur le roman chicano (Calderón et Saldívar, José David 1991 ; Saldívar, Ramón 1990). N’oublions pas le rôle décisif joué par les publications de Geneviève Fabre sur la perception européenne des lettres latinos (Fabre, 1998). Et ne négligeons pas non plus les analyses de Suzanne Oboler (Oboler, 1995), Juan Flores (Flores, 1993), William Luis (Luis, 1997), Marc Zimmerman (Zimmerman, 1989), Margarite Fernández Olmos (Fernández Olmos, 1989), Ellen McCracken (McCracken, 1999) sur les questions liées à l’identité, à la sexualité et à la nationalité. Les presses universitaires ne peuvent plus se permettre de présenter des catalogues d’où seraient absentes les études latinos. Même les maisons d’éditions élitistes de New-York sont conscientes de l’explosion de curiosité et d’engagement universitaire dont nous sommes les premiers témoins.

  • 21 Rudolfo A. Anaya (né en 1927) a donné des romans ancrés dans son Sud-Ouest natal. Il a ainsi const (...)
  • 22 Pablo Medina (né en 1948) est né et a passé son enfance à Cuba. Il a donné de cette période un liv (...)
  • 23 Piri Thomas (né en 1928), né à New-York de parents cubain et portoricain, a vécu dans Spanish Harl (...)
  • 24 Junot Díaz (né en 1958), originaire de la République dominicaine, après des études aux États-Unis, (...)

23Parallèlement, en tant que catégorie littéraire, la littérature latino est plutôt jeune par rapport aux littératures d’autres groupes d’immigrants américains. La plupart de ces groupes ont été depuis longtemps partie prenante du célèbre melting pot, les Latinos aussi, mais il y a peu qu’ils sont perçus comme un seul et même groupe minoritaire. Leur immigration n’a pas encore pris fin, et il est probable que ce ne sera pas le cas dans un futur proche, étant donné les conditions économiques et politiques que connaît l’Amérique latine. Les tensions entre les divers sous-groupes nationaux, ainsi que les questions de race, de classe et de sexe, jouent un rôle important dans la définition d’une identité collective. Le débat sur l’identité, en particulier, emprunte des tons différents suivant qui en parle et suivant son origine. Il serait nécessaire de lire en parallèle des auteurs comme le Chicano Rudolfo Anaya21 (Anaya 1972 ; 1976 ; 1979 ; 1992 ; 2000), le Cubain Pablo Medina22 (Medina 1990 ; 1991 ; 1994 ; 1999 ; 2000), le Portoricain Piri Thomas23 (Thomas 1964 ; 1972 ; 1974 ; 1978) et le Dominicain Junot Díaz24 (Díaz 1996 ; 1997). La juxtaposition de leurs œuvres fournit des éclairages surprenants sur la complexité de l’identité latino au nord du Río Grande.

24Une liste de questions cruciales découle de ces observations. Quels liens ces auteurs entretiennent-ils avec ce qu’il est convenu d’appeler le « réalisme magique » du sud de la frontière ? Comment leur tradition peut-elle se comparer à la littérature des autres minorités ethniques des États-Unis, comme les Irlandais, les Italiens, les juifs ? Quelles en ont été les influences fondamentales et les facteurs historiques déterminants ? La littérature latino des États-Unis se présente-t-elle comme un défi à sa contrepartie latino-américaine, car les Latinos des États-Unis sont une extrémité de la civilisation hispanique, tout en étant une minorité ethnique, le Nord et le Sud en une même entité, en quelque sorte ? Au bout du compte, cette anthologie devrait simultanément définir et être le porte-parole de la tradition littéraire latino.

  • 25 William Edward Burghardt Du Bois (1868-1963), Noir américain, historien et sociologue, organise à (...)

25Au début du xxe siècle, l’historien et sociologue noir W.E.B. Du Bois25 annonça formellement que ce siècle serait caractérisé par une séparation des couleurs (the color line), je suis personnellement convaincu que le xxie siècle sera celui de la pluralité et celui de l’intégration interethnique et multinationale. En ce sens, les Latinos sont un microcosme, une somme de parties hétérogènes formant un tout. Si l’on veut que la démocratie soit renforcée aux États-Unis, il est fondamental de mieux connaître cette composante clé de la population et d’en comprendre la diversité interne.

Bibliographie

Références citées :

Álvarez, Julia (1991). How the García Girls Lost Their Accents. Chapel Hill, NC, Algonquin Books.

Álvarez, Julia (1994). In the Time of the Butterflies. Chapel Hill, NC, Algonquin Books.

Álvarez, Julia (1997). ¡Yo ! Chapel Hill, NC, Algonquin Books.

Álvarez Julia (2001). A Cafecito Story. White River Junction, Vt., Chelsea Green.

Anaya, Rudolfo A. (1972). Bless me, Ultima. Tonatiuh International.

Anaya, Rudolfo A. (1976). Heart of Aztlán. Berkeley, Calif., Editorial Justa Publications.

Anaya, Rudolfo A. (1979). Tortuga. Berkeley, Calif., Editorial Justa Publications.

Anaya, Rudolfo A. (1992). Alburquerque. Albuquerque, University of New Mexico Press.

Anaya, Rudolfo A. (2000). Elegy On the Death of César Chávez. El Paso, Tex., Cinco Puntos Press.

Augenbraum, Harold et llan Stavans, éds. (1993). Growing Up Latino : Memoirs and Stories. Boston, Houghton Mifflin.

Betances, Ramón Emeterio (1978-1981). Obras del doctor Ramón Emeterio Betances. Río Piedras, PR, Ediciones Huracán.

Burgos, Julia de (1975), Antología poética. San Juan de Puerto Rico, Editorial Coquí.

Burgos, Julia de (1982), Canción de la verdad sencilla. Río Piedras, PR, Ediciones Huracán.

Burgos, Julia de (1986), julia de Burgos : yo misma fui mi ruta. Río Piedras, PR, Ediciones Huracán.

Calderón, Hector et José David Saldívar éds. (1991). Criticism in the Borderlands : Studies in Chicano Literature, Culture, and Ideology. Durham, Duke University Press.

Castellanos, Juan de (1997). Elegfas de varones ilustres de Indias. Bogotá, Gerardo Rivas Moreno.

Cisneros, Sandra (1984). The House on Mango Street. Houston, Tex., Arte Publico Press.

Cisneros, Sandra (1987). My Wicked, Wicked Ways. Bloomington, Ind., Third Woman Press.

Cisneros, Sandra (1991). Woman Hollering Creek, and other stories. New York, Random House.

Cisneros, Sandra (2002). Caramelo, or, Puro cuento. New York, Knopf.

Colón, Jesús (1993). The Way It Was, and other writings. Houston, Arte Publico Press.

Colon Jesús (2001). Lo que el pueblo me dice : Crónicas de la colonia puertorriqueña en Nueva York. Houston, Tex., Arte Publico Press.

Díaz, Junot (1996). Drown. New York, Riverhead Books,

Díaz, Junot (1997). Negocios. New York, Vintage Books.

Fabre, Geneviève éd. (1988). European perspectives on Hispanic literature of the United States. International Conference on « Hispanic Cultures and Identities in the United States » (1986 : Paris, France). Houston, Arte Publico Press.

Fernández Olmos, Margarite (1989). Sobre la literatura puertorriqueña de aquí y de allá : aproximaciones feministas. Santo Domingo, República Dominicana, Editora Alfa & Oméga.

Flores, Juan (1993). Divided Borders : Essays on Puerto Rican Identity. Houston, Arte Público Press.

Flores, Juan (2000). From Bomba To Hip-Hop : Puerto Rican Culture and Latino Identity. New York, Columbia University Press, 2000.

García, Cristina (1992). Dreaming in Cuban. New York, Knopf.

García, Cristina (1997). The Agùero Sisters. New York, Knopf.

García, Cristina (2003). Monkey Hunting. New York, Knopf.

Garcilaso de la Vega, el Inca (1951). The Florida of the Inca ; a history of the adelantado, Hernando de Soto, Covernor and Captain General of the kingdom of Florida, and of other heroic Spanish and Indian cavaliers ; trad. angl. Austin, University of Texas Press,.

González, Juan (2000). Harvest of Empire : A History of Latinos in America. New York, Viking.

González, Ray, éd. (1994). Currents from the Dancing River : Contemporary Latino Fiction, Nonfiction and Poetry. San Diego, Harcourt Brace.

Heredia, José-Maria de (1984), Œuvres poétiques complètes de josé-Maria de Heredia. Paris, Les Belles Lettres.

Hijuelos, Oscar (1983). Our House in the Last World. New York, Persea Books.

Hijuelos, Oscar (1989). The Mambo Kings Play Songs of Love. New York, Farrar, Straus, Giroux.

Hijuelos, Oscar (1993). The Fourteen Sisters of Emilio Montez O’Brien. New York, Farrar, Straus and Giroux.

Hijuelos, Oscar (1999). Empress of the Splendid Season. New York, HarperFlamingo.

Hijuelos, Oscar (2002). A Simple Habana Melody (From When the World Was Good). New York, HarperCollins Publishers.

Hostos, Eugenio María de (1988), Obras completas. San Juan et Río Piedras, Editorial del Instituto de Cultura Puertorriqueña et Editorial de la Universidad de Puerto Rico/lnstituto de Estudios Hostosianos.

Kanellos, Nicolás, éd. (1982). A Decade of Hispanic Literature : An Anniversary Anthology. Houston, Revista Chicano-Riqueña.

Keller, Gary D. et Francisco jiménez, éds. (1980 et 1982). Hispanics in the United States : An Anthology of Creative Literature. Tempe, Az, et Ypsilanti, Mich., Bilingual Review Press.

Kino, Eusebio Francisco (1953). Cartas y relaciones sobre California. México, Vargas Rea.

Kino, Eusebio Francisco (1969). First from the gulf to the Pacific ; the diary of the Kino-Atondo peninsular expedition, December 14, 1684 – January 13, 1685 ; trad. angl. Los Angeles, Dawson’s Book Shop, 1969.

Kino, Eusebio Francisco (1989). Las misiones de Sonora y Arizona : comprendiendo la crónica titulada « Favores celestiales » y « Relación diaria de la entrada al noroeste ». México, Editorial Porrúa, 1989.

Luis, William (1997). Dance Between Two Cultures : Latino Caribbean Literature Written in the United States. Nashville, Vanderbilt University Press.

Martf, José (2002). Selected Writings ; trad. angl. New York, Penguin Books.

McCracken, Ellen (1999). New Latina Narrative : The Feminine Space of Postmodern Ethnicity. Tucson, University of Arizona Press.

Medina, Pablo (1990). Exiled Memories : A Cuban Childhood. Austin, University of Texas Press.

Medina, Pablo (1991). Arching Into the Afterlife. Tempe, Ariz., Bilingual Press/Editorial Bilingüe.

Medina, Pablo (1994). The Marks of Birth. New York, Farrar, Straus and Giroux.

Medina, Pablo (1999). The Floating Island. Buffalo, NY, White Pine Press.

Medina, Pablo (2000). The Return of Felix Nogara. New York, Persea Books.

Mena, María Cristina (1997). The Collected Stories of María Cristina Mena. Houston, Tex., Arte Público Press.

Núñez Cabeza de Vaca, Alvar (2002). Chronicle of the Narváez Expedition ; traduit par Fanny Bandelier ; revu et annoté par Harold Augenbraum ; introduction d’Ilan Stavans. New York, Penguin Classics, 2002.

Oboler, Suzanne (1995). Ethnic Labels, Latino Lives : Identity and the Politics of (Re)presentation in the United States, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Paredes, Américo (1958). « With His Pistol in His Hand » : A Border Ballad and Its Hero. Austin, University of Texas Press.

Thomas, Piri (1967). Down These Mean Streets. New York, Knopf.

Thomas, Piri (1972). Savior, Savior, Hold My Hand. Garden City, NY, Doubleday.

Thomas, Piri (1974). Seven Long Times. New York, Praeger Publishers.

Thomas, Piri (1978). Stories from El Barrio. New York, Knopf.

Romano-V., Octavio Ignacio, et Herminio Ríos C, éds. (1972). El Espejo-The Mirror ; Selected Chicano Literature. Berkeley, Calif., Quinto Sol.

Saldívar, Ramón (1990). Chicano Narrative : The Dialectic of Difference. Madison, Wis., University of Wisconsin Press.

Serra, Junípero (1967). Diario : the journal of Padre Serra, from Loreto, the capital of Baja California, to San Diego, capital of the new establishments of Alta California, in three months and three days, March 28 to July 7, 7 769. San Diego, Calif., Don Diego’s Libreria.

Serra, Junípero (1984). Escritos de Fray junípero Serra. Petra, Mallorca, S. Vicedo.

Suro, Roberto (1999). Strangers among us : Latino Lives in a Changing America. New York, Vintage.

Valdez, Luis et Stan Steiner (1972). Aztlán : An Anthology of Mexican American Literature. New York, Knopf.

Villagrá, Gaspar Pérez de (1993). Historia de la Nueva México. Córdoba, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia, Centro Regional de Baja California.

Williams, Carlos William (2002). Poems. Urbana, University of Illinois Press.

Zimmerman, Marc (1989). US Latino Literature : The Creative Expression of a People. Chicago, III., Chicago Public Library.

Notes

1 L’auteur développe ici certains thèmes abordés dans son article donné au Cambridge Companion to Modem Latin American Culture, John King, éd., Cambridge, UK, Cambridge University Press, 2004. Il tient à remercier Annick Tréguer pour la traduction et l’adaptation de ce texte en français.

2 Roberto Suro a été journaliste à Time Magazine (1978-1985), puis au New York Times (1986-1993) et au Washington Post (1994-2001). Sur l’immigration latino, il est l’auteur de plusieurs essais, Remembering the American Dream (1994), Watching America’s Door (1996) et Strangers Among Us (1998). Depuis 2001, il est directeur du Pew Hispanic Center.

3 Juan Gonzalez (né en 1947) est chroniqueur au New York Daily News depuis 1988 et a obtenu à ce titre le prix George Polk du journalisme 1998. Dans les années soixante-dix, il participa à la fondation du Young Lords Party, un groupe de militants portoricains ; puis, à partir de 1981, il présida le Congrès national pour les Droits des Portoricains.

4 Matthew Arnold (1822-1888) est l’auteur de recueils de poémes, The Strayed Reveller (1849), Empedocles on Etna (1852), Poems (1853) et News Poems (1867), et occupa la chaire de poésie à Oxford de 1857 à 1867. Il participa également aux grands débats de la critique littéraire et artistique de son siècle avec Essays in Criticism (1865), Culture and Anarchy (1869) et Literature and Dogma (1874).

5 Cité dans Lionel Trilling, éd. (1949). The Portable Matthew Arnold. New York, Viking, p. 261.

6 Luis Valdez (né en 1940) fonda en 1965 le Teatro Campesino, troupe militante qui soutint le mouvement des ouvriers agricoles chicanos lancé par César Chávez. Valdez a apporté une contribution considérable à la culture chicana, entre autres avec El Centro Campesino Cultural. Il est le premier auteur chicano à avoir été joué à Broadway, avec Zoot Suit (1978). Il réalisa aussi plusieurs films dont La Bamba (1987) qui relate la brève existence du chanteur de rock chicano Richie Valens.

7 La « Harlem Renaissance » est le premier grand mouvement littéraire et artistique des Noirs aux États-Unis, entre 1920 et 1930. L’on compte, parmi ses grandes figures, Langston Hughes, Countee Cullen, Claude McKay, Zora Neale Huston, Jean Toomer, James Weldon Johnson.

8 Ray González (né en 1952), originaire d’EI Paso, Texas, est à la fois poète, essayiste, éditeur et enseignant. Memory Fever : A journey Beyond El Paso del Norte (1993) recueille ses souvenirs d’enfance. Le Sud-Ouest est également central dans son autre essai, The Underground Heart : Essays From Hidden Landscapes (2002). Il est l’auteur de recueils de nouvelles, The Chost of John Wayne (2001) et Circling the Tortilla Dragon : Short Fiction (2002). Il dirige la revue de poésie, The Bloomsbury Review, depuis 1982.

9 Jesus Colon (1901 -1974) quitte à 16 ans Porto-Rico pour New-York où tout en faisant divers petits métiers et militant au Parti communiste américain, il écrit. Aves ses chroniques tenues à partir de 1955 dans le Daily Worker, l’organe du Parti, et son livre, A Puerto Rican in New York (1961), il est l’un des rares auteurs latinos de son époque à écrire directement en anglais. Il dirige également Hispanic Publishers qui publie en espagnol de l’histoire, de la politique et de la littérature.

10 María Cristina Mena (1893-1965) est envoyée à New-York par sa famille lors des troubles annonçant la Révolution mexicaine. En 1913, elle publie sa première nouvelle. Mariée au dramaturge australien Chambers, elle se lie d’amitié à D. H. Lawrence. Son œuvre est constituée de recueils de nouvelles et de contes pour enfants inspirés des légendes mexicaines : The Water-Carrier’s secrets (1942), The Two Eagles (1943), The Bullfighter’s Son (1944), The Three Kings (1946), Boy Heroes of Chapultepec, A Story of the Mexican War (1953).

11 José Martí (1853-1895) a combattu toute sa vie pour l’indépendance de Cuba, ce qui l’a contraint à l’exil à Paris, au Mexique, au Guatemala et surtout à New-York. Pour son combat, il se fait journaliste, orateur, poète. En 1891, il fonde le Parti révolutionnaire cubain dont le projet politique est contenu dans son « Manifeste de Montecristi ». En 1895, il regagne son île et se mêle aux combats où il trouve la mort.

12 Eugenio María de Hostos (1839-1903) ne milite pas activement que pour l’indépendance de son île, Porto-Rico, mais également pour celle de l’ensemble des Antilles. Et, en plus de l’affranchissement politique, il réclame aussi l’abolition de l’esclavage, l’émancipation sociale et surtout la diffusion de l’éducation publique dans toute l’Amérique latine. Après 1898, il participe à une délégation pour demander à Washington un référendum à Porto-Rico, en vain.

13 José Maria de Heredia (1842-1905) a choisi de quitter Cuba pour la France. Son œuvre principale, Les Trophées, laisse poindre par instants la nostalgie des Tropiques et des lointains.

14 Ramón Emeterio Betances (1827-1898), né à Cabo Rojo (Porto-Rico), a été un partisan de l’abolition de l’esclavage, de l’indépendance des Antilles hispaniques et de la fédération des nations antillaises. Considéré par certains comme le « père de la patrie portoricaine », il a vécu la majeure partie de sa vie en exil, dont vingt-sept ans à Paris, où, tout en exerçant comme médecin, il a déployé une énergie considérable en tant que propagandiste, organisateur et porte-parole politique.

15 Julia de Burgos (1914-1953) est considérée comme la plus célèbre poétesse portoricaine, avec « Poemas exactos a mí misma » (1937), « Río Grande de Loíza » (1937), « Poema en veinte surcos » (1938), « El mary tú » (1941 -1954), « Canción de la verdad sencilla » (1939). Dans les années quarante, elle vécut à Cuba, Washington et New-York, et prit part à la vie littéraire, rencontrant notamment Neruda. « Farewell in Welfare Island » (1953), son dernier poème, est marqué par la désespérance.

16 William Carlos Williams (1883-1863), d’origine portoricaine par sa mère, a été un des principaux poètes du courant « Imagist ». Proche de Pound et d’Eliot à ses débuts, il a influencé les jeunes poètes des années cinquante et 60, comme Allen Ginsberg et le mouvement « Beat ». Il reçut le prix Pulitzer de littérature l’année de sa mort.

17 Oscar Hijuelos (né en 1951), d’une famille cubaine vivant à New-York, est le premier Hispanique à recevoir le prix Pulitzer du roman, pour The Mambo Kings Play Songs of Love (1989), à propos de musiciens cubains jouant à New-York dans les années cinquante. La même ambiance est reprise dans son Empress of the Splendid Season (1999), roman d’une femme de chambre cubaine à Manhattan. Il donne son interprétation du machisme dans The Fourteen Sisters (1993).

18 Cristina Garcfa (née en 1958) quitta Cuba à l’âge de 2 ans et grandit à New-York. Elle a été journaliste à Time Magazine. Ses romans portent sur la confrontation des identités émigrées à une autre culture : une famille cubaine des années trente aux années quatre-vingt dans Dreaming in Cuban (1992) ; recherche de la « cubanéité » dans The Aguero Sisters (1997) ; saga d’une famille chinoise écartelée entre la Chine, l’Amérique, le Vietnam et Cuba dans Monkey Hunting (2003).

19 Julia Alvarez (née en 1950) passe son enfance à Saint-Domingue. En 1960, sa famille émigre, son père s’opposant à la dictature de Trujillo, ce qu’elle évoque dans ses romans, In the Time of the Butterflies (1994) et Before We Were Free (2002). À partir de 1975, tout en enseignant, elle se consacre à sa vocation littéraire. Elle aborde la question de l’identité avec les García Girls (1991), de jeunes filles de Latinos émigrés aux USA et happées par les années soixante, et avec jYo ! (1997).

20 Sandra Cisneros (née en 1954), Chicana née à Chicago, s’est attachée à déconstruire l’aliénation des femmes chicanas mais aussi à une reconstruction de cette identité. Son œuvre est plurielle : des romans tels The House on Mango Street (1984) ou Caramelo (2002), des nouvelles, des poésies, comme Bad Boys et Loose Woman (1994), un livre pour enfants, Pelitos (1994), des articles dans les publications les plus diverses telles que Clamour, The New York Times, The Los Angeles Times, The Village Voice ou Revista Chicano-Riqueña.

21 Rudolfo A. Anaya (né en 1927) a donné des romans ancrés dans son Sud-Ouest natal. Il a ainsi constitué une « New Mexican Trilogy » avec Bless Me, Ultima (1972), Heart of Aztlán (1976) et Tonuga (1979). Sa quête de l’origine recoupe celle du père dans Alburquerque (1992), dont le r supplémentaire rappelle la prononciation originelle. Il a également bâti une épopée poétique, Adventures of Juan Chicaspatas (1985), et même écrit des drames comme Billy the Kid (1999).

22 Pablo Medina (né en 1948) est né et a passé son enfance à Cuba. Il a donné de cette période un livre de souvenirs, Exiled Memories : A Cuban Childhood (1990). Il est à la fois romancier, avec The Marks of Birth (1994) et The Return of Felix Nogara (2000), et poète, avec Arching into the Afterlife (1991), The Floating Island (1999) et Puntos de apoyo (2002).

23 Piri Thomas (né en 1928), né à New-York de parents cubain et portoricain, a vécu dans Spanish Harlem qu’il décrit dans son plus célèbre roman, Down These Mean Streets (1967), ainsi que dans ses Stories from El Barrio (1978). Seven Long Times (1974) relate son expérience de la prison dont il sortit en 1956.

24 Junot Díaz (né en 1958), originaire de la République dominicaine, après des études aux États-Unis, se consacre à l’écriture. Dans son livre le plus fameux, Drown (1996), il retravaille la langue alliant regard clinique, licence poétique et forme argotique.

25 William Edward Burghardt Du Bois (1868-1963), Noir américain, historien et sociologue, organise à l’Université d’Atlanta de 1897 à 1910 les conférences « Studies of the Negro Problem ». Dans The Souls of Black Folk (1903), son principal ouvrage, il évoque la color line. En 1910, il participe à la fondation de la National Association for the Advancement of Colored People, dont il est l’un des principaux dirigeants jusqu’en 1934. En 1961, il adhère au Parti communiste américain, puis s’installe au Ghana dont il prend la nationalité l’année de sa mort.

Notes de fin

* Professeur de littérature hispanique à Amherst College, Massachusetts.

Table des illustrations

Légende JOSÉ MARTI (1853-1895), UN DES PÈRES DE L'INDÉPENDANCE CUBAINE, A PASSÉ DE LONGUES ANNÉESD'EXIL EN FLORIDE ET À NEW-YORK. AFFICHE DE PROPAGANDE À VARADERO (CUBA).CLICHÉ : ALAIN MUSSET.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540