Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Latinos des USA

 | 
James Cohen
, 
Annick Tréguer

Deuxième partie. De l'immigré au citoyen : le vote des latinos

Représentation politique et vote des Mexicains Américains

Isabelle Vagnoux

Texte intégral

  • * Maître de conférences d’études américaines, Université Aix-Marseille l/CREALC (IEP d’Aix-en-Proven (...)

1Note portant sur l’auteur*

MEXICAN MARKET À EAST LOS ANGELES (CLICHÉ : ANNICK TRÉCUER).

  • 1 Estimations des services du Recensement fin 2003.
  • 2 Nous avons choisi ici de ne tenir compte ni du représentant de Porto-Rico, Anibal Acevedo Vilá, qu (...)

2Avec près des deux tiers de la population hispanique vivant aux États-Unis et forte de quelque 23 millions d’âmes1, la communauté d’origine mexicaine constitue de loin la part la plus importante de la première minorité du pays. Il n’y a donc rien d’étonnant dans le fait que les Mexicains Américains occupent 15 des 22 sièges2 détenus par des Hispaniques au Congrès fédéral, soit une représentation équitable, et qu’ils obtiennent la majorité des postes accordés aux Hispaniques par le chef de l’État au sein du gouvernement fédéral.

3Pour autant, il serait erroné de conclure que la représentation politique de la communauté d’origine mexicaine est proportionnelle à la part qu’elle occupe dans l’ensemble de la population américaine. Alors qu’elle représente 8 % de celle-ci, elle ne compte que 3,4 % des représentants au Capitole et aucun sénateur ni maire de grande ville à ce jour, même si, dans un passé relativement récent, San Antonio et Denver ont effectivement été dirigées par des maires d’origine mexicaine. Depuis 2002, le Nouveau-Mexique a retrouvé en Bill Richardson un gouverneur latino, mais le phénomène demeure un cas isolé. Comme l’ensemble des Hispaniques, à l’exception notoire des Cubains Américains, la communauté souffre d’une sous-représentation au niveau fédéral. Au niveau local, les choses diffèrent quelque peu : dans les États du Sud-Ouest, la représentation est plus équitable, voire largement majoritaire dans certaines villes de la basse vallée du Rio Grande.

LES RAISONS DE LA SOUS-REPRÉSENTATION

4Cette sous-représentation patente tient essentiellement à la faible proportion de votants effectifs, en général autour de 20 %, même si ponctuellement ou localement celle-ci peut atteindre 30 % ou 40 %. Deux raisons majeures expliquent ces chiffres. Tout d’abord, la jeunesse de la communauté : 37 % de ses membres ont moins de 18 ans (22,8 % pour les Blancs non hispaniques et 34,4 % pour l’ensemble des Latinos) et donc ne votent pas mais constituent en revanche un formidable potentiel pour l’avenir. En outre, environ un tiers de la communauté est composé de ressortissants mexicains qui, par définition, ne peuvent voter aux États-Unis. Accroître le potentiel politique de la communauté passe donc obligatoirement par des campagnes de régularisation de clandestins et de naturalisation. C’est là un des objectifs principaux des grandes associations hispaniques nées du mouvement de revendication ethnique des années 1960, le Mexican American Legal and Defense Educational Fund (MAL-DEF), le National Council of La Raza (NCLR), le Southwest Voter Registration and Education Project (SVREP) et la National Association of Latino Elected Officiais (NALEO) dont la démarche peut se résumer en quatre étapes : la régularisation des clandestins ; la naturalisation des immigrés ; l’inscription sur les listes électorales ; l’encouragement à l’acte de vote. A l’évidence, de l’immigré au citoyen, longue est la route, semée d’embûches multiples, avec une déperdition à chaque étape.

DE L’IMMIGRÉ AU CITOYEN

La régularisation

  • 3 On trouvera le texte des remarques du président Bush sur la politique d’immigration, « Bush’s Rema (...)

5Cette question concerne environ 4 millions de clandestins mexicains, soit la moitié des clandestins présents aux États-Unis. Par définition, ces chiffres ne sont que des approximations que les partisans d’une frontière fermée aiment à gonfler (certains n’hésitent pas à parler de 12 millions de sans-papiers) pour provoquer l’adoption d’une politique migratoire restrictionniste. Depuis des décennies, Washington est confronté au problème de l’attitude à adopter face à ces personnes qui n’ont pas le droit de résider et de travailler aux États-Unis mais qui sont devenues un rouage indispensable de l’économie du pays. Reconduite à la frontière, surveillance accrue de cette dernière et multiplication des contrôles alternent avec les campagnes de régularisation. Alors qu’aux tout premiers jours de septembre 2001, lorsque les relations entre Washington et Mexico connaissaient une rare lune de miel, l’espoir était grand d’obtenir à court terme la régularisation d’un nombre significatif de sans-papiers, les attentats du 11 septembre et la psychose terroriste subséquente ont rendu le gouvernement américain extrêmement frileux sur ce point et ont conduit à une stratégie d’évitement. Néanmoins, s’il n’est plus question aujourd’hui d’une mesure de grande envergure qui permettrait à tous les immigrés de vivre au grand jour en toute légalité, le processus normal de régularisation de petits contingents de clandestins se poursuit chaque année et la réforme proposée par le président George W. Bush en janvier 2004 – si toutefois elle reçoit l’agrément du Congrès – pourrait permettre de faire sortir de l’ombre tous ceux ayant un emploi ou pouvant faire état d’une offre de recrutement3.

La naturalisation

6Traditionnellement, les Mexicains figurent parmi les groupes nationaux ayant le taux de naturalisation le plus faible aux États-Unis. Avec seulement 20 % de leurs immigrés naturalisés en 2000 (19,7 % pour les Salvadoriens), ils viennent loin derrière les Chinois (47 %), les Cubains (58 %) ou les Philippins (63 %). Plusieurs raisons expliquent ce phénomène : la proximité du pays natal qui implique pour certains un engagement moindre dans le pays d’accueil, phénomène qui ne se limite d’ailleurs pas aux seuls Mexicains et que l’on constate dans d’autres régions du globe ; l’intention de retourner vivre au pays un jour, alors que, dans les faits, la vaste majorité reste aux États-Unis ; enfin, la complexité de la démarche administrative. Les formulaires peuvent paraître difficiles à remplir, les examens d’histoire américaine et d’anglais, simples en soi, sont susceptibles de décourager les moins instruits ; l’attente, parfois longue de deux ou trois ans avant d’obtenir une réponse positive, constitue également un facteur de renonciation ; enfin, le coût du dossier, qui a quadruplé ces dix dernières années pour atteindre 260 dollars, somme peu élevée en soi pour obtenir le sésame du « rêve américain » mais sans doute dissuasive pour les plus modestes.

7Pourtant, l’on a constaté dans les années 1990 une augmentation sensible du nombre de Mexicains naturalisés, conséquence directe des lois hostiles aux immigrés adoptées en 1994 en Californie (Proposition 187 privant les clandestins de l’accès aux services publics) et en 1996 sur l’ensemble du territoire, mesures qui ont généré une réelle inquiétude parmi les immigrés dont certains vivaient paisiblement depuis des décennies sans jamais avoir véritablement songé à adopter la nationalité américaine. À partir de 1996, la nationalité américaine devient pour des dizaines de milliers d’entre eux garante de leur tranquillité dans le pays où ils ont choisi de vivre.

NOMBRE D’IMMIGRÉS MEXICAINS NATURALISÉS AMÉRICAINS (PAR ANNÉE FISCALE)

NOMBRE D’IMMIGRÉS MEXICAINS NATURALISÉS AMÉRICAINS (PAR ANNÉE FISCALE)

Source : Yearbook of Immigration Statistics, http://www.immigration.gov/​graphics/​shared/​aboutus/​statistics

8L’inflation constante du coût de la carte verte permettant aux immigrés de résider et de travailler dans le pays contribue également à expliquer cette poussée des naturalisations au sein de la communauté mexicaine : il est désormais presque aussi onéreux d’obtenir une carte verte que la naturalisation qui, elle, gomme tous les problèmes inhérents au statut d’« étranger ».

9En revanche, la loi adoptée par le gouvernement mexicain en 1996, accordant aux nouveaux naturalisés la possibilité de conserver leur nationalité d’origine, n’a pas produit les effets escomptés. Puisque, d’un point de vue psychologique, le lien ombilical avec le pays natal n’était pas rompu, Mexico pensait que cela conduirait à une augmentation importante du nombre de naturalisations, et donc à une meilleure insertion sociale de ses hijos de afuera. Certes, l’on note une recrudescence de naturalisations de Mexicains en 1999 et 2000 (mais bien moins qu’en 1996, avec des demandes déposées deux ans auparavant) ; certes, plus de Mexicains passent à l’acte aujourd’hui qu’avant 1995, mais le pourcentage demeure faible au regard des multiples efforts entrepris aussi bien par Mexico que par les associations hispaniques aux États-Unis. Ces résultats confirment les conclusions d’une étude menée en 1996 (The Tomás Rivera Center 1996) par un centre de recherches, le Tomás Rivera Policy Institute, qui montrait alors que les droits inhérents à la double nationalité (droits de propriété et d’héritage, de vote et d’éligibilité dans les deux pays) n’affectaient guère la décision de naturalisation. Pour preuve, les Boliviens qui, malgré l’obligation de renoncer à leur nationalité d’origine, avaient un taux de naturalisation de 50 %, alors que celui des Dominicains, qui jouissent du droit à la double nationalité, atteignait à peine 22 % (34 % en 2000). Dans le même temps, un sondage effectué pour la NALEO auprès des immigrés en situation régulière faisait clairement ressortir qu’en tant qu’encouragement à la naturalisation, la double nationalité se plaçait loin derrière les avantages économiques ou sociaux (NALEO Educational Fund 1998).

10À l’évidence, cette deuxième étape constitue toujours un véritable obstacle sur le chemin de la participation politique de la communauté d’origine mexicaine. Depuis septembre 2001 et la mise en place de nouvelles structures fédérales (Homeland Security Department), la porte semble s’être quelque peu refermée. Ainsi, en 2002, le nombre total de naturalisations a baissé de 35 % par rapport à 2000. Pour ce qui concerne les Mexicains, le nombre de leurs naturalisations ont accusé une chute de 60 %…

L’inscription sur les listes électorales et le vote

11C’est là une autre difficulté car en dehors des périodes de crise où les immigrés naturalisés sentent leurs intérêts menacés, en dehors des moments d’euphorie où des candidats hispaniques charismatiques se présentent aux élections (on se souvient de la candidature de Villaraigosa à la mairie de Los Angeles en 2001), l’intérêt pour ces dernières demeure limité. Les associations hispaniques multiplient les campagnes d’inscription sur les listes électorales et les incitations au vote mais les chiffres montrent que la poussée du nombre d’inscrits ne se traduit pas systématiquement par une augmentation de votants proportionnelle à la croissance continue de la communauté, comme le constate en 2002 un rapport du Tomás Rivera Policy Institute qui conclut que « même si elles obtiennent de beaux succès, les campagnes d’inscription sur les listes électorales n’augmentent pas de façon significative la participation électorale » (The Tomás Rivera Policy Institute 2002 : 7).

  • 4 Les études dont nous disposons ne permettent pas de distinguer la participation des Mexicains Amér (...)

12La grande complexité du processus électoral et de l’acte de vote en lui-même (le « bulletin » de vote pour l’élection du gouverneur de Californie, en octobre 2003, comportait jusqu’à treize pages dans certaines circonscriptions !) dissuade les moins instruits et, dans une communauté appartenant majoritairement à la classe ouvrière, les préoccupations des familles sont bien plus d’ordre économique que d’ordre politique. Si engagement il y a, il se situera plutôt au niveau syndical, communautaire ou éducatif, ce dernier constituant souvent la première étape pour obtenir un poste électif dans les Boards of Education. Ainsi, les chiffres officiels montrent que pour l’élection présidentielle de 2000, seuls 27,5 % des adultes hispaniques4 ont déclaré avoir voté, contre 56,4 % des Blancs et 53,5 % des Noirs. Si l’on affine l’analyse en excluant les Hispaniques n’ayant pas la nationalité américaine et donc en comparant le pourcentage de vote parmi les différents groupes de citoyens, l’on obtiendrait en revanche pour l’ensemble de la communauté une participation inférieure d’environ seulement 10 % à celle des Blancs.

13Pourtant, de tous les côtés, l’on multiplie les efforts pour encourager le vote et la visibilité politique des Hispaniques, même si les associations ethniques les jugent encore insuffisants. Depuis 1975, un amendement au Voting Rights Act de 1965 prévoit l’impression de bulletins de vote bilingues dans les circonscriptions à forte population non anglophone afin d’encourager les nouveaux citoyens à venir voter même s’ils ne maîtrisent pas la langue anglaise. Dans les centres de vote de ces circonscriptions, toutes les explications relatives à un vote, on l’a vu, souvent complexe, sont également données dans les deux langues. Certains États offrent en outre la possibilité aux électeurs de voter quelque deux semaines avant la date officielle, à un moment qui leur convient et qui ne les oblige pas à prendre sur leur temps de travail. Enfin, depuis 1982, des circonscriptions « à majorité minoritaire » (en d’autres termes, dont la majorité de la population appartient à une minorité) ont été créées pour faciliter l’élection de candidats issus des minorités noire ou hispanique, l’amendement de 1982 à la loi de 1965 invalidant en effet toute loi locale qui aurait pour effet de diluer la force de vote des minorités. Certaines circonscriptions ont donc été façonnées pour la circonstance, d’autres ont été redécoupées. La plupart des représentants mexicains américains au Congrès fédéral ont d’ailleurs été élus sur ces sièges presque « réservés ». Après chaque recensement décennal et en fonction de la nouvelle répartition de la population, les États procèdent à un vaste redécoupage électoral, enjeu de toutes les manœuvres politiques imaginables. Les Hispaniques dans leur ensemble ont su profiter de ces mouvements décennaux pour accroître leur présence au Capitale : ils ont ainsi gagné 4 sièges en 1982, 6 en 1992 (un record) et 3 en 2002. On ne peut donc nier qu’il existe un réel effort de la part des autorités pour éviter les abus discriminatoires du passé, lorsque tout était fait pour dissuader les Mexicains Américains de voter, même si, aujourd’hui, cette volonté semble s’essouffler quelque peu et s’il est désormais de bon ton, parmi certains cercles conservateurs, de mettre l’accent sur l’élection « au mérite ».

UN ÉLECTORAT TRES COURTISÉ

14À n’en point douter, malgré les multiples écueils qu’ils trouvent sur leur route, les Hispaniques dans leur ensemble et la communauté d’origine mexicaine en particulier constituent un électorat potentiellement prometteur dont les politiques de tout poil cherchent à susciter l’intérêt et à attirer le vote. Alors que le Parti démocrate est traditionnellement depuis le xixe siècle le parti des immigrés, les républicains se montrent depuis quelques années beaucoup plus entreprenants que leurs adversaires dans leur quête du vote hispanique. Présents aux cérémonies de naturalisation, ils invitent sans perdre de temps les tout nouveaux citoyens à venir rejoindre les rangs de leur parti. Les campagnes électorales se sont également hispanisées à tous les niveaux : il s’agit de créer un lien de complicité, voire de confraternité, avec les électeurs hispanophones, d’où la multiplication des discours – ou des bribes de discours –, des spots et des panneaux publicitaires en espagnol, voire au cours des primaires du Texas en 2002, des débats entre les candidats menés exclusivement en espagnol.

15Mais que l’on ne se méprenne pas : les électeurs préféreront toujours un candidat solide, même s’il n’est pas hispanique, à un candidat ethnique dont le programme ne leur paraît pas convaincant. Ainsi, en 1992, la 29éme circonscription du Texas (Houston), nouvellement redécoupée pour donner un élu ethnique à une population hispanique à plus de 60 % (et très majoritairement d’origine mexicaine), a élu à la surprise générale un candidat anglo, Gene Green, aux dépens d’un Hispanique qui ne leur inspirait guère confiance. Certes, il convient de souligner que même les circonscriptions « à majorité minoritaire » recèlent en fait une majorité d’électeurs non hispaniques par le jeu du nombre important d’étrangers non naturalisés, électeurs qui, dans le cas de Houston, ont certainement pesé dans le résultat final. Il n’importe. Depuis plus de dix ans, malgré un électorat hispanique en augmentation constante, Gene Green est toujours à la tête d’une circonscription initialement censée revenir à un candidat hispanique. Cet exemple n’est pas unique. En 2003, lors de l’élection spéciale pour le poste de gouverneur de Californie, 52 % des Hispaniques ont certes voté pour le vice-gouverneur d’origine mexicaine, Cruz Bustamante… mais 30 % se sont laissé séduire par Schwarzenegger, icône du rêve américain. Le vote « ethnique » n’est donc jamais assuré car, outre la présence d’électeurs non hispaniques dans toutes les circonscriptions « à majorité minoritaire », l’électorat latino vote, comme les autres, en fonction des programmes proposés, de l’expérience des candidats et… de leur personnalité.

16Démocrates et républicains se disputent âprement ce potentiel électoral prometteur dont l’affiliation politique, contrairement à celle des Noirs, n’apparaît pas figée et se montre susceptible d’évoluer. Certes, la majorité des Mexicains Américains vote démocrate ; certes, 80 % des élus d’origine mexicaine sont démocrates, mais d’après une enquête réalisée en 2002, si 49 % des Mexicains Américains inscrits sur les listes électorales se déclarent démocrates contre seulement 19 % républicains, 32 % se déclarent « indépendants », « autres » ou ne se prononcent pas (Pew Hispanic Center-Kaiser Family Foundation 2002), soit 32 % susceptibles, donc, de tomber dans l’escarcelle des uns ou des autres, même si, à ce jour, l’on sait que les « indépendants » finissent le plus souvent par voter démocrate.

17Les républicains savent en effet que les Mexicains Américains ne correspondent pas vraiment au portrait idéologique type des démocrates : ils sont plus conservateurs que ces derniers sur les questions économiques et sociétales (ils tendent, par exemple, à se montrer hostiles à l’avortement ou aux droits des homosexuels, prennent très au sérieux le patriotisme, y compris lorsque cela implique une intervention armée, et placent la famille au premier rang de leurs priorités), mais se situent plus à gauche que les républicains sur les questions sociales (éducation, santé, engagement du gouvernement dans la vie économique). En d’autres termes, ils ont des besoins démocrates et des valeurs républicaines. Le démocrate Juan Vargas, élu local de San Diego, illustre à la perfection cette ambiguïté lorsqu’il déclare, à la suite des manifestations protestant, parfois violemment, contre les lois anti-immigrés passées en 1994 et 1996 : « C’est mal de brûler notre drapeau et de démolir nos institutions. Il faut réhabiliter les valeurs américaines, aujourd’hui démodées, et mettre l’accent sur le travail, la discipline et la famille » (Congressional Quarterly Weekly 1996 : 816). Paroles d’un élu démocrate d’origine mexicaine…

  • 5 Sondages effectués par l’agence Bendixen pour le Pew Hispanic Center. La première enquête a été co (...)

18Diverses études ont également montré que l’adhésion au Parti républicain croît à mesure que les revenus augmentent. Du coup, celui-ci sait qu’il peut gagner du terrain au sein de la communauté et il ne ménage pas ses efforts de séduction. Le président Bush constitue un bon exemple de républicain ayant un certain impact sur cet électorat : lors de sa réélection au poste de gouverneur du Texas, en 1998, il a obtenu près de 50 % du vote latino. Aux élections présidentielles de 2000, il a obtenu 35 % de ce vote au plan national (un peu moins bien que la performance de Ronald Reagan avec 38 %) et 42 % au Texas, ce qui, certes, ne lui donne pas la majorité du vote hispanique mais un score supérieur à celui généralement obtenu par le Parti républicain. Cette tendance est confirmée par un sondage conduit en août 2002 par le Public Policy Institute of California qui montrait que 72 % des Hispaniques de l’Etat, en grande partie d’origine mexicaine, approuvaient la manière dont le président Bush gérait les affaires du pays. Certes, à cette époque, le traumatisme du 11 septembre avait resserré les rangs autour du président qui bénéficiait alors d’une cote de popularité rarement égalée, mais d’autres sondages menés ultérieurement ont confirmé, avec des chiffres un peu plus faibles, une certaine satisfaction de la communauté d’origine mexicaine à l’égard des performances présidentielles. Ainsi, le sondage réalisé pour le Pew Hispanic Center entre le 3 et le 6 avril 2003, juste après l’invasion américaine en Irak, montre que 68 % des Hispaniques pensent que Bush gère « très bien » ou « bien » la guerre (Pew Hispanic Center 2003). Certes, ces indices de satisfaction fluctuent et sont moins élevés aujourd’hui, mais un sondage effectué pour ce même institut en Californie en septembre 2003 confirme que 47 % des électeurs hispaniques (essentiellement d’origine mexicaine dans cet État) ont une opinion « très positive » ou « positive » du président, score à rapprocher des 52 % d’Anglos qui partagent cette opinion, contre seulement 28 % des Africains Américains (Pew Hispanic Center-USC Annenberg School for Communication, The Tomás Rivera Policy Institute et al. 2003). Pour l’ensemble de la minorité hispanique sur le territoire, ils sont encore 46 % en décembre 2003 et 54 % en janvier 2004 à juger que George W. Bush est un « excellent » ou un « bon » président5. Certes, la popularité dont jouit le président Bush auprès des Hispaniques et des Mexicains Américains en particulier, même si elle est susceptible d’évoluer à la baisse en fonction des événements, n’est pas forcément intégralement transférable au Parti républicain qui a encore une longue route à parcourir avant de pouvoir concurrencer le Parti démocrate dans le cœur de la communauté d’origine mexicaine. L’idéal, pour la réélection de George W. Bush en 2004, serait, comme il le souhaitait avant le 11 septembre 2001, d’accorder, d’une manière ou d’une autre, la régularisation des clandestins, ce qui lui vaudrait sans doute la sympathie de l’électorat mexicain américain. Mais son parti est-il prêt à aller aussi loin ? Le Congrès le suivra-t-il dans cette direction ? Quelle sera la teneur du texte final d’une loi qui ne sera vraisemblablement pas votée avant les élections ? À moins que la communauté doive se contenter d’alléchantes promesses destinées avant tout à capturer son vote…

19A l’évidence, l’avenir du vote mexicain américain demeure intimement lié à l’épineuse question migratoire qui provoque de houleux débats au Capitale depuis les années 1920… Il apparaît clairement que ce vote, très prometteur à moyen terme pour la présence politique de la communauté aux États-Unis, ne pourra donner sa pleine mesure que lorsque la proportion d’étrangers aura diminué et que la communauté sera stabilisée. C’est ainsi que, bien plus qu’une simple question électorale, le vote mexicain américain constitue une trame complexe où se mêlent immigration, politique étrangère (Mexico exerce de fortes pressions pour que ses expatriés jouissent d’un statut plus sécurisant et ne voit pas d’un mauvais œil leur américanisation tant que les liens avec la patrie d’origine demeurent étroits), politique intérieure et intérêts particuliers.

Bibliographie

Références citées

Congressional Quarterly Weekly (1996). 23 mars 1996.

NALEO Educational Fund (1998). Newly-Naturalized Latinos Inspired by Opportunity to Vote and are Ready to Participate. Communiqué de presse. 28 octobre 1998.

Pew Hispanic Center (2003). Survey of Latino Attitudes on the War with Iraq. 3-6 avril 2003.

Pew Hispanic Center (2004). Latino Attitudes on the War in Iraq, the Economy and the 2004 Election. 8 janvier 2004. http://www.pewhispanic.org.

Pew Hispanic Center-Kaiser Family Foundation (2002). National Survey of Latinos : The Latino Electorate. Octobre 2002. http://www.pewhispanic.org.

Pew Hispanic Center-USC Annenberg School for Communication, The Tomás Rivera Policy Institute et al. (2003). 2003 Multilingual Survey of California Voters. 25 septembre 2003. http://www.pewhispanic.org.

The Tomás Rivera Center (1996). Dual Citizenship, Domestic Politics and Naturalization Rates of Latino Immigrants in the United States. Note de synthèse. Juin 1996.

The Tomás Rivera Policy Institute (2002). Latino Voter Mobilization in 2000. Campaign Characteristics and Effectiveness. Septembre 2002.

Notes

1 Estimations des services du Recensement fin 2003.

2 Nous avons choisi ici de ne tenir compte ni du représentant de Porto-Rico, Anibal Acevedo Vilá, qui ne jouit pas du droit de vote au Congrès, ni des deux élus lusophones de Californie dont l’adhésion très récente (début 2003) à la minorité latino et au caucus hispanique du Congrès pourrait relever davantage de la stratégie politique que d’une véritable conscience communautaire.

3 On trouvera le texte des remarques du président Bush sur la politique d’immigration, « Bush’s Remarks on Immigration Policy » sur le site Internet du New York Times, 7 janvier 2004, http://www.nytimes.com. Sur ce même site, on lira également les articles suivants : Nina Bernstein, « Immigrants Are Divided on Bush Proposai », 8 janvier 2004 ; Tim Weiner, « Mexico Hopes Cautiously After Proposai on Migrants », 8 janvier 2004. Sur le site du Washington Post, http://www.washing-tonpost.com, on lira Dan Baltz, « Incumbent Reaches Beyond His Base », 8 janvier 2004 et Helen Dewar, « Hill Cool to Bush Immigration Plan », 11 janvier 2004. Enfin, sur les intentions à peine cachées du président, on lira avec intérêt l’éditorial d’Arturo Valenzuela, ancien conseiller de Bill Clinton pour l’Amérique latine et professeur à Georgetown University, dans El Universal, http://www.eluniversal.com.mx, « Reforma o maniobra polftica ? », 8 janvier 2004.

4 Les études dont nous disposons ne permettent pas de distinguer la participation des Mexicains Américains de celle des autres groupes hispaniques au niveau national. Il s’agit donc de statistiques pour l’ensemble de la minorité, mais qui reflètent de façon satisfaisante les caractéristiques de la communauté d’origine mexicaine.

5 Sondages effectués par l’agence Bendixen pour le Pew Hispanic Center. La première enquête a été conduite avant la capture de Saddam Hussein, la deuxième avant les propositions du président en matière migratoire (Pew Hispanic Center 2004).

Notes de fin

* Maître de conférences d’études américaines, Université Aix-Marseille l/CREALC (IEP d’Aix-en-Provence).

Table des illustrations

Légende MEXICAN MARKET À EAST LOS ANGELES (CLICHÉ : ANNICK TRÉCUER).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre NOMBRE D’IMMIGRÉS MEXICAINS NATURALISÉS AMÉRICAINS (PAR ANNÉE FISCALE)
Légende Source : Yearbook of Immigration Statistics, http://www.immigration.gov/​graphics/​shared/​aboutus/​statistics
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540