Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chávez et l'Afrique

 | 
Camille Forite

Conclusion

Texte intégral

1Le retour sur les causes et le contexte d’émergence de la politique africaine du gouvernement Chávez a permis de déceler un certain nombre de caractéristiques inhérentes à la diplomatie vénézuélienne.

2Le rôle prépondérant et en constante croissance du Venezuela au sein de l’OPEP, du MNA (Mouvement des Non-Alignés) et du G77, a octroyé à ce pays une place stratégique dans le Tiers Monde. Ainsi, l’activisme tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne a constitué un terrain de rencontre avec les pays africains dans la deuxième moitié du xxe siècle. La corrélation entre activisme du MNA et évolution des relations avec l’Afrique manifeste l’existence d’un lien entre diplomatie tiers-mondiste, relations avec l’Afrique, et politique africaine de Chávez. À cet égard, cette dernière est héritière des acquis diplomatiques de la Quatrième République.

3Cependant, l’histoire des relations entre le Venezuela et l’Afrique n’est pas linéaire. En effet, l’analyse de la souscription d’accords de coopération a permis de constater que la diplomatie de la Quatrième République répond à une « rhétorique tiers-mondiste » à l’égard de l’Afrique, alors que le premier mandat d’Hugo Chávez s’impose comme une étape transitoire de l’émergence d’une politique africaine, il est délicat de dater l’émergence d’une véritable politique africaine vénézuélienne avant 2005.

4Aussi, en marge de la corrélation avec l’activisme dans le Tiers Monde, la mutation de la politique intérieure du Venezuela apparaît comme le facteur d’émergence d’une politique extérieure renouvelée en lien avec l’incursion de l’Afrique dans l’imaginaire gouvernemental vénézuélien. Plus qu’idéologique, la rupture est institutionnelle. Le gouvernement vénézuélien institutionnalise l’approfondissement idéologique d’un nouveau projet politique, le « socialisme du xxie siècle », qui récupère et réadapte des éléments de la tradition tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne. Là où, dans un contexte de Guerre froide et d’opposition entre les deux blocs, le Tiers Monde aspirait à créer une troisième voie, le « socialisme du xxie siècle » aspire à créer un monde multipolaire, marqué par une participation égale de tous les pôles de pouvoir.

5La création du vice-ministère pour l’Afrique va donner un nouvel élan aux relations avec l’Afrique. Elle impulse l’établissement d’ambassades en Afrique, d’accords politiques de coopération et d’accords dans une multitude de secteurs, avec l’accent mis sur l’énergétique et le culturel. Cependant, l’idéologisation du MRE (Ministerio de Relaciones Exteriores) stimule l’émergence d’une diplomatie à forte connotation politique et idéologique, qui pose inévitablement la question de l’exportation du nouveau modèle vénézuélien, en Afrique. La coopération pétrolière et la coopération culturelle en témoignent.

6Le retour sur l’histoire pétrolière du Venezuela a témoigné de la difficulté des gouvernements à s’approprier cette ressource nationale tout au long du xxe siècle. Il a permis d’apprécier le rôle essentiel du pétrole dans la gestion politique de ce pays, ce que l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chávez a incontestablement exacerbé. Parce qu’il est le pilier de sa politique sociale et qu’il en a fait l’enjeu principal de la souveraineté nationale, le pétrole est, plus que jamais, la colonne vertébrale du nouveau projet politique vénézuélien. Cependant, la problématique pétrolière ne s’est jamais cantonnée aux frontières vénézuéliennes, et son internationalisation s’accompagne du sens politique qui lui est donné en matière intérieure. Hugo Chávez – et ses discours aux sommets de l’OPEP en témoignent – entend le réactiver comme arme de lutte contre le néocolonialisme des pays du Nord.

7Par conséquent, la diplomatie pétrolière en Afrique imprime la marque du « socialisme du xxie siècle ». Si l’Afrique du Sud peut être une voie tangible – bien que relative – de diversification des partenaires pétroliers du Venezuela, l’exportation du modèle de souveraineté pétrolière vénézuélien, reste sans conteste le trait marquant de cette diplomatie. Le Venezuela aspire à créer un front uni de pays exportateurs de pétrole afin de préserver un alignement des prix du baril, mais également de promouvoir un pôle énergétique africain autonome et indépendant. De plus, l’utilisation des bénéfices de la rente pétrolière à des fins sociales, trouve également sa matérialisation dans la politique africaine d’Hugo Chávez. L’internationalisation des missions sociales est, à cet endroit, vecteur de l’exportation du modèle social du « socialisme du xxie siècle ».

8De son côté, la diplomatie culturelle manifeste davantage l’existence d’un lien entre la politique intérieure et la politique extérieure. Parce qu’elle est l’occasion de diffuser la culture vénézuélienne outre-Atlantique, elle est d’abord une politique d’influence qui offre la possibilité de rendre légitime l’incursion vénézuélienne en Afrique. Cependant, le nouveau lien entre le culturel et le pétrolier ainsi que le déploiement d’une intense diplomatie culturelle multilatérale, témoignent également de la volonté de repenser les relations internationales dans un sens plus « humain », en imprimant ici la marque du « socialisme du xxie siècle ». Mais la diplomatie culturelle se situe aux confins du projet politique interne et du projet politique externe en ce qu’elle aspire à favoriser l’intégration des Afro-descendants à la nation vénézuélienne. Le vice-ministère pour l’Afrique s’octroie alors un rôle intérieur, et véhicule ainsi l’image d’une société qui serait désormais exemptée de ses défuntes hostilités raciales.

9Cependant, l’ambition vénézuélienne en Afrique est plus vaste, et si les relations bilatérales s’imposent comme le moyen privilégié de l’exportation du modèle vénézuélien, elles s’accompagnent du déploiement d’instruments multilatéraux pouvant favoriser sa pénétration en terres africaines. La participation aux organes régionaux d’intégration, la mise en place d’une coopération triangulaire et l’engagement dans la coopération ASA (América del Sur-África) constituent autant d’initiatives destinées à faire-valoir le « socialisme du xxie siècle » en Afrique. Cependant, la difficulté pour les pays Subsahariens à participer activement et efficacement à la diplomatie multilatérale et l’instabilité politique de l’Afrique sont, à cet égard, des limites irrécusables du rapprochement multilatéral, auxquelles s’ajoute le risque potentiel d’émergence d’une « prédation » du Sud vers le Sud.

10La diffusion du « socialisme du xxie siècle » outre-Atlantique conduit logiquement à questionner ce modèle. La politique de reconnaissance des Afro-descendants n’a pas, dans la réalité, les effets escomptés d’une intégration de cette classe de la population à la nation vénézuélienne. Il en résulte que la diplomatie vénézuélienne véhicule une image trop utopique de sa société. De plus, si elle discrédite, à tort ou à raison, la diplomatie de la Quatrième République à destination de l’Afrique, la politique africaine d’Hugo Chávez n’est pas aussi « intégrale » qu’elle l’annonce. En effet, la sélectivité des pays avec lesquels elle s’engage dans des processus de coopération nuance ce propos et montre que cette diplomatie exerce, elle aussi, et quelles qu’en soient les raisons, une forme de « discrimination » continentale. Les accointances du leader vénézuélien avec des chefs d’État dont les pratiques peu démocratiques sont condamnées par la communauté internationale, et le récent différend avec le Maroc, entachent inévitablement son modèle, qui, à l’inverse, érige la démocratie participative et la non-ingérence, sous la bannière de la souveraineté nationale, en fer de lance du « socialisme du xxie siècle ». Enfin, la personnalisation, presque à outrance, de la politique extérieure vénézuélienne pose la question de la pérennité des relations avec l’Afrique. Si l’institutionnalisation de cette politique préserve une pérennité a minima, elle ne peut garantir le rythme trépidant que le gouvernement Chávez a imposé à sa politique africaine.

11En essayant de dresser un tableau exhaustif de la politique africaine du gouvernement Chávez, le dessein initial de cette analyse, et c’est là l’essentiel, était de donner une résonance à cette diplomatie qui, à l’heure de l’écriture, ne bénéficie pas d’un écho à la mesure de son dynamisme. Pourtant, et nous avons pu l’apprécier, les relations avec l’Afrique sont largement symptomatiques de la mutation que vit le Venezuela contemporain.

12Cependant, une interrogation majeure subsiste. Si l’énergie déployée par le gouvernement vénézuélien pour diffuser son modèle ne fait, à cet endroit de l’étude, plus de doute, la question de sa réception en Afrique reste toutefois entière. Le Venezuela a fait un pas franc vers ce continent mais celui-ci a-t-il, réciproquement, fait la preuve d’un intérêt particulier à son égard ? Parce que les relations internationales sont majoritairement articulées autour des échanges économiques et commerciaux, la politique africaine vénézuélienne, à forte dominante politique et idéologique, est-elle en mesure, à l’heure actuelle, d’attirer l’attention des pays africains ? Autrement dit, le pays de Bolivar parvient-il – et peut-il parvenir – à s’immiscer dans l’imaginaire collectif africain qui demeure, au fond, encore majoritairement tourné vers l’Europe, les États-Unis et depuis peu vers la Chine ? Et si le modèle vénézuélien parvient à s’introduire en Afrique, sera-t-il – ou est-il – assimilé dans son intégralité ? Plus précisément, dans quelle mesure la rhétorique et le style provocateurs du leader vénézuélien prennent-ils le pas sur le contenu du modèle véhiculé ? Enfin, si le Venezuela fait du destin commun qu’il partage avec l’Afrique le fer de lance de sa diplomatie outre-Atlantique, le continent africain, qui a connu une colonisation distincte et une décolonisation plus récente, partage-t-il les mêmes affinités politiques, idéologiques et par-dessus tout le même sentiment de fraternité ?

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540