Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Latinos des USA

 | 
James Cohen
, 
Annick Tréguer

Deuxième partie. De l'immigré au citoyen : le vote des latinos

Les Latinos et la politique aux États-Unis

Rodolfo de la Garza et Jeronimo Cortina

Texte intégral

  • * Professeur à Columbia University et vice-président du Tomás Rivera Policy Institute.

1Note portant sur l’auteur*

SAN ANTONIO (TEXAS) : TEXAS FOLK LIFE FESTIVAL (CLICHÉ : ANNICK TRÉGUER).

  • 1 Texte traduit de l’anglais par James Cohen
  • 2 Nous utilisons ici indifféremment les termes « Latino » et « Hispanique » pour désigner les person (...)

2En une décennie1, de 1990 à 2002, la population latino2 aux États-Unis a augmenté de façon accélérée, passant de 22,4 millions à 38 millions. Cette croissance a produit deux effets. Premièrement, les Latinos sont devenus la minorité la plus nombreuse du pays. Deuxièmement, cette population exerce désormais une influence sur la vie politique, au niveau fédéral comme au niveau des cinquante États. Cela est dû, en partie, à l’une des caractéristiques les plus originales du système politique étatsunien, à savoir que tous ceux qui résident aux États-Unis – qu’ils soient citoyens ou non, et aussi qu’ils soient non-citoyens légaux ou non –, influencent le système électoral à travers le processus de découpage des circonscriptions. En outre, la relative facilité avec laquelle les étrangers peuvent se faire naturaliser signifie que les immigrés latino-américains peuvent devenir citoyens, voter, et avoir un poids électoral. Tenant compte de ce facteur, de nombreux chercheurs s’intéressent à l’impact électoral potentiel des Latinos dans les États où la population hispanique est fortement concentrée.

3Les non-citoyens ne peuvent pas voter mais, puisque les immigrés constituent une partie importante de la base démographique (constituency) de certains États, ils peuvent influer sur le nombre de circonscriptions créées au sein de ces États. Cela leur permet d’avoir un ordre du jour politique, social et économique. En ce qui concerne les citoyens latinos, qui ont le droit de vote, il conviendra ici d’examiner leurs préoccupations et leurs préférences politiques et électorales.

4Cet article examinera ces deux questions. Dans la première partie, nous décrirons les caractéristiques démographiques essentielles de la population latino en les comparant à celles des Non-Latinos. La deuxième partie portera sur les préoccupations politiques et les préférences partisanes des Latinos, ceci afin de mieux préciser dans quelle mesure les identifications ethniques affectent leur choix.

LA POPULATION LATINO

5Selon le bureau du recensement américain (US Census Bureau, mars 2002), la population hispanique représente environ 13,4 % de la population civile totale, soit 38,8 millions sur les 288,4 millions d’habitants des États-Unis. Elle dépasse ainsi la population afro-américaine d’environ 600 000. Dans certains États, la croissance hispanique a été particulièrement impressionnante. Par exemple, entre 1999 et 2000, la population hispanique d’Arizona a connu une croissance de 88 %, contre 29 % pour la population non hispanique. En Californie, la population non hispanique n’a augmenté que de 4 % contre 42,5 % pour les Latinos. Au Nevada, bien que la population hispanique soit relativement réduite, sa croissance entre 1990 et 2000 a été très prononcée : 215 % contre 12,7 % pour la population non hispanique. Au Nouveau-Mexique, où les Latinos représentent aujourd’hui 42 % de la population totale, la croissance latino a été de 32 % contre 12,7 % pour les Non-Hispaniques. Au Texas enfin, la population hispanique a augmenté de 53,5 %, atteignant 32 % de la population totale de l’État, contre 12,2 % pour la population non hispanique.

6Globalement donc, les données révèlent une croissance significative de la population latino dans des États-clés du point de vue électoral. Pour mieux comprendre les implications de cette croissance, il faut analyser d’autres caractéristiques de cette population pour déterminer son degré d’homogénéité.

7Une grande majorité de la population latino (66,9 %) est d’origine mexicaine. Viennent ensuite les personnes originaires de l’Amérique du Sud et de l’Amérique centrale. Le schéma n°1 illustre la distribution par origine de la population latino en 2002.

8Outre les différences dues à l’origine nationale, il existe des différences socio-économiques significatives entre ces groupes. L’une des variables les plus importantes est celle du lieu de naissance (nativity). Selon le service du recensement, deux Latinos sur cinq, soit 15 millions de personnes, sont nés à l’étranger. Parmi ceux-ci, 22,3 % sont arrivés aux États-Unis avant 1980, 25,6 % pendant les années quatre-vingt et 52,1 % entre 1990 et 2002. Ceux arrivés avant 1980 ont plus de chance d’être pleinement incorporés dans la société étatsunienne que ceux établis plus récemment.

9Les Latinos sont des citadins : plus de 90 % d’entre eux vivent dans des centres urbains, ou près de ces centres. Ils se concentrent dans les zones métropolitaines parce qu’ils y ont plus de chance d’y trouver un emploi.

SCHÉMA N° 1 : POPULATION LATINO AUX ÉTATS-UNIS PAR ORIGINE – 2002

SCHÉMA N° 1 : POPULATION LATINO AUX ÉTATS-UNIS PAR ORIGINE – 2002

Source : US Census Bureau, Annual Demographic Supplement to the March 2002 Current Population Survey.

10Les Latinos qui ont un travail sont concentrés dans des emplois à bas salaire. Par exemple, presque la moitié est employée dans les services (22,1 %) ou en tant qu’ouvriers (operators et laborers) (20,8 %). Seuls 14,2 % exercent des fonctions de cadres ou des professions libérales.

11Cela explique pourquoi 26,3 % des salariés latinos à temps complet gagnent entre $ 35 000 et $ 50 000, et aussi que seuls 12,4 % gagnent $ 50000 ou plus (voir le schéma n° 2).

12Ce schéma révèle une différence frappante entre individus d’origines nationales différentes, ainsi qu’entre Hispaniques et Blancs non hispaniques. Parmi les Hispaniques, les personnes d’origine mexicaine constituent le groupe ayant le moins de chance de gagner plus de $ 35 000, tandis que les Portoricains et les Cubains sont ceux qui ont le plus de chance de gagner une telle somme. En tant que citoyens, les Portoricains ont un accès aux emplois bien rémunérés plus aisé que les Mexicains, qui comptent dans leurs rangs beaucoup de non-citoyens. Les Cubains doivent leurs revenus relativement élevés à un capital social et éducatif supérieur. En 2002, leur taux de chômage était de 6,1 %, seulement un point de moins que pour la population blanche non hispanique.

13Plus d’un tiers de la population latino (34,4 %) a moins de 18 ans et n’est pas encore pleinement intégré dans la vie active. En termes d’acquis scolaires, 57 % de la population latino n’ont pas de diplôme secondaire, 27 % n’ont pas dépassé la première année du high school (le 9th grade équivalant à la classe de 3e en France) et seulement 11,1 % possèdent un diplôme universitaire.

SCHÉMA N° 2 : SALARIÉS À TEMPS COMPLET QUI GAGNENT AU MOINS $ 35 000 PAR ORIGINE NATIONALE – 2001

SCHÉMA N° 2 : SALARIÉS À TEMPS COMPLET QUI GAGNENT AU MOINS $ 35 000 PAR ORIGINE NATIONALE – 2001

Source : US Census Bureau, Annual Demographic Supplement to the March 2002 Current Population Survey.

14Les acquis scolaires varient selon l’origine nationale. Par exemple, 50,6 % des Mexicains Américains possèdent un diplôme secondaire, contre 74 % pour les Cubains, 66,8 % pour les Portoricains, 70,8 % pour les Centro-Américains et 64,7 % pour les originaires de l’Amérique du Sud.

15On comprendra mieux la portée de ces données si l’on fait remarquer que d’ici 2050, la population latino devrait représenter presque 25 % de la population nationale.

16On le voit, la population latino est loin d’être homogène, même si la plupart de ses membres ont en commun de faibles acquis scolaires et un statut socio-économique modeste. Ces caractéristiques ont des conséquences politico-électorales qu’il convient d’analyser, afin de déterminer dans quelle mesure les Latinos peuvent, à tous les échelons du système, jouer un rôle politique important dans les années qui viennent.

LES PRÉOCCUPATIONS ET LES CHOIX PARTISANS DES LATINOS

17Puisque la croissance marquée de la population latino ces dernières années semble avoir un effet significatif sur la vie politique aux États-Unis, et étant donné l’attention que suscite l’électorat latino, il est important de connaître les préférences des Latinos en manière politique et électorale. La question centrale est de savoir dans quelle mesure les préférences des Latinos résultent de la solidarité ethnique et dans quelle mesure leurs valeurs sont, au contraire, fondamentalement les mêmes que dans la société environnante. Nous tenterons de répondre à cette question en analysant les résultats de deux enquêtes menées en 2002, celle de la Pew Hispanic-Kaiser Family Foundation et celle du Tomás Rivera Policy Institute.

SCHÉMA N° 3 : INSCRIPTION SUR LES LISTES ÉLECTORALES DES CITOYENS EN AGE DE VOTER, EN % – NOVEMBRE 2000

SCHÉMA N° 3 : INSCRIPTION SUR LES LISTES ÉLECTORALES DES CITOYENS EN AGE DE VOTER, EN % – NOVEMBRE 2000

Source : US Census Bureau, Reported Voting and Registration of the Total Volting-Age Population for the 2000 November Election.

18Avant même d’analyser les préférences des électeurs latinos, rappelons que les immigrés non naturalisés, qui n’ont pas le droit de vote, influencent la manière dont les circonscriptions sont découpées pour les élections législatives fédérales et d’État. Ils peuvent également influencer les élus, mais ils ne peuvent en aucun cas voter, à moins de se faire naturaliser.

19Selon le Bureau du recensement, 60,9 % des Latinos de 18 ans ou plus, soit 13,1 millions, sont citoyens des États-Unis. Et 7,5 millions d’entre eux, soit 34,9 % de Latinos de 18 ans ou plus, sont inscrits sur les listes électorales. Le schéma n° 3 nous présente les pourcentages d’inscription sur les listes électorales dans des États où la population hispanique est le plus fortement concentrée. Dans aucun de ces États, les Latinos ne constituent la majorité des électeurs inscrits. Le Nouveau-Mexique est le seul État où la population latino est inscrite à près de 50 %, alors qu’en Californie, moins de 30 % des citoyens latinos le sont.

20En matière de préférences politiques et partisanes, certains soutiennent que les démocrates sont plus sensibles aux intérêts des Latinos que les républicains, mais d’autres répondent que les efforts des républicains pour « courtiser » le vote latino commencent à être couronnés de succès. Selon l’enquête effectuée par le Pew Hispanic Center-Kaiser Family Foundation en 2002, le 2002 National Survey of Latinos, les Latinos nés aux États-Unis sont principalement préoccupés par des questions économiques : l’état de l’économie en général, les allocations sociales, le chômage. En second lieu, ils s’intéressent à la réforme de l’assurance médicale et à l’éducation. Contrairement à ce que l’on croit souvent, les Hispaniques nés aux États-Unis ne montrent pas un intérêt marquant pour des questions « hispaniques ». Selon l’enquête, seulement 1 % de cette population considère que les questions proprement hispaniques constituent le problème principal que le gouvernement doit s’efforcer de résoudre. L’enquête ne révèle aucune différence significative de ce point de vue entre les Latinos nés aux États-Unis et ceux nés à l’étranger. Comme on peut le constater par le tableau n° 1, les trois mêmes questions (économie, santé, éducation) occupent les trois premières places parmi les préoccupations des deux catégories de Latinos.

TABLEAU N° 1 : LES QUESTIONS LES PLUS IMPORTANTES QUE DEVRAIT PRENDRE EN CHARGE LE GOUVERNEMENT (RÉPONSES EN %)

TABLEAU N° 1 : LES QUESTIONS LES PLUS IMPORTANTES QUE DEVRAIT PRENDRE EN CHARGE LE GOUVERNEMENT (RÉPONSES EN %)

Source : Pew Hispanic-Kaiser Family Foundation, 2002 National Survey of Latinos.
N.B. : En raison des réponses multiples, le total des pourcentages peut dépasser les 100 %.

21On peut également observer, en lisant ce tableau, que les Latinos nés aux États-Unis et les Blancs non latinos ont globalement les mêmes préoccupations à propos de la santé, les questions économiques et scolaires. Mais les Latinos nés aux États-Unis sont moins enclins à s’intéresser aux questions politiques au sens strict, à la politique étrangère par exemple. Les Latinos, comme les Blancs non latinos, expriment des différences à propos de ce que l’on appelle les « valeurs sociétales » (famille, sexualité, reproduction, etc.). La vaste majorité des Latinos pense que l’avortement et les relations sexuelles entre deux adultes de même sexe sont inacceptables (72 % et 77 % respectivement). Cependant, plus de la moitié des Latinos pensent que le fait d’avoir des enfants sans être marié, ou en étant divorcé, est une situation acceptable. Ces chiffres suggèrent qu’ils soient assez conservateurs sur ces questions dites « sociales », mais sur les questions économiques ils sont beaucoup plus « libéraux » (au sens américain du terme, c’est-à-dire en faveur des interventions étatiques qui favorisent l’égalité des chances).

22Lors des périodes électorales, ces attitudes influencent la manière dont les électeurs décident quels candidats ils vont soutenir. Plus de 40 % des Latinos désignent l’éducation comme la question la plus déterminante pour leur vote. La deuxième priorité, c’est la situation économique. Le tableau n° 2 montre la distribution des réponses : en comparant les Latinos aux Blancs non latinos, on voit clairement que ceux-là ont plus de chances de s’intéresser aux questions éducatives que ceux-ci, mais ils ont presque autant de chances de s’intéresser aux questions économiques et de santé dans leur choix de vote.

TABLEAU N° 2 : QUESTIONS QUI CONDITIONNENT LE VOTE (EN %)

TABLEAU N° 2 : QUESTIONS QUI CONDITIONNENT LE VOTE (EN %)

Source : Pew Hispanic Center-Kaiser Family Foundation, 2002 National Survey of Latinos.
N.B. : En raison des réponses multiples, le total des pourcentages peut dépasser les 100 %.

23Le tableau n° 2 indique que les préoccupations des Latinos, comme celles des Non-Latinos, varient en fonction des changements de conjoncture. Par exemple, lorsque la conjoncture économique est défavorable, ou lorsqu’une politique publique locale ou d’État affecte les Latinos directement à cause de leur statut socio-économique, leurs préférences politiques peuvent changer. Les priorités politiques des Latinos varient donc selon le contexte national, local, social ou politique, et économique.

24Les électeurs latinos fondent-ils leurs décisions de vote sur des critères ethniques, ou plutôt sur des questions qui traversent la société américaine dans son ensemble ? Selon toutes les indications dont nous disposons, les questions les plus déterminantes pour le vote latino n’ont pas un caractère ethnique mais concernent la société dans son ensemble, par exemple l’éducation et l’assurance médicale. Cela ne signifie pas pour autant que leur ordre du jour politique soit parfaitement identique à celui des Non-Latinos. Nous suggérons plutôt que, sauf circonstance exceptionnelle, les questions qui déterminent le vote d’un électeur latino pour un candidat donné sont similaires à celles qui déterminent le vote du Blanc non latino. Certains candidats auront la préférence des électeurs latinos parce qu’ils partagent les préoccupations des Latinos, et non parce qu’ils ont les mêmes origines ethniques. Des recherches (De la Garza et al. 1992 ; Pew Hispanic Center 2002 ; Tomás Rivera Policy Institute 2000) ont montré que les questions ethniques ne jouent pas un grand rôle dans les décisions des électeurs. Comme l’indique le tableau n° 1, seuls 3 % des Latinos aux États-Unis manifestent leur préoccupation pour les questions dites « latinos ». Il ne s’agit pas pour autant de dire que l’ethnicité ne joue aucun rôle dans la détermination du vote : l’ethnicité et les préoccupations politiques se mêlent, mais les affinités partisanes (partisanship) atténuent les effets de l’ethnicité sur les décisions de vote (Graves et Lee, 2000).

25Des données issues du National Survey of Latinos de 2002 indiquent que les démocrates conservent un grand avantage sur les républicains en termes d’identification partisane. Ces données concordent avec celles d’autres études empiriques qui montrent que les affinités partisanes des Latinos n’ont pas fondamentalement changé dans la dernière décennie. Comme l’indique le tableau n° 3, au moins 35 % des Latinos s’identifient au Parti démocrate tandis que seuls 16 % s’identifient aux républicains et 28 % s’affirment « indépendants ».

TABLEAU N° 3 : LES AFFINITÉS PARTISANES DES LATINOS (EN %)

TABLEAU N° 3 : LES AFFINITÉS PARTISANES DES LATINOS (EN %)

Source : Pew Hispanic Center-Kaiser Family Foundation, 2002 National Survey of Latinos.

26Puisque le pourcentage des « indépendants » est relativement élevé, il leur a été demandé, pour affiner l’enquête, s’ils étaient proches de l’un ou l’autre des deux grands partis. Nous avons pu ainsi construire une échelle de sept degrés d’identification partisane, pour certains États sélectionnés où la population latino est fortement concentrée : « fortement démocrate », « pas très fortement démocrate », « indépendant proche des démocrates », « indépendant », « indépendant proche des républicains » et ainsi de suite.

27Le tableau n° 4 démontre qu’en Californie, en Illinois et à New-York, les indépendants latinos ont tendance à s’identifier aux démocrates, tandis qu’en Floride, ils penchent plutôt dans l’autre sens. Au Texas, les indépendants latinos sont divisés à parts égales entre sympathisants républicains et démocrates. Dans tous les États sauf la Floride, une majorité significative des Latinos inscrits sur les listes électorales s’est déclarée « fortement » ou « pas très fortement » démocrate. En Floride, ce fut le contraire : une majorité significative des électeurs latinos s’est déclarée « fortement » ou « pas très fortement » républicaine. À cette échelle, dans tous les États sauf la Floride, presque 70 % des Latinos s’identifient comme démocrates.

TABLEAU N° 4 : PRÉFÉRENCES PARTISANES DES LATINOS (EN %)

TABLEAU N° 4 : PRÉFÉRENCES PARTISANES DES LATINOS (EN %)

Source : The Tomás Rivera Policy Institute, 2000 Election Survey.

28Les Latinos de New-York sont ceux qui ont la plus forte probabilité de s’affirmer proches des démocrates, tandis que les Latinos en Floride ont la plus forte probabilité de s’identifier comme républicains. À l’exception des Cubains Américains, les Latinos ont une affinité de longue date avec le Parti démocrate – affinité dont les racines se trouvent dans le réalignement partisan des années 1930. Cela signifie entre autres que cette affinité est stable depuis plusieurs décennies. D’ailleurs, lorsqu’on demande aux électeurs latinos si leurs opinions à propos des partis politiques ont changé dans le temps, plus de la moitié en Californie, en Illinois et à New-York réponde par la négative (voir tableau n° 5).

TABLEAU N° 5 : ÉVOLUTIONS DES PRÉFÉRENCES PARTISANES DES LATINOS (EN %)

TABLEAU N° 5 : ÉVOLUTIONS DES PRÉFÉRENCES PARTISANES DES LATINOS (EN %)

Source : The Tomás Rivera Policy Institute, 2000 Election Survey.

29Il est intéressant de signaler (voir tableau n° 5) que parmi ceux dont les vues ont changé, davantage de Latinos en Californie, en Illinois, à New-York et au Texas se sentent plus proches des démocrates que des républicains. Ceci a des implications importantes pour les deux partis : pour les démocrates, les Latinos forment un « noyau électoral » (core constituency) qui pourrait s’accroître en termes réels ; pour les républicains, la possibilité d’incorporer les Latinos dans leur noyau semble décroître, puisque les Latinos des quatre États en question ne se sentent pas plus proches d’eux qu’auparavant. Cependant, les républicains pourraient s’attendre à des gains – certes modestes – s’ils savent tirer profit des aspects conservateurs des attitudes des Latinos, telles que nous les avons présentées plus haut.

30Les Latinos étaient déjà au premier plan des débats politiques lors des cycles électoraux passés, à cause de l’augmentation du nombre d’électeurs inscrits et de candidats aux postes électifs dans des régions de forte concentration géographique latino. Plus récemment, le débat a porté sur le potentiel de cet électorat pour déterminer le résultat de l’élection présidentielle de novembre 2004 : certains pensent qu’ils pourraient devenir « vote déterminant » (swing vote) tandis que d’autres soutiennent qu’ils sont encore loin de pouvoir jouer un tel rôle. Quelles sont les conditions minimales pour qu’ils deviennent un vote déterminant dans les États où les électeurs latinos sont nombreux ? Premièrement, il faudrait que les élections en question soient serrées. Deuxièmement, il faudrait que les élites latinos restent unies afin de promouvoir un ordre du jour politique commun. Troisièmement, il faudrait un effort de mobilisation considérable pour faire de la communauté latino une force électorale significative (Cain 1996 ; Guerra 1998).

31Comme l’affirment Rodolfo de la Garza et Louis De Sipio (De la Garza et De Sipio 1992 ; 1996 ; 1999 ; 2004), l’influence latino sur les élections présidentielles a été, jusqu’ici, rare ou inexistante la plupart du temps. Le tableau n° 6 analyse l’influence des Latinos dans les quatre élections présidentielles de 1988 à 2000. Il existe quatre scénarios possibles dans lesquels l’influence latino peut jouer un rôle. Scénario n° 1 : il n’y a aucune influence latino déterminante lorsque la marge de victoire de l’élu est plus grande que le vote latino. Selon le scénario n° 2, le résultat changerait s’il n’y avait aucun vote latino – situation purement hypothétique. Le scénario n° 3 représente la situation, tout aussi improbable, d’une absence de vote latino pour le vainqueur, où les Latinos votent pour le candidat qui arrive en deuxième position. Dans le scénario n° 4, sous-ensemble du n° 2, l’élection est serrée et les Latinos votent pour le vainqueur.

32Comme l’indique le tableau n° 6, la règle générale dans ces élections, c’est l’absence d’influence latino déterminante, car il faudrait un scénario extrême pour que le vote latino joue ce rôle.

33Deux autres caractéristiques du système électoral étatsunien doivent être prises en compte. Premièrement, plus les minorités ethniques sont nombreuses, plus elles ont de chance d’avoir un rôle décisif sur le résultat d’une élection. Par exemple, dans les années quatre-vingt-dix, les Latinos représentaient 9 % de la population totale mais moins de 5 % de l’électorat. Aujourd’hui, les Latinos représentent environ 13 % de la population totale et 7 % de la population en âge de voter. Il est donc clair que la possibilité pour l’électorat latino d’influencer le résultat d’une élection s’est accrue et qu’elle pourrait même être déterminante, dans le cas d’élections serrées dans certains États.

34Étant donné le système de scrutin indirect pour les présidentielles et le fait que le candidat gagnant à l’échelle d’un État emporte tous les « grands électeurs » (electoral votes) de cet État, un groupe peut jouer un rôle décisif sans représenter une partie décisive des suffrages. Autrement dit, ce système de scrutin donne aux minorités de multiples occasions d’exercer une influence (leverage) (Cain, 1996), qui peut fonctionner à leur avantage ou à leur désavantage. Par exemple, si un groupe minoritaire est suffisamment important pour jouer potentiellement un rôle décisif pour emporter un État donné, mais connaît un taux de participation plus bas que d’autres groupes, ce groupe ne jouera pas ce rôle déterminant. En 2000, les Latinos ont moins participé à l’élection présidentielle que les Blancs non hispaniques. Entre 1996 et 2000, le taux de participation des Latinos n’a pas changé de façon significative tandis que le taux de participation des Blancs non hispaniques a augmenté de 1 %.

TABLEAU N° 6 : INFLUENCE LATINO DANS LES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 1988 À 2000

TABLEAU N° 6 : INFLUENCE LATINO DANS LES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 1988 À 2000

Source : de la Garza and De Sipio, Muted Votes, 2004.

35Le schéma n° 4 nous permet de voir que le taux de participation des électeurs latinos inscrits a été 8 % plus bas chez les Latinos que celui des Blancs non hispaniques. Si l’on prend en compte tous les citoyens en âge de voter, inscrits ou non, la différence est deux fois plus grande : - 16 % des Latinos par rapport aux Blancs non hispaniques.

36Pour déterminer si l’électorat latino peut devenir un vote déterminant (swing vote), nous devons prendre en compte les loyautés partisanes des Latinos, c’est-à-dire le vote potentiel des partisans décidés, des partisans potentiels et des électeurs indécis (swing voters). Les partisans décidés (« forts » et « moins forts ») constituent, selon notre définition, le noyau du vote d’un parti.

37Le « vote partisan potentiel » est composé des électeurs inscrits qui s’identifient comme indépendants mais penchent d’un côté donné. Les indécis sont des indépendants déclarés, sans attaches partisanes (De la Garza et De Sipio, 1992). Comme le montre le tableau n° 4, seule une faible partie de l’électorat latino peut réellement devenir un vote déterminant, dans des contextes locaux donnés (puisque chaque État constitue un cas spécifique).

SCHÉMA N° 4 : CITOYENNETÉ ET PARTICIPATION ÉLECTORALE (2000)

SCHÉMA N° 4 : CITOYENNETÉ ET PARTICIPATION ÉLECTORALE (2000)

CONCLUSION

38Dans la première partie de ce travail, nous avons démontré que les Latinos ne constituent en aucun cas un bloc homogène. Les différences significatives au sein de la population latino, la variable du lieu de naissance par exemple, permettent de contextualiser les perspectives sociales et économiques des Latinos et d’expliquer dans une certaine mesure leurs préférences en matière politique et partisane.

39Depuis quelques décennies, la population latino connaît une croissance importante, et avec cette croissance le vote latino est devenu un facteur important dans certains États-clés, en tout cas aux yeux de bon nombre d’acteurs politiques. Cependant, il est impossible d’attribuer ces préférences à un facteur « ethnique », puisque les préoccupations politiques des Latinos sont en grande partie les mêmes que l’on trouve dans la société étatsunienne en général. Les préoccupations d’ordre ethnique existent mais elles sont médiées par les affinités partisanes.

40Bien que la population latino ait augmenté fortement depuis une décennie, il faut être prudent lorsqu’on évalue l’impact du vote latino. Premièrement, les taux de participation des Latinos sont plus bas que pour les autres groupes et n’ont pas augmenté de façon significative depuis 1996. Deuxièmement, étant donné les affinités partisanes confirmées des Latinos et les conditions nécessaires pour qu’ils deviennent un vote déterminant, il est peu probable qu’ils le deviennent – ou qu’ils basculent massivement du Parti démocrate vers le Parti républicain.

41La croissance significative de la population latino ne s’est pas traduite par plus de mobilisation ou de participation électorales. On pourrait citer plusieurs raisons pour lesquelles les Latinos n’ont pas encore affirmé leur influence politique, mais il y en a deux qui méritent d’être soulignés. Premièrement, bon nombre de Latinos ne sont pas citoyens des États-Unis : seul le temps dira comment cette partie importante de la population latino pourra influencer directement des résultats électoraux. Deuxièmement, un important effort de mobilisation serait nécessaire pour augmenter la participation électorale des citoyens latinos. Les données présentées ici suggèrent que les Latinos aient encore un chemin long et ardu à parcourir avant de pouvoir faire entendre leur voix politique.

Bibliographie

Références citées

Cain, Bruce E. (1996). Préface à De la Garza, Rodolfo O. et Louis De Sipio, éds. Ethnic Ironies : Latino Politics in the 1992 Elections. Boulder, CO, •Westview Press : ix-xiii.

De la Garza, Rodolfo O. et Louis De Sipio, éds. (1992). From Rhetoric to Reality : Latino Politics in the 1988 Elections. Boulder, CO, Westview Press.

De la Garza, Rodolfo O. et Louis De Sipio, éds. (1996). Ethnic Ironies : Latino Politics in the 1992 Elections. Boulder, CO, Westview Press.

De la Garza, Rodolfo O. et Louis De Sipio, éds. (1999). Awash in the Mainstream : Latinos in the 1996 Election. Boulder, CO, Westview Press.

De la Garza, Rodolfo O. et Louis De Sipio, éds. (2004). Muted Voices : Latinos in the 2000 Election, Routledge.

De la Garza, Rodolfo O., et al. (1992). Latino voices : Mexican, Puerto Rican, and Cuban Perspectives on American Politics. Boulder, CO, Westview Press.

Graves, Scott, et Jongho Lee (2000). « Ethnic Underpinnings of Voting Preference : Latinos and the 1996 US Senate Election in Texas ». Social Science Quarterly 81 (1) : 226-236.

Guerra, F. (1998). « Latino Politics in California : The Necessary Conditions for Success », dans Jackson, Byran O. et Michael B. Preston, éds. Racial and Ethnie Politics in California, Berkeley, CA, IGS Press Institute of Governmental Studies University of California at Berkeley. II : 439-453.

Pew Hispanic Center (2002). 2002 National Survey of Latinos. Washington, DC, The Pew Hispanic Center and The Kaiser Family Foundation.

The Tomás Rivera Policy Institute (2000). 2000 Election Survey. Claremont, CA.

US Census Bureau (2003). Hispanic Population Reaches Ail-lime High of 38.8 million. Washington, DC, US Department of Commerce.

US Census Bureau and Bureau of Labor Statistics Current Population Studies (2002). Annual Demographie Supplement to the March 2002 Current Population Survey. Washington, DC, US Department of Commerce.

US Census Bureau Current Population Reports P20-542 (2002). Voting and Registration in the Election of November 2000. Washington, DC, US Department of Commerce.

US Census Bureau Current Population Reports P20-545 (2003). The Hispanic Population in the United States : March 2002. Washington, DC, US Department of Commerce.

Notes

1 Texte traduit de l’anglais par James Cohen

2 Nous utilisons ici indifféremment les termes « Latino » et « Hispanique » pour désigner les personnes, aux États-Unis, qui peuvent revendiquer un héritage familial des pays hispanophones de l’Amérique latine et de la Caraïbe.

Notes de fin

* Professeur à Columbia University et vice-président du Tomás Rivera Policy Institute.

Table des illustrations

Légende SAN ANTONIO (TEXAS) : TEXAS FOLK LIFE FESTIVAL (CLICHÉ : ANNICK TRÉGUER).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre SCHÉMA N° 1 : POPULATION LATINO AUX ÉTATS-UNIS PAR ORIGINE – 2002
Légende Source : US Census Bureau, Annual Demographic Supplement to the March 2002 Current Population Survey.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre SCHÉMA N° 2 : SALARIÉS À TEMPS COMPLET QUI GAGNENT AU MOINS $ 35 000 PAR ORIGINE NATIONALE – 2001
Légende Source : US Census Bureau, Annual Demographic Supplement to the March 2002 Current Population Survey.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre SCHÉMA N° 3 : INSCRIPTION SUR LES LISTES ÉLECTORALES DES CITOYENS EN AGE DE VOTER, EN % – NOVEMBRE 2000
Légende Source : US Census Bureau, Reported Voting and Registration of the Total Volting-Age Population for the 2000 November Election.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre TABLEAU N° 1 : LES QUESTIONS LES PLUS IMPORTANTES QUE DEVRAIT PRENDRE EN CHARGE LE GOUVERNEMENT (RÉPONSES EN %)
Légende Source : Pew Hispanic-Kaiser Family Foundation, 2002 National Survey of Latinos.N.B. : En raison des réponses multiples, le total des pourcentages peut dépasser les 100 %.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre TABLEAU N° 2 : QUESTIONS QUI CONDITIONNENT LE VOTE (EN %)
Légende Source : Pew Hispanic Center-Kaiser Family Foundation, 2002 National Survey of Latinos.N.B. : En raison des réponses multiples, le total des pourcentages peut dépasser les 100 %.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU N° 3 : LES AFFINITÉS PARTISANES DES LATINOS (EN %)
Légende Source : Pew Hispanic Center-Kaiser Family Foundation, 2002 National Survey of Latinos.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre TABLEAU N° 4 : PRÉFÉRENCES PARTISANES DES LATINOS (EN %)
Légende Source : The Tomás Rivera Policy Institute, 2000 Election Survey.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre TABLEAU N° 5 : ÉVOLUTIONS DES PRÉFÉRENCES PARTISANES DES LATINOS (EN %)
Légende Source : The Tomás Rivera Policy Institute, 2000 Election Survey.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre TABLEAU N° 6 : INFLUENCE LATINO DANS LES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 1988 À 2000
Légende Source : de la Garza and De Sipio, Muted Votes, 2004.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre SCHÉMA N° 4 : CITOYENNETÉ ET PARTICIPATION ÉLECTORALE (2000)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1848/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteurs

Doctorant en sciences politiques à Columbia University, New York

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540