Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Latinos des USA

 | 
James Cohen
, 
Annick Tréguer

Première partie. Les latinos transformeront-ils les États-unis ?

L’exceptionnalité cubaine en Floride

Janette Habel

Texte intégral

  • * Enseignante à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine et chercheuse associée au CREALC ( (...)

1Note portant sur l’auteur*

« Quelle ironie ! Les Cubains ne peuvent élire leur président à Cuba,
mais ils en élisent un aux États-Unis »
(Plaisanterie qui circule dans les cercles politiques de Washington, Miami Herald, 11 mars 2004).

2Comment expliquer l’influence politique de l’émigration cubaine aux États-Unis alors qu’elle est numériquement inférieure au reste de l’émigration latino-américaine ? Quatre traits spécifiques caractérisent l’exil cubain : la rapidité avec laquelle il s’est adapté à l’American way of life et à la société américaine, ses succès économiques et sociaux, sa concentration géographique dans un État clé, la Floride, son intégration politique grâce à la formation d’un puissant « lobby ». La communauté cubaine représente 650 000 habitants à Miami-Dade. Miami est à la fois un refuge et un bastion des exilés cubains (Teissèdre 2003-2004) qui ont joué un rôle essentiel dans le développement économique de la ville. En l’an 2000, les Cubains restaient la communauté la plus importante même s’ils ne représentaient plus que 50,1 % des hispaniques contre 59 % en 1990 (Teissèdre 2003-2004).

3Pour comprendre cette exception cubaine, il faut rappeler la proximité géographique entre l’île et la Floride (environ 150 km les séparent), leurs liens historiques, et différencier les vagues migratoires. En effet, la nature de l’exil varie à chaque période ; si la première vague migratoire – « l’exil doré » (Duany 1999) – a joué un rôle économique et politique clé, les autres ont été plus représentatives de la société cubaine bien que les exilés soient très majoritairement blancs et d’origine urbaine. Chaque flux migratoire a joué un rôle spécifique dans la structuration sociale et politique de la communauté cubano-américaine.

4Nous reprendrons ici la périodisation généralement retenue par les démographes et les historiens (Duany 1999).

1959-1962 : L’EXODE DE LA GRANDE BOURGEOISIE CUBAINE

5Après la prise du pouvoir par Fidel Castro et Che Guevara en janvier 1959, la radicalisation du processus révolutionnaire a été très rapide. Les grandes nationalisations, la rupture avec les Etats-Unis puis la défaite de la Baie des Cochons provoquent alors l’exode de la grande bourgeoisie cubaine qui s’installe à Miami dans l’espoir d’un retour rapide sur le sol natal. En pleine Guerre froide, les tensions sont très vives, la peur du « bolchevisme » débouchera même sur l’opération « Peter Pan » : 140 000 enfants cubains furent envoyés aux États-Unis sans leurs parents pour échapper aux « menaces » de la Révolution. L’oligarchie cubaine dispose de fortunes personnelles dans les banques américaines, elle parle anglais, entretient des relations privilégiées, en bref elle est riche et cultivée. Ce qui explique que son intégration se soit faite plus rapidement que celle des autres émigrés.

6Très vite, les professions libérales inquiètes vont quitter l’île, ce sera le cas de 50 % des médecins, de très nombreux enseignants, ingénieurs, avocats, architectes, techniciens etc. En 1961, les deux tiers du corps enseignant de l’Université de La Havane d’avant la Révolution résidaient à Miami. Les premiers émigrants ont bâti des affaires prospères qui leur ont permis d’embaucher de nombreux exilés. Cette aide a facilité l’adaptation de ces derniers en leur permettant de faire face à de nombreux défis. Ajoutons à cela l’aide économique précoce du gouvernement américain. Le Cuba Relief Program fournissait une assistance financière, une formation professionnelle, la distribution de surplus de nourriture, des embauches, sans compter l’aide indirecte apportée à la Floride et au district de Miami-Dade. La volonté de renverser le gouvernement castriste explique cette aide exceptionnelle dont n’ont jamais bénéficié les autres exilés. Depuis 1959, l’aide fédérale représenterait 2 à 4 milliards de dollars, selon certaines estimations. Les Cubains sont en effet traités comme des réfugiés politiques privilégiés alors que les autres sont considérés comme des migrants économiques. Ceci explique leurs rapports parfois conflictuels avec les autres communautés, et la politisation des relations sociales et culturelles qu’ils imposent. On l’a vu dans l’affaire du petit Elián González, cet enfant naufragé qui avait perdu sa mère dans le détroit de Floride et qu’il fallut enlever de force aux parents de Miami qui l’avaient recueilli pour le rendre à son père cubain. Le refus d’accueillir des artistes venus de l’île pour participer à des événements culturels en Floride témoigne de cette intolérance.

7Après la défaite de la Baie des Cochons en 1961 et le dénouement de la crise des fusées, une période s’achève : la perspective du retour au pays natal s’éloigne. Pour les élites cubaines, le problème est alors de conquérir un pouvoir économique et politique, le premier conditionnant le deuxième. Ce sera chose faite en deux décennies.

1965-1973 : « LES FREEDOM FLIGHTS » ; 1980 : L’EXODE DE MARIEL

8De 1965 à 1973, après des négociations entre Washington et La Havane un pont aérien fut établi entre Varadero et Miami. Trois cent mille réfugiés allaient gagner les Etats-Unis pendant cette période. Leur composition sociale était plus hétérogène, et les classes moyennes présentes en plus grand nombre. Les difficultés économiques croissantes de la fin des années 1960, la nationalisation des petits commerces de détail (au cours de « l’offensive révolutionnaire ») expliquent ce nouvel exode. Deux autres événements ont sans doute joué un rôle très important. La crise de légitimité politique en Pologne avec la formation du syndicat Solidarnosc (qui eut un fort impact à Cuba) d’une part, fracture dans un camp socialiste jusque là présenté comme un bloc harmonieux, et la première visite dans l’île en 1979 de 100 000 exilés cubains d’autre part, donnèrent à leurs familles une vision plus positive des opportunités offertes par les États-Unis.

9Mais, c’est en 1980 que se produit une émigration massive et spectaculaire. L’occupation de l’ambassade du Pérou à La Havane par plusieurs milliers de Cubains provoqua une crise migratoire et l’ouverture d’un nouveau pont aérien à partir du port de Mariel. Environ 1 30 000 marielitos – c’est ainsi qu’on les surnomme – débarquèrent à Key West. Il s’agit cette fois de groupes sociaux très différents. Nombre d’entre eux étaient jeunes, parfois noirs ou métis (13 % selon Jorge Duany), et d’origine populaire ; leur niveau d’études ou de qualification professionnelle était très différents des autres exilés. En outre, certains délinquants et malades mentaux avaient été expédiés d’office par le gouvernement cubain sur les bateaux en partance. L’arrivée de ces nouveaux émigrés creusa un fossé profond dans la diaspora. Les marielitos furent méprisés et l’année 1980 symbolisa la différence de statut social entre les anciens et les nouveaux arrivants (Duany 1999).

10En 1984, un nouvel accord migratoire fut signé entre Washington et La Havane autorisant l’émigration de 20000 Cubains par an. Mais l’accord fut très vite suspendu par La Havane en signe de protestation contre le lancement de « Radio Marti », radio pirate, en 1985.

APRÈS L’EFFONDREMENT DE L’URSS (1994-2004)

11Si ce que l’on appelle l’exil historique représente – selon certaines sources – 50 % de la communauté, l’autre moitié – celle qui a émigré après 1980 – n’a pas le même comportement. Mais, parmi ces derniers, seuls 20 % votent (Jesús Arboleya, « Radio Progreso », Miami, mars 2004) ; les autres ne sont pas citoyens américains ou ne sont pas inscrits sur les listes électorales. Quant aux abstentionnistes, ils ne se sentent pas représentés par les partis en présence.

12Enfin l’émigration provoquée par la « période spéciale » – c’est ainsi que l’on nomme la crise qui a suivi l’effondrement de l’URSS – est très différente des précédentes. C’est l’extrême gravité de la crise des années 1990 qui provoque des départs massifs. En août 1994, la crise atteint son paroxysme. Une manifestation sans précédent a lieu à La Havane, les Cubains fuient dans des conditions très périlleuses ; les balseros, nom donné à ceux qui partent sur des embarcations de fortune périssent souvent dans les eaux du détroit de Floride, ils expriment les souffrances et le désespoir endurés par la population cubaine dans cette décennie. Ces boat-people prennent des risques considérables parce que leurs conditions de vie sont devenues trop difficiles. Loin de réclamer un renforcement des sanctions leur premier souci s’ils parviennent en Floride est d’aider leur famille dans le besoin, ils ont peur de voir les voyages à Cuba ou l’envoi d’argent interdits. Ils sont opposés à toute mesure susceptible de léser les intérêts de leurs parents et leur principal objectif est d’améliorer leur situation financière. Quelle que soit leur hostilité à l’égard du régime castriste, ils ne souhaitent pas d’agression contre l’île.

UNE ENCLAVE STRATÉGIQUE

13Comment expliquer l’importance politique de l’État de Floride et dans cet État le rôle de l’électorat cubain ?

  • 1 Les électeurs américains ne votent pas directement pour le candidat républicain ou démocrate mais (...)

14L’influence des communautés latino-américaines est grandissante en Floride du sud. Le vote hispanique est en passe de devenir un enjeu électoral majeur. La lutte est acharnée dans l’État des swing voters, car les marges électorales sont minuscules, l’élection se joue sur le fil du rasoir. Depuis le décompte de l’an 2000 qui permit à George W. Bush de remporter l’élection grâce à 537 voix très contestées et ce après une impasse de 36 jours, la vigilance des deux camps est en éveil permanent. La Floride a 9 300 000 d’électeurs et 27 grands électeurs1, soit 10 % de ce qui est nécessaire pour gagner l’élection présidentielle. Pour la campagne de 2004, Bush a déjà dépensé 90 000 dollars pour sa première publicité télévisée soit deux fois plus que dans les autres États. Les républicains ont un avantage supplémentaire parmi les électeurs hispaniques : Mel Martinez, ancien ministre du Développement urbain, est candidat au Sénat. Or Martinez est un Cubano-Américain populaire. Et les Cubains de Floride influent fortement le processus présidentiel. La majorité de la commission de la ville de Miami est composée de Cubains depuis 1985 et la fonction de maire de Miami a été depuis cette date constamment occupée par un politique d’origine cubaine. En 1996, Alex Penelas est devenu le premier maire cubain du district de Miami-Dade et, en 2003, Marco Rubio, un Cubano-Américain républicain, est devenu le premier leader hispanique de la Chambre des représentants de Floride.

15Dans le comté de Miami-Dade, les démocrates veulent éloigner les Cubano-Américains de George W. Bush qui avait bénéficié de leur soutien écrasant en 2000 à cause de l’affaire Elián dans la mesure où l’Administration Clinton avait accepté le retour à Cuba avec son père de cet enfant naufragé dans le détroit de Floride. Les émigrés cubains ont été dans leur majorité traditionnellement acquis aux républicains car ce parti préconise une ligne dure envers Fidel Castro (même si aujourd’hui des divergences apparaissent à ce propos). À Miami, Bush peut compter sur un électorat qui votera pour lui de toutes façons parce qu’il le considère comme plus susceptible de renverser le régime cubain, quelle que soit la rhétorique démocrate. C’est la raison pour laquelle de nombreux Cubano-Américains idolâtrent les ex-présidents Nixon et Reagan et c’est aussi la raison pour laquelle ils détestent John Kennedy (tenu pour responsable de la défaite de la Baie des Cochons) bien qu’aucun autre président n’ait apporté une aide matérielle aussi importante à la « cause » contre-révolutionnaire. Ce qui les intéresse c’est de savoir « qui dégaine son revolver le plus vite » et la comparaison profite sans aucun doute au cow-boy texan face au « libéral » John Kerry du Massachusetts. Par exemple, José Basulto, l’un des dirigeants les plus extrémistes de l’organisation Hermanos a la Rescate (Brothers to the Rescue), a récemment encore exigé de George Bush qu’il inculpe Fidel Castro d’assassinat (El Nuevo Herald, 31 mars 2004).

16George W. Bush a toujours assuré qu’il opposerait son veto à une quelconque législation pouvant relâcher les sanctions contre Cuba. Il est vrai que la communauté cubano-américaine est de plus en plus divisée au sujet du durcissement de l’embargo. La plus jeune génération – les enfants nés aux États-Unis – est souvent moins aigrie et elle peut être moins loyale envers un parti particulier. La moitié des Cubano-Américains de la Floride du Sud a quitté l’île après 1980 et ce groupe ressemble plus aux émigrés économiques des Caraïbes ou d’Amérique centrale qu’aux premiers venus, ceux qu’on appelle les « históricos ». Le soutien à la ligne dure diminue avec l’arrivée d’exilés qui ont des parents sur l’île, qui envoient de l’argent à leurs familles et qui souhaitent améliorer leur sort. Ajoutons qu’environ 200 000 voyageurs américains (dont de nombreux Cubains) visitent Cuba chaque année (en 2001, Cuba occupait le neuvième rang des destinations préférées par les Américains).

17Selon les résultats des sondages publiés après la primaire du Parti démocrate en Floride, les électeurs d’origine cubaine pourraient de nouveau jouer un rôle décisif lors de l’élection présidentielle de 2004. « Tant qu’ils votent en bloc et tant que la Floride est un des États les plus disputés le vote cubain jouera un rôle clé » affirme le politologue Andrés Oppenheimer (El Nuevo Herald, 31 mars 2004). Les Cubano-Américains en sont conscients. Certains d’entre eux font monter les enchères. Ainsi José Basulto souligne-t-il que « les Cubano-Américains prennent de l’importance pour les candidats à la présidentielle car leur élection peut dépendre de notre vote » (El Nuevo Herald, 31 mars 2004). Appuyer l’embargo peut faire perdre dix voix à un candidat dans l’lowa, mais éviter de le faire peut lui faire perdre 100000 votes en Floride du Sud.

18Il est paradoxal de constater que la Floride était l’État le plus représenté en décembre 2003 à La Havane lors d’une rencontre entre 250 entrepreneurs américains et Fidel Castro. Sur les 29 États présents, 19 entreprises et 36 participants étaient originaires de Floride afin de participer aux négociations commerciales avec la firme cubaine Alimport. Nul doute que certains de ces participants étaient d’origine cubaine préfigurant ainsi le rôle qu’ils pourraient jouer dans l’après-castrisme.

ÉVOLUTION ET DIFFÉRENCIATIONS

19C’est en 1981 qu’a été créée la Cuban American National Foundation (CANF). Son fondateur, Jorge Mas Canosa (mort en 1997), n’hésita pas à se lier aux secteurs pratiquant le terrorisme au sein de l’exil et à Oliver North qui organisa les opérations de la Contra en Amérique centrale dans les années 1980 (The Economist, 22 novembre 2002). Cette organisation très influente (la plus importante après le lobby pro-israélien selon The Economist) a été au centre de toutes les activités politiques cherchant à renforcer l’embargo et à renverser le régime castriste. Mais elle a aussi contribué au financement des campagnes électorales de l’espagnol José Maria Aznar et du nicaraguayen Mateo Alemán. La CANF est un lobby puissant qui dispose de ressources financières considérables grâce aux contributions de riches entrepreneurs d’origine cubaine. Pendant seize ans, elle a influencé de manière souvent déterminante la politique de Washington envers Cuba. Elle a pu faire adopter par le Congrès américain deux lois très importantes : en 1992, le Cuban Democracy Act connu sous le nom de loi Torricelli – du nom du représentant démocrate Robert Torricelli qui reçut pour son aide la somme de 255 000 dollars – destinée « à promouvoir une transition pacifique à Cuba grâce à l’application de mesures appropriées à rencontre le gouvernement cubain » ; puis en 1996 la loi Helms-Burton (du nom du sénateur républicain Jesse Helms et du représentant républicain Dan Burton) autorisant les citoyens américains à intenter des procès aux entrepreneurs étrangers qui investiraient dans des propriétés américaines expropriées par le gouvernement cubain.

20Dans les années 1980, furent élus à la Chambre des représentants trois Cubano-Américains représentant non seulement leur circonscription géographique mais aussi la communauté cubaine. Il s’agit des républicains de Floride, Lincoln Diaz-Balart et lleana Ros-Lehtinen, et du démocrate du New jersey, Robert Menéndez.

21Mais, avec la fin de la Guerre froide la lutte contre le communisme a perdu de son importance sur le continent. Or, aux États-Unis, l’embargo lèse les intérêts commerciaux de l’agro-business. Cuba est un importateur net de produits alimentaires et représente dans la région un marché non négligeable et proche mais dont profitent actuellement les entreprises européennes. Ce qui explique la formation d’un autre lobby agro-alimentaire dont le poids et l’influence peuvent à terme l’emporter sur la CANF. Pour José Basulto, « l’exil envoie des signaux contradictoires à la Maison Blanche ce qui lui permet de justifier son inaction ».

22D’autres facteurs ont entraîné des changements au sein de l’émigration. Le renouvellement migratoire d’abord : ceux qui sont arrivés récemment sont moins politiques et moins agressifs, ils travaillent souvent dans des conditions difficiles. Le renouvellement générationnel ensuite. Les jeunes cubano-américains suivent de près la situation cubaine mais ils ne sont pas hantés par la perspective du retour et sont moins passionnés que leurs aînés. Leur avenir personnel et professionnel est plus prometteur aux États-Unis. D’après un sondage, seuls 14 à 29 % des chefs de famille dans la région de Miami disent qu’ils retourneraient à Cuba si Fidel Castro disparaissait (De Sipio 2003 : 216).

23Enfin les 200 000 touristes en provenance des États-Unis qui visitent Cuba chaque année sont eux aussi porteurs de modération.

24Certes le pouvoir, l’argent et l’influence sont encore l’apanage de la vieille génération et la CANF peut s’exprimer au nom d’une large proportion de la communauté cubano-américaine. Mais l’influence du lobby impulsé par la Chambre de commerce américaine et l’American Farm Bureau Federation est croissante ; ils ont acquis un soutien bi-partite de la part de membres du Congrès représentant des intérêts de l’agro-business.

25Ce qui suscite la rage de José Basulto responsable de Hermanos al Rescate dont le mot d’ordre est « Indict Castro for murder » (Inculpez Castro pour meurtre). Il souhaite monnayer le vote cubain en échange d’un engagement présidentiel en ce sens. Pour ces Cubano-Américains, George W. Bush est trop passif à l’égard de Fidel Castro. L’exil « historique » qui domine les médias relaye ces critiques. Les chroniqueurs du journal El Nuevo Herald – Agustín Tamargo et Luis Aguilar León, entre autres – s’interrogent : « Pourquoi l’Irak et pas Cuba ? »

QUELS RAPPORTS ENTRE L’EXIL ET LA NATION INSULAIRE ?

  • 2 Agustin Tamargo, El Nuevo Herald (Miami), 4 avril 2004.

26L’exil « historique » considère comme allant de soi que les émigrés joueront un rôle central dans la reconstruction politique et économique de Cuba dans le cadre « d’un gouvernement civico-militaire provisoire avec des figures démocratiques de La Havane et de Miami »2. La puissance économique et financière de la CANF est certes considérable mais les bases politiques d’un tel pouvoir pourraient-elles être viables compte tenu de la volonté de revanche de ses dirigeants ? Cette question débouche sur une autre interrogation. Comment définir la cubanité ? Y a-t-il une identité cubano-américaine en formation ? Il est vrai que les Cubains de Miami ont constitué une communauté soudée qui a résisté à la dispersion physique et culturelle. Elle a été aidée en cela par son statut relativement privilégié bien que de plus en plus différencié. Si on la compare aux autres communautés émigrées, elle est mieux éduquée, elle connaît un taux de chômage plus bas, elle a de meilleurs salaires et un niveau de vie moyen plus élevé.

27Jorge Duany souligne que les commerçants cubains ou les entrepreneurs préfèrent embaucher des employés cubains. La concentration spatiale des résidences, des commerces et des entreprises ayant des activités économiques variées s’est renforcée. En 1977, les Cubains étaient propriétaires de 7 336 entreprises essentiellement dans les services, le commerce de détail et la construction. En 1992, ils étaient propriétaires de 46 900 firmes dans l’aire métropolitaine de Miami. En 1997, plus de la moitié des Cubains nés à l’étranger étaient devenus citoyens américains (Duany 1999).

28L’identité diasporique des Cubains en exil et ses rapports avec la nation insulaire peut-elle donner naissance à une nouvelle cubanité ? Un Cubano-Américain de l’Université de Floride a caractérisé la culture de l’exil comme une culture gelée (« a frozen culture »), celle des années 1950 que les plus vieux exilés ont emportée avec eux, eux que l’on voit encore jouant aux dominos dans la « Calle Ocho » (Huitième Rue), près du cimetière où reposent l’ancien dictateur Machado ou Jorge Mas Canosa.En d’autres termes, le fossé existant entre les partisans de la Révolution dans l’île et les opposants au régime aux États-Unis est-il surmontable alors qu’un demi-siècle s’est écoulé ? L’antagonisme politique entre les insulaires et l’exil peut-il être soluble au sein d’une citoyenneté cubaine s’exprimant dans une nouvelle légalité institutionnelle ?

29Pour certains auteurs, Miami est une ville-frontière connectée à deux continents mais séparée de chacun d’entre eux, ce qui expliquerait le caractère hybride de l’identité cubano-américaine (voir De Sipio 2003 : 218). Dans cette optique, les secteurs de l’exil qui revendiquent leur cubanité formeraient une deuxième nation comprenant 15 provinces dont Miami et non 14 comme c’est le cas dans l’île aujourd’hui. Cette redéfinition de la cubanité pourrait entraîner une remise en question de la Nation, de la souveraineté telle qu’elles sont inscrites dans la mémoire cubaine depuis José Marti.

30Rafael Rojas, dans une contribution à la critique du nationalisme cubain, réfute « le discours identificatoire et téléologique du nationalisme révolutionnaire régi par une logique de fermeture : l’enfermement de la nation dans l’espace insulaire et l’enfermement de son histoire dans le temps de la Révolution. Pour ce discours, rien n’existe au-delà du territoire cubain, rien n’existe au-delà du castrisme. Deux entités sont hypothéquées dans ce méta-récit l’une est temporelle et l’autre spatiale : le futur et la diaspora. Il suffit de poser une question pour dépasser les limites que cette représentation nous impose : le futur n’est-il pas dans la diaspora ? » (Rojas 1998). Encore faudrait-il différencier cette diaspora et distinguer entre la communauté cubaine de Floride dont la réussite sociale est souvent mise en exergue, et les Cubains installés dans le New jersey, à New York, ou à Porto-Rico, etc.

31Quelle sera dans l’avenir – notamment dans l’après-castrisme – la nature des liens culturels entre le pays natal et le pays d’adoption ? L’existence d’une nouvelle cubanité, d’une identité hybride entre l’île et le grand voisin du Nord supposerait qu’une cohabitation harmonieuse mette fin à un antagonisme historique né de l’oppression du faible par le fort. « L’enfermement de la nation dans l’espace insulaire », dont parle Rafael Rojas, n’est pas d’abord le fait de la Révolution castriste, il est inscrit dans l’alternative confrontation/soumission imposée par la puissance impériale dans la région depuis plus d’un siècle. Un débat qui traverse aujourd’hui le continent latino-américain.

Bibliographie

Références

De Sipio, Louis (2003). « Cuban Miami : Seeking Identity in a Political Borderland », Latin American Research Review, vol. 38, n° 2. Austin, University of Texas.

Duany, Jorge (1999). « Cuban Communities in the United States : Migration Waves, Settlement Patterns and Socio-Economie Diversity », Pouvoirs dans la Caraïbe, n° 11. Université des Antilles et de la Guyane.

Rojas, Rafael (1998). Isla sin fin. Miami, Ediciones Universal.

Teissèdre, Marie-Cécile (2003-2004). Miami, capitale des Amériques ? Consulat général de France à Miami, texte ronéoté.

Notes

1 Les électeurs américains ne votent pas directement pour le candidat républicain ou démocrate mais pour une liste de grands électeurs. La liste qui obtient le plus de voix remporte tous les sièges de l’État. La Floride est le quatrième État par ordre d’importance et le scrutin y est très serré.

2 Agustin Tamargo, El Nuevo Herald (Miami), 4 avril 2004.

Notes de fin

* Enseignante à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine et chercheuse associée au CREALC (IEP d’Aix-en-Provence).

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540