Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chávez et l'Afrique

 | 
Camille Forite

Troisième partie. Perspectives multilatérales et limites de la politique africaine du gouvernement Chávez

Chapitre 5. Ambitions et limites de la politique africaine d’Hugo Chávez

Texte intégral

Multilatéralisme, diffusion du « socialisme du xxie siècle » et enjeux de la coopération

Les ambitions de la politique africaine de Chávez : incursion multilatérale et recherche d’un leadership intercontinental

  • 1 Nous avons déjà pu l’apprécier avec la diplomatie culturelle [cf. chapitre 4].

1 Bien qu’il soit, dans le champ diplomatique, un instrument de consultation internationale, le multilatéralisme permet, selon Marie-Claude Smouts, de « construire du sens commun », autour d’un même système de valeurs [Smouts, Basttistela, Vennesson, 2006 : 357] sous-entendant ainsi que l’unilatéralisme et le bilatéralisme ne sont pas les modalités de consultation internationale adéquates. Dans cette acception, et parce qu’elle a pour objectif central la construction d’un monde multipolaire, la politique extérieure d’Hugo Chávez revêt un intérêt singulier. Si elle s’inscrit principalement dans un cadre bilatéral comme nous avons pu l’entrevoir, la politique africaine d’Hugo Chávez s’intègre également à une stratégie multilatérale1. Aussi, il convient de s’interroger sur l’utilisation de moyens multilatéraux, comme autre modalité d’exportation du système de valeurs vénézuélien en Afrique, en l’occurrence le « socialisme du xxie siècle », avec, à l’esprit, la notion de multipolarité, qui s’impose comme finalité de la diplomatie vénézuélienne.

  • 2 Nous entendrons par « stratégie multilatérale », les moyens mis en œuvre, par des intermédiaires o (...)

2Rappelons que l’accession du Venezuela au statut de membre observateur de l’UA en 2005 a été le premier pas d’une insertion à l’organe d’intégration politique le plus important d’Afrique2. La diplomatie vénézuélienne montre qu’elle entend jouer un rôle politique fort en Afrique en s’immisçant, cette fois, dans les organes régionaux d’intégration. En effet, elle aspire à intensifier ses liens avec des organismes d’intégration régionaux comme l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), la Communauté Économique des États d’Afrique Occidentale, la Communauté de Développement de l’Afrique Australe, la Communauté Économique de l’Afrique Centrale et la Communauté de l’Afrique Orientale [Liendo, 2008 : 44]. L’intégration dans ces organes à la fois continentaux et régionaux est garante d’une pénétration stable, parce qu’institutionnelle et multilatérale, du Venezuela et de son modèle, en Afrique.

  • 3 Par manque d’informations, certainement du fait de la nouveauté de la coopération avec la Russie, (...)

3La diplomatie multilatérale s’exprime également par la mise en place de mécanismes de coopération triangulaire avec Cuba, le Brésil, la Russie3 et l’Iran d’une part, et avec des pays africains d’autre part. Un pays fournit du matériel, un autre est donateur et le dernier est récepteur des programmes de coopération convenus. C’est avec Cuba que cette diplomatie est la plus avancée. Dès janvier 2005, le ministre des Relations Extérieures du Venezuela, Ali Rodriguez Araque, et le ministre des Relations Extérieures cubain, Felipe Pérez Roque, examinent en réunion bilatérale la possibilité de création d’une coopération triangulaire avec l’Afrique. Elle aboutit, en août de la même année, à cinq propositions dans les domaines de la santé et de l’éducation, à savoir :

  • 4 « Relaciones Internacionales Venezuela-África : 2005-2008 », op. cit., p. 58.

« Un programme de lutte contre les vecteurs de transmission de maladies comme la malaria ou la dingue, un projet d’enseignement secondaire pour la République Arabe Sahraouie, un projet de sécurité alimentaire en collaboration avec la Food and Agriculture Organization (FAO), un programme d’assistance médicale au Swaziland, et un programme d’assistance médicale primaire au Lesotho4 ».

  • 5 Elle concerne l’Angola, le Botswana, le Lesotho, le Malawi, l’Île Maurice, le Mozambique, la Namib (...)

4Dans les faits, les deux pays ambitionnent de participer à la création de deux écoles de Médecine : l’une pour la Communauté de Développement de l’Afrique Australe5 et l’autre pour la Communauté des États de l’Afrique Occidentale. Ils projettent également de lancer un programme d’alphabétisation ainsi qu’un programme de pêche en eaux profondes pour la Tanzanie. Cette coopération doit générer des échanges d’expériences entre Cuba et le Venezuela sur les grandes thématiques africaines, un partage d’information entre le Centre d’Études de l’Afrique et du Moyen-Orient et les chaires vénézuéliennes sur l’Afrique, notamment sur la question du racisme. Ce n’est qu’en février 2008 que le financement de ce vaste programme a été approuvé par le Venezuela, ce qui explique la difficulté à en analyser la matérialisation concrète. À l’heure de l’écriture, la coopération triangulaire engagée avec l’Iran reste au stade de l’intention puisque ce n’est qu’à l’occasion du sommet des non-alignés de 2007, à Téhéran, que les deux États ont exprimé leur souhait de coopérer. Toutefois, les pays ciblés sont : le Mali, la Gambie, le Sénégal, le Zimbabwe, le Bénin et le Soudan. Avec le Brésil, elle est tout aussi récente et ne concernerait que les pays lusophones.

5Le Venezuela retrouve également l’Afrique sur la scène altermondialiste où « un autre monde est possible ». Le Forum Social Mondial (FSM) – première occurrence à Porto Alegre en 2001 – a pour objectif d’être le pendant au Sud du Forum Économique Mondial (organisé par l’Organisation Mondiale du Commerce) qui se réunit tous les ans en Suisse à Davos. Le FSM est, chaque année, déplacé dans une grande ville du Sud. Choix hautement symbolique, celui de 2006 est polycentrique et se déroule conjointement à Caracas, capitale vénézuélienne, à Bamako, capitale malienne, et à Karachi au Pakistan. L’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie ont reçu tour à tour associations, Organisations Non Gouvernementales (ONG) et syndicats, pour trouver des alternatives à la mondialisation.

6Le FSM polycentrique de 2006 ne va pas sans rappeler la conférence de Bandung qui déboucha en 1966 sur la Tricontinentale ou Conférence de Solidarité avec les Peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Précédait aux réunions de travail une « Conférence des peuples de Bandung » en guise de commémoration du cinquantenaire de la Conférence de Bandung (1955). Cette dernière souligne les analogies existantes entre les revendications du Mouvement des Non-Alignés et du Forum Social Mondial. Premier constat : le colonialisme politique des années 1950 est supplanté aujourd’hui par un néocolonialisme économique qu’il est important de dépasser. Ainsi, par le biais des grandes organisations internationales, le Venezuela et l’Afrique resserrent leurs liens, dans des contextes essentiellement militants et anti-impérialistes.

7L’élément le plus notoire des relations multilatérales qu’entretient le Venezuela avec l’Afrique reste sans conteste le développement à échelle régionale de relations entre l’Amérique du Sud et l’Afrique, qui se concrétisent par l’organisation du Ier sommet Amérique du Sud-Afrique (ASA). En avril 2005, sur invitation du président nigérian, Olusegun Obansanjo – également président de l’UA à cette date – l’Amérique du Sud est conviée au premier sommet réunissant les deux continents dans la capitale nigériane, Abuja. Le président brésilien Lula Da Silva répond positivement à cette proposition à l’occasion d’une visite officielle de son homologue nigérian en septembre 2005.

8C’est ainsi que, pour la première fois de leur histoire respective, une quarantaine de présidents sud-américains et africains se retrouvent à Abuja du 26 au 30 novembre 2006 pour débattre des défis de la mondialisation et de la coopération Sud-Sud. En campagne présidentielle pour briguer un deuxième mandat, Hugo Chávez ne s’est cependant pas rendu à ce premier sommet. C’est Reinaldo Bolivar, le vice-ministre pour l’Afrique, qui a représenté le Venezuela. À l’issue du sommet, trois documents destinés à régir la coopération et le partenariat entre les deux régions, ont été adoptés : la résolution d’Abuja sur le forum de la coopération Afrique-Amérique du Sud, la déclaration d’Abuja et le plan d’action pour la mise en œuvre des résolutions du premier sommet.

  • 6 Déclaration d’Abuja. Texte original : « hacerlo más representativo de los países en desarrollo, al (...)

9Des objectifs globaux encadrent la coopération entre les deux régions, à savoir : la promotion de la démocratisation des organes internationaux de prise de décision afin d’améliorer la participation des pays en voie de développement, un appel à une réforme du Conseil de Sécurité de l’ONU afin de « le rendre plus représentatif des pays en développement, plus efficient et transparent, et augmenter ainsi l’avenir de son efficacité, de sa légitimité et l’application de ses décisions6 », et un appel à une universalisation de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

10Les engagements pris concernent des thèmes variés, à savoir : la coopération dans les instances multilatérales, la coopération juridique, la paix et la sécurité, la démocratie et les droits de l’homme, la coopération dans les domaines de l’agriculture, de l’agro-industrie, du commerce, des investissements, de l’énergie, des minerais, la lutte contre la faim et la pauvreté, la coopération sociale, culturelle et touristique, scientifique, technologique, puis le domaine de la santé, de l’éducation, de l’environnement, les questions de genre et le développement institutionnel. La coopération se veut diversifiée et semble ne laisser de côté aucun secteur d’activité.

11La communauté de destin qui lie l’Amérique du Sud et l’Afrique constitue la principale justification du rapprochement entre les deux régions. Continents tous deux colonisés, ils aspirent à se détacher de la tutelle des pays du Nord, à s’affranchir du pillage systématique des ressources nationales par les anciens colonisateurs et les grandes institutions internationales, qui n’ont fait qu’affaiblir un peu plus des économies déjà fragiles. Ainsi, ils partagent aujourd’hui la même volonté de rapprochement avec pour toile de fond le projet de création d’une alliance Sud-Sud. Unies, l’Amérique du Sud et l’Afrique décident de combattre les effets pervers d’une mondialisation exclusive qui laisse à la marge les trois-quarts des pays du globe. La première se fait désormais porte-parole du Sud sur la scène internationale.

  • 7 Jorge Valero, « La dimensión multilateral de la política exterior Venezolana », Política exterior (...)

12Si le Venezuela n’a pas occupé un rôle prépondérant dès la genèse de cette coopération, il entend bien rattraper son retard. Symbole fort de son implication dans cette coopération intercontinentale, il s’est proposé d’organiser le deuxième sommet ASA qui devait se dérouler à Caracas au mois de novembre 2008. Pour Reinaldo Bolivar, « cette rencontre est la plus grande rencontre multilatérale jamais réalisée sur le territoire vénézuélien7 ». Au programme de ce sommet figurent les propositions d’Hugo Chávez d’exporter en Afrique des initiatives telles que Bancosur, Petrosur, la Universidad del Sur, Radiosur ou Telesur. Cette dernière appartient à 51 % au Venezuela, à 19 % à Cuba, 10 % à l’Uruguay et 5 % à la Bolivie, à l’Équateur et au Nicaragua.

13Ces données évoquées, on constate que la participation aux organes d’intégration politique et l’utilisation d’une coopération multilatérale, s’imposent clairement comme des instruments de pénétration du Venezuela en Afrique. La diplomatie vénézuélienne multiplie ces initiatives et accroît ainsi sa capacité d’influence dans la région.

  • 8 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.
  • 9 Nous y avons déjà fait allusion dans le chapitre 3, au sujet de la diplomatie pétrolière.
  • 10 Guillaume Devin, Sociologie des relations internationales, Paris, La Découverte, 2007, p. 68.

14À l’image de sa diplomatie bilatérale, l’exportation du modèle chaviste, par le biais d’outils multilatéraux, est toujours plus évidente. En effet, les initiatives de la diplomatie vénézuélienne, ou celles auxquelles elle participe, sont amplement marquées d’une empreinte idéologique. Parce qu’elles montrent la volonté du Venezuela d’occuper un rôle de premier plan et offrent la possibilité de donner à son modèle la légitimité qu’il poursuit, l’organisation du FSM polycentrique à Caracas en 2006 et l’organisation du IIe sommet ASA, qui promeuvent un plus juste équilibre international, en sont déjà révélatrices. De plus, outre le Brésil, la coopération triangulaire d’Hugo Chávez, s’impose comme la porte d’entrée en Afrique de gouvernements dont les pratiques politiques ont été, à maintes reprises, et sont encore, décriées par la communauté internationale. À ce sujet, un diplomate de l’ambassade d’Algérie à Caracas explique que la coopération triangulaire a, par exemple, « permis à la Russie de rentrer dans des zones dans lesquelles elle n’a pas eu l’occasion de passer », et ajoute : « donc je dirai que [le Venezuela] est en train de rivaliser avec les États-Unis, comme la France8 ». Aussi, avec le Venezuela d’Hugo Chávez en tête de file, il semblerait que l’Afrique se soit convertie en théâtre d’une lutte idéologique entre deux visions opposées du monde9. À ce titre, les cas de Telesur et de Radiosur sont intéressants. Guillaume Devin souligne le rôle prépondérant de la propagande radiophonique mise en place par les services spéciaux des États, dans les grandes luttes idéologiques du xxe siècle. Elle est un moyen d’action internationale « qui peut permettre la diffusion d’informations visant à orienter l’opinion dans un sens politique souhaité10 ». Bien qu’elles soient issues d’initiatives gouvernementales, Telesur et Radiosur se veulent l’équivalent, au Sud, de l’omniprésence de la chaîne américaine CNN. Leur rôle politique est indéniable et elles contribuent à véhiculer l’influence culturelle et idéologique de l’Amérique du Sud, mais surtout du Venezuela, qui les a créées. Cette question de l’exportation du modèle en soulève une autre, sous-jacente. Nous l’avons vu, la politique extérieure vénézuélienne s’inscrit en faux contre le néolibéralisme et contre l’impérialisme nord-américain ainsi que contre celui des pays du Nord en général. Elle entend substituer ce modèle dominant à son modèle endogène, non dénué de prétentions universalistes, et l’Afrique semble, là, s’imposer comme le terrain propice de cet affrontement idéologique.

15En outre, il est indispensable, en réduisant l’angle de vue, de noter un autre élément essentiel de la politique africaine d’Hugo Chávez, qui s’exprime dans sa diplomatie multilatérale : la question du leadership. À l’échelle latino-américaine, Hugo Chávez est en rivalité avec son homologue brésilien, le président Lula Da Silva. Car le Brésil est le pays de la région qui a développé les relations les plus importantes avec l’Afrique. Ces dernières ont une assise historique [Martinière, 1980 : 313-340] que les relations avec le Venezuela n’égalent pas, et connaissent depuis ces dernières années une recrudescence notoire. Si, nous l’avons vu, cette diplomatie oppose deux modèles – grossièrement celui du Nord et celui du Sud – il n’en demeure pas moins que ce dernier semble faire l’objet d’une lutte interne entre le Venezuela et le Brésil pour imposer leur modèle respectif et par conséquent leur leadership. Hugo Chávez semble vouloir rattraper son retard en Afrique. Ainsi la rivalité régionale s’exporte outre-Atlantique et devient une rivalité intercontinentale. Pour preuve, si le Brésil est, avec le Nigeria, à l’origine de la coopération entre leurs deux régions, le Venezuela se propose d’organiser le premier sommet du genre qui aura lieu en Amérique du Sud. De la même façon, il s’est proposé d’être l’antenne latino-américaine du FSM polycentrique de 2006, initiative qui le propulse sous les projecteurs de la scène des pays du Sud.

16 Mais la stratégie multilatérale d’Hugo Chávez en Afrique comporte des limites qu’il convient à présent de souligner.

Limites et risques de la coopération intercontinentale

17La coopération avec l’Afrique présente déjà des limites d’ordre formel. Les sommets à grande échelle génèrent d’immenses dépenses financières pour les États. Endettés, les États du Sud avec au premier chef les États africains, n’ont souvent pas les fonds nécessaires pour assister de manière assidue à ces réunions au plus haut niveau, et la formation, coûteuse, de hauts fonctionnaires qualifiés ne peut pas toujours être assurée [Smouts, Battistela, Vennesson, 2006 : 357]. De plus, l’Afrique n’est pas homogène, et les différenciations d’activisme international en témoignent. Si le Maghreb reste très présent sur la scène diplomatique, l’Afrique Subsaharienne exporte ses faiblesses structurelles, et peine à s’y insérer [Smouts, 1991 : 270]. Pour Marie-Claude Smouts, les moyens à disposition de l’Afrique pour se faire entendre dans ces grandes consultations s’amenuisent, à mesure qu’elle en devient de plus en plus dépendante, ce qui la conduit à évoquer, dans les années 1990, la marginalisation politique de ce continent. La multiplication des sommets à l’échelle mondiale fait qu’on peut se demander si les États africains, qui se déplacent déjà difficilement pour ces occasions, pourront tous les deux ans se rendre massivement au Festival avec les Peuples d’Afrique qui présente, comme nous l’avons vu, un intérêt politique indéniable, ou encore au sommet Amérique du Sud-Afrique. En outre, ces rendez-vous ne vont-ils pas davantage encore accentuer les inégalités que connaissent les États africains, en laissant les plus nécessiteux à la marge ?

18L’implication du Brésil et du Venezuela dans la coopération avec l’Afrique est indéniable. Cependant, les autres États sud-américains sont-ils aussi intéressés par une coopération avec l’Afrique ? Au premier sommet Amérique latine-Afrique, sur douze chefs d’État sud-américains, seuls six se sont rendus à Abuja. Étaient présents Lula Da Silva pour le Brésil, Evo Morales pour la Bolivie, Michelle Bachelet pour le Chili, Alfredo Palacio pour l’Équateur, Bharrat Jagdeo pour la Guyane, et Runaldo Venetian pour le Surinam. Parmi les absents figuraient des pays aussi importants que l’Argentine ou le Pérou.

19Un facteur similaire peut expliquer le rapprochement entre l’Amérique latine et l’Afrique : le virage à gauche qui déferle sur l’Amérique latine depuis une dizaine d’années. Les gouvernements du Brésil avec Lula Da Silva en 2002, du Venezuela en 1998, du Chili de Michelle Bachelet en 2006, de la Bolivie avec Evo Morales en 2006, du Nicaragua avec Daniel Ortega en 2007 et de l’Équateur avec Rafael Correa en 2006 basculent tous à gauche. Ce tournant latino-américain est le vecteur de tentatives d’intégration des pays du Sud sur l’échiquier mondial. Les pays latino-américains se sont organisés en pôles régionaux et l’Afrique a besoin de ce partage d’expérience. La création de l’ALBA (Alianza Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América) par le Venezuela et Cuba en est certainement la meilleure illustration. Cependant, l’intégration se heurte à des divisions internes et à un manque de cohésion imputable à des différenciations des gauches au pouvoir. Alors que la gauche chilienne et la gauche brésilienne sont plus modérées et libérales, les gauches bolivienne et vénézuélienne se veulent, elles, plus « révolutionnaires ». On peut déjà se demander si les problèmes de cohésion sud-américains n’auront pas d’incidence sur la coopération africaine. Du côté africain, ce continent a connu cette dernière année une multiplication de coups d’État qui met en relief son instabilité politique. Aussi une question se pose : quel crédit accorder à une coopération entre une Amérique du Sud qui se trouve être actuellement dans une crise d’intégration, et une Afrique morcelée par ses difficultés intrinsèques ? Ou encore, quelle cohésion peut émerger de ce processus quand 69 pays, aux problématiques toutes différentes, y sont impliqués ?

20Au regard de l’évolution des relations internationales à la fin du xxe siècle, la coopération Sud-Sud, plus globalement entre l’Amérique latine et l’Afrique, et plus précisément le rapprochement entre le Venezuela et l’Afrique, suscitent quelques interrogations.

21La chute du mur de Berlin et la fin de la Guerre froide initient un changement de l’ordre mondial porté par l’accélération de la mondialisation [Hugon, 2005 : 83-93]. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, on constate une nette insertion des Pays du Sud dans l’économie mondiale. Alors que leur part dans le marché mondial était de 14 % en 1960, elle est de 30 % en 2003. Mais celle-ci n’est imputable qu’à une dizaine de pays puisqu’a contrario entre 1970 et 2003, l’Afrique a vu sa part dans le marché mondial passer de 4 % à 2 %. Ces données soulignent les distorsions que connaît aujourd’hui le Sud. Alors que le continent africain reste incontestablement en marge de l’économie mondiale, l’Asie et l’Amérique latine entament leur intégration. Les investissements étrangers directs sont favorisés dans ces deux régions qui ont aujourd’hui accès aux capitaux privés.

22Certains pays du Sud émergent tandis que d’autres peinent à s’insérer dans la dynamique économique internationale. En résulte un « éclatement du Sud » qui ne peut plus désormais être appréhendé comme un bloc monolithique. L’entrée dans la mondialisation a favorisé l’émergence d’une poignée de pays tout en marginalisant la grande majorité d’entre eux. Philippe Hugon fait la distinction entre les Nouveaux Pays Industrialisés ou pays émergents (NPI), Pays Moins Avancés ou pays pauvres pris dans des étaux à pauvreté (PMA) et les nouvelles puissances régionales que sont devenues le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. L’écart se creuse entre pays dits de semi-périphérie qui émergent et pays périphériques, marginalisés.

23Disposant ainsi d’un plus grand crédit sur la scène internationale, les nouvelles puissances régionales deviennent les porte-parole du Sud, alors que la nouvelle conjoncture des pays du Sud se traduit par leurs divergences d’intérêts. Ils acquièrent un rôle dans les négociations internationales, aspirent, comme le Brésil, à l’obtention de postes de membres permanents à l’ONU, intègrent l’Organisation Mondiale du Commerce, etc. Les nouveaux intérêts des pays émergents sont le plus souvent en contradiction avec ceux des pays les plus pauvres ; or les alliances qui se créent aujourd’hui se font au nom des intérêts communs des pays du Sud. Bien qu’il subisse un éclatement interne, le Sud tente de parler d’une seule voix.

24Aussi la systématisation du monopole discursif des nouveaux pays émergents sur la scène internationale ne pourrait-elle pas être nuisible aux pays les plus marginaux dont les revendications sont à présent isolées ? Légitimement, la coopération entre une Afrique encore presque intégralement marginalisée et une Amérique latine en plein essor qui jouit d’un statut de semi-périphérie, peut-elle se faire à « part égale », dans un respect d’intérêts mutuels équitablement partagés ? Plus loin encore, y a-t-il un risque d’émergence d’une nouvelle forme de dépendance, de « néocolonialisme » ou de prédation du Sud vers le Sud ? La question mérite d’être posée.

25À ce propos, Jérôme Lauseig souligne les ambiguïtés de la politique de la Malaisie en Afrique subsaharienne [Lauseig, 1999 : 63-75]. Sous la bannière de la coopération Sud-Sud et de la solidarité entre les peuples du Sud, ce pays est parvenu à s’imposer en Afrique subsaharienne par le biais de nombreuses privatisations d’entreprises africaines, ce qui conduit Jérôme Lauseig à qualifier cette politique de « prédation Sud-Sud ».

  • 11 Entretien réalisé à Caracas, le 15 novembre 2008. Texte original : « es poco previsible » ; « Vene (...)
  • 12 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « hay países que proyectan somb (...)
  • 13 Entretien réalisé à Caracas, le 16 décembre 2008. Texte original : « they are looking for the good (...)
  • 14 Entretien réalisé à Caracas, le 20 novembre 2008.
  • 15 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.
  • 16 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.

26Cependant, pour la direction du vice-ministère vénézuélien pour l’Afrique cette éventualité est « peu probable » puisque « le Venezuela le fait de façon désintéressée » et qu’il ne demande rien en retour11. Même s’il y a « des pays qui projettent de l’ombre, je ne crois pas que ce soit le cas pour le Venezuela, je crois que le Venezuela projette plus de lumière » explique l’ambassadeur de la République Arabe Sahraouie12. Dans le même esprit, selon un diplomate de l’ambassade d’Égypte il n’y a pas de problème de ce point de vue-là puisque le Venezuela « recherche le bien de tout le monde13 ». Ibrahim Hussein Moussa, ambassadeur du Maroc, affirme de son côté que « l’idée même de coopération Sud-Sud est contraire à un néocolonialisme. Quand on dit coopération Sud-Sud on parle un même langage, on a les mêmes problèmes et on a le souci du respect de l’intégrité territoriale, respect de la souveraineté des pays, et respect de la volonté démocratique de leurs peuples. Là, pour le langage néocolonial il n’y a pas de place. Mais c’est ça la coopération Sud-Sud, c’est donner aux pays en voie de développement l’opportunité de résoudre les problèmes entre eux ». À l’opposé, « la coopération Sud-Sud c’est une coopération qui pousse à renforcer le for intérieur des pays du Sud et qui leur permettra de faire face dans l’avenir à une néocolonialisation des puissances plus fortes. C’est un moyen de prévention14 ». Un diplomate de l’ambassade d’Algérie à Caracas, reconnaît que c’est « un point important » et que « cela dépend des intentions des uns et des autres [...] mais la coopération qui existe actuellement avec l’Afrique, ce sont beaucoup plus des donations qu’autre chose à ma connaissance. C’est resté au niveau de la coopération. Peut-être que cette question pourrait être valable d’ici dix ans15 ». En effet, puisque les relations économiques entre les deux espaces sont minimales, l’éventualité d’une prédation Sud-Sud ne revêt pas, à l’heure actuelle, toute sa pertinence, mais comme il le confiait lui-même, le diplomate de l’ambassade d’Algérie espère que la coopération avec le Venezuela sera à l’avenir « une coopération beaucoup plus économique. Le politique est important mais l’économique l’est davantage16 ».

27Le multilatéralisme s’impose pour la diplomatie vénézuélienne comme une voie d’exportation du modèle vénézuélien en permettant une pénétration institutionnelle et approfondie dans les organes d’intégration régionaux et inter-régionaux. Cependant, la coopération avec l’Afrique présente des risques et des obstacles structurels que le Venezuela, et l’Amérique du Sud, devront dépasser à l’avenir. Pour autant, la question du modèle qui est exporté n’est pas encore élucidée et il convient à présent de s’interroger sur ses ambiguïtés et ses écueils.

« Socialisme du xxie siècle » et modèle vénézuélien en question

  • 17 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « Yo pienso personalmente, es u (...)

28« Je pense personnellement, c’est une opinion très personnelle, qu’avec la réalité économique du Tiers Monde, la réalité politique, la réalité culturelle, exporter le modèle européen n’est pas la méthode la plus juste pour sortir de cela17 » explique l’ambassadeur de la République Arabe Sahraouie. À cet égard, il est opportun de questionner le modèle vénézuélien, non pour statuer de son efficience concrète, puisqu’il faut laisser un temps au politique, mais pour en souligner les éventuelles contradictions et limites sur le terrain africain.

La question du modèle de l’intégration raciale : écueils d’une politique extérieure sur le plan intérieur

  • 18 Cf. Chapitre 4. Alain Charier évoque l’éloge de la démocratie raciale par les gouvernements vénézu (...)

29La diplomatie culturelle, nous l’avons vu, entend répondre au besoin d’intégration des Afro-Vénézuéliens au sein de la nation, mais elle entend également promouvoir le modèle d’une société rénovée, multiculturelle, et affranchie de ses vieilles discordes raciales. Aussi, il convient à présent de questionner ce modèle « romantique » véhiculé non seulement par le gouvernement mais aussi par la diplomatie vénézuélienne18, d’une société métissée, dans laquelle la discrimination n’aurait désormais plus sa place. En réalité, ce modèle se doit d’être nuancé. La Constitution de 1999, qui signe l’entrée dans la Cinquième République, porte l’espoir – de courte durée – d’une reconnaissance de l’identité afro-vénézuélienne dans la nation. L’article 100 stipule que :

« Les cultures populaires constitutives de la vénézuélanité jouissent d’une attention spécifique, en reconnaissant et en respectant l’interculturalité sous le principe de l’égalité des cultures ».

30Cependant, si elle reconnaît l’interculturalité, la Constitution de 1999 établit une distinction claire entre les Afro-descendants et les peuples indigènes. Selon Jun Ishibashi, ces derniers « ont atteint une participation historique dans la Constitution » puisque sept articles concernent leurs droits. Par exemple, l’article 123 stipule que les peuples indigènes sont autorisés à maintenir leur propre fonctionnement socio-économique fondé sur la réciprocité, la solidarité et le partage, et l’article 124 garantit, quant à lui, la propriété intellectuelle collective des connaissances indigènes. En effet, si elle consacre un chapitre entier, intitulé « Des droits des peuples indigènes », la Constitution de 1999 ne fait pas cas des droits des Afro-descendants. Malgré les propositions faites par les organisations afro-vénézuéliennes, la visibilité constitutionnelle des Afro-descendants est laissée pour compte [Ishibashi, 2007 : 25‑41].

31De la même façon, si la proposition de réforme constitutionnelle après la réélection du président Chávez en décembre 2006, fait renaître les espoirs de reconnaissance des droits des Afro-descendants, sous la bannière du « socialisme du xxie siècle », son rejet par référendum les a anéantis aussitôt. Quoi qu’il en soit, pour Jun Ishibashi, ce projet ne faisait figurer qu’à deux reprises la notion d’« Afro-descendance » et les propositions faites par la ROA – qui portaient sur la propriété territoriale, la spiritualité et la propriété intellectuelle, étaient absentes de ce projet. Pour le chercheur japonais, il existe au Venezuela un racisme institutionnalisé qui se matérialise par une exclusion implicite, comparable au racisme qu’ont connu les États-Unis et à l’apartheid en Afrique du Sud. L’absence de ségrégation institutionnalisée a généré un déni de discrimination de la part de la société vénézuélienne qui érige le métissage en preuve de l’inexistence du racisme. Il souligne à ce sujet « la tendance racialisée du discours politique polarisé » d’Hugo Chávez. Pour Hernan Lucera Molero, chercheur à l’Université des Andes de Mérida, la solidarité discursive, les octrois de quotas participatifs et la promotion occasionnelle des valeurs des Afro-descendants ne suffisent plus [Lucena Molero, 2007 : 59-72]. Ce qui est en jeu c’est la véritable transformation de la réalité socio-économique, juridique, éducationnelle et politique de la situation des Afro-descendants. Malgré la multitude de manifestations culturelles organisées par le gouvernement et les associations afro-vénézuéliennes, force est de constater que le premier n’accède pas aux requêtes centrales des secondes. Cet état de fait révèle ce qu’il appelle la « visibilité limitée des invisibles historiques » qui octroie de la reconnaissance mais pas de droits. Il évoque des démonstrations d’intentionnalités mais pas de véritable politique d’État. Une série d’obstacles bureaucratiques persistent qu’il faut surmonter, à savoir : les idéologues de la révolution, les techno-bureaucrates, les conseillers étrangers, les spécialistes de la léthargie de chaque ministère qui ne permettent pas d’avancer dans le travail de la commission présidentielle pour la Prévention et l’Élimination de toutes les formes de discrimination raciale dans le système éducatif vénézuélien, et la classe politique de l’Assemblée nationale qui n’intègre pas le fait qu’il ne suffit pas de reconnaître les faits historiques mais qu’il faut les imprimer en lettres vives dans une législation nationale.

  • 19 Entretien réalisé à Caracas, le 5 janvier 2009.

32Pour résumer, la diplomatie culturelle n’a ni les effets escomptés sur l’intégration des Afro-descendants à la nation ni ne répond aux attentes de ses protagonistes ; de plus, elle diffuse un modèle social en partie embelli. En effet, le modèle intégrateur promu par le gouvernement vénézuélien et sa diplomatie africaine n’épouse pas, dans la réalité, les formes qu’il se prête. Il se heurte à un racisme persistant que seule la diplomatie culturelle à destination de l’Afrique pourrait résorber. Pour Norma Romero, coordinatrice générale de la ROA, de nombreux efforts communicationnels restent à fournir, puisque l’information de ces événements culturels n’arrive pas nécessairement jusqu’aux classes afro-vénézuéliennes les plus exclues19.

La politique africaine d’Hugo Chávez : pour une « discrimination » continentale ?

  • 20 Reinaldo Bolivar, « La IV República Venezolana contra África », Rebelión, le 31 mars 2009. http:// (...)

33La politique africaine de la Cinquième République se veut globale. L’établissement de relations diplomatiques avec tous les pays africains est vanté par la diplomatie vénézuélienne qui en fait le symbole de la rupture avec la Quatrième République. Dans un article publié sur le site Web militant Rebelión, le vice-ministre pour l’Afrique, Reinaldo Bolívar dénonce la « discrimination des vieux diplomates vénézuéliens contre l’Afrique20 » en faisant allusions, entre autres, aux fermetures des ambassades de Tunisie, du Sénégal, d’Éthiopie et du Gabon.

34En effet, le diagramme n° 12 de l’évolution du ratio entre accords conclus et pays africains concernés, pour les périodes 1950-1999 et 1999-2008 montre indéniablement que celui-ci a plus que doublé, passant de 1,8 à 4,2 entre les deux Républiques. Pendant la première période, onze accords sont souscrits avec seulement six pays africains alors que depuis l’avènement de la Cinquième République, 80 accords sont conclus avec 19 pays africains, témoignant d’une cohérence accrue entre les deux indicateurs. Autrement dit, l’essor fulgurant de ce ratio révèle ostensiblement l’activisme de cette nouvelle diplomatie et donne ainsi toute leur légitimité aux critiques infligées par Reinaldo Bolívar à la Quatrième République.

Diagramme n° 12. Ratio du nombre d’accords de coopération souscrits par le nombre de pays concernés par ces accords

Diagramme n° 12. Ratio du nombre d’accords de coopération souscrits par le nombre de pays concernés par ces accords

Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

  • 21 L’analyse des préférences sectorielles ayant déjà été faite dans le chapitre 2, elle ne sera pas o (...)
  • 22 Notons qu’en 1960, seulement neuf pays africains sont indépendants, qu’en 1964 ce chiffre s’élève (...)

35Cependant, s’il est vrai que la politique africaine de la Quatrième République n’a pas franchi le pas d’une coopération active et intégrale en se limitant à un exercice discursif, il convient de questionner l’efficience de la « globalité » de la politique africaine d’Hugo Chávez21, martelée par le vice-ministère pour l’Afrique. Pour ce faire, l’analyse de la répartition des pays africains concernés par la coopération avec le Venezuela, en dehors du simple établissement de relations diplomatiques – au regard de la diplomatie de la Quatrième République – est un bon indicateur. De 1950 à 1999 seulement 1 % des pays africains sont intégrés à un processus de coopération avec le Venezuela22 [diagramme n° 13]. Autrement dit, sur les 54 pays du continent, seulement six sont concernés par cette coopération, justifiant toujours plus les propos tenus par Reinaldo Bolívar.

  • * Part calculée au regard du nombre de pays africains indépendants au moment où chaque accord a été (...)

Diagramme n° 13. Part des pays africains engagés dans un processus de coopération avec le Venezuela 1950-1999*

Diagramme n° 13. Part des pays africains engagés dans un processus de coopération avec le Venezuela 1950-1999*

Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

36En revanche, si de 1999 à 2008, ce taux a effectivement connu un bond substantiel et s’élève à 35 %, il n’en demeure pas moins que 65 % des pays africains ne sont toujours pas concernés par une quelconque coopération avec le Venezuela [diagramme n° 14]. La politique africaine d’Hugo Chávez n’entretient pas au même niveau la coopération avec tous les pays : celle-ci ne concerne même pas la moitié du continent. À l’accroissement indéniable des pays avec lesquels le Venezuela établit des relations diplomatiques, ne répond pas un accroissement aussi marqué pour la coopération, ce qui nuance la portée réelle de la politique africaine du gouvernement vénézuélien, et ce malgré l’augmentation du ratio.

Diagramme n° 14. Part des pays africains engagés dans un processus de coopération avec le Venezuela 1999-2008

Diagramme n° 14. Part des pays africains engagés dans un processus de coopération avec le Venezuela 1999-2008

Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

37Aussi convient-il de resserrer l’angle d’étude et de s’intéresser aux pays concernés par les accords de coopération, avec pour objectif de discerner si au sein même de ce groupe des distorsions peuvent être soulevées.

38Sur les 19 pays, on peut constater que tous ne sont pas concernés par des accords politiques de coopération, ceux-là même qui visent à approfondir et accélérer le processus coopératif. Seuls 11 pays sur les 19 ont souscrit ce type d’accords : le Sénégal, le Maroc, la Libye, le Nigeria, l’Algérie, le Mali, le Bénin, le Soudan, le Kenya, la Gambie et l’Égypte. Au sein de ce groupe, la répartition n’est pas non plus équitable [diagramme n° 15]. L’Algérie et la Gambie sont en tête avec respectivement 18 accords politiques, alors que ce chiffre ne s’élève pas au-dessus de quatre pour les autres.

Diagramme n° 15. Répartition des accords politiques souscrits par pays 1999-2008

Diagramme n° 15. Répartition des accords politiques souscrits par pays 1999-2008

Source : diagramme réalisé à partir de données du document : « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

39Le même processus se répète pour la répartition des pays, cette fois, tous secteurs confondus. Plus de la moitié de ces 19 pays n’ont pas conclu plus de trois accords de coopération avec le Venezuela. Aussi, la répartition de ces accords se trouve-t-elle concentrée sur une minorité de pays : pour douze pays, 27 accords sont souscrits alors que pour six d’entre eux, 53 accords sont conclus. Le diagramme n° 16 rend compte de l’importance des accords par pays, de leur inégale répartition et rend visible le fait que quatre pays couvrent à eux seuls la moitié des accords.

Diagramme n° 16. Répartition des accords souscrits par pays 1999-2008

Diagramme n° 16. Répartition des accords souscrits par pays 1999-2008

Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

40Au regard du nombre et de la qualité des accords passés, la politique africaine d’Hugo Chávez n’est pas exempte de toute critique, et son « ntégralité », sa « globalité » doivent être nuancées. Si la politique à destination de l’Afrique a connu un réel sursaut ces dernières années, la diplomatie vénézuélienne exerce, par intérêt géostratégique, une forme de « discrimination » par la sélectivité du choix des pays qu’elle engage dans la coopération. Toutefois, rappelons qu’il faut un temps au politique, or la politique africaine d’Hugo Chávez est encore très récente puisque, à l’heure de l’écriture, trois années seulement se sont écoulées depuis la création du vice-ministère.

Démocratie participative, droit à l’autodétermination des peuples : paradoxes d’Hugo Chávez et écueils de la diplomatie vénézuélienne

41Si, comme nous l’avons vu, le « socialisme du xxie siècle » est un projet qui revêt une multitude de caractéristiques, la démocratie participative est érigée en fer de lance de ce modèle. À ce sujet la politique africaine d’Hugo Chávez présente des ambiguïtés qui questionnent la diplomatie vénézuélienne et le modèle qu’elle diffuse Outre-Atlantique.

  • 23 Site de l’université de Sherbrooke au Canada, Perspective monde, profil politique de la Libye : ht (...)

42Les relations qu’entretient le chef d’État vénézuélien avec des chefs d’État africains connus pour bafouer la démocratie et les droits de l’homme ne vont pas sans entamer la crédibilité de sa diplomatie africaine. C’est le cas notamment pour ce qui concerne les relations de franche amitié qu’il entretient avec le chef d’État libyen Muammar al-Kadhafi. Au pouvoir depuis près de 40 ans, ce dernier renversa en 1969 la monarchie pour instituer une République Socialiste, caractérisée par son régime dictatorial23. Bien que ses pratiques soient condamnées par la communauté internationale, Hugo Chávez s’est rendu quatre fois chez son homologue libyen. La Libye étant un des États membre de l’OPEP, l’attrait du Venezuela pour le pétrole semble ici décisif pour le maintien régulier de relations. Le cas du Zimbabwe est sensiblement distinct de celui de la Libye. À l’occasion de l’élection du 29 mars 2008, le chef d’État Robert Mugabe, au pouvoir depuis 1987 et réputé pour son autoritarisme, refuse l’accès de son pays aux observateurs occidentaux. Cependant, certaines délégations choisies par le président, dont le Venezuela aux côtés de l’Iran et de la Russie, furent invitées en leur qualité d’observateurs internationaux pour veiller au respect des clauses démocratiques. Il semble évident que les pays invités ne s’exprimeront pas sur les entraves démocratiques, eux qui condamnent tout type d’ingérence (physique ou morale).

43Plusieurs raisons peuvent expliquer que Hugo Chávez entretienne des rapports avec des chefs d’État aux pratiques peu démocratiques. Elles répondent en premier lieu à un élément clé que la diplomatie chaviste prône à l’international : le droit à l’autodétermination des peuples. Chaque nation dispose de son droit à juger de ce qui est bon pour elle, et nulle autre n’est habilitée à le faire. Cela étant, il est nécessaire de s’interroger sur la manière dont il est possible d’interpréter l’autodétermination des peuples quand ceux-ci sont en proie à des régimes qualifiés de dictatoriaux. Autodétermination des peuples ou de leurs chefs d’État ? En second lieu, il convient d’évoquer la motivation pétrolière qu’il ne faut pas oublier dans le cadre de ces rapports, et qui semble être presque systématiquement la justification à une coopération fructueuse. Enfin, il est possible de s’interroger sur les limites de la rhétorique anti-étasunienne. Consiste-t-elle à se ranger du côté des pires ennemis des États-Unis, qu’importent alors les raisons du gel diplomatique ? L’anti-imperialisme, le droit à l’autodétermination des peuples et le pétrole passent-ils au-dessus d’une démocratie participative dont le gouvernement vénézuélien vante pourtant amplement les mérites ? Quel crédit accorder à un chef d’État qui ambitionne, à terme, de donner le pouvoir à son peuple, quant celui-ci s’empresse de courtiser des chefs d’État dont la légitimité est contestée par la communauté internationale ? Quelles que soient les raisons qui motivent ses relations avec des chefs d’État peu démocrates, il en résulte que la crédibilité d’un socialisme du xxie siècle, qui a pour précepte directeur la démocratie participative, se trouve entachée.

44Par ailleurs, si l’autodétermination des peuples et le respect de la souveraineté s’imposent comme d’autres maximes immuables du « socialisme du xxie siècle », et que leur promotion trouve un écho favorable chez les voisins africains, elles se sont récemment heurtées à la radicale logorrhée chaviste.

  • 24 « Marruecos cierra su embajada en Venezuela por diferencias sobre el Sahara », El Universal, le 15 (...)
  • 25 À l’exception de la majorité des pays africains et latino-américains ainsi que de l’UA, la communa (...)

45 Le contentieux avec le Maroc illustre parfaitement cette réalité. Alors qu’en novembre 2008, l’ambassadeur du Maroc, en poste depuis près de dix ans au Venezuela, soulignait la relation ancienne entre le Venezuela et son pays (l’établissement des relations diplomatiques remonte à 1965) tout en reconnaissant la contribution notoire d’Hugo Chávez à redynamiser la coopération interétatique, deux mois plus tard, le 15 janvier 2009, le Maroc décidait de fermer son ambassade à Caracas24. Motif : les prises de position trop claires d’Hugo Chávez en faveur de la République Arabe Sahraouie dont le Maroc25 ne reconnaît pas l’existence. Pourtant, en soulignant la volonté politique des deux chefs d’État et les points de convergence de son pays avec le Venezuela, M. Brahim Hussein Moussa expliquait alors :

« Nous avons aidé dans le passé beaucoup de pays africains pour l’accès à leur indépendance et surtout l’Algérie. Nous avons une ligne rouge dans nos rapports avec tous les pays : c’est le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale. Ici, on coïncide profondément avec le Venezuela, et dans cet acquis d’affinités on introduit le nouveau chapitre de la coopération Sud-Sud [...] entre le Maroc et le Venezuela »,

  • 26 Entretien réalisé à Caracas, le 20 novembre 2008.

46en ajoutant : « il n’y aura peut-être jamais un pas en arrière de la coopération entre les deux pays26 ». De la même façon, l’ambassadeur de la République Arabe Sahraouie ne voyait pas de contradiction à ce que le Venezuela entretienne d’aussi bons rapports à la fois avec le Maroc et avec son pays :

  • 27 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « Nosotros tenemos muy buenas r (...)

« Nous avons de très bonnes relations avec le Maroc, chacun respectant la frontière de l’autre. Le fait de reconnaître la légalité internationale, de reconnaître la République Arabe Sahraouie, le fait de reconnaître l’agression du Maroc à la République Arabe Sahraouie, n’excluent pas le maintien de relations fraternelles du Maroc avec d’autres pays du monde. [...] Dans le champ diplomatique [cette situation] n’a pas abouti à ce que les relations diplomatiques soient interrompues avec le Maroc alors qu’elles étaient activées avec la République Arabe Sahraouie au contraire, il s’agit de maintenir des relations avec tous les pays, pour le Maroc comme pour la République Arabe Sahraouie27 ».

  • 28 Ibid. Texte original : « no significa la parada de las relaciones con Marruecos. Jamás eso ».
  • 29 « Marruecos cierra su embajada en Venezuela por diferencias sobre el Sahara », op. cit.
  • 30 Ibid. Texte original : « recientes medidas de apoyo a la pseudo-RASD (República Árabe Saharaui Dem (...)

47Puis, il conclut que les relations du Venezuela avec son pays « ne signifient pas la rupture des relations avec le Maroc. Jamais28 ». Pourtant, à l’épreuve des faits, la symbiose entre le franc-parler du leader vénézuélien et son irréductible défense du droit à l’autodétermination des peuples et de la souveraineté nationale sont parvenues à ébranler sa relation historique avec le Maroc. Symbole fort de l’irritation marocaine, la fermeture de l’ambassade à Caracas met un terme brutal aux efforts de redynamisation des relations, déployés par la diplomatie vénézuélienne. La nouvelle conjoncture laisse entrevoir un avenir somme toute assez sombre à l’union entre ces deux pays. De plus, alors qu’Hugo Chávez se fait le fervent défenseur de la souveraineté nationale des États, la situation se renverse et il est lui-même montré du doigt par l’administration marocaine qui l’accuse d’ingérence dans les affaires sahraouie-marocaines. Le ministère des Affaires étrangères marocain justifie que « cette décision est prise à la suite de la croissante hostilité des autorités vénézuéliennes sur la question de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc29 » et à cause « des récentes mesures de soutien à la pseudo République Arabe Sahraouie adoptées par le gouvernement30 ».

48Les prises de position franches et catégoriques d’Hugo Chávez ne sont donc pas sans conséquences. La diplomatie vénézuélienne paye ici le prix du désir presque obsessionnel de son leader de dicter ses lois, de scander sans réserve les valeurs qui sont siennes et de répandre son modèle de société. Cet événement conduit logiquement à interroger la pérennité des relations entre le Venezuela et l’Afrique.

Hugo Chávez et la pérennité des relations Venezuela-Afrique : les limites d’une politique extérieure idéologisée

  • 31 Carlos Romero, Jugando con el globo, op. cit., p. 3.
  • 32 Entretien réalisé à Caracas, le 15 novembre 2008. Texte original : « mucho más cercanas que ahora  (...)
  • 33 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « De toda forma los pasos que s (...)
  • 34 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.
  • 35 Entretien réalisé à Caracas, le 2 décembre 2008. Texte original : « a leader can die but people ne (...)
  • 36 Entretien réalisé à Caracas, le 16 décembre 2008. Texte original : « I don’t think they are limits (...)
  • 37 Entretien réalisé à Caracas, le 15 novembre 2008. Texte original : « Es posible que afecte el ritm (...)

49Le litige avec le Maroc illustre d’ores et déjà le fait que les relations avec l’Afrique peuvent s’évanouir à tout instant. Bien que cette « règle » soit applicable, au fond, à toute relation interétatique, le caractère résolument idéologique de la diplomatie vénézuélienne, en l’occurrence de la politique africaine d’Hugo Chávez, semble exacerber l’inconstance de ces relations. L’inadéquation idéologique évoquée, il convient de se pencher sur le facteur temporel. Si la politique africaine d’Hugo Chávez s’inscrit dans un temps long car elle a absorbé des éléments de la diplomatie de la Quatrième République, la rénovation de son contenu, désormais chapeauté par le « socialisme du xxie siècle », en redessine les contours et y laisse ses empreintes. L’idéologisation incarnée par le leader vénézuélien, et donc la personnalisation de la nouvelle diplomatie vénézuélienne pose inévitablement la question de la pérennité de la politique africaine du Venezuela. C’est bien parce qu’Hugo Chávez est animé par un désir presque viscéral de créer un monde multipolaire et de modifier l’ordre international au profit des pays du Sud que les relations du Venezuela avec l’Afrique ont connu l’envolée que l’on sait. Si la continuité en politique extérieure est garante d’une stabilité relative pour l’avenir des relations diplomatiques, l’idéologisation portée par un homme et donc la personnalisation de la politique extérieure vénézuélienne autour de la figure de son leader31, remet en cause la permanence des liens établis. Les relations avec l’Afrique conserveront-elles leur activisme d’aujourd’hui une fois que les citoyens vénézuéliens décideront de ne plus reconduire le mandat d’Hugo Chávez ? Si la direction du vice-ministère pour l’Afrique espère qu’à l’avenir les relations seront « beaucoup plus proches qu’aujourd’hui », elle admet qu’« il est impossible de dire si cela variera avec la conjoncture32 », mais rappelle aussi qu’il y a des mécanismes comme le sommet Amérique du Sud - Afrique, qui se maintiendront. En effet, bien qu’il ne soit pas exclu qu’elles connaissent un certain affaissement lié à un changement de conjoncture politique, l’institutionnalisation de cette politique garantit un activisme a minima des liens avec le continent africain. Selon Emboirik Ehmudi, l’ambassadeur de la République Arabe Sahraouie « de toute manière, les pas qui ont été faits, comme soit le rapprochement, les ouvertures d’ambassades, sont des pas qui ont été faits, je ne vois pas l’autre hypothèse33 » de la rupture des relations. L’opinion d’un diplomate de l’ambassade d’Algérie s’inscrit dans la même veine : il ne « pense pas qu’il y ait de limites » puisque les deux pays recherchent des intérêts communs et que l’Algérie « a toujours entretenu de très bonnes relations avec le Venezuela. Ce n’est pas l’arrivée de Chávez qui les a rendues meilleures34 ». Même s’il admet qu’il est délicat de prédire leur futur, l’ambassadeur libyen part du postulat selon lequel le peuple est souverain, qu’« un leader peut mourir mais jamais le peuple35 », évinçant alors la question de la pérennité. Pour un diplomate de l’ambassade d’Égypte, le changement conjoncturel ne constitue pas non plus un obstacle : « je ne pense pas qu’il y ait de limites parce que toute relation normale [...] est basée sur la réciprocité et sur les intérêts [...] donc je ne pense pas qu’il y ait de limites, quoique nous puissions faire, nous le ferons36 ». En somme, si pour la plupart des acteurs africains de cette diplomatie la limite conjoncturelle n’a pas lieu d’être, la direction du vice-ministère pour l’Afrique reconnaît toutefois qu’« il est possible que [le changement politique] affecte le rythme des relations37 ».

Notes

1 Nous avons déjà pu l’apprécier avec la diplomatie culturelle [cf. chapitre 4].

2 Nous entendrons par « stratégie multilatérale », les moyens mis en œuvre, par des intermédiaires ou par la coopération, par la diplomatie vénézuélienne pour parfaire sa pénétration politique sur le continent africain.

3 Par manque d’informations, certainement du fait de la nouveauté de la coopération avec la Russie, elle ne pourra être objet d’étude.

4 « Relaciones Internacionales Venezuela-África : 2005-2008 », op. cit., p. 58.

5 Elle concerne l’Angola, le Botswana, le Lesotho, le Malawi, l’Île Maurice, le Mozambique, la Namibie, la République Démocratique du Congo, l’Afrique du Sud, les Seychelles, le Swaziland, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe.

6 Déclaration d’Abuja. Texte original : « hacerlo más representativo de los países en desarrollo, al igual que eficiente y transparente, y por ello aumentar el futuro de su efectividad, legitimidad e implementación de sus decisiones. »

7 Jorge Valero, « La dimensión multilateral de la política exterior Venezolana », Política exterior y soberanía, oct.-dic. 2006, año 1, n° 3, p. 69-72.

8 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.

9 Nous y avons déjà fait allusion dans le chapitre 3, au sujet de la diplomatie pétrolière.

10 Guillaume Devin, Sociologie des relations internationales, Paris, La Découverte, 2007, p. 68.

11 Entretien réalisé à Caracas, le 15 novembre 2008. Texte original : « es poco previsible » ; « Venezuela lo hace desinteresadamente ».

12 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « hay países que proyectan sombras y yo creo que Venezuela no, yo creo que Venezuela proyecta más luz. »

13 Entretien réalisé à Caracas, le 16 décembre 2008. Texte original : « they are looking for the good of everybody ».

14 Entretien réalisé à Caracas, le 20 novembre 2008.

15 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.

16 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.

17 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « Yo pienso personalmente, es una opinión muy personal que en la realidad económica del Tercer Mundo, la realidad política, la realidad cultural, exportar el modelo europeo no es el método más correcto para salir de esto. »

18 Cf. Chapitre 4. Alain Charier évoque l’éloge de la démocratie raciale par les gouvernements vénézuéliens successifs.

19 Entretien réalisé à Caracas, le 5 janvier 2009.

20 Reinaldo Bolivar, « La IV República Venezolana contra África », Rebelión, le 31 mars 2009. http://www.rebelion.org/noticia.php?id=83117

21 L’analyse des préférences sectorielles ayant déjà été faite dans le chapitre 2, elle ne sera pas objet d’étude ici.

22 Notons qu’en 1960, seulement neuf pays africains sont indépendants, qu’en 1964 ce chiffre s’élève à 35 puis à 50 en 1979 pour arriver à son effectif définitif de 54 en 1993. Aussi, puisque dans le dernier quart du xxe siècle, le continent africain est presque formé dans son intégralité, le facteur de la domination coloniale ne peut expliquer entièrement la faible coopération du Venezuela avec ce continent.

23 Site de l’université de Sherbrooke au Canada, Perspective monde, profil politique de la Libye : http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMPays?codePays=LBY

24 « Marruecos cierra su embajada en Venezuela por diferencias sobre el Sahara », El Universal, le 15 janvier 2009. http://www.eluniversal.com/2009/01/15/int_ava_marruecos-cierra-su_15A2193649.shtml

25 À l’exception de la majorité des pays africains et latino-américains ainsi que de l’UA, la communauté internationale ne reconnaît pas non plus la République Arabe Sahraouie.

26 Entretien réalisé à Caracas, le 20 novembre 2008.

27 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « Nosotros tenemos muy buenas relaciones con Marruecos. Cada uno respetando las fronteras del otro. El hecho de reconocer la legalidad internacional, de reconocer a la RAS, el hecho de reconocer la agresión de Marruecos a la RAS no excluye las relaciones fraternales de Marruecos con cualquier país del mundo. […] En el ámbito diplomático no ha llegado a que se rompan las relaciones diplomáticas con Marruecos para tenerlas con la RAS, al contrario, se trata de mantener relaciones con todos los países, Marruecos como la RAS. »

28 Ibid. Texte original : « no significa la parada de las relaciones con Marruecos. Jamás eso ».

29 « Marruecos cierra su embajada en Venezuela por diferencias sobre el Sahara », op. cit.

30 Ibid. Texte original : « recientes medidas de apoyo a la pseudo-RASD (República Árabe Saharaui Democrática) adoptadas por el gobierno ».

31 Carlos Romero, Jugando con el globo, op. cit., p. 3.

32 Entretien réalisé à Caracas, le 15 novembre 2008. Texte original : « mucho más cercanas que ahora » ; « No se puede decir si se puede variar con la coyunctura ».

33 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « De toda forma los pasos que se han dados, el acercamiento, las aperturas de embajadas, yo creo que son pasos que se han dado, no veo la otra hipótesis ».

34 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.

35 Entretien réalisé à Caracas, le 2 décembre 2008. Texte original : « a leader can die but people never ».

36 Entretien réalisé à Caracas, le 16 décembre 2008. Texte original : « I don’t think they are limits because any normal relationship […] is based on reciprocity, and interests […] so I don’t think there are limits, whatever we can do, we will do it ».

37 Entretien réalisé à Caracas, le 15 novembre 2008. Texte original : « Es posible que afecte el ritmo de las relaciones ».

Notes de fin

* Part calculée au regard du nombre de pays africains indépendants au moment où chaque accord a été conclu sur toute la période.

Table des illustrations

Titre Diagramme n° 12. Ratio du nombre d’accords de coopération souscrits par le nombre de pays concernés par ces accords
Légende Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Diagramme n° 13. Part des pays africains engagés dans un processus de coopération avec le Venezuela 1950-1999*
Légende Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/184/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Diagramme n° 14. Part des pays africains engagés dans un processus de coopération avec le Venezuela 1999-2008
Légende Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/184/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Diagramme n° 15. Répartition des accords politiques souscrits par pays 1999-2008
Légende Source : diagramme réalisé à partir de données du document : « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/184/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Diagramme n° 16. Répartition des accords souscrits par pays 1999-2008
Légende Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/184/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540