Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chávez et l'Afrique

 | 
Camille Forite

Deuxième partie. Une politique africaine hybride

Chapitre 4. La diplomatie culturelle : entre politique extérieure et politique intérieure

Texte intégral

  • 1 Entretien réalisé à Caracas, le 15 novembre 2008. Texte original : « La cultura es la puerta de en (...)

1« La culture est la porte d’entrée à toute relation1 » explique la direction du vice-ministère pour l’Afrique, et la politique africaine de Chávez en fait largement usage.

2Si la diplomatie pétrolière à destination de l’Afrique est une conséquence de l’arrivée d’Hugo Chávez à la présidence, avec le premier accord de coopération signé en 1999, la diplomatie culturelle prend en revanche ses sources dans la deuxième moitié du xxe siècle.

  • 2 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1977, Caracas, 1977, p. 513 -514. Texte original : « Así (...)
  • 3 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1981, Caracas, 1981, p. 912-913.
  • 4 Ibid.

3Sous la Quatrième République, deux accords de coopération culturelle posent les bases juridiques de cette diplomatie à destination de l’Afrique, alors exclusivement opérante dans le cadre bilatéral. C’est à l’occasion de la visite officielle du 7 au 11 novembre 1977 de Léopold Sédar Senghor, président du Sénégal, que Carlos Andres Pérez et son homologue sénégalais témoignent de leur intérêt à développer les relations culturelles entre les deux pays2. En 1981, les ministres des Relations Extérieures du Venezuela et de l’Égypte, Jose Alberto Zambrano Velasco et Boutros Ghali, « désireux d’intensifier les relations entre leurs peuples, et conscients que celles-là même peuvent être amplifiées à travers la coopération, l’échange culturel, et la diffusion d’informations sur les progrès dans le champ culturel, de la science et de l’art réalisés dans leur pays respectif3 », signent un accord de coopération culturelle. Celui-ci prévoit la mise en place d’activités permettant la connaissance mutuelle des deux cultures. Les deux États s’engagent ainsi à stimuler les échanges de professeurs, de chercheurs, d’artistes et d’étudiants, et l’accord doit aussi faciliter les déplacements de citoyens qui se rendent à des manifestations culturelles4. Avec deux accords de coopération souscrits, la coopération culturelle existe, certes, mais ne témoigne pas d’un activisme particulier sous la Quatrième République.

  • 5 Notons que certains accords de coopération culturelle incluent les secteurs éducatifs et sportifs.

4Il faut attendre 1999 pour que la diplomatie culturelle du Venezuela à destination de l’Afrique connaisse un nouvel essor. Depuis cette date, huit accords de coopération culturelle sont souscrits5. Outre cela, la diplomatie vénézuélienne a donné naissance en 2005 au Festival Culturel avec les Peuples d’Afrique. C’est une coopération de grande ampleur à la fois bilatérale et multilatérale que déploie la diplomatie vénézuélienne.

5La singularité de cette diplomatie se situe à l’endroit où elle aspire à répondre à deux objectifs distincts : repenser les relations internationales dans une perspective de promiscuité culturelle et populaire et repenser l’ordre intérieur de la nation en promouvant la contribution culturelle des Afro-descendants à la nation vénézuélienne.

6De cette façon, dans quelle mesure la diplomatie culturelle à destination de l’Afrique tente-t-elle de répondre à la fois aux objectifs du « socialisme du xxie siècle » fixés par le Plan de Desarrollo de 2007-2013, tant pour ce qui concerne la « Nouvelle géopolitique internationale », que pour ce qui est relatif à la partie intitulée « Suprême félicité sociale », posant ainsi la question du rôle externe mais aussi interne de la politique africaine d’Hugo Chávez ?

La diplomatie culturelle : repenser les relations internationales : « socialisme du xxie siècle » et fondement d’une nation du Sud

7La « Nouvelle géopolitique internationale » du Plan de Développement Économique et Social de la Nation 2007-2013 énonce que la création de nouveaux blocs de pouvoir doit s’effectuer à trois niveaux : par le biais de la diversification des relations politiques, économiques et culturelles. L’approfondissement des échanges culturels, éducatifs, scientifiques et communicationnels doit permettre l’expansion de la connaissance mutuelle et de la diversité existant entre les peuples. Plus précisément, cela vise à la compréhension des diverses caractéristiques culturelles, au développement scientifique, à la mise en marche des différentes stratégies qui permettent l’établissement de réseaux de communication alternatifs à travers le renforcement des moyens de communication développés par les États alliés. Les objectifs sont d’accroître l’échange de personnalités dans les secteurs politiques, sociaux, académiques et religieux.

  • 6 À l’opposé, le hard power se réfère à la puissance militaire ou encore à la puissance économique.

8Dans la lignée du soft power de Joseph Nye, la diplomatie culturelle résulte de la volonté d’un État à exercer une politique d’influence sur le mode de la cooptation [Roche, 2008, p. 67-69]. À l’inverse du hard power qui fait appel à la coercition6, le soft power correspond au déploiement d’une politique de séduction, en l’occurrence par la diffusion du rayonnement culturel d’un État, dont le dessein est de faire accepter à l’autre qu’il souhaite la même chose que lui. Cela revient au souhait de faire accepter comme universelle une vision du monde singulière afin que la domination de celui qui la produit, considérée comme légitime, soit acceptée. Dans cette acception, il convient de s’interroger sur la politique d’influence que le Venezuela cherche à exercer en Afrique par le biais de la diplomatie culturelle.

Le rayonnement culturel du Venezuela en Afrique

  • 7 Avec, pour objectif, de mesurer l’état de la coopération culturelle du Venezuela avec les pays afr (...)

9La coopération culturelle avec l’Afrique s’organise d’abord d’une façon bilatérale. C’est dans ce cadre que le Venezuela diffuse et fait valoir sa culture nationale en Afrique. Il signe des accords de coopération culturelle qui ont pour mission de donner une impulsion à la mise en place d’échanges ou de projets conjoints. L’analyse prend sa source dans le Libro Amarillo qui liste et publie les accords culturels et qui répertorie toutes les activités culturelles réalisées pendant l’année dans la section consacrée aux affaires culturelles. La mise en corrélation préalable de la souscription des accords de coopération culturelle et la mise en œuvre d’activités qui s’y rapportent7 permettront de donner un aperçu de la diplomatie culturelle bilatérale du Venezuela vers l’Afrique, et de la volonté de diffuser le rayonnement culturel vénézuélien.

  • 8 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1999, Caracas, 1999, p. 674-676.

10En 1999, le Venezuela et le Nigeria signent un accord de coopération culturelle et éducative8. C’est parce qu’ils entendent favoriser une meilleure connaissance de leur culture respective qu’ils s’accordent à organiser des échanges de groupes musicaux, de troupes de théâtre, d’artistes, d’acteurs, de musiciens, et de journalistes, à encourager les concerts et les tournées et à organiser des expositions dans les deux pays, à traduire et publier les ouvrages relatifs aux arts et à la littérature et à accroître les échanges de livres, de revues, de journaux, etc. Dans le domaine éducatif, l’échange de professeurs, de chercheurs, de doyens, d’experts et de scientifiques est encouragé, ainsi que l’octroi de bourses universitaires intégrales pour permettre de favoriser les échanges d’étudiants entre les deux pays. Ces engagements portent également sur la coopération sportive qui doit permettre d’organiser des compétitions amicales, sur la coopération dans le secteur de la communication qui doit favoriser l’échange de matériel de radio, de télévision, ainsi que de films et d’organisations de presse.

11Cependant, dans les faits, la coopération culturelle entre les deux espaces n’a pas répondu aux objectifs qu’elle s’était fixés. En effet, depuis la signature de cet accord en 1999, le Venezuela n’a pas organisé une seule manifestation culturelle au Nigeria ou avec lui, ce qui laisse penser qu’il est resté lettre morte.

  • 9 Entretien réalisé à Caracas le 20 novembre 2008.

12Avec le Maroc, la coopération culturelle est le secteur privilégié de la coopération avec le Venezuela. Pour l’ambassadeur du Maroc à Caracas, Brahim Hussein Moussa9, les relations avec le Venezuela sont « historiques » : il explique ainsi qu’« en 1826, le Libertador Bolívar envoie une lettre au roi du Maroc pour lui demander de protéger les navires commerciaux de la Grande Colombie une fois qu’ils rentrent dans le détroit de Gibraltar, contre les pirates turcs. Le roi a accepté et la marine royale marocaine protégeait les navires de la Grande Colombie jusqu’à la mort de Bolívar et jusqu’à la désintégration de la Grande Colombie ». Mais, pour lui, c’est surtout « la culture de l’hispanité et les flux migratoires qui ont renforcé la coopération entre les deux pays ». Il y aurait actuellement une colonie juive marocaine de quinze à vingt mille personnes au Venezuela.

  • 10 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1999, Caracas, 1999, p. 669.

13Outre le mémorandum d’entente sur l’établissement de relations diplomatiques et l’accord-cadre de coopération, l’accord culturel est le seul qui lie les deux États. La coopération culturelle avec le Maroc s’effectue à deux niveaux : elle est régie par l’accord-cadre de coopération et plus spécifiquement par l’accord de coopération culturelle signé le 21 juillet 1999 à Rabat. L’accord-cadre définit les grandes lignes de la coopération en matière politique, économique, scientifique, technique et culturelle. Les deux parties s’engagent à développer les relations culturelles, éducatives, les moyens de communication et les relations dans le domaine sportif. Plus concrètement, il s’agit de renforcer les liens entre institutions culturelles et éducatives, d’accroître les échanges de bourses culturelles, de stimuler les échanges de livres, de journaux, etc., de créer des mécanismes de coopération entre les organes d’État de radio et de télévision, d’accroître les échanges de délégations sportives, artistiques et culturelles, et la participation des professionnels des deux États aux séminaires, conférences, colloques10

  • 11 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1999, Caracas, 1999, p. 670-672.

14L’accord de coopération culturelle va de pair avec les grandes lignes de l’accord-cadre, tout en y apportant de nombreuses précisions. Il s’agit donc de favoriser l’échange d’expériences et d’informations entre les institutions chargées de la restauration et de la conservation du patrimoine culturel, de stimuler la coopération entre les musées et les bibliothèques, d’échanger des expériences en matière de méthodes éducatives, de promouvoir la traduction d’œuvres littéraires, etc. Cet accord prévoit également la mise en place d’une commission mixte de coopération culturelle, éducative et scientifique qui veillera à la mise en application des engagements pris dans cet accord de coopération11.

  • 12 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2000, Caracas, 2000, p. 331.
  • 13 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 457.
  • 14 Ibid.
  • 15 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2003, Caracas, 2003, p. 405.
  • 16 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2004, Caracas, 2004, p. 426.

15Dans les faits, la coopération culturelle avec le Maroc témoigne d’un activisme particulier, notamment entre 2000 et 2004. Du 21 au 30 mars 2000, l’exposition « Más alla del ser » de la photographe Magui Trujillo est présentée à l’Institut Cervantes de Rabat, puis à Casablanca et à Fes12. Le 15 février 2002, le guitariste Domingo Carujo Tejera participe au IIe Festival de Guitare Ibéroaméricaine à Rabat, dans le cadre d’une tournée marocaine où il présente le répertoire musical d’Alirio Diaz, et qui passe par Casablanca, Fes, Tetuan et Tanger13. Du 1er au 3 mars de la même année, la sélection vénézuélienne de football participe à un tournoi quadrangulaire organisé par la fédération marocaine de football14. Entre le 16 et le 28 août 2003, une étudiante vénézuélienne de Ciudad Bolívar, Esther Iglesias, participe au congrès mondial de la Jeunesse réalisé à Casablanca15. Enfin, du 21 juin au 10 juillet 2004, le Venezuela présente trois films au Xe Festival Cinématographique International de Rabat : Orinoco nuevo mundo de Diego Risquez, Profundo d’Antonio Llerandi et Mecanica Celeste de Fina Torres16.

16Ainsi le Venezuela et le Maroc sont très actifs en coopération culturelle. « Le Maroc est très présent dans toutes les activités culturelles qui se célèbrent au Venezuela », explique l’ambassadeur marocain. L’accord de coopération culturelle avec le Maroc s’accompagne donc d’un véritable effort de partage culturel entre les deux États. Cependant, depuis 2004, elle est largement en déclin et l’annonce de la fermeture de l’ambassade du Maroc à Caracas le 15 février 2009 constitue inévitablement un obstacle à un nouveau sursaut coopératif. Si la coopération entre les deux pays a été intense au début des années 2000 son avenir est, à l’heure actuelle, très incertain.

  • 17 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 635-637.
  • 18 Entretien réalisé à Caracas le 17 décembre 2008.

17Le 31 janvier 2002, le Venezuela signe un accord-cadre de coopération culturelle, scientifique, environnementale, éducative et sportive avec l’Algérie17. Les deux pays s’engagent à développer leurs relations dans ces secteurs en encourageant le partage d’information, en organisant des semaines culturelles, des projections de films, des conférences, des journées dédiées à la littérature, et des manifestations d’arts visuels et musicaux. La coopération entre les bibliothèques, les centres de documentation et l’échange de publications sont à l’ordre du jour. Cependant, la singularité de la coopération entre le Venezuela et l’Algérie tient à ce que les deux parties s’engagent à coopérer dans le secteur de l’archéologie afin d’optimiser la formation de personnel qualifié pour la restauration, la préservation, le maintien des sites de fouilles et le patrimoine historique. Il s’agit également de favoriser les échanges de publications dans ce domaine, des annales de recherche et les œuvres relatives aux activités archéologiques, ainsi que toutes les innovations dans ce domaine. Les parties s’engagent aussi à promouvoir la coopération universitaire, à fournir des informations sur leur système éducatif respectif et à soutenir la mise sur pied de centres culturels dans chacun des deux pays. En outre, l’Algérie et le Venezuela prévoient l’échange de délégations sportives, d’équipes, d’experts, d’entraîneurs, d’éducateurs, d’arbitres et l’organisation de compétitions officielles et amicales. En somme, cet accord regroupe toute une série d’initiatives dans une multitude de secteurs de la culture, du sport, et de l’éducation. Pour un diplomate de l’ambassade d’Algérie à Caracas18 :

« D’un point de vue culturel, [je pense qu’] il y a beaucoup de similitudes. Ce sont deux cultures différentes entre l’Algérie et le Venezuela mais [je pense que] sur le plan humain il y a beaucoup de choses qui nous lient avec les Latino-Américains, donc il y a des échanges […] on essaye d’impulser l’aspect […] culturel pour le mettre au même niveau que le politique ».

  • 19 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 455.
  • 20 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2006, Caracas, 2006, p. 506.

18La signature de cet accord-cadre de coopération donne un véritable élan à l’organisation de manifestations culturelles avec l’Algérie. Du 13 au 18 avril 2002, deux films vénézuéliens, Una casa con vista al mar d’Alberto Arvelo et Trois nuits de Fernando Venturini, sont présentés à la rencontre latino-américaine en Algérie19. En novembre 2006, dans le cadre du Festival de Cinéma Ibéroaméricain en Algérie, les films Una Casa con Vista al Mar, de Alberto Arvelo ; Florentino y El diablo, de Michael New ; La Pluma del Arcángel, de Luís Manzo ; La Mágica Aventura de Oscar, de Diana Sánchez ; et Una Vida y Dos Mandados de Alberto Arvelo, sont projetés20. L’on constate que l’accord de coopération souscrit avec l’Algérie donne un élan aux relations culturelles entre les deux pays.

19Les quatre derniers accords de coopération culturelle sont souscrits en 2007 et 2008. Aussi, l’analyse de leurs impacts sur l’évolution des relations culturelles bilatérales ne pourra être appréhendée, faute de recul suffisant. Il convient cependant de parcourir les grandes caractéristiques de ces accords, qui témoignent de l’ambition vénézuélienne à coopérer dans le secteur culturel.

  • 21 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 1004-1007.

20Le 7 mai 2007, le Venezuela souscrit un accord de coopération culturelle avec la Gambie21. Dans la lignée de l’accord-cadre de coopération signé en juillet 2006, et parce qu’il souhaite renforcer les liens d’amitié avec la Gambie, l’accord de coopération prévoit la mise en place de mécanismes d’échange et de partage entre organisations et groupes artistiques, la participation de ces groupes aux festivals internationaux devant se dérouler dans les deux pays, l’échange d’experts pour le partage d’expérience en matière de conservation du patrimoine culturel, la participation d’artistes aux événements culturels des deux pays, l’échange et l’organisation d’expositions, de concerts, de spectacles théâtraux et culturels, la promotion des arts folkloriques et traditionnels et l’échange d’expériences dans le secteur de la formation artistique. Le Venezuela et la Gambie s’engagent également à promouvoir l’échange d’experts et le développement de projets conjoints de recherche sur la contribution de la diaspora africaine à la culture des peuples latino-américains et caribéens, et à encourager la divulgation du patrimoine culturel légué par les peuples de Gambie et d’Afrique Subsaharienne aux Afro-descendants en Amérique latine et dans les Caraïbes. C’est la commission mixte, créée avec l’accord-cadre de coopération, qui se charge du suivi de la mise en application des engagements pris, par la mise en place d’un groupe de travail dans le secteur culturel.

  • 22 Entretien réalisé à Caracas le 16 décembre 2008. Texte original : « most there is education projet (...)

21Outre cet accord, parce qu’ils considèrent que l’éducation est bénéfique à une coopération respectueuse des peuples, le Venezuela et la Gambie souscrivent un accord de coopération éducative. Celui-ci prévoit la participation du personnel des deux pays aux conférences et aux colloques organisés, la mise en place de cours sur le développement socio-historique, l’échange de publications, la coopération entre institutions éducatives, l’attribution de bourses pour des études ou pour des stages, l’échange de chercheurs dans les secteurs du développement durable agricole, du développement agro-industriel, de l’industrie textile, de la médecine, etc. Il prévoit également un partage de connaissances afin de divulguer l’histoire, la culture, la civilisation et la géographie de chaque pays. Le suivi de la mise en application est confié à un groupe de travail spécifique au secteur éducatif créé dans le cadre de la commission mixte. Pour un diplomate de l’ambassade de Gambie à Caracas22, « il y a surtout des projets éducatifs » entre la Gambie et le Venezuela. Dans les faits, la nouveauté de l’accord ne permet pas de mesurer son impact sur le rapprochement culturel entre les deux pays, étant donné que pour l’année 2008, le Libro Amarillo n’est, à l’heure de l’écriture, pas encore paru.

  • 23 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 1018-1020.
  • 24 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2001, Caracas, 2001, p. 403.

22Le 21 juin 2007, le Kenya signe un accord de coopération culturelle23 avec le Venezuela dans le but de développer des liens d’amitié et de coopération entre les deux pays. Il s’effectue dans le secteur des arts scéniques et musicaux visant à stimuler le partage d’expérience et la connaissance mutuelle de leur culture respective. L’échange d’experts du patrimoine culturel apparaît comme une priorité, ainsi que les recherches sur les ethnies ancestrales de chaque pays. La coopération dans le secteur bibliothécaire est également à l’honneur et prévoit un échange d’expériences pour le développement de bibliothèques communautaires dans les régions les plus pauvres. Échanger par le biais du développement des arts populaires, avec la réalisation d’instruments de musique et la pratique de l’orfèvrerie, figure également au programme de cette coopération. L’accord dans le secteur cinématographique et audiovisuel prévoit l’échange de films et de documentaires entre les deux parties. Dans le secteur de l’édition, celui des livres portant sur l’identité culturelle de chaque pays est favorisé et la participation d’écrivains et de poètes aux festivals respectifs est encouragée. Les organes exécutifs chargés de veiller à la mise en application de l’accord sont le ministère de la Culture vénézuélien et le ministère du Genre, du Sport, de la Culture et des Services Sociaux kenyan. À l’instar de la Gambie, la nouveauté de l’accord permet difficilement d’en cerner l’impact mais notons néanmoins que du 28 juin au 4 juillet 2001, à Nairobi, ont été projetés quatre films vénézuéliens : Golpes a mi puerta, Desnudo con naranjas, Una vida y dos mandados, Fin de round24, signe donc que les échanges existaient déjà avant la signature de l’accord.

  • 25 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 1034-1047.

23En 2007, le Venezuela et le Mali signent un accord-cadre de coopération, auquel s’ajoute un accord complémentaire dans le domaine culturel ainsi que dans le domaine sportif25. Désireux de renforcer la compréhension mutuelle de leurs peuples, les deux pays s’engagent à stimuler la coopération dans les secteurs des arts scéniques, musicaux, photographiques, du cinéma et de l’audiovisuel, du patrimoine, de la culture communautaire et des bibliothèques. Comme moyens de l’accomplissement de ces objectifs figurent l’échange d’experts et d’expériences, la mise en place de formations, la participation des secteurs artistiques aux manifestations culturelles organisées par les deux pays, l’octroi de bourses d’études, l’organisation d’activités culturelles conjointes, la diffusion et l’organisation de conférences, la promotion et la participation des deux parties aux festivals traditionnels, l’échange de publications et de productions audiovisuelles. L’accord stipule également qu’à travers un groupe de travail dédié à la culture, c’est la commission mixte qui se chargera du suivi et de la mise en application de cet accord.

24L’accord complémentaire de coopération dans le domaine du sport prévoit, quant à lui, l’organisation et la participation à des conférences des deux parties, des échanges d’informations dans le domaine sportif, des échanges de sportifs, d’entraîneurs, des équipes techniques, la participation à des entraînements conjoints des équipes nationales, la participation aux compétitions respectives des deux parties, et l’échange d’expériences en matière d’infrastructures sportives. Le suivi et la mise en application sont assurés par un groupe de travail consacré aux affaires sportives dans le cadre de la commission mixte. Comme pour le Kenya et la Gambie, il est difficile d’en mesurer la portée.

  • 26 Le Libro Amarillo de l’année 2008 n’étant à l’heure de l’écriture pas paru, le détail de cet accor (...)
  • 27 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 457.

25Ce n’est qu’en 2008 que le Venezuela conclut un accord de coopération culturelle avec la Libye26. Cependant, en 2000, les deux parties signent une convention de coopération culturelle dans le but de « développer les relations amicales entre les deux nations ». Elle prévoit des visites de délégations de chaque pays, la célébration de semaines culturelles et des festivals avec la projection de films, des représentations musicales, l’échange de groupes culturels, la coopération entre bibliothèques, l’échange de publications « pour faire connaître l’histoire, la culture, la civilisation et la géographie de chaque pays ». La coopération en matière de musées et d’archéologie, entre universités, la diffusion et le développement de la langue et de la littérature, la coopération sur les systèmes éducatifs, l’établissement de centres et d’associations culturelles, entre la radio, la télévision, les agences de presse et la coopération sportive figurent également au programme de l’accord. Dans ce cadre, est présentée, du 18 avril au 18 mai 2002, l’exposition photographique « Una cierta mirada » qui regroupe les œuvres de sept artistes vénézuéliens à l’ambassade du Venezuela à Tripoli27. Il convient d’ores et déjà de noter qu’étant donné que plus de la moitié des accords de coopération culturelle (cinq sur neuf) sont souscrits en 2007, il serait aventureux d’établir un constat sur l’efficience de cette diplomatie. Toutefois, certains éléments factuels peuvent être relevés et mis en relation avec la souscription des accords.

  • 28 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2001, Caracas, 2001, p. 403.
  • 29 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 456.
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid.

26La diplomatie vénézuélienne sous le gouvernement d’Hugo Chávez donne une suite à sa relation culturelle historique avec le Sénégal et avec l’Égypte, soulignant toujours plus la continuité diplomatique entre les deux dernières Républiques. En 2005, le Venezuela se rend au Ier « Gorée diaspora Festival » sur l’île sénégalaise de Gorée et, entre 2001 et 2003, le Venezuela témoigne d’un intérêt particulier pour la coopération culturelle historique avec l’Égypte. Entre le 10 et le 17 novembre 2001, il organise au Caire la projection d’un cycle de cinéma vénézuélien avec les films Cuba et Un sueño en el abismo28. Le 23 avril 2002, il effectue une donation de 108 livres des éditions Monte Avila à la bibliothèque d’Alexandrie29. Au mois de mai, l’artiste vénézuélien Wolfgang Vegas participe et obtient le premier prix de la VIe Biennale internationale de céramique au Caire30. Avec la pièce Aqui les va Nazoa du poète Aquiles Nazoa et quelques-unes de ses œuvres, la troupe de théâtre Acción Creativa participe au xive Festival International de Théâtre Expérimental du Caire. Le 11 mai 2003, le guitariste classique vénézuélien Domingo Carujo Tejera participe au Ier Festival ibéro-américain du Caire31.

  • 32 Pour la raison déjà évoquée de la nouveauté de plus de la moitié des accords culturels.
  • 33 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2001, Caracas, 2001, p. 403.
  • 34 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 671.
  • 35 Ibid., p. 669.

27Mais la cohérence entre la souscription d’accords de coopération et les activités culturelles mises en place par le Venezuela est difficilement appréciable32. En effet, il semblerait que le gouvernement vénézuélien déploie une diplomatie culturelle tous azimuts. Si les accords de coopération culturelle souscrits avec le Maroc et l’Algérie impulsent la mise en place d’activités culturelles, ce n’est pas le cas du Nigeria puisque aucune manifestation culturelle n’a été mise en place. À l’opposé, la souscription d’accords de coopération culturelle n’est pas la condition sine qua non à la création de liens culturels, ce que démontrent les cas de l’Afrique du Sud et de la Namibie. Le 6 octobre 2001, le Venezuela participe à la foire internationale de Pretoria en Afrique du Sud33 et le 21 octobre 2007, le documentaire Tocar y Luchar du cinéaste vénézuélien Alberto Arvelo est projeté à Johannesburg34. Au mois de juillet 2007, dans le cadre du cycle de cinéma vénézuélien en Namibie est diffusé le film Bolivar eterno, ciudadano de la libertad35. Ces deux pays n’ayant pas souscrit d’accords de coopération culturelle témoignent du fait qu’il n’y a pas de lien systématique entre la souscription d’un accord culturel et la réalisation de manifestations avec des pays africains.

Diagramme n° 11. Rapport entre l’évolution de la souscription des accords culturels et la mise en place de manifestations culturelles

Diagramme n° 11. Rapport entre l’évolution de la souscription des accords culturels et la mise en place de manifestations culturelles

Source : diagramme réalisé à partir de données du Libro Amarillo, années 1999 à 2006.

  • 36 Notons que les données des manifestations culturelles réalisées dans l’année 2005 n’ayant pu être (...)

28Le diagramme n° 11 permet de constater que l’évolution des accords de coopération et l’évolution des manifestations culturelles ne sont pas en adéquation36, et met un peu plus en évidence le manque de cohérence de cette diplomatie bilatérale. Jusqu’en 2007, la diplomatie vénézuélienne ne semble pas témoigner d’intérêt particulier pour la diplomatie culturelle. Après la souscription des deux accords avec le Maroc et le Nigeria en 1999, huit années passent avant que ne soient souscrits les cinq derniers accords culturels. Si la souscription d’accords de coopération culturelle doit attendre 2007 pour connaître un essor, l’organisation de manifestations culturelles est stabilisée à un niveau de deux par année depuis 2003. Alors que jusqu’en 2002, la diplomatie culturelle vénézuélienne à destination de l’Afrique se caractérisait par un certain activisme, elle connaît une chute dès 2003.

29Les accords de coopération culturelle se caractérisent tous par une longue série d’engagements qui touchent tous les secteurs de la culture. Les manifestations culturelles montrent que la projection de films vénézuéliens et la promotion des arts plastiques et musicaux constituent le cadre privilégié de la mise en application de ces accords. Cependant, ces manifestations, de réalisation assez inégale dans le temps comme dans l’espace, ne semblent répondre que très partiellement à la multitude d’engagements pris dans les accords. La coopération entre les bibliothèques par exemple, qui figure dans quasiment tous les accords, ne trouve, selon les mémoires du MRE, aucune matérialisation concrète. Cependant, étant donné le sursaut coopératif de l’année 2007, il faut s’attendre à ce que les relations culturelles connaissent un nouvel essor.

30Bien que la coopération culturelle ne s’adresse pour l’instant qu’à sept pays sur les 54 qui forment le continent africain et que, dans les faits, elle doive encore faire ses preuves, elle fait l’objet d’un effort indéniable de la diplomatie vénézuélienne pour diffuser la culture nationale. Entre la projection des films vénézuéliens et la participation des artistes nationaux aux manifestations culturelles africaines, le Venezuela entend bien diffuser sa culture et son identité sur ce continent. Cependant, si cette diplomatie cherche à promouvoir l’identité vénézuélienne au-delà de l’océan Atlantique, il semblerait qu’elle aspire également à repenser les modalités pratiques des relations internationales.

Repenser les relations internationales

31Le nouveau lien établi entre le culturel et le pétrolier ainsi que le déploiement d’une active coopération culturelle multilatérale témoignent de la volonté du gouvernement vénézuélien d’imaginer d’autres rapports internationaux.

Culture et pétrole

32Puisque la nouveauté des accords de coopération culturelle ne peut – pour l’instant – passer l’épreuve des faits, il convient d’essayer de cerner les choix stratégiques du Venezuela qui le poussent à souscrire des accords avec tel ou tel pays.

33À l’exception du Maroc, du Kenya et de la Libye, tous les pays ayant signé un accord de coopération culturelle sont intégrés dans un processus de coopération énergétique avec le Venezuela, et à l’inverse tous les pays ayant souscrit un accord de coopération énergétique ont également souscrit un accord de coopération culturelle [tableau n° 7]. Autrement dit, si la coopération culturelle peut être autonome, il semblerait que la coopération énergétique ne puisse être envisagée sans la coopération culturelle. Si le Sénégal et l’Égypte souscrivent des accords de coopération culturelle avant de souscrire des accords énergétiques en 1999 et 2004, le reste des pays africains souscrivent en même temps les accords de coopération énergétique et les accords de coopération culturelle. Seul le Mali échappe à cette règle puisqu’il signe en 2006 son accord de coopération énergétique et en 2007 l’accord culturel avec le Venezuela. En revanche, l’Algérie souscrit en 2002 son premier accord énergétique et signe la même année son accord de coopération culturelle. De la même façon, le Nigeria et la Gambie souscrivent en même temps les deux accords, respectivement en 1999 et 2007. Finalement, depuis l’arrivée d’Hugo Chávez au pouvoir, chaque pays, à l’exception du Mali, qui souscrit un accord énergétique, souscrit dans le même temps un accord culturel.

Tableau n° 7. Rapport entre coopération culturelle et coopération énergétique

Tableau n° 7. Rapport entre coopération culturelle et coopération énergétique

Source : Tableau réalisé à partir de données du Libro Amarillo.

  • 37 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1999, Caracas, 1999, p. 182.
  • 38 Ibid. Texte original : « como muestra adicional de la nueva amplitud y dinámica de la política, se (...)

34Cet état de fait suggère l’émergence d’une nouvelle interdépendance ou complémentarité entre le secteur pétrolier et le secteur culturel. Pour preuve, en guise de programme préliminaire au IIe sommet des chefs d’État de l’OPEP organisé à Caracas en 2000, le Venezuela met en place une exposition itinérante, intitulée « Escultura venezolana en Tres Decadas37 », qui regroupe vingt artistes vénézuéliens. L’Algérie, la Libye, l’Irak, le Maroc, le Liban, la Syrie, l’Égypte et le Koweït ont été désignés comme pays d’accueil de cette exposition, à l’occasion des visites officielles d’Hugo Chávez. Le gouvernement vénézuélien entend ainsi montrer « la nouvelle ampleur et la nouvelle dynamique de la politique, […] [à travers] le secteur culturel38 ». De plus, lors du sommet, les ministres de la Culture des pays membres de l’OPEP, invités à y faire une déclaration, sont impliqués. Il semble donc que la diplomatie vénézuélienne utilise la culture pour donner une teinte politique à la question pétrolière. Cependant, les desseins vénézuéliens sont plus vastes et, plus que de donner une teinte politique à la coopération africaine, il semblerait que la pratique de la diplomatie vénézuélienne aspire plus globalement à redessiner les relations internationales. Les accords de coopération culturelle bilatéraux sont symptomatiques de cette volonté. Il semblerait donc que le Venezuela entende donner « un visage humain » à sa diplomatie, expliquant la singulière corrélation entre le pétrolier et le culturel.

35Si la diplomatie culturelle bilatérale laisse entendre que la diplomatie vénézuélienne aspire à repenser la pratique des relations internationales dans une dimension plus « humaine », la diplomatie culturelle multilatérale est emblématique de l’intégration de la notion de « solidarité » dans la conduite diplomatique.

Culture, solidarité et « socialisme du xxie siècle »

36Outre le déploiement d’une coopération bilatérale, le déploiement d’une diplomatie culturelle multilatérale est caractéristique de la diplomatie culturelle activée par le Venezuela. S’il est difficile de statuer de l’efficience de la diplomatie culturelle bilatérale, la diplomatie culturelle multilatérale déployée par le Venezuela fait en revanche preuve d’un activisme singulier.

  • 39 Entretien réalisé à Caracas le 15 novembre 2008.
  • 40 Les pays africains représentés au Ier festival : le Bénin, le Cap Vert, l’Égypte, la Gambie, le Gh (...)
  • 41 Les pays latino-américains représentés au Ier festival : Cuba, le Brésil, l’Équateur, le Salvador, (...)
  • 42 Memorias del Festical Cultural con los Pueblos de África, Caracas, ministère des Relations extérie (...)

37D’ores et déjà, la direction du vice-ministère pour l’Afrique indique que le Venezuela participe à des festivals africains en Gambie, au Sénégal (cités précédemment), au Bénin, au Mali, en Égypte, et au Maroc (festival du livre)39. Cependant, c’est le Festival Culturel avec les Peuples d’Afrique, organisé par le vice-ministère pour l’Afrique et le ministère de la Culture qui voit le jour en 2005, qui est emblématique de cet aspect multilatéral. Il a lieu tous les deux ans au mois de novembre dans tout le Venezuela : jusqu’à présent, deux éditions de ce festival ont eu lieu respectivement en 2005 et 2007. Du 13 au 20 novembre 2005, Caracas accueillait donc la première occurrence de ce festival, qui adopta la devise “Para acercarnos en la solidaridad”. Cinq ministres de la Culture africains, cinq maires et un gouverneur répondirent positivement à l’invitation. Une douzaine de groupes artistiques et culturels africains, ainsi que des artistes latino-américains, participèrent à cet événement. Des délégations de 27 pays africains40 et de huit pays latino-américains41, ainsi que les États-Unis, se déplacèrent également à Caracas pour l’occasion. Même si la capitale reçut le plus de manifestations culturelles, un programme régional fut mis en place dans les États d’Aragua, de Bolivar, de Guarico, de Lara, de Merida, de Miranda, de Vargas et de Yaracuy42.

  • 43 Les pays africains représentés au IIe Festival : L’Algérie, le Cap-vert, le Bénin, le Cameroun, l’ (...)
  • 44 Les pays latino-américains représentés au IIe Festival : la Bolivie, le Brésil, Cuba, la Colombie, (...)
  • 45 IIe Festival Cultural con los Pueblos de África : juntos en la solidaridad, Caracas, ministère des (...)

38La seconde édition du festival, qui adopta cette fois la devise « Juntos en la solidaridad », se déroula du 16 au 25 novembre 2007 dans la capitale vénézuélienne, et regroupa 250 invités internationaux. Vingt-deux pays africains43 représentèrent le continent, et l’Amérique latine44 compta sur la présence de huit pays latino-américains ainsi que des États-Unis. Des ateliers de danse, de musique et de théâtre africains furent organisés toute la semaine à « La Plaza de los Museos », des spectacles de danses et de chants africains se produisirent tous les soirs de la semaine au théâtre municipal de Caracas, et enfin le musée des Sciences Naturelles reçut des œuvres artistiques de tous les pays africains. L’Université Centrale du Venezuela (UCV) présenta l’exposition « África Casa Abierta », l’Université Bolivarienne du Venezuela (UBV) une exposition ethnographique et le MRE, une exposition sur les révolutionnaires africains ; la cinémathèque nationale projeta, quant à elle, un documentaire appelé « Raices africanas »45. Outre les représentations artistiques, le festival est l’occasion de créer une véritable rencontre diplomatique intercontinentale entre les pays latino-américains et africains. La Rencontre d’Intellectuels d’Afrique et d’Amérique latine, la Conférence Interparlementaire Afrique-Amérique latine et Caraïbes, et la Rencontre des Gouverneurs et Maires d’Afrique et d’Amérique latine sont autant d’événements qui encadrent tous la programmation du festival.

  • 46 Memorias del Festival Cultural con los pueblos de África, op. cit., p. 16. Texte original : « Tení (...)
  • 47 Ibid., p. 28.

39À l’agenda de la Ire Rencontre d’Intellectuels d’Afrique et d’Amérique latine figurent les thématiques de « la diaspora africaine et sa contribution à la formation des cultures américaines  » et de « l’Afrique et l’Amérique latine dans le contexte géopolitique actuel et la coopération Sud-Sud entre l’Afrique et l’Amérique latine ». En guise de prélude au IIe sommet Amérique latine - Afrique, qui aurait dû se tenir au Venezuela en novembre 2008, l’hôtel Alba de Caracas reçut la IIe Rencontre d’Intellectuels d’Afrique et d’Amérique. Selon le ministre de l’Éducation et des Sports, Aristobulo Isturiz, « il fallait un espace d’intellectuels, des penseurs qui réfléchissent et qui ont un fort esprit critique pour progresser dans la construction d’un nouveau monde et transformer la façon dont on nous regarde46 ». Du 19 au 21 novembre, trois tables de travail ont été organisées. À l’ordre du jour figuraient les thématiques de la diaspora africaine, de l’environnement, de l’économie, de l’énergie, du développement durable, de la communication, de l’éducation, de la science et enfin de la culture. Reinaldo Bolívar a précisé que les propositions des intellectuels, une fois réunies, serviraient à alimenter la déclaration finale et le plan d’action du sommet Amérique du Sud-Afrique. Finalement, ce sont les grands axes de la coopération qui ont été évoqués pour l’occasion. Dans la déclaration de clôture de la rencontre, les participants remercient le gouvernement vénézuélien d’avoir organisé cette réunion qui fut selon eux l’occasion de « mettre au point des programmes interculturels avec une vision permettant d’envisager des actions toujours plus efficaces dans la construction et le renforcement d’un monde multipolaire47 ». Pour Luis Acuña, ministre de l’Éducation Supérieure, l’intégration des peuples est primordiale et pérenne, contrairement à l’intégration commerciale qui, elle, dépend de ressources économiques qui s’amenuisent.

40La Ire Conférence Interparlementaire d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes décrète la création d’un forum permanent de concertation parlementaire bi-régional qui se chargera d’évaluer les modalités de complémentarité et de coopération politiques, économiques, sociales, institutionnelles et culturelles. La déclaration finale stipule que cette consultation interparlementaire aura lieu tous les deux ans de façon alternative entre les deux régions, et convient que le 15 novembre devienne désormais « Jour de la Coopération et de la Solidarité Interparlementaire Afro-latino-américaine et Caribéenne ».

  • 48 Memorias del Festival Cultural con los pueblos de África, op. cit, p. 51. Texte original : « Este (...)

41La Ire Rencontre de Gouverneurs et de Maires d’Afrique et d’Amérique latine a permis un partage d’expériences autour de problématiques urbaines allant de la santé à l’environnement. Quatre accords de jumelage ont également été signés entre la Mairie de la municipalité de Libertador et les mairies de Parakou et de Sémé Podji au Bénin, de Tifariti en République Arabe Sahraouie et de Marondera au Zimbabwe, ainsi qu’un accord de jumelage avec la région de Khomas en Namibie. Pour Freddy Bernal, maire de la municipalité de Libertador, « cette rencontre avec les autorités d’Afrique et du Venezuela s’inscrit dans une vision stratégique de construction de la multipolarité, dans une vision multiethnique et multiculturelle48 ».

42Avec le Festival Culturel avec les Peuples d’Afrique, le vice-ministère déploie une diplomatie culturelle multilatérale qui entend contribuer à la construction du monde multipolaire imaginé par le « socialisme du xxie siècle ».

  • 49 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 667.

43Dans la partie consacrée aux affaires culturelles du Libro Amarillo, figure une sous-partie intitulée « Bureau de la Culture et de la Solidarité entre les Peuples » qui suggère clairement le nouveau lien qui existe entre diplomatie culturelle et solidarité49. Faire de la culture un fait politique et stratégique, intégrer l’action culturelle dans les objectifs stratégiques du MRE, favoriser les liens entre la direction générale des Affaires Culturelles, les vice-ministères, les missions, le territoire national et le MRE, et créer des politiques culturelles internationales en corrélation avec les nouveaux principes du gouvernement vénézuélien, sont autant d’objectifs fixés par le bureau de la Culture et de la Solidarité entre les Peuples.

  • 50 Memorias del Festival Cultural con los pueblos de África, op. cit., p. 2. Le Projet National Simon (...)

44L’introduction à l’ouvrage de mémoire du second festival stipule que « le Festival Culturel avec les Peuples d’Afrique s’inscrit […] [dans] les grandes lignes du Projet national Simon Bolivar50 » et qu’il « montre la nécessité de la multipolarité dans les relations internationales ». Selon le ministre de l’Information, de la Culture et du Tourisme de Guinée Équatoriale, Alfonso Nsue Mokuy :

  • 51 Ibid. Texte original : « coincide perfectamente con la visión ideológica del presidente Chávez, al (...)

« [Ce festival] coïncide parfaitement avec la vision idéologique du président Chávez, en proposant comme objectif principal de cette rencontre l’impulsion à la multipolarité par le biais d’actions de solidarité, de coopération et de complémentarité, en renforçant les relations culturelles entre le Venezuela et l’Afrique, en consolidant et en diversifiant les relations internationales à travers une diplomatie internationale axée sur le renforcement de la coopération Sud-Sud51 ».

45En somme, qu’elle soit bilatérale ou multilatérale, la diplomatie culturelle déployée par le Venezuela s’impose comme une politique d’influence. Elle promeut l’identité vénézuélienne, par le biais d’accords de coopération qui prévoient la mise en place de manifestations culturelles, et diffuse une pratique singulière des relations internationales, qui allie le pétrolier au culturel, et qui use de la culture pour propager son modèle de société, ce dont témoigne le Festival Culturel avec les Peuples d’Afrique.

La diplomatie culturelle : repenser l’identité nationale

46Selon Dietrich Jung, la politique étrangère dans les pays du Sud est intimement liée à la permanence des conflits sociaux internes, due à une formation des États encore en cours. De cette façon, la pratique de la politique extérieure des États du Sud ne peut être appréhendée en dehors du contexte interne de ceux-ci [Dietrich, 2002 : 91-111].

47Dans la partie qui fixe les objectifs pour atteindre la « Suprême félicité sociale », et plus précisément dans celle consacrée à l’éducation, le gouvernement vénézuélien énonce vouloir « renforcer l’éducation environnementale, l’identité culturelle, la promotion de la santé et la participation communautaire ». Pour la partie culturelle, le Plan entend « massifier une culture qui renforce l’identité nationale, latino-américaine et caribéenne », en diffusant le patrimoine culturel, en insérant le culturel dans les diverses strates sociales ou encore en promouvant le dialogue interculturel avec les peuples et les cultures du monde.

48Parce que le Venezuela est un pays dit du Sud et qu’il connaît un conflit social persistant, qui se traduit par l’exclusion systématique des Afro-descendants du patrimoine culturel national, il convient de se demander dans quelle mesure la diplomatie culturelle à destination de l’Afrique entend contribuer à repenser l’identité nationale en soulignant les apports culturels des Afro-descendants à la nation, et entend véhiculer ainsi l’image d’une société rénovée, libérée de son conflit racial.

Les Afro-Vénézuéliens : un conflit social persistant

49Ainsi, pour saisir l’enjeu intrinsèque de la diplomatie culturelle du Venezuela à destination de l’Afrique, il convient de s’arrêter sur la place des Afro-descendants dans l’histoire vénézuélienne, éclairage qui trouve ses sources dans l’analyse sur le mouvement noir vénézuélien d’Alain Charier [Charier, 2000].

50L’importation d’esclaves noirs au Venezuela débute au xvie siècle. Elle s’accroît considérablement au xviiie siècle lorsque la culture du cacao se développe. Entre importation légale d’esclaves venus d’Afrique et illégale venue des Antilles, la population noire du Venezuela s’est diversifiée dès son origine. Le xviiie siècle est marqué par un véritable métissage de la population vénézuélienne : plus de la moitié des Vénézuéliens ont du sang « noir ». En 1810, la traite est abolie, en 1854 c’est l’abolition de l’esclavage et en 1864 son inscription est officielle dans la Constitution. Depuis les premières guerres d’indépendance, il y a une persistance de la hiérarchie de castes qui conduit les Blancs à maintenir l’isolement des Noirs et des sang-mêlés, de plus en plus nombreux, par crainte de perdre leur hégémonie. L’obsession des élites blanches est alors au « blanchiment » de la société, encourageant ainsi une immigration européenne de masse.

51Il existe au Venezuela le préjugé selon lequel les Noirs ne constituent pas, intellectuellement et culturellement, un apport positif pour le développement de la nation. S’y oppose un discours officiel d’éloge de la démocratie raciale et de déni de discrimination qui ne reflète en rien la réalité sociale du pays. Les Afro-descendants n’ont pas voix au chapitre dans l’histoire nationale, les manuels scolaires ne faisant pas cas de leur parcours historique. Par conséquent, c’est autour de sa construction identitaire, axée sur la mise en valeur de sa singularité culturelle, que s’est mobilisée la communauté noire. La pérennisation des fêtes traditionnelles, comme la fête de la Croix de Mai ou encore des « Diables Dansants », sont des moteurs majeurs de l’identité noire, et c’est par ce dynamisme communautaire que les Afro-descendants ont trouvé leur capacité d’action.

52C’est à travers les arts que s’exprime le plus visiblement l’identité afro-vénézuélienne. Bien qu’il soit encore aujourd’hui difficile pour elle d’investir le champ des médias modernes, certains artistes sont parvenus à faire apparaître l’art afro-vénézuélien dans le champ culturel du pays. La musique, la danse, le théâtre, les arts plastiques et le cinéma, comptent parmi les domaines artistiques les plus présents. Les associations constituent le cadre privilégié d’expression du mouvement noir mais malgré leurs différences, elles partagent la même conviction : leur visibilité dépend de leur affirmation au sein de la nation vénézuélienne, qui est en pleine recomposition culturelle du fait de la mondialisation. C’est seulement dans les années 1990 qu’elles commencent à acquérir cette visibilité [Charier, 2000]. Aussi, dans la mesure où les revendications politiques et juridiques des Afro-descendants sont intimement liées à une pratique culturelle affirmée, il est possible de s’interroger sur le rôle interne de la diplomatie culturelle à destination de l’Afrique. Dans quelle mesure et dans quelle perspective le vice-ministère s’approprie-t-il le terrain culturel, privilégié par les associations afro-vénézuéliennes ? S’octroie-t-il un rôle intérieur ou est-il le simple reflet d’une nouvelle façon de penser les relations internationales ?

Le rôle du vice-ministère pour l’Afrique et la reconnaissance des Afro-Vénézuéliens

53Dans l’histoire des relations entre l’Amérique latine et l’Afrique, rappelons-le, la question de l’intégration raciale est fondamentale. Récepteurs d’esclaves noirs, les jeunes États latino-américains sont appelés, par les mouvements sociaux intérieurs mais également par la mise à l’agenda de cette problématique par l’ONU dans les années 1960, à se rapprocher du continent africain. S’il s’intègre au cadre d’un rapprochement avec les pays du Tiers Monde, pour Guy Martinière, le développement d’une diplomatie latino-américaine à destination de l’Afrique entend répondre aux besoins de l’intégration raciale [Martinière, 1980 : 313-340], statuant d’ores et déjà sur le lien étroit qui coexiste entre politique intérieure et politique extérieure. Le cas de la diplomatie culturelle du Venezuela à destination de l’Afrique mérite, à cet égard, une attention particulière.

  • 52 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 477. Texte original : « Diversas (...)
  • 53 Entretien réalisé à Caracas le 5 janvier 2009.

54En plus d’être un instrument pour repenser les relations internationales, la diplomatie culturelle déployée par le vice-ministère pour l’Afrique entend contribuer à la revalorisation de l’apport des Afro-descendants à la nation vénézuélienne. Le Libro Amarillo de 2007 stipule : « Nombreuses ont été les initiatives mises en place durant cette année pour la diffusion de l’Afrique au Venezuela et la récupération par la conscience nationale de l’héritage africain dans l’identité vénézuélienne52 ». Selon Norma Romero, coordinatrice générale de la Red de Organizaciones Afro-venezolanas (ROA), c’est effectivement « un des objectifs » de la politique africaine du Venezuela53.

  • 54 Ibid. Texte original : « las relaciones con el vice-ministerio son intimas, muy intimas », Norma R (...)

55En guise de premier élément témoin de cet état de fait, il convient de noter l’étroite collaboration entre le vice-ministère pour l’Afrique et les associations afro-vénézuéliennes. Pour Norma Romero, « les relations avec le vice-ministère pour l’Afrique sont intimes, très intimes54 », ce qu’elle justifie en expliquant qu’un des conseillers de Reinaldo Bolivar n’est autre que Jesus Chucho Garcia, membre fondateur de la ROA. Celui-ci a largement contribué à la création du vice-ministère et est aujourd’hui chargé d’affaires à l’ambassade du Venezuela en Angola. Comme le souligne Alain Charier, le terrain culturel a été pour de nombreux militants le terrain d’apprentissage du politique.

  • 55 José Leonardo Chirinos était un leader afro-descendant qui lutta pour l’abolition de l’esclavage a (...)
  • 56 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 477.

56Dans les faits, le vice-ministère pour l’Afrique s’octroie un rôle intérieur prépondérant pour tout ce qui concerne de près ou de loin ce continent. Preuve en est la participation du vice-ministre pour l’Afrique, Reinaldo Bolivar, aux actes de commémoration relatifs aux « héros » ou aux événements historiques qui ont marqué les Afro-Vénézuéliens. Le 10 mai 2007, il assiste en tant qu’Orador de Orden à la commémoration des 212 ans du soulèvement de José Leonardo Chirinos55, à Macuquita dans l’État de Falcón. Les habitants de Coro, en majorité des Afro-Vénézuéliens, des membres de l’association culturelle « José Leonardo Chirinos » de la ROA de Coro et plus de cinquante enseignants qui travaillent sur l’Afrique, étaient représentés à cette occasion. Quinze jours plus tard, le 26 mai, à l’occasion de la journée mondiale de l’Afrique, Reinaldo Bolivar est à nouveau nommé Orador de Orden à la commémoration de l’arrivée du dernier bateau transportant des esclaves africains, dans le théâtre municipal de Puerto Cabello56.

  • 57 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2005, Caracas, 2005, p. 308.
  • 58 Entretien réalisé le 15 novembre 2008 à Caracas.
  • 59 Cité dans la Conférence de Presse du MRE, Caracas, le 22 novembre 2007. Texte original : « Todos e (...)
  • 60 « Comenzo II encuentro de intelectuales de África y América », Agencia Bolivariana de Noticias (AB (...)

57En collaboration ou non avec le ministère de la Culture et avec la ROA, il met en place une multitude de manifestations culturelles ou de programmes relatifs à l’Afrique, à sa culture, à ses traditions et à ses coutumes. Le Festival Culturel avec les Peuples d’Afrique, évoqué précédemment, est emblématique du décloisonnement entre l’interne et l’externe de la politique extérieure vénézuélienne et, plus précisément, de la diplomatie culturelle à destination de l’Afrique. Outre le fait que « le festival constitua une étape fondamentale pour consolider le rapprochement entre les peuples africains, [notre pays] le Venezuela et les autres nations d’Amérique latine57 », pour la direction du vice-ministère pour l’Afrique, ce qui importe c’est que la « conscience » des différentes cultures et les festivals culturels soient des occasions pour que le peuple puisse connaître la culture africaine, se l’approprier58. Ainsi, dans le cadre de ce festival est institué le programme « África va a tu escuela » dans 18 écoles du pays. Dans le but de sensibiliser les jeunes écoliers sur l’héritage culturel africain de leur nation, des artistes africains et vénézuéliens se rendirent dans des écoles de tout le pays pour des manifestations culturelles. Dans l’État de Vargas, la culture nigériane était à l’honneur ; à Caracas, c’était la culture angolaise et l’école bolivarienne José Tadeo Monagas à San Francisco de Yare, dans l’État de Miranda, reçut la visite de onze représentants de la République d’Éthiopie. Les enfants ont récité des poésies, ont interprété des danses folkloriques et ont fait une démonstration de la danse autochtone de la communauté « les diables dansants de Yare » afin de montrer une occurrence de tradition africaine. Dans la perspective de partage et d’échange culturel à l’origine de cette journée, ce sont ensuite les artistes du théâtre municipal éthiopien qui ont donné une représentation aux enfants. Pour Elsa Martinez, doyenne de la Communauté Éducative de la Paroisse à Naiquata dans l’État de Vargas, l’entreprise fut un véritable succès : « Nous sommes tous heureux d’avoir eu l’occasion de partager avec nos frère nigérians et qu’il y ait un échange culturel. Nous sommes en train de resserrer les liens59 ». De plus, Yadira Cordova, rectrice de l’Université Bolivarienne du Venezuela, explique que la formation des futurs intellectuels dépend des rapports entre les cultures africaines et vénézuéliennes : « Nous ne pouvons pas réaliser cette formation de consciences si nous n’envisageons pas les contributions transcendantes de la culture africaine à notre culture.60 »

  • 61 Sur ce thème voir Egilda Castellano, « La cooperación académica como dimensión de la política exte (...)
  • 62 Cité dans la presse officielle du MRE et datée du 25 mai 2006 : « precisamente se construye desde (...)
  • 63 Cité dans la presse officielle du MRE et daté du 25 mai 2006 : « hablar de la creación de esta Cat (...)

58En outre, le 25 mai 2006, le vice-ministère pour l’Afrique met en place le programme « Catedra Libre África », qui est une initiative du MRE et non du ministère de l’Éducation. C’est un espace de débats qui appelle à la participation des universitaires, des étudiants, du peuple, des artistes et des membres du corps diplomatique61. Il a pour objectif d’ouvrir des carrières et des filières universitaires qui se rapportent à l’Afrique, afin de créer une base de données sur ce continent et sur l’Afro-descendance. Il entend également contribuer à revaloriser les apports culturels, éthiques, politiques et technologiques des Afro-descendants à la nation vénézuélienne, à réfléchir à des actions de lutte contre le racisme et les discriminations, et à imaginer un nouveau modèle de coopération entre les pays du Sud. Il a pour leitmotiv de créer une « diplomatie du peuple » car, selon Reinaldo Bolivar, la politique extérieure du Venezuela « se construit précisément à partir de la connaissance et de l’activisme protagoniste du peuple62 ». De plus, la création de la « Catedra Libre África » est un « acte historique » parce que « parler de la création de cette Chaire c’est parler de refonder la République63 ».

59En plus de sa volonté de faire rayonner la culture vénézuélienne en Afrique et de repenser les relations internationales, le vice-ministère pour l’Afrique ambitionne de contribuer à la revalorisation de l’apport des Afro-descendants à la nation vénézuélienne. Les manifestations et programmes culturels organisés ont ainsi un objectif double qui témoigne de l’interdépendance entre l’interne et l’externe. L’attention portée au rapprochement culturel des deux aires géographiques témoigne d’une volonté de renouveau de l’ordre interne du pays. On assiste à une diplomatie extérieure atypique qui intègre la population au travers de la découverte et du partage d’un héritage culturel commun.

60Bien que le rapprochement soudain avec l’Afrique ne soit pas synonyme d’intégration et de changement radical pour les Afro-descendants, il porte l’espoir d’une reconnaissance culturelle des populations noires. Les initiatives gouvernementales, telle que l’organisation du Festival Culturel avec les Peuples d’Afrique, constituent un premier pas vers une reconnaissance de l’apport positif des Afro-descendants à la nation vénézuélienne. Il semblerait donc que l’on soit en train de repenser la politique à partir de l’identité culturelle. Le renouvellement de la classe politique traditionnelle pourrait bien être, à moyen et à long terme, le vecteur d’une redéfinition de la nation vénézuélienne, intégratrice de toutes les « nationalités » du pays.

  • 64 Entretien réalisé à Caracas le 15 novembre 2008.

61Cependant, cette diplomatie intégratrice comporte ses limites et, à ce titre, la direction du vice-ministère pour l’Afrique reconnaît que c’est un élément intégrateur mais qui relève d’une évolution lente64.

62L’analyse de la diplomatie culturelle à destination de l’Afrique a mis en exergue le double objectif poursuivi par le gouvernement vénézuélien, qui souligne le lien qui existe entre politique intérieure et politique extérieure.

63À travers le déploiement d’une coopération culturelle bilatérale grandissante, le Venezuela aspire à diffuser la culture nationale en exerçant une influence politique qui s’apparente au soft power décrit par Joseph Nye. De plus, le nouveau lien établi entre le culturel et le pétrolier et la mise en place d’une coopération culturelle multilatérale soulignent la volonté du Venezuela de repenser les relations internationales telles qu’elles sont définies par le « socialisme du xxie siècle ».

64Mais la singularité de la diplomatie culturelle du Venezuela aspire à revaloriser l’apport positif des Afro-descendants à la nation vénézuélienne, et à diffuser ainsi le modèle d’une société égalitaire. Le rôle intérieur qu’elle s’octroie statue en faveur du décloisonnement de la politique extérieure. Elle effectue des va-et-vient entre l’externe et l’interne et la diplomatie culturelle en est emblématique.

Notes

1 Entretien réalisé à Caracas, le 15 novembre 2008. Texte original : « La cultura es la puerta de entrada hacia cualquiera relación ».

2 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1977, Caracas, 1977, p. 513 -514. Texte original : « Asímismo manifestaron su complacencia por la firma de un acuerdo cultural. […] Los dos presidentes resaltaron la importancia de vinculación entre los Institutos especializados de Venezuela y los de la Universidad de Dakar, en particular el Instituto Afroiberoamericano y del museo de Artes Africanas de Dakar. »

3 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1981, Caracas, 1981, p. 912-913.

4 Ibid.

5 Notons que certains accords de coopération culturelle incluent les secteurs éducatifs et sportifs.

6 À l’opposé, le hard power se réfère à la puissance militaire ou encore à la puissance économique.

7 Avec, pour objectif, de mesurer l’état de la coopération culturelle du Venezuela avec les pays africains, ne seront prises en compte que les activités culturelles organisées par le Venezuela. Les activités culturelles organisées par les États africains sont exclues de l’analyse.

8 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1999, Caracas, 1999, p. 674-676.

9 Entretien réalisé à Caracas le 20 novembre 2008.

10 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1999, Caracas, 1999, p. 669.

11 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1999, Caracas, 1999, p. 670-672.

12 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2000, Caracas, 2000, p. 331.

13 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 457.

14 Ibid.

15 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2003, Caracas, 2003, p. 405.

16 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2004, Caracas, 2004, p. 426.

17 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 635-637.

18 Entretien réalisé à Caracas le 17 décembre 2008.

19 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 455.

20 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2006, Caracas, 2006, p. 506.

21 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 1004-1007.

22 Entretien réalisé à Caracas le 16 décembre 2008. Texte original : « most there is education projetcs ».

23 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 1018-1020.

24 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2001, Caracas, 2001, p. 403.

25 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 1034-1047.

26 Le Libro Amarillo de l’année 2008 n’étant à l’heure de l’écriture pas paru, le détail de cet accord ne peut être objet d’étude.

27 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 457.

28 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2001, Caracas, 2001, p. 403.

29 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 456.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Pour la raison déjà évoquée de la nouveauté de plus de la moitié des accords culturels.

33 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2001, Caracas, 2001, p. 403.

34 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 671.

35 Ibid., p. 669.

36 Notons que les données des manifestations culturelles réalisées dans l’année 2005 n’ayant pu être récupérées, l’analyse présente un « vide » qu’il convient de prendre en considération. Quelques éléments peuvent tout de même être notés.

37 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1999, Caracas, 1999, p. 182.

38 Ibid. Texte original : « como muestra adicional de la nueva amplitud y dinámica de la política, se puede mencionar el aera cultural. »

39 Entretien réalisé à Caracas le 15 novembre 2008.

40 Les pays africains représentés au Ier festival : le Bénin, le Cap Vert, l’Égypte, la Gambie, le Ghana, la Guinée Équatoriale, le Kenya, la Libye, le Mali, le Maroc, le Mozambique, la Namibie, le Niger, le Nigeria, la République Arabe Sahraouie, la République Démocratique du Congo, Sao Tomé et Principe, le Sénégal, la Somalie, le Soudan, l’Afrique du Sud, la Zambie et le Zimbabwe.

41 Les pays latino-américains représentés au Ier festival : Cuba, le Brésil, l’Équateur, le Salvador, Porto Rico, la République Dominicaine, l’Uruguay et le Venezuela.

42 Memorias del Festical Cultural con los Pueblos de África, Caracas, ministère des Relations extérieures, vice-ministère pour l’Afrique, 2006.

43 Les pays africains représentés au IIe Festival : L’Algérie, le Cap-vert, le Bénin, le Cameroun, l’Égypte, le Ghana, la Gambie, la Guinée Équatoriale, le Kenya, la Libye, le Mali, le Maroc, le Mozambique, la Namibie, le Nigeria, la République Arabe Sahraouie, le Sénégal, la Somalie, l’Afrique du Sud, le Soudan, la Zambie, et le Zimbabwe.

44 Les pays latino-américains représentés au IIe Festival : la Bolivie, le Brésil, Cuba, la Colombie, l’Équateur, le Salvador, le Pérou, la République Dominicaine et le Venezuela.

45 IIe Festival Cultural con los Pueblos de África : juntos en la solidaridad, Caracas, ministère des Relations extérieures, vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

46 Memorias del Festival Cultural con los pueblos de África, op. cit., p. 16. Texte original : « Tenía que haber un espacio de intelectuales, pensadores, de quienes reflexionan y tienen más fortalecido el espíritu crítico para tener más fuerzas y avanzar en la construcción de un nuevo mundo y podamos transformar la forma como se nos ve. »

47 Ibid., p. 28.

48 Memorias del Festival Cultural con los pueblos de África, op. cit, p. 51. Texte original : « Este encuentro de las autoridades de África y Venezuela se inscribe en una vision estratégica de construcción de la multipolaridad, en una visión multitétnica y multicultural. »

49 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 667.

50 Memorias del Festival Cultural con los pueblos de África, op. cit., p. 2. Le Projet National Simon Bolivar fait référence au Plan de Développement Économique et Social de la Nation, en l’occurrence celui de 2007-2013.

51 Ibid. Texte original : « coincide perfectamente con la visión ideológica del presidente Chávez, al proponer como objetivo principal de este encuentro el impulsar la pluripolaridad mediante acciones de solidaridad, cooperación y complementariedad, fortaleciendo las relaciones culturales entre Venezuela y África. Consolidando y diversificando las relaciones internacionales a través de la diplomacia internacional orientada al fortalecimiento de la cooperación sur-sur ».

52 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 477. Texte original : « Diversas han sido, las iniciativas adelantadas durante el año con respecto a la difusión del conocimiento de África en Venezuela y la recuperación de la conciencia nacional sobre la herencia africana en la identidad venezolana. »

53 Entretien réalisé à Caracas le 5 janvier 2009.

54 Ibid. Texte original : « las relaciones con el vice-ministerio son intimas, muy intimas », Norma Romero.

55 José Leonardo Chirinos était un leader afro-descendant qui lutta pour l’abolition de l’esclavage au Venezuela.

56 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2007, Caracas, 2007, p. 477.

57 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2005, Caracas, 2005, p. 308.

58 Entretien réalisé le 15 novembre 2008 à Caracas.

59 Cité dans la Conférence de Presse du MRE, Caracas, le 22 novembre 2007. Texte original : « Todos estamos contentos que se nos haya dado la oportunidad de compartir con los hermanos nigerianos y que haya un intercambio de culturas. Estamos estrechando lazos. », Elsa Martinez.
http://www.mre.gov.ve/Noticias/A2007/IIFestival_Cultural/Nota06.htm

60 « Comenzo II encuentro de intelectuales de África y América », Agencia Bolivariana de Noticias (ABN), Caracas, le 19 novembre 2007.
http://www.abn.info.ve/go_news5.php?articulo=111026&lee=18

61 Sur ce thème voir Egilda Castellano, « La cooperación académica como dimensión de la política exterior », Política exterior y soberanía, octubre-diciembre 2006, año 1, n° 3, p. 21-23.

62 Cité dans la presse officielle du MRE et datée du 25 mai 2006 : « precisamente se construye desde el conocimiento y desde el activismo protagónico del pueblo ».
http://www.mre.gov.ve/Noticias/Viceministros/Vice-Africa/A2006/Declar-145.htm

63 Cité dans la presse officielle du MRE et daté du 25 mai 2006 : « hablar de la creación de esta Catedra es hablar de refundar la República ».

64 Entretien réalisé à Caracas le 15 novembre 2008.

Table des illustrations

Titre Diagramme n° 11. Rapport entre l’évolution de la souscription des accords culturels et la mise en place de manifestations culturelles
Légende Source : diagramme réalisé à partir de données du Libro Amarillo, années 1999 à 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau n° 7. Rapport entre coopération culturelle et coopération énergétique
Légende Source : Tableau réalisé à partir de données du Libro Amarillo.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/182/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540