Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

IV - L'Université, acteur régional

L’Université du Zulia (Luz) : son rôle dans la formation des élites et le développement régional

Didier Ramousse

Texte intégral

1LUZ est le principal foyer de recherche scientifique et de diffusion du savoir au Zulia : son origine remonte à 1837, lorsque fut créé le Collège national de Maracaïbo qui devint l’université du Zulia en 1891. Le grand essor de LUZ est seulement intervenu après le rétablissement de la démocratie au Venezuela, quand le « boom » pétrolier provoqua des transformations économiques et sociales considérables dans la seconde moitié du xxe siècle. Avec environ 60 000 étudiants en 1985-1986, l’université du Zulia était la plus importante du pays devant l’UCV de Caracas. Malgré l’existence d’autres institutions d’enseignement supérieur au Zulia, LUZ occupe une position-clé dans le système régional : si elle dispose d’une certaine autonomie, elle apparaît aussi comme un enjeu de pouvoir entre le gouvernement central et les bourgeoisies locales, en raison de sa participation à l’élaboration des stratégies de développement et à la formation des élites régionales.

2L’université peut être considérée comme un des points d’application thématique de la recherche sur les pouvoirs régionaux et locaux, face à la déconcentration économique et à la décentralisation politique au Venezuela.

3• Il s’agit d’une base socio-culturelle qui s’est affirmée à plusieurs reprises comme un bastion de la contestation de l’ordre établi : contre les dictatures avant 1958, comme refuge de l’activité subversive de 1958 à 1968..., et comme champ privilégié de l’affrontement entre les différents courants politiques depuis cette époque. Au Zulia, l’histoire de LUZ est jalonnée par les épisodes du combat mené contre le pouvoir central, tandis que le groupe des enseignants-chercheurs qui l’anime entretient des relations complexes (étroites mais parfois conflictuelles) avec les représentants de l’oligarchie, les autorités et les organismes de développement de la région.

4• LUZ est d’ailleurs un des rouages du développement régional au Zulia :

  • elle est de plus en plus impliquée dans les divers projets de développement qui concernent le bassin de Maracaïbo ;
  • elle est le creuset de la reproduction socio-culturelle des élites régionales.

5• Mais l’université du Zulia n’échappe à la crise générale des institutions et des stratégies de développement, encore amplifiée par la chute de la rente pétrolière. La crise universitaire, latente depuis une décennie, s’est aggravée avec la crise financière que traverse le Venezuela. Les grandes universités nationales ont un budget en déficit chronique et leurs dettes s’accumulent d’une année sur l’autre, alors qu’elles dépendent presqu’exclusivement des crédits octroyés par l’État pour leur fonctionnement. Confronté à une diminution de ses rentrées fiscales, le gouvernement a mis en pratique une politique d’ajustements où la priorité est accordée au rétablissement des grands équilibres macro-économiques, afin d’obtenir les devises qui permettront de payer la dette extérieure. Sous la pression du FMI, des banques étrangères et de l’intérêt immédiat des groupes financiers nationaux, la recherche de solutions aux problèmes structuraux du développement se trouve ainsi différée, en même temps que restent à préciser le rôle et les moyens assignés aux universités pour faire évoluer une société en difficulté.

6Pour essayer de remédier à cet état de choses, le gouvernement vénézuélien a présenté en 1987 un projet de loi d’éducation supérieure qui prévoit un réaménagement des structures universitaires dans une triple perspective :

  • flexibilité accrue par rapport aux nécessités du développement économique et social ;
  • homogénéisation du statut juridique des institus d’éducation supérieure, en vue de faciliter leur intégration dans un système plus cohérent ;
  • déconcentration des unités d’enseignement et de recherche dans le cadre d’une régionalisation de leur administration.

7On pourra noter que les répercussions de la crise sur la recomposition des pouvoirs se manifestent dans le secteur universitaire. On assiste effectivement à un renvoi de la gestion de la crise financière à des niveaux locaux et régionaux, tandis que les pressions centralisatrices devraient s’accroître sur une nouvelle échelle territoriale avec l’homogénéisation des structures universitaires et leur déconcentration administrative (cf. conseils régionaux d’éducation supérieure).

I - LE PROBLÈME DE L’AUTONOMIE ET DE L’INTÉGRATION DU SYSTÈME UNIVERSITAIRE RÉGIONAL FACE AU POUVOIR CENTRAL

8Dès la fin du xixe siècle, plusieurs voix s’élevaient déjà au Zulia pour demander qu’on y implante une université, à une époque où les idées d’autonomie régionale s’affirmaient dans l’Ouest vénézuélien. La prospérité de la région reposait alors sur le commerce international qui s’était développé à partir d’un système de transport fluvio-lacustre dont les ramifications s’étendaient jusqu’aux Andes colombo-vénézuéliennes. C’est ainsi que Maracaïbo, débouché portuaire et siège des principales sociétés commerciales et financières opérant dans la zone occidentale du pays, fut la grande bénéficiaire de la splendeur caféière de cette fin de siècle. Au cours de la période 1873-1920, le Zulia connut un grand dynamisme économique et un fort taux de croissance démographique (3,4 % par an), supérieurs à ceux de la région capitale et de son port — La Guaira — au rayonnement moindre que Maracaïbo.

9La bourgeoisie marchande et l’élite libérale du Zulia souhaitaient donc disposer sur place d’un instrument permettant la formation des cadres de l’administration régionale, ainsi que celle d’un groupe efficace de commerçants, d’agriculteurs et de professionnels divers. Le pouvoir central, soucieux de contrôler les espaces périphériques, précipita l’échec de ce projet et installa à Maracaïbo, le 11 septembre 1891, une université qui convenait davantage à ses préoccupations centralisatrices par son caractère élitiste, reproducteur du modèle économique extractif. En 1903, le général Cipriano Castro décida la fermeture de l’université du Zulia : le décret entérinant cette mesure alléguait l’excès des étudiants diplômés sortis de cet établissement. Dans les années vingt, le « boom » pétrolier propulsa le bassin de Maracaïbo et l’ensemble du Venezuela au firmament de la production mondiale, tandis que la société régionale connaissait les bouleversements propres aux pays en voie de développement. La nouvelle culture née du pétrole s’accommoda de l’absence d’une université au Zulia durant la dictature de Gomez, puisqu’il fallut attendre le 1er octobre 1946 pour que le gouvernement procédât à la réouverture de celle-ci.

10Avec l’avènement d’un processus d’industrialisation dépendante et d’une consommation de masse, les filières universitaires ont été utilisées par les secteurs privilégiés de la société pour perpétuer leur domination, en même temps qu’elles fournissaient les ressources humaines nécessaires au fonctionnement du système économique. Cependant, le rétablissement d’un régime démocratique au Venezuela en 1958 a favorisé une ouverture sociale de l’enseignement supérieur, débouchant sur une massification estudiantine qui répondait aux aspirations des couches moyennes, désireuses d’assurer leur promotion sociale et de participer au pouvoir politique. C’est aussi à cette époque que la notion d’autonomie universitaire s’est imposée dans le pays. Encore faut-il préciser qu’une conception limitative de l’autonomie universitaire a toujours prévalu, dans la mesure où elle résulte seulement d’une délégation de pouvoir pour accomplir une mission de service public : lorsque la crise économique a conduit le gouvernement à imposer aux universités des restrictions financières, on a pu se rendre compte à quel point leur fonctionnement était subordonné aux largesses du pouvoir central. LUZ est précisément une des universités autonomes où l’action de l’État se limite en principe à délivrer une enveloppe budgétaire globale.

11A l’exception de deux antennes sur la côte orientale du lac et à Punto Fijo dans le Falcon, l’université du Zulia n’est pas parvenue à concrétiser elle-même la politique de régionalisation préconisée dès 1970 par des professeurs de la Faculté d’architecture (cf. Basil L. et autres, op. cit., chap. 3/5), puis détaillée lors des travaux d’une commission nommée à cet effet par le rectorat. La prolifération un peu anarchique des institutions d’enseignement supérieur au Zulia résulte donc, depuis quelques années, d’initiatives prises par le gouvernement vénézuélien et certains groupes de l’oligarchie locale. Le pouvoir central a pu ainsi imposer ses vues sur la régionalisation du système universitaire en créant des universités expérimentales, des collèges universitaires et autres instituts, tandis qu’il apportait parallèlement son appui aux établissements privés d’éducation supérieure fondés à la même époque.

12Deux universités expérimentales ont été créées dans la région. Elles sont gérées et contrôlées directement par l’État vénézuélien : leur action se situe dans le cadre strict des politiques d’éducation supérieure qui ont été définies en fonction des plans et des programmes de développement du pays. On peut voir dans leur multiplication la volonté du gouvernement de lutter contre l’influence grandissante des universités autonomes.

13En 1982, l’ouverture de l’université nationale expérimentale de la côte orientale du lac (UNECOLM) aurait été dictée par la massification estudiantine, ainsi que par le désir de promouvoir de nouvelles formes d’enseignement mieux adaptées aux nécessités subrégionales. LUZ avait déjà résolu partiellement ce problème avec l’implantation d’une annexe à Cabimas en 1973, à la demande de plusieurs groupes de pression de la COL (« juntas de vecinos », clergé, syndicat des ouvriers pétroliers). Considérant que cette antenne universitaire était le résultat d’une expansion de LUZ, plutôt que le produit d’une dynamique propre à la sous-région, les pouvoirs publics ont finalement décidé la fondation d’UNECOLM pour décongestionner l’université du Zulia et réactiver la côte orientale du lac. Cependant, on doit constater que seulement deux « cursus » (éducation et gestion d’entreprise) sur les quatre initialement prévus ont pu être ouverts, faute d’un nombre suffisant d’étudiants. Si les autorités rectorales se refusent à parler de concurrence, il faut bien admettre que le prestige de LUZ limite la croissance d’UNECOLM (moins de 1 000 inscrits, la quasi totalité étant originaires de la COL et quelques-uns des États voisins de Trujillo ou de Falcon).

14L’avenir de l’université expérimentale du sud du lac (UNISUR) est encore plus incertain puisque, quatre ans après sa création en 1982, elle n’avait toujours pas commencé à fonctionner. Telle qu’elle a été conçue, cette institution présente la particularité d’être mi-privée / mi-publique. En effet, l’État doit fournir la moitié des fonds conjointement avec une association (FESDESUL) regroupant les principales forces socio-économiques de la sous-région, en particulier les éleveurs. A l’origine du projet, on retrouve quelques professeurs qui s’étaient engagés dans le processus de régionalisation amorcé par l’université du Zulia. Leur intention était de mettre en place une unité d’enseignement et de recherche expérimentale, en prise sur la problématique du développement local et régional (agriculture — élevage). Un conflit a différé l’ouverture d’UNISUR, car le président de FESDESUL (agronome de LUZ) voulait lui donner une base populaire paysanne contre la volonté des grands éleveurs liés au parti AD, qui souhaitaient une université servant davantage leurs intérêts. Après la victoire de Lusinchi aux élections présidentielles, le gouvernement « adeco » a placé ses hommes aux postes-clé en ne conservant qu’une partie du projet originel. UNISUR devrait donc devenir opérationnelle lorsque la construction des bâtiments qui lui sont destinés à Santa Barbara sera achevée.

15Les collèges universitaires nationaux de Maracaïbo et de Cabimas ont été créés en 1974. Ils ne se différencient guère des instituts universitaires de technologie (privés), implantés dans la capitale du Zulia entre 1972 et 1982, aussi bien du point de vue de leur rôle dans le système éducatif régional que pour leur fonctionnement. Ils bénéficient tous d’une relative autonomie et assurent la formation de techniciens supérieurs en cycle court, afin de satisfaire prioritairement la demande locale. Mais ces institutions ne constituent pas un foyer d’attraction pour les jeunes qui préfèrent entrer à l’université, dans la mesure où les professionnels sortis des collèges et autres instituts de technologie ne trouvent pas l’accueil espéré sur le marché du travail.

16L’État a contribué indirectement à promouvoir dans la région des universités privées. C’est ainsi que Petròleos de Venezuela figure parmi les membres donateurs de la Fondation de l’université Rafael Urdaneta, créée en 1974 à l’initiative d’entrepreneurs du Zulia regroupés autour du Banco de Maracaïbo. Le gouvernement vénézuélien participait même au budget de l’URU pour environ 10 % (apport variable et non obligatoire), mais la quasi totalité des dépenses de fonctionnement sont désormais couvertes par les frais d’inscription assez élevés réclamés aux étudiants. Les carrières universitaires proposées par l’URU sont conditionnées par les besoins du secteur privé régional et par sa volonté de former ses propres élites (cf. école de sciences politiques et d’administration). La zone d’influence de l’université Rafael Urdaneta coïncide presque avec l’agglomération de Maracaïbo, d’où proviennent 90 % des 3 000 étudiants qu’elle comptait en 1985-1986. Quant à l’université Cecilio Acosta, elle n’a pas une signification identique sur le plan régional, dans la mesure où elle témoigne surtout des efforts personnels du père Ocando (directeur des Niños Cantores del Zulia) pour favoriser la diffusion d’une certaine conception de la culture à Maracaïbo.

17En conclusion, l’université du Zulia conserve un poids prépondérant dans la région : elle regroupe plus de 35 % des effectifs de l’enseignement supérieur, son aire de recrutement s’étendant sur l’ensemble du bassin de Maracaïbo et même au-delà... Cependant, le pouvoir central et certains secteurs de l’oligarchie locale ont détourné à leur profit le processus de régionalisation de l’éducation supérieure ébauché par LUZ, pour tenter de battre en brèche son influence excessive à leurs yeux. Il est aussi intéressant de noter que LUZ apparaît comme l’institution la plus vulnérable sur le plan financier. L’évolution du système universitaire s’accompagne d’ailleurs à l’intérieur du Zulia d’une restructuration administrative et d’une recomposition des pouvoirs qui pourraient s’opérer aux dépens du rôle traditionnel exercé par Maracaïbo sur son bassin (multiplication des administrations de zones sur la COL, au sud du lac, etc.).

II - CRISE DE L’UNIVERSITÉ ET DU SYSTÈME ÉDUCATIF : QUELLES ALTERNATIVES ?

18Ce thème a été abordé pour le Venezuela dans une étude où le CENDES formulait en 1984 un diagnostic et des propositions, en vue de l’élaboration d’un projet de loi d’éducation supérieure. Après le rétablissement de la démocratie, l’évolution du système éducatif au Zulia s’apparente à celle qui a été mise en évidence pour l’ensemble et se caractérise par :

  • une démocratisation et une massification de l’enseignement supérieur ;
  • un apport financier massif de l’État ;
  • la prédominance des formations universitaires « accréditives ».

19La crise universitaire, révélée par les difficultés financières du Venezuela, résulte d’une inadaptation aux changements économiques, sociaux et technologiques, ayant affecté le pays au cours des dernières années. Les redondances et le manque de flexibilité du secteur universitaire sont aggravés par une centralisation excessive. On peut en particulier insister sur les déséquilibres dus à la concentration territoriale des services d’éducation :

  • à l’échelon national, 6 universités sur 16 et plus de la moitié des instituts d’enseignement supérieur ont leur siège dans la région de Caracas (120 formations différentes sont assurées dans la capitale, contre seulement 47 au Zulia) ;
  • à l’échelon régional, les unités d’enseignement sont regroupées dans les grandes agglomérations de Maracaïbo et de la COL, aux dépens des zones rurales.

20L’éducation supérieure n’est pas toujours en mesure de répondre aux impératifs du développement, tels que l’acquisition d’une capacité nationale d’invention ou de savoir-faire technologique, pour parvenir à l’autosuffisance alimentaire et accélérer le redéploiement industriel. L’articulation du système universitaire avec l’économie régionale fait même apparaître une incorporation de plus en plus difficile des étudiants formés au Zulia dans les secteurs pétrolier et agricole, qui correspondent aux activités productives traditionnelles du bassin de Maracaïbo.

21La crise économique a conduit l’État à redéfinir sa participation financière au sein de l’éducation, d’autant plus qu’elle avait atteint un niveau peu compatible avec les autres exigences nationales : en 1978, ce poste budgétaire absorbait 44 % des dépenses sociales (40 % de cette somme étant destinés à l’enseignement supérieur qui ne regroupait alors que 7 % des effectifs scolarisés). L’épuisement des sources de financement d’origine publique a réduit encore plus les possibilités d’adaptation de l’université du Zulia aux mutations sociales et technologiques, tandis que la récession remettait en cause les créations d’emplois prévues dans de nouvelles branches d’activité comme l’extractuon charbonnière, la sidérurgie ou l’agro-industrie... Les besoins de LUZ avaient été estimés entre 800 et 1 100 millions de bolivars pour 1985, mais le montant des crédits versés par l’État s’est finalement limité à 703 millions en incluant une augmentation de 112 millions par rapport à l’année précédente !

22Le projet de loi d’éducation supérieure présenté en 1987 doit déboucher sur l’homogénéisation, l’intégration et la régionalisation du système universitaire vénézuélien.

  • Un statut juridique identique est prévu pour les universités ainsi que pour les institus spécialisés et de recherche.
  • Des organismes de coordination doivent permettre une meilleure intégration du secteur universitaire, le Conseil national d’éducation supérieure étant doté d’un réseau d’antennes auprès des Conseils régionaux d’éducation supérieure.
  • Une relative autonomie des institutions universitaires est garantie par la loi, qui leur ménage aussi la possibilité de recourir à des sources de financement propres ou à des fonds spéciaux. Si la définition des stratégies éducatives, sur la base des projets nationaux et régionaux de développement, revient au pouvoir central, leur application et leur contrôle doit se faire sous la responsabilité des établissements universitaires intégrés en sous-systèmes dans chacune des régions administratives.

23L’État vénézuélien semble donc miser sur la décentralisation pour remédier à l’inadaptation des structures de l’éducation supérieure, mais il subsiste de nombreux obstacles liés aux pesanteurs bureaucratiques et aux conditions de financement (cf. normes de contrôle, adoption du budget, modalités de redistribution du « situado » constitutionnel). La politique de déconcentration spatiale des unités administratives et d’enseignement n’empêchera pas les pressions centralisatrices de se répercuter sur une nouvelle échelle territoriale. A moyen terme, l’impossibilité d’assurer aux uns l’entrée à l’université et le malaise des autres face à la détérioration des conditions de scolarisation peuvent entraîner une amplification du mouvement de contestation.

III - LE GROUPE DES ENSEIGNANTS-CHERCHEURS DE LUZ POUVOIR OU CONTRE-POUVOIR ?

24Une analyse de ce type a été réalisée par Aguilar L. et Tulet J.C. pour les enseignants de l’université des Andes, principale entreprise et activité motrice de la ville de Mérida. Malgré les moyens détenus par eux, les enseignants de la ULA ne jouent qu’un rôle limité dans la région des Andes vénézuéliennes. A cet égard, on peut avancer que la situation est assez différente au Zulia : la projection sociale et politique des enseignants de LUZ dans l’espace régional est plus conséquente, à cause d’un recrutement moins extérieur et de liens plus étroits avec les bourgeoisies locales. Il ressort de notre étude que la multiplication des unités d’enseignement supérieur au Zulia, depuis 1970, visait sans doute à ébranler le monopole universitaire de LUZ. Mais la plupart de ces institutions se trouvent investies par le même personnel enseignant, issu de l’université du Zulia avec laquelle il conserve des attaches privilégiées. Après sa réouverture, LUZ a contribué de façon significative à la formation des professionnels, professeurs et chercheurs exerçant aujourd’hui leur activité dans le bassin de Maracaïbo d’où ils sont majoritairement originaires.

25• Avec près de 3 000 enseignants en 1985, le poids de LUZ au sein du personnel universitaire régional est prépondérant (l’URU n’en comptait que 341 à la même époque). Environ 70 % des professeurs ou chargés de cours de l’université du Zulia sont occupés à plein temps, 58 % se consacrant exclusivement à des tâches éducatives. Ces proportions peuvent varier d’une faculté à l’autre : ceux qui travaillent à mi-temps ou à temps conventionnel ont en général une spécialisation propice à l’exercice d’une autre activité rémunérée.

26De façon assez paradoxale, on peut affirmer qu’il existe une espèce d’osmose entre LUZ et les autres universités de la région, du fait qu’une grande partie du personnel employé par ces dernières provient de l’« alma mater » du Zulia :

  • les autorités administratives et académiques des universités expérimentales sont souvent des retraités ou des professeurs détachés de LUZ, alors que d’autres enseignants en étant également issus ont été recrutés par UNECOLM et UNISUR pour y assurer la totalité ou une partie de leur service ;
  • quant à l’URU, même si elle a largement recours à des professionnels engagés à temps conventionnel, près de 20 % des enseignants et des conférenciers intervenant dans cet établissement privé sont aussi des professeurs de LUZ.

27• Le groupe des enseignants — chercheurs qui gravite autour de LUZ est lié aux bourgeoisies locales et à la technocratie d’État par alliances familiales, amitié ou compagnonnage universitaire. Il est d’ailleurs possible d’appréhender cette articulation socio-économique avec les classes régionales dominantes à divers niveaux.

28Du point de vue des origines et du statut social, la majorité des enseignants-chercheurs sortent des couches moyennes de la société régionale bien qu’il y ait aussi parmi eux quelques représentants des grandes familles du Zulia. Vu son style de vie très américanisé, s’accompagnant souvent d’une identification avec les catégories aisées, on peut dire que l’intelligentsia universitaire appartient à la classe moyenne supérieure.

29L’exercice fréquent d’une double activité enseignante et professionnelle pour de nombreux médecins, ingénieurs, avocats, conseillers juridiques ou économiques, sans oublier les « hacendados » agronomes ou novices, permet de mieux saisir les liens existant entre les professeurs de l’université et quelques-uns des groupes d’intérêts les plus influents du Zulia (fédération des éleveurs, chambres de commerce et d’industrie, collèges professionnels, etc.). Tel membre de l’institut de recherche économique de LUZ est aussi secrétaire exécutif de la Chambre de commerce de Maracaïbo ; environ dix professeurs de l’école du pétrole sur une trentaine travaillent également pour les filiales de PDVSA ou leurs « contratistas ». Presque tous les enseignants — chercheurs de ces disciplines sont évidemment inscrits au collège professionnel correspondant à leur qualification : les collèges s’en trouvent renforcés, tandis que les professeurs se ménagent parfois ainsi une possibilité de reconversion.

30Mais la dégradation du pouvoir d’achat des enseignants a pu décevoir leurs aspirations bourgeoises, entraînant une crispation sur certains avantages matériels acquis pendant la prospérité ainsi qu’un ressentiment accru contre le pouvoir central. Cela pourrait renforcer, au sein de l’université, le courant animé par les régionalistes convaincus.

31• Si les enseignants-chercheurs agissent comme un contre-pouvoir à l’intérieur de LUZ, dans les limites de son autonomie, ils participent aussi aux alliances sociales et politiques qui se nouent à l’échelle de la région. D’ailleurs, les universitaires sont bien représentés parmi la classe politique du Zulia, où il leur est arrivé d’occuper des fonctions importantes à la tête des grands partis. L’ancien doyen de la Faculté de droit, Nectario Andrade la Barca, fut le responsable régional du COPEI ; Humberto Laroche, ancien recteur de LUZ, est un des principaux dignitaires du parti AD à Maracaïbo ; presque tous les dirigeants du MAS sont liés à l’université. Plusieurs gouverneurs du Zulia ont été des universitaires : Omar Baralt, Eloy Parraga Villamarin..., pour nommer quelques contemporains parmi les plus en vue au cours des dernières années. Il faut aussi souligner le rôle actif joué par l’université du Zulia et ses émissaires dans le débat sur la régionalisation et le développement régional, puisqu’ils ont été parfois amenés à s’opposer au pouvoir central en collaborant avec CORPOZULIA (cf. projet charbonnier et sidérurgique).

PRODUCTION DU SAVOIR ET PROBLEMATIQUE DU DEVELOPPEMENT

PRODUCTION DU SAVOIR ET PROBLEMATIQUE DU DEVELOPPEMENT

IV - UNIVERSITÉ ET PROBLÉMATIQUE DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL AU ZULIA

32Les fondements théoriques de cette réflexion s’inscrivent dans le cadre des liens étroits qui existent entre la production du savoir, la diffusion des connaissances et la problématique du développement. D’une part, la génération du savoir résulte de la combinaison des connaissances préalables, de la situation des forces productives et des impératifs de leur développement à un moment donné. D’autre part, les sciences et les techniques sont elles-mêmes utilisées comme mécanisme d’intervention sociale dans le processus de développement (cf. schéma ci-contre).

33• L’université du Zulia participe à la définition des stratégies de développement régional à travers des enquêtes, des diagnostics socio-économiques et l’élaboration de projets qui coïncident plus ou moins avec les politiques officielles. Outre l’indispensable coopération avec d’autres instituts de recherche, les autorités de LUZ ont multiplié les conventions et les contrats de services avec des organismes publics, nationaux ou régionaux. Pratiquement toutes les facultés ont conclu de tels accords avec des ministères, de grandes entreprises nationales, des conseils municipaux ou CORPOZULIA. On a déjà évoqué l’implication des chercheurs de LUZ dans le programme charbonnier et sidérurgique, jusqu’à sa remise en cause, mais il y a d’autres projets conjoints qui ont été lancés afin de favoriser la promotion de la région :

  • participation aux programmes de développement agricole du Zulia (« Planicie » de Maracaïbo, mise en valeur des sols acides au sud-ouest du lac, etc.) ;
  • étude pour la rénovation du système de transport urbain à Maracaïbo ;
  • contribution à l’amélioration de l’assistance sociale dans la région, etc.

34L’ambition de l’université du Zulia est de mettre en œuvre une stratégie de recherche — action multidisciplinaire, grâce à une unité de coordination des projets conjoints (UCPC) installée à cet effet.

35• La nécessité d’accroître la part de l’autofinancement des universités a favorisé une insertion croissante de LUZ dans l’économie régionale, à travers la production de biens et de services. Dans ce domaine, l’Institut de recherches pétrolières et la fondation qui en dépend (FLSTP) ont joué un rôle pilote au sein de l’université du Zulia. Depuis 1976, la FLSTP s’est affirmée comme une entreprise fiable en matière d’assistance technique et de services à l’industrie pétrolière — devenue bénéficiaire elle pourrait contribuer à l’équilibre du budget de l’institut. La Faculté d’ingénieurs et celle d’agronomie entretiennent aussi des relations avec les secteurs productifs qui sont les piliers traditionnels de l’économie régionale, mais de nouvelles initiatives devraient impliquer davantage LUZ dans le devenir technologique et industriel de la région.

36On peut ajouter que le patrimoine foncier et immobilier de l’univesité s’est consolidé, après qu’une fondation (FUNDALUZ) ait été créée pour en assurer la gestion. La crise financière a donné une nouvelle impulsion aux activités de FUNDALUZ qui tente actuellement de mener à bien trois opérations principales.

  • Une entreprise (RENTAGRO C.A.) a été constituée en 1985 avec la Faculté d’agronomie pour rentabiliser les unités de production agro-pastrorale qui lui appartiennent. L’objectif est de couvrir les besoins alimentaires de la communauté universitaire, ainsi que de stimuler la recherche appliquée en intensifiant les services techniques rétribués offerts aux producteurs. Il est aussi question d’installer une usine de produits laitiers et deux marchés publicitaires de gros (à Macaraïbo et sur la COL), avec l’aide de partenaires des secteurs public et privé.
  • FUNDALUZ envisage d’utiliser 800 hectares de terrains urbains qui lui ont été cédés récemment pour aménager centres commerciaux, complexes résidentiels et même un centre international d’exposition. Cette dernière suggestion semble d’ailleurs susciter l’intérêt des commerçants et industriels de Maracaïbo.
  • Enfin, une société-conseil utilisant les capacités de professeurs retraités de LUZ est en voie de constitution.

37• En ce qui concerne le rôle de l’université dans la formation des élites professionnelles qui orientent ou assurent le fonctionnement de l’économie régionale, il se manifeste avec éclat jusqu’aux échelons supérieurs de la hiérarchie. En 1986, on retrouvait trois anciens professeurs de LUZ à la tête des organismes ayant en charge le développement régional : CORPOZULIA, CONZUPLAN et le CINDER. Ceci est également vrai pour le secteur pétrolier qui a absorbé une partie du personnel qualifié de LUZ après la nationalisation de 1976 ; des individus ayant effectué le début de leur carrière à l’université transitent régulièrement à des postes de responsabilité (gérance ou superintendance) au sein des filiales de PDVSA opérant au Zulia. Cependant, l’incorporation de plus en plus difficile des jeunes diplômés dans les secteurs pétrolier et agricole révèle, au milieu d’un contexte de crise, une inadéquation de plus en plus grande entre le système éducatif et les besoins de la région.

V - CONCLUSION

38Le système éducatif peut être appréhendé à la fois comme corps social et comme institution, sous le sceau d’un service public non exempt de contradictions. Après avoir analysé ses structures, nous avons privilégié une approche sociopolitique et géographique en essayant d’envisager le rôle de l’université du Zulia suivant deux angles :

  • son poids dans les jeux et les enjeux de pouvoir (problème de l’autonomie universitaire, intervention du groupe des enseignants-chercheurs dans les alliances sociales et politiques) ;
  • sa participation aux projets de développement et à la formation des élites régionales.

39Au terme de cette étude, on peut surtout mettre en évidence les réseaux de pouvoir et de relations sociales qui se sont tissées au fil des ans autour de LUZ, foyer du savoir et creuset de la reproduction des élites régionales. Il semble d’ailleurs que le système évolue un peu en circuit fermé, malgré la création de nouvelles unités d’enseignement : professeurs — étudiants — professionnels liés à l’université du Zulia apparaissent à la fois comme l’émanation et une des sources d’un pouvoir régional insaisissable. Tout se passe comme si les diplômés de LUZ perdaient une partie de leur identité régionale et de leur potentiel revendicatif en se coulant dans le moule officiel des partis politiques traditionnels, des institutions publiques ou des grandes entreprises nationales. Paradoxalement, ils continuent à se tourner vers leur « alma mater » autant par spontanéité que pour les nécessités du développement, alors que l’entropie menace déjà la région.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Basil L. et autres, Universidad del Zulia, universidad latinoamericana, Maracaïbo, 1971.

Bronfenmajer G., Casanova R., Gamus E. et autres, Problemas y alternativas de la educaciòn superior, « Cuadernos del CENDES », Caracas, Nos 2-3, 1984.

Consejo Nacional de Universidades - OPSU, Boletines estadîsticos.

Garrillo J., Problemàtica, Polìtica y organizacibn de la investigation en LUZ, Maracaïbo, 1978.

Gutierrez F. et Villasmil F., Production de bienes y servicios en la universidad del Zulia, Maracaïbo, 1985.

LUZ — Junte de planification universitaire, Informe preliminar, Maracaïbo, 1963.

LUZ — Memorias y Cuentas / Boletines estadìsticos.

Repùblica de Venezuela, Proyecto de Ley de Education Superior, 1987.

Rincòn I. et autres, De la creaciòn del Colegio Nacional de Maracaïbo a su transformation en Universidad del Zulia, « Tierra firme », Caracas ano 3 - vol. III, 1985.

Table des illustrations

Titre PRODUCTION DU SAVOIR ET PROBLEMATIQUE DU DEVELOPPEMENT
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540