Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chávez et l'Afrique

 | 
Camille Forite

Deuxième partie. Une politique africaine hybride

Chapitre 3. La diplomatie pétrolière : l’exportation d’un modèle

Texte intégral

  • 1 Entretien réalisé à Caracas le 15 décembre 2008. Texte original : « La cuestión del petróleo es fu (...)
  • 2 « L’élargissement de la sphère d’influence chinoise à l’Amérique du Sud : enjeux commerciaux, éner (...)

1« La question du pétrole est fondamentale pour le Venezuela... tout particulièrement la question du pétrole1 », insiste Emboirik Ehmudi, l’ambassadeur de la République Arabe Sahraouie. La présence diplomatique du Venezuela sur la scène internationale émerge dans la deuxième moitié du xxe siècle. Elle succède à la découverte, au début du xxe siècle, d’importants gisements de pétrole dans le sous-sol national, qui inaugure la rapide reconversion de l’économie vénézuélienne, de type agro-exportatrice, à une économie rentière sous le régime de Juan Vicente Gómez [Boersner, 1980 : 271]. Le Venezuela est le cinquième exportateur mondial de pétrole et possède la plus grande réserve confirmée de tout l’hémisphère occidental avec 6,5 % des réserves mondiales2.

  • 3 Barbara Vignaux, « Le pétrole au cœur de la diplomatie », Le Monde Diplomatique, juin 2005.

2Depuis, l’or noir est l’un des principaux points d’articulation de la politique extérieure vénézuélienne [Boersner, 1980 : 271]. Héritière des axes diplomatiques antérieurs, la diplomatie chaviste est également structurée par la rente pétrolière nationale. Selon Andres Serbin, bien que la mutation de la politique extérieure du Venezuela soit due à un fort activisme international et à l’idéologisation des thèmes et des objectifs prioritaires, c’est le déploiement d’une « agressive diplomatie pétrolière » qui s’inscrit comme le déterminant de la rupture [Serbin, 2006 : 75-92]. L’utilisation du pétrole comme instrument diplomatique connaît un élan sans précédent avec l’arrivée d’Hugo Chávez au pouvoir. L’augmentation des prix du baril de pétrole au début des années 2000 [Mabro, 2001 : 416] et la dépendance aux bénéfices du pétrole des politiques sociales mises en place en 2004 contribuent à cet état de fait3.

3Entre l’octroi de tarifs préférentiels à Cuba, la création de Petrocaribe, de Petrosur et l’internationalisation des missions sociales, financées par la manne à la région latino-américaine, la diplomatie vénézuélienne multiplie les initiatives continentales d’intégration pétrolière. Avec un million et demi de barils par jour envoyés aux États-Unis, ces derniers s’imposent comme le premier partenaire pétrolier du pays. Cependant, depuis l’avènement de l’ère anti-impérialiste sur la scène internationale aux abords de 2002 et 2004, le Venezuela aspire à diversifier ses partenaires commerciaux afin de s’affranchir de sa dépendance pétrolière vis-à-vis des États-Unis [Romero C., 2007].

  • 4 « Venezuela y África, las nuevas relaciones », op. cit., p. 6-7.
  • 5 Ibid.

4Aussi la diplomatie vénézuélienne est-elle qualifiée de « pétro-diplomatie », concept qui renvoie à des desseins et des stratégies diplomatiques multiples. La pétrodiplomatie vénézuélienne est polymorphe. Elle fait usage du pétrole pour nouer des alliances stratégiques à des fins économiques ou politiques et semble recourir à deux méthodes distinctes : l’utilisation des bénéfices de la rente pétrolière et l’utilisation d’une stratégie de coopération. Le secteur énergétique est un secteur privilégié de la politique africaine du Venezuela. Neuf accords de coopération sont souscrits avec six pays d’Afrique depuis 19994. De 1990 à 2004, la production du pétrole pour l’Afrique est passée de 7 à 10 millions de barils par jour, correspondant à une augmentation de 40 % avec en prévision pour 2010 une augmentation atteignant 50 % [Chevalier, 2005 : 57]. L’Afrique représente 11 % de la production pétrolière mondiale pour 3 % de la consommation mondiale5.

  • 6 L’analyse se centrera spécifiquement sur le pétrole en partant du postulat selon lequel les zones (...)

5Les intérêts pétroliers6 d’Hugo Chávez dans sa conquête de l’Afrique sont-ils politiques, économiques ou les deux ? Autrement dit, l’Afrique représente-t-elle une possibilité tangible de diversification de ses partenaires pétroliers ou s’impose-t-elle comme le théâtre d’une lutte politique de plus grande envergure ? Et quelle est la stratégie « pétrodiplomatique » adoptée par le gouvernement vénézuélien pour parvenir à ses fins ?

6Afin de saisir les enjeux pétroliers de cette politique du Venezuela en Afrique, il convient de revenir sur le rôle joué par cette ressource en matière de politique intérieure. Dans un premier temps, l’analyse portera sur le poids du pétrole dans la récupération de la souveraineté nationale pour évoquer ensuite l’internationalisation des enjeux pétroliers nationaux. Dans un second temps, il conviendra de s’interroger sur les desseins et les stratégies pétrolières vénézuéliennes en Afrique, en étudiant ce continent comme possible voie de diversification des partenaires pétroliers du Venezuela, pour finalement s’interroger sur son sens plus politique : à savoir l’Afrique comme terrain d’exportation du modèle du « socialisme du xxie siècle » à l’international.

Pétrole, un enjeu de souveraineté nationale

Venezuela, pétrole et souveraineté nationale

  • 7 Catherine Thomassin, La place du pétrole dans la politique extérieure du Venezuela, université de (...)

7En 1907, l’État vénézuélien fait don des premières concessions pétrolières à des citoyens vénézuéliens. Elles sont subventionnées par la firme General Asphalt Philadelphia dont la Royal Dutch Shell récupère les intérêts en 1912. La découverte d’importants gisements aux abords du lac Maracaibo inaugure une période d’exploration d’une multitude de champs pétroliers dans le pays. En 1920, parallèlement à l’incursion des firmes nord-américaines dans le secteur pétrolier vénézuélien, la première loi sur les hydrocarbures est promulguée. Jusqu’alors, les normes en vigueur reposaient sur les vieilles lois minières [Hernandez Grisanti, 1974 : 34-39]. Le mécontentement des entrepreneurs, qui voient d’un mauvais œil les nouvelles normes de régulation de l’activité des entreprises, fait plier le gouvernement qui destitue le ministre de l’Énergie et des Mines [Hernandez Grisanti, 1974, p. 34-39]. Un pas en arrière est fait en matière de législation des hydrocarbures et les firmes multinationales poursuivent leurs exploitations en toute liberté. L’année 1936 inaugure une nouvelle étape dans la lutte pour la protection de cette richesse nationale et une multitude de lois sur les hydrocarbures entrent en vigueur. En 1943, il y a unification du régime concessionnaire (avec un terme de 40 ans) et le pouvoir exécutif se charge désormais de son application et de la régulation. En 1948, la Ley Tributaria impose un partage à 50-50 (loi du fifty-fifty) des bénéfices des concessions pétrolières entre l’État et les concessionnaires [Boersner, 1980 : 273]. En 1957, cette part se monte à 60 % pour l’État, avant d’atteindre 80 % en 1976. En 1971, la Ley de Reversión octroie à l’État la propriété de toutes les concessions pétrolières au terme des quarante années prévues par la loi de 1943. En août 1975, Carlos Andres Pérez nationalise le pétrole : l’État est désormais chargé de l’exploration, de l’exploitation, de la manufacture, du raffinage, du transport et de la commercialisation, par le biais de la nouvelle société pétrolière d’État, PDVSA (Petróleos de Venezuela SA). Cependant, les années 1990 inaugurent l’ère de l’ouverture pétrolière – « apertura petrolera » – et de sa privatisation. Les anciens champs pétroliers sont rouverts et les compagnies étrangères se chargent du développement de la ceinture de l’Orénoque. Entre 1990 et 1997, pas moins de 32 champs pétroliers reviennent aux mains des multinationales. Finalement, par une succession d’avancées et de retours en arrière, l’histoire pétrolière vénézuélienne rend compte de la difficulté de l’État à s’approprier les ressources nationales. L’arrivée au pouvoir d’Hugo Chávez entend bien y remédier et fait du pétrole un enjeu de réappropriation de la souveraineté du pays7. L’article 302 de la Constitution de 1999 stipule que :

« L’État se réserve, conformément à la loi organique et pour des raisons d’intérêt national, l’activité pétrolière et des autres industries, des exploitations, des biens et des services d’intérêt public qui présentent un caractère stratégique. L’État encouragera la production nationale des matières premières issues de l’exploitation des ressources naturelles et des ressources non renouvelables, dans le but d’intégrer, créer et innover en matière de technologie, de générer de l’emploi et de la croissance économique, et offrir de la richesse et du bien-être au peuple ».

8Si la nationalisation des activités pétrolières est un symbole fort de la réappropriation de la souveraineté nationale, elle a également pour dessein d’œuvrer en faveur du développement socio-économique de la nation. L’article 303 rappelle, quant à lui, le caractère intégralement étatique de PDVSA :

« Pour des raisons de souveraineté économique, politique et de stratégie nationale, l’État conservera la totalité des actions de Petróleos de Venezuela, S.A, ou de l’organisme créé en vue de gérer l’industrie pétrolière, à l’exception des filiales, associations stratégiques, entreprises et autres, qui se forment ou se formeront suite au développement des affaires de Petróleos de Venezuela, S.A. ».

  • 8 Cité dans Frédéric Leveque, « Venezuela : la réforme pétrolière nationaliste de Chávez », RISAL, l (...)

9Bien que les investissements étrangers ne soient pas prohibés, les lois organiques de 1999 et 2001 sur les hydrocarbures, redonnent au ministère de l’Énergie et des Mines le contrôle intégral de PDVSA, petit à petit érodé, en vingt-six ans de nationalisation et une décennie d’ouverture pétrolière. Elles visent également à la réappropriation de la rente pétrolière dont les bénéfices revenaient pour 80 % aux multinationales en 1999, quand cette part était en 1976 celle de l’État vénézuélien8. Ces lois ont pour dessein de freiner la privatisation croissante de l’activité pétrolière du pays.

  • 9 « Plena Soberanía Petrolera : al pueblo lo que es del pueblo », publication du ministère de la Com (...)
  • 10 Site Web de PDVSA.

10En 2004, Hugo Chávez inaugure ce qu’il appelle « la seconde phase de la nationalisation pétrolière », soit la « vraie » nationalisation, qui a pour leitmotiv la « Pleine Souveraineté Pétrolière9 ». Dans ce sens, la loi de 2005 instaure un nouveau système de gestion des activités pétrolières. Désormais, chaque entreprise privée doit s’incorporer dans un système d’entreprises mixtes dont l’État est à 60 % l’actionnaire majoritaire. L’augmentation de la rente pétrolière constitue par ailleurs la base des politiques sociales mises en œuvre par le gouvernement depuis 2004. PDVSA consacre environ 60 % de ses bénéfices au financement des missions sociales10, ce qui fait dire au président vénézuélien :

  • 11 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors de l’émission domini (...)

11« Combien d’écoles bolivariennes et de missions aurions-nous pu faire, mais il n’est jamais trop tard dès lors que s’installe la justice. Elle relève d’une décision de souveraineté11 ».

  • 12 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du discours de clôtu (...)

12En somme, depuis 1999, le gouvernement vénézuélien fait de la réappropriation de la manne pétrolière un axe majeur de sa politique intérieure. Il rappelle d’ailleurs lors de son discours de clôture du IVe sommet de Petrocaribe : « [Celle-ci nous] coûta du sang, de la sueur, des larmes pour la récupérer, après les grandes confrontations avec l’impérialisme et les Yankees pendant les années 2001, 2002 et 200312 ». Hugo Chávez aspire à défaire la mainmise des multinationales sur la richesse nationale. Cependant, au-delà des avantages de développement économique qu’elle suscite, c’est de la souveraineté d’un État dont il est question.

L’internationalisation pétrolière : le rôle diplomatique du pétrole

13Pièce maîtresse du projet politique interne, la problématique pétrolière ne s’est jamais cantonnée aux frontières vénézuéliennes. Comme il a été mentionné dans le premier chapitre, l’activisme du Venezuela au sein de l’OPEP a concouru à lui attribuer une position stratégique sur la scène internationale et plus particulièrement dans le Tiers Monde. Outre cela, son engagement à faire de l’OPEP une plateforme de lutte contre le néocolonialisme a traditionnellement donné au pétrole vénézuélien une teinte éminemment politique.

  • 13 Barbara Vignaux, op. cit.
  • 14 Il démissionne de son poste en 2006 à la suite de problèmes de santé. Il est remplacé par Nicolas (...)
  • 15 Cité dans Barbara Vignaux, op. cit.

14Héritière des axes diplomatiques antérieurs, la diplomatie chaviste est également structurée par la rente pétrolière nationale, et semble surtout progresser dans ce sens. Déjà, Ali Rodriguez Araque, qui était ministre du Pétrole et des Mines de 1999 à 2000, secrétaire général de l’OPEP de 2001 à 2002 et président de PDVSA de 2002 à 200413, est nommé au poste de ministre des Relations Extérieures en 200414. Selon lui, « la politique internationale du Venezuela a une composante très forte en matière d’hydrocarbures15 ». Cet élément est très symbolique du rôle politique et plus directement diplomatique que le gouvernement vénézuélien veut donner au pétrole.

  • 16 « Líneas Generales del Plan de Desarrollo Económico y Social de la Nación, 2007-2013 », op. cit., (...)
  • 17 Ibid.

15Puis, le Plan de Développement Économique et Social 2007-2013 officialise son internationalisation en allant plus loin que le Plan 2001-2007. Entre le chapitre consacré à la « Nouvelle Géopolitique Nationale » et le chapitre sur la « Nouvelle Géopolitique Internationale », figure un chapitre intitulé « Venezuela : Puissance Énergétique Mondiale » qui souligne d’ores et déjà la position singulière de la problématique pétrolière. Elle se situe aux confins du projet politique interne et du projet politique externe. Le texte énonce que le pétrole n’est pas seulement un outil de développement mais également un instrument de stratégie géopolitique, « dans un monde dans lequel la souveraineté d’un pays rentier comme le Venezuela est toujours menacée16 ». Puis, il stipule que « la politique de Pleine Souveraineté Pétrolière est une politique internationale, d’alliances avec la grande majorité de ces pays qui aspirent à se développer en tant que nations et qui n’acceptent pas de se marginaliser dans un monde supposément globalisé17 ». Aussi, le pétrole est-il un instrument autour duquel doit s’articuler la diplomatie vénézuélienne ? Mais il est plus que cela. La politique extérieure vénézuélienne entend également l’utiliser pour contribuer au développement des pays les plus marginalisés, dans un texte où la notion de souveraineté prend un sens de lutte contre le néocolonialisme. La politique de « Pleine Souveraineté Pétrolière » doit œuvrer en faveur de la libération des pays du Tiers Monde. Plus qu’un fait économique, l’internationalisation pétrolière se veut un fait politique.

  • 18 Salim Lamrani, « Le Venezuela retrouve sa souveraineté énergétique », RISAL, le 27 juin 2006.
  • 19 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1999, Caracas 1999, p. 182 ; Texte original : « Manifest (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du IIIe sommet de l’ (...)

16Le chapitre suivant, consacré à la « Nouvelle Géopolitique Internationale », donne pour objectif à la diplomatie vénézuélienne d’approfondir l’internationalisation énergétique. Dans la partie consacrée aux « zones d’intérêts géostratégiques », qui indique la marche à suivre pour la construction de nouveaux pôles de pouvoir, la diplomatie vénézuélienne doit s’efforcer de renforcer ses liens avec les pays de l’OPEP et d’accroître ses relations avec les autres pays exportateurs. Il convient alors de noter un élément essentiel du premier mandat d’Hugo Chávez, qui souligne le poids du Venezuela dans l’organisation et le sens politique qu’il entend ainsi lui attribuer. À son arrivée au pouvoir en 1999, l’OPEP traverse depuis 1994 une profonde crise politique qui oppose le Venezuela et les autres membres, avec pour chef de file l’Arabie Saoudite [Mabro, 2001 : 416]. En adéquation avec l’ouverture pétrolière des années 1990, le gouvernement vénézuélien se lance en 1994 dans une politique de production pétrolière maximale, avec pour objectif de produire en 2006 six millions de barils par jour18, ne respectant pas alors les limitations de quotas imposées par l’OPEP. Les pays membres de l’organisation n’obtiennent qu’un déni du Venezuela et s’engagent donc dans une augmentation des quotas qui a pour conséquence une baisse générale des prix. En dépit de la vaine tentative de médiation du Mexique en 1997, le conflit trouve une issue favorable à l’arrivée d’Hugo Chávez en 1999 à la tête de l’État vénézuélien. Dès le mois de mars et grâce à la signature de l’accord de La Haye du 11 mars 1999 [ratifié le 19 mars 1999 à Vienne], le Venezuela accepte des réductions considérables de sa production pétrolière, qui génèrent aussitôt une remontée spectaculaire des prix du baril [Mabro, 2001 : 416]. Suite à cela, une délégation vénézuélienne – composée des vice-ministres des Relations Extérieures, de l’Énergie et des Mines, du président de la commission de l’Énergie et des Mines du Sénat, David Paravicini, du vice-président de PDVSA, Oswaldo Contreras Maza, et du responsable de l’Unité d’Analyse Pétrolière du MRE, Johnny Marquez – est envoyée en tournée dans les pays membres de l’OPEP afin de proposer l’organisation du IIe sommet de l’OPEP à Caracas. À l’occasion de la visite de la délégation vénézuélienne le 16 juillet 1999 en Arabie Saoudite, le ministre du Pétrole et des Ressources Minérales Ali Al-Naimi « manifesta sa satisfaction pour la situation du marché international après les réductions de production pétrolière établies par l’Arabie Saoudite, le Mexique et le Venezuela [...] qui eurent pour effet d’augmenter les prix19 ». En guise de reconnaissance de son rôle actif dans le dénouement du conflit politique, Ali Rodriguez Araque est appelé à organiser le IIe sommet des chefs d’État de l’OPEP qui se déroule à Caracas en 2000. À cet égard, le Venezuela met à l’agenda le renforcement des liens avec les pays producteurs non membres de l’OPEP, par la création d’une nouvelle catégorie de membres de l’organisation20. La médiation d’Hugo Chávez dans ce conflit initie une nouvelle période de cohésion de l’OPEP [Mabro, 2001 : 416]. Le président vénézuélien affirme : « Nous pourrions dire qu’à Caracas l’OPEP est né de nouveau ». Il ajoute qu’il souhaite réactiver le rôle politique que l’organisation avait à ses débuts. L’OPEP doit redevenir « un agent politique actif, [...] un acteur politique, géopolitique » et non se contenter d’être « un acteur économique technocratique ». Selon lui, l’organisation est fondamentalement politique et il ajoute : « [je] dirais même plus que politique, sans aucun doute révolutionnaire21 ». Le message est clair : le pétrole, et plus précisément l’OPEP, doit se réapproprier le rôle politique de ses débuts, et peut-être même plus que politique, un rôle militant.

17En somme, dans la politique intérieure du Venezuela, le pétrole a traditionnellement joué un rôle politique. L’arrivée au pouvoir d’Hugo Chávez en marque l’approfondissement et fait du pétrole l’enjeu de la souveraineté nationale. La réappropriation des ressources pétrolières est en adéquation avec l’idéologie politique chaviste qui s’inscrit contre le néolibéralisme et entend redistribuer la manne pétrolière aux strates les plus modestes de la société.

  • 22 Edmond Jouve, Ordre ou désordre international ? Relations internationales du Tiers-Monde, Paris, L (...)

18Mais le pétrole est aux confins du projet politique interne et du projet politique externe, ce que souligne le Plan de Développement Économique et Social 2007-2013. Il est également un instrument diplomatique et l’internationalisation pétrolière s’accompagne de l’internationalisation du sens politique qui lui est donné en matière intérieure. Par ailleurs la problématique pétrolière est teintée par le « socialisme du xxie siècle » et doit devenir un moyen de construction du monde multipolaire. Le rôle politique et peut-être même révolutionnaire qu’Hugo Chávez veut réactiver au sein de l’OPEP est emblématique de cet état de fait. Le pétrole doit se transformer en arme politique et permettre d’affranchir les pays exportateurs de leur dépendance aux pays du Nord. L’utilisation diplomatique du pétrole est en effet couronnée par la lutte contre l’impérialisme et l’aspiration à unifier tout le Sud autour de la cause pétrolière et plus globalement énergétique. Il entend affranchir les pays du Tiers Monde du néocolonialisme économique, et plus précisément pétrolier. À cet égard, les desseins d’Hugo Chávez ne sont pas sans rappeler – une fois de plus – ceux du tricontinentalisme qu’Edmond Jouve a défini ainsi : « l’émancipation politique doit être complétée par la libération économique. Il sera alors possible d’assurer l’égalité sociale et une véritable indépendance des États22 ».

19Dans ce contexte, comment s’exprime la diplomatie pétrolière du Venezuela en Afrique ? S’inscrit-elle dans le cadre d’une diplomatie qui poursuit des objectifs économiques ou s’inscrit- elle dans le cadre d’une diplomatie qui poursuit un idéal politique et géopolitique ? Quelle est la stratégie diplomatique adoptée pour parvenir à ses fins ?

De la pétrodiplomatie en Afrique ?

L’Afrique : une voie de diversification des partenaires pétroliers vénézuéliens ?

20Avec un million et demi de barils par jour envoyés aux États- Unis, ceux-ci s’imposent comme le premier partenaire pétrolier du Venezuela. En effet le pétrole vénézuélien est un brut extra-lourd pour lequel seuls pratiquement les États-Unis, ou presque, disposent de la technologie de raffinage nécessaire. Cependant, avec le conflit politique qui anime les deux pays, et l’avènement de l’ère anti-impérialiste, Hugo Chávez aspire à diversifier ses partenaires pétroliers. S’il n’envisage pas clairement de suspendre la coopération pétrolière avec les États-Unis, il souhaite s’assurer d’autres marchés pour son pétrole, de manière à diversifier les risques en cas de récession économique, par exemple. Aussi, même si, comme nous venons de le voir, le pétrole a un rôle politique indéniable, il convient de s’interroger sur les intérêts économiques du Venezuela et de se demander dans quelle mesure la diplomatie pétrolière perçoit dans l’Afrique une voie de diversification de ses partenaires pétroliers.

  • 23 L’étude s’interrompt en 2006 puisque, pour les années postérieures, les statistiques de l’ONU ne s (...)
  • 24 La courbe n° 6, en valeur monétaire, est quelque peu biaisée étant donné l’augmentation des prix d (...)
  • 25 Pour les mêmes raisons qu’exposées précédemment, le parti pris a été de réaliser deux diagrammes p (...)

21Pour ce faire, l’analyse de l’évolution des exportations du pétrole vénézuélien est un premier indicateur. Les diagrammes n° 7 et n° 8 montrent que, de 1999 à 200623, les exportations de pétrole et autres produits dérivés vers l’Afrique augmentent considérablement avec un pic entre les années 2004 et 200524. Cet état de fait confirme un peu plus que 2005 est une année charnière pour l’expansion de la politique africaine du Venezuela. En réalité, l’accroissement des exportations de pétrole vers l’Afrique s’accompagne d’un accroissement général des exportations du pétrole vénézuélien vers les autres régions du monde comme le montrent les diagrammes n° 9 et n° 1025.

Diagramme n° 7. Évolution des exportations de pétrole vers l’Afrique : 1999-2006

Diagramme n° 7. Évolution des exportations de pétrole vers l’Afrique : 1999-2006

Source : Courbe réalisée à partir des statistiques de l’ONU, DATABASE, 2008.

Diagramme n° 8. Évolution des exportations de pétrole vers l’Afrique : 1999-2006

Diagramme n° 8. Évolution des exportations de pétrole vers l’Afrique : 1999-2006

Source : Courbe réalisée à partir des statistiques de l’ONU, DATABASE, 2008 ; et de l’historique du cours du brent disponible sur le site du ministère du Développement Durable.

Diagramme n° 9. Évolution des exportations de pétrole hors Afrique : 1999-2006

Diagramme n° 9. Évolution des exportations de pétrole hors Afrique : 1999-2006

Source : Courbe réalisée à partir des statistiques de l’ONU, DATABASE, 2008.

Diagramme n° 10. Évolution des exportations de pétrole hors Afrique : 1999-2006

Diagramme n° 10. Évolution des exportations de pétrole hors Afrique : 1999-2006

Source : Courbe réalisée à partir des statistiques de l’ONU, DATABASE, 2008 ; et de l’historique du cours du brent disponible sur le site du ministère du Développement Durable.

  • 26 Dans le même souci de réalisme optimal ces taux de croissance ont été calculés à partir des donnée (...)

22Cependant, si l’accroissement des exportations vers le monde entier connaît une augmentation de 16,9 % [diagramme n° 9], celui des exportations vers l’Afrique s’élève à 158 %26 [diagramme n° 7]. Autrement dit, si l’augmentation des exportations pétrolières à destination de l’Afrique est liée à une augmentation générale vers toutes les régions du monde, cette dernière ne suffit pas à expliquer l’accroissement fulgurant de 158 %.

23Aussi est-il nécessaire de se pencher plus précisément sur les détails des exportations pétrolières en Afrique afin de discerner les changements effectifs. De 1999 à 2006, le Venezuela a huit partenaires pétroliers africains [tableau n° 6]. Le tableau ci-dessous, qui les classe par ordre d’importance, permet de constater que la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud sont, loin devant le Nigeria, le Maroc, le Burkina-Faso, la Tunisie, le Kenya et le Ghana, les plus gros partenaires africains du Venezuela. Cependant ceux-ci évoluent au cours de cette période. De 1999 à 2002, la Côte d’Ivoire est le premier partenaire du Venezuela, mais de 2003 à 2005 ce partenariat est rompu. Le Venezuela n’exporte alors plus du tout vers ce pays jusqu’à une reprise conséquente en 2006, avec une valeur d’exportation qui égale presque la valeur totale des exportations vers ce pays de 1999 à 2002. Ainsi, la rupture de partenariat de trois années entre les deux pays n’empêche pas une envolée en 2006.

24Le fait le plus marquant reste cependant le cas de l’Afrique du Sud. Sur les sept années étudiées, ce pays s’impose comme le deuxième partenaire pétrolier du Venezuela alors que les exportations ne débutent qu’en 2005. Autrement dit, en deux années seulement, la valeur des exportations pétrolières vers l’Afrique du Sud suffit à faire de ce pays son deuxième plus gros partenaire. En somme, l’accroissement substantiel des exportations à destination du continent africain peut s’expliquer par le nouveau partenariat pétrolier entre le Venezuela et l’Afrique du Sud. Si l’Afrique ne semble pas, a priori, constituer un terrain de diversification des partenaires pétroliers pour le Venezuela, le cas du partenariat avec l’Afrique du Sud peut en revanche aller dans ce sens.

  • 27 Statistiques de l’Université de Sherbrooke, dernière visite le 01.06.09. http://perspective.usherb (...)
  • 28 BP Statistical Review of Energy, juin 2008.
  • 29 Site Web de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), dernière visite le 03.06.09.

25Bien que l’Afrique soit de loin le continent qui consomme le moins de pétrole au monde, avec une consommation totale de 3 %, l’Afrique du Sud a accru sa consommation pétrolière de 182 % en 34 ans27 et elle est le pays africain le mieux inséré dans la sphère économique mondiale. Cependant, l’hypothèse selon laquelle le Venezuela voit dans la Chine et l’Inde de futurs partenaires pétroliers apparaît plus évidente28, puisqu’ils sont respectivement les second (avec 368 millions de tonnes par an) et quatrième (avec 128,5 millions de tonnes par ans) plus gros consommateurs mondiaux de pétrole. Avec une consommation multipliée par quatre en 25 ans, et qui prévoit d’être encore doublée d’ici 2010, selon l’Agence Internationale de l’Énergie, la Chine est à la recherche de nouveaux approvisionnements29. La consommation pétrolière de ces deux pays semble alors réellement capable de concurrencer celle des États-Unis.

  • 30 Entretien réalisé à Caracas le 17 décembre 2008.

26Plus qu’un partenariat commercial, la pétrodiplomatie vénézuélienne en Afrique du Sud s’inscrit dans le cadre d’une véritable coopération pétrolière. Selon un fonctionnaire de l’ambassade d’Afrique du Sud à Caracas, l’Afrique du Sud a une expérience offshore que n’a pas le Venezuela et inversement le Venezuela a une expérience onshore que n’a pas l’Afrique du Sud. Cet accord énergétique est un partage d’expérience30.

  • 31 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors de la conférence de (...)

27En septembre 2008, Hugo Chávez se rend à Pretoria pour signer des accords de coopération avec son homologue sud-africain, Thabo Mbeki. Il l’informe que l’entreprise pétrolière nationale, Petrosa, va participer à l’exploitation de la ceinture de l’Orénoque : elle y installera une structure pour extraire du pétrole et du gaz. L’Afrique du Sud, possèdant de grandes capacités de raffinage, pourrait se charger du pétrole extra lourd vénézuélien. Petrosa projette de construire une raffinerie qui produirait 400 000 barils par jour en Afrique du Sud. De son côté, le gouvernement Mbeki a demandé l’aide du Venezuela dans l’exploration de nouveaux gisements pétroliers sur le sol national. Le Venezuela a également promis d’aider à l’amélioration de la technologie de raffinage. Finalement, il semblerait que l’Afrique du Sud puisse présenter un certain attrait économique pétrolier pour le Venezuela, qui aspire à diversifier ses partenaires. La coopération pétrolière entre les deux pays est, parallèlement, fortement marquée d’une teinte idéologique. Pour Hugo Chávez, le Venezuela et l’Afrique du Sud doivent « mener l’intégration des peuples du Sud » puisqu’ils sont « deux pays à l’intérieur de ce qui est appelé le Tiers Monde [...] et qui peuvent marcher tout seuls31 ».

Tableau n° 6. Classement décroissant des partenaires pétroliers africains du Venezuela de 1999 à 2006

Tableau n° 6. Classement décroissant des partenaires pétroliers africains du Venezuela de 1999 à 2006

Source : Taux calculés à partir des données du COMTRADE-ONU, 2008 ; et de l’historique du cours du brent disponible sur le site du ministère du Développement Durable.

Pétrodiplomatie du xxie siècle : diffusion d’un modèle de souveraineté ?

28L’hypothèse de l’intérêt économique fortement nuancée, le dessein politique de la diplomatie pétrolière en Afrique prend tout son sens. Comme nous l’avons vu précédemment, la politique africaine d’Hugo Chávez est largement stimulée par le « socialisme du xxie siècle » et l’internationalisation pétrolière s’accompagne du sens qui lui est donné en politique intérieure. Aussi, quel est le sens politique donné à la diplomatie pétrolière du Venezuela en Afrique, quelles sont les stratégies déployées et dans quelle mesure épousent-elles les formes du « socialisme du xxie siècle » ?

29Conformément aux objectifs du Plan de Développement Économique et Social de la Nation pour la période 2007-2013 déjà énoncés, le Venezuela s’efforce d’accroître ses liens avec les pays de l’OPEP ainsi qu’avec les autres pays exportateurs de pétrole. La conquête africaine d’Hugo Chávez prend alors tout son sens politique puisque, toujours selon le Plan de Développement, le développement énergétique du Venezuela est un élément déterminant de la formation de la nouvelle carte géopolitique mondiale.

  • 32 Notons tout de même que tous ces processus d’exploration ne sont pas nécessairement concluants à l (...)
  • 33 Source : BP 2006 ; IEA/OECD ; CIA 2006.
  • 34 « Chávez anunció creación de embajada de Venezuela en Angola », Agencia Bolivariana de noticias, l (...)

30Le choix d’implantation des ambassades montre que sur les 17 pays recevant une ambassade vénézuélienne, trois sont des pays importateurs de brut : l’Afrique du Sud, le Maroc et la Namibie. Le premier est, nous l’avons vu, également un pays producteur de pétrole, mais ne produit que 20 000 barils par jour pour une consommation totale de 520 000 barils. Les quatorze autres pays recevant une ambassade vénézuélienne se situent du côté des producteurs ou sont en cours d’exploration. Sept ont entamé des processus d’exploration pétrolière32 : l’Éthiopie, le Bénin, le Mali, la Gambie, le Kenya, le Mozambique et le Sénégal. Notons tout de même que la présence diplomatique du Venezuela en Éthiopie s’explique aussi par la présence du siège de l’Union Africaine (dont le Venezuela est membre observateur) à Addis Abeba. Les sept autres sont, quant à eux, des pays producteurs et exportateurs de pétrole : l’Égypte (3,7 milliards de réserves prouvées), la Guinée Équatoriale (1,8 milliards), le Soudan (6,4 milliards), ainsi que les quatre membres africains de l’OPEP : l’Angola (9 milliards), l’Algérie (12,2 milliards), la Libye (39,1 milliards) et le Nigeria (35,9 milliards)33. Précisons qu’Hugo Chávez a annoncé, le 31 août 2006, que l’Angola recevrait une ambassade vénézuélienne34 et que ce pays fait son entrée dans l’OPEP la même année, alors que depuis trente ans aucun pays n’avait été ajouté au cartel. À l’inverse, le Gabon, qui se retire de l’OPEP en 1996, à la suite de la diminution croissante de sa production, qui passe de 18 500 000 tonnes en 1997 à 12 500 000 tonnes en 2002, ne possède pas d’ambassade vénézuélienne sur son sol. Aussi, il semble difficile de ne pas constater de rapport entre son retrait de l’OPEP, sa baisse de production pétrolière et le fait que le Venezuela ne l’a pas identifié comme point géostratégique du continent justifiant une présence diplomatique sur son territoire.

Carte n° 2. La dynamique pétrolière africaine

Carte n° 2. La dynamique pétrolière africaine

Source : Lola Hernandez-Barbarito, Victor Liendo, « La cooperación energética entre Venezuela y los países emergentes petroleros del occidente africano », Política exterior y soberanía, octubre-diciembre 2008, año 3, n° 4, p. 43-51.

  • 35 « Venezuela y África fortalecen acercamiento », communication du Ministerio del Poder Popular para (...)

31Notons tout de même qu’avant l’arrivée d’Hugo Chávez au pouvoir, le Venezuela avait huit ambassades en Afrique : l’Algérie, l’Égypte, le Kenya, la Libye, le Maroc, le Nigeria, la Namibie et l’Afrique du Sud. Sur ces huit ambassades, ne figurent que les trois pays qui sont importateurs de pétrole. Autrement dit, toutes les ambassades ouvertes depuis 1999 ciblent des pays qui sont soit producteurs-exportateurs, soit des producteurs potentiels. Selon Reinaldo Bolivar, puisque « ce sont des ambassades qui répondent à des critères géostratégiques35 », le déterminant pétrolier s’impose donc comme un critère géostratégique évident. Les pays exportateurs et producteurs de pétrole sont ainsi les cibles privilégiées de la diplomatie vénézuélienne. Pour preuve : en juillet 2007, une délégation du ministère de l’Énergie et des Mines assiste au IIIe congrès africain de Pétrole de l’Association des pays Producteurs de Pétrole Africains (APPA).

  • 36 « Venezuela y África, las nuevas relaciones », op. cit., p. 6-7.

32Outre les ambassades, le Venezuela a conclu neuf accords de coopération énergétique avec des pays africains : en 1999, un avec le Sénégal, en 2000 avec le Nigeria, en 2004 avec l’Égypte, en 2006 avec le Mali, en 2007 avec la Gambie et trois accords sont signés avec l’Algérie en 2002, 2006 et 200736. Pour poser les jalons d’une analyse de l’état de la coopération pétrolière du Venezuela avec l’Afrique, l’examen préalable de la situation de chaque pays semble nécessaire.

  • 37 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2000, Caracas, 2000, p. 699-703.

33L’accord de coopération énergétique avec le Nigeria est signé le 14 août 2000 entre le ministre des Relations Extérieures Nigérian Alhaji-Sule Lamido et le ministre de l’Énergie et des Mines vénézuélien Ali Rodriguez Araque. Il concerne la mise en place d’actions de coopération relatives à toutes les ressources énergétiques naturelles. Seront créés des mécanismes de consultation permanents pour le partage d’informations concernant le marché énergétique mondial, sur les expériences des deux pays, l’établissement d’activités de formation de ressources humaines, l’organisation de séminaires, l’échange d’informations sur les mesures fiscales et douanières, l’échange de professionnels et de techniciens, etc. Le suivi est assuré par deux Coordinateurs Principaux choisis par les deux parties qui se chargeront de contrôler la mise en application du mémorandum et sa planification37.

  • 38 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2004, Caracas, 2004, p. 813-816.
  • 39 Entretien réalisé à Caracas le 16 décembre 2008. Texte original : « is not as big as we want [...] (...)

34Quant à la coopération énergétique avec l’Égypte, elle s’inscrit dans le cadre d’un mémorandum d’entente signé le 15 mars 2004 entre le ministère de l’Énergie et des Mines du Venezuela et le ministère du Pétrole d’Égypte. Afin d’améliorer la productivité, la coopération entre les deux parties prévoit dans son premier article la création de mécanismes de consultation permanents, des processus d’appels d’offre pour les accords d’exploration et de production, la promotion de la participation des compagnies spécialisées dans les projets des deux pays, etc. En outre, le Venezuela et l’Égypte s’engagent à développer conjointement des programmes et des projets de production, d’utilisation, de recherche pour le développement du secteur des hydrocarbures, ainsi qu’à promouvoir la coopération scientifique et technique par l’échange de chercheurs et d’experts. Le développement de politiques conjointes permet de préserver le contrôle souverain des ressources énergétiques pour le bénéfice des peuples. Pour la mise en application du mémorandum, un comité de suivi, formé de fonctionnaires et d’experts, est mis en place et doit se réunir deux fois par an de façon rotative entre le Venezuela et l’Égypte38. Cependant, un fonctionnaire de l’ambassade d’Égypte à Caracas39 souligne que la coopération pétrolière avec le Venezuela « n’est pas aussi développée que nous le souhaiterions [...] mais il y a une bonne relation comparée à la distance entre les deux pays ».

35Le mémorandum d’entente signé le 2 août 2006 entre le ministère de l’Énergie et du Pétrole du Venezuela et le ministère des Mines, de l’Énergie et de l’Eau du Mali, s’inscrit dans le cadre de l’accord général de coopération signé entre les deux États en 2004, qui prévoyait la mise en place de programmes techniques de coopération dans le secteur énergétique. Il stipule que les deux parties reconnaissent :

« [...] La nécessité vitale d’entreprendre le processus d’intégration, en conformité avec les principes de coopération et de complémentarité, de solidarité, de respect de la souveraineté, et avec l’autodétermination des peuples, ainsi qu’avec leur droit de mener l’exploitation de leurs ressources naturelles renouvelables et non renouvelables pour le développement de ces peuples. »

  • 40 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2006, Caracas, 2006, p. 775-778.

36On peut d’ores et déjà constater que cette coopération va de pair avec la volonté partagée d’un développement énergétique qui soit respectueux de la souveraineté et de l’autodétermination des peuples. Dans son premier article relatif aux objectifs de la coopération, le mémorandum énonce que le Venezuela et le Mali vont former une équipe technique chargée d’explorer les secteurs vierges des bassins sédimentaires du Mali. Si une découverte est faite, une entreprise mixte, qui évaluera les délais, les conditions et les activités nécessaires à la production des hydrocarbures, verra le jour. Cet article prouve également la volonté des deux parties de développer des mécanismes de coopération scientifique et technique, afin de réaliser des projets conjoints dans le domaine énergétique. Ces engagements seront suivis par PDVSA et par l’Autorité pour la Promotion de la Recherche Pétrolière au Mali (AUREP), ainsi que par le ministère des Mines, de l’Énergie et de l’Eau du Mali. L’article 4 du mémorandum, intitulé « Soberanía », rappelle qu’aucun des termes de cet accord ne mettra en péril la souveraineté des deux États40.

37En somme, la coopération pétrolière avec le Mali vise un partage d’expérience dans le secteur énergétique ainsi qu’une exploration du sous-sol malien. Le Venezuela se propose de participer aux processus d’exploration du sous-sol malien qui possède des réserves sans disposer des moyens nécessaires pour l’exploiter.

38La coopération énergétique, signée le 7 mai 2007 avec la Gambie, est un accord complémentaire à l’accord-cadre de coopération souscrit le 2 juillet 2006 entre les deux parties. Dans son deuxième article, l’accord prévoit un partage d’expérience dans le domaine de l’exploration pétrolière et gazière. Le Venezuela s’engage à apporter sa contribution à l’exploration du sous-sol gambien et les deux États s’accordent à créer une entreprise mixte de production et de commercialisation dans le cas d’une découverte d’hydrocarbures. Au programme figure également un partage d’expérience dans la formation de ressources humaines de la compagnie pétrolière d’État, la Gambia National Petroleum Company (GNPC), du département d’énergie, de géologie, la commission pétrolière, la corporation nationale d’eau et d’électricité. En outre, les deux parties s’engagent à coopérer dans le secteur pétrolier offshore et à organiser la réalisation de colloques et de séminaires pour un partage d’expérience dans le domaine énergétique. Dans son troisième article, l’accord énonce les processus de mise en application de l’accord complémentaire. Le ministère de l’Énergie et du Pétrole vénézuélien et le Département d’État de l’Énergie et du Pétrole gambien sont désignés comme organes exécutifs. Un Comité de Suivi de Haut Niveau, qui se réunira tous les six mois, administré par des représentants des deux ministères cités ci-dessus, est créé pour s’assurer de la bonne mise en place de l’accord. Il fonctionnera en coordination avec la Commission Mixte de coopération, créée en marge de l’accord-cadre de coopération. Un groupe technique de travail destiné à mettre en place un programme d’action précis est également établi.

  • 41 Entretien réalisé le 17 décembre 2008 à Caracas.

39C’est avec l’Algérie que la coopération pétrolière est la plus avancée. À ce titre, selon un diplomate de l’ambassade algérienne à Caracas41, le principal centre d’intérêt de la coopération intergouvernementale s’explique par « le fait que les deux pays sont pétroliers. Ils ont la même structure économique : ils sont monoproducteurs, ils font partie de l’OPEP, il y a des expériences à échanger entre les deux compagnies nationales PDVSA et Sonatrach ».

  • 42 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 624-626 et p. 640-644.

40Dans l’accord signé le 31 janvier 200242 par Alvaro Silva Calderon le ministre de l’Énergie et des Mines vénézuélien, et Chakib Khelil, son homologue algérien, le Venezuela manifeste son intérêt à ce que la société étatique Sonatrach participe à l’exploration et à la production gazière au Venezuela. De son côté, l’Algérie souhaite faire de même au Venezuela. Une délégation algérienne sera donc envoyée pour en évaluer les possibilités. De plus, les deux pays s’accordent à réaliser des échanges d’informations et d’expériences dans le domaine du raffinage (production, contrôle technique, maintenance, amélioration et modernisation des installations). Sera également à l’étude la possibilité d’association et de participation à la construction de nouvelles raffineries au Venezuela et en Algérie. Outre cela, ils évoquent la possibilité d’une coopération dans le secteur des transports maritimes de produits pétroliers.

  • 43 Première session à Alger en 2004.
  • 44 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2006, Caracas, 2006, p. 669-670.

41L’accord du 15 mai 2006 énonce la volonté des deux parties de concrétiser les engagements de l’accord de 2002, soulignant l’importance des positions communes lors des sommets tels que ceux de l’OPEP, de la Conférence des ministres de l’Énergie d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes43 (AFROLAC) et de l’Organisation latino-américaine d’Énergie (OLADE). Il suggère enfin une actualisation du mémorandum d’entente en matière d’Énergie et de Mines, signé en 2002, afin de l’adapter à une coopération entre les deux compagnies nationales, d’organiser une visite d’experts vénézuéliens en Algérie pour un échange d’expériences dans le domaine du Gaz Naturel Liquéfié (GNL), ainsi que l’envoi d’experts algériens de Sonatrach au Venezuela afin d’évaluer les possibilités de développement de gisements d’hydrocarbures proposés par PDVSA44.

42L’accord de 2007 prévoit, quant à lui, une coopération directe entre Sonatrach et PDVSA. Il consiste en la formation de 420 techniciens de PDVSA dans les écoles de Skikda et d’Oran de l’Institut Algérien du Pétrole (IAP). Ceux-ci sont intégralement pris en charge par l’IAP pour la contribution à la mission sociale RIBAS du Venezuela. Le fonctionnaire de l’ambassade algérienne à Caracas explique que tous les quatre mois sont envoyés des groupes de 40 personnes et que le projet concerne jusqu’à présent « environ 90 jeunes qui ont été formés par la mission RIBAS [...] et qui ont bénéficié de bourses de formation en Algérie ». Cette coopération pétrolière s’élève à douze millions de dollars et elle est en vigueur pour une durée de deux ou trois ans.

43Ainsi, la coopération pétrolière entre le Venezuela et l’Algérie est intense et elle consiste principalement en un partage d’informations et d’expériences dans le cadre bilatéral.

  • 45 Entretien réalisé à Caracas le 17 décembre 2008.
  • 46 Entretien réalisé à Caracas le 2 décembre 2008. Texte original : « hay relaciones a traves de los (...)

44Ces accords décryptés, il convient d’en dégager les grandes tendances afin de pouvoir apprécier les enjeux de la politique pétrolière en Afrique. Les accords de coopération énergétique souscrits avec le Sénégal, le Nigeria, l’Égypte, le Mali, la Gambie et l’Algérie confirment l’hypothèse du déploiement d’une véritable diplomatie pétrolière ciblée autour de pays exportateurs ou de producteurs potentiels. En effet, la coopération énergétique témoigne de la ferme volonté du Venezuela d’instaurer un partage d’information, de compétence et d’expérience dans le secteur des hydrocarbures. Le Venezuela n’instaure pas de discrimination entre ces pays, puisque sur les six pays ayant souscrit ces accords, seulement deux d’entre eux sont membres de l’OPEP. Dans les faits, l’appartenance à l’organisation ne s’impose pas comme un déterminant pour la mise en place de mécanismes de coopération énergétique, comme le suggère le diplomate de l’ambassade d’Algérie à Caracas : « Les relations avec l’Algérie s’intègrent beaucoup plus dans le cadre bilatéral que dans le cadre de l’OPEP », même si, toujours selon lui, « le fait que [l’Algérie] appartienne à l’OPEP nous privilégie plus que d’autres pays45 ». L’analyse de l’ambassadeur libyen à Caracas va aussi dans ce sens, puisqu’il remarque que les relations entre les deux pays tiennent autant de l’OPEP que du rapprochement entre les deux régions46.

  • 47 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du VIIe sommet de l’ (...)
  • 48 Ibid. Texte original : « Nos cansamos de que el petróleo venezolano fuese a alimentar al Conde Drá (...)
  • 49 Ibid. Texte original : « se trata de la independencia económica del impulso al desarrollo ».

45La stratégie pétrolière du Venezuela en Afrique semble donc répondre à deux objectifs du Plan 2007-2013 : le premier relatif au renforcement des liens avec les pays exportateurs de l’OPEP et hors OPEP, et le second qui vise à « contribuer à la présence de l’Afrique sur la scène géopolitique mondiale ». En somme, la pétrodiplomatie vénézuélienne en Afrique semble s’imposer comme un moyen de participation à la création du pôle africain de pouvoir, dans l’esprit du monde multipolaire prôné par le « socialisme du xxie siècle » : « l’Afrique a tout pour être un pôle de pouvoir dans ce monde du xxie siècle47 », s’exclame Hugo Chávez dans son discours à l’UA, le 1er juillet 2006, à Banjul en Gambie. Contribuer à l’acquisition de la souveraineté pétrolière des pays africains, c’est œuvrer en faveur de la création d’un monde juste et équilibré et s’inscrire contre l’impérialisme américain. Hugo Chávez en dénonce la portée et évoque le modèle vénézuélien qui a récupéré sa souveraineté pétrolière : « Nous en avons eu assez que le pétrole vénézuélien nourrisse l’appétit du Comte Dracula [...], aujourd’hui le Venezuela est libre et nous avons regagné la gestion de notre pétrole48 ». Il propose donc l’extension de PETROSUR à l’Afrique par la contribution conjointe de l’UA et de la Communauté Sud-américaine des Nations (CSN) pour la mise en place de projets pétroliers conjoints, puisque selon lui, « il s’agit de l’indépendance économique et de l’impulsion au développement49 ». La diplomatie pétrolière du Venezuela est donc colorée d’une teinte idéologique qui aspire à libérer l’Afrique du joug des pays du Nord, notamment du géant nord-américain.

  • 50 Hugo Chávez Frias, op. cit. Texte original : « Hemos roto las cadenas y estamos construyendo un nu (...)

46En effet, les États-Unis ont vu leur production pétrolière considérablement diminuer. Ils sont aujourd’hui les premiers importateurs mondiaux de pétrole brut et sont de plus en plus dépendants des importations pétrolières. L’Afrique a, quant à elle, vu sa production pétrolière faire un substantiel bond en avant ces quinze dernières années et son pétrole léger et soufré correspond aux besoins nord-américains. Aussi présente-t-elle de réelles opportunités de diversification d’approvisionnement pour les États-Unis [Chevalier, 2005 : 57-64]. Dans ce contexte, Hugo Chávez semble mener une diplomatie pétrolière préventive qui entend faire avorter les ambitions impérialistes des États-Unis en Afrique. L’ambition de constituer un bloc uni de pays exportateurs de pétrole, qu’ils soient membres ou non de l’OPEP, poursuivie par le leader vénézuélien, s’est encore accentuée au regard de ces nouveaux éléments. La coopération pétrolière et le partage d’informations et d’expériences avec les pays africains s’imposent comme autant de moyens d’une diplomatie préventive qui ne se garde pas d’élever la révolution bolivarienne au rang de modèle. À cet endroit, l’Afrique se convertit en théâtre de diffusion d’un modèle, qui a pour maître-mot la pleine souveraineté énergétique et dont les mérites sont largement loués par la diplomatie vénézuélienne : « Nous avons rompu les chaînes et nous sommes en train de construire un nouveau projet, la République Bolivarienne du Venezuela est libre de toute domination étrangère !50 », s’exclame le leader vénézuélien à l’UA.

47En somme, la diplomatie pétrolière d’Hugo Chávez en Afrique épouse les formes d’une lutte pour la souveraineté énergétique du continent. Les enjeux de la problématique pétrolière à l’échelle nationale s’exportent outre-Atlantique, et confèrent à la pétrodiplomatie vénézuélienne une tonalité politique, idéologique, en adéquation avec les principes du « socialisme du xxie siècle ». Le Venezuela noue des alliances stratégiques par le biais d’accords de coopération pétrolière qui laissent entrevoir les aspirations de formation d’un bloc de pays exportateurs unis, capable d’imposer ses règles sur le marché pétrolier mondial. Sans aucun doute, la cohésion de tous les pays exportateurs de pétrole (dans et hors OPEP) comporte l’intérêt économique indéniable de l’alignement des prix du baril. Mais, puisque ce dernier est largement supplanté par la volonté de diffusion de l’idéologie chaviste, il ne semble revêtir qu’un rôle de second plan dans la politique africaine. Cependant, si la stratégie de coopération s’impose comme la méthode privilégiée de cette lutte politique, l’utilisation des bénéfices de la rente pétrolière s’immisce timidement dans la pétrodiplomatie à destination de l’Afrique.

Pétrodiplomatie sociale : diffusion d’un modèle social ?

  • 51 Le Venezuela a octroyé de nombreuses donations à des pays africains. Cependant la difficulté à tro (...)

48Si la pétrodiplomatie vénézuélienne s’exprime, comme nous venons de le voir, par de la coopération pétrolière, l’utilisation de la rente pour la mise en place de projets sociaux51 constitue l’autre instrument de cette pétrodiplomatie.

49Parce que la réappropriation de la souveraineté pétrolière du Venezuela s’est accompagnée de la mise en place d’une politique sociale qui fait usage de la rente pétrolière, la pétrodiplomatie vénézuélienne en Afrique, au-delà d’exporter son modèle de souveraineté nationale, permet d’exporter le modèle social imaginé par le « socialisme du xxie siècle ». Ainsi en 2007, à l’interne, PDVSA contribue à hauteur de 13,897 millions de dollars pour le développement social du pays dont 5,693 millions de dollars exclusivement pour les missions sociales52.

  • 53 Selon Joseph Nye, l’exportation du modèle social, dans le cas de la politique étrangère des États- (...)

50De la même façon que le pétrole contribue à la mise en place des programmes sociaux nationaux, la diplomatie vénézuélienne en fait usage pour des programmes sociaux outre-Atlantique. À cet endroit, elle utilise une dimension d’influence non coercitive, sur laquelle nous reviendrons par la suite53. La pétrodiplomatie sociale se matérialise par la mise en place de donations et de programmes solidaires avec le continent africain, financés totalement ou en partie par la rente pétrolière. Le Libro Amarillo de 2007 inclut un nouveau chapitre intitulé « Commission de liaison pour l’internationalisation des missions sociales ». Quatre grands objectifs encadrent cette commission :

  1. accorder la politique extérieure du Venezuela avec les grandes lignes du gouvernement ;
  2. participer à la création d’un système international qui soit respectueux de la justice, de la complémentarité, de la coopération, de la souveraineté, de la solidarité et de l’intégration sociale des peuples ;
  3. informer et inclure les fonctionnaires du MRE et les représentants des gouvernements étrangers dans les nouvelles missions sociales ;
  4. promouvoir l’internationalisation des Missions Sociales.

51En somme, cette commission a pour dessein de créer un lien entre les politiques sociales mises en place au plan national et les acteurs des relations internationales vénézuéliens, afin qu’ils puissent promouvoir et exporter les Missions Sociales en dehors des frontières de l’État. Elle concerne surtout la « Misión Milagro », qui offre des soins ophtalmologiques gratuits aux personnes atteintes de la cataracte. C’est un projet conjoint du Venezuela et de Cuba, qui s’inscrit ainsi dans le cadre d’une coopération triangulaire avec l’Afrique. Cinq institutions vénézuéliennes participent à cette action : la compagnie aérienne vénézuélienne CONVIASA qui achemine les patients vers les centres de soins, le ministère de la Santé qui administre les centres hospitaliers et le personnel médical de la Mission, PDVSA qui finance, la Fondation « M isión Milagro » qui coordonne toutes les institutions, et l’Institut Vénézuélien d’Assurance Sociale qui fournit le matériel chirurgical nécessaire aux traitements.

52Alors qu’elle a déjà opéré plus de 550 000 patients au Venezuela, 171 183 à Cuba, 54 801 dans les Caraïbes, 511 358 dans le reste des pays latino-américains, la « Misión Milagro » s’est exportée en Afrique en 2005. Les deux pays qui la reçoivent sont le Mali et l’Angola : 6 714 patients maliens ont été opérés dans le centre ophtalmologique du Mali et 2 453 dans le centre ophtalmologique de l’Angola. L’extension de l’expérience à la Gambie figure parmi les objectifs – énoncés dans le Libro Amarillo de 2007 – de la commission pour l’internationalisation des missions sociales. L’internationalisation de la « Misión Milagro » permet donc d’exporter et de promouvoir le modèle social mis en place au Venezuela dès 2004.

  • 54 « Apadrina una escuela en África », publication du ministère des Relations extérieures et du vice- (...)

53En 2006, le vice-ministère pour l’Afrique lance le programme de parrainage « Apadrina una escuela en África » auquel contribue, entre autres organisations et institutions, le ministère de l’Énergie et du Pétrole54. Le but de l’opération consiste à fournir du matériel scolaire à des écoles primaires et secondaires africaines. Des enfants du Bénin, de Gambie, d’Éthiopie, de Guinée Équatoriale, du Mali, de Namibie, du Sénégal, du Kenya, d’Afrique du Sud, d’Angola et du Nigeria ont jusqu’à présent bénéficié de ce programme. Afin d’en percevoir la matérialisation concrète, il convient d’évoquer certaines de ces actions, ainsi celles entreprises au Bénin, au Mali et en Afrique du Sud.

54C’est en octobre 2007 que le Venezuela lance ce programme au Bénin. À Hio Plage, il a équipé le village de deux pirogues, afin de permettre aux jeunes écoliers de traverser le fleuve qui les sépare de leur école et 350 enfants ont reçu du matériel scolaire, de même que 235 enfants à Chein Tasso, à Okpometa et 450 à Togbin Daho et enfin 150 pour le « Foyer Don Bosco » qui prend en charge des jeunes en situation de rue. Ces dons s’accompagnent de contributions alimentaires et de dons de moustiquaires pour lutter contre le paludisme. Pour l’année 2008‑2009, le Venezuela prévoit de faire bénéficier de ce programme 500 autres jeunes. Au Mali, au total 2 000 enfants des écoles de « Nioro-du-Sahel » et Siby et de l’école de l’Église de Bamako, ont reçu du matériel scolaire vénézuélien. En Afrique du Sud, le Venezuela a fourni en septembre 2007 du matériel scolaire à 1 750 enfants de l’école primaire Malhasedi Masana, située au cœur d’un quartier populaire de Pretoria. Le Venezuela a ainsi développé un programme d’aide de grande ampleur et a pour projet de l’étendre à la Guinée Bissau, à la Guinée Conakry, à Sao Tomé et Principe, à Djibouti, au Niger, au Togo, au Ghana, au Mozambique, au Soudan et au Congo. La diplomatie vénézuélienne s’est donné pour objectif d’aider 150 000 écoliers dans 21 pays d’Afrique.

Photo n° 1. Reinaldo Bolívar, vice-ministre pour l’Afrique offrant drapeaux et sacs à dos. Photo n° 2. Drapeau vénézuélien et drapeau malien.

Photo n° 3. Écoliers avec leur sac à dos vénézuélien
Source : photos extraites du document « Apadrina una escuela en África », réalisé par le vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

Photo n° 4. Enfants africains avec les portraits de Simon Bolívar et d’Hugo Chávez

  • 55 « Apadrina una escuela en África », op. cit.
  • 56 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.
  • 57 Entretien réalisé à Caracas, le 15 novembre 2008.

55Cependant, s’il a pour objectif premier de contribuer à l’amélioration des infrastructures scolaires africaines, le programme « Apadrina una escuela en África », entend ouvertement promouvoir le modèle vénézuélien en Afrique. Preuve en est, loin d’être neutre, le matériel scolaire qui fait figurer le drapeau vénézuélien [photos n° 1 et n° 3], est largement distribué aux jeunes écoliers. Celui-ci est en outre hissé au côté du drapeau national dans les écoles qui ont bénéficié de l’aide vénézuélienne [photo n° 3]. Simon Bolívar et Hugo Chávez sont érigés au rang de « héros », ce que montre la photo n° 4. Les donations sont donc également l’occasion de promouvoir le Venezuela auprès des populations africaines. À ce titre, le vice-ministère pour l’Afrique explique que « ces activités permettent de projeter le Venezuela dans le cœur des enfants africains, puisqu’ils connaissent la vie de Bolívar grâce à la brève biographie qui apparaît dans le battant des cahiers55 » qui sont donnés par le Venezuela. Un diplomate de l’ambassade d’Algérie à Caracas affirme à ce sujet que « ce qui se passe actuellement pour la région subsaharienne, c’est que les pays sont en train de bénéficier d’une manière ou d’une autre d’une aide du Venezuela [...] donc je dirais que [ce pays est] en train de rivaliser avec les États-Unis, comme la France56 ». En effet, la direction du vice-ministère explique que, grâce à ces programmes et à ces donations, « le Venezuela va laisser une trace en Afrique57 ».

56En somme, à l’endroit où elle utilise les bénéfices de la rente pétrolière, la pétrodiplomatie fait valoir les bienfaits de la réappropriation de la souveraineté pétrolière mais également de la politique sociale qui en est issue. La pétrodiplomatie sociale projette le modèle social vénézuélien conceptualisé par le « socialisme du xxie siècle ». À ce titre, un diplomate de l’ambassade d’Algérie explique qu’« en politique, si on veut faire passer des idées, ça doit être accompagné par des actions, soit politiques soit socio-économiques ».

57S’il est le pilier économique du Venezuela, le pétrole s’impose aussi comme un fait politique et son internationalisation en est la preuve. Plus qu’économique, la diplomatie pétrolière du Venezuela en Afrique poursuit un objectif politique et idéologique et veut y laisser les empreintes du « socialisme du xxie siècle ». La stratégie vénézuélienne entend mettre à mal les aspirations hégémoniques des États-Unis en terre d’Afrique et y exporter le modèle bolivarien. L’Afrique s’impose comme le champ de bataille de deux visions du monde opposées et la pétrodiplomatie vénézuélienne déploie son artillerie pétrolière pour imposer son idéal de société. La coopération pétrolière diffuse alors le modèle de récupération de souveraineté vénézuélienne et les programmes sociaux financés par l’or noir propagent le modèle social imaginé par le « socialisme du xxie siècle ». L’Afrique devient ainsi le théâtre d’un affrontement politique de grande envergure qui octroie au pétrole le premier rôle.

Notes

1 Entretien réalisé à Caracas le 15 décembre 2008. Texte original : « La cuestión del petróleo es fundamental para Venezuela, particularmente la cuestión del petróleo. »

2 « L’élargissement de la sphère d’influence chinoise à l’Amérique du Sud : enjeux commerciaux, énergétiques et miniers, déc. 2006 », Centre d’Études et de Recherches de l’Enseignement Militaire Supérieur (CEREM), http://www.cerems.defense.gouv.fr/etudes/publications/cerems_travaux_2007_elargissements_phere_influence_chinoise_Amerique.pdf

3 Barbara Vignaux, « Le pétrole au cœur de la diplomatie », Le Monde Diplomatique, juin 2005.

4 « Venezuela y África, las nuevas relaciones », op. cit., p. 6-7.

5 Ibid.

6 L’analyse se centrera spécifiquement sur le pétrole en partant du postulat selon lequel les zones pétrolifères correspondent globalement aux zones gazières.

7 Catherine Thomassin, La place du pétrole dans la politique extérieure du Venezuela, université de Laval, travail réalisé dans le cadre du séminaire international d’été sur les Amériques, 2007.

8 Cité dans Frédéric Leveque, « Venezuela : la réforme pétrolière nationaliste de Chávez », RISAL, le 29 mai 2004.

9 « Plena Soberanía Petrolera : al pueblo lo que es del pueblo », publication du ministère de la Communication et de l’Information, octobre 2004. http://www.mct.gob.ve/Vistas/Frontend/documentos/Folleto%20Soberanía%20Petrolera.pdf

10 Site Web de PDVSA.

11 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors de l’émission dominicale « Aló Présidente », 10 octobre 2004, n° 207, en direct de Puerto La Cruz. Texte original : « Cuántas escuelas bolivarianas y misiones hubiésemos hecho, pero nunca es tarde cuando llega la justicia. Esta es una decisión de soberanía. »

12 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du discours de clôture du IVe sommet de Petrocaribe, 21 décembre 2007, à Cienfuegos, Cuba. Texte original : « Nos costó sangre, sudor y lágrimas recuperarla, después de las grandes confrontaciones contra el imperialismo y los pitiyankis durante los años 2001, 2002, 2003. »

13 Barbara Vignaux, op. cit.

14 Il démissionne de son poste en 2006 à la suite de problèmes de santé. Il est remplacé par Nicolas Maduros, toujours ministre des Relations Extérieures à l’heure actuelle.

15 Cité dans Barbara Vignaux, op. cit.

16 « Líneas Generales del Plan de Desarrollo Económico y Social de la Nación, 2007-2013 », op. cit., p. 40.

17 Ibid.

18 Salim Lamrani, « Le Venezuela retrouve sa souveraineté énergétique », RISAL, le 27 juin 2006.

19 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1999, Caracas 1999, p. 182 ; Texte original : « Manifestó su complacencia por la situación del mercado internacional luego de los recortes de producción petrolera establecidos por Arabia Saudita, Mexico y Venezuela [...] que tuvieron el efecto de aumentar los precios. »

20 Ibid.

21 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du IIIe sommet de l’OPEP, à Ryad, Arabie Saoudite, le 17 novembre 2007. Texte original : « En Caracas pudieramos decir que renació la OPEP » ; « un activo agente político, [...] un actor político, geopolítico » ; « un actor económico tecnocrático » ; « fundamentalmente política y yo diria más que política, sin duda revolucionaria. »

22 Edmond Jouve, Ordre ou désordre international ? Relations internationales du Tiers-Monde, Paris, Les cours de droit, 1979.

23 L’étude s’interrompt en 2006 puisque, pour les années postérieures, les statistiques de l’ONU ne sont pas disponibles.

24 La courbe n° 6, en valeur monétaire, est quelque peu biaisée étant donné l’augmentation des prix du baril de pétrole de 2003 à 2008. Aussi, dans un souci de réalisme optimal, un second diagramme (n° 7), avec pour unité le baril, a été réalisé à partir de la valeur moyenne annuelle du prix du baril de pétrole, selon le calcul qui suit : valeur de l’exportation annuelle (dollar), prix moyen annuel du baril (dollar). Ce dernier permet ainsi de relativiser la croissance des exportations sur la période 1999-2006.

25 Pour les mêmes raisons qu’exposées précédemment, le parti pris a été de réaliser deux diagrammes pour les exportations de pétrole hors Afrique.

26 Dans le même souci de réalisme optimal ces taux de croissance ont été calculés à partir des données avec pour unité le baril. Notons par ailleurs que si les exportations vers l’Afrique connaissent un accroissement, leur part totale, rapportée aux exportations vers le monde entier, reste tout de même très faible au regard, par exemple, des 1,5 millions de barils que le Venezuela exporte par jour aux États-Unis.

27 Statistiques de l’Université de Sherbrooke, dernière visite le 01.06.09. http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/tend/ZAF/fr/EG.USE.COMM.KT.OE.html

28 BP Statistical Review of Energy, juin 2008.

29 Site Web de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), dernière visite le 03.06.09.

30 Entretien réalisé à Caracas le 17 décembre 2008.

31 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors de la conférence de presse conjointe avec le Président sud-africain, Thabo Mbeki, à Pretoria, Afrique du Sud, le 2 septembre 2008. Texte original : « liderar la integración de los pueblos del Sur » ; « dos países dentro del llamado Tercer Mundo [...] que pueden caminar con sus propios pies ».

32 Notons tout de même que tous ces processus d’exploration ne sont pas nécessairement concluants à l’heure actuelle, et qu’a contrario des pays comme l’Ouganda, qui a récemment découvert d’importants puits de pétrole dans les eaux du lac Albert, et le Ghana dont l’exploration est prometteuse, ne voient pas l’implantation d’une ambassade sur leur territoire. Ces données permettent de relativiser le facteur pétrolier comme déterminant sine qua non de l’implantation d’une ambassade vénézuélienne.

33 Source : BP 2006 ; IEA/OECD ; CIA 2006.

34 « Chávez anunció creación de embajada de Venezuela en Angola », Agencia Bolivariana de noticias, le 31 août 2006. http://www.abn.info.ve/go_news5.php?articulo=60130

35 « Venezuela y África fortalecen acercamiento », communication du Ministerio del Poder Popular para la Comunicación y la Información, le 13 décembre 2006. Texte original : « son embajadas que responden a criterios geoestratégicos ».
http://www.minci.gob.ve/noticias-nacionales/1/11343/rica_y_venezuelaortalecen.html

36 « Venezuela y África, las nuevas relaciones », op. cit., p. 6-7.

37 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2000, Caracas, 2000, p. 699-703.

38 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2004, Caracas, 2004, p. 813-816.

39 Entretien réalisé à Caracas le 16 décembre 2008. Texte original : « is not as big as we want [...] but there is a good cooperation according to the distance there is ».

40 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2006, Caracas, 2006, p. 775-778.

41 Entretien réalisé le 17 décembre 2008 à Caracas.

42 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2002, Caracas, 2002, p. 624-626 et p. 640-644.

43 Première session à Alger en 2004.

44 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2006, Caracas, 2006, p. 669-670.

45 Entretien réalisé à Caracas le 17 décembre 2008.

46 Entretien réalisé à Caracas le 2 décembre 2008. Texte original : « hay relaciones a traves de los dos porque son dos países petroleros ».

47 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du VIIe sommet de l’UA, Banjul, Gambie, 1er juillet 2006. Texte original : « El África tiene todo para ser un polo de poder en este mundo del siglo xxi»

48 Ibid. Texte original : « Nos cansamos de que el petróleo venezolano fuese a alimentar al Conde Drácula [...], hoy Venezuela es libre y nosotros hemos recuperado el manejo de nuestro petróleo. »

49 Ibid. Texte original : « se trata de la independencia económica del impulso al desarrollo ».

50 Hugo Chávez Frias, op. cit. Texte original : « Hemos roto las cadenas y estamos construyendo un nuevo proyecto, ¡la República Bolivariana de Venezuela es libre de cualquier dominación extranjera ! ».

51 Le Venezuela a octroyé de nombreuses donations à des pays africains. Cependant la difficulté à trouver les modalités de financement ne permet pas de toutes les évoquer, même s’il semble acquis, a priori, que PDVSA y apporte sa contribution. À titre d’information notons que la Mauritanie, le Burkina Faso, le Niger, la Somalie, le Mali, le Kenya, la République Arabe Sahraouie et le Zimbabwe ont reçu une assistance économique non remboursable du Venezuela. En outre, le 12 juillet 2007 le Venezuela a créé le « Fondo África » afin d’apporter une contribution financière aux projets sociaux et humanitaires en Afrique.

52 Site Web PDVSA ; http://www.pdvsa.com/index.php?tpl=interface.sp/design/faq.tpl.html&newsid_temas=8

53 Selon Joseph Nye, l’exportation du modèle social, dans le cas de la politique étrangère des États-Unis, répond à ce qu’il nomme le soft power, politique d’influence basée sur la cooptation. Voir le chapitre 4.

54 « Apadrina una escuela en África », publication du ministère des Relations extérieures et du vice-ministère pour l’Afrique, Caracas, 2008.

55 « Apadrina una escuela en África », op. cit.

56 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.

57 Entretien réalisé à Caracas, le 15 novembre 2008.

Table des illustrations

Titre Diagramme n° 7. Évolution des exportations de pétrole vers l’Afrique : 1999-2006
Légende Source : Courbe réalisée à partir des statistiques de l’ONU, DATABASE, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Diagramme n° 8. Évolution des exportations de pétrole vers l’Afrique : 1999-2006
Légende Source : Courbe réalisée à partir des statistiques de l’ONU, DATABASE, 2008 ; et de l’historique du cours du brent disponible sur le site du ministère du Développement Durable.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Diagramme n° 9. Évolution des exportations de pétrole hors Afrique : 1999-2006
Légende Source : Courbe réalisée à partir des statistiques de l’ONU, DATABASE, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Diagramme n° 10. Évolution des exportations de pétrole hors Afrique : 1999-2006
Légende Source : Courbe réalisée à partir des statistiques de l’ONU, DATABASE, 2008 ; et de l’historique du cours du brent disponible sur le site du ministère du Développement Durable.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/181/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tableau n° 6. Classement décroissant des partenaires pétroliers africains du Venezuela de 1999 à 2006
Légende Source : Taux calculés à partir des données du COMTRADE-ONU, 2008 ; et de l’historique du cours du brent disponible sur le site du ministère du Développement Durable.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/181/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Carte n° 2. La dynamique pétrolière africaine
Légende Source : Lola Hernandez-Barbarito, Victor Liendo, « La cooperación energética entre Venezuela y los países emergentes petroleros del occidente africano », Política exterior y soberanía, octubre-diciembre 2008, año 3, n° 4, p. 43-51.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/181/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Photo n° 1. Reinaldo Bolívar, vice-ministre pour l’Afrique offrant drapeaux et sacs à dos. Photo n° 2. Drapeau vénézuélien et drapeau malien.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/181/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Photo n° 3. Écoliers avec leur sac à dos vénézuélienSource : photos extraites du document « Apadrina una escuela en África », réalisé par le vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/181/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Photo n° 4. Enfants africains avec les portraits de Simon Bolívar et d’Hugo Chávez
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/181/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540