Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

IV - L'Université, acteur régional

Ticoporo ou l’université face aux invasions paysannes

Manuel Briceño-Mendez et Jean-Christian Tulet

Texte intégral

1« El fantasma de Turén gravita sobre Ticoporo » (Le fantôme de Turén plane sur Ticoporo) est le titre de l’un des très nombreux articles de journaux consacrés aux problèmes soulevés par cette réserve forestière de la région occidentale des Llanos vénézuéliens. En effet, couvrant 270 000 ha à l’origine et considérée comme une des plus belles du pays, elle se trouve menacée d’une disparition tout aussi radicale que celle subie par son homologue de Turén.

2Il s’agit là pourtant d’une évolution somme toute banale de toute cette partie du pays où des centaines de milliers d’hectares ont été progressivement défrichés, pour être principalement transformés en espaces pastoraux. Cependant les possibilités de profit sensiblement plus grandes qu’ailleurs, la rapidité de la destruction tout comme l’intensité des conflits ainsi suscités, confèrent au cas de Ticoporo un caractère assez particulier.

  • 1 El nacional, Domingo 24 de Noviembre 1985

3Mais la notoriété des problèmes soulevés tient à des aspects beaucoup plus exceptionnels. En effet la gestion d’une section de 24 000 ha de cette réserve a été confiée à la faculté des sciences forestières de l’université des Andes (ULA) de Mérida, à charge pour elle d’investir les capitaux tirés de l’exploitation forestière en programmes de reboisement, de recherche et de mise en valeur de cet espace. Cette opération de développement se trouve aujourd’hui compromise par des invasions successives d’agriculteurs. Les journaux se font l’écho et les porte-paroles des affrontements des parties en présence. Ils parlent selon leurs tendances, d’un côté de « l’irresponsabilité de certains dirigeants agraristes à propos d’une expérience scientifique originale, et de l’autre de « l’hypocrisie et l’insouciance d’universitaires vis-à-vis des masses paysannes insuffisamment dotées de terres »1. L’âpreté du conflit se trouve à la mesure des enjeux soulevés. En fait, ceux-ci éclairent d’une manière tout à fait exemplaire la complexité des intérêts et des groupes de pression locaux et nationaux.

I - UNE DISPARITION BANALE

A) Création et mise à sac des réserves des Llanos occidentales

  • 2 Il s’agit là d’une caricature délibérée du Non-Vénézuélien parmi les auteurs, des positions étalée (...)

4Malgré la variété de ses espèces végétales et surtout en bois commercialisable, la destruction de la forêt de Ticoporo se trouve à l’image de l’évolution subie par l’ensemble des massifs forestiers situés à proximité des voies de communication ou d’un noyau de peuplement, même modeste. Ainsi avec la disparition progressive du paludisme et l’ouverture de la panaméricaine du piémont nord des Andes, la région Sur del lago s’est trouvée affectée par la déforestation jusqu’à la disparition quasi-complète de toute zone boisée2.

  • 3 Venturini O., Aspectos geográficos de la colonización del piedemonte noroccidental de los Andes ve (...)

5Pourtant, le législateur a cru pouvoir limiter et même interdire ce processus avec la création d’une série de réserves, 12 au total, couvrant environ 10 millions d’hectares. Malgré cela, les quatre situées dans la région des Llanos occidentales, se trouvent affectées à des degrés divers par la déforestation.3

Tableau N° 1 : Taux de destruction des réserves des Llanos occidentales en 1980

Tableau N° 1 : Taux de destruction des réserves des Llanos occidentales en 1980

Sources : ministère de l’Environnement (MARNR) : Manejo de las reservas forestales de San Camilo y Caparo, 1980, p.7

6La forêt de Turén n’existe donc plus. Si la réserve de Caparo reste encore, même à présent, à l’abri de la déforestation, il n’en est pas de même pour les deux autres où la situation continue de s’aggraver. En 1986 il n’y subsistait plus pour chacune d’entre elles que 100 000 ha non immédiatement menacés.

  • 4 Veillon J.P., Las deforestaciones en la región de los Llanos occidentales, Venezuela, desde 1950 h (...)

7On se trouve donc en présence d’un mouvement général de très grande amplitude. Il correspond dans une certaine mesure à la reconquête d’une partie de l’espace régional par l’élevage et l’agriculture. En effet, la couverture en forêt des « llanos occidentales » ne représente que 21 % de la surface totale en 1825. A la suite des diverses crises qui secouent le pays et de la dépopulation qui en résulte, elle progresse fortement durant tout le xixème siècle et le début du xxème, pour aboutir jusqu’à 45 % de surface totale en 1950. Mais dès 1975, le taux de boisement retombe à 30 %, avec une prévision de 16 % pour l’an 20004. En fait, défricher, tumbar la montana (la montana voulant dire zone forestière), constitue un acte banal pour tous les ruraux de l’ensemble régional.

B) Le conuco* défricheur5

  • * Conuco : forme d’agriculture itinérante.
  • 5 Tulet J.-Ch., « Le contrôle de la terre dans la forêt frontière de San Camilo (région Uribante-Ara (...)

8La forêt constitue en effet une énorme réserve foncière, particulièrement appréciée des paysans ou éleveurs voisins, ceux des Llanos, comme ceux des Andes ou de la Colombie. Tous conçoivent d’autant moins l’idée d’« espace protégé » que dans certains cas leur installation est antérieure aux décrets de classement. Au demeurant, leur premier souci est précisément de faire reconnaître leurs droits sur le périmètre qu’ils souhaitent contrôler, non vis-à-vis de l’État, mais plutôt de leurs voisins éventuels... Ils pratiquent donc, dès leur arrivée, une délimitation (balisage) qui inclut non seulement l’espace immédiatement exploité, mais aussi un vaste domaine forestier, qui sera lui aussi transmis, lors d’une éventuelle cession de ces « droits ».

9Cette cession correspond au but poursuivi par toute une catégorie de défricheurs, la variété locale des conucos. Dans ce cas, il déboiseront le plus d’espace possible pour le mettre en culture jusqu’au début de l’épuisement du sol, trois ou quatre ans. Ils « revendent » alors la terre à des éleveurs, le prix incluant non seulement les droits acquis sur la terre, mais aussi le travail de défrichement. Il s’agit là de la meilleure des possibilités. Bien souvent, surtout s’il est d’origine étrangère, le conuco doit accepter de s’installer sur des terres déjà sous contrôle. Il doit alors accepter tacitement un accord de métayage (medianeria) du « titulaire des droits », défricher et lui laisser la moitié de la récolte, jusqu’au moment où il doit laisser place à son troupeau et recommencer plus loin la même opération. Le « propriétaire » peut ainsi rapidement mettre en herbage de confortables surfaces. C’est aussi une des raisons pour lesquelles les Colombiens se retrouvent plus nombreux sur le front de déforestation que sur ses arrières et qu’ils se trouvent en même temps accusés d’être les principaux destructeurs du patrimoine national.

10Le conuco n’est toutefois pas le seul agent de déforestation. On trouve à ses côtés toute une population de petits paysans venus principalement des Andes et qui cherchent un établissement durable sur la portion de terre qu’ils mettent en valeur. Ils constituent la catégorie la plus stable des exploitants, en particulier dans la zone nord de Ticoporo où s’est édifié un réseau assez dense de propriétés en général de tailles tout à fait respectables (une moyenne oscillant entre 80 et 100 ha). Mais ils forment en même temps un groupe de pression particulièrement attentif aux possibilités de gains nouveaux dans les espaces situés plus au sud.

C) Les déclassements successifs et la division de la réserve de Ticoporo

11Avant 1950, toute la région se trouve couverte par une forêt difficilement pénétrable, seulement traversée par les nombreuses rivières venues des Andes et que l’on ne peut franchir que par barque. Elle se prolonge sans aucune discontinuité jusqu’au cœur de la montagne andine et tout au long de ses derniers contreforts.

12Cependant, dès cette époque, les paysans descendent des Andes et commencent à défricher au bord des rares chemins et surtout le long des rivières. Leur pression devient telle que dès 1959, l’État procède au déclassement de 40 000 ha. Cette décision constitue un précédent, mais ne freine en aucune façon le processus de déforestation, bien au contraire. Aussi une nouvelle amputation de 44 000 ha doit être décidée en 1972. Toute la partie située immédiatement au sud de la nouvelle route du piémont et toute la frange sud-ouest se trouve alors déclassée et confiée à l’office de réforme agraire (Instituto agrario nacional, IAN) afin de sauver les apparences.

13Les pouvoirs publics ne se sont pourtant pas contentés de sanctionner les faits accomplis. La Guardia nacional est intervenue régulièrement contre les occupants, en pure perte. Certains d’entre eux avouent avoir été expulsés quatre ou cinq fois sans se laisser décourager. On a même tenté en 1975 d’indemniser ces colons pour les inciter à ne plus revenir, mais bien entendu sans aucun résultat.

14Malgré la réduction de sa surface à 186 000 ha, les potentialités de la réserve demeurent encore considérables. L’État décide donc, à partir de 1970, de la diviser en quatre zones, chacune confiée à une société différente d’exploitation forestière, avec pour contrepartie d’opérer les reboisements nécessaires. Il s’agit de :

  • Empresa contraenchapados Táchira C.A. (CONTACA), qui reçoit l’unité II de 40 775 ha.
  • Empresa moderera Alto Llano occidental (EMALLCA) qui doit exploiter l’unité III, de 60 000 ha. Dans le capital de cette entreprise se rencontrent à la fois des intérêts privés (42 %), la Corporación de los Andes (29 %) et déjà l’université des Andes (29 %).
  • En 1982, est constituée la « Empresa mixta forestal campesina (EMIFOCA) où se rencontrent CORPOANDES à nouveau, l’Instituto agrario nacional et des intérêts privés, pour exploiter l’unité I de 45 072 ha.
  • Le quatrième secteur, de taille plus réduite (24 000 ha), connaît une histoire beaucoup plus originale. Afin d’éviter une entente entre les trois précédentes compagnies, l’État conserve son contrôle par l’intermédiaire du MAC (ministerio de Agricultura y Cria), chargé d’exploiter et de commercialiser le bois disponible. Celui-ci doit aussi poursuivre diverses recherches de sylviculture et pour cela effectue 1 400 ha de plantations de diverses essences commercialisables.

15Toutefois le ministère se heurte à des dispositions fiscales lui interdisant d’utiliser les capitaux retirés de la vente du bois pour l’entretien et le développement de ces plantations. Après diverses péripéties, un accord intervient alors en 1983 entre l’État, par l’intermédiaire du ministère de l’Environnement, et l’université des Andes de Mérida (Comodato Ticoporo). Celle-ci se voit confiée pour 12 ans la gestion de cet ensemble, qui reçoit le nom d’unité expérimentale (« unidad experimental »).

II - UNE EXPÉRIENCE ORIGINALE DE DÉVELOPPEMENT

A) L’université devenue latifundiste

  • 6 Briceño-Mendez M., Presencia universitaria en la unidad experimental de Ticoporo, document de trav (...)

16Voici donc la faculté de sciences forestières, par l’intermédiaire de la ULA, à la tête d’un domaine de 24 000 ha. Bien entendu l’accord prévoit un certain nombre de dispositions rigoureuses6. En gros, la faculté reçoit le droit d’exporter et de vendre le bois commercialisable de l’unité expérimentale, à charge pour elle d’investir la totalité des capitaux ainsi obtenus dans des programmes de recherches, de plantations et de développement.

17La dernière coupe de bois a eu lieu en 1985. Le volume ainsi vendu au cours des trois années écoulées, tourne autour de 35 000 m3, pour une valeur totale (impôts déduits) de 11,5 millions de bolivars (7). Avant les difficultés de cette monnaie, cela représentait à peu près un million de francs français pour les 12 ans de durée de l’accord.

18A cela doivent ou devaient s’ajouter d’autres sources de profits, absolument pas négligeables : ventes des produits de pépinières, des plantations fruitières et agricoles... Le seul projet de développement pastoral, projet qui connaît déjà un début d’application, pourrait apporter un bénéfice supérieur à celui produit par la vente du bois. L’université procure ainsi du travail à des dizaines de personnes et en proposera bien davantage dans les années suivantes, si l’expérience se poursuit.

B) Les programmes d’activités

19Parallèlement, 22 programmes sont présentés aux autorités de tutelle. Ils témoignent d’une très grande variété. On peut distinguer parmi les plus significatifs :

  • des études de base (cartographie, recensements, identification d’espèces végétales, pédologie, cadastre...)
  • des projets sylvicoles (pépinières, plantations, mesures de croissance...)
  • des projets agro-sylvo-pastoraux, avec des expériences d’association sylvo-pastorales et sylvo-agricoles
  • des projets d’intégration homme-réserve, où la petite agriculture devait combiner ses ressources avec celles d’un secteur sylvicole...

20Au cours des trois années écoulées, l’université a pu ainsi mener à bien (7) :

  • des activités de recherche de base et expérimentales : cadastre des terrains occupés, enquêtes et études socio-économiques des habitants de la réserve, recensements ; carte des unités géomorphologiques, des types de sols, d’utilisation actuelle ; établissement de plantations témoins, mesure de leur croissance.
  • des travaux d’infrastructure : construction d’une piste de 16 km, premier tronçon d’une route (4 km) ; création et clôture de pâturages, percement de puits, construction de hangars pour matériel agricole ; mise en terre de 3 000 tecks provenant de la régénération spontanée des premières plantations ; développement de pépinières ; début de la construction d’un centre de contrôle pour l’élevage ; remodelage et amélioration du campement forestier.
  • des activités d’enseignement : travail de terrain pour les étudiants, réalisation des divers travaux de recherche.
  • des programmes de coopération avec les habitants de la zone, cours théorico-pratiques de préparation et d’entretien de pépinières d’essences forestières, de lutte contre les diverses nuisances et maladies affectant les plantations ; aides diverses aux écoles (travaux pratiques, visite, création de bibliothèques)

21Il s’agit là d’un bilan nullement négligeable, mais qui ne doit pas cacher le fait qu’un grand nombre des programmes prévus n’ont pas vu le jour ou qu’ils n’ont pas pu se développer de façon normale. Les activités précédentes elles-mêmes se sont déroulées parfois avec beaucoup de peine et d’incertitudes.

III - LA CRISE OUVERTE

A) Une situation difficile

22En effet, avec le Comodato, la ULA ne reçoit pas seulement les 24 000 ha, mais aussi tous les problèmes qui l’affectent. Ce qui va devenir l’unité expérimentale ne se trouve bien entendu pas à l’abri de la colonisation agricole ou pastorale. Celle-ci se produit d’autant plus facilement qu’elle bénéficie de la proximité de diverses agglomérations (Ciudad-Bolivar, Socopo, Bum-Bum) et que les rivières qui limitent l’unité y autorisent un accès aisé pendant la période des pluies. En fait, dès avant 1982, la majeure partie des territoires se trouve déjà plus ou moins intensément occupée.

23Les indemnisations libèrent une fraction de la surface et le programme de plantations forestières voit alors le jour dans le secteur nord. Toutefois un vaste espace de 8 000 ha situé à l’est (El Terminal, Caño del Oro) n’a jamais été évacué. Les habitants ont profité du flou administratif pour se dire situés sur des terres communales et non dans la réserve (8).

24Leur présence va être garantie à la signature du Comadato qui prévoit leur incorporation au programme futur agro-sylvo-pastoral. Dès lors, un autre groupe d’une cinquantaine d’exploitants, situés le long du rio Socopo (dans la partie ouest, au lieu dit Las Caramas) et qui se sont installés après les opérations de délogement, tentent d’obtenir le même statut. A ces divers groupes, en général constitués de petits et moyens exploitants, s’ajoutent quelques gros éleveurs, situés au centre de la réserve et qui s’estiment eux-aussi couverts par les dispositions réglementaires de l’accord. Au total, ces divers occupants contrôlent la moitié de la surface de l’unité expérimentale sans compter les permanentes infiltrations des nouveaux venus.

25Dans son principe, la ULA n’est pas hostile à la présence paysanne dans l’espace qui lui est accordé, puisque l’intégration de l’homme à la réserve constitue l’un de ses axes d’intervention. Mais elle souhaite aussi en préciser le contenu et en même temps s’assurer des terres nécessaires pour mener à bien les diverses autres activités projetées. Elle recherche donc des solutions de compromis, mais aussi le retour à leur périmètre d’installation de ceux qui ne l’ont pas respecté depuis, et vise en particulier les plus gros exploitants. De plus, les habitants de la région s’accommodaient fort bien de l’absence de fait de toute autorité permanente dans la zone. L’arrivée de l’ULA constitue donc plus qu’une gêne. Elle limite les ambitions d’extension en surface, pour les grands comme, pour les autres.

26Les divergences d’intérêts demeurent donc considérables et le conflit latent va apparaître à l’occasion de l’intervention des FAC (Fuerzas armadas de « cooperación ») visant à l’expulsion des occupants « illégitimes ». A l’issue de diverses actions contre les habitants de Las Caramas, la situation devient beaucoup plus tendue et entraîne (ou favorise...) de nouvelles invasions, plus massives et plus organisées, en particulier par les dirigeants de la « Federación campesina » de Barinas.

"RESERVA FORESTAL DE TICOPORO" CROQUIS DE LOCALISATION

"RESERVA FORESTAL DE TICOPORO" CROQUIS DE LOCALISATION

OCCUPATION DE L’ESPACE DE LA "UNIDAD EXPERIMENTAL"

OCCUPATION DE L’ESPACE DE LA "UNIDAD EXPERIMENTAL"

Reinaldo Carrasquero Montero-1986

B) Les nouvelles invasions

27Elles touchent la plupart des unités de la réserve, mais à des degrés divers. L’unité expérimentale apparaît de très loin la plus touchée, celle aussi où la tension est actuellement la plus élevée.

TABLEAU N° 2, Les occupations de terre dans la réserve de Ticoporo

TABLEAU N° 2, Les occupations de terre dans la réserve de Ticoporo

TABLEAU N. 3, Occupation des terres dans l’unité expérimentale

TABLEAU N. 3, Occupation des terres dans l’unité expérimentale
  • 7 Briceño-Mendez M., Document de travail, 1985, 13 pages
  • 8 Baroeta G., Informe, Mérida, COMODATO ULA-MARNR, 1985, 55 p

Sources : Briceño-Mendez7 Comodato ULA-MARNR8

  • 9 Rodriguez A., Informe relacionado con aspectos de invasiones, superficies intervenidas, plantacion (...)

28Depuis mai 1984, date de la dernière invasion massive, la situation ne cesse d’évoluer sur le plan du rapport des forces. Il se produit en particulier un va et vient permanent d’occupants, un grand nombre devenant à leur tour les métayers des premiers venus ou des terratenientes déjà en place. Selon les mois, on passe d’une période de calme relatif, à une autre beaucoup plus tendue, avec des incendies volontaires de plantations forestières, des destructions de clôtures et même des violences physiques. En conséquence, une bonne partie des programmes prévus se trouve bloquée et la plupart des autres fortement compromises. A la fin de 1985, la ULA ne contrôle plus qu’une surface tout à fait réduite : 1 000 ha de plantations forestières et 300 ha sur les 700 ha prévus pour le projet agro-sylvo-pastoral.9

C) Le retentissement national

29La déforestation de la forêt de San Camilo a connu son heure de gloire en 1978, dans les journaux de Caracas. Mais il s’agissait plutôt d’une affaire de souveraineté nationale. Les défrichements apparaissaient avant tout comme l’agression d’une population étrangère contre le patrimoine national, voire comme le risque d’aliénation d’une nouvelle partie de son territoire. On était dans une période pré-électorale. L’affaire, sinon le problème n’a guère survécu à celle-ci.

30La campagne concernant Ticoporo est sans aucune commune mesure avec la précédente, à la fois par son intensité et par sa durée. Un dossier de presse exhaustif réunirait des dizaines d’articles et constituerait un très gros volume qui ne cesserait pas d’augmenter. En effet les parties prenantes dans le conflit sont d’un tout autre relief, d’une toute autre dimension, tout comme les intérets qu’elles sous-tendent. On y trouve une des universités les plus prestigieuses du pays, des syndicats puissants et des partis politiques de tous bords. Mais les choses seraient bien trop simples, si des forces antagonistes ne traversaient pas elles-mêmes ces divers groupes, que ce soit sur le plan régional ou sur le plan national.

IV - UN ENCHEVETREMENT D’INTÉRETS

31Dans l’actualité, l’unité expérimentale de Ticoporo n’est donc plus seulement un laboratoire de recherche, d’expérimentation et d’enseignement pour l’université des Andes. Elle constitue désormais un exemple remarquable pour apprécier et tenter de mesurer les capacités respectives des pouvoirs nationaux, régionaux et locaux du pays. En fait, ceux-ci se manifestent d’une telle façon que leur niveau d’actions et d’interactions aboutissent à une relative neutralisation. Les rapports de forces se traitent d’égal à égal, dans un cadre socio-politique où chaque agent dispose de son poids spécifique et bien défini. Débloquer la situation apparaît donc particulièrement difficile et explique la durée d’une telle crise.

A) Masses paysannes, fédération paysanne

32Si ailleurs les espoirs placés dans les distributions de terres par l’intermédiaire du IAN (Instituto agrario nacional) ne provoquent plus guère de remous, il n’en est pas de même dans l’État de Barinas, où ils se traduisent par une pression permanente des milieux paysans. En effet, cette région représente le dernier grand front pionnier du Venezuela. La richesse évidente provoque une active compétition entre paysans, latifundistes et « entrepreneurs agricoles » où chacun tente de s’approprier le plus de terres possibles en vue de la mise en place d’une agriculture de type empresarial, directement intégrée au marché national.

33Mais de plus, ces espérances et ces possibilités d’accaparement de terres nouvelles se trouvent soutenues par une masse paysanne relativement importante et d’un grand poids politique. Celui-ci est issu d’un travail militant parmi les plus importants en milieu paysan, poursuivi depuis les années quarante par le parti Action démocratique, actuellement au pouvoir. Cet activisme s’enracine dans la Fédération paysanne, représentante officielle du monde paysan vénézuélien, médiatrice tout aussi officielle de ses pressions éventuelles, et qui porte la responsabilité des derniers évènements. En effet, les invasions de Ticoporo, bien loin de s’apparenter aux mouvements d’occupation spontanée propres aux fronts traditionnels de colonisation, furent au contraire soigneusement préparées par cette institution, qui est donc dirigée et contrôlée par Action démocratique. Elles répondent à la fois au souci d’une distribution nouvelle de terres mais aussi à la formation d’une clientèle de votes pour les élections municipales et à la constitution de « groupes syndicaux » sortis de cellules politiques qui agglomèrent des groupes de paysans autour d’un chef local et de la défense commune de la terre occupée.

34Cette utilisation de la masse paysanne engagée dans les occupations de terres au bénéfice d’intérêts politiques et économiques de quelques groupes et de quelques personnes, apparaît de plus en plus évidente à mesure que le temps passe. Cela se traduit par une certaine désagrégation du front uni manifesté jusqu’ici, désagrégation exploitée en ce moment par les responsables de la ULA, afin d’isoler les chefs locaux de « leurs troupes ».

B) Que font le gouvernement et ses institutions

35Dans le cas de l’unité expérimentale de Ticoporo, le gouvernement se paga y se da el vuelto (il se paye et se rend la monnaie). Au Venezuela, les réserves forestières se trouvent soumises à un régime spécial pour lequel toute action susceptible de les affecter nécessite un arbitrage du Congrès national. Cela pose un douloureux problème aux membres de l’actuelle majorité où se retrouvent sur les mêmes bancs les défenseurs des terres publiques et les envahisseurs de celles-ci : comment sanctionner ses propres partisans... Situation d’autant plus difficile que les fractions ou tendances de l’intérieur d’Action démocratique peuvent utiliser la question pour mettre en difficulté d’autres fractions ou tendances du même parti (ou les obliger à négocier un éventuel silence). Une solution pourrait être de déléguer à l’université des Andes tout le soin de résoudre la crise, puisqu’elle est concessionnaire de l’État. Mais celui-ci reste tout de même le garant de l’ordre public et malgré tout le responsable ultime par l’intermédiaire de son ministère compétent, le ministère de l’Environnement (MARNR), lequel affirme que personne ne doit rester dans la réserve.

36Devant une situation aussi délicate, où les contrôles politiques, où les mécanismes habituels de régulation ne fonctionnent plus, le gouvernement, ne pouvant pas assumer une action d’autorité trop coûteuse sur le plan électoral, cherche donc à escamoter le problème, à gagner du temps. Concrètement, il opte pour des recettes éprouvées, il crée des commissions : commissions du Congrès national, commissions mixtes, commissions de la Fédération paysanne, commissions de la Garde nationale etc. Toutes « ont étudié ou étudient le problème », toutes concluent que la réserve est intouchable. Mais celle-ci reste occupée.

C) Les stratégies de la ULA

37Pour une institution académique, affronter une telle situation semblait peu évident. Mais la ULA par l’intermédiaire de la faculté de sciences forestières a toujours voulu démontrer que les réserves ne devaient pas seulement être des refuges inviolables, mais que, au contraire, l’action anthropique pouvait coexister avec les arbres dans une gestion bien comprise. Avec pratiquement 90 % de « ses terres » occupées, elle n’avait pas d’autres moyens que de réaffirmer de tels principes.

38Mais comment les imposer et les mettre en application, dans une telle mosaïque socio-politique, alors que les liens avec la région, déjà peu évidents à l’intérieur même de l’État de Mérida, où se situe la ULA apparaissaient singulièrement distendus avec celui de Barinas, éloigné de 200 kms, bien que sa compétence s’y étende théoriquement comme à celle des autres États andins (au total : Mérida, Tachira, Trujillo, Barinas). De fait, durant toute une première période, les démarches pour modifier la situation passaient pratiquement toutes par Caracas. Les autorités de la ULA visitaient les responsables du gouvernement, des partis politiques, de la presse, avec finalement assez peu de bénéfices concrets, si ce n’est la création et le renforcement d’une opinion publique largement acquise à ses vues. La stratégie de la pédagogie a donc assez vite montré ses limites, isolée de toute autre action.

39Les institutions étatiques responsables des réserves disposaient des moyens de freiner et même de mettre en échec la reprise de l’initiative par la ULA. Afin d’y échapper, celle-ci a utilisé la clause de l’accord qui reconnaît la présence d’occupants avant même sa signature et qui stipule que ceux-ci doivent être intégrés aux futurs projets de recherche et de développement. En dépit du flou artistique de la formule (peut-être même grâce à celui-ci), la ULA a donc proposé l’application des mêmes dispositions aux nouveaux venus, sous condition d’être Vénézuélien, de ne pas disposer d’autres terres, de vivre sur sa parcelle et d’accepter les orientations de l’université. Moyennant quoi, il apparaissait qu’un grand nombre des invasores étaient loin d’être des paysans sans terre. Elle mettait en évidence les divergences d’intérêts entre les divers groupes occupants.

40En même temps, elle a cherché à faire admettre sur place qu’en dépit des invasions et des passions politiques, elle avait le droit pour elle. Sur ce principe, elle a établi un certain nombre d’aires prioritaires, celles nécessaire au développement de la recherche expérimentale et celles restées en forêt, pour lesquelles en aucun cas l’occupation pourrait se maintenir. En revanche, elle déterminait un certain nombre de secteurs où la population paysanne « s’incorporerait », éventuellement, aux programmes de recherche et de développement. Enfin la poursuite de la stratégie pédagogique s’orientait —à différents niveaux— vers la divulgation de ce que signifiait la présence de la ULA dans l’unité expérimentale. Il s’agissait de convaincre que celle-ci devait devenir un grand laboratoire socio-économique, dans lequel l’intégration homme-réserve s’affirmerait comme viable et entraînerait une transformation décisive de toute la région. A condition que les mêmes paysans-occupants veuillent bien rompre les liens de dépendance et ne soient plus manipulés par leurs agents locaux...

D) La situation actuelle

41L’université est parvenue à disposer d’une véritable capacité d’initiative et de pression. Elle contrôle même dans une certaine mesure les mouvements de la population à l’intérieur de l’unité, par l’intermédiaire de postes de surveillance de la Garde nationale dont elle assure l’entretien. Elle a pu ainsi procéder à la récupération d’espaces de très grande extension destinés au développement du projet agro-sylvo-pastoral, sur lesquels se trouvent à présent 500 bovins lui appartenant. La construction du campement de travail qui lui est associé, se poursuit. Il en résulte que sa présence apparaît de plus en plus effective, de moins en moins contestée.

42Ces récentes activités associées à la décision de relancer les différents projets de recherches, s’accompagnent d’un processus de désarticulation des « chefferies » à l’intérieur de la zone nord. En même temps elles placent les différentes instances du pouvoir dans une situation assez délicate, qui ne leur permet plus de procéder aux pratiques dilatoires destinées à gagner du temps. De ce fait, parmi les paysans directement concernés, il se dessine une volonté, de plus en plus marquée, à s’entendre, à s’allier même, directement avec l’université.

43Mais rien de décisif ne semble encore acquis. Les réseaux d’influence restent tout-puissants, et fonctionnent toujours. Même pour une intervention minime, un responsable de la Garde nationale doit compter sur diverses pressions de toutes sortes recevoir ordres et contre-ordres, pour finalement « oublier » ce qui lui paraît le moins opportun, quitte ensuite à en assumer la responsabilité.

Conclusion

44Même si leurs potentialités dépassent assez largement la moyenne habituelle, les 24 000 ha de l’unité expérimentale de Ticoporo ne représentent qu’une goutte d’eau dans la déforestation générale affectant l’ensemble du pays. Toutefois, la crise actuelle compromet une expérience tout à fait inhabituelle, ici et ailleurs, dont les résultats pouvaient largement dépasser le cadre du conflit. Elle met aussi un peu plus en évidence la complexité des intérêts, des situations, des influences, des compagnonnages de tous ordres pouvant s’exprimer à cette occasion. On a ainsi une faculté, considérée d’extrême-gauche de surcroît, obligée de tenir le rôle de latifundiste jaloux vis-à-vis de présumés paysans sans terre. Mais ces apparences cachent une expérience de développement, dont la sincérité des promoteurs ne peut être contestée, mise en cause par des manœuvres associant intérêts électoralistes et intérêts fonciers, utilisant les paysans comme couverture et masse de manœuvre. D’ailleurs l’opinion publique nationale, malgré ces éventuelles manipulations ne s’y est pas trompée.

45Cette complexité aboutit assez fréquemment à une paralysie des instances administratives, toute décision intempestive produisant en cascade une série de conséquences mettant en péril un équilibre en général précaire ou des situations de fait finalement avantageuses. Mais le cas de Ticoporo éclaire aussi les extraordinaires capacités éventuelles d’expériences ou d’initiatives dont peut disposer une institution le cas échéant. Après tout, il semble assez peu imaginable de rencontrer, en France et dans beaucoup d’autres pays, une université capable de gérer parmi d’autres projets ou activités, un troupeau de 500 têtes de bétail.

Notes

1 El nacional, Domingo 24 de Noviembre 1985

2 Il s’agit là d’une caricature délibérée du Non-Vénézuélien parmi les auteurs, des positions étalées dans les journaux ; celles-ci n’étant pas évidemment celles présentées par les divers protagonistes. Tout au moins pas en ces termes.

3 Venturini O., Aspectos geográficos de la colonización del piedemonte noroccidental de los Andes venezolanos in Revista Geográfica, Mérida, ULA, 1968, vol IX, n° 21, pp 73-95

4 Veillon J.P., Las deforestaciones en la región de los Llanos occidentales, Venezuela, desde 1950 hasta 1975. Mérida, ULA, facultad de siencias forestales, 1975, 21 p.

5 Tulet J.-Ch., « Le contrôle de la terre dans la forêt frontière de San Camilo (région Uribante-Arance, Venezuela) », in GEODOC n° 26, pp 37-62, 1984

6 Briceño-Mendez M., Presencia universitaria en la unidad experimental de Ticoporo, document de travail, 1985, 7 pages

7 Briceño-Mendez M., Document de travail, 1985, 13 pages

8 Baroeta G., Informe, Mérida, COMODATO ULA-MARNR, 1985, 55 p

9 Rodriguez A., Informe relacionado con aspectos de invasiones, superficies intervenidas, plantaciones forestales y personal que labora en las empresas concesionarias de la Reserva Forestal de Ticoporo, MARNR, 1984, 8p.

Notes de fin

* Conuco : forme d’agriculture itinérante.

Table des illustrations

Titre Tableau N° 1 : Taux de destruction des réserves des Llanos occidentales en 1980
Légende Sources : ministère de l’Environnement (MARNR) : Manejo de las reservas forestales de San Camilo y Caparo, 1980, p.7
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre "RESERVA FORESTAL DE TICOPORO" CROQUIS DE LOCALISATION
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre OCCUPATION DE L’ESPACE DE LA "UNIDAD EXPERIMENTAL"
Légende Reinaldo Carrasquero Montero-1986
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre TABLEAU N° 2, Les occupations de terre dans la réserve de Ticoporo
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre TABLEAU N. 3, Occupation des terres dans l’unité expérimentale
Légende Sources : Briceño-Mendez7 Comodato ULA-MARNR8
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540