Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

IV - L'Université, acteur régional

La fonction de l’université des Andes dans l’espace vénézuélien

Jean-Christian Tulet et Luis Aguilar

Texte intégral

1Mérida, capitale de l’État du même nom, ne compte que 200 000 habitants et se trouve éloignée de tout grand centre d’activité économique. On peut même considérer qu’elle en est parfaitement isolée, puisque située au cœur des Andes vénézuéliennes, dans la vallée centrale du Chama, où ne parviennent que trois routes, dont une doit escalader un col de 4 100 mètres. Quant aux avions, leur vol est souvent annulé durant la saison des pluies. La ville abrite pourtant l’université considérée comme la plus importante après celle de Caracas : la « universidad de los Andes » (ULA).

2Cette situation, héritée d’une histoire séculaire, confère un poids tout à fait exceptionnel, dans un pays tropical, au groupe social constitué par les enseignants de cette institution. Au cours des dernières décennies, leur croissance numérique, leur haut niveau de salaire ont entraîné une puissante transformation de la ville, longtemps restée d’aspect colonial, aujourd’hui agglomération moderne dotée d’un niveau de services supérieur à celui de centres beaucoup plus importants. Mais les professeurs de la ULA ne sont pas seulement des consommateurs. Ils contrôlent leur université, dotée d’un statut d’autonomie. Toutes les instances dirigeantes se composent de membres élus, après des campagnes électorales particulièrement disputées du fait des enjeux. Pourtant, malgré tout cela, les enseignants ne sont pas parvenus à diriger la ville, où ils règnent mais ne gouvernent pas.

I - LA ULA : RESSOURCE FONDAMENTALE DE MÉRIDA

  • 1 Chiffres communiqués par la Dirección general de planificación y desarrollo (PLANDES), que nous te (...)
  • 2 Un bolivar = environ 0,66 FF (il y a deux ans = 1,55 FF !).
  • 3 Padron D., El comportamiento de los ingresos recaudados por la ULA durante el período 1959 - 1984 (...)

3En 1984, la ULA compte 2 400 enseignants, répartis en 10 facultés et deux autres noyaux universitaires. Ils encadrent une population étudiante de 34 000 membres. A cela s’ajoute un personnel administratif particulièrement nombreux, de près de 3 000 personnes, mais dans lequel ne se rencontrent que 150 profesionales, c’est-à-dire disposant d’un niveau de diplôme (et de salaire) comparable à celui des professeurs1. Pour la même date le budget versé à la ULA par l’État est évalué à 540 millions de bolivars2, après avoir atteint jusqu’à 604 millions en 1981. Le total cumulé de l’argent accordé par l’État à la ULA depuis 25 ans se monte à plus de 5 milliards de bolivars3. Mais ce chiffre ne correspond pas aux dépenses réelles, plus élevées. La ULA emprunte beaucoup. Il faut toutefois ajouter qu’une petite partie de ces sommes échappe à Mérida, celle qui est affectée aux extensions universitaires de la ULA situées dans deux autres États de la région andine (les nucleos universitarios du Trujillo et du Tachira, respectivement 11 % et 6 % du total des étudiants de la ULA).

  • 4 Buriett J., Edificaciones propias de la ULA, Mérida, PLANDES, 1982, 29 p.

4La richesse immobilière de la ULA apparaît tout aussi impressionnante. Elle possède au total 272 000 m2 de surface construite, dont 240 000 m2 situés dans la ville même, le tout réparti en 182 divers bâtiments4. A cela s’ajoutent des possessions considérables en terrains : dépendances des centres universitaires ou administratifs, résidences pour étudiants, complexes sportifs ou à vocation sociale, lotissements dont les parcelles sont vendues aux membres de la ULA, réserves « forestières » au total 360 ha entièrement situés dans l’agglomération. En dehors de celle-ci, l’université, par donations ou achats dispose de 3 500 ha environ, dont les 2/3 dans l’État de Mérida. Enfin certaines facultés se voient accorder des avantages particuliers. Ainsi, celle des sciences forestières vient de recevoir de l’État la gérance d’une ancienne forêt classée de 25 000 ha (Réserve de Ticoporo, dans l’État de Barinas) dont elle peut escompter de très gros revenus, à réinvestir entièrement dans la recherche et l’aménagement (forestier et agricole) de cet espace. Ce n’est pas la première fois, elle dispose dans les mêmes conditions de 7 000 ha dans la réserve de Caparo (du même État).

5La ville ne possède pratiquement pas d’industrie de transformation, sinon un modeste et banal artisanat. Le bâtiment a prospéré jusqu’à ces dernières années, grâce aux constructions de l’université et des habitations en tout genre de ses ressortissants.

  • 5 Domingo C, Modelo del area de la ciudad de Mérida, ULA, fac. de economia, instituto de estadistica (...)

6Mérida se distingue tout particulièrement par l’importance relative de ses très nombreuses urbanizaciones (lotissements de standing), occupées par des maisons individuelles vastes et modernes, qui atteignent parfois les dimensions de véritables petits palais. Il est vrai que ces derniers n’appartiennent pas en général aux enseignants, mais aux très nombreux patrons, petits ou grands, qui ont prospéré avec l’expansion de l’université. Ainsi quelques familles italiennes, parties de rien il y a trente ans, ont constitué, grâce au bâtiment, de véritables fortunes, aujourd’hui réparties sur plusieurs activités (possessions immobilières, participations à diverses affaires, journaux, radios privées, etc.). Elles ne sont pas les seules : une consommation beaucoup plus forte et diversifiée que la moyenne du pays (le coût de la vie y est d’ailleurs plus élevé depuis 1973) a favorisé la multiplication des entreprises de services en tout genre et la prospérité corrélative de leurs propriétaires. Cela pourrait expliquer en conséquence la place moins importante que confèrent certaines études5 à la ULA dans les entrées d’argent de la ville :

  • Université des Andes 22 %
  • Étudiants 16%
  • États 19%
  • Employés secteurs privés 11%
  • Patrons secteur privé 32%

7Ces pourcentages, approximatifs comme il se doit en de telles analyses, semblent indiquer en effet la présence d’autres forces économiques puissantes. La fonction de capitale administrative de l’État de Mérida, quelque peu occultée par celle, éclatante, de l’université, y retrouve une place nullement négligeable. Quant au secteur privé, même subordonné et entraîné dans la croissance par le phénomène ULA, il n’en occupe pas moins une place essentielle. Cela explique probablement le fait que tout en étant le moteur fondamental de l’activité économique locale, la ULA ne soit pas capable de jouer un rôle décisif au sein du pouvoir urbain. A cela s’ajoute le fait qu’elle reste largement un corps étranger au milieu dans lequel elle se situe. Elle impulse donc, mais ne dirige pas.

II - LA DEUXIÈME UNIVERSITÉ DU PAYS

8Cette extériorité de la ULA à la vie locale tient aux transformations des dernières décennies. Cela n’était pas le cas autrefois. Ses origines remontent loin dans le temps, au 25 mars 1785, lorsque l’évêque de Mérida, Fray Juan Ramos de Lora fonde le Real Colegio Seminario de San Buenaventura de Mérida de los Caballeros, avec pour base des enseignements de droit civil romain et de médecine. Assez vite se créent des chaires de « filosofia, anatomía, matemáticas, historia eclesíastica, concilios, lugares teolôgicos y sagrada escritura ».

9Jusqu’à la fin du siècle la ULA partage au Venezuela, les enseignements dits supérieurs avec la universidad central de Caracas (UCV, fondée en 1721). Elle restera marquée durablement par ses origines cléricales, d’ailleurs en conformité avec un milieu lui-même conservateur. Aujourd’hui encore, les Andes vénézuéliennes demeurent un des fiefs fondamentaux du parti COPEI, officiellement défini comme social-chrétien.

10L’histoire de l’université va être assez mouvementée, à l’image de son pays, ouvertures et fermetures se succédant. Pourtant, bien des traits fondamentaux actuels se distinguent dès cette époque, en particulier un attachement très net à son autonomie administrative et sa puissance foncière. Ainsi la hacienda La Hechicera, où se trouvent aujourd’hui les facultés des sciences, lettres, droit, et économie, est déclarée possession de la ULA en 1857.

  • 6 Revue « AZUL », universidad de los Andes, n° 28 Mars, 1984 p.22.

11Mais tout cela se déroule entre gens de bonne et même société. D’ailleurs en réalité, l’université est minuscule. Elle ne compte que 42 étudiants en 1840 et seulement 317 un siècle après. Les 1 000 inscrits ne seront atteints qu’en 1955 ! Entre ces deux dernières dates, le nombre des enseignants passe de 42 à 165. Ils se recrutent principalement à l’intérieur même de la haute société meridena, composée pour l’essentiel, de grands propriétaires, monde respectable qui durera au delà de la chute du dernier dictateur, d’ailleurs lui-même issu du Tachira voisin, comme beaucoup de son espèce au xxème siècle. Bon nombre de recteurs de cette époque se penchent avec nostalgie et tendresse sur ces temps bénis où les étudiants se comportaient en gens responsables et studieux, respectueux de l’ordre et de la morale. L’un d’eux préconisait en cas de problème une contestation d’un type particulier : si un professeur avait quelque chose à reprocher au dictateur Perez-Jimenez, il lui conseillait de venir le lui dire dans son bureau, ainsi personne ne le saurait !6 On mesure l’intensité des risques encourus. Toutefois à l’occasion, tout cela ne manquait pas de truculence. Ainsi un recteur de la même époque renonce à ses fonctions après avoir, au cours d’une réception fait tomber quelques dents à un professeur qui s’était présenté ivre devant lui et les ministres qui l’accompagnait. Il a ensuite suivi une honorable carrière d’ambassadeur.

III - L’EXPLOSION DE LA DÉCENNIE 1970

  • 7 Il existe aujourd’hui près de 80 institutions universitaires de tout acabit au Venezuela, dont la (...)

12Dès les années soixante, mais surtout après 1970, la ULA va changer de nature. Elle opère une mutation à la fois qualitative et quantitative. Elle valorise au cours de cette période les avantages de l’histoire : un comportement modéré (son accroissement sera plus particulièrement intense pendant les périodes de fermeture de la UCV) et surtout son statut de vieille université. Malgré la création de quelques autres7, situées pour la plupart au cœur de régions très actives (Zulia en 1891 et Carabobo en 1892) elle demeure investie d’un grand prestige (à quoi s’ajoutent les qualités du site et du climat...) et choisie comme lieu d’implantation de divers centres d’études. Précédées par celles d’écoles et d’instituts qui en forment la base, les créations de facultés se succèdent très rapidement. Le phénomène déborde même le cadre de la ULA, puisque Mérida est choisie comme siège du CIDIAT (Centro interamericano para el desarrollo integral de aguas y tierras), de COR-POANDES (organe gouvernemental de planification pour toute la région administrative des Andes) et du CIDA, laboratoire d’astronomie : (Centro de investigation y desarrollo de astronomia).

13La croissance au cours de cette période prend à certaines occasions des proportions impressionnantes. En 1970, au moment de la fermeture provisoire de l’UCV, le nombre des étudiants augmente de 18 % en un an. L’accroissement sera de 17 % en 1971 et de 15 % en 1972.

  • 8 Tous les chiffres du paragraphe sont extraits de tableaux communiqués par PLANDES.

14Les effectifs de médecine passent de 351 étudiants en 1952 à plus de 5 100 en 1982. Les facultés déjà anciennes connaissent donc une progression tout à fait remarquable, même si leur part relative diminue progressivement : pour la médecine elle passe de 35,7 % à 17 % au cours de la même période. La géographie, rattachée à ciencias forestales, naît en 1961 avec 11 étudiants. Elle en compte à présent 547, répartis en « escuela et instituto ». La faculté d’architecture, créée en 1961 avec 38 étudiants, en groupe aujourd’hui 1 670. Du fait de l’existence de facultés spécialisées (ingénierie, sciences forestières), celles de sciences n’est fondée qu’en 1967 avec 65 inscrits. Six ans après, elle en compte 1 100, répartis en quatre groupes (biologie, physique, chimie, mathématiques)8.

15Bien évidemment, cette croissance des effectifs étudiants entraîne celle des enseignants, mais pas dans les mêmes proportions puisque, de 1960 à 1983, le nombre des premiers est multiplié par 16, alors qu’il n’est que par 9 pour les seconds, ce qui n’est d’ailleurs pas du tout négligeable !

16Des distorsions assez importantes existent toujours dans l’encadrement des diverses institutions. Ainsi même si médecine dispose toujours du plus gros contingent d’étudiants, sa place parmi les enseignants demeure beaucoup plus puissante, avec plus du quart d’entre eux. Elle reste un des secteurs fondamentaux de la corporation, dont le poids se fait particulièrement sentir lors des élections des représentants de la ULA. Bon nombre de recteurs sont issus de ses rangs. Mais à un niveau beaucoup plus modeste, la faculté des sciences, avec seulement 3 % des étudiants abrite 10 % des enseignants. Tous ces phénomènes s’expliquent partiellement par le sous-encadrement de certaines institutions (ingeniérie), et surtout par l’orientation beaucoup plus poussée dans la recherche de quelques facultés avec un personnel plus nombreux, les sciences étant le cas le plus probant. Inversement d’autres se trouvent, de fait spécialisées dans une fonction enseignante (économie, architecture et, pour une assez large part, lettres)

17Même si la croissance du nombre des enseignants apparaît plus faible que celle des étudiants, il a fallu néanmoins recruter massivement durant des années. Le problème se présentait d’une manière d’autant plus difficile à résoudre que les générations des années soixante obtenant un diplôme, demeuraient squelettiques et que ses titulaires pouvaient rencontrer à cette époque sans aucun problème un débouché extra-universitaire plus intéressant.

18Les postes mis en concours par la ULA et sans candidat furent assez nombreux au cours de cette période bénie et irrémédiablement disparue. Il en a résulté un afflux considérable d’enseignants extérieurs à la région.

  • 9 Munos Lagos S., Briceno Mendez M., Bases para un plan de becas para el Personal docente y de inves (...)

19En revanche, la plupart des nouveaux venus ont dû passer un certain nombre d’années incertaines avant d’être définitivement intégrés, période probatoire souvent plus longue et plus risquée pour les étrangers, plus particulièrement ceux issus du cône sud (Uruguay, Argentine, Chili). En 1978, les contractuels représentent encore le tiers du personnel, avec de fortes concentrations en médecine et sciences (40 % du total de ces facultés) et surtout dans les nûcleos extérieurs à Mérida, où ils forment l’écrasante majorité9 (75 % au núcleo Trujillo et 55 % au nûcleo Táchira). Actuellement, malgré une très forte déflation, à la suite de non-renouvellement de contrats et surtout de titularisations, les contractuels constituent toujours le quart du total. Mais leur nombre continue à décroître rapidement autant en pourcentage qu’en valeur absolue (ils étaient 780 en 1979).

20La faible ancienneté d’une part très importante des membres de la ULA ne se manifeste pas seulement dans la place prise par les contractuels, mais aussi dans sa composition interne. En 1972, aux débuts de la grande expansion, les contractuels et les instructores (titulaires de la catégorie la moins élevée) représentaient plus de la moitié du total. Depuis, une évolution très nette s’est produite, qui correspond à un certain mûrissement. Même si ces deux premiers groupes apparaissent plus nombreux aujourd’hui qu’en 1972, leur part relative diminue au profit des enseignants du milieu de l’échelle hiérarchique, (prof. asistantes, prof. agregados). Les professeurs âgés, eux, restent peu nombreux, comme en témoigne la place toujours très modeste prise par ceux arrivée en fin de carrière (les prof. titulares), dont le nombre n’a augmenté que de 29 en 11 ans.

21A présent la grande vague de recrutement s’achève, du fait des restrictions budgétaires actuelles. Mais il est évident que les dix dernières années ont transformé la ULA d’une façon durable et radicale.

IV - LA CRÉATION D’UN NOUVEAU GROUPE SOCIAL

22L’absence de grands centres industriels ou urbains dans les Andes confère à la ULA une certaine spécificité vis-à-vis des autres universités, au recrutement beaucoup plus régionalisé. De ce fait, il s’est constitué à Mérida un nouveau groupe de population, largement extérieur de par ses origines et sa mentalité, au tissu social local.

A) Les origines des enseignants :

  • 10 Torres J. E., La problemática de la investigatión en la universidad de Los Andes, Mérida, ULA, fac (...)

23Un travail effectué en 1978 et publié en 198010, nous renseigne sur l’origine de quelques-uns de ces nouveaux-venus. L’enquête porte plus précisément sur un échantillon de 136 chercheurs, considérés comme tels par leurs collègues enseigants-chercheurs. Cela aboutit à privilégier le contingent des personnes venues de l’étranger et recrutées pour leur compétence dans la recherche. Toutefois, l’image ainsi donnée de la situation locale ne modifie pas vraiment la réalité.

24Selon les résultats de cette enquête, les chercheurs de la ULA se caractérisent par une forte prédominance des personnes de sexe masculin (85 %). Leurs origines géographiques sont très diverses :

  • Venezuela 59%
  • Reste Amérique latine 24%
  • Europe 14%
  • Autre pays 3%

25Le tiers des Vénézuéliens est passé par la UCV de Caracas et le reste par la ULA, mais sans être nécessairement d’origine locale : dès 1970, le recrutement des étudiants de l’université des Andes se produit pour 78 % à l’extérieur de l’État de Mérida. Dans le groupe des 24 % de Latino-américains, les Argentins et les Chiliens constituent à part égale, de très loin, le groupe le plus important (15 % du total), suivi des Mexicains (4,5 %), tandis que les Espagnols sont les plus nombreux parmi les Européens (6,6 %). Mais en dehors de ces contingents massifs, les chercheurs se caractérisent par la très grande diversité de leur lieu de naissance. Le caractère cosmopolite du milieu universitaire en sort renforcé, au prix, dans certains cas, de comportements xénophobes, dans un pays où pourtant le racisme apparaît comme une notion exotique, propre aux pays industriels. D’ailleurs, obtenir sa naturalisation n’offrait, jusqu’à une période récente que peu de difficultés et contribuait à résoudre bien des problèmes d’intégration et d’acceptation locale. En conséquence, ceux qui ont choisi ce moyen constituent à présent un groupe sensiblement égal à celui formé d’un personnel encore de nationalité étrangère.

26Même compte tenu de la modestie de l’échantillon disponible, les caractéristiques les plus importantes se distinguent sans trop de problèmes. Les Vénézuéliens composent de très loin la population la plus jeune : les trois quarts d’entre eux n’ont pas encore 40 ans et forment 44 % du total. Inversement les deux autres groupes, dont la présence ne peut se justifier que par une formation professionnelle plus longue, apparaissent globalement plus vieux, sans toutefois atteindre un âge canonique puisque plus des deux tiers d’entre eux se situent entre 30 et 50 ans. En fait les personnes âgées de plus de 60 ans ne comptent pratiquement pas : absentes de l’échantillon vénézuélien, elles ne représentent au total qu’un pourcentage extrêmement faible. Les jeunes adultes dominent donc, ce qui augmente dans une assez large mesure les capacités de consommation du groupe Mérida, puisque cet âge correspond à la période du maximum des besoins en équipement et en frais d’éducation des enfants.

27La nécessité de s’équiper se justifie d’autant plus que la majorité de ces chercheurs provient de couches sociales relativement modestes, sans toutefois être extrêmement pauvres. Les fils d’employés et de travailleurs indépendants forment les contingents les plus nombreux. Même si le second terme recouvre en pays tropical des réalités souvent précaires, d’autres précisions semblent indiquer qu’il s’agit bien dans ce cas d’une population avec un minimum de revenus. Selon l’appréciation des enquêtés sur le niveau de richesse de leurs parents, 17 % seulement déclarent que ceux-ci disposent d’un niveau de vie aisé ou élevé, alors que 12 % se considèrent fils de famille pauvre. La grande majorité se trouve donc entre les deux : « moitié pauvres » (26,5 %) ou « intermédiaires » (42,6 %). Par ailleurs, 39 % de ces chercheurs sont des aînés (20 % des seconds), alors que 47 % ont cinq frères et plus et 15 %, dix ou plus.

28Le profil général semble donc assez clair : des fils de familles modestes, dont les petits revenus permettent de pousser un enfant parmi les premiers-nés et lui assurer ainsi une promotion sociale par l’acquisition d’un salaire, avec probablement l’espoir qu’il contribuera ainsi aux dépenses engendrés par ses nombreux petits frères. Cette ascension pouvait apparaître d’autant plus facile que l’Université disposait de places à prendre, dédaignées alors par les familles les plus riches aux ambitions plus élevées.

B) Le pouvoir des enseignants

29Ces promus disposent d’un puissant outil de pouvoir : l’autonomie universitaire. L’intervention directe de l’État dans les cinq universités autonomes du pays se borne en principe à leur accorder une enveloppe budgétaire globale : el presupuesto. Celles-ci en assurent la totale gestion : salaires et avantages de tout ordre (13ème mois, années sabbatiques, bourses d’études ou de recherche...), investissements, recrutement du personnel, programmes de recherche... De même ces universités disposent de toute leur liberté pour le contenu des programmes d’enseignement et la délivrance des diplômes. Tout cela se trouve entre les mains des enseignants et d’eux seuls. La loi universitaire considère que l’institution est une communauté de professeurs et d’étudiants. En vertu de quoi, ces derniers disposent d’une représentation au sein de toutes les instances, au demeurant nullement négligeable, mais pas le personnel administratif totalement exclu des prises de décision alors qu’il est plus nombreux que les enseignants. En revanche la puissance de sa représentation syndicale lui permet en général de faire entendre ses revendications spécifiques.

30Une telle liberté de manœuvre a toujours inquiété les divers gouvernements du pays, les universités, avec un grand passé de luttes, étant parmi les rares organes de contestation, ouverte ou potentielle, de la légitimité des pouvoirs politiques. Dans la période récente, les moyens de pression furent en relation avec les possibilités du moment. A l’époque de Carlos-Andrés Perez, l’opulence dans laquelle baignait le pays autorisait de distraire quelques miettes pour satisfaire les demandes matérielles des universités et ainsi les endormir. Le gouvernement suivant ne pouvait plus se permettre de telles prodigalités. Après avoir liquidé physiquement une bonne partie de ce qui restait de guérilla (à Cantaura), il s’est employé, avec le prétexte de la crise, à réduire d’une manière considérable le budget des premières. Malgré de violentes réactions, grèves de plusieurs mois, manifestations dures avec intervention de l’armée, elles ont dû accepter les aumônes et ensuite licencier, suivant les cas, des dizaines ou des centaines de contractuels.

31Le nouveau gouvernement poursuit la même politique et, à présent, la ULA, malgré un non-renouvellement de contrats et la disparition d’avantages acquis connaît d’énormes difficultés. Elle ne peut plus financer de recherches. Pour les continuer, les groupes doivent donc négocier des programmes d’activités auprès des organismes scientifiques de l’État ou obtenir de nouvelles sources de revenus.

32En aucun cas celles-ci possèdent une origine régionale, à l’exception de quelques dons de particuliers. En fait les problèmes budgétaires éclairent la dichotomie entre l’université et son proche environnement. Rien de ce qui concerne la ULA ne peut se résoudre localement. Tous les réseaux de pression ou d’influence, descendants ou ascendants, se nouent directement entre la ULA et le pouvoir politique à Caracas. Il en est de même pour les relations de compagnonage ou des amitiés qui survivent aux divergences politiques et qui parfois demeurent bien utiles. D’ailleurs cette dissociation s’exprime clairement sur le plan politique. Le plus populiste des anciens recteurs, dans la ville du Venezuela où l’université peut jouer le rôle le plus influent, s’est vu infliger une cuisante défaite aux dernières élections locales.

V - ASPIRATIONS BOURGEOISES ET CONTINGENCES SALARIALES

33Au Venezuela, les barrières, implicites ou avouées, tendant à caractériser et à enfermer un groupe social dans son statut, n’apparaissent pas aussi puissantes qu’en d’autres lieux. Il n’y a pas vraiment de culture de classe, mais plutôt des niveaux de consommation. Aussi, durant la période des hauts salaires, les enseignants de la ULA pouvaient prétendre à une certaine identification avec les classes les plus aisées. Les différences tenaient surtout à une certaine opposition entre les attitudes plus traditionnelles de la bourgeoisie locale et celles, plus proches de la capitale, des membres de la ULA. Mais cela n’allait pas très loin et tenait plus au style qu’au fond. En fait, à ce moment tous s’installent dans les mêmes urbanizaciones, dans ces lotissements de grandes maisons individuelles provenant de la division des anciennes haciendas enserrant la ville. Beaucoup se rencontrent dans les mêmes lieux (le country club par exemple), dans les mêmes réceptions et possèdent les mêmes types de véhicules.

34Toutefois, dès cette période, l’unanimité de comportement n’existe pas. Une bonne partie des enseignants la rejette d’emblée, pour différents motifs, personnels ou idéologiques. A la croissance du nombre des professeurs et des étudiants va répondre un développement des débats politiques dans un milieu où il en existait peu, sans pour autant, encore une fois, modifier le rapport des forces locales.

  • 11 Domingo C., op. cité, p. 175

35La dégradation progressive des conditions de vie des enseignants tend à éclairer et à relativiser ces diverses attitudes ou tendances, qui peuvent d’ailleurs à l’occasion coexister chez un même individu. En effet, à partir de 1977 le pouvoir d’achat diminue. Les salaires mensuels réels passent de 3 000 bolivars en 1975 à 3 800 bolivars en 1977 pour retomber à 3 250 bolivars en 198011. Nul doute que cette tendance se soit poursuivie depuis, avec la crise ouverte et la diminution corrélative des ressources de la ULA.

36En conséquence les dernières grandes maisons profesorales achèvent de se construire vers 1980. La construction des appartements, souvent confortables au demeurant, leur succède. Il en résulte depuis un considérable essor des résidences, qui n’existaient pratiquement pas avant cette date. Mais la paupérisation se poursuit. Il semble à présent que même la sacro-sainte automobile américaine, objet qui allait de soi autrefois, devienne désormais plus difficile à remplacer. Les vols de véhicules, eux-mêmes plus fréquents, en sont d’autant plus mal ressentis.

  • 12 Domingo C., op. cité, pp. 47-48.

37Selon certains observateurs, cette évolution se traduit par une crispation sur les privilèges de la fonction et une aggravation de la bureaucratie : « Depuis 1974, la ULA s’est convertie en une institution tatillonne, bureaucratique. Il est évident que suivant la tradition coloniale, derrière le légalisme formel se meut un véritable ordre de privilèges, d’influences et de préférences... C’est comme si de patrimoine de la classe des propriétaires fonciers traditionnels, l’université s’était transformée en patrimoine d’un groupe professoral et pseudo-politique qui voit en elle un moyen de vie stable et une carrière de responsabilité pouvant éventuellement s’apparenter avec la politique et l’activité publique ou privée en dehors de la ULA12 »

38Même si le corporatisme d’une partie des membres de la ULA ne saurait être contesté, il ne semble guère possible de le généraliser à l’ensemble de la profession. Surtout, il n’empêche plus une radicalisation des positions politiques dans un milieu très longtemps majoritairement favorable aux partis de gouvernement (AD et COPEI). Les grèves très dures des années précédentes en portent témoignage. Les diverses formes de caciquisme et de clientélisme se dissimulant à peine sous des étiquettes politiques, au demeurant changeantes selon les aléas de la conjoncture, paraissent à présent battues en brèche par des positions beaucoup plus fondées idéologiquement. Tout se passe comme si la très grave crise actuelle servait de révélateur à toute une série de tendances : le corporatisme, bien sûr, mais aussi une perception plus claire de sa propre situation de classe et sa manifestation sur le plan politique. Les dernières élections professionnelles viennent d’en apporter la preuve, avec une poussée inattendue par sa netteté d’une bonne partie des formations d’extrême-gauche, unies pour une fois autour de positions communes.

39Enfin les tendances à l’enfermement, au repliement s’opposent à d’autres pressions exercés sur la ULA. La décennie écoulée a vu une croissance des exigences minimales pour le niveau des connaissances, tout au moins celui mesuré par l’obtention de diplômes. Au cours des prochaines années, devront être créés un bon nombre de postes, soit pour combler des insuffisances notoires d’encadrement ou par transformation de ceux tenus à présent par des contractuels. Il est certain que la concurrence sera beaucoup plus âpre et plus ouverte. Avec la multiplication des post-grados suivis au sein même de l’université ou à l’étranger, les candidats potentiels de haut niveau seront d’autant plus nombreux qu’il existe aujourd’hui beaucoup moins de places à prendre dans le pays. De ce fait, les bonnes relations que d’aucuns entretiendraient avec certains groupes ne sauraient suffire. Il pourrait ainsi en résulter divers reclassements au sein même de l’institution, mais aussi une lucidité beaucoup plus généralisée des contingences de la position d’enseignant universitaire, de la part d’une nouvelle génération qui en aura matériellement mesuré les limites.

CONCLUSION

40Malgré tous les moyens détenus par eux et qu’ils soient directement ou indirectement les moteurs du développement de Mérida, les enseignants de la ULA ne jouent qu’un rôle relativement limité dans leur ville et dans leur région. Il est vrai qu’en dépit de son antique fondation, la ULA dans sa forme actuelle n’existe que depuis les années soixante et que beaucoup de ses membres viennent de l’extérieur. Mais cela ne devrait guère jouer puisque si les idées ne sont pas toujours des mêmes, les comportements s’écartent très peu de ceux des populations andines.

41Ce relatif isolement tient davantage à l’absence d’intérêts communs. Les groupes extérieurs à la ULA ne voient en elle que la source, parfois tumultueuse, des richesses qu’il faut capter. On peut se battre ou intriguer pour obtenir quelques-uns de ses marchés, mais absolument pas pour participer à ses orientations ni à sa gestion. Elle-même dispose de sa propre logique de fonctionnement et se suffisait largement, avec son puissant patrimoine et ses ressources propres. Les affaires locales intéressent ainsi très peu l’université sur le plan matériel, à l’inverse de celles de l’État pour qui elle représente réciproquement un élément fondamental de formation des cadres dont il a besoin. Il en résulte un flux direct et continu de gens et de communications entre la ULA et la capitale.

42Il semble qu’il y ait en même temps un problème d’identification sociale de la part des enseignants. Ceux-ci pris globalement, possèdent un sens très aigu de leurs intérêts de groupe. Mais cela ne s’accompagne pas nécessairement d’une conscience très claire de la position qu’ils occupent dans la société locale. Malgré leur statut de salarié, beaucoup ont longtemps voulu s’assimiler aux couches les plus aisées de la ville, en abandonnant ainsi toute possibilité de s’autodéfinir et de disposer d’une vision spécifique de leurs propres intérêts de classe. On a d’ailleurs un peu le même scénario parmi ceux qui assument un engagement politique à gauche. Finalement, un grand nombre de mouvements politiques, si antagonistes soient-ils, semblent se rejoindre dans une tendance à ignorer quelque peu les problèmes se posant sur leur lieu de travail, ce qui ne favorise évidemment pas leur prise en compte par l’ensemble de la communauté enseignante. En fait tout se passe comme si, par ce moyen, on pouvait nier son appartenance à une classe moyenne. Là encore, il n’est pas impossible que la crise actuelle, avec la disparition des phantasmes et des rêves de la période d’abondance, aboutisse à plus de réalisme dans la perception de sa propre condition et à une radicalisation des positions politiques.

TABLEAU N° 1 : Évolution des effectifs du personnel et des étudiants de la ULA 1960 à 1983.

TABLEAU N° 1 : Évolution des effectifs du personnel et des étudiants de la ULA 1960 à 1983.

TABLEAU N°2 Répartition des enseignants et des étudiants selon les divers centres universitaires de la ULA.

TABLEAU N°2 Répartition des enseignants et des étudiants selon les divers centres universitaires de la ULA.

Sources : PLANDES : Plan operativo (1982 et 1983)

Tableau N. 3.1 - Répartition des enseignants selon leur statut.

Tableau N. 3.1 - Répartition des enseignants selon leur statut.

Sources : PLANDES

Tableau N. 3.2 - Origine sociale des enseignants.

Tableau N. 3.2 - Origine sociale des enseignants.

Sources : J.F. Torres

TABLEAU N° 4 — Les chercheurs de la ULA selon leur nationalité et leur classe d’âge (pourcentage sur un échantillon de 131 personnes).

TABLEAU N° 4 — Les chercheurs de la ULA selon leur nationalité et leur classe d’âge (pourcentage sur un échantillon de 131 personnes).

Notes

1 Chiffres communiqués par la Dirección general de planificación y desarrollo (PLANDES), que nous tenons à remercier, et plus particulièrement Mme Maury Briceno, pour toute l’aide qui nous a été apportée.

2 Un bolivar = environ 0,66 FF (il y a deux ans = 1,55 FF !).

3 Padron D., El comportamiento de los ingresos recaudados por la ULA durante el período 1959 - 1984 analizado por gestiones rectorales, Mérida, ULA, PLANDES, 1983, 25 p. mimeo.

4 Buriett J., Edificaciones propias de la ULA, Mérida, PLANDES, 1982, 29 p.

5 Domingo C, Modelo del area de la ciudad de Mérida, ULA, fac. de economia, instituto de estadistica aplicada y computacion ; 1983, 170 pages (publicación 83-04 p.100).

6 Revue « AZUL », universidad de los Andes, n° 28 Mars, 1984 p.22.

7 Il existe aujourd’hui près de 80 institutions universitaires de tout acabit au Venezuela, dont la plupart sont des « universités expérimentales », directement gérées par l’État. Mais en réalité les cinq universités autonomes et la Simon Bolivar, privée, regroupent l’immense majorité des étudiants.

8 Tous les chiffres du paragraphe sont extraits de tableaux communiqués par PLANDES.

9 Munos Lagos S., Briceno Mendez M., Bases para un plan de becas para el Personal docente y de investigation de la ULA para el periodo 1983-1987 (primera version para discusión), Mérida, ULA, PLANTES, 1982, 43 pages.

10 Torres J. E., La problemática de la investigatión en la universidad de Los Andes, Mérida, ULA, fac. de économia, instituto de investigaciones économicas, 1980, 165 pages

11 Domingo C., op. cité, p. 175

12 Domingo C., op. cité, pp. 47-48.

Table des illustrations

Titre TABLEAU N° 1 : Évolution des effectifs du personnel et des étudiants de la ULA 1960 à 1983.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre TABLEAU N°2 Répartition des enseignants et des étudiants selon les divers centres universitaires de la ULA.
Légende Sources : PLANDES : Plan operativo (1982 et 1983)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau N. 3.1 - Répartition des enseignants selon leur statut.
Légende Sources : PLANDES
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau N. 3.2 - Origine sociale des enseignants.
Légende Sources : J.F. Torres
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre TABLEAU N° 4 — Les chercheurs de la ULA selon leur nationalité et leur classe d’âge (pourcentage sur un échantillon de 131 personnes).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540