Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

IV - L'Université, acteur régional

Introduction

Texte intégral

1Le rôle d’un acteur local et régional particulièrement important en Amérique latine, l’université, apparaît complexe et multiforme : la confrontation de deux établissements de l’ouest vénézuélien le montre bien ; l’université des Andes de Mérida, vit séparée ou en opposition avec le milieu local, l’université du Zulia, constitue un enjeu de pouvoir entre le gouvernement central et les bourgeoisies locales, mais assure la reproduction d’une élite et de modèles régionaux.

2Jean-Christian Tulet et Luis Aguilar, La fonction de l’université des Andes dans l’espace vénézuélien, distinguent le poids économique de l’université et son poids socio-politique local. Par ses effectifs (donc la masse salariale et de consommation), sa richesse immobilière et foncière, l’université a une place exceptionnelle dans l’économie de Mérida, avec un rôle multiplicateur pour les entreprises de construction et de service. Mais dans l’université s’est constitué un nouveau groupe de population, professeurs et étudiants, largement extérieur par ses origines et ses mentalités au tissu social local. Autonome, l’université négocie cependant son budget avec le pouvoir central de Caracas ; en période de crise économique, un certain repli sur l’établissement renforce les caciquismes et clientélismes internes, tandis que la bourgeoisie locale, certes intéressée par les marchés fournis par l’université, ne participe pas à son orientation et à sa gestion.

3Manuel Briceno-Mendez et Jean-Christian Tulet, Ticoporo ou l’université face aux invasions paysannes montrent comment une faculté considérée d’extrême-gauche est obligée de tenir le rôle de latifundiste vis-à-vis de présumés paysans sans terres. En 1983 le ministère de l’Environnement a en effet confié pour douze ans, à une faculté de l’université des Andes, la gestion d’une réserve forestière expérimentale. L’université s’est trouvée directement confrontée à la mobilisation d’organisations paysannes désireuses de sauvegarder un potentiel de terres colonisables. Elle est ainsi prise dans toute une série de manœuvres associant des intérêts fonciers locaux, des intérêts de ministères techniques nationaux, mais aussi d’intérêts électoralistes, le parti au pouvoir appuyant les organisations paysannes « contestataires ».

4Didier Ramousse, L’université du Zulia et la formation des élites régionales. Notes de recherche, rappelle enfin que l’université du Zulia est un des rouages essentiels du développement de cet État, grâce à son recrutement régional et à ses liens étroits avec les bourgeoisies locales. Une collaboration s’est ainsi établie entre l’université, les pouvoirs publics de l’État, CORPOZULIA, et d’autres organismes publics locaux. La politique de déconcentration universitaire menée par le gouvernement central a toutefois introduit récemment des établissements qu’il gère et contrôle directement, comme les universités de la côte orientale et du sud du lac, ce qui peut satisfaire des intérêts locaux, mais remet partiellement en cause le rôle intégrateur de la LUZ de Maracaïbo.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540