Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

III - À L'Ombre de la grande entreprise : l'émergence de nouveaux pouvoirs locaux

Introduction

Texte intégral

1La réflexion sur la gestion de l’espace des villes et conurbations industrielles fait ressortir le rôle des grandes entreprises et des instances bureaucratiques de planification qui envahissent et contrôlent un domaine relevant théoriquement des instances politiques locales, en premier lieu des municipalités (3). L’exemple du Venezuela est particulièrement révélateur de la tendance à l’hégémonie sur le local des grandes entreprises pétrolières et sidérurgiques, encore que de nouveaux partenaires émergent de la base sociale pour infléchir et récupérer les politiques urbaines.

2Graciela Schneier, Entreprise sidérurgique, gestion urbaine et émergence d’un pouvoir local : quelques réflexions à partir de l’expérience de Ciudad Guayana, focalise son étude sur la naissance et le développement de pouvoirs locaux dans des zones industrialo-urbaines dominées par l’État. Dans le cas de Ciudad Guayana, le pouvoir de ce dernier s’exerce par la Corporación venezolana de Guayana (CVG) qui assume à la fois le rôle de l’État planificateur (par ses fonctions régionales et par sa maîtrise du sol urbain) et de l’État patron (en tant que holding des principales entreprises industrielles locales, et en premier lieu de la sidérurgie SIDOR). Face à ces pouvoirs planificateurs et gestionnaires de la CVG, surgissent de nouveaux groupes de pouvoirs locaux, organisés sur la base sectorielle (syndicat des sidérurgistes), la base communautaire (organisations ecclésiales) ou la base même des quartiers, avec des acteurs intermédiaires comme les promoteurs illégaux et les dirigeants liés aux partis politiques.

3Carmen T. Garcia, L’entreprise pétrolière face à la région et aux municipes : le réaménagement de la côte orientale du lac de Maracaibo montre la continuité existant entre sociétés pétrolières étrangères et sociétés nationalisées depuis 1976 ; leur système d’exploitation aboutit à constituer un territoire étranger aux aires d’influences des organismes et groupes économiques régionaux, à reproduire des enclaves.

4L’entreprise pétrolière MARAVEN justifie son ingérence par l’impératif national de l’exploitation secondaire des ressources pétrolières, ce qui entraîne localement une réorganisation des activités et des centres urbains de la côte orientale du lac de Maracaïbo. Transferts de main d’œuvre, expropriations foncières, construction d’une ville nouvelle sont conduits par MARAVEN avec l’assentiment du plus haut niveau de l’appareil d’État (PDVSA, CORDIPLAN, MINDUR), sans consultation réelle des institutions municipales et régionales. Les groupes locaux affectés s’organisent : associations corporatistes d’agriculteurs et éleveurs, comités de défense des municipes, pour tenter d’obtenir une « contractualisation » des changements. Alors que les conseils municipaux s’appuient sur le texte de la Loi organique du régime municipal de 1978, les organismes de l’État central font pression sur eux et imposent même un régime juridique particulier (décret sur la ville nouvelle d’El Menito) pour obtenir une plus grande marge de manoeuvre. Les municipes voient se réduire leur autonomie tant du point de vue patrimonial que du point de vue fiscal face à la prédominance de l’entité pétrolière.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540