Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

II - Enjeux nationaux et intérêts régionaux : l'exemple du Zulia

L’enjeu ethnique : les Guajiros dans la stratégie économique et politique de l’état

Thomas Gomez

Texte intégral

I - LE TERRITOIRE GUAJIRO

1Le territoire traditionnel guajiro qui fait partie de la République du Venezuela se situe à l’extrême nord-ouest de l’État du Zulia, lui-même le plus occidental du pays. Il forme une étroite bande de terrain, parallèle à la côte ouest du golfe du Venezuela ; celle-ci s’élargit progressivement vers le sud jusqu’au fleuve Limon qui en constitue la limite méridionale.

2Il s’agit donc d’une zone peu étendue, à peine 2 632 km2, dont l’importance et l’intérêt tiennent davantage à sa situation stratégique qu’à ses ressources. En effet, nous sommes là dans une région frontalière qui est à l’origine d’un différend à la fois territorial et maritime avec la Colombie voisine, alors que cette dernière a juridiction sur la plus grande partie du territoire guajiro.

3Cette situation critique fait que la Guajira soit devenue l’objet d’une sollicitude particulière puisque, outre l’administration classique, pas moins de trois organismes ont en charge à différents titres le devenir de la zone contestée. Tout d’abord, s’agissant d’une région à population majoritairement indienne, elle dépend pour certains aspects du ministère de la Justice et des Cultes qui est l’organisme de tutelle des populations indigènes ; en tant que région frontalière elle est soumise à une réglementation spécifique dictée par le ministère de l’Intérieur ; et enfin, comme zone côtière et qui plus est en litige, elle est sous l’autorité de la marine nationale vénézuélienne. Cela fait, comme on voit, beaucoup de responsables pour un si petit territoire et cette dilution des responsabilités a probablement contribué à faire de ce secteur une aire marginale et paradoxalement à l’abandon.

4En réalité, l’intégration de la Guajira à l’ensemble vénézuélien n’a semblé intéresser les États national et régional qu’à partir du moment où l’insistante revendication colombienne sur le golfe leur a fait prendre conscience de la présence dans la région d’un groupe ethnique nombreux qui pourrait constituer un magnifique rempart contre les prétentions de la puissance voisine.

5A partir de cet état de choses, vont être mis au point des projets régionaux de planification pour essayer de promouvoir le développement intégré de la Guajira, en tenant compte de ses ressources naturelles et de la spécificité socio-culturelle de sa population.

A) Description sommaire du pays et de ses conditions éco-climatiques et physiques.

6La Guajira forme une péninsule, de quelques 15 500 km.2 qui s’enfonce assez profondément dans les eaux de la mer Caraïbe. Du point de vue physique, la portion vénézuélienne se caractérise par un relief relativement plat soumis à un climat semi-aride. La pluvosité moyenne pour l’ensemble de la région ne dépasse pas les 600 mm (200 mm dans l’extrême nord) et la température moyenne annuelle est de 29°C. Cela ne donne pourtant pas l’exacte mesure de l’aridité du pays puisqu’il faut y ajouter l’importante action des vents alizés. En effet, ces derniers contribuent fortement à aggraver la sécheresse qui constitue le problème géographique majeur de la région.

7La chaleur, le manque d’eau et la proximité de la mer, ainsi que le dragage de la barre du lac de Maracaibo, se traduisent au plan de la pédologie par une salinisation des sols qui interdit toute végétation au fur et à mesure que l’on remonte vers le nord. Ainsi, au départ des rivages du fleuve Limon on trouve encore la mangrove qui laisse peu à peu la place à de vastes marais salants, quelques pâturages et des palmiers cocotiers. Vient ensuite une végétation xérophile faite d’épineux rabougris et de cactés, pour terminer dans la haute Guajira par un désert de dunes sans pratiquement aucune flore. C’est, par conséquent, une région extrêmement deshéritée qui impose à sa population des conditions naturelles très hostiles. Cela ne va pas sans conséquences sur la démographie.

8Administrativement, ce que l’on appelle la sous-région Guajira forme le district Páez de l’État du Zulia constitué de deux municipes :

  • Sinamaica, au sud, dont la capitale est la ville du même nom, fondée au xviiième siècle par les Espagnols.
  • Guajira, au nord, dont le chef lieu est Paraguaipoa fondée par les Vénézuéliens en 1882.

B) Aspects de la démographie guajira

9Parvenus à échapper en grande partie au système d’exploitation colonial dans les encomiendas et n’ayant jamais eu de contacts très assidus avec la population espagnole, porteuse des germes pathogènes qui décimèrent les Amérindiens dans maintes régions du continent, les Guajiros ont évité l’hécatombe démographique. Peu marqués par la période coloniale ils constituent encore de nos jours, aussi bien en territoire colombien qu’en territoire vénézuélien, le groupe indigène le plus nombreux et le plus dynamique. Ici, nous nous en tiendrons à l’étude du seul groupe qui vit de façon « permanente » du côté vénézuélien de la frontière.

10Il convient de faire, préalablement à tout examen de la démographie guajira, un certain nombre de remarques sur le caractère socioculturel de cette population et sa localisation spatiale afin de relavitiviser la valeur scientifique des enquêtes et des chiffres qu’elles permettent d’avancer. En effet, nous sommes là en présence d’un groupe ethnique extrêmement mobile dont le territoire est traversé, de surcroît, par une frontière internationale artificielle.

11Les Guajiros sont des semi-nomades qui avaient l’habitude de migrer en quête de pâturages pour leurs troupeaux à travers l’ensemble de la péninsule et de ne se fixer que quelques semaines, ou quelques mois au plus, dans les mêmes rancherías. Cette mobilité accentuée par certains traits de leur organisation sociale leur a permis d’essaimer à travers toute la péninsule. Aujourd’hui, chaque clan a des attaches familiales dans divers endroits du territoire, au point que l’on peut parler à leur sujet de véritable société itinérante.

12La présence d’une frontière internationale, imposée par des États dont les Guajiros ont très longtemps ignoré l’existence, n’a pas fondamentalement modifié leur attitude. D’autant que cette ligne de partage complètement arbitraire a changé plusieurs fois de place en un siècle sans pour autant trouver son tracé définitif.

13Les Guajiros se considèrent avant tout Guajiros et après, éventuellement, Colombiens ou Vénézuéliens. Cette attitude est facilitée et confortée par l’absence de toute contrainte administrative sur l’ensemble de la frontière et par le bénéfice d’une tolérance de passage dans les rares points contrôlés par les administrations nationales riveraines. Depuis quelques années pourtant la situation évolue. La société majoritaire vénézuélienne offre, en effet, un certain nombre d’avantages économiques et sociaux qui attirent les Guajiros vers ce pays : emplois, marchés, éducation « civilisée », soins médicaux, équipements divers. Il existe un pôle d’attraction particulièrement puissant qui est la grande métropole régionale de Maracaibo où résident désormais plusieurs dizaines de milliers de Guajiros.

14Mais, qu’ils soient salariés ou commerçants, ces derniers ont conservé leurs habitudes migratoires et périodiquement, au moins deux fois pas an, ils reviennent dans leur ancien territoire en véhiculant les valeurs socio-culturelles de la société majoritaire. Car, en dépit des attaches familiales et culturelles qui les lient encore très étroitement aux Indiens restés au pays, le groupe tout entier est engagé dans un mouvement d’acculturation qui pour être lent n’en paraît pas moins irréversible.

15Toutes ces circonstances rendent aléatoire la mise en œuvre d’un recensement totalement fiable puisque les Indiens ne cessent de bouger et que la double « cedulación » (enregistrement comme citoyens vénézuéliens et colombiens de part et d’autre de la frontière) n’est pas rare.

16Actuellement, comme la volonté des deux pays rivaux pour affirmer leur souveraineté sur la région se fait de plus en plus forte, on assiste à diverses tentatives visant à l’encadrement de cette population autrefois mouvante et très difficile à saisir. Mais nous avons eu l’occasion, au cours de notre mission, de nous entretenir avec des familles dont les bébés étaient simultanément enregistrés comme citoyens colombiens à Maicao et vénézuéliens à Paraguaipoa. Cette curieuse démarche se répand, semble-t-il, de plus en plus.

17Ces réserves, sur les imperfections inévitables des recensements et la fiabilité de leurs chiffres, étant énoncées, on peut tout de même faire quelques observations sur l’évolution de la population guajira (Cf. tableaux numéros 1 et 2).

18Deux caractéristiques sont à mettre en évidence. Tout d’abord, son dynamisme bien supérieur à celui de la démographie nationale, et ensuite, un courant migratoire vers la ville très puissant.

19Le tableau numéro 1 nous montre que, si la population du district Pâez, spécifiquement guajiro, progresse à peine de 20 % en 20 ans (1950-1971), celle de Maracaibo, ville de destination privilégiée des migrations guajiras, augmente de 150 %. Il y a tout lieu de penser que la progression de la population de Maracaibo, en partie, tout comme la stagnation relative de celle du district Pâez, ont la même explication à savoir l’émigration massive des Guajiros.

20En revanche, le tableau numéro 2 révèle que, pour les dix années suivantes (1971-1981), en dépit d’un mouvement migratoire qui ne se tarit pas, la croissance du district Pâez connaît un bond prodigieux de plus de 70 %, avec un taux de croissance annuel fantastique de 5,2 %, exactement le double de celui de l’ensemble du Zulia qui est déjà très important. Deux phénomènes peuvent expliquer cette évolution : une croissance végétative très forte (plus de 50 % de la population a moins de 15 ans) et l’installation de Guajiros qui proviennent du côté colombien de la frontière.

21La deuxième caractéristique de la démographie guajira est l’émigration vers les villes. Par suite de la paupérisation du nord, consécutive aux mauvaises conditions éco-climatiques (absence d’eau en premier lieu), et à une grave dégradation des moyens de subsistance, on assiste à un puissant mouvement migratoire vers les villes qui peut conduire les Indiens très loin, jusqu’à Caracas parfois. Mais la plupart des migrants guajiros se dirige vers les villes de l’État du Zulia : Paraguaipoa et Sinamaica, bien sûr, mais également Machiques, Cabimas et surtout vers la grande métropole de Maracaibo.

22L’adoption de nouvelles habitudes de consommation fait apparaître de nouveaux besoins qui contribuent à renforcer le courant migratoire. On assiste depuis quelques années à une « descente » générale de la population du nord vers le sud qui revêt de plus en plus un caractère définitif. En effet, pour la moitié d’entre eux c’est par familles entières qu’ils se déplacent avec tous leurs biens, pour se fixer dans les agglomérations.

23Les Guajiros orientent leur migration selon le secteur d’activité où ils veulent travailler. Vers les districts de l’ouest du lac de Maracaibo : Colon, Perijá, Urdaneta et surtout Mara, se dirigent préférentiellement des hommes jeunes (entre 17 et 40 ans) qui trouvent une occupation dans l’agriculture parfois, et presque toujours dans l’élevage, activité dans laquelle ils excellent.

24Lorsqu’ils recherchent plutôt un emploi dans les services, ils vont dans les villes. Parmi les migrants qui abandonnent le district Pâez, la plupart se retrouvent dans les quartiers périphériques de Maracaibo où ils contribuent à l’émergence de problèmes désormais classiques dans les grandes villes latino-américaines. Ils en posent également d’autres plus spécifiques, liés aux activités commerciales, pas toujours légales, exercées particulièrement par les femmes qui émigrent en grand nombre. En tout état de cause, 70 % de ces migrants se fixent définitivement en ville et 30 % retournent occasionnellement dans leur terroir. L’attraction de Maracaibo agit par delà la frontière puisqu’elle s’exerce également sur la partie colombienne de la Guajira qui se vide progressivement au profit de l’État du Zulia.

II - L’ARRIERE PLAN HISTORIQUE DU PEUPLE GUAJIRO

25Dès les premiers contacts entre Conquistadors et Guajiros, au tout début du xvième siècle, s’est établi un système de relations dans lequel la violence fut un élément déterminant. Il est bien connu des historiens de la Conquête que les pénétrations dans cette région avaient pour but exclusif la capture d’esclaves indigènes destinés à la vente sur les places des Antilles. Mais, comme la plupart des tribus de cette zone, les Guajiros se montrèrent toujours très réfractaires aux avances des Espagnols préférant leur vie païenne mais libre dans les champs de cactus à la vie « civilisée » mais soumise dans les fondations côtières.

26Cependant, leur hostilité ne fut pas assez forte pour dissuader les conquérants de s’installer dans des villages où ils utilisaient l’expérience des plongeurs guajiros pour exploiter les bancs d’huîtres perlières de la région. L’adresse et la résistance physique des Indiens étaient telles qu’ils devinrent très recherchés par les Espagnols qui les envoyaient dans différentes régions de la Caraïbe. Ces déplacements et les dures conditions de travail dans les pêcheries de perles provoquèrent une hostilité croissante à l’égard des Espagnols qui prit rapidement une forme insurrectionnelle.

27Dès les années 1570, un vent de révolte soufflait sur l’ensemble de la péninsule et il était devenu très dangereux de s’y risquer, car les Guajiros n’hésitaient pas à s’attaquer aux intrus pour les voler et les tuer. Les fondations espagnoles furent abandonnées. Celles qui persistèrent vivaient assiégées par les Indiens qui les attaquaient périodiquement pour les piller.

28Le xviième siècle est sans aucun doute le plus important de l’histoire sociale guajira. Pendant tout ce siècle, les Espagnols renoncent à affronter directement les Guajiros. Ils les laissent évoluer selon leurs intérêts, ce qui leur permettra de suivre l’une des trajectoires d’acculturation les plus originales de l’histoire américaine.

29Grâce à leur situation géographique et à leur participation active dans le contexte international de l’époque, les Guajiros changèrent complètement leur personnalité socio-économique et politique pour se transformer en agents essentiels du siège commercial que les puissances européennes imposaient aux possessions espagnoles de la Caraïbe.

Tableau n° 1. ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE L’ÉTAT DU ZULIA ET DE LA GUAJIRA

Tableau n° 1. ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE L’ÉTAT DU ZULIA ET DE LA GUAJIRA

Sources : — Recensement général de la population (2/11/71). ministère du développement. Caracas, 1971.
— Proyecto Guajira, Maracaibo, 1972.

Tableau n° 2. ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE L’ÉTAT DU ZULIA ET DE QUELQUES DISTRICTS, ENTRE LES RECENSEMENTS DE 1971 ET 1981

Tableau n° 2. ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE L’ÉTAT DU ZULIA ET DE QUELQUES DISTRICTS, ENTRE LES RECENSEMENTS DE 1971 ET 1981

Sources : CONZUPLAN, (Maracaibo)

30L’excellente localisation de leur territoire et de leurs côtes, ainsi que la proximité des bases françaises, britanniques et surtout hollandaises, transformèrent la péninsule en une irremplaçable porte d’entrée pour le commerce interlope, formellement interdit mais absolument nécessaire aux colonies espagnoles.

31Petit à petit, les pêcheurs-chasseurs et collecteurs guajiros abandonnèrent leurs activités traditionnelles pour se consacrer aux deux entreprises qui allaient devenir les piliers de leur nouvelle organisation socio-culturelle et de leur économie jusqu’à nos jours, à savoir, l’élevage et le commerce.

32Ainsi donc, tout au long du xviième siècle, les Espagnols dûrent admettre une indépendance de fait des Guajiros. Cette situation n’était pas sans avantages pour les colonisateurs car, d’une part, les Indiens cessèrent de harceler les établissements espagnols et, d’autre part, ils tiraient quelques bénéfices du courant commercial illégal qui permettait d’introduire, avec la complicité des Guajiros, une foule de produits manufacturés ainsi que des esclaves noirs.

33Ce siècle correspond à l’adoption du gros bétail par la société guajira. Obtenu par troc, contre des perles, par achat ou, plus souvent, par vol dans les haciendas des Espagnols, il permit de jeter les bases d’un élevage prospère et d’un incroyable dynamisme. Le bétail allait constituer un capital précieux et nourrir un commerce intense d’animaux sur pied et de produits dérivés (viande, cuirs, fromages, etc...) avec les bateaux anglais et hollandais qui mouillaient sur les côtes guajiras. Les contacts prirent, au fur et à mesure que le volume des échanges augmentait, une grande importance et même une certaine coloration politique lorsque les ennemis de l’Espagne, non seulement dressaient les Indiens contre la métropole, mais leur fournissaient aussi armes et munitions pour leurs fréquentes révoltes.

34La transformation culturelle réalisée par les Guajiros fut assez bien admise par les autorités coloniales. Elle était parfois même encouragée dans la mesure où l’on voyait là une possibilité de sédentariser les Indiens autour de l’activité d’élevage. A l’occasion, les Espagnols distribuèrent au nom du roi, un certain nombre de têtes de gros bétail parmi les Indiens pour les soumettre et les encourager à se fixer dans les régions que les colonisateurs avaient besoin de contrôler. Il s’agissait d’un genre de conquête plus habile que celui qui consistait à utiliser la violence. On espérait ainsi gagner la sympathie, et si possible le soutien, des groupes les plus acculturés contre d’autres plus agressifs et plus frondeurs comme l’étaient, par exemple, ceux des environs de Riohacha et les Cocinas.

35La recherche d’un modus vivendi pacifique et réciproquement utile caractérise cette époque qui s’étend au-delà de la première moitié du XVIIIème. Mais dans le dernier tiers de ce siècle la situation s’était profondément modifiée. Le gros bétail était devenu l’élément fondamental de la culture guajira et le commerce qu’il suscitait avec les étrangers constituait, autant par son volume que par sa composition, une anomalie que les autorités coloniales ne pouvaient pas tolérer plus longtemps.

36La cohérence du système impérial espagnol était menacée par l’existence de cette brèche, largement ouverte dans le flanc des côtes guajiras, par laquelle anglais et hollandais inondaient le pays d’esclaves et de marchandises diverses. Cela provoquait de graves préjudices au fisc et irritait les commerçants de Santa Marta et Carthagène qui voyaient leur chiffre d’affaires durement affecté par cette contrebande.

37En 1725, Philippe V autorisa la création d’une compagnie commerciale d’État, la Compañia guipuzcoana, dont l’un des buts avoués était de faire pièce à la contrebande par la Guajira et la reprise en main par le commerce légal, de toutes les transactions internationales de la région. A cet égard son succès fut plus que limité puisque jamais on ne réussit à tarir le courant commercial qui traversait illégalement la Guajira.

38Simultanément, la prospérité croissante des Indiens les rendait de plus en plus arrogants et ils se dressaient en armes fréquemment. Ils parvinrent même à interrompre les relations entre les centres urbains de la côte atlantique néo-grenadine et le gouvernorat de Maracaibo. C’était là une situation intolérable à laquelle il fallait mettre un terme en pacifiant une bonne fois pour toutes les rebelles. On inaugure alors une nouvelle étape dans l’histoire des relations hispano-guajiras. L’État colonial avait impérieusement besoin d’établir son autorité sur cette région vulnérable et stratégiquement capitale. Mais à ce moment-là la situation avait beaucoup évolué, car les Guajiros étaient désormais capables de mobiliser plusieurs milliers de guerriers, excellents cavaliers, et d’une redoutable adresse avec les armes à feu que leur fournissaient les étrangers.

39Il fallait donc faire une véritable guerre avec tout ce que cela signifiait comme besoins en hommes, matériel et frais divers, pour une issue qui restait finalement incertaine. Bien évidemment la politique espagnole ne consistait pas à affronter aveuglément les Indiens mais à mener une action combinée d’expéditions punitives et de traitements amicaux en s’appuyant sur certains clans pour en combattre d’autres.

40Toutes ces tentatives de pacification échouèrent pourtant. Il existe une multitude de rapports, de projets et de débuts d’expédition qui ne se concrétisèrent pas ou dont les résultats furent très décevants. Certains étaient aussi utopiques que monstrueux comme celui qui se proposait la capture et la confiscation du bétail des Guajiros, tâche désormais impossible, ou cet autre qui envisageait la déportation massive de tous les Indiens vers l’île de Cuba pour vider la péninsule de sa population aborigène rebelle et la remplacer par des colons blancs. Ce genre d’action guerrière nécessitait la participation militaire et financière de tous les habitants d’une vaste région qui s’étendait sur l’ensemble de la côte Atlantique de la Nouvelle Grenade. Mais ses colons n’étaient pas toujours disposés à investir leur argent et à risquer leurs biens dans des équipées aussi aléatoires.

41La dernière grande tentative coloniale de pacification se distingua par ses dimensions, sa cohérence et ses ambitions. Elle fut l’œuvre du colonel du génie Don Antonio de Arevalo de la place de Carthagène. Sa mise en œuvre qui nécessita la mobilisation de plus de mille miliciens en armes endetta toute la province de Santa Marta et il fallut même solliciter la participation des provinces aussi lointaines que Cucuta, Pamplona et bien entendu Maracaibo.

42La campagne commença simultanément par terre et par mer en 1773. Pendant que, de Santa Marta et Riohacha, une armée nombreuse se mettait en route vers la péninsule, le flanc oriental était investi par des hommes et des navires en provenance de Maracaibo. Après trois ans d’hostilités et de guérilla, il semblait que la pacification fût acquise. Pour la consolider on réalisa la construction d’un réseau de villages et de fortins : Pedraza et Sinamaica à la base de la péninsule pour protéger Maracaibo, Sabana del Valle sur les côtes du golfe et pour contrôler le meilleur port naturel de la Guajira, porte d’entrée de la contrebande étrangère, on établit la fondation de San José de Bahía Honda.

43Sous la protection de ce rigide schéma militaire on pensait pouvoir perpétuer la présence coloniale dans la région mais c’était là compter sans la tenacité et l’esprit d’indépendance de ses indomptables habitants. Ils parvinrent peu de temps après à retourner la situation à leur profit. Ils assiègèrent les nouvelles fondations en les isolant et en empêchant leur ravitaillement. Il n’y avait pas moyen de les conserver, en particulier celles qui se trouvaient acculées au golfe sans pouvoir recevoir de l’aide.

44Une nouvelle fois, une grande entreprise de pacification se terminait par un cuisant échec puisqu’il fallut abandonner le pays en démantelant toutes les fondations sauf Sinaimaica, poste avancé qui protégeait Maracaibo, qui resta sous contrôle vénézuélien.

45On était à la veille de l’Indépendance et les Guajiros continuaient aussi insoumis que par le passé et avec une réputation de rebelles qui impressionna Bolivar lui-même. Les deux républiques sœurs issues de l’Indépendance ne réussirent pas mieux là où l’ancienne métropole avait échouée. Les Guajiros jouissaient plus que jamais d’une liberté d’action qui leur permettait même de menacer l’ancienne fondation de Riohacha, comme aux meilleurs temps de l’époque coloniale, lorsque le vice-roi Mendinuera informait Madrid que les Guajiros assiègaient la ville et campaient sur les bords même du fleuve Rancheria.

46En 1832, les Colombiens sollicitèrent avec insistance l’aide militaire du Venezuela pour porter secours à Riohacha tenaillée par les téméraires guerriers indiens. Le Venezuela n’échappait pas davantage à l’agressivité indigène et, en 1833, il dut renforcer les défenses de Sinamaica en créant un poste avancé à Garabulla ce qui ne la mit pas à l’abri, car elle fut la cible de continuels assauts guajiros.

47En 1874, le général vénézuélien Rafael Benítez, ancien commandant de la place de Sinamaica, fit une tournée à travers le territoire guajiro et il put constater que si les Indiens vivaient une période de paix relative, ils n’en étaient pas moins capables de mobiliser plusieurs milliers de guerriers, excellents cavaliers et tireurs d’élite. Pour prévenir donc une possible attaque sur Sinamaica et Maracaibo on fonda, en 1882, la colonie militaire de Paraguaipoa.

48A cette époque, les Guajiros étaient à l’apogée de leur puissance et de leur richesse. Outre le commerce réalisé avec le Venezuela et la Colombie, ils entretenaient des relations économiques très prospères avec les îles néerlandaises de Curaçâo et Aruba, ainsi qu’avec la Jamaïque. Ils les fournissaient en bovins, animaux de bât, cuirs, fromages etc... On estimait à ce moment-là leur cheptel à 100 000 bovins, 20 000 chevaux et mulets, 30 000 ânes et 200 000 caprins et ovins. Leur force, leur réputation très dissuasive, leur richesse et la transformation du différend colombo-vénézuélien sur le golfe en crise ouverte contribuèrent à leur faire garder jusqu’au xxème siècle bien avancé, une indépendance de fait. Cela leur permit de sauvegarder une personnalité juridique particulière et des us et coutumes inaltérés pendant de nombreuses années années.

III - L’INTÉGRATION DE LA POPULATION GUAJIRA A L’ÉCONOMIE RÉGIONALE

49Comme on vient de le voir, pendant plusieurs siècles la Guajira a vécu en marge des réalités économiques et sociales des États qui se partagent son territoire, même si des contacts plus ou moins intenses avec les sociétés majoritaires colombienne et vénézuélienne ont toujours existé. Le grand changement s’est produit avec l’évolution de l’État du Venezuela.

A) La première phase de l’intégration

50Elle commence au début du xxème siècle au moment du boom pétrolier que connaît l’État du Zulia. L’appel de main d’œuvre provoqué par l’industrie extractive va littéralement vider de ses travailleurs les haciendas du sud et de l’ouest du lac de Maracaibo. C’est alors que la réserve de main d’œuvre que constituent les guajiros apparaît comme la solution idéale aux problèmes de recrutement que connaissent les exploitations d’élevage désertées ou les plantations de canne à sucre. Paradoxalement, l’organisation sociale indigène facilite le transfert de la force de travail. En effet les caciques des clans les plus riches et puissants dominent les pauvres et les livrent aux « sergents recruteurs » des hacendados qui viennent les chercher jusque dans la Haute Guajira.

CORPOZULIA PROJET GUAJIRA
PLAN D’AMÉNAGEMENT

51La demande de main d’œuvre au Venezuela est telle que dans les années quarante se tient tout à fait normalement à Castilletes un marché exclusivement consacré à l’offre de travailleurs indiens. Son fonctionnement s’apparente fort à la vente d’esclaves car il existe de véritables marchands qui achètent les Indiens aux caciques pour les revendre dans les haciendas. A partir des années cinquante le phénomène s’intensifie et, même s’il perd son caractère aux connotations esclavagistes, l’hémorragie humaine qu’il représente pour la Guajira revêt des proportions inquiétantes.

52Le problème se manifeste sous un double aspect :

  • abandon de plus en plus dangereux, car souvent définitif, de la région par sa population indigène.
  • transfert de plus en plus orienté vers les villes et Maracaibo en particulier.

53La prise de conscience de cette situation par les responsables régionaux et nationaux coïncide avec l’intensification de la pression colombienne sur le golfe. Le danger que font peser ces revendications amènent le Venezuela à prendre en compte une région qu’il considère désormais essentielle pour son indépendance et sa souveraineté sur l’ensemble de la zone jugée vitale pour son économie présente et future. Cette nouvelle attitude débouche sur l’évidence de la nécessité d’un plan de développement régional qui aurait pour but de tarir les sources de l’émigration guajira. Il faudrait pour cela désenclaver la région, l’équiper, mettre en valeur ses ressources naturelles et favoriser le développement des activités économiques locales et la promotion culturelle de la population en tenant compte de sa spécificité indigène. L’ensemble de ces mesures devant viser, en dernier ressort, à fixer les autochtones dans le secteur, et à y faire revenir le plus grand nombre possible pour réaffirmer la présence vénézuélienne dans une région frontalière extrèmement sensible.

B) La deuxième phase de l’intégration : le proyecto Guajira

54Sur la base d’une étude exhaustive des potentialités de la région réalisée en 1972, CORPOZULIA et les différents organismes publics de l’État vont tenter de promouvoir son développement en concrétisant un certain nombre de réalisations, en encourageant l’initiative privée et en faisant des propositions dans plusieurs directions :

1) Création d’infrastructures pour désenclaver la région

55Actuellement, il existe une route goudronnée qui relie Maracaibo à Sinamaica, Paraguaipoa et par delà au poste frontière de Paraguachôn et Maicao. Sur le restant du territoire il n’y a que des pistes plus ou moins carrossables et des trochas, sentiers traditionnels connus des seuls indigènes et voies privilégiées de la contrebande.

56La Haute Guajira est dépourvue de voies de communication. Cependant, le ministère des Travaux Publics est en train de réaliser, avec la collaboration de la Garde nationale, un projet de piste carrossable tout le long de la côte qui doit désenclaver la Guajira jusqu’à la pointe extrême nord de Castilletes. Actuellement, le premier tronçon ouvert conduit à Cojoro et le trajet Cojoro-Castilletes est en voie d’ouverture.

CORPOZULIA PROJET GUAJIRA POPULATION

57Mais la construction la plus spectaculaire dans ce domaine des communications est incontestablement le pont sur le fleuve Limon. C’est la réalisation pilote de CORPUZULIA, le symbole de l’intégration de la Guajira au Zulia et le trait d’union avec le Venezuela qui manquait jusqu’alors. Il s’agit d’un ouvrage moderne qui permet, moyennant péage, de traverser l’estuaire du Limon que l’on peut considérer comme la limite naturelle de la Guajira. Autrefois c’était un lourd système de bacs qui assurait la traversée et ce pont a fortement contribué au désenclavement de la région. D’aucuns le rendent même responsable d’une certaine accélération de l’exode guajiro et de l’intensification du flux du commerce illicite entre la Colombie voisine et Maracaibo.

58La deuxième réalisation vitale pour cette région dont on dit traditionnellement qu’elle meurt de soif, c’est la fourniture d’eau douce. Une grosse canalisation l’emmène précisément depuis le fleuve Limon jusqu’à Paraguaipoa. Le voyageur peut voir ce gros tuyau noir qui court parallèle à la route mais dont on se rend bien compte qu’il est insuffisant pour étancher la soif de toute la région. D’ailleurs, au-delà de Paranguaipoa c’est un système de camions-citerne qui distribue le précieux liquide jusque dans les villages et les rancherías qui ne disposent pas de la moindre goutte d’eau.

59Les projets ne manquent pas qui vont de la construction d’un barrage sur le fleuve Guasare ou même sur le Paraguachón pour fournir sans compter l’eau à la Guajira, jusqu’au percement d’un système de puits et de jagüeyes (réservoirs), tout le long de la bande côtière et dans lesquels l’énergie éolienne permettrait facilement de pomper l’eau et de la stocker. Ces réalisations, demandées avec force par les organisations indigènes, apparaissent le temps d’une campagne électorale pour retomber dans l’oubli juste après. Elles font, cependant, partie du projet global Guajira.

60On peut faire les mêmes remarques sur l’énergie électrique qui fait, elle aussi, cruellement défaut. Car, si une ligne emmène le courant électrique jusqu’à Paraguaipoa, elle est en piteux état et elle est loin de pouvoir satisfaire les besoins de la région, en particulier en matière d’équipements frigorifiques, indispensables dans cette zone au climat aussi torride.

2) Développement et rationalisation des activités traditionnelles : agriculture, élevage et pêche

61Ces activités ont subi de graves préjudices avec l’émigration massive de la population.

62– L’agriculture est non seulement insuffisante mais également en perte de vitesse. Seule la frange qui longe le Guasare et le Limon, susceptible de bénéficier de l’irrigation, semble récupérable moyennant des équipements coûteux. On obtient alors quelques produits de subsistance mais en quantité insuffisante. Il n’y a guère que la culture du palmier cocotier qui pourrait faire l’objet d’une exploitation à grande échelle et rentable débouchant sur l’industrie : coprah, huile, etc.. mais actuellement il s’agit plus de cueillette que de culture. Dans ce domaine la revendication indigéniste réclame la réalisation d’une réforme agraire et des investissements divers pour réactiver ce secteur. En particulier, un effort est réclamé dans la formation des paysans, la création de colonies agricoles et même d’une ferme modèle. Pour l’instant, CORPOZULIA a bien des exploitations expérimentales mais pas dans la Guajira. Un projet est à l’étude.

63– L’élevage est incontestablement l’activité favorite des Guajiros restés sur leur territoire comme nous l’avons vu plus haut.

64Une enquête menée par CORPOZULIA montre que c’est encore le cheptel qui constitue le capital le plus important et le plus apprécié parmi les Indiens. Même si les véhicules motorisés (camions, voitures tout terrain, etc..) commencent a avoir une influence croissante, sur le plan socio-culturel c’est toujours la possession de troupeaux qui confère prestige et pouvoir. Cependant, cet élevage n’a rien de rationnel sur le plan économique. Il s’apparente à une activité de subsistance plus qu’à une exploitation commercialement rentable. Il s’agit donc, là aussi, d’investir pour sélectionner les espèces, créer des pâturages et former des éleveurs aux techniques modernes.

65– En ce qui concerne la pêche, c’est une activité qui décline dangereusement. Autrefois, elle faisait partie des activités traditionnelles de la communauté, même si on la laissait préférentiellement aux clans les plus pauvres et les plus mal considérés. Le groupe des Paraujanos dans la région de Sinamaica en avait fait son activité principale, ce qui lui valait le mépris des Guajiros pour lesquels rien ne saurait égaler la noblesse de l’éleveur de bétail. La pêche est donc en perte de vitesse du fait de l’émigration et aussi de la mauvaise commercialisation. En effet, les pêcheurs doivent subir la loi des propriétaires de moyens de transport frigorifiques sans lesquels aucune vente ne peut se faire. Ces derniers, les caveros (propriétaires des cavas : conteneurs frigorifiques) très fréquemment immigrants italiens, exercent un monopole qui leur permet d’imposer leurs prix aux pêcheurs et de réaliser de substantiels bénéfices. Mais ils dissuadent par la même occasion les Guajiros de poursuivre cette occupation très peu rentable pour eux. Pourtant, dans ce secteur, il semble que la Haute Guajira dispose de quelques atouts sous forme d’espèces de qualité et en nombre considérable. Le proyecto Guajira en fait le plus grand cas et au moins un spécialiste travaille en permanence sur les richesses marines de la zone et sur la possibilité de les exploiter à la fois sur le plan artisanal et industriel.

3) Relance des activités artisanales, industrielles ou semi-industrielles

66– Tout d’abord, dans l’artisanat traditionnel qui produit des hamacs, des nattes, des tapis, des vêtements, des chaussures et différents objets d’intérêts folklorique et touristique : instruments de musique, armes indigènes, souvenirs, etc.. Tout cela existe et nourrit des marchés guajiros dans différentes villes de la région, mais le proyecto Guajira prévoit la possibilité d’augmenter la production. CORPOZULIA a contribué à promouvoir quelques ateliers où l’on tisse les tapis et les hamacs qui sont les articles les plus chers. Pourtant, ce débouché pour une main d’œuvre indigène qui voudrait rester au pays n’est pas très accueillant car, d’après ce que nous avons appris, les conditions de travail et les rémunérations ne sont pas en rapport avec ce que d’autres secteurs d’activités offrent. Ils exigent une sédentarisation avec laquelle les Guajiros ne sont pas encore familiarisés et pour finir, là aussi, les patrons des ateliers, dont certains ne sont pas sans liens avec le mouvement indigéniste, se soucient bien plus de leurs bénéfices que du bien être des travailleurs indiens.

67– La grande activité économique semi-industrielle de la Guajira c’est, ou plutôt c’était, l’exploitation des salines de Sinamaica. Il s’agit d’un marais salant de 25 km de long sur 5 km de large le long de la route Puerto Guerrero-Sinamaica dans lequel le sel, d’excellente qualité, était très facilement récolté par les Guajiros depuis fort longtemps. En 1958, le ministère des Finances accorda à la municipalité de Sinamaica la concession pour l’exploitation du sel de ce marais moyennant une taxe de 2,5 bolivars par sac de 50 kg, pour un prix de vente de 6 bolivars le sac. L’opération lui laissait donc la gestion de 2 450 000 bolivars, puisque la production annuelle était de 35 000 tonnes. Elle permettait d’employer 300 indigènes, sans compter les emplois annexes de l’ensachage, le transport, le conditionnement, etc..

68Pendant des années ce fut la seule activité de quelque envergure dans la Guajira. Elle permit la réalisation de quelques équipements collectifs dans le district Pâez : l’église de Sinamaica, la construction de quelques routes, l’asphaltage des rues, l’aménagement de la place Bolivar, l’hôtel Caimaré Chico, les marchés de Paraguaipoa et Sinamaica, des écoles, un parc d’exposition de bétail et même l’électrification du district. Mais en 1974, le gouvernement retira la concession et plongea la zone salinière dans la récession. En 1979, le nouveau plan salinier national s’intéressait à d’autres régions de production, parfois moins rentables, et négligea Sinamaica malgré la pression des forces locales. Depuis, c’est une revendication constante de la région dont le proyecto Guajira soulignait également l’intérêt.

69– Il existe, en outre, la possibilité d’exploiter dans la Haute Guajira un gisement de talc qui est le prolongement, par delà la frontière, d’une carrière en exploitation du côté colombien. Mais rien pour l’instant n’est prévu.

4) Création et promotion d’un ensemble d’équipements touristiques et de loisirs

70La région offre, en particulier dans la moyenne et la Haute Guajira, un potentiel de sites et de plages d’un grand intérêt. Le climat se prête, en dépit de la chaleur, à ces réalisations car l’ensoleillement est excellent tout au long de l’année. Par ailleurs, l’attrait exercé par le particularisme ethnique et culturel peut constituer un facteur favorable au développement de ce secteur du tertiaire. Enfin, la proche agglomération de Maracaibo semble un marché tout indiqué pour ce service, sans préjudice d’une clientèle internationale que ce point peu fréquenté de la Caraïbe pourrait attirer.

71En revanche, à côté des incontestables avantages des sites il faut signaler une circonstance extrêmement défavorable. C’est l’insécurité qui règne dans cette zone frontalière où le banditisme est loin, quoi qu’en disent les Guajiros eux-mêmes, de constituer un épiphénomène. Les agressions sont si fréquentes qu’elles dissuadent, en l’état actuel des choses du moins, toute vélléité de tourisme dans la région sauf s’il est fait sous bonne escorte.

72Mais peut-être l’installation prévue de deux casernes parviendra-t-elle à venir à bout de l’atmosphère de criminalité qui colle à la peau du Guajiro et nuit à la réputation de son pays. En effet, une caserne d’infanterie de marine est projetée à Punta Perret et un centre d’instruction de l’armée de terre à Cojoro, dont on espère beaucoup de bienfaits, tant sur le plan de la souveraineté de la nation renforcée de la sorte que sur le plan de la sécurité des biens et des personnes, tout comme de leurs retombées économiques.

73CORPOZULIA semble très intéressée par la réalisation de ces projets en dépit de l’expérience malheureuse du complexe de Caimaré Chico, le seul ensemble récréatif de la Guajira qui piétine, et périclite même, après un départ très prometteur.

5) Création d’une zone franche

74Cela permettrait d’arrêter le flux du commerce, en grande partie illicite, en provenance de Maicao en Colombie, dont les Guajiros sont les principaux agents.

75L’annonce de la possible création d’une zone franche a déclenché une vive polémique dans l’opinion et dans la presse. De nombreuses institutions régionales, y compris les indigènes, ont manifesté leur appui à ce projet qui serait, plutôt qu’une zone franche classique, une zone de tolérance fiscale dans laquelle seuls les Guajiros pourraient opérer. Mais le projet soulève l’opposition d’une grande partie des autochtones qui voient là une tentative plus ou moins voilée de porter atteinte aux privilèges dont ils disposent. Il suscite également l’hostilité des gros ordonnateurs du trafic : « Las roscas » qui dirigent tout dans l’ombre et qui sentent leurs intérêts menacés.

76Certains fonctionnaires et professionnels, préoccupés par le devenir de la Guajira, se montrent assez critiques à l’égard de ce projet. Leur raisonnement peut se résumer ainsi : la Guajira n’a pas besoin de cette zone franche car les effets pervers seraient infiniment plus nuisibles à la population indigène que les hypothétiques bénéfices. L’expérience d’autres régions montre que ces derniers sont confisqués par une minorité étrangère à la région, quand ce n’est pas carrément au pays (Libanais, Italiens, etc.), alors que les perturbations socio-culturelles affecteraient la population indigène tout entière. Or, cela est un complète contradiction avec les objectifs du gouvernement qui proclame bien haut la défense de l’identité et des valeurs culturelles nationales.

77Ces mêmes personnes voient une meilleure façon d’agir pour la région avec la réalisation des projets existants, et d’autres complémentaires, dans le domaine de l’équipement, de l’exploitation des ressources locales et de l’installation de services d’éducation et de santé dont elle a tant besoin et qui restent depuis des années des vœux pieux.

6) Réalisation de services efficaces de santé et d’éducation

78L’une des principales raisons qui ont poussé les Guajiros hors de leur cadre de vie traditionnel c’est l’absence de services sociaux, en particulier dans le domaine de la santé.

79Par exemple, en 1970, le municipe Guajira ne disposait que de trois postes de santé à Paraguaipoa, Guana et Yaguasirú et cinq dispensaires ruraux : Guarero, Cojoro, El Tigre, Alpanatre et Porshoure. La dotation en personnel était très déficiente puisqu’elle ne comportait que 3 médecins, 13 infirmiers et aides-soignants et un chauffeur. Les dispensaires ruraux sous la responsabilité d’un auxiliaire de santé sont visités une fois par semaine par un médecin, sauf celui de Porshoure, trop difficile d’accès, qui ne voit arriver le docteur que tous les 15 jours. En dépit de la substantielle augmentation des crédits alloués à l’équipement de la région, consécutivement aux revendications guajiras, cela n’a guère changé de nos jours et l’on comprend que la population essaye de s’installer près des agglomérations qui lui offrent une assistance sanitaire minimum.

Investissements publics dans l’équipement de la Guajira

Investissements publics dans l’équipement de la Guajira

Source : Comisión coordinadora de obras de la Guajira

80Dans le domaine de l’éducation la situation est tout aussi déficiente. Malgré les efforts inconstestables du gouvernement dans ce secteur, les conditions du pays et le caractère très mobile de la population indigène n’ont pas permis un encadrement scolaire efficace. La mise en place d’un programme d’éducation bilingue, demandé par les organisations indigénistes, se heurte davantage à des problèmes d’absentéisme des élèves qu’à des difficultés de dotation en maîtres et matériel. En fait, seules les écoles des agglomérations de quelque importance parviennent à fonctionner tant bien que mal, mais les écoles rurales n’ont souvent qu’une existence fictive.

IV - LE COMMERCE GUAJIRO

81On a vu que le commerce fait partie, depuis fort longtemps, de l’environnement économique et socio-culturel guajiro. Au point que cette activité leur est devenue une seconde nature, mais avec des connotations d’illégalité qui font pratiquement du terme « guajiro » un synonyme de contrebandier. Tout se passe comme si violence et commerce étaient les deux aspects d’un atavisme ethnique dont ces indigènes ont beaucoup de mal à se débarrasser.

A) Les antécédents

82Vers les années vingt fut fondée en plein cœur de la Guajira, en territoire colombien mais tout près de la frontière, la ville de Maicao. L’agglomération bénéficia depuis sa création d’une tolérance fiscale extrêmement avantageuse du type zone franche. Cela lui permit de devenir le lieu de stockage de tout ce qui était introduit illégalement par les différents ports de la péninsule et d’« arroser » d’une multitude de produits une vaste région de part et d’autre de la frontière. Le processus d’acculturation guajiro étant largement entamé et les habitudes de consommation en évolution rapide, les Indiens commencèrent à s’approvisionner à Maicao de toutes sortes de produits sans qu’aucune entrave administrative ou fiscale fît obstacle à cette pratique.

83Le marché de Maicao était doublement intéressant : d’une part il offrait une diversité très étendue de marchandises et à des prix qui, d’autre part, défiaient toute concurrence. Aussi, un grand nombre de Guajiros, de Colombiens et surtout de Vénézuéliens non indigènes trouvèrent-ils intéressant de profiter de ces avantages et se livrèrent au commerce. C’est par milliers que les marabinos (habitants de Maracaibo) allaient, soit faire des emplettes à chaque fin de semaine, soit importer massivement toutes sortes d’articles. Certains réalisèrent rapidement des fortunes car on achetait à très bas prix à Maicao et on revendait avec des marges substantielles dans l’État du Zulia. Ici la demande était très forte, en particulier dans les agglomérations qui bénéficiaient de la manne pétrolière comme Cabimas et surtout Maracaibo.

84La possibilité d’aller s’approvisionner à Maicao sans se soumettre à des obligations administratives et fiscales encouragea petit à petit les Indiens à abandonner leurs activités traditionnelles pour se consacrer au commerce. On voit alors apparaître et se forger la figure typiquement marabina du vendeur ambulant indigène et ensuite la constitution des marchés guajiros.

85Cette activité causait un triple préjudice au niveau régional et national. Tout d’abord fiscal, puisque les marchandises introduites de Maicao éludaient les droits de douane auxquels étaient soumises normalement les importations ; en deuxième lieu, économique parce que ces denrées vendues meilleur marché faisaient une concurrence déloyale à la production locale et provoquaient faillites et récession ; et enfin social, car les commerçants traditionnels, travaillant dans le cadre légal d’un commerce régulier, voyaient leur chiffre d’affaires chuter dramatiquement du fait de l’invasion des vendeurs occasionnels de plus en plus nombreux.

86Le phénomène prit de telles proportions que le ministère des Finances dut étudier des dispositions pour mettre un terme, sinon au flux commercial, du moins à son caractère frauduleux et attentatoire aux intérêts d’un large secteur économique et social du Zulia. Un bureau de douane fut établi, en 1964, au poste frontière de Paraguachón, sur la route de Maicao, où tout voyageur introduisant des marchandises au Venezuela, quelle que fût son origine ethnique, devait s’acquitter de droits de passage.

87Les Guajiros ressentirent cette mesure comme atteinte intolérable à leurs intérêts. Profitant alors de leur parfaite connaissance du terrain et du complexe réseau de trochas (sentiers) qui traversent la frontière, ils poursuivirent leur commerce désormais illégal et par conséquent passible de poursuites judiciaires et pénales. Parallèlement l’État se dotait des moyens policiers de contrôle pour surveiller la frontière et réprimer la contrebande.

88Un dangereux engrenage était ainsi mis en place car, en même temps que se multipliaient les risques, la demande étant toujours aussi forte, les marges furent substantiellement augmentées ce qui attira un nombre croissant de Guajiros vers la contrebande, malgré les risques encourus. Paradoxalement, on ne vit jamais les marchés du Zulia aussi bien achalandés en toute sorte de produits que depuis les tentatives faites pour contenir le commerce illicite.

89On a même assisté à une escalade périlleuse dans la petite guerre que se livraient contrebandiers, qui n’étaient pas toujours guajiros même si les convoyeurs l’étaient très souvent, et forces de l’ordre. Car, lorsque la valeur des marchandises introduites le justifie, les contrebandiers peuvent se permettre d’utiliser des véhicules et des armes plus efficaces que celles des propres forces de sécurité et n’hésitent pas à faire le coup de feu contre elles. Ces dernières ne voyant pas l’intérêt de risquer leur vie, alors qu’elles ont des traitements insuffisants, se laissent corrompre et dès lors la contrebande redouble d’intensité.

90Il n’est bien entendu pas question ici d’épiloguer sur la probité et le civisme de tous les fonctionnaires qui ont en charge la surveillance de la frontière, car la corruption est notoire. Nous pouvons personnellement témoigner de ces pratiques pour les avoir vécues, mais il serait injuste d’en faire une généralisation par définition abusive. Des contrôles sévères existent qui débouchent parfois sur des conflits, soit que les forces de sécurité ne se laissent pas soudoyer, soit qu’elles estiment à plus cher le prix de leur bienveillante complicité.

91Les incidents mettant aux prises autorités et Guajiros, surtout lorsqu’il y a confiscations ou que des femmes sont mises en cause, provoquent des mouvements d’opinion en faveur des Indiens. Ils créent une certaine animosité à l’égard des représentants de la loi car la masse des consommateurs apprécie le service rendu par ces commerçants irréguliers qui vendent à meilleur prix. L’opinion publique assimile les confiscations à du racket, ce qu’elles sont parfois, et les interprète comme des injustices et des abus de pouvoir intolérables.

92Consécutivement à cette évolution du commerce et aux effets néfastes qu’il entraîne est apparue la nécessité de trouver un moyen pour respecter l’activité commerciale guajira traditionnelle, tout en la contenant dans des limites acceptables et en la soumettant à un schéma légal. Sur recommandation du Président de la République en personne, le gouvernement de l’État du Zulia, en accord avec les responsables des finances et de la police, a mis au point un régime douanier particulier pour les Guajiros. Il autorise 2 000 femmes, préalablement recensées et enregistrées, à introduire 20 kilos de marchandises dites « sèches », hebdomadairement, par le poste frontière de Paraguachón moyennant le versement d’une taxe de 15 bolivars par kilo. Ces femmes sont munies, à des fins de contrôle, d’une pièce appelée « tarjetón » qui tient lieu, à la fois de pièce d’identité, et de document fiscal. Ce papier est délivré par les autorités de l’État du Zulia sur recommandation de la Oficina regional de asuntos indigenas (ORAI).

93Le sacrifice ainsi consenti par l’État n’est pas du tout négligeable si l’on tient compte que la taxe normale pour ce genre de marchandise est de 70 bolivars par kilo.

94Il était prévisible pourtant que ces facilités douanières n’allaient pas tarir le commerce illicite, bien au contraire. Étant donné le caractère itinérant de la société et les gains envisageables, la tolérance fiscale qui lui était ainsi consentie allait fatalement servir de couverture à une contrebande bien plus intense et cependant moins facile à déceler.

B) Aspects quantitatifs

95Si l’on considère le caractère frauduleux de l’essentiel du commerce, il est difficile d’avoir un chiffre précis du nombre de personnes qui s’y consacrent, ainsi que du volume des marchandises échangées.

96Le régime fiscal préférentiel permet, aux 2 000 femmes autorisées, d’introduire par mois 160 tonnes de marchandises à taux réduit. Mais ces quantités sont amplement dépassées tant pour le nombre de transporteurs que pour la masse des denrées véhiculées. En novembre 1979, on estimait à peu près à un million de bolivars par jour les achats effectués par les Guajiras à Maicao et destinés à la vente au Venezuela. Au seul poste frontière de Guarero-Paraguachón, les recettes douanières pour le même mois de novembre s’élevèrent à 5 millions de bolivars, ce qui correspond à plus du double du volume d’importations autorisé à taux réduit. On ne nous dit pas, cependant, si dans cette somme totale il faut uniquement compter les droits des marchandises à tolérance ou toutes les importations confondues quel que soit le taux.

97Il n’en reste pas moins que dans la seule agglomération de Maracaibo, on estimait au même moment à plus de 5 000, le nombre de buhoneros (marchands ambulants) guajiros qui opéraient un peu partout dans la ville et de préférence dans le centre : mercado de las pulgas, avenida de la Limpia, circunvalación, terminal de buses, plaza Baralt, etc.. On les trouve, de façon générale, dans tous les lieux publics y compris les halls des administrations et jusque dans les trottoirs et les entrées des grandes surfaces de distribution où ils viennent disputer les clients aux commerçants réguliers. D’après l’association des commerçants du Zulia le chiffre d’affaires de ces buhoneros serait de plus de 600 millions de bolivars.

98Le trafic est, en effet, intense. Il suffit pour s’en persuader d’emprunter n’importe quel moyen de transport en direction ou en provenance de Maicao. Les véhicules sont bourrés de marchandises. La route est coupée par une multitude de retenes (contrôles de police ou de douane qui vérifient systématiquement bagages et personnes). On fouille en particulier, dans des locaux aménagés à cet effet, toutes les femmes, jeunes, vieilles et même les fillettes, parce qu’elles sont susceptibles de cacher sous leur ample manta (robe du costume traditionnel) une foule de pièces vestimentaires ou d’autres marchandises en contrebande.

99En général, chaque ballot de confection fait l’objet de discussions animées et de palabres qui se terminent, soit par la confiscation, soit par le versement d’un pot de vin qui rend compréhensif le fonctionnaire tatillon. On peut même devancer l’incident en offrant un pourboire, ce qui permet d’éviter le désagrément d’une fouille et la fourniture d’explications sur la provenance de vos vêtements et autres objets personnels.

100En fait ces contrôles, aussi nombreux qu’inefficaces, constituent « l’arbre qui cache la forêt », car le gros de la contrebande suit d’autres voies plus discrètes et revêt des proportions moins artisanales. C’est ainsi qu’au cours de notre mission (décembre 82), nous avons pu visiter des camions chargés de matériel HI-FI, téléviseurs et magnétoscopes de contrebande, en provenance de Maicao, arrivés sans encombre jusqu’à Maracaïbo.

101Le commerce guajiro redouble d’intensité à certaines époques de l’année, en particulier aux mois de novembre et décembre en prévision des achats de Noël et du Nouvel An. C’est par milliers alors qu’indigènes et non-indigènes envahissent les villes pour offrir à la population tous les produits de consommation dont elle a besoin.

102En fait on constate que la tolérance fiscale consentie aux Guajiros sert à couvrir tout un commerce parallèle qui échappe aux contraintes fiscales et permet aux roscas (véritables sociétés de contrebande, parfois contrôlées ou protégées par des notables) de s’assurer une grande partie de la distribution de certains biens de consommation.

103Il est tout de même étonnant que les protestations des chambres de commerce et des associations de distributeurs, dont la presse se fait largement l’écho, ne parviennent pas à se faire entendre même lorsqu’elles s’adressent au plus haut niveau de l’État. (Cf. mémoire de doléances envoyé par les commerçants du district Bolivar au président de la République en personne). Cette inefficacité ne peut s’expliquer que par la connivence entre ces roscas et les gens au pouvoir sur le plan local et régional.

C) Aspects qualitatifs

104L’évolution quantitative du trafic commercial à travers la Guajira s’est accompagnée d’une diversification très significative des produits offerts. On est très loin des quelques denrées de première nécessité qu’achetaient autrefois les Indiens pour s’habiller, équiper leur foyer et se nourrir.

105Désormais l’éventail des articles qui font l’objet du commerce guajiro couvre pratiquement toute la gamme de la production industrielle, depuis les plus sophistiqués jusqu’aux plus élémentaires, en passant par l’alimentation et les produits qui font traditionnellement l’objet de contrebande : tabac, drogue, alcools et armes par exemple.

106D’une façon générale, les marchandises dites « sèches » (confection, quincaillerie, plastiques, etc...) constituent en volume l’essentiel du trafic. Mais petit à petit les articles de haute technologie et de luxe, qui subissent des taxes d’importation très élevées, ont pris de plus en plus d’importance. C’est le cas de la HI-FI, du matériel audio-visuel, des pièces de rechange pour automobiles, de l’électroménager et même des médicaments. Les produits de luxe qui sont souvent des contrefaçons de marques prestigieuses tiennent également une place prépondérante.

107Jusqu’en février 1983 où la dévaluation du bolivar a gravement affecté la prospérité du commerce en lui assénant un coup d’arrêt très brutal, on voyait même des importations de matières premières à travers la Guajira qui pour être massives n’en étaient pas moins illégales. La plus spectaculaire était celle concernant le bétail.

108Selon les statistiques, Maicao serait la ville qui détient de très loin le record mondial de consommation de viande bovine par habitant. En réalité il n’en est rien, bien évidemment, car les troupeaux dont la destination déclarée est Maicao sont en fait introduits au Venezuela et alimentent les abattoirs des grandes villes et les haciendas du Zulia. Au cours des six premiers mois de 1982, on estimait à 45 000 le nombre de novillos (jeunes taureaux déjà engraissés) et à 20 000 femelles destinées à la reproduction, le nombre d’animaux introduits sur pied par Maicao vers la Guajira vénézuélienne. Ces chiffres correspondent à un tonnage supérieur aux exportations officielles de viande de la Colombie pour la même période.

109L’avantage pour le Venezuela, c’est que la viande se trouve à un prix abordable pour le consommateur zuliano mais cela ne va pas sans quelques inconvénients pour le pays exportateur. Ce dernier voit ses recettes fiscales fondre et son industrie frigorifique s’effondrer, alors que dans le pays importateur le secteur éleveur s’agite car il subit une concurrence imparable.

D) Signification, rôle et conséquences

110Si l’on a assisté à un glissement dans le rôle joué par le commerce guajiro d’un aspect circonstanciel et limité vers le caractère structurel et systématique qu’il semble avoir désormais, cela ne tient pas uniquement aux Guajiros mais aussi et surtout à la nature même du système socio-économique mis en place dans la région.

111De toute évidence, par delà son caractère plus ou moins illégal, le commerce guajiro remplit une fonction économique de première importance dans la distribution de biens que les commerçants classiques ne peuvent pas assurer avec la même efficacité. Par ailleurs, il constitue un élément déterminant (c’était vrai en tout cas jusqu’à la récente dévaluation du bolivar) dans la stabilité des prix et il a permis pendant des années à la région d’échapper à la spirale inflationniste qui affecte toutes les économies latino-américaines.

112Si l’État vénézuélien peut se passer, au vu et au su de tout le monde, des recettes fiscales que ce commerce illicite pourrait lui procurer s’il devenait légal, c’est que, paradoxalement, il y trouve quelque intérêt qui est d’ordre incontestablement social mais également politique. En effet, aussi bien les Guajiros que leurs clients des classes aux revenus modestes constituent une force électorale qu’il convient de ne pas négliger dans un pays où, tous les quatre ans, les citoyens sont appelés aux urnes. Sans compter que la présence de membres de l’appareil politique dans les rouages de ce système commercial original n’est pas à exclure. D’un point de vue indigéniste les conséquences de ces activités sont infiniment plus graves pour la société traditionnelle guajira. Elle en est affectée de façon plus destructrice et plus durable, parfois même irréversible.

113Il faut noter que ce sont les femmes préférentiellement qui assurent cette fonction. Cela implique un abandon sinon permanent du moins intermittent du foyer. La cohésion familiale en est lourdement ébranlée. Il en résulte une usure, voire la perte, des valeurs ethniques, la distension des liens et à terme la menace de disparition en tant que groupe ethnique. Par suite de l’adoption de nouveaux comportements sociaux (négligence dans l’éducation des enfants, absentéisme scolaire, adultère, oubli des croyances ancestrales) entraîne l’irrespect et l’abandon des obligations traditionnelles et accélère la désagrégation du groupe.

114La possibilité de gains rapides détourne le Guajiro de ses activités ancestrales vers le commerce lucratif. On assiste même à l’apparition de phénomènes nouveaux d’exploitation comme celui qui affecte des femmes ne pouvant investir dans le commerce. Elles deviennent salariées d’autres femmes plus riches pour ne servir que de moyen de transport ou d’alibi. Elles constituent l’ensemble de celles que l’on appelle les camellas (chamelles) qui passent des marchandises contre salaire pour le compte d’autres qui empochent les bénéfices de l’opération.

115Enfin, quel que soit le domaine considéré, on observe chez les indigènes des comportements inconnus jusqu’alors et des attitudes inhabituelles ou prohibées devenues courantes. Cela met en évidence une usure de la culture guajira et l’adoption de plus en plus fréquente des schémas de la société majoritaire en particulier de ceux qui sont les plus pernicieux.

V - Maracaibo et les guajiros

116Maracaibo est la plus grande agglomération de l’Ouest du Venezuela. Elle est peuplée de plus d’un million d’habitants et moins d’une centaine de kilomètres la séparent de la Guajira. Maracaibo a toujours exercé un très grand attrait sur les Indiens. Elle constitue la vitrine de la « civilisation » et ses tentations ont depuis fort longtemps créé un courant migratoire vers elle.

117Si, au départ, on venait en ville à la recherche de certains services, assistance sanitaire et technique en particulier, peu à peu le courant s’est intensifié avec les possibilités d’emploi offertes par la ville. Les Guajiros ont trouvé de plus en plus d’embauche dans différents secteurs du tertiaire et en particulier dans la construction dont ils ont fourni le gros de la main d’œuvre à un moment où Maracaibo connaissait une fantastique expansion. Apparaissent ainsi les premiers points d’ancrage guajiros en milieu urbain, sous forme de quartiers périphériques dont les plus vastes et les plus connus sont Santa Rosa de Agua au nord de Maracaibo et au bord du lac, peuplé essentiellement de Paraujanos, et surtout Ziruma, le grand quartier guajiro de Maracaibo.

118Cependant, on ne peut pas dire qu’il y ait intégration des Indiens à la cité. Bien souvent ils continuent de mener une vie semblable à celle qu’ils avaient dans leur région avec laquelle ils gardent des liens très étroits. Ils opèrent en fait une demi-fixation. Par exemple, à l’occasion des enterrements ou des cérémonies religieuses qu’ils suscitent à intervalles réguliers, la famille guajira se transporte dans son terroir.

119C’est le commerce qui a précipité le mouvement vers la ville. L’écoulement des articles ramenés de Maicao demandant souvent plusieurs jours, les Guajiros s’installent dans la cité. Plusieurs secteurs de Maracaibo ont été littéralement investis par les marchands itinérants et on compte aujourd’hui quelque 70 barrios (quartiers) guajiros. Le plus important est toujours Ziruma peuplé désormais de plusieurs dizaines de milliers d’habitants et qui reste le symbole de la lutte pour la culture guajira en milieu urbain. L’histoire de Ziruma est très représentative du processus de marginalisation de l’ethnie guajira au sein de la société zuliana majoritaire. Ziruma (le ciel, en guajiro) est le dernier quartier (pour l’instant) où sont venus se fixer les Guajiros après toute une série d’expulsions de zones de la périphérie de Maracaibo. Ils en étaient à chaque fois chassés par la spéculation foncière et immobilière déclenchée par la croissance urbaine que connaît la ville.

120Installés sur des terrains en friche qui n’intéressaient personne à « Tierra negra », ils en furent expulsés par la spéculation. Ils se fixèrent alors à « 5 de julio » d’où une compagnie pétrolière les chassa pour y installer ses bureaux. Lassés de se voir ainsi délogés de partout, ils exigèrent des autorités de l’État un endroit d’où ils ne seraient plus contraints de partir. On leur proposa alors une zone de laquelle ils ne seraient plus chassés, c’était promis ! Ils l’appelèrent « Tierra nuestra » bien qu’ils ne fussent jamais parvenus à obtenir les titres de propriété. Cela rendait leur installation précaire en dépit des promesses. Car, encore une fois, ils allaient devoir partir contraints par la poussée urbaine et la pression sur les terrains à bâtir proches de la capitale.

121En 1944, une délégation guajira parvint à émouvoir le président de la République qui, ayant eu connaissance des déboires de la communauté, décida de mettre un terme à l’errance des Indiens dans les différents faubourgs de Maracaibo. Par décret du général Isaías Medina, on décida la construction de 140 maisons dans une zone du nord-ouest de la ville pour les familles indiennes chassées de leur ancien quartier. C’est ainsi que naquit Ziruma dont on assura les Guajiros que c’était bien leur quartier, sans toutefois accorder des titres légaux de propriété, qu’elle fût individuelle ou collective, comme le réclamaient les intéressés. Aussi, en 1958, le gouvernement de l’État fit donation des terrains de Ziruma à l’université, comme s’ils étaient encore vacants, et contraignait les Indiens à un nouveau départ.

122Les Guajiros, avec l’assentiment de l’université, parvinrent néanmoins à conserver pour un temps leur quartier. Cet épisode pourtant mit en évidence la précarité de leur présence à Ziruma. En dépit d’une campagne revendicative qui culmina, en 1963, avec la reconnaissance législative par l’État du Zulia de la propriété indigène sur le quartier, l’exécutif s’est toujours refusé à l’appliquer. De telle sorte que Ziruma continue d’être le symbole de la lutte des Guajiros pour leur reconnaissance de citoyens à part entière.

123Les terrains se sont énormément valorisés avec l’extension de Maracaibo et la construction de l’université. La pression sur la zone est très forte et le quartier est engagé dans un processus de dégradation physique et morale qui le prépare vraisemblablement à un plan de rénovation qui s’accompagnera de l’expulsion des Indiens comme on l’a déjà vu avec le quartier de « Las peonías ». La présence des Guajiros à Ziruma est devenue un enjeu car d’elle dépend en grande partie le devenir du groupe ethnique et sa participation, sinon son assimilation, à la communauté nationale.

124Dans la perspective d’une réoccupation et de la mise en valeur de l’espace frontalier, il convient non seulement de briser l’attrait de Maracaibo pour ralentir, puis annuler, le courant migratoire vers la ville, mais aussi de laisser se dégrader Ziruma pour provoquer un mouvement inverse vers la Guajira. Ce processus est déjà entamé. Il a commencé lentement avec les espoirs éveillés par l’exploitation de l’immense mine de charbon de El Cerrejon, en Guajira colombienne, qui attire de plus en plus de Guajiros du Venezuela vers la Colombie. Il s’est brusquement accéléré, en 1983, avec l’effondrement du commerce consécutif à la dévaluation du bolivar. Maicao n’est plus que l’ombre d’elle-même et les commerçants guajiros voient avec angoisse leur activité se ralentir dangereusement jusqu’à la paralysie.

125Cela pourrait favoriser leur repli sur la Guajira et faciliter ainsi les plans de l’État du Zulia et du Venezuela qui aspirent à faire d’eux les garants de la souveraineté du pays sur la zone. Mais on n’en est pas encore là car cela impliquerait la réalisation de pas mal des projets socio-économiques présentés plus haut.

126Or cela semble peu probable, compte tenu de la syncope économique que vient de connaître le Venezuela. Lors de notre passage, tous les projets du Zulia étaient en sommeil aussi bien celui du charbon et la sidérurgie, que Ciudad Guasare ou celui de la Guajira, bien que ce dernier ait déjà connu quelques réalisations. En décembre 83 à la veille des dernières élections présidentielles, les responsables du projet Guajira s’apprêtaient à présenter à CORPOZULIA un bilan global de leur action tout en s’interrogeant sur la survivance de CORPOZULIA comme entité de développement et de planification régionale. En effet, l’État central connaît d’énormes problèmes économiques et un endettement inimaginable dans un pays dont le nom a été longtemps synonyme d’opulence.

CONCLUSION

Indigénisme et développement dans la Guajira

127Au Venezuela la place de l’Indien dans le contexte national a énormément évolué au cours des dernières années. Si l’on se rapporte aux organismes qui ont eu en charge la gestion de l’indianité, on observe une tentative de prise en main de plus en plus évidente des groupes indigènes par l’État.

128Jusqu’aux années cinquante, ce sont les missions religieuses qui s’occupent des Indiens pour réaliser une assimilation qui apparaît d’autant plus nécessaire que le Venezuela, riche de son pétrole et avide de modernisation, ne désirait pas receler en son sein les vestiges d’une humanité primitive et inférieure :

« Doit-on conserver les communautés indigènes ? Cela ne semble pas souhaitable. Les communautés doivent disparaître petit à petit mais on doit accélérer le mouvement au moyen d’une action politique... Il faut espérer que dans un proche avenir —lorsque l’on aura conquis la forêt et que toutes les terres seront pleines de villages et de villes— il ne restera plus un seul groupe parlant caribe ou quelque autre langue aborigène... Il ne semble pas possible de faire progresser l’Indien, de civiliser l’Indien en conservant sa structure politique de communauté, ni sa situation économique et sociale. »

129Il faut donc civiliser les Indiens rapidement en détruisant comme le dit ci-dessus l’historien Guillermo Morón tout ce qui fait leur spécificité.

130A partir des années cinquante est créée la Commission indigéniste nationale, puis le Bureau central des affaires indigènes dépendant du ministère de la Justice et des Cultes. Enfin, plus récemment, le Bureau ministériel des affaires frontalières et indigènes rattaché au ministère de la Défense. Ces divers organismes ont pour but de mieux encadrer la population indienne sans pour autant réduire l’influence des missions religieuses.

131Le Venezuela est peu peuplé, 14 millions d’habitants dont les trois quarts environ sont concentrés dans les villes du littoral (Caracas, Maracaibo, etc...). Aux frontières, d’immenses régions sont pratiquement vides et les États voisins, Brésil et Colombie, y exercent une poussée constante. Les Brésiliens pénètrent épisodiquement dans l’espace vénézuélien et c’est par dizaines de milliers que des Colombiens s’installent en fraude sur le territoire national. C’est précisément dans ces zones frontalières que se concentre la plus grande partie des 23 groupes indigènes qui, du reste, sont très minoritaires par rapport à la population totale.

132Les Guajiros sont les plus nombreux et en raison de leurs habitudes de nomadisme, de la contrebande, des incessants va et vient entre les villes et la péninsule Guajira, leurs quelque 150 000 à 200 000 individus sont extrêmement difficiles à contrôler. Mais devant ce qui est perçu comme une menace colombienne par l’État vénézuélien celui-ci a élaboré une stratégie dans laquelle les Guajiros sont la pièce maîtresse.

133Le projet de l’État du Zulia à travers le « Proyecto Guajira » est de parvenir à fixer cette population mouvante afin de constituer un rempart qui permettrait d’endiguer le flot de main d’œuvre illégale en provenance de Colombie (90 % des travailleurs du district Mara, limitrophe du district Guajira, sont des Colombiens clandestins).

134Dans ce projet sont partie prenante les États national et régional (Venezuela et Zulia) les organismes de planification et d’aménagement du territoire (CORPOZULIA et CORPOTURISMO), de défense (Guardia national), les partis politiques de gouvernement (AD : social-démocrate, et COPEI : démocrate-chrétien), l’Église et les organismes à vocation sociale et scientifique (services de santé, enseignants, anthropologues).

135Les deux tactiques adoptées se concrétisent sous la forme d’un plan de développement conçu et géré par CORPOZULIA (Corporation de développement du Zulia) et d’une politique de promotion culturelle et artisanale. Le premier vise à doter la région d’équipements pour faciliter son intégration économique, le deuxième à rétablir dans ses droits une culture jusque là méprisée.

136Désormais, il y a un nouveau regard sur le Guajiro. Alors que jusqu’ici la politique officielle marquait très peu d’intérêt pour eux, les infériorisait et les marginalisait, les impératifs géo-politiques ont complètement modifié ce point de vue. Il ne s’agit plus d’assimiler les Guajiros en gommant progressivement leur spécificité culturelle mais, au contraire, de la souligner pour renforcer, ou reconstruire parfois, une identité ethnique de plus en plus diffuse et menacée. Pour les promoteurs de cette politique néo-culturaliste tout se passe comme si l’on voulait renverser une dynamique d’acculturation tant qu’elle n’est pas encore irréversible. Cela ne va pas sans quelques dérapages. C’est ainsi que les dessins reproduits sur les tapis tissés dans les ateliers soutenus par CORPOZULIA et CORPOTURISMO, présentés comme originaux et traditionnels, sont parfois conçus par les stylistes fonctionnaires de ces deux organismes. On fabrique ainsi de toutes pièces certains ingrédients de l’indianité. Il en va de même pour la musique.

137L’élite guajira fortement acculturée participe activement à cette tâche. A la tête de tous les organismes indigénistes nationaux ou régionaux, qu’ils soient politiques ou de gestion, on trouve toujours un membre d’une puissante famille guajira. Quelques uns des 34 enfants d’un vieux cacique très connu sont des anthropologues directement impliqués dans la gestion des affaires indigènes ou travaillent comme conseillers dans les organismes de planification et comme cadres locaux dans des partis politiques. Ils mettent leur prestige, leur pouvoir et leur savoir au service d’une politique desarrollista (de développement à outrance) qui leur permet avant tout de préserver et d’augmenter leur influence. Cela ne les empêche pas cependant, au nom de la défense de l’identité indigène, de confisquer à leur profit un élan de solidarité et un capital de sympathie qui se manifeste de temps en temps dans le pays et qui pour être paternaliste n’en est pas moins réel.

138Il reste que le groupe guajiro connaît de nombreux problèmes et, qu’à Maracaibo en particulier, il subit une situation d’infériorité qui le conduit à protester fréquemment. Toutefois, les diverses tentatives organisationnelles non officielles sont restées éphémères ou ont été rapidement récupérées quand elles n’ont pas été téléguidées pour servir à l’État d’instrument de lutte dans le différend frontalier qui l’oppose à la Colombie. C’est le cas en particulier de Causa Guajira, organisation inféodée aux intérêts de l’État du Zulia et du Venezuela entièrement noyautée par la grande famille guajira dont il a été question plus haut et qui s’en sert pour satisfaire essentiellement des intérêts personnels. C’est sous ce label, par exemple, que ses membres participent aux multiples congrès indianistes ou indigénistes nationaux et internationaux. Pourtant, en dépit de la mainmise officielle sur l’indigénisme guajiro, il existe quelques tentatives organisationnelles de contestation en liaison avec des mouvements opérant en Guajira colombienne.

139Les espoirs éveillés par l’exploitation des richesses de l’immense mine de charbon d’El Cerrejon, dont les Guajiros estiment qu’elle leur appartient puisqu’elle se situe dans leur territoire traditionnel, sont à l’origine d’un récent et remuant mouvement indigéniste de revendication.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CORPOZULIA, Proyecto Guajira, Maracaibo, 1972.

Comité de defensa del Guajiro, Documento Guajiro, Ziruma, 1969.

Madrid de Lanz, A., Diagnóstico sobre la realidad ecónomica de la sub-región Guajira, Maracaibo, 1982.

Fuerzas armadas de cooperación, Problemática del comercio guajiro, Maracaibo, 1977.

Alcacer, A., Las misiones capuchinas en el Nuevo Reino de Granada, Puente del Común, 1959.

Benítez R., La Guajira en 1874, Maracaibo, 1957.

Gutiérrez V., Organización social en la Guajira, Bogotá, 1950.

Goulet, J-P., El universo social y religioso guajiro, Caracas, Maracaibo, 1981.

Juliàn, A., Estudio social applicado de la alta y media Guajira, Bogotà, 1977.

Tarazona, A., Raza y violencia : un estudio sobre la Guajira, travail dactylographié, Bogota, 1979.

Coupures de presse de : Crítica, Maracaibo, El National, Caracas, Panorama, Maracaibo, El Universal, Caracas, El Zuliano, Maracaibo.

Informations orales recueillies sur le terrain en novembre-décembre 1982 et en novembre-décembre 1983.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE L’ÉTAT DU ZULIA ET DE LA GUAJIRA
Légende Sources : — Recensement général de la population (2/11/71). ministère du développement. Caracas, 1971.— Proyecto Guajira, Maracaibo, 1972.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau n° 2. ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE L’ÉTAT DU ZULIA ET DE QUELQUES DISTRICTS, ENTRE LES RECENSEMENTS DE 1971 ET 1981
Légende Sources : CONZUPLAN, (Maracaibo)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende CORPOZULIA PROJET GUAJIRAPLAN D’AMÉNAGEMENT
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende CORPOZULIA PROJET GUAJIRA POPULATION
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Investissements publics dans l’équipement de la Guajira
Légende Source : Comisión coordinadora de obras de la Guajira
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540