Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

II - Enjeux nationaux et intérêts régionaux : l'exemple du Zulia

Les enjeux du développement dans l’espace frontalier colombo-Venezuelien (Guajira/Zulia)

Didier Ramousse

Texte intégral

1Les projets de développement concernant la Guajira et les marges occidentales du Zulia ont mis récemment en lumière la diversité des forces qui convergent vers ce secteur en litige de la frontière colombo-vénézuélienne. La partition historique de la péninsule de la Guajira entre la Colombie et le Venezuela, ainsi que la diversification des activités productives et la complexité croissante des relations sociales, ont transformé cette zone frontalière jusqu’alors considérée comme tierra de nadie en un territoire-clé, où s’affrontent des États concurrents et des groupes de pression locaux ou régionaux dont les intérêts divergent sensiblement.

2En raison de leur situation périphérique ces territoires ont longtemps été délaissés par le pouvoir central, alors que leur faible niveau de développement requérait au contraire toute l’attention des États concernés. La Colombie étend sa juridiction sur la plus grande partie de la péninsule de la Guajira dont le Venezuela ne possède qu’une étroite bande littorale prolongeant la sierra de Perija, qui marque sur près de 250 kilomètres la frontière entre les deux républiques. Cependant un espace transnational relativement homogène s’est constitué en dehors des réglementations dominantes, sur une base ethnique (Indiens guajiros), à travers les migrations, la contrebande et diverses activités illégales.

3Avec la découverte d’importantes réserves d’hydrocarbures et de charbon les passions se sont ranimées autour d’une frontière introuvable. Le contentieux porte principalement sur la délimitation des zones maritimes dans le golfe du Venezuela, mais il y a d’autres points de désaccord entre les pays riverains. Or, les gouvernements colombien et vénézuélien ont décidé presque simultanément de mettre en exploitation les gisements charbonniers du Cerrejondans et du Guasare, les projets agricoles de la bordure occidentale du bassin de Maracaïbo apparaissant comme une alternative de développement, au moment où le programme houiller et sidérurgique de la Corporation régionale du Zulia (CORPOZULIA) est l’objet d’une redéfinition.

4Ces opérations s’inscrivent dans le cadre des politiques frontalières que les puissances limitrophes s’efforcent de préciser en fonction de trois objectifs majeurs :

1 - LE DIFFÉREND FRONTALIER COLOMBO-VÉNÉZUÉLIEN

  • le développement régional, qui doit favoriser l’articulation économique des zones périphériques avec leur pays respectif ;
  • l’exercice de la souveraineté nationale, nécessaire au maintien de l’intégrité territoriale et culturelle de chaque État ;
  • l’intégration frontalière, qui correspond à une volonté encore incertaine de mener à terme des actions bilatérales avec le pays voisin.

5Nous nous proposons donc d’analyser les stratégies de développement et d’aménagement déployées dans la zone frontalière, en considérant toutes les forces qui interviennent dans un espace qu’elles contribuent à structurer ou à désorganiser.

I - IDENTIFICATION DE L’ESPACE FRONTALIER COLOMBO-VÉNÉZUÉLIEN

6La péninsule de la Guajira correspond à l’un des secteurs les plus ouverts de la frontière, contrastant avec celui de la sierra de Perija qui constitue un obstacle naturel aux communications entre les régions du Cesar et du Zulia.

A) Affirmation des États nationaux et formation du territoire

7Un milieu naturel inhospitalier marqué par l’aridité, un fort peuplement indigène, un faible niveau de développement économique et social... Bref, tout concourt à faire de la Guajira une authentique « périphérie ». Pendant plusieurs générations l’ethnie wayu est parvenue à préserver l’intégrité de son territoire, malgré une incorporation précoce aux circuits commerciaux européens. L’adoption de l’élevage a transformé le mode de vie des Guajiros, seul peuple indien d’Amérique du Sud à être ainsi passé d’une économie fondée sur la chasse et la cueillette à une économie pastorale semi-nomade. Avec l’essor du trafic de contrebande entre la péninsule et les Antilles, le commerce est aussi devenu une importante source de revenus pour les habitants.

8L’intégration juridique de la Guajira aux États vénézuélien et colombien s’est réalisée après la dissolution de la Grande Colombie, au terme de négociations et d’arbitrages successifs entre 1833 (traité Pombo-Michelena) et 1941, les deux pays ne parvenant pas à s’accorder sur le tracé de leur frontière commune. Encore fallut-il attendre l’installation d’un poste de douane, sur la route de Paraguaipoa à Maicao, pour qu’elle acquiert une signification concrète aux yeux de la population.

9Au xxème siècle, les mutations économiques et le métissage ont favorisé l’absorption progressive des indigènes par les nouvelles sociétés nationales. La désertification de la Guajira et l’expansion de la société créole sur ses marges méridionales ont accéléré le déclin de l’économie traditionnelle, tandis que la force de travail autochtone était peu à peu arrachée à son milieu d’origine par des activités exogènes :

  • l’élevage pratiqué dans les grandes haciendas du piémont andin, à l’ouest du lac de Maracaïbo et sur la côte Atlantique colombienne ;
  • le trafic de contrebande organisé autour du centre commercial de Maicao, fondé en Colombie entre 1920 et 1930.

10A partir des années cinquante, la main d’œuvre colombienne s’est substituée à la population indigène dans les haciendas frontalières du Zulia. La contrebande s’est alors imposée comme principale alternative économique pour une majorité de Guajiros, les commerçants installés à Maicao contrôlant un réseau dont les ramifications souterraines s’étendent jusqu’à Maracaïbo et plus loin encore... Maracaïbo, qui bénéficia longtemps du « boom » pétrolier a d’ailleurs attiré de nombreux migrants, en même temps qu’elle offrait un débouché intéressant pour les marchandises introduites clandestinement au Venezuela.

11La frontière entre le Venezuela et la Colombie sépare des espaces nationaux qui se présentent comme des champs de forces hétérogènes : les effets directs de la souveraineté disparaissent au-delà de cette limite, mais les flux de marchandises et de personnes ne s’arrêtent pas pour autant. Le dynamisme des relations bilatérales au niveau de la péninsule de la Guajira ne permet pas d’envisager l’étude de cette région, sans prendre en considération les liens ethniques, familiaux et économiques qui unissent les populations de part et d’autre de la frontière.

B) Analyse contrastée des zones limitrophes de la Guajira et du Zulia

Un peuplement inégal

12L’importance du peuplement indien est une des caractéristiques de l’espace frontalier, où diverses ethnies installées sur les marges occidentales du bassin de Maracaïbo définissent indistinctement leur territoire entre la zone vénézuélienne et la zone colombienne. Les Yucpas et les Bari constituent deux groupes minoritaires qui vivent en petites communautés isolées dans la sierra de Perijá. En revanche, on peut estimer qu’environ 100 000 indigènes parcourent la Guajira. L’adoption d’un élevage semi-nomade par les Wayu, le développement de leurs activités de contrebande, ainsi que leur organisation sociale et familiale (polygamie), expliquent que chaque clan ait des attaches en divers points de la péninsule. Leur espace vital s’étend de part et d’autre d’une frontière dont ils ignorent pratiquement l’existence : beaucoup possèdent la double nationalité et leur libre circulation entre le Venezuela et la Colombie est un fait reconnu.

13L’analyse des densités de population révèle une pression démographique plus forte du côté colombien que sur les marges du Venezuela, où les autorités ont toujours éprouvé des difficultés à fixer les individus en raison de l’attraction exercée par les champs pétroliers du Zulia et la ville de Maracaïbo.

14Au cours des vingt-cinq dernières années, parmi les sept départements de la côte Atlantique colombienne, seul l’Atlántico a connu une croissance démographique supérieure à celle du Cesar et de la Guajira. Le système urbain constitué par Valledupar, Maicao et Riohacha (environ 250 000 habitants), apparaît comme le plus dynamique après la zone de Barranquilla et Cartagène où se trouve concentrée la moitié de la population de la région littorale.

15Du côté vénézuélien, l’essor des complexes pétroliers et industriels du lac de Maracaïbo a contribué à vider les campagnes environnantes : la périphérie occidentale du Zulia présente des densités inférieures à 20 hab/km2, plus faibles que celles des territoires colombiens contigus. Si la population de certains districts frontaliers progresse rapidement aujourd’hui (+ 5,2 % par an pour le district Paez entre 1971 et 1981), c’est surtout dû à l’afflux de ressortissants du pays voisin dont la plus grande partie se dirige ensuite vers Maracaïbo.

Principales ressources et activités.

16Seule la zone méridionale de la Guajira offre des aptitudes pour l’agriculture et l’élevage, car les précipitations diminuent vers le nord de la péninsule où une végétation xérophile cède peu à peu la place à un désert de sable et de rocaille. Cependant les indigènes perpétuent en haute et moyenne Guajira un élevage traditionnel de chèvres, malgré le manque d’eau.

17Au Venezuela, les populations installées sur les bords du fleuve Limon ont progressivement abandonné ces terres, à cause de la salinisation des sols occasionnée par le dragage de la barre du lac de Maracaïbo. Les éleveurs ont colonisé le piémont de la sierra de Perija, en amont des réservoirs de Tulé et Manuelote dont l’aménagement a détourné une partie des eaux nécessaires à l’agriculture au profit de Maracaïbo et de l’industrie pétrochimique. Même si une fraction de la production s’insère dans un système agro-alimentaire industrialisé (lait, tomates), l’usage extensif du sol prédomine et le secteur rural a été marginalisé dans le développement du Zulia. Ainsi, l’extension des cultures irriguées dans la zone frontalière est circonscrite autour de Carrasquero et résulte d’initiatives privées, à l’origine desquelles se trouvent des Canariens et autres personnes étrangères à la région.

  • 1 Il est assez difficile d’évaluer les superficies en marijuana. Certains ont pu avancer le chiffre (...)

18La culture de la marijuana, introduite en Colombie par les contrebandiers qui possédaient déjà un réseau de contacts internationaux, est pratiquée sur une grande échelle depuis les années 1973-1974. Cette activité s’est propagée ailleurs, mais la basse Guajira et le Cesar restent la principale zone de production du pays : il y a eu un véritable « boom » lié au trafic de marijuana qui a précipité le déclin des cultures traditionnelles et le renchérissement du coût de la vie sur la côte Atlantique1. Comme à l’époque mythique où la United Fruit Company exploitait les bananeraies du Magdalena, les marimberos ont fait flamber des poignées de dollars en dansant la cumbia et le vallenato. L’atmosphère de scandale et de mystère qui enveloppe le milieu des trafiquants, avec sa charge de violence, a constitué un champ fertile pour l’imagination des journalistes et des écrivains occasionnels. Cette littérature a fini par se substituer à la connaissance pragmatique d’un phénomène qui revêt pourtant une dimension économique, sociale et politique indéniable. Le réel se fond ici dans l’imaginaire, mais il arrive que le réalisme magique ne soit pas seulement littéraire.

19La pêche et l’exploitation des salines ont végété, malgré la richesse des côtes de la Guajira. Environ 1 million de tonnes de sel/an est extrait à Manaure, tandis que les salines de Sinamaica sont entrées dans une phase de récession depuis que le gouvernement vénézuélien en a retiré la concession à la municipalité.

20Ce sont finalement les ressources du sous-sol qui ont soulevé les plus grandes expectatives dans l’espace frontalier, en même temps qu’elles attisaient les convoitises. Abstraction faite des réserves potentielles en hydrocarbures du golfe du Venezuela, les gisements de gaz naturel exploités en Guajira depuis 1977 représentent 73 % des réserves colombiennes, mais ils sont insignifiants par rapport aux énormes accumulations de pétrole du bassin de Maracaïbo. La répartition des hydrocarbures de part et d’autre de la frontière reste globalement très favorable au Venezuela : il faut replacer le problème de la délimitation des zones maritimes dans ce contexte, bien que la Colombie soit désormais en mesure de satisfaire elle-même ses besoins en énergie.

21De grands espoirs reposent sur la mise en valeur des gisements charbonniers du Cerrejondans et du Guasare. Les trois-quarts des réserves prouvées se trouvent du côté colombien, où elles atteignent plus de 3 milliards de tonnes. Moins conséquent (environ 1 milliard de tonnes), le bassin houiller du Guasare recèle pourtant les réserves les plus intéressantes du Venezuela. La majeure partie de ces ressources est exploitable à ciel ouvert et présente des caractéristiques similaires dans les deux pays : charbons polyvalents de type bitumeux à forte teneur en matières volatiles, destinés à un usage thermique (6 600 à 7 500 K.cal/kg), avec la possibilité d’obtenir un coke métallurgique de bonne qualité en les mélangeant à d’autres variétés de houille. Les richesses minières de la Guajira et du Zulia sont à la base des projets élaborés pour le développement de l’espace frontalier.

Sous équipement et déficience des services

22Le sous-équipement des zones limitrophes de la Colombie et du Venezuela, en particulier de la haute Guajira, révèle bien l’état dans lequel ces régions périphériques ont été laissées par les autorités.

23Les voies de communication desservent imparfaitement l’espace frontalier Guajira/Zulia : l’épine dorsale du système routier est constituée par l’axe Maracaïbo - Maicao - Riohacha, mais plusieurs endroits habités sont seulement accessibles à pied ou à dos d’animal. L’aménagement du corridor minier reliant la « zone nord » de El Cerrejon à Puerto Bolivar doit faciliter le désenclavement du municipe d’Uribia, grâce à la route qui longe le chemin de fer réservé à l’usage des compagnies charbonnières. Au Venezuela, le gouvernement s’est surtout préoccupé d’ouvrir des voies de pénétration d’intérêt stratégique en direction de Castilletes et du haut Guasare, afin de mieux contrôler les mouvements de biens et de personnes qui s’effectuent par les « chemins verts ».

  • 2 Des cargaisons importantes de marijuana sont écoulées vers les Antilles et les États-Unis, à parti (...)

24Si les seules installations portuaires de la Guajira étaient jusqu’alors destinées aux petites embarcations se livrant au cabotage ou à la pêche, l’inauguration de Puerto Bolivar permet désormais l’accès des gros navires de 150 000 tonnes dans la baie de Portete (uniquement pour les besoins de l’exploitation minière). Par ailleurs, le littoral sauvage de la péninsule abrite des mouillages sûrs que les trafiquants mettent à profit pour leurs activités illicites. Soulignons encore que la Guajira présente des caractéristiques topographiques telles que de nombreux emplacements peuvent servir de pistes d’atterrissage, moyennant quelques aménagements sommaires2.

25La couverture des besoins énergétiques tend à s’améliorer en territoire colombien : la mise en œuvre du projet d’El Cerrejon s’est accompagnée de la construction d’une centrale thermique à l’ouest de Riohacha (Termoguajira : 150 mégawatts), le gaz produit dans le département étant acheminé prioritairement vers Barranquilla et Cartagène. La Corporation électrique de la côte Atlantique (COREL-CA) a entrepris de compléter le système de distribution, mais la fourniture d’électricité reste déficiente dans les zones rurales de haute et moyenne Guajira. La situation n’est guère plus satisfaisante du côté vénézuélien, où ENELVEN dispose pourtant d’une capacité installée de 729 mégawatts sur la rive occidentale du lac de Maracaïbo : que près de la moitié des habitants du district Paez est privée d’électricité.

26Le plus grave problème auquel sont confrontées les populations de l’espace frontalier est celui de l’approvisionnement en eau. Outre le fait que les réserves souterraines de la péninsule sont à peine suffisantes pour étancher la soif de la région, l’eau des puits est peu apte à la consommation humaine (forte salinité, présence de particules minérales). Dans ce domaine, le sous-équipement des zones limitrophes du Venezuela et de la Colombie est manifeste :

  • le réseau d’aqueducs couvre seulement 32 % des besoins du département colombien de la Guajira ;
  • seuls les principaux centres bénéficient d’un service semblable dans les territoires contigus du Zulia (ailleurs des camions citernes distribuent l’eau).

2 - DENSITÉS ET FLUX DE POPULATION DANS L’ESPACE FRONTALIER

27D’une façon générale la région frontalière souffre d’une insuffisance en équipements et services sociaux. Celle-ci est d’autant plus marquée du côté colombien que les habitants des districts Mara et Paez ont la possibilité de mettre à profit la proximité de Maracaïbo, ville bien dotée en infrastructures de tous ordres.

C) Relations binationales dans l’espace frontalier

Flux de personnes

  • 3 Les données chiffrées utilisées pour cette analyse sont extraites de :

28Les migrations frontalières entre la Guajira et le Zulia ont toujours revêtu une certaine ampleur, mais à partir des années cinquante le nombre de citoyens colombiens installés au Venezuela s’est accru rapidement : on estime qu’en 1981 ils étaient 197 000 dans l’État du Zulia, presque 10 % de la population totale. En réalité, aucune information tout à fait fiable n’est disponible sur ce sujet, y compris depuis que plusieurs milliers d’indocumentados ont régularisé leur situation. Vu la forte proportion de migrants clandestins, les autorités ignorent fréquemment le lieu de résidence et la durée du séjour de ces personnes. Les péons qui viennent travailler dans les haciendas de la région se voient pourtant attribuer une « carte agricole », grâce à laquelle un certain contrôle peut s’exercer. Les travailleurs ainsi répartis à travers les campagnes du Zulia pourraient représenter 20 % des Colombiens établis dans la région : souvent originaires des départements de la côte Atlantique, ils constituent une main d’œuvre indispensable à l’économie rurale des districts frontaliers du Venezuela (environ 85 % des salariés agricoles et 40 % de l’ensemble des actifs dans la micro-région Guasare-Socuy). Il s’agit d’une population flottante, très mobile, qui s’adapte aux conditions d’emploi avec une relative souplesse. Beaucoup ont cherché à se diriger vers les villes en quête d’emplois mieux rémunérés (60 % des Colombiens vivant au Zulia seraient regroupés à Maracaïbo), tandis qu’un certain reflux s’est opéré vers leur pays d’origine après la dévaluation du bolivar en février 19833.

  • 4 Cf. CONZUPLAN, Nùcleo fronterizo San Rafael de Guasare, informe general, Maracaïbo, 1975.

29Il faut encore signaler que des invasions de terres, par des familles colombiennes en situation illégale, se produisent dans le nord de la sierra de Perija. Cette présence inquiète l’État vénézuélien, car elle pourrait menacer un jour la reconnaissance de sa souveraineté sur la rive gauche du Guasare. De plus, les déboisements auxquels se livrent les occupants exposent les versants à l’érosion et contribuent à amoindrir les ressources en eau du bassin hydrographique. L’armée est déjà intervenue pour expulser ces ressortissants étrangers, mais sa surveillance s’exerce difficilement sur un territoire très accidenté4.

30Comme les migrations des Indiens guajiros, les flux de citoyens vénézuéliens en direction de la Colombie ont essentiellement des motivations commerciales quand elles ne sont pas touristiques. Mais ces déplacements, déjà affectés par l’insécurité qui règne en Guajira, ont encore diminué depuis 1983.

31Malgré un certain tassement observé à partir de la dévaluation du bolivar, les mouvements de personnes dans l’espace frontalier sont surtout orientés de la Colombie vers le Venezuela. Ils peuvent se manifester selon des variantes légales ou illégales : les plus fréquentes sont illégales et occasionnent parfois des perturbations au niveau de l’économie, de la souveraineté et de l’utilisation des services publics.

Flux de marchandises

32Au cours des années soixante-dix, le commerce « officiel » entre la Colombie et le Venezuela s’est soldé par un excédent favorable à la Colombie, dont les exportations intervenaient pour les trois-quarts dans les échanges bilatéraux. En 1978, le marché vénézuélien absorbait 10 % des exportations colombiennes, offrant surtout un débouché important pour les produits manufacturés (articles textiles, constructions métalliques et mécaniques). La balance commerciale des deux États s’est inversée en 1980 à cause de l’augmentation des importations colombiennes de pétrole, mais les ventes du Venezuela au pays voisin qui se caractérisent toujours par la prépondérance des hydrocarbures (environ 70 % du total) ne dépassent guère 1 à 2 % de ses exportations globales.

  • 5 Cf. Acosta Medina A., El colapso en la economìa fronteriza, in revue Integraciòn 1983 (op. cit., p (...)

33Ces données statistiques ne tiennent pas compte de toutes les marchandises qui passent la frontière sans être enregistrées, spécialement en Guajira où la « zone franche » de Maicao a longtemps profité d’une conjoncture propice pour inonder le marché vénézuélien avec des produits de contrebande. D’après des estimations antérieures à 1983, les ventes mensuelles de Maicao atteignaient 30 millions de US $ : 2/3 pour les marchandises étrangères, 1/3 pour les produits nationaux5.

  • 6 Cf. Gomez T. (op. cit., pages 44-53). Le « tarjetòn guajiro » délivré par les autorités du Zulia à (...)

34A la même époque, la chambre de commerce de cette localité affirmait que 60 % des transactions mercantiles s’effectuaient avec le Venezuela. T. Gomez a déjà analysé les mécanismes de ce trafic dans lequel les Indiens guajiros jouent un rôle d’intermédiaires. Le système du tarjeton guajiro autorisant le passage de 29 kg/semaine de marchandises sèches depuis la Colombie jusqu’à Maracaïbo, a fonctionné quelque temps comme un régulateur de la contrebande, mais les restrictions douanières et la dévaluation monétaire décidées par le gouvernement vénézuélien ont réduit son impact6.

35Le commerce frontalier a été désorganisé par les mesures économiques adoptées en 1983 : la réduction du différentiel monétaire (de 16,8 à 8 pesos pour un bolivar) a provoqué un effondrement des ventes à Maicao, tandis que les flux de contrebande se renforçaient dans l’autre sens.

Balance commerciale colombo-vénézuélienne (en milliers de US S FOB)

Balance commerciale colombo-vénézuélienne (en milliers de US S FOB)

Sources : Documents de la Junta del Acuerdo de Cartagena (Junac) in COMVENEZUELA, El intercambio comercial entre Colombia y Venezuela, Bogota, 1982, p. 39.

Structures du commerce colombo-vénézuélien en 1978 (en milliers de US $ FOB)

Structures du commerce colombo-vénézuélien en 1978 (en milliers de US $ FOB)
  • * Les chiffres de l’INCOMEX diffèrent sensiblement de ceux de la JUNAC, en raison des méthodes de ca (...)

Sources : INCOMEX (in COMVENEZUELA, op. cit., p.41-43)
Note **

36Certaines pratiques ordinaires, telles que l’introduction en Colombie de véhicules et de combustible, se sont intensifiées. En vertu d’une tolérance limitée à certaines zones frontalières, le parc automobile du département de la Guajira est constitué à 90 % de voitures provenant du Venezuela, où elles sont beaucoup moins chères. Cette situation a favorisé la mise en place d’un « marché noir », consistant à revendre en Colombie des véhicules volés dans le pays voisin. Mais on a constaté récemment que des voitures repassaient en fraude la frontière, pour être démontées et pallier le manque de pièces détachées dû aux taxes d’importation de plus en plus élevées au Venezuela ! La vente de combustible a toujours alimenté un courant de contrebande à destination de la Colombie, obligeant parfois les autorités du Zulia à rationner la distribution d’essence dans les districts Mara et Paez.

37Le bétail représente un cas particulier, dans la mesure où jusqu’en février 1983 plusieurs milliers de bovins entraient illégalement au Venezuela à travers la Guajira, alors que depuis cette date ils sont écoulés sur pied vers la Colombie par des éleveurs du Zulia. D’une façon générale, les flux clandestins de denrées alimentaires (sucre, volailles, oeufs, lait, etc.) ont considérablement augmenté en direction de la Colombie.

  • 7 Cf. L’incroyable et triste histoire de la candide Erendira et de sa grand-mère diabolique et autre (...)

38Par ailleurs, des opérations financières sont réalisées de façon occulte d’un pays à l’autre, sans que l’on puisse les évaluer précisément. Aux envois d’argent effectués par les migrants colombiens à leur famille, il faut ajouter les investissements vénézuéliens qui revêtent une certaine ampleur sur la côte Atlantique (appartements, haciendas). Compte tenu de ces éléments, la balance des comptes doit plutôt être favorable aux régions frontalières de Colombie, malgré le rééquilibrage en cours depuis 1983. L’essor d’une économie souterraine y a entretenu une croissance illusoire dont les effets se prolongent du côté vénézuélien, fournissant aux populations autochtones des moyens de subsistance. C’est ainsi que les circonstances et l’environnement géo-économique ont forgé des types socio-culturels originaux, à l’instar de ces Indiens, contrebandiers et vendeurs ambulants, qui traversent certains contes de Garcia Marquez où l’action se déroule sur fond de désert brûlant balayé par les vents7.

(GROUPES SOCIAUX, ORGANES DE DECISION ET PROJETS DE DEVELOPPEMENT)

(GROUPES SOCIAUX, ORGANES DE DECISION ET PROJETS DE DEVELOPPEMENT)
  • Cf. CEPAL 1982 (en milliards de US$).
  • FIV : Fondo de Inversiones de Venezuela.
  • § Cf. Projet de loi pour la création d’un organisme de planification et de développement régional (d (...)

Note *
Note **
Note ***§
3 - STRUCTURATION DE L’ESPACE FRONTALIER

Discours du sénateur Onésime Sanchez :
- « Nous sommes ici pour vaincre la Nature, commença-t-il contre toutes ses convictions. Nous ne serons plus les enfants trouvés de la patrie, les orphelins de Dieu au royaume de la soif et de l’intempérie, ni les exilés sur notre propre terre. Nous serons autre chose, mesdames et messieurs, nous serons grands et heureux ».
Gabriel GARCIA MARQUEZ,
Mort constante au-delà de l’amour, 1970.

II - STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT ET POLITIQUES FRONTALIÈRES

39Au cours des années soixante-dix, les gouvernements vénézuélien et colombien ont décidé presque simultanément de mettre en valeur les ressources charbonnières du Guasare et de la Guajira, selon des modalités distinctes. Si le projet d’El Cerrejon connaît aujourd’hui une exécution rapide, les autorités vénézuéliennes ont dû redéfinir les bases du programme houiller et sidérurgique élaboré par CORPOZULIA. Considérant les efforts entrepris par les deux puissances pour préciser leurs politiques frontalières, il apparaît que ces projets miniers s’inscrivent partiellement dans le cadre de stratégies concurrentes visant à consolider l’économie des régions limitrophes du Zulia et de la Guajira.

A) Exploitation minière et stratégie de développement sur la côte Atlantique colombienne

40Pour assurer l’exploitation du gaz et du charbon de la Guajira, le gouvernement colombien a eu recours à des contrats d’association avec de grandes firmes multinationales.

41Un premier accord a été conclu en 1974, entre ECOPETROL (Empresa colombiana de petrôleos) et la Texas Petroleum Company, pour l’exploration d’une zone s’étendant sur plus d’un million d’hectares. Avec la mise en valeur des gisements découverts dans la péninsule, la production colombienne de gaz naturel a presque été multipliée par trois entre 1977 et 1983. Ces nouvelles ressources énergétiques intervenaient au moment où le pays devait faire face à un déficit grandissant de pétrole brut : non seulement elles évitèrent une crise aiguë sur la côte Atlantique, mais elles permirent de dégager des excédents de fuel-oil pour l’exportation. Le bénéfice tiré des richesses de son sous-sol fut quasiment nul pour le département de la Guajira.

42Quelques variantes ont été apportées au modèle précédent pour l’exploitation du gisement houiller du Cerrejondans. La firme nationale CARBOCOL (Carbones de Colombia SA) concentre actuellement son activité sur deux projets localisés en Guajira :

  • dans la « zone nord » (38 000 ha), un contrat d’association a été signé en 1977 avec l’International Colombia Resources Corporation (INTERCOR, filiale d’EXXON) ;
  • dans la « zone centrale » (10 000 ha), un consortium colombo-espagnol (DOMIPRODECO-AUXINI) extrait le charbon pour le compte de CARBOCOL, suivant les termes d’un contrat de services.
  • 8 Cf. Estimations de l’économie Child J. (El Espectador, Bogotà, 5.2.84).

43Les investissements requis ont été estimés à plus de 3 milliards de US $ dans la « zone nord », ce qui représentait la moitié des capitaux étrangers investis en Colombie au début de l’année 19848. CARBOCOL a dû souscrire des emprunts auprès de plusieurs banques étrangères, afin de pourvoir à la part du financement qui lui incombe (50 % du total).

44L’aménagement de l’infrastructure du projet doit s’achever au cours de l’année 1986, mais les exportations ont commencé avec un an d’avance sur les prévisions : elles devraient atteindre 15 millions de tonnes/an en 1989, la société INTERCOR versant à l’État un impôt de 15 % sur la moitié de production qui lui revient. Pendant 23 ans, l’exploitation de la mine sera régie par le contrat d’association conclu avec la firme américaine, maître d’œuvre de l’opération.

  • 9 Cf. Déclaration du Ministre des Mines et de l’Énergie lors d’une conférence sur le thème : Colombi (...)

45Après avoir figuré parmi les priorités du Plan d’intégration nationale (1979-1982), le secteur minier et énergétique doit bénéficier d’environ 60 % des investissements publics pendant la présente décennie9. Si l’on a essayé de préciser à l’échelle régionale les orientations du plan « Cambio con Equidad » (1983-1986), proclamant la volonté officielle d’améliorer la situation de la côte Atlantique dans le contexte national, les autorités ne se sont guère préoccupées jusqu’à présent de l’articulation du secteur minier avec le développement régional.

46On espère bien que l’exploitation des ressources de la Guajira aura un effet d’entraînement favorisant l’expansion de l’industrie dans la péninsule. Le site de Palomino pourrait être retenu pour l’implantation d’une usine d’urée et d’ammoniaque. La demande de services engendrée par les travaux d’aménagement a stimulé l’activité des petites entreprises de sous-traitance, qu’un comité interprofessionnel s’efforce d’organiser sur place : une fondation a été constituée sous l’égide des grandes sociétés opérant en Guajira, afin que s’établissent des liens privilégiés avec les entrepreneurs locaux. Mais la réussite de ce programme risque d’être entravée par la déficience des réseaux de crédit et de formation dans le département.

47Il se peut que la mise en exploitation du gisement d’El Cerrejon coïncide avec une décentralisation du processus de planification. Après l’échec de plusieurs tentatives en vue de créer un organisme de développement régional sur la côte Atlantique, à cause de l’opposition des départements les plus faibles comme la Guajira, le gouvernement envisage depuis 1984 de placer l’ensemble de la région sous la juridiction d’un Conseil de planification économique et sociale (CORPES). La nouvelle entité disposerait d’un fonds d’investissements alimenté par le fonds national du charbon, les redevances payées par INTERCOR étant ainsi réparties entre les divers bénéficiaires :

  • 6 % pour la Corporation autonome de la Guajira (CORPOGUAJIRA) ;
  • 18 % pour le département de la Guajira ;
  • 20 % pour les municipes concernés par l’exploitation minière ;
  • 56 % pour le fonds national du charbon (la moitié devant finalement revenir au CORPES de la côte Atlantique).
  • 10 Il s’agit des projets présentés au « Forum des investisseurs » de Bogotà, en 1984.

48Cependant, rien ne prouve que la tendance à la concentration des activités économiques dans la zone centrale du pays puisse être infléchie : en 1984, 60 % des projets d’investissements étrangers intéressaient le « triangle d’or » (Bogota, Cali, Medellin), contre 5 % seulement pour la côte Atlantique10.

B) Redéfinition du programme houiller et sidérurgique du Zulia. Alternatives de développement

49Le programme houiller et sidérurgique élaboré par CORPOZULIA se situait dans une perspective de développement et d’aménagement régional. La mise en œuvre de ce projet, dont l’État vénézuélien assumait l’entière responsabilité, devait permettre d’élargir la base économique et accélérer la diversification industrielle du Zulia, puisque le charbon du Guasare était destiné à l’approvisionnement d’un complexe sidérurgique et d’une centrale thermique implantés au sud de Maracaïbo. L’exécution du programme a été suspendue en raison des restrictions imposées au Venezuela par la chute des recettes pétrolières et l’aggravation de sa dette extérieure.

50La construction de la centrale thermo-électrique a été différée et on a renoncé à celle d’une usine sidérurgique. Plus de 400 millions de bolivars auront été engloutis dans cette affaire, le polygone aménagé au bord du lac pouvant être éventuellement utilisé comme zone agricole pilote. On évoque aussi la possibilité de réactiver les installations du groupe SIDERPRO, sur la côte Orientale, pour fournir les tubes d’acier dont le pays a besoin.

51Il n’est pas question d’abandonner la mise en valeur du bassin houiller du Guasare, mais les pouvoirs publics ont entrepris d’en redéfinir les modalités après avoir transféré le secteur charbonnier à Petroleos de Venezuela en 1985. CORPOZULIA se trouve ainsi privée de la maîtrise d’un projet minier qui a perdu toute signification régionale, dans la mesure où il n’est plus lié à un développement industriel en aval. La production de charbon (environ 5 millions de tonnes/an) serait principalement destinée à l’exportation, et il n’est pas exclu de faire appel à un partenaire étranger pour son exploitation.

52L’intensification des activités agricoles sur la bordure occidentale du bassin de Maracaïbo est désormais un des principaux axes d’intervention de CORPOZULIA dans l’économie régionale.

53Dès 1972, la corporation avait lancé en Guajira un projet de développement intégral qui s’articule avec le programme de réforme agraire mis en œuvre par l’Institut agraire national dans la zone frontalière (PIRA Guajira-Guasare). Ces initiatives ont pour but de ralentir l’exode vers la capitale du Zulia, en apportant aux populations rurales une assistance technique et financière avec des services de meilleure qualité.

54L’aménagement de la Planicie de Maracaïbo doit se traduire par l’extension des cultures irriguées dans la vallée du Limon, ainsi que par une amélioration des pâturages au Nord du fleuve Palmar où l’on prévoit d’édifier un barrage. CORPOZULIA et le MARNR (ministère de l’Environnement et des Ressources Naturelles Renouvelables) sont chargés de mener à bien ce programme en association avec le capital privé, afin d’accélérer la mise en valeur du bassin de Maracaïbo qui représente près de 50 % du potentiel agricole national.

55Les orientations actuelles de la Corporation régionale du Zulia sont à mettre en relation avec les changements économiques et politiques intervenus en 1983-1984. L’agriculture est devenue officiellement un secteur prioritaire, à cause de la dépendance alimentaire qui alourdit le déficit commercial du Venezuela. La volonté de substituer un modèle de développement décentralisé à celui qui prévaut est réaffirmée, mais la stratégie de CORPOZULIA s’inscrit dans la ligne des objectifs fixés par le gouvernement et révèle un ajustement aux réalités présentes. D’ailleurs, la coordination de l’action des corporations régionales a été confiée à CORDIPLAN pour éviter des contradictions avec les décisions prises au niveau central.

C) Articulation des stratégies de développement régional avec les politiques frontalières de la Colombie et du Venezuela

56Longtemps vouée à l’oubli, la Guajira apparaît sous-équipée par rapport au Zulia dont l’économie a été bouleversée par l’essor de l’exploitation pétrolière au xxème siècle. Cela explique une disparité des niveaux de vie que des phénomènes compensatoires (migrations, contrebande, etc.) permettent seulement d’atténuer, alors que la pression démographique est plus forte en Colombie qu’au Venezuela. L’apparition du pôle minier d’El Cerrejon s’est combinée avec la dévaluation du bolivar pour modifier les flux de personnes et de marchandises : la rupture de l’équilibre précaire qui existait entre les territoires limitrophes des deux pays a contraint les autorités à préciser leur politique frontalière, après l’échec de nouvelles négociations sur la délimitation des zones maritimes en 1980.

57Le gouvernement colombien s’est employé à favoriser le redressement économique des régions dont le commerce subissait le contrecoup de la dévaluation vénézuélienne. Depuis l’adoption de la loi 10a de 1983, les zones frontalières bénéficient d’avantages fiscaux destinés à stimuler les investissements. Des corporations autonomes ont aussi été créées pour promouvoir le développement des départements périphériques comme le Cesar et la Guajira. Si les luttes entre factions politiques rivales ont retardé la mise en place de CORPOGUAJIRA jusqu’au début de l’année 1985, l’autonomie des institutions départementales ne semble pas menacée par le Conseil régional de planification économique et sociale dont les contours se précisent à l’échelle de la côte Atlantique.

58Au cours des dernières années, les autorités vénézuéliennes ont accordé une attention croissante à la protection et au peuplement de leurs frontières, s’efforçant d’encourager les activités productives et d’améliorer l’équipement des zones limitrophes avec la Colombie (routes, pont sur le fleuve Limon, etc.). Ces aménagements ont plutôt contribué à amplifier les courants migratoires et la contrebande en direction du Venezuela, où diverses conceptions coexistent en matière de colonisation frontalière :

  • d’une part, l’armée essaye d’organiser une colonisation de type civico-militaire, en collaboration avec d’autres institutions (Institut Agraire National, Université du Zulia, etc.) ;
  • d’autre part, l’Institut agraire national continue à installer des familles sur des parcelles, cherchant à favoriser le développement des communautés indigènes tout en sauvegardant leurs valeurs culturelles.

59Les résultats de cette politique sont assez limités, vu la faiblesse des moyens engagés par l’État. Les populations colombiennes restent très mobiles et incontrôlables dans la mesure où elles dépendent encore des sources d’emploi et des prestations de services offertes au Venezuela. C’est bien sûr le cas des habitants de la Guajira, qui évoluent dans l’orbite de Maracaïbo.

60La notion d’intégration frontalière avait surgi de la nécessité de reconstituer l’unité géo-économique de territoires contigus, rattachés à des pays aux législations différentes et mal reliés à leurs centres de décision respectifs. Il faut admettre que le bilan des efforts accomplis dans ce sens par le Venezuela et la Colombie est assez pauvre. Loin d’avoir mené une politique concertée, les deux gouvernements ont pris des initiatives simultanées et parallèles qui ont aggravé la problématique frontalière. Ainsi, la mise en valeur des ressources du sous-sol s’est faite dans un esprit de compétition, tandis que le Pacte andin a partiellement failli à sa vocation en raison des inerties propres à chaque État et des infractions répétées à l’Accord de Cartagène. Un organisme binational comme PROINTEGRACTION, fondé en 1978 pour impulser des actions communes sur la frontière, a végété faute de crédits et d’une volonté politique bien affirmée.

61Cependant une intégration non conventionnelle, liée à l’essor d’une économie souterraine, a transformé comme on sait les confins de la Guajira et du Zulia en un des secteurs les plus actifs de la frontière colombo-vénézuélienne.

4 - ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET AMÉNAGEMENT DE L’ESPACE FRONTALIER GUAJIRA-ZULIA

« Le sénateur était dans la pièce contigüe, en réunion avec les notables du Rosier du Vice-Roi qu’il avait convoqués pour leur chanter les vérités cachées dans ses discours...
— Nous autres, bien sûr, nous ne gobons pas des cocottes en papier, dit-il. Vous et moi nous savons que le jour où il y aura des arbres et des fleurs dans ce merdier de chèvres, le jour où il y aura des aloses au lieu de larves de moustiques dans les puits, ce jour-là ni vous ni moi n’aurons plus rien à faire ici. Vous me suivez ? »
Gabriel GARCIA MARQUEZ, Mort constante au-delà de l’amour, 1970.

III - CONFLITS D’INTÉRÊTS ET DYNAMIQUE SOCIO-POLITIQUE DANS L’ESPACE FRONTALIER

62Les populations frontalières ont un comportement qui ne se coule pas toujours dans les moules officiels. Une telle attitude est due sans doute à la marginalisation économique et institutionnelle dans laquelle a été maintenue la Guajira : les habitants ont inventé pour survivre des modes de production et d’échange peu conformes aux réglementations en vigueur. Les migrations, le commerce de contrebande et divers trafics illicites ont favorisé l’émergence d’un groupe social binational dont les intérêts convergent vers la frontière colombo-vénézuélienne, mais se heurtent à ceux de l’État et des secteurs formels de l’économie nationale ou régionale.

A) Économie souterraine et réseaux de relations sociales

63Avec l’essor de la contrebande et du trafic de drogue, certains groupes dominants (roscas et mafias) ont affirmé leur emprise sur la population et l’espace frontaliers.

64On parle beaucoup en Colombie d’une nouvelle catégorie socio-économique, celle des marimberos dont beaucoup sont originaires du département de la Guajira. Cette classe émergente ne s’est pas vraiment intégrée aux bourgeoisies anciennes de la côte Atlantique, bien que des trafiquants notoires aient aujourd’hui pignon sur rue dans les quartiers les plus exclusifs de Barranquilla ou Santa Marta... Particulièrement remarqués pour leurs dépenses somptuaires, les marimberos ont réinvesti une partie de leurs gains dans des affaires florissantes de la côte Atlantique : hôtels, commerces de luxe, etc. Même si l’essentiel des revenus de la drogue ne reste pas sur place, les retombées financières de cette activité irriguent différentes strates de la société locale et régionale. Un rapport de l’Association nationale des institutions financières évoquait en 1980 la formation d’un système de relations sociales organisé autour de la production de marijuana, superposé aux structures de la société colombienne. Plus de 10 000 exploitants agricoles et au total 30 000 familles tiraient leurs moyens de subsistance de cette culture, en particulier dans le département de la Guajira.

65Les organisations clandestines qui contrôlent le commerce illégal utilisent les services d’indigènes pourvus de la double nationalité colombienne et vénézuélienne : camelleras passant des marchandises contre salaire, guetteurs ou aguantadores, chauffeurs, etc. Les ordonnateurs du trafic installés à Maicao sont en contact avec des correspondants au Venezuela, quand ils ne possèdent pas eux-mêmes des locaux à Maracaïbo, Caracas et Margarita, jusqu’où circulent des marchandises introduites par la Guajira. Quant au bétail, il est souvent écoulé à travers des haciendas binationales dont les terres jouxtent la frontière.

66La situation des zones limitrophes de la Guajira et du Zulia se caractérise par une interdépendance et une grande vulnérabilité face aux décisions prises dans l’un ou l’autre des pays. Après la dévaluation du bolivar en février 1983, on a pu constater que l’économie des régions frontalières était très exposée aux variations des taux de change en l’absence de mécanismes assurant une régulation de leurs relations. La chute des achats vénézuéliens a précipité la ruine du commerce à Maicao, tandis que le ralentissement du rythme des migrations colombiennes vers le Zulia occasionnait une pénurie de main d’œuvre dans les haciendas du bassin de Maracaïbo.

67La solidité des liens culturels et familiaux unissant les populations frontalières renforce une communauté d’intérêts que des groupes de pression organisés défendent contre les empiètements de l’État et des bourgeoisies régionales ou nationales.

68Première organisation à représenter l’ensemble de la collectivité wayu au Venezuela, le Comité de défense du Guajiro réclamait dès 1969 l’élargissement des compétences du Conseil municipal de la Guajira et la reconnaissance du libre passage de la frontière pour les indigènes. Les responsables du mouvement insistaient sur la nécessité de promouvoir l’intégration colombo-vénézuélienne, mais des clivages sont apparus au sein du groupe ethnique lorsqu’une élite liée aux grands partis nationaux s’est mise au service des politiques officielles de développement. Actuellement, les organisations indigènes les plus dynamiques ont leurs bases en Colombie, à partir d’où elles exercent une influence sur les Guajiros du Venezuela.

69De leur côté, les chambres de commerce de Maicao et Riohacha ont toujours cherché à renforcer leurs liens avec les régions voisines du Zulia. C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’elles sont intervenues auprès du gouvernement colombien, en 1983, lors de l’élaboration des mesures destinées à relancer l’économie des zones frontalières.

70Les activités agro-pastorales des marges occidentales du bassin de Maracaïbo dépendent essentiellement du recours à la force de travail bon marché affluant du pays voisin. Les associations qui regroupent les éleveurs et les exploitants agricoles de la région ont souvent manifesté des réticences à l’encontre des projets miniers et industriels, surtout à cause des risques de concurrence qu’ils recèlent pour l’accès à la main d’œuvre et pour l’utilisation de l’eau dont une partie est déjà détournée vers Maracaïbo et le complexe pétrochimique d’El Tablazo.

  • 11 Le Ministre colombien de la Justice, Lara Bonilla R., avait accusé en 1983 huit parlementaires de (...)

71On peut enfin parler de l’existence d’un pouvoir souterrain aux mains des « mafias » qui opèrent dans la péninsule de la Guajira. Il n’est pas douteux que des personnes impliquées dans divers trafics se soient infiltrées à l’intérieur des sphères politiques de la côte Atlantique11. Cela peut constituer un facteur de blocage pour l’action du gouvernement dans la zone frontalière.

B) Impératifs du développement national et régional.

72Les intérêts des communautés frontalières s’opposent assez largement à ceux des industries nationales et du commerce organisé. C’est un des facteurs qui poussent le pouvoir central à accélérer l’incorporation des zones périphériques aux circuits économiques nationaux. Mais au Zulia comme sur la côte Atlantique, les secteurs les plus dynamiques de la bourgeoisie implantée dans les métropoles de Maracaïbo, Barranquilla ou Cartagène, essayent de disputer la maîtrise du développement régional aux entreprises nationales et à l’administration centrale.

73Des entrepreneurs et des notables régionaux, auxquels se sont joints des « professionnels » formés à l’université du Zulia, sont à l’origine du programme houiller et sidérurgique qui était défendu par CORPOZULIA. C’est à Maracaibo que le projet est né et disposait du soutien le plus important. On peut y déceler la volonté de mettre à profit une nouvelle base minière et énergétique pour enclencher un processus de développement indépendant de l’exploitation pétrolière. Un objectif différent est poursuivi avec l’intensification des activités agricoles à l’ouest du bassin de Maracaïbo, puisqu’il s’agit cette fois d’entraîner l’adhésion du secteur rural afin d’insérer une fraction croissante de la production dans un système agro-industriel.

  • 12 Cf. Séminaire Mineria y desarrollo (op. cit.).
  • 13 Cf. CARBOCOL, Boletin informativo, numéro 7, février 1984 (pages 8-9).

74Même s’ils ne sont pas les promoteurs du projet, les milieux d’affaires de la chambre de commerce de Barranquilla se sont préoccupés de l’impact que la mise en valeur des mines d’El Cerrejón pouvait avoir sur l’économie régionale12. D’ailleurs, le siège de la compagnie INTERCOR se trouve dans la capitale de l’Atlántico, à partir d’où l’on coordonne les opérations d’aménagement dans la « zone nord ». Une forte proportion de la main d’œuvre mobilisée pour ces travaux était originaire de la côte Atlantique : environ le quart du personnel a été recruté en Guajira, et un plus grand nombre encore dans les autres départements côtiers. Pendant l’année 1983, 99 000 passagers ont été transportés par avion entre Barranquilla et la zone charbonnière, le personnel technique et administratif ne résidant pas sur place13. Les grands ports de la côte Atlantique ont été les premiers à bénéficier des activités et des emplois induits par l’exploitation des ressources de la péninsule. Aussi n’y a-t-il rien d’étonnant à ce que le mouvement d’intégration régionale conduit par l’oligarchie des métropoles littorales se heurte à de nombreuses résistances en Guajira colombienne.

75Après avoir déjà suscité les récriminations des secteurs formels de l’économie au Zulia, le commerce guajiro porte maintenant ombrage aux centres manufacturiers de la côte Atlantique. Avant 1983 le marché vénézuélien absorbait plus de 50 % des exportations de Barranquilla, mais les mesures monétaires adoptées par le Venezuela ont fait diminuer ces ventes de 44 %. Les entrepreneurs de la côte Atlantique joignent donc leurs voix aux porte-paroles du commerce organisé pour réclamer une répression accrue de la contrebande, puisque l’écoulement des produits nationaux à travers la frontière (1/3 des ventes de Maicao avant 1983) ne compense plus l’afflux de marchandises étrangères en Colombie.

Part du marché vénézuélien dans les exportations de Barranquilla

Part du marché vénézuélien dans les exportations de Barranquilla

Sources : chambre de commerce de Barranquilla (Revue Integración, 1983).

76Les projets d’aménagement concernant l’espace frontalier Guajira / Zulia marquent aussi l’irruption des pouvoirs étatiques dans des territoires qui ont longtemps échappé à leur influence. Cette intervention répond à des impératifs variés :

  • une utilisation optimale des ressources nationales pour assurer le rétablissement des grands équilibres économiques (balance commerciale, dette extérieure) ;
  • la réduction de particularismes nourris par une économie informelle à laquelle il faut substituer de nouvelles sources de revenus (c’est surtout le problème de l’État colombien confronté au trafic de drogue...) ;
  • la nécessité d’affirmer la souveraineté nationale dans des zones frontalières d’autant plus sensibles qu’un contentieux subsiste entre les États limitrophes.
  • 14 L’objectif de CARBOCOL est d’exporter 50 millions de tonnes de charbon en l’an 2000 si les conditi (...)
  • 15 Cf. Rapport du groupe INTERCOR-CARBOCOL sur l’impact de la fin des travaux en Guajira, publié inté (...)

77Dans une conjoncture défavorable, le gouvernement vénézuélien a été conduit à reconsidérer le programme houiller et sidérurgique du Zulia, alors qu’il était dépourvu du formidable support financier et technologique dont bénéficie le projet colombien avec la participation d’EXXON. Le problème est de savoir si le développement de l’exploitation sur une grande échelle en Guajira et dans le Cesar14, ne condamne pas l’alternative vénézuélienne d’une extraction en moindre quantité aux mêmes fins d’exportation (problèmes de marché). Cependant, la nécessité de stimuler des activités susceptibles de retenir les populations des marges occidentales du Zulia est impérative pour éviter l’accélération des migrations vers Maracaïbo. A ce propos, on peut s’interroger sur les conséquences de l’achèvement des grands travaux de la « zone nord » d’El Cerrejon. Plus de 10 000 personnes doivent perdre leur emploi en 1985-1986, 9 % seulement de la main d’œuvre licenciée pouvant espérer être réembauchée lors de la phase d’exploitation15. Divers facteurs rendent cette transition encore plus problématique :

  • la faiblesse de l’infrastructure administrative chargée d’impulser les programmes de développement dans le département de la Guajira ;
  • la répression de la contrebande et la détérioration de la situation économique du Venezuela ont tari en partie les sources de revenus traditionnelles de la population.

78Dans ces conditions, nombreux sont ceux qui vont reprendre les « chemins verts » de l’émigration, aggravant les difficultés sociales occasionnées au Zulia par la récession économique.

Conclusion :

« ... Une terre riche, habitée par des gens très pauvres. » Rodrigo Dangond Lacouture, Gouverneur de la Guajira, 1984.

79Les zones limitrophes de la Guajira et du Zulia apparaissent sur la carte et dans les faits comme d’authentiques « périphéries » politiques, économiques et culturelles. La péninsule de la Guajira, reléguée aux confins de la Colombie et du Venezuela, est longtemps restée un no man’s land, où l’affirmation du pouvoir national s’estompait dans la réalité d’un espace frontalier transnational. Pour des raisons économiques et stratégiques, ce territoire est devenu le champ d’affrontements entre divers pouvoirs et groupes sociaux qui se disputent le contrôle de l’espace et des populations locales, sans prendre toujours en considération les intérêts et les aspirations de celles-ci. Des transformations spectaculaires se produisent actuellement dans la zone colombienne, alors que l’avenir des zones vénézuéliennes contiguës ne peut encore être tracé qu’en pointillé. Néanmoins ce qui se passe d’un côté de la frontière aura des répercussions de l’autre côté, vu la perméabilité de cette limite artificielle.

80Le corridor minier qui traverse la Guajira concentre d’énormes capitaux et fait appel à des technologies ultra-modernes, depuis la mine d’El Cerrejon jusqu’aux installations portuaires de Bahia Portete, ainsi que dans la ville de Riohacha où les compagnies liées au projet ont aménagé quelques bureaux. Les conditions de vie y diffèrent déjà de ce qu’elles sont dans le reste du département, toujours voué à la misère et à la soif. L’irruption d’une activité moderne dans un milieu peu respectueux des lois a entraîné de nouveaux comportements individuels et collectifs, qui rejettent la violence ayant contribué à donner une image si négative du Guajiro pour lui en substituer une autre. Une nouvelle catégorie sociale appartenant à la « génération du charbon » (planificateurs, techniciens et entrepreneurs) s’affirme peu à peu. Cette classe montante s’est lancée à la conquête du pouvoir politique, mais les anciens notables y sont solidement accrochés car ils s’appuient sur des réseaux de relations très efficaces et la magnitude des enjeux qu’ils représentent n’est pas négligeable.

81Dans un milieu fortement imprégné par le fonds socio-culturel indigène, des liens étroits se sont tissés entre les zones limitrophes de la Colombie et du Venezuela. Or, les populations frontalières ont toujours constitué une composante des sociétés régionales, tant au Zulia que sur la côte Atlantique. On ne peut manquer de souligner l’antagonisme qui existe entre leurs intérêts immédiats et la logique propre à chaque État. Il y a des forces qui se manifestent sur la frontière en faveur d’une intégration, surtout du côté colombien où la pression démographique et une moindre richesse poussent les gens à s’infiltrer dans l’économie voisine, caractérisée par un niveau de vie supérieur. Mais les impératifs nationaux conduisent plutôt les gouvernements à envisager le développement des espaces périphériques dans un esprit de compétition, alors que les bourgeoisies régionales sont partagées entre le désir d’échapper à un centralisme excessif et une volonté de renouveau économique impossible sans la participation de l’État.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Cámara de comercio de Barranquilla, Minería y desarrollo, Barranquilla, 1982.

Cámara de Comercio e integración colombo-venezuelana (COMVENEZUELA), El intercambio comercial entre Colombia y Venezuela, Bogota, 1982.

Cámara de comercio e integración colombo-venezolana (COMVENEZUELA), Integraciôn, revista anual, 1983.

Cañas Cañas J., Le Zulia, considérations sur le programme sidérurgique et charbonnier. Population et emploi dans deux espaces de la marge occidentale du lac de Maracaibo, documents de recherche du CREDAL, N° 25, janvier 1985.

Carpio Castillo R., El golfo de Venezuela y el tratado Herrera Campins - Turbay Ayala, Caracas, 1980.

Centro de Investigaciones Urbanas y Regionales (CIUR), Ordenamiento territorial de la micro-región carbonífera Guasare-Socuy, Programme CORPOZULIA - LUZ, Maracaibo, 1978.

Corporación electrica de la costa atlántica - ministerio de Minas y Energia, Un viaje hacia el futuro, Plan de desarrollo de la Costa Atlántica 1983-1986.

CONZUPLAN - Consejo zuliano de planificación y coordinación, III Plan de desarrollo de la région Zuliana (1981-1985).

CONZUPLAN - Consejo zuliano de planificación y coordinación, Evaluación de la situación fronteriza del área Boca de Grita - Castilletes, Maracaibo, 1983.

CORPOZULIA - Corporación de desarrollo de la región Zuliana, Proyecto Guajira, Maracaibo, 1972.

CORPOZULIA - Corporación de desarrollo de la región Zuliana, El programa carbonífero del Zulia, Maracaibo, 1976.

CORPOZULIA - Corporación de desarrollo de la región Zuliana, El programa siderúrgico del Zulia, Maracaibo, 1978.

Economia colombiana : El sector energético, revista N°157 - 158, mai - juin 1984.

Gomez T., Les Guajiros dans la stratégie économique et politique de l’État du Zulia, documents de recherche du CREDAL, N° 23, 1984.

IDER - Programa de investigación y docencia en planificación del desarrollo regional, Estudio regional integrado para la Costa Atlántica colombiana, universidad de Los Andes, Bogota, 1978.

Leon R., Llambi L., Moreno O., La subregión Guajira / diagnóstico y lineamientos de políticas, CENDES - CORPOZULIA - LUZ, Caracas -Maracaibo, 1983.

Pouyllau M., Pouyllau D., Géopolitique et géostratégies du Venezuela, Hérodote N° 27, 1982.

Ramousse D., Frontière politique et frontière de colonisation : les marges occidentales du bassin de Maracaibo, in « Phénomènes de frontière dans les pays tropicaux », Paris, IHEAL, 1981.

Ramousse D., Politiques et stratégies de développement dans l’espace frontalier colombo-vénézuélien, document de recherche du CREDAL, Numéro 28, avril 1985.

República de Colombia, Colombia dispone de una politica de fronteras, Ley 10a de 1983.

República de Colombia, Decreto por el cual se establece un esta-tuto especial para las zonas fronterizas, decreto N° 3448, décembre 1983.

República de Colombia, Decreto por el cual se crea la Corporation autbnoma regional de la Guajira, decreto N° 3453, décembre 1983.

República de Venezuela, Ley orgánica para la ordenación del territorio, Gaceta oficial N° 3238, Caracas, 1983.’

Notes

1 Il est assez difficile d’évaluer les superficies en marijuana. Certains ont pu avancer le chiffre de 100 000 hectares (« Colombian Connection »), Time, janvier 1979) ; des informations plus récentes, divulguées par les aurorités et reproduites dans la presse colombienne, faisaient état de 4 000 hectares dans la Sierra Nevada de Santa Marta et de 6 000 hectares dans la Sierra de Perijà (El Tiempo, Bogotà, 9.8.84).

2 Des cargaisons importantes de marijuana sont écoulées vers les Antilles et les États-Unis, à partir d’aérodromes et d’embarcadères clandestins. A ce sujet les anecdotes fourmillent, plus étonnantes les unes que les autres : actes de piraterie en mer des Caraïbes pour capturer les bateaux servant ensuite au transport de la marchandise, prise en chasse des avions « marimberos » par les Forces aériennes colombiennes... L’armée aurait même découvert des cimetières d’avions dans la péninsule de la Guajira, les appareils accidentés étant parfois enterrés avec leur équipage (cf. Cervantès Angulo J., La noche de las lucièrnagas, Bogotà, 1980).

3 Les données chiffrées utilisées pour cette analyse sont extraites de :

  • Evaluaciòn de la situation fronteriza, CONZUPLAN (op. cit., pages 5-6) ;
  • Ordenamiento territorial de la micro-regiòn carbonìfera, CIUR (op. cit., tome 3, pages 49-50).

4 Cf. CONZUPLAN, Nùcleo fronterizo San Rafael de Guasare, informe general, Maracaïbo, 1975.

5 Cf. Acosta Medina A., El colapso en la economìa fronteriza, in revue Integraciòn 1983 (op. cit., page 35).

6 Cf. Gomez T. (op. cit., pages 44-53). Le « tarjetòn guajiro » délivré par les autorités du Zulia à des commerçants indigènes est à la fois une pièce d’identité et un document fiscal (5 173 « tarjetones » avaient été distribués en 1981-1982).

7 Cf. L’incroyable et triste histoire de la candide Erendira et de sa grand-mère diabolique et autres nouvelles de Garcia Marquez.

8 Cf. Estimations de l’économie Child J. (El Espectador, Bogotà, 5.2.84).

9 Cf. Déclaration du Ministre des Mines et de l’Énergie lors d’une conférence sur le thème : Colombianizaciòn, un reto inaplazable (décembre 1983).

10 Il s’agit des projets présentés au « Forum des investisseurs » de Bogotà, en 1984.

11 Le Ministre colombien de la Justice, Lara Bonilla R., avait accusé en 1983 huit parlementaires de la côte Atlantique d’être liés au trafic de drogue. Le 30 avril 1984, Lara Bonilla fut assassiné alors qu’il devait lui-même faire face à une campagne de dénigrement, certains le soupçonnant d’avoir accepté 105 000 US dollars d’un trafiquant pour financer la campagne électorale de son groupe, le Nouveau Libéralisme (cf. El Heraldo, Barranquilla, 4.11.83 / Le Monde, Paris, 3.5.84).

12 Cf. Séminaire Mineria y desarrollo (op. cit.).

13 Cf. CARBOCOL, Boletin informativo, numéro 7, février 1984 (pages 8-9).

14 L’objectif de CARBOCOL est d’exporter 50 millions de tonnes de charbon en l’an 2000 si les conditions du marché international le permettent (nouveaux projets à l’étude avec des partenaires étrangers).

15 Cf. Rapport du groupe INTERCOR-CARBOCOL sur l’impact de la fin des travaux en Guajira, publié intégralement dans la presse régionale (Diario del Caribe, Barranquilla, 1.8.84). Ce document expose aussi la stratégie que les compagnies entendent suivre pour éviter les pressions politiques qui tenteraient de faire retomber sur elles l’entière responsabilité de la solution du problème.

Notes de fin

* Les chiffres de l’INCOMEX diffèrent sensiblement de ceux de la JUNAC, en raison des méthodes de calcul utilisées.

Cf. CEPAL 1982 (en milliards de US$).

FIV : Fondo de Inversiones de Venezuela.

§ Cf. Projet de loi pour la création d’un organisme de planification et de développement régional (document SP-OPE-022-1984).

Table des illustrations

Légende 1 - LE DIFFÉREND FRONTALIER COLOMBO-VÉNÉZUÉLIEN
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 2 - DENSITÉS ET FLUX DE POPULATION DANS L’ESPACE FRONTALIER
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Balance commerciale colombo-vénézuélienne (en milliers de US S FOB)
Légende Sources : Documents de la Junta del Acuerdo de Cartagena (Junac) in COMVENEZUELA, El intercambio comercial entre Colombia y Venezuela, Bogota, 1982, p. 39.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Structures du commerce colombo-vénézuélien en 1978 (en milliers de US $ FOB)
Légende Sources : INCOMEX (in COMVENEZUELA, op. cit., p.41-43)Note **
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre (GROUPES SOCIAUX, ORGANES DE DECISION ET PROJETS DE DEVELOPPEMENT)
Légende Note *Note **Note ***§3 - STRUCTURATION DE L’ESPACE FRONTALIER
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1796/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende 4 - ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET AMÉNAGEMENT DE L’ESPACE FRONTALIER GUAJIRA-ZULIA
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1796/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Part du marché vénézuélien dans les exportations de Barranquilla
Légende Sources : chambre de commerce de Barranquilla (Revue Integración, 1983).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1796/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable