Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

II - Enjeux nationaux et intérêts régionaux : l'exemple du Zulia

Les enjeux économiques dans un contexte de crise les programmes industriels du Zulia

José Cañas

Texte intégral

1A l’arrivée des Espagnols, au début du xvième siècle, le Zulia était une région faiblement peuplée. Sa densité démographique, actuellement l’une des plus fortes du Venezuela, s’explique par deux évènements décisifs : le développement de l’agriculture de plantation (cacao, café, anil) dans la région andine toute proche, aux xviiième et xixème siècles et surtout la découverte et l’exploitation intensive du pétrole sur la côte orientale du lac de Maracaïbo, au xxème siècle.

  • 1 Date de la première installation des Espagnols. La fondation officielle de la ville est postérieur (...)

2La commercialisation des produits de l’agriculture de plantation par la voie du lac stimula le peuplement de la partie sud de l’actuel Zulia (Encontrados, San Carlos, La Ceiba, Gibraltar) tout en profitant surtout au développement de la ville de Maracaïbo qui, grâce à son activité portuaire et commerciale, va l’emporter sur Altagracia, fondée de l’autre côté du lac à la même date, en 15291.

3Les crises qui allaient frapper successivement les différents produits agricoles d’exportation, outre l’ouverture de voies de communication reliant directement la région andine avec Puerto Cabello et Caracas dès la fin du XIXème, détournèrent du Zulia et de Maracaïbo les flux qui animaient leur vie économique. La région ne resta pas longtemps déprimée : l’exploitation pétrolière et ses activités annexes allaient déclencher des mouvements migratoires et la forte croissance de petits centres sur la côte orientale (Cabimas, Ciudad Ojeda, Lagunillas) et l’apparition de nouveaux noyaux comme Mene Grande. En outre, grâce aux services qu’elle pouvait offrir à l’activité pétrolière et à sa proximité des lieux d’exploitation, Maracaïbo verra son rôle d’animateur régional renforcé.

  • 2 Il faudrait dire, en outre, qu’il a fallu attendre 1962, pour voir la mise en service du pont qui (...)
  • 3 L’industrie pétrolière a été nationalisée en 1976.

4Néanmoins, cette situation n’aura pas que des avantages : les rapports entre la capitale régionale et la partie sud du lac, exclue de la nouvelle dynamique de Maracaïbo, seront très affaiblis tandis qu’aucune véritable structure urbaine n’arrivera à s’implanter de ce côté du bassin de Maracaïbo malgré les avancées du peuplement sur la marge occidentale du lac (Villa del Rosario, Machiques) en relation avec le développement de l’élevage. Par ailleurs, malgré l’intensité des liaisons entre la ville de Maracaïbo et les gros centres urbains aujourd’hui associés au pétrole, l’intégration des économies existant sur les deux côtes du lac2 reste à faire or le caractère d’enclave de l’activité pétrolière3 ne peut guère la favoriser.

I - CONSIDÉRATIONS SUR L’ÉCONOMIE RÉGIONALE

5Au Zulia, les limites de la région définie par la planification recoupent celles de l’État mais ce découpage administratif ne correspond pas toujours à la réalité économique. Rappelons que, dans le passé, les Andes vénézuéliennes étaient fortement intégrées à la grande région ouest dont le Zulia faisait partie. De même, à cette époque, hommes et produits de Colombie circulaient tout naturellement à travers la région.

  • 4 Même si les échanges humains et économiques avec les Andes et la Colombie n’ont jamais tout à fait (...)

6Ces flux ayant été taris4, le Zulia a orienté ses intérêts vers l’est en englobant, encore aujourd’hui, certaines zones de la région voisine formée par les États de Lara et de Falcon. Cette aire d’influence est surtout déterminée par l’économie de Maracaïbo, particulièrement par sa fonction commerciale et financière, sans oublier les retombées de l’activité agricole se développant surtout sur la marge occidentale du lac.

  • 5 Cámara de comercio de Maracaibo, Perspectivas de desarrollo de la región zuliana, Maracaibo, 1980.
  • 6 Le total des nouvelles ressources pour l’économie régionale non pétrolière avait augmenté de 15,4  (...)
  • 7 Cámara de comercio de Maracaibo, op. cit., pp. 11 et 12.

7Au cours des années soixante-dix, comme le montrent quelques indicateurs économiques, le dynamisme de ces secteurs d’activité ne s’étaient pas ralenti. Ainsi, selon la chambre de commerce de Maracaïbo5 entre 1970 et 1978, ce sont les secteurs agricole, financier et énergétique qui ont attiré la plus grande partie des investissements régionaux, leurs ressources augmentant respectivement de 24,4 %, 19,3 % et 18,5 % en moyenne annuelle au cours de cette période6. Toujours d’après la même source, c’est vers l’agriculture et le secteur financier que se sont orientés de préférence les investissements privés régionaux : en 1978, ils ne représentaient que 55,3 % du total de l’investissement régional, pétrole non compris, tandis que ce pourcentage atteignait respectivement 71,2 % et 73,8 % dans ces deux secteurs7.

  • 8 Deux importantes institutions bancaires qui fonctionnaient dans la région jusqu’à l’année 1983, la (...)
  • 9 Banco central de Venezuela, Anuario de series estadísticas 1982, voir cadre III-20, page 75 Gastos (...)
  • 10 in Banco central de Venezuela, op. cit., pp. 212, 213 et suivantes.
  • 11 Fondée en 1882, la Banque de Maracaibo dispose aujourd’hui de 76 agences (données de l’année 1984) (...)

8Il est vrai que ces données ne peuvent traduire qu’un ordre de grandeur et que reste entier le problème de savoir quelle est la part, dans les investissements privés, des prêts et des aides que l’État et ses institutions accordent aux particuliers et aux entreprises régionales à travers le secteur bancaire8. Cependant, un processus de capitalisation proprement local paraît bel et bien exister puisque le Zulia, tout en n’étant pas parmi les régions les plus gâtées par les deniers publics9, voit son secteur bancaire régional attirer les dépôts par les particuliers les plus importants du Venezuela ; par ailleurs, elle est une des rares régions où le bilan entre les investissements locaux et les dépôts réalisés dans le secteur bancaire et financier local montre un solde positif10. Ceci pourrait expliquer, en partie, la présence au Zulia d’un important groupe financier et bancaire régional, organisé autour de la Banque de Maracaïbo11 et dont la fonction prioritaire est d’appuyer les activités commerciale et agricole de la région.

  • 12 in Cámara de comercio de Maracaibo, op. cit. page 21.
  • 13 Il ne s’agit, bien sûr, que de l’industrie non pétrolière.

9D’un autre côté, le processus d’industrialisation par substitution d’importations qu’a connu le Venezuela n’a pas ignoré le Zulia. L’industrie régionale n’a cessé de croître, à des taux plus élevés même que l’agriculture, au cours de la période 1970-197812. Le dynamisme de l’industrie manufacturière peut être aussi mesuré à l’intérêt croissant qu’elle suscite dans le secteur capitaliste privé qui est responsable de 89 % des investissements industriels (73,8 % et 71,2 % dans les activités financières et agricoles13. Il est vrai que l’emploi industriel au Zulia ne concerne pas plus de 60 000 personnes, un nombre significatif, cependant, sur un marché du travail qui en compte un peu plus de 400 000, essentiellement dans le commerce et les services publics.

  • 14 Dont les trois quarts sont à Maracaibo.

10Les deux dernières décennies ont été le cadre, semble-t-il, de profonds rajustements entre les divers éléments de la base économique du Zulia. On constate, tout au moins, la présence accumulée d’un certain nombre de facteurs qui, au cours de ces années, ont créé une situation de nature à susciter les intérêts et l’imagination de certains milieux dirigeants locaux.14

  • 15 A ces faits il faudrait ajouter les problèmes que pose à l’exploitation pétrolière l’épuisement pr (...)

11En effet, à partir de la fin des années cinquante, et en réponse à la politique de no más concesiones décidée par le nouveau gouvernement démocratique, les compagnies pétrolières arrêtent d’investir et commencent à licencier. La création au début des années soixante-dix, du complexe pétro-chimique de El Tablazo, au nord d’Altagracia, qui, jusqu’à une époque toute récente n’avait pas réussi à surmonter de graves problèmes de fonctionnement, n’a pas permis de compenser les effets négatifs de la nouvelle conduite des compagnies15.

  • 16 Depuis le début de l’année 1984 une nouvelle politique de prix pour les produits agricoles a été m (...)

12En outre, l’activité agricole régionale donne depuis quelques années des signes d’essoufflement. Les producteurs malgré les subventions se plaignent de la politique de contrôle des prix imposée jadis par le gouvernement16 qui contribue, selon eux, à la baisse de l’activité et à la rareté de la main d’œuvre que la migration colombienne arrive à peine à pallier. Mais le problème paraît avoir des causes plus profondes comme l’absentéisme très élevé des propriétaires fonciers. De toute façon, l’activité agricole du Zulia, en général, n’est pas actuellement en mesure de répondre aux attentes de la région et du pays ni de garantir la rentabilité des importants moyens accordés.

13Ainsi, les deux activités productives qui ont, pendant longtemps, défini la base économique de la région traversent depuis un certain nombre d’années une phase extrêmement difficile, ce qui n’a fait que renforcer les inquiétudes —et la nouvelle conception du développement régional— manifestée par certains milieux locaux convaincus que le modèle traditionnel de développement appliqué au Zulia a vécu ou tout au moins qu’il est largement insuffisant.

14C’est dans ce cadre qu’il faut placer les initiatives qui se sont développées à partir des années soixante dans le domaine de la planification régionale et la recherche d’un grand développement industriel pour le Zulia.

II - RÉGIONALISME ET PROGRAMME INDUSTRIEL

15L’histoire récente du Zulia est riche en évènements traduisant l’esprit d’entreprise de ses habitants : la création à Maracaïbo de l’une des premières institutions bancaires du pays, aujourd’hui la plus anciene et une des plus importantes de l’Ouest vénézuélien ; c’est aussi la première ville au Venezuela à avoir eu, vers la fin du xixème siècle, un système d’éclairage public à l’électricité qui sera postérieurement géré et développé par une entreprise aux capitaux canadiens, ENELVEN, nom qu’elle gardera lors de sa nationalisation dans les années soixante-dix.

16La lutte pour la réouverture de l’université du Zulia, créée en 1891 mais fermée quelques années plus tard par le gouvernement national, prit, d’une certaine façon, le caractère d’un enjeu régional qui n’a été atteint que lors de l’interrègne démocratique de 1946-1948.

17Ces épisodes, qui ne se sont pas déroulés sans heurts avec le pouvoir central, ont contribué à alimenter une certaine fierté régionale, visible surtout à Maracaïbo qui présente aussi les traits d’une mentalité pionnière. Vivant aux confins du Venezuela, les habitants de Maracaïbo et par extension ceux du Zulia ont eu pendant longtemps le sentiment d’être abandonnés à leur sort par les autorités nationales et même de subir des manifestations ouvertes d’hostilité de leur part.

18En outre, les conditions dans lesquelles se sont développées les activités pétrolières ont accentué ce malaise vis-à-vis du pouvoir central. Même si Maracaïbo a pu tirer un profit non négligeable de l’exploitation toute proche de l’or noir, le sentiment que les compagnies et les autorités de Caracas ont boudé les intérêts de la région a été largement partagé.

19Il est vrai que l’héritage du pétrole a gravement endommagé la côte orientale du lac de Maracaïbo où une urbanisation anarchique a posé des problèmes matériels et humains encore loin d’être maîtrisés tandis que les bénéfices ont été limités dans la mesure où les compagnies n’ont jamais installé leur siège à Maracaïbo ; par ailleurs, la ville a dû attendre 1962 pour disposer d’un pont traversant le lac et la reliant par voie directe au centre du pays. D’où l’impression explicite que le Zulia donne ou a donné au pays beaucoup plus qu’il n’a reçu.

  • 17 Pour les composants du projet voir notre article : Considérations sur le programme sidérurgique et (...)

20Ces quelques considérations contribuent à expliquer les conditions dans lesquelles est né —et son évolution— un des programmes industriels parmi les plus ambitieux qu’ait conçus le Zulia : le projet sidérurgique et charbonnier17.

  • 18 Little, A.D., Industriel developpement opportunities in the State of Zulia. Report to Energía Eléc (...)
  • 19 Estudio de factibilidad para una fundición de hierro gris en Maracaibo. Con-ZUPLAN, Octubre 1965.

21Ce programme est le fruit d’une longue élaboration puisque c’est à partir d’une étude sur les possibilités de développement industriel du Zulia18 menée par une entreprise canadienne à la demande d’ENELVEN que fut conçu un premier projet de Fundición de Hierro Gris19. L’étude fut présentée devant la première assemblée pro-développement économique du Zulia, réunion parrainée par divers secteurs régionaux mais la responsabilité de la réalisation de la Fundición aurait dû revenir au Consejo zuliano de planification (CONZUPLAN), organisme d’État créé en 1964.

  • 20 Id.

22Ce projet avait un caractère essentiellement régional puisqu’il s’agissait d’utiliser pour la Fundición qui serait créée à Maracaïbo, l’abondante ferraille de fer gris ou d’acier existant dans la zone pour fournir des pièces destinées aux entreprises pétrolières, à l’Institut national des œuvres sanitaires (INOS), à l’entreprise Aqueductos rurales, aux raffineries de sucre et aux industries manufacturières de la branche métal-mécanique20.

  • 21 Elle a été créée en 1969 et a commencé à fonctionner en 1970. Une partie de son noyau dirigeant pr (...)
  • 22 Déclarations de Javier Sandoval, chef de la division technique de CORPOZULIA, in CORPO-NOTAS, anné (...)

23La création de CORPOZULIA (Corporatión de desarrollo de la región zuliana)21 qui prit en charge le projet y apporta une première modification. Il était question maintenant d’une usine de fil-machine22. Très vite on commence à parler de sidérurgie, surtout à partir de 1974, lorsque le Conseil sidérurgique national donne sa caution au programme zuliano.

  • 23 Il s’agissait de 6 800 hectares au sud de la ville de Maracaibo.

24Enfin, après les études commandées par CORPOZULIA (1975/ 1976) se met en place le cadre légal de l’expropriation de terres pour dégager la future aire sidérurgique23, la corporation régionale ayant déjà pris possession, deux ans plus tôt, de 70 000 hectares du bassin carbonifère du Guasare. Pourtant, le projet sidérurgique qui avait fait un grand bond en avant dans la deuxième moitié des années soixante-dix, puisqu’une loi favorisant son développement avait été votée (1978) et qu’avait été organisé un appel d’offre international, devra attendre 1982 pour avoir une loi de financement. Une loi qui ne sera pas suivie d’effet à cause de la crise économique (endettement, fuite de capitaux, nouvelle donne du marché pétrolier). Les travaux qui avaient été engagés (exploration du gisement, construction du quai de service et du bâtiment administratif dans l’aire sidérurgique) sont à l’heure actuelle suspendus.

  • 24 70 % du personnel de la corporation lui étaient rattachés.
  • 25 Les organisations des travailleurs pétroliers, ou tout au moins leurs dirigeants nationaux, ont ét (...)

25L’obstination montrée par CORPOZULIA dans la défense du programme sidérurgique réclame quelques précisions. D est vrai, tout d’abord, que ce programme était devenu la raison d’être de la Corporation régionale24 et que le sort des deux se confondait. Il est indéniable, d’autre part, que, à cause d’une mentalité industrialiste ou par calcul comptable, la figure d’un grand projet industriel continue de hanter les jours de certains cercles dirigeants de Maracaïbo, qui souhaiteraient, en outre, fixer dans la région un certain volume des ressources que la nation tire de ses exportations pétrolières. Il est certain aussi que seul un projet de cette envergure pouvait assurer un flux financier capable de donner un nouveau souffle à l’économie de Maracaïbo et de sa région. Ce sont ces expectatives qui ont permis à CORPOZULIA de gagner l’adhésion de l’importante chambre de commerce locale, des associations d’industriels, de l’organisation régionale des travailleurs (FETRAZULIA)25, tous assez malmenés, ces dernières années, par la contraction de l’économie nationale.

  • 26 Purroy, L, El proyecto sidero-carbonifero : un costoso desatino ? Revista SIC, Año XLV, N°488, Set (...)
  • 27 Padioleau, J., Quand la France s’enferre. La politique sidérurgique de la France depuis 1945, Pari (...)

26Ceci dit, on ne peut écarter l’éventualité d’autres enjeux derrière ce programme. Le refus, par exemple, de certains cercles régionaux de voir cantonné le Zulia dans un rôle de producteur primaire, comme fruit d’une division du travail dictée depuis Caracas, ce qui donnerait substance à la thèse de la soberania industrial26, une version locale de l’impératif national formulé par Jean Padioleau27.

27Enfin, soucieuse de son image de marque, la Corporation zuliana a essayé de faire passer, non sans quelque réussite, dans une opinion de plus en plus irritée par l’inefficacité de certaines entreprises nationales, le message selon lequel il était grand temps de donner à des organismes régionaux qui ont fait la preuve de leur sérieux, la possibilité de gérer de gros programmes d’investissements.

III - PROGRAMME INDUSTRIEL ET ACTEURS SOCIAUX

28Le programme sidérurgique et charbonnier promu par CORPOZULIA est devenu un révélateur de conflits : il a opposé d’une part la région à l’État central et d’autre part différentes composantes de la société régionale entre elles.

  • 28 Son personnel s’est multiplié par quatre (de 96 à 376, dont presque la moitié de profesionales et (...)
  • 29 Celui-ci, qui prônait un desarrollisme accéléré, ne pouvait que se féliciter, d’autre part, de tro (...)

29Le projet industriel entrant en contradiction avec le niveau central, l’État a manifesté des réserves et/ou des oppositions qui ont contribué à donner l’image d’un Zulia engagé globalement dans une lutte pour son développement et contre le centralisme. Il faut toutefois, nuancer l’envergure de ces tensions surtout durant la présidence de Carlos Andés Pérez (1974-1979) ; ce fut, en effet, une période faste pour la Corporation régionale28 qui a vu son leadership s’affirmer au niveau du Zulia tout en devenant le partenaire privilégié du gouvernement national29. De plus, lors de la discussion de la loi de financement du projet sidérurgique, pendant le quinquennat suivant, le parti alors au pouvoir, COPEI, finit par donner son approbation malgré les contradictions qui l’opposaient à lui.

30Il est en tout cas vraisemblable que dans ses rapports avec le pouvoir central, le groupe promoteur du projet ait joué sur l’importance stratégique du Zulia dans le contexte vénézuélien, par ses ressources, un poids électoral significatif, enfin une situation frontalière qui oppose le Venezuela et la Colombie autour d’un litige aux retombées économiques non négligeables.

  • 30 parti chrétien-démocrate.

31Il faut dire aussi qu’à l’intérieur de la région le programme a bénéficié d’une sorte de patriotisme local qui, dans un premier temps, a occulté de réelles dissensions. En effet, le groupe aux commandes de CORPOZULIA qui était composé d’entrepreneurs locaux, de quelques notables régionaux et de profesionales formés dans l’université du Zulia a progressivement réussi à gagner l’adhésion des organisations représentatives de la vie régionale (chambres de commerce, organisations de travailleurs, colegios profesionales). Ces appuis sont devenus particulièrement actifs dans la deuxième moitié des années soixante-dix au moment où l’État central laissa entrevoir la possibilité de concrétiser le projet.30

  • 31 Des dirigeants et des personnalités diverses de la côte orientale du lac de Maracaibo vont jusqu’à (...)

32En outre, ces appuis étaient essentiellement localisés dans la ville de Maracaïbo, qui en tant que siège des principales activités économiques et politiques de la région, devait être la première à bénéficier de la sidérurgie. Néanmoins, les responsables de CORPOZULIA, avec le souci de faire progresser l’intégration régionale et d’apaiser les critiques contre le centralisme de Maracaïbo formulées sur la côte orientale du lac31, avaient prévu la construction d’un parc industriel en rapport avec la sidérurgie.

  • 32 Les opinions des uns et des autres n’ont pas beaucoup compté lors du vote de la loi de financement (...)

33Le programme industriel, pourtant, avait sucité des réserves, sinon des oppositions, dans d’autres cercles régionaux. Ainsi, les éleveurs considéraient que la sidérurgie allait établir, pour ce qui est des ressources financières et de la main d’œuvre, une concurrence très dommageable pour leur secteur d’activité. Par ailleurs, pour d’autres groupes locaux, qui se recrutaient surtout dans les organisations de gauche (comme le Mouvement vers le socialisme, MAS), il existait d’autres alternatives pour l’investissement régional, peut-être moins spectaculaires mais aussi efficaces que la sidérurgie32.

34Enfin, CORPOZULIA, qui ne semble pas avoir réussi à faire sortir de sa réserve l’important groupe financier et bancaire régional de la Banque de Maracaibo, a vu ses appuis locaux s’affaiblir avec l’aggravation de la crise économique nationale (1982/1983).

IV - QUELQUES REMARQUES FINALES

  • 33 Saignes, T., Réunion de l’ATP du 29 mai 1984, Paris, IHEAL.
  • 34 Originaires ou natifs de Maracaibo.

35Il nous paraît juste de rappeler ici la remarque qui a été faite à propos de la situation de Santa Cruz en Bolivie où « la dynamique frontalière et une mentalité de pionniers » auraient « favorisé l’isolement et un sentiment de différence »33. Ce commentaire toutefois correspond moins au Zulia d’aujourd’hui qu’à celui qu’il était avant le déchainement pétrolier. Mais si l’on ne peut plus parler d’isolement depuis longtemps, les habitants de la région laissent affleurer des réminiscences de ce « sentiment de différence », particulièrement les Zulianos de « souche » maracucha. Ce sentiment est d’ailleurs ravivé chaque fois que la région et l’État central ont croisé le fer à propos d’un sujet d’importance. Il n’a pas été étranger non plus à la gestation et au développement de la plupart des initiatives locales dont le programme sidérurgique et charbonnier.34

  • 35 Le député Marcano du MIR, lors de la discussion de la loi de financement de la sidérurgie du Zulia

36Il faut tenir compte aussi du contexte dans lequel est née la corporation régionale qui a pris en charge ce programme, une période où presque toutes les régions du Venezuela se sont dotées d’institutions semblables et où les expectatives de croissance économique autorisaient tous les rêves en matière d’investissement. On a ainsi pu dire récemment que chaque région ou chaque grande ville voulait avoir son industrie tout comme elle voulait avoir son université35.

  • 36 Sauf peut-être dans la région centro-occidentale (États de Lara et de Falcón).
  • 37 On pourrait rappeler à ce sujet la remarque qui a été faite lors des travaux de l’ATP : « ... il n (...)

37On ne peut toutefois pas parler de la manifestation pure et simple d’un phénomène à la mode. En effet, CORPOZULIA, dans ses composantes et son style d’action a une spécificité qui lui est propre et cette région est la seule où un organisme local ait réussi à occuper une partie du terrain dont le contrôle aurait dû revenir tout naturellement à CONZUPLAN36. Ce dynamisme de CORPOZULIA lui a même permis de devenir alors un des animateurs de la concertation que différentes corporations régionales vénézuéliennes cherchaient à établir en vue d’une refonte des structures de l’État37.

38Par contre, la légitimité de CORPOZULIA n’était pas reconnue partout dans la région. Son image de marque de promoteur industriel expliquait la méfiance sinon l’opposition du monde agricole. L’origine maracucho de ses dirigeants et une action qui pouvait paraître privilégier la capitale expliquent les réticences de quelques leaders de la côte orientale. Enfin, le fait pétrolier est là pour défier, qui sait pour combien de temps, les efforts d’une population qui cherche à prendre le contrôle de son espace.

Notes

1 Date de la première installation des Espagnols. La fondation officielle de la ville est postérieure (1569/1571).

2 Il faudrait dire, en outre, qu’il a fallu attendre 1962, pour voir la mise en service du pont qui relie les deux côtes du lac.

3 L’industrie pétrolière a été nationalisée en 1976.

4 Même si les échanges humains et économiques avec les Andes et la Colombie n’ont jamais tout à fait cessé. Il suffit à ce sujet de rappeler les liens économiques entre Maracaibo et quelques États comme Trujillo ainsi que les dernières manifestations du commerce transfrontalier avec la Colombie.

5 Cámara de comercio de Maracaibo, Perspectivas de desarrollo de la región zuliana, Maracaibo, 1980.

6 Le total des nouvelles ressources pour l’économie régionale non pétrolière avait augmenté de 15,4 % en moyenne annuelle entre 1970 et 1978.

7 Cámara de comercio de Maracaibo, op. cit., pp. 11 et 12.

8 Deux importantes institutions bancaires qui fonctionnaient dans la région jusqu’à l’année 1983, la Banque commerciale de Maracaibo et la Banque du développement du Zulia (Banco de fomento), avaient une participation financière décisive dans la Corporation vénézuélienne de développement (Corporacion vene-zolana de fomento). Dans la première de ces banques, destinées en priorité à assister le secteur agricole régional, 60 % des dépôts étaient réalisés par l’État.

9 Banco central de Venezuela, Anuario de series estadísticas 1982, voir cadre III-20, page 75 Gastos en bolívares per capita. Voir aussi page 213 et suivantes : Depósitos oficiales y de gobierno por región administrativa.

10 in Banco central de Venezuela, op. cit., pp. 212, 213 et suivantes.

11 Fondée en 1882, la Banque de Maracaibo dispose aujourd’hui de 76 agences (données de l’année 1984), dont la plupart sont installées dans l’Ouest vénézuélien (il y en a 31 au Zulia dont 15 à Maracaibo). Elle est aussi présente à Caracas, où elle fait fonctionner 16 agences, mais beaucoup moins dans l’Est du pays. Outre la Banque de Maracaibo, les principales sociétés composantes du groupe sont : Seguros Catatumbo, Banco hipotecario del Zulia, Sociedad financiera de Maracaibo et Inversiones BANMARA.

12 in Cámara de comercio de Maracaibo, op. cit. page 21.

13 Il ne s’agit, bien sûr, que de l’industrie non pétrolière.

14 Dont les trois quarts sont à Maracaibo.

15 A ces faits il faudrait ajouter les problèmes que pose à l’exploitation pétrolière l’épuisement progressif des puits du Zulia, qui figurent parmi les plus anciens du pays, et plus récemment les conséquences, sur cette industrie, des contraintes de la nouvelle donne du marché international du pétrole.

16 Depuis le début de l’année 1984 une nouvelle politique de prix pour les produits agricoles a été mise en œuvre par le gouvernement de Jaime Lusinchi (social-démocrate). Des subventions aux producteurs ont été supprimées et les prix aux consommateurs de produits comme le lait ont subi de fortes hausses.

17 Pour les composants du projet voir notre article : Considérations sur le programme sidérurgique et charbonnier, documents de recherche du CREDAL N°25, janvier 1985.

18 Little, A.D., Industriel developpement opportunities in the State of Zulia. Report to Energía Eléctrica de Venezuela (ENELVEN), Maracaibo, Zulia, CONZUPLAN, 1964, 196 pages.

19 Estudio de factibilidad para una fundición de hierro gris en Maracaibo. Con-ZUPLAN, Octubre 1965.

20 Id.

21 Elle a été créée en 1969 et a commencé à fonctionner en 1970. Une partie de son noyau dirigeant proviendrait de la Comision pro-desarrollo industrial del Zulia (PROINZU), qui avait déjà fait paraître un travail sur l’économie du Zulia en 1963. Cependant, CORPOZULIA a attiré aussi, dans ses débuts, un certain nombre de cadres qui travaillaient à CONZUPLAN.

22 Déclarations de Javier Sandoval, chef de la division technique de CORPOZULIA, in CORPO-NOTAS, année II, N°12, octobre 1983, Maracaibo.

23 Il s’agissait de 6 800 hectares au sud de la ville de Maracaibo.

24 70 % du personnel de la corporation lui étaient rattachés.

25 Les organisations des travailleurs pétroliers, ou tout au moins leurs dirigeants nationaux, ont été indifférents sinon hostiles au programme industriel du Zulia.

26 Purroy, L, El proyecto sidero-carbonifero : un costoso desatino ? Revista SIC, Año XLV, N°488, Setiembre-octubre 1982, pp. 362-365, Caracas.

27 Padioleau, J., Quand la France s’enferre. La politique sidérurgique de la France depuis 1945, Paris, PUF, 1981, 232 pages.

28 Son personnel s’est multiplié par quatre (de 96 à 376, dont presque la moitié de profesionales et de techniciens.

29 Celui-ci, qui prônait un desarrollisme accéléré, ne pouvait que se féliciter, d’autre part, de trouver en CORPOZULIA un relais pour son projet modernisateur.

30 parti chrétien-démocrate.

31 Des dirigeants et des personnalités diverses de la côte orientale du lac de Maracaibo vont jusqu’à proposer la partition du Zulia en plusieurs États (voir les déclarations faites à la presse régionale par l’évêque de Cabimas, par ex.). D’autre part, des structures sous-régionales sont nées dans les dernières années (Zona industrial de la Costa Oriental du lac-ZICOLCA, Sub-régión de la Costa Oriental, promotora del desarrollo urbano del Zulia-PRODUZCA), qui risquent de devenir aussi le terrain d’enjeux de pouvoir, voire celui des entreprises pétrolières et de l’État central cherchant à entraver la mainmise d’un groupe régional (ou d’une corporation régionale) sur son espace.

32 Les opinions des uns et des autres n’ont pas beaucoup compté lors du vote de la loi de financement de la sidérurgie (septembre 1982), puisqu’en dehors des rares députés du MIT (mouvement de la gauche révolutionnaire), tous les partis politiques nationaux ont voté pour. Pourtant, les éleveurs constituent la principale fraction zuliana du parti Action démocratique, au pouvoir depuis février 1984.

33 Saignes, T., Réunion de l’ATP du 29 mai 1984, Paris, IHEAL.

34 Originaires ou natifs de Maracaibo.

35 Le député Marcano du MIR, lors de la discussion de la loi de financement de la sidérurgie du Zulia.

36 Sauf peut-être dans la région centro-occidentale (États de Lara et de Falcón).

37 On pourrait rappeler à ce sujet la remarque qui a été faite lors des travaux de l’ATP : « ... il n’y a pas un État, car différentes formes étatiques ou para-étatiques qui peuvent être en compétition existent. » Jean Revel-Mouroz, réunion de l’ATP du 22 mars 1984, IHEAL, Paris.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540