Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

II - Enjeux nationaux et intérêts régionaux : l'exemple du Zulia

Introduction

Texte intégral

RÉGION ZULIANA DIVISION POLITICO-ADMINISTRATIVE

1L’exemple du Zulia montre comment un État à la forte identité culturelle, économique et politique, est un champ où se déploient au nom d’impératifs stratégiques, des forces structurées à l’échelle nationale, par de grands investissements de portée nationale, par l’intégration et la sauvegarde des zones frontalières, l’encadrement des minorités ethniques et la préservation de la ressource fondamentale de l’économie vénézuélienne : le pétrole.

2José Cañas, Les enjeux économiques dans un contexte de crise : les programmes industriels du Zulia, après une rapide présentation de la formation de l’économie du Zulia, montre que si Maracaïbo a réussi à renforcer son rôle d’animateur régional avec le développement de l’activité pétrolière dans la région, cette dernière a accentué la dissymétrie de développement et d’urbanisation entre la côte orientale du lac et le reste de l’État. Cette hétérogénéité est à la source de forces centrifuges, nées notamment de la présence des enclaves des grandes compagnies pétrolières, étrangères puis nationalisées. Un recentrage de l’économie régionale a été conçu dès les années soixante autour d’un projet sidérurgique et charbonnier que la corporation de développement régional CORPOZULIA et des groupes locaux ont repris à leur compte. Le démarrage effectif du projet a été brisé net par la crise financière de 1982 ; la survie du projet devient le centre d’un conflit avec le gouvernement central, les cercles régionaux du Zulia refusant de voir leur État cantonné dans un rôle de producteur primaire, comme diktat d’une division du travail décidée depuis Caracas. L’échec du projet fait également ressortir des conflits latents entre différentes composantes de la société régionale, dont les secteurs et bases territoriales sont parfaitement identifiés.

3Didier Ramousse, Les enjeux du développement dans l’espace frontalier colombo-vénézuélien (Guajira/Zulia) analyse l’irruption des pouvoirs étatiques dans des territoires qui ont longtemps échappé à leur influence, ainsi que le rôle respectif joué par les instances nationales, les grandes entreprises liées à des intérêts internationaux, les autorités régionales, dans un espace transnational homogène constitué sur une base ethnique par les Indiens Guajiros. La comparaison de versants colombien et vénézuélien de la frontière montre combien sont divergentes les stratégies adoptées par les deux États dans la valorisation des ressources (principalement charbonnières) et combien diffère la participation des groupes économiques locaux.

4La mise en exploitation en Colombie du gisement d’El Cerrejón s’est faite sous l’égide d’une grande firme nationale, CARBOCOL, relayée sur le terrain par les enclaves de sociétés colombo-nord-américaines et colombo-espagnoles.

5Cette exploitation coïncide avec l’amorce d’une décentralisation du processus de planification, le gouvernement colombien envisageant depuis 1984 de placer l’ensemble de la région sous la juridiction d’un Conseil de planification économique et sociale (CORPES), entité qui serait financée par un fonds charbonnier.

6Du côté vénézuélien, dans le Zulia, en revanche, l’abandon de l’usine sidérurgique, le report de la thermoélectrique, ont démantelé le projet de CORPOZULIA. Le nouveau projet charbonnier d’exportation est depuis 1985 placé sous l’égide de Petroleos de Venezuela, CORPOZULIA étant rejetée vers des interventions dans le domaine agricole, en fonction des orientations prioritaires définies par le gouvernement. Tandis que le mouvement d’intégration régionale conduit par l’oligarchie des métropoles littorales se heurte à de nombreuses résistances en Guajira colombienne, dans le Zulia on relève des oppositions similaires entre promoteurs des projets industriels et miniers favorisant Maracaïbo et associations de producteurs ruraux plus favorables aux nouvelles orientations imposées à CORPOZULIA.

7Thomas Gomez, L’enjeu ethnique : les Guajiros dans la stratégie économique et politique de l’État, pose tout le problème de la politique indigéniste au travers de l’exemple de la Guajira, et du devenir de territoires où les communautés indigènes ont maintenu leur identité, leurs particularismes, pratiquant l’autonomie locale avant toute politique de décentralisation.

8La Guajira, zone frontière et indienne dont le Zulia possède la partie vénézuélienne, est devenue l’objet d’une sollicitude particulière de la part de l’État national, de l’État du Zulia, des organismes de planification et d’aménagement, des partis politiques, de l’Église et des organismes à vocation sociale et scientifique, le tout dans le cadre d’un « projet Guajira ». La revendication colombienne sur le golfe de Venezuela (et ses ressources pétrolières) est le point de départ de cette politique vénézuélienne d’intégration, depuis 1972. Le projet consistant à diversifier l’économie guajira et à l’ancrer dans la zone frontière pour éviter que se creuse un vide démographique, a rencontré les attractions centrifuges exercées d’une part par le pôle d’emplois du projet charbonnier colombien, mais aussi par Maracaïbo même, où l’immigration guajira peut conduire à l’assimilation à la communauté nationale. Toutefois la politique officielle vise plutôt une reconstruction contrôlée de l’identité ethnique ; l’élite guajira, fortement acculturée, participant à cette tâche, se retrouve à la tête des organismes politiques ou de gestion liés à l’indigénisme, tant au plan national qu’au plan régional.

Table des illustrations

Légende RÉGION ZULIANA DIVISION POLITICO-ADMINISTRATIVE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540