Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

I - Les institutions locales et le débat régional

Base territoriale et socio-culturelle d’un pouvoir national et régional : le cas du Tachira (1870-1982)

Michel Pouyllau

Texte intégral

1Le Tachira, frontalier avec le Norte Santander colombien, constitue l’un des États de plein exercice administratif du Venezuela (figure 1). République de droit fédéral (en réalité le système est essentiellement centralisé autour du pouvoir exécutif), le Venezuela est formé de vingt États, un district fédéral correspondant au siège des pouvoirs constituants (partie ouest de la ville de Caracas), deux territoires fédéraux dépendant du pouvoir exécutif et des dépendances fédérales (les petites Antilles vénézuéliennes).

2Le Tachira a constitué de très longue date une entité administrative et politique ; dès la colonie, les Espagnols s’assurent, depuis Santa Fé et depuis Mérida, du contrôle de cette dépression formant un passage naturel (1 500 mètres d’altitude) dans la Cordillère entre le versant Caraïbe et la grande dépression des Llanos. San Cristobal, actuelle capitale de l’État, est fondée dès 1561 ; la conquête du piémont ne s’effectuant qu’à partir du xviiième siècle.

  • 1 Castro (1899-1908), Gomez (1908-1936), Lopez Contrepas (1936-1941), Medina Angarita (1941-1945), P (...)

3Les conditions géographiques et socio-économiques ne font pas du Tachira une de ces régions « remarquables » qui foisonnent dans les manuels. Il est cependant à noter que le Tachira et ses hommes ont joué, à la fin du siècle dernier et durant tout ce xxème siècle, un premier rôle et pratiquement rôle unique (1899-1945) dans la constitution du Venezuela contemporain. La formule de Domingo Alberto Ranger « Los Andinos en el poder » revêt toute son importance quand on sait que depuis 1899, jusqu’en 1984, soit durant 85 ans, des hommes politiques, militaires pour la plupart, ont gouverné le pays 61 ans1.

4Le rôle du Tachira a donc été extrêmement important dans la transformation d’un pays agricole en État pétrolier ; nous analyserons cette « émergence » dans une première partie, correspondant à la phase militaire 1899-1958. La perte du pouvoir exécutif, en 1958, n’entrave pas les actions des bourgeoisies locales et régionales dans la conquête d’un espace économique ; leur nouvelle stratégie en vue de la constitution d’une région de développement centrée sur le Tachira, est analysée dans la seconde partie. Enfin, cette stratégie, face aux conditions internes —relations inter-régions et inter-États—, conflits éleveurs agriculteurs (de type capitaliste) et face au problème de l’immigration colombienne, s’est remarquablement bien développée jusqu’en 1979. Le coup d’arrêt subi à ce moment-là pose le problème en termes géopolitiques ; la région sud-ouest Tachira existe-t-elle et peut-elle exister dans le contexte vénézuélien actuel ?

Fig. 1 - ÉTATS ET RÉGIONS ADMINISTRATIVES AU VENEZUELA (tiré de Atlas de Venezuela et Brisseau-Loaiza J., modifié).

I - L’ÉMERGENCE DU TACHIRA DANS LE VENEZUELA CONTEMPORAIN (1870-1958)

5A l’issue des troubles qui ont accompagné la guerre de la Fédération (1859-1864), le Tachira occupe une place importante du point de vue économique. Bien que partiellement touché par cette guerre, la région a pu maintenir une activité agro-pastorale très importante, basée sur la culture du café et l’élevage des bovins. Ces bases agraires conditionnent la montée d’une bourgeoisie locale, laquelle se voit frustrée dans ses aspirations nationales car écartée du pouvoir central. Cette lente montée vers Caracas se voit concrétisée par la prise militaire de la capitale en 1899. Les « Andins au pouvoir », organisateurs d’une armée moderne sur laquelle ils s’appuient, participent à la grande transformation que subit le pays à partir des années vingt, c’est-à-dire l’arrivée du pétrole dans l’économie vénézuélienne. A la mort du dictateur Juan Vicente Gomez, en décembre 1936, le Venezuela est définitivement un pays pétrolier doté d’une structure administrative organisée et où les « caudillos militaires » locaux, héritiers des chefs de clans du xixème siècle, ont été définitivement anéantis. La montée du populisme, issu de la crise de 1928, ne sera ralentie que par la dernière dictature andine, celle de Marcos Perez Jimenez (1947-1958) ; il s’agit là d’un transfert de pouvoir, de l’économique vers le militaire, le Tachira ne jouant plus un rôle moteur dans l’économie du pays. Mais le système militaire, mis sur pied par les Tachirenses, reste encore l’instrument du contrôle du pouvoir.

A) Le Tachira : une région frustrée en plein essor économique (1870-1899)

6Relativement épargné par la guerre de la Fédération, le Tachira reçoit au milieu du xixème siècle un flux notable d’immigrants. Des données de recensements et des évaluations, reprises par Domingo Alberto Rangee, permettent de remarquer que le Tachira occupe une place à part au sein du Venezuela : tandis que le pays voit sa population doubler, de 1839 à 1891, de 887 000 à 2 200 000 ; le Tachira quintuple ses habitants durant la même période.

Sources : RANGEL D.A. / CHI-YI CHIEN - PICQUET

7La croissance naturelle est complétée par l’arrivée, soit d’agriculteurs et éleveurs des Llanos et du bassin de Maracaïbo, ceux-ci fuyant le paludisme, ceux-là et le paludisme et l’insécurité ; soit d’immigrants aux origines diverses, Andins du Venezuela et Colombiens des départements de Santander, attirés par la situation frontière du Tachira (contrebande et/ou commerce).

8La géographie de la population au Tachira modifie le rôle des villes et bourgs ; San Cristobal demeure la capitale administrative de l’État, certaines villes voient leur influence décroître (Lobatera et La Grita) tandis que d’autres émergent (Rubio, Tariba, San Antonio del Tachira —ville frontière). La richesse économique du Tachira est fondée sur le café et accessoirement sur l’élevage des bovins. Entre 1876 et 1894, le Tachira double sa production de café ; de 83 000 sacs, la production passe à 160 000 sacs de 60 kg (Rangel D.A.). Le même auteur signale, à partir de données issues du ministerio de Fomento, que la consommation en viande bovine de la ville de San Cristobal, consommation ramenée par tête d’habitant, atteint 25 kg/personne ; cette consommation ne sera atteinte pour l’ensemble du Venezuela que dans les années soixante-dix du xxème siècle.

9Cette activité agro-pastorale entraîne une vie économico-commerciale très importante avec des flux financiers et commerciaux en partie dirigés sur la région, mais surtout vers l’étranger, acheteur de café (États allemands en particulier). L’organisation régionale est faite alors autour de San Cristobal, marché principal du Tachira et concurrent de la ville colombienne de Cucuta. Le transport des marchandises se fait au travers d’un réseau terrestre-fluvio lacustre, centré sur Maracaïbo (figure2). Dans la cordillère, un réseau routier permet d’atteindre le contact piémont — plaines au sud du lac de Maracaïbo ; au-delà, les transports s’effectuent par le rio Zulia et le lac de Maracaïbo vers la grande métropole. Dans la phase d’expansion du capitalisme andin, certaines rivières seront doublées par des voies ferrées (Gran ferrocarril del Tachira, long de 120 kms entre La Fria et Encontrados à proximité du lac de Maracaïbo). Le Tachira forme ainsi un véritable pôle de développement économique dont les flux d’échanges s’articulent avec Maracaïbo et l’étranger, via ce dernier port. Il n’y a pas de contacts commerciaux établis avec la capitale Caracas et même avec les autres bassins andins (Mérida, Trujillo).

10La prise de conscience de la bourgeoisie locale se manifeste face à la décadence du pouvoir central aux mains des héritiers de l’époque de Guzman Blanco (années 1870) et une série de faits et de contradictions vont favoriser la prise du pouvoir par les Andins. Leur richesse économique, l’état d’abandon du pouvoir central, la crise financière dans laquelle est plongée le pays, endetté vis à vis de l’extérieur, toutes ces données poussent le Tachira vers le pouvoir.

Fig. 2 - RÉSEAU URBAIN ET AXES DE COMMUNICATION AU VENEZUELA
(xixème et xxème siècles) au milieu du xixème siècle
(Sources CORDIPLAN et Chi-Yi Chen, modifié).

B) Les Andins au pouvoir (1899-1936)

11La prise de Caracas par le général Cipriano Castro en 1899, en-dehors des anecdotes et autres évènements liés à cette conquête (les Tachirenses étaient 60 lorsqu’ils envahissent le Venezuela depuis Cucuta ; ils accrochent les rênes de leurs chevaux aux lampadaires de la place Bolivar à Caracas), marque cependant l’inquiétude de la bourgeoisie andine face à plusieurs crises qui menacent le pays ; chute des prix du café, du cacao et des bovins entre 1895 et 1910 (Salcedo-Bastardo J.L.) ; menaces sur l’indépendance nationale, concrétisée en 1902 par l’arrivée de bateaux européens bloquant les ports nationaux (dette extérieure), et sur l’intégrité nationale même, la Guayana Esequiba passant sous contrôle anglais (Pouyllau M. et D., 1982).

12L’action des Andins, et surtout du général Juan Vicente Gomez (1908-1935), est axée sur plusieurs domaines :

  • La réorganisation militaire avec la mise en place d’écoles de formation et d’une armée de métier où les officiers sont pratiquement tous originaires du Tachira.
  • La réorganisation administrative où les règles de népotisme et de corruption favorisent la mise en place d’un réseau de clientèles sur l’ensemble du pays.
  • La tolérance vis-à-vis des intérêts particuliers nationaux et extranationaux. C’est l’époque de la mise en place des filiales des compagnies pétrolières au Venezuela. A partir de 1914, trois régions sont affectées par la production pétrolière, Barinas, l’Orient et surtout le Bassin de Maracaïbo. A titre d’anecdote, la première compagnie pétrolière a été fondée au Tachira en 1878 sur les gisements de la Alquitrana, près de Rubio ; il s’agissait de Petrolia Del Tachira. L’octroi de concessions à l’intérieur du pays aux grandes sociétés, Creole (Standard Oil), Royal Dutch Shell, etc., contribue à la formation de véritables enclaves pétrolières. La production suit une courbe exponentielle entre 1914 et 1971. La pause viendra ensuite.

PRODUCTION DE PÉTROLE

PRODUCTION DE PÉTROLE

Source : Salcedo Bastardo J.L. (1 baril/jour = + ou — 50 tonnes/an).

13— Le partage des intérêts se fait d’ailleurs suivant des règles non établies mais bien précises : le grand capital pétrolier contrôle la principale richesse du pays, la bourgeoisie nationale le commerce et les Andins (modérateurs et conservateurs du nouveau Venezuela) gèrent l’agriculture du pays comme s’il s’agissait de leur bien propre.

14Les Andins, et surtout le général Juan Vicente Gomez, s’assurent du contrôle exclusif du marché de la viande par la formation d’un réseau intégré de type vertical, de la possession des terres jusqu’au contrôle des abattoirs. Dès la fin de la décennie 1900-1910, Gomez assure déjà le monopole de l’approvisionnement en viande de la région centrale (Caracas, Valencia et Puerto Cabello), soit un marché de 150 000 personnes pour lequel 15 000 têtes de bétail/an suffisent à peine. La transformation des Andins en latifundistes ne fait que s’accélérer durant la dictature de Gomez.

15De son hacienda andine de La Mulera, base et berceau de sa psychologie paysanne, Gomez et sa famille ont construit en une quarantaine d’années un véritable empire agro-industriel : trente hatos ou ferme d’élevage, 300 000 têtes de bétail, dix-huit haciendas agricoles (café, cacao, etc.), des raffineries de sucre, des abattoirs, des cimenteries, des biens immobiliers, de l’or (1/3 de l’or du pays en 1928) (Ranger D.A.). Cet auteur estime par ailleurs que Gomez possédait à sa mort 13 % des richesses du pays. Enfin, Gomez développe, par le travail forcé interposé, une politique de grands travaux routiers et de désenclavement. La région du Tachira sera une des premières à en bénéficier avec l’ouverture de la route Transandine, assurant ainsi son incorporation terrestre avec le centre du pays (figure 3).

Fig. 3 - RÉSEAU URBAIN ET AXES DE COMMUNICATION EN 1936.
(Sources CORDIPLAN et Chi-Yi Chen, modifié).

16La collaboration des Andins à la transformation du Venezuela en un empire pétrolier est évidente, soit par laisser faire, soit par participation active ; mais cette transformation est factice. En 1926, les exportations de pétrole dépassent en valeur les exportations de l’agro-industrie (Salcedo-Bastardo J.L.) mais le pétrole vénézuélien est entre les mains des compagnies étrangères. Ces dernières, échaudées par l’expérience de la Révolution mexicaine, construisent avec la complicité des gouvernements de Gomez une véritable politique de spoliation. Les bénéfices des compagnies prouvent cette spoliation : Salcedo-Bastardo J.L. cite, par exemple, le cas de la Lago Petroleum Corporation (Standard Oil of Indiana) percevant un bénéfice net de 8 millions de dollars pour un capital investi de 3,5 millions de dollars ; la valeur moyenne des actions des compagnies augmentant de 600 % entre 1924 et 1927. Romulo Betancourt signalait en 1956 : « Les compagnies emportent le pétrole et le gouvernement vénézuélien les paie pour qu’elles l’emportent ». La législation pétrolière vénézuélienne est une des plus laxistes du monde ; pour ne signaler qu’un exemple, la loi des hydrocarbures du 19 juin 1920 limite les concessions à 60 000 hectares par compagnie et un impôt « superficie » est fixé à 10 bolivars par hectare. Devant les protestations des compagnies, la loi est modifiée en 1921 : les concessions pourront atteindre 120 000 hectares et l’impôt « superficie » sera ramené à 7 bolivars par hectare !

17Deux événements vont secouer la dictature andine ; d’une part la crise de 1928 d’où, à l’issue d’une protestation étudiante, vont émerger les nouveaux et jeunes leaders populistes et nationalistes du Venezuela contemporain ; et, d’autre part, la mort de Gomez en 1936.

C) Le maintien des Andins au pouvoir (1936-1958)

18La dictature des Andins du Tachira va se perpétuer sous diverses formes et après une interruption, entre 1945-48, jusqu’en 1958. Mais les conditions de l’exercice du pouvoir sont différentes. Ilôt de prospérité, le Venezuela a cependant souffert dans différents domaines de la grande crise des années trente. L’embrasement mondial par ses conséquences sur le continent sud-américain, base de repli économique pour l’effort de guerre des États-Unis, favorise l’ouverture du pays et l’introduction des « nouvelles idées ». Les émigrés de 1928, les victimes de la dictature, les militaires de la 2ème génération, eux-mêmes originaires du Tachira, mais opposés à la génération des anciens, la nouvelle bourgeoisie nationale, tous ces groupes de pressions, d’intérêts et d’idées, s’organisent entre 1936 et 1945, soit d’une manière semi-clandestine sous la présidence du général Eleazar Contreras, soit en toute légalité lorsque le pouvoir est entre les mains du général Medina Angarita. Le Tachira perd peu à peu le contrôle de la politique nationale du Venezuela. Son rôle économique, essentiellement agricole, a décru notablement ; des nouvelles couches bourgeoises et le prolétariat du pétrole modifient sensiblement l’échiquier politique du Venezuela.

19Le coup d’État du 18 octobre 1945, préparé par les populistes d’Accíon démocrática et les jeunes colonels de l’armée, Junta civicomilitar (entre autres Delgado Chalbaud, Perez Jimenez —colonels du Tachira), a provoqué et provoque toujours dans les cercles politiques vénézuéliens de sérieux débats : s’agit-il de la fin d’une période « archaïque » dans laquelle était plongé le pays par les dictateurs andins, ou bien l’intervention malhabile des populistes, s’appuyant sur l’armée (pouvaient-ils compter sur un autre pouvoir ?) n’a-t-elle pas remis en selle les Andins, en perte de vitesse, et retardé de 10 ans l’avènement d’une démocratie moderne ?

  • 2 Dans le langage populaire, un partisan de l’Accion démocratica est un ADECO, CO pour comunista ; l (...)

20Le débat s’est ouvert autour des souhaits manifestés et des ouvertures démocratiques pratiquées par le général Medina Angarita. Le fait est que la position grandissante de l’Acción démocrâtica de 19452 n’est pas pour satisfaire les intérêts divers mais non contradictoires, des compagnies pétrolières, de la bourgeoisie nationale et des Forces armées. C’est sous le gouvernement du Président élu, Romulo Gallegos, que la règle 50-50 est appliquée au marché pétrolier (la somme des impôts perçus par l’État sur les compagnies pétrolières ne peut être inférieure à la moitié de leurs bénéfices).

21La Junte militaire, formée le 24 novembre 1948 à partir des cadres de l’armée moderne créée par les généraux andins de la première génération, ne fait qu’occuper la place que les forces démocratiques en cours de formation n’ont pu contrôler. Seul le parti populiste Accibn democrática au pouvoir essaie de résister ; le parti communiste du Venezuela est encore faible et la démocratie chrétienne COPEI fondée en 1945, n’a pas encore éliminé les tendances droitistes qui ont été l’une des composantes de ce courant politique.

22Le Tachira est donc de nouveau représenté, à la tête de l’État, par le général Marcos Perez Jimenez. Celui-ci assure, soit par élimination de ses collègues militaires, soit par fraude électorale, son pouvoir à compter du 2 décembre 1952. Mais la situation est radicalement différente de celle de 1899 ; le Tachira ne joue plus un rôle économique important et seules les circonstances antérieures à la création d’une armée de métier, basée sur un recrutement « tachirense », font de celle-ci l’instrument des compagnies et de la bourgeoisie nationale pour écarter le danger « communiste ». Le Tachira, en tant que région, n’exerce plus de rôle politique dans la vie du pays. La gestion de Marcos Perez Jimenez est controversée. La démocratie issue du 23 janvier 1958, date de son renversement, insiste à juste titre sur le caractère dictatorial de son pouvoir et de sa soumission aux intérêts extra-nationaux. Plus récemment, des analyses historiques objectives tentent de cerner l’apport de ce gouvernement à la mise en place d’un véritable capitalisme monopoliste d’État, premier instrument d’une indépendance nationale (Rincon F.). Cet auteur rappelle et note que certains grands projets contemporains d’indépendance économique ont été, soit planifiés, soit en partie réalisés sous la dictature ; hydro-électricité de Guayana, industrie sidérurgique, pétrochimie, tous sous contrôle de l’État.

23Le déclin du dictateur, peu à peu isolé au sein de l’armée face aux nouveaux cadres issus d’autres régions que le Tachira, la montée des forces populaires et démocratiques (le parti communiste et l’Acción Democrática), le nouvel état du monde issu de la guerre froide expliquent en partie l’établissement de la démocratie à l’issue des journées de janvier 1958. Les hommes du Tachira ne joueront plus de rôle en tant que représentants organisés d’une région, à la tête de l’État ; seul Carlos Andres Perez (1974-1979) puis à compter de 1989, dans un autre domaine et avec un autre registre, assurera une continuité Tachirense au sein de l’État central.

II - VERS UNE RÉGION SUD-OUEST : UNE NOUVELLE STRATÉGIE

24Lorsque, dans les premiers jours de mars 1979, Carlos Andres Pérez décrète la création d’une région sud-ouest formée de l’État du Tachira, des districts Pedraza et Zamora de l’État de Barinas et du district Paez de l’État de l’Apure ; il peut apparaître que le combat politique et intellectuel mené par les Tachirenses depuis une dizaine d’années voit une juste confirmation. L’enfant de Rubio, berceau du café du Tachira, Carlos Andrés ou plus simplement CAP favorise son État natal. Cadeau empoisonné, s’il en est, car le président social-démocrate ADECO transmet le pouvoir le 12 mars 1979 au président social-chrétien nouvellement élu, Luis Herrera Campins ; ce dernier ne mettra jamais à exécution le décret de son prédécesseur. Ce coup d’arrêt dans les aspirations du Tachira mérite un commentaire, mais encore faut-il analyser la nouvelle stratégie de développement et d’organisation régionale, développée dans des groupes de pressions et cercles intellectuels et politiques du Tachira, en vue de la création d’une région de développement dans le sud-ouest du pays.

  • 3 Jusqu’au début des années cinquante, la désignation officielle du Venezuela était « Estados Unidos (...)

25Basée sur les théories de régions économiques et des pôles de développement de F. Perroux et J. Friedman (Brisseau-Loaiza S.), la structure régionale du Venezuela est mise en place en 1969 à l’issue d’une mission de 1TRFED. Le découpage régional ne remet pas en cause la structure fédérale de la République du Venezuela3 et se fonde sur la nécessité de regrouper des États en vue de créer des régions plus vastes en vue de développement. Divers décrets, en 1969, 1972, 1975 et 1980, ont modelé et modifié les limites des régions ; mais, en ce qui concerne la région des Andes où sont regroupés les États du Tachira, Merida, Trujillo, Barinas et partie de l’Apure, les modifications sont minimes et n’ont pas affecté le Tachira.

26Entre 1970 et 1980, des groupes de réflexion se créent au Tachira en vue d’obtenir une reconnaissance de la spécificité sud-occidentale andine. Leur argumentation repose essentiellement sur une critique des modèles importés (droit et structures de développement régional), sur le rôle du Tachira dans la formation d’une région polarisée autour de San Cristobal, polarisation reposant sur des projets de développement et des pôles économiques hydro-agricoles surtout, énergético-industriels parfois, enfin sur la position du Tachira, État charnière dans le cadre du Pacte andin entre le Venezuela et la Colombie.

A) Critique des modèles importés

  • 4 Groupes de techniciens et professionnels divers, agro-techniciens ; ces nouveaux « Andins » se reg (...)

27L’analyse menée par divers groupes4 du Tachira part du fait que le modèle de régionalisation implanté au Venezuela est un modèle importé, issu d’idées nord-américaines mises en pratique en France par F. Perroux et transportées au Venezuela par l’intermédiaire de la Mission IRFED de 1965.

  • 5 L’auteur du présent papier a participé, à titre personnel, à certaines activités de FUNDASUROESTE (...)

28Ce modèle est basé sur un regroupement de divisions administratives (départements en France, États au Venezuela) en unités plus vastes dans lesquelles certains pôles doivent générer le (ou un) développement (régions programmes de la France des années soixante, régions administratives créées au Venezuela en 1969) (Colmenares E. et alii)5.

29Dans le cas vénézuélien, ce modèle ne tient pas compte de deux facteurs :

  • d’une part, de l’existence de grands espaces « vides » sur lesquels un développement imaginé à partir d’un pôle ne peut qu’entraîner, soit des projets totalement déconnectés des réalités locales, soit l’aggravation du poids du pôle par rapport au secteur vide (parfois fort éloigné)6 ;
  • d’autre part, d’espaces déjà organisés ou polarisés correspondant à des fractions d’États ou des États stricto-sensu, ou enfin associés à quelques districts voisins (ce dernier cas correspondant au Tachira).
  • 7 L’époque (années 75-79), immédiatement après le triplement de la rente pétrolière, entretenait des (...)

30La régionalisation ne passe donc pas nécessairement par un regroupement de plusieurs États, mais peut-être par un découpage plus fin et pourquoi pas la mise en place de modèles structurants dans les régions déprimées7. Au début des années soixante-dix, le Tachira est parfaitement intégré au reste du pays par plusieurs axes routiers : vers Caracas, la Transandine des années vingt a perdu son rôle au profit de la route des Llanos (piémont sud des Andes) et de la Panaméricaine (piémont nord des Andes) ; vers Maracaïbo, la route de la côte occidentale du Lac est terminée ; vers la Colombie, deux axes, San Cristobal-San Antonio del Tachira-Cucuta et San Cristobal-Guasdualito-Arauca, assurent les connexions internationales (figure 4). San Cristobal (168 000 hab. en 1971, presque 300 000 en 1981) constitue le principal pôle de développement d’une part des bassins andins du Tachira proprement dit, de l’ouest des plaines du sud du Lac de Maracaïbo (État du Zulia) et de la partie occidentale des Llanos de Barinas et de l’Apure (et pourrions-nous rajouter la région colombienne de l’Arauca).

31Une dernière critique implicite, et celle-ci politique, reproche au gouvernement central d’avoir structuré, sans consultation régionale, une région des Andes avec pour capitale Mérida (jalousie peut-être, réalisme sans doute, Mérida n’ayant pas de rôle bien important si ce n’est celui de marché agricole de second ordre et de ville universitaire).

B) La formation d’un espace polarisé sur San Cristobal à partir d’un développement régional

32L’émergence de groupes de réflexion dans le Tachira n’est pas le fait de quelques groupes d’intellectuels, mais bien la prise de conscience d’une nouvelle donnée politico-économique qui se met en place à partir des années soixante sous l’impulsion des investissements de la rente pétrolière. Cette nouvelle donnée s’articule autour de trois grands axes ; les grands projets énergético-industriels, les programmes de développement rural basés sur des aménagements hydro-agricoles et enfin la position de région frontière.

Fig. 4 - RÉSEAU URBAIN ET AXES DE COMMUNICATION EN 1970
(Sources CORDIPLAN et Chi-Yi Chen, modifié).

33Les grands projets énergético-industriels sont basés, soit sur la mise en exploitation des gisements de charbon du sud du Tachira, soit sur les ressources hydro-électriques. Le charbon, depuis la fin du siècle dernier, a joué un rôle important dans l’activité industrielle locale ; les gisements de Lobatera, au nord de San Cristobal, sont exploités afin de produire du coke utilisé dans des petites fonderies locales ou bien expédié vers Ciudad Guayana (les quantités sont plutôt symboliques). Plus intéressant, le gisement de Santo Domingo sur le versant sud-oriental des Andes, à une cinquantaine de kilomètres de San Cristobal, a fait l’objet d’évaluation approfondies de réserves situées dans la formation géologique Carbonera (Fin. Eocène). La production totale des gisements de Lobatera est extrêmement flexible (30 à 50 000 tonnes par an, avec un maximum de 120 000 tonnes en 1977). Il s’agit cependant de l’essentiel de la production vénézuélienne. Les projets du Tachira prévoient donc d’utiliser ces charbons, soit dans une industrie de première transformation sidérurgique, soit dans la production de thermo-électricité. Les groupes de pression tachirenses, qui mettent en avant ces projets, semblent ou veulent ignorer certaines contradictions au niveau de leur faisabilité : la production de thermo-électricité rentre en concurrence avec les projets hydroélectriques prévus dans la même région, dans les bassins des rios Uribante et Caparo (projets analysés ci-après), tandis que l’intégration de charbons du Tachira dans un projet sidérurgique ne peut concurrencer, et économiquement et surtout politiquement, les projets du Zulia (Canas J. et travaux du groupe Zulia - Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine, CREDAL-CNRS). Les investissements publics du sixième Plan 1981-86 (non tenus à ce jour pour cause de crise économique) prévoyaient 1 400 millions de bolivars (800-900 millions de francs 1981) pour les mines de charbon du Guasare dans le Zulia et rien pour le Tachira !

34Plus réalistes, et déjà longuement entrepris, sont les projets hydroélectriques. Dans les hauts bassins des rios Uribante et Caparo, sur les versants sud-orientaux des Andes, un système inter-connecté de 5 barrages est entrepris au milieu des années soixante-dix. Ces barrages doivent, en première priorité, assurer une production hydro-électrique pour l’ouest du Venezuela ; en seconde priorité, ils pourront éventuellement assurer le contrôle des inondations du piémont. Les travaux sont largement avancés lorsque éclate la crise de février 1983 ; les investissements prévus dans le sixième plan, en particulier pour la mise en route de la station centrale, sont ralentis et entravent donc la mise en service définitive du système. Sur ces bases énergétiques, et compte tenu du fait que la politique des gouvernements de la fin des années 70 a été de poursuivre une diversification des sources afin de moins dépendre du pétrole, les projets Uribante-Caparo doivent donc dynamiser une région déprimée et restructurer l’activité économique de la région. L’opinion des autres acteurs sociaux (main d’œuvre colombo-vénézuélienne en particulier) est peu sollicitée mais la région participe d’une manière active à ces projets, en particulier dans les domaines d’une restructuration rurale destinée à limiter les impacts des aménagements sur les communautés rurales et dans la conservation des ressources naturelles. C’est l’époque de la politique « Ambiente y desarrollo », formulée par le gouvernement social-démocrate de Carlos Andres Perez (Pouyllau M., 1983).

35Les grands aménagements hydro-agricoles, volonté politique des différents gouvernements vénézuéliens depuis Perez Jimenez, n’ont été entrepris dans la région d’influence du Tachira que bien tardivement par rapport au reste du pays (1975). Dans le secteur sud du Lac de Maracaïbo, les plans de drainage et assainissement des plaines alluviales de débordement des rios Chama et Escalante ont été mis en œuvre dès les années 1965-70 ; tandis que dans les Llanos occidentaux de Barinas et Portuguesa, ces aménagements sont plus anciens (dès 1950, certaines colonisations agricoles amorcent la formation d’une frontière agricole qui avance encore en 1986 vers le sud).

36Le démarrage des projets Arauca-Uribante dans la plaine alluviale des Llanos —l’Arauca est le fleuve frontière avec la Colombie—, est le résultat de la conjonction de deux facteurs convergents : d’une part la volonté du gouvernement de Carlos Andres Perez de marquer son mandat par des grandes réalisations, il faut dire que l’augmentation de la rente pétrolière en 1973 permet, tout au moins pendant 3 ou 4 ans, ce genre d’aménagement tous azimuts ; d’autre part, la stratégie de certains groupes régionaux des « agro-techniciens » de San Cristobal, associés aux grands propriétaires terriens (il s’agit parfois des mêmes personnes). Cette stratégie en direction du sud se base sur des motifs nationalistes non cachés (réagir face à « l’invasion » de campesinos colombiens —invasion réelle) et régionalistes (l’aire d’expansion de San Cristobal est vers le sud). Pourquoi ? Il faut souligner que le versant nord-occidental des Andes et les plaines du sud du lac de Maracaïbo font l’objet d’âpres contestations quand il ne s’agit pas de sanglants affrontements entre les Andins (Vénézuéliens ou/et Colombiens), les éleveurs dominateurs et les agriculteurs, et enfin les intérêts du Zulia, ces derniers dominants.

  • 8 L’examen d’images LANDSAT prises entre 1972 et 1979 est significatif : pratiquement les 2/3 de la (...)

37Le projet Arauca-Uribante comporte plusieurs volets s’articulant autour d’une conquête méthodique de l’espace. Dans un premier temps, certains acteurs sociaux, le paysannat colombien surtout, envahissent les forêts des terres basses (réserves légales) et développent par défrichements un système agro-silvo-pastoral d’auto-suffisance. La phase légale du projet (1975-1979) comporte une reprise en main de ces « invasions » non contrôlées ; l’appropriation de terres se fait par modification des limites des réserves légales (puisque celles-ci sont déjà morcelées par les campesinos), et ce au profit des nouveaux terratenientes du Tachira. Les aménagements de routes, l’appui au développement local dépendant et polarisé à partir de San Cristobal, accompagnent le projet et contribuent en quelques années à une transformation radicale du paysage8 : un double front s’est développé ; dans une première phase, les paysans colombiens ont envahi la forêt créant des noyaux de colonisation spontanée, généralement le long des fleuves et, dans une deuxième phase, les agrotechniciens, instruments et associés des latifundistes, structurent le développement à partir des axes routiers nouvellement créés. Le développement est essentiellement basé sur l’élevage de bovins (lait) et accessoirement sur les cultures (cacao, maïs, riz, bananes). La mise en place du projet Arauca-Uribante est principalement provoquée par la montée d’un nouveau pouvoir local dans le Tachira : les capitalistes agricoles, qui regroupent deux types d’acteurs sociaux, les latifundistes traditionnels reconvertis à la politique de développement et les agrotechniciens (généralement universitaires formés aux méthodes de développement agraire de type « développementaliste »).

38Il faut souligner enfin que la montée de ce nouveau pouvoir local s’accompagne d’une prise de conscience d’une spécificité régionale : la frontière avec la « Hermana Republica », la Colombie, comme frontière vivante et surtout comme frontière avec le Pacte andin. Si les réticences du Venezuela pour entrer dans ce Pacte sont bien connues, la volonté du Tachira de bousculer ces hésitations l’est moins.

39Le Tachira a toujours été lié à Cucuta et au département du Norte de Santander : contrebande, échanges commerciaux, refuges d’émigrés politiques ; les deux régions sont complémentaires et ont des liens historico-sentimentaux très forts.

40N’est-ce pas sur cette ligne frontière, entre la Nouvelle Grenade et la province du Venezuela, que s’est forgée cette République éphémère de la Grande Colombie (1824-1830) ? Et puis Bogota (600 km) n’est-elle pas plus près de San Cristobal que Caracas (950 km) ? Mais surtout à partir des années soixante-dix, le pouvoir d’achat du Vénézuélien moyen est favorisé par un bolivar fort en terme de change : Cucuta se transforme en « zone franche » pour les Andins de San Cristobal, pas assez fortunés pour aller dans le port franc de l’île antillaise de Margarita et, à plus forte raison, à Miami. Une véritable zone d’osmose s’établit donc entre deux régions interdépendantes, Cucuta ayant accès via le Tachira a une redistribution de la rente pétrolière. A l’issue de la dévaluation du bolivar en février 83, plus dure sera la chute lorsque les Vénézuéliens verront leur monnaie refusée par les marchands colombiens, ces derniers subissant quelques semaines après une chute vertigineuse de leurs chiffres d’affaires.

41La phase d’expansion commerciale aura cependant permis aux « entrepreneurs » de San Cristobal de percevoir la nécessité de l’intégration andine ; l’accord de Cartagène pouvant être un moteur pour l’économie régionale. Si l’on excepte les exportations d’hydrocarbures, la frontière Tachira-Santander voit passer 75 % des échanges du Venezuela vers le Pacte andin.

C) Pouvoirs locaux, pouvoirs régionaux

42Les stratégies locales, traditionnellement centrées sur des luttes de clientèles socio-chrétiennes majoritaires et socio-démocrates fort actives, se sont vues récemment affectées par l’irruption des nouvelles générations des groupes de pression. La corporation de développement des Andes, CORPOANDES, dont le siège est à Mérida, voit ses décisions régulièrement dénoncées car affectant les intérêts de San Cristobal. Manque de moyens, tentatives maladroites d’intégrer trois entités administratives (Trujillo, Mérida et Tachira), clientélismes ; tout contribue à donner une mauvaise image de marque des institutions régionales. A titre de démonstration rapide du manque de contact entre Mérida et San Cristobal, le flux de passagers qui part mensuellement de la gare routière de San Cristobal atteint une moyenne de 107 000 ; 490 seulement vont à Mérida (Colmenares E., 1981). L’impact de la nouvelle dynamique économique du Tachira, la montée des technocrates et les moyens dégagés par l’augmentation de la rente pétrolière en 1973 permettent la transformation des groupes de pression locaux en pouvoir régional. Entre 1973 et 1984, cette nouvelle bourgeoisie, dont le pouvoir est basé sur la propriété de la terre et les connaissances théoriques et scientifiques sur le (ou un) développement, constitue peu à peu une nouvelle super structure régionale. La structure légale régionale reste en place, mais les nouveaux technocrates s’assurent des directions « estadales » (= niveau Tachira) ou régionales (regroupant plusieurs États) de ministères, Travaux Publics, Environnement, Agriculture ou d’instituts autonomes d’État, Réforme agraire, Électricité, etc.. Leur aspiration est claire et logique, elle s’appuie sur une politique menée de longue date à partir des parcelles de pouvoirs dont ils sont dotés. Le Tachira forme une unité régionale fortement structurée autour de San Cristobal ; cette région andine fédère et polarise tant le piémont nord, vers le Zulia, que les plaines des Llanos de l’Apure et d’une partie de Barinas. Il est certain que quelques éléments subjectifs se soient glissés dans le débat (le projet sidérurgique charbonnier des années soixante-quinze déjà signalé).

43Mais les experts du développement régional du Venezuela reconnaissent cette structuration autour de San Cristobal ; la figure 5, élaborée d’après les travaux de Chi-Yi Chen, J.L Lierdemann (1978), confirme ce réseau régional. Caracas constitue la métropole du pays, ou tout au moins de la moitié nord du pays, le reste étant « vide ». Maracaïbo accompagne la capitale fédérale dans ce premier niveau métropolitain. Un second niveau est constitué par les centres régionaux principaux, à savoir Valencia, Maracay et Barquisimeto. Enfin, un troisième niveau, formé de centres régionaux secondaires, comprend entre autres pôles (10 au total) San Cristobal. Au delà, un quatrième niveau et un cinquième niveau de zones d’influences sont constitués par des centres fonctionnels locaux.

44A l’issue de la mise en place du nouveau pouvoir social-démocrate ADECO de Jaime-Lusinchi (janv. 1984), l’un des principaux animateurs de FUNDASUROESTE est nommé Directeur régional de CORPOANDES, avec résidence à San Cristobal. S’agit-il donc d’une nouvelle volonté ou bien d’une reconnaissance du fait régional du Tachira ? La situation a sensiblement évolué par rapport aux années soixante-dix. D’une part, la grande phase d’expansion est terminée et la crise de février 1983 a sensiblement réduit le champ des initiatives et des moyens régionaux ; d’autre part, le coup d’arrêt de 1979 a été diversement interprété. Dans les stratégies régionales, il est certain que le cadeau empoisonné de Carlos Andres Perez, mis sous le boisseau par Luis Herrera, a été durement ressenti et a contribué à modifier les tendances traditionnelles des deux partis politiques du « statut » par l’incorporation de nouvelles générations. Le pouvoir régional a profité des dernières cinq années de relatif calme pour structurer de nouveaux réseaux dans le Tachira.

EN CONCLUSION

45Le Tachira constitue bien évidemment une base territoriale du pouvoir au Venezuela. Une unité socio-culturelle a favorisé l’intégration des Andins dans la constitution du Venezuela contemporain. Le débat est largement occulté au Venezuela, dans la mesure où les périodes de dictatures les plus dures (1908-1936 et 1950-1958) sont mises en exergue par les partis « Adecos et copeyanos » pour mettre en avant les bienfaits de la « démocratie bipartite ». Le xxème siècle vénézuélien offre donc l’exemple d’un pouvoir régional basé sur une région spécifique, pouvoir ayant eu accès à un rôle extrêmement déterminant pour la transformation du pays. Le débat des années quatre-vingt est cependant bien différent de celui de la première moitié du xxème siècle. Le débat régional est donc bien relancé dans le pays par l’action d’un nouveau pouvoir au Tachira. Ce débat est le fait d’acteurs sociaux bien identifiés, d’autres le sont moins et sans doute ne le seront-ils jamais. Dans cette « démocratie sans contenu social », comme le rappelle F. Barthélémy, les marginaux andins (immigrés colombiens, petits paysans, chômeurs) perçoivent-ils l’intérêt du débat ? Et s’ils le perçoivent, ont-ils ou peuvent-ils avoir une stratégie ? Il est cependant assez extraordinaire de suivre les hommes du Tachira dans les rouages de l’État moderne du Venezuela : dans la poursuite de la reconnaissance du fait régional, les Andins du début du siècle se sont emparés du pouvoir central sans assurer toutefois des avantages particuliers pour leur terre natale (le pétrole modifiant toute la structure de pouvoir). Le Tachira de la fin du xxème siècle n’a plus le contrôle effectif du pouvoir à Caracas mais dispose d’une série d’arguments socio-politiques et économiques pour avancer vers une stratégie bien définie, la reconnaissance d’un fait régional bien ancré dans une longue tradition de pouvoir. La régionalisation au Venezuela est à la fois ancienne et moderne, et surtout les tendances exogènes y sont majoritaires ; en Guayana, le capital de Caracas a créé la région ; dans le Zulia, les grandes compagnies pétrolières ont amené une conscience régionale (quand il ne s’agissait pas de séparatisme, 1925-30). Le Tachira constituerait-il donc un cas particulier d’animation endogène du fait régional ?

46Remerciements : Nous remercions M.E. Colmenares Finol, Directeur de CORPOANDES à San Cristobal, pour ses conseils amicaux et sa collaboration cordiale.

Bibliographie

QUELQUES REPERES BIBLIOGRAPHIQUES

Aranda S., La Économia venezolana, Bogota, Siglo Veintiuno Editores, 1977.

Barthelemy F., Venezuela : Les élections de la crise in Problèmes d’Amérique Latine n° 71, 1er trimestre 1984. Paris, La Documentation française, pp. 5-32.

Betancourt R., Venezuela : politica y petróleo, México-Buenos Aires, FCE, 1956.

Brewer Carias A., Estudios sobre la régionalización en Venezuela, Caracas, Universidad Central de Venezuela, 1977.

Brisseau Loaiza J., Le Venezuela, Paris, Presses Universitaires de France, 1982 (Que sais-je, 2010).

Brito Figueroa F., Historia económica y social de Venezuela, Caracas, Universidad Central de Venezuela, 1974, 2 vol.

Cañas J., Acteurs sociaux et projet sidérurgique du Zulia, Paris, CNRS-UA 111, 1984, ronéoté.

Chi-Yi Chen, Lierdeman J.L. et col., Desarrollo regional - urbano y ordenamiento del territorio : mito y realidad, Caracas, Universidad Católica Andrés Bello, 1978.

Chi-Yi Chen, Picovet M., Dinàmica de la poblacibn - Caso de Venezuela, Caracas, UCAB-ORSTOM, 1979.

Colmenares Finol E., Pouyllau Torrente M. et col., Lineamientos y premisas para une política de desarrollo regional en Venezuela, San Cristobal, FUNDASUROESTE, 1979.

Colmenares Finol E., Hay que darle mayor capacidad de decisión a la provincia in El National, Caracas, 21/06/81.

Gil Fortoul J., Historia constitucional de Venezuela, Caracas, Lib. Piñango, 1967, 5, 3 vol.

Guevara Diaz J.R., La geografia regional, la región y la regionalización, Caracas, Universidad central de Venezuela, 1977.

IRFED (Mission), Para un desarrollo armónico y equilibrado de Venezuela, Caracas, Universidad Central de Venezuela, 1977.

Martinez A.R., Cronologia del petrôleo venezolano, Caracas, Ediciones FONINVES, (Colección Ciencia y Petróleo), 1, 1976.

Martinez A.R., La diferencia con Colombia, Caracas, EDRECA, 1981.

Mathews R.P., Violencia rural en Venezuela, 1840-1859, antecedentes socio-economicos de la guerra federal, Caracas, Monte Avila Editores, 1977.

Maza Zavala D.F., Venezuela, una economia dependiente, Caracas, Universidad central de Venezuela, 1964.

Montiel Ortega L., Petrôleo y planificatión, Caracas, Universidad Santa Maria, 1982.

Picon Salas M., Venezuela independiente, 1810-1960, Caracas, Fundacion Eugenio Mendoza, 1962.

Pouyllau M., Pouyllau D., Géopolitique et géostratégies du Venezuela, Paris, in Herodote, numéro 27, 1982, pp. 125-153.

Pouyllau M., Gestion des ressources naturelles en Amérique latine : l’expérience vénézuélienne (1970-1982), Séminaire de l’unité Tiers-Monde et développement, Talence, CEGET-CNRS, 1983.

Pouyllau M., Pouyllau D., El desarrollo fronterizo venezolano como instrumento de diferenciacion national (fronteras con Colombia, Brasil, Guyana y el Caribe). Séminaire 1983-84 - CEGET - CNRS -GIRDAL, Talence, Université de Bordeaux III, 1984.

Quarterly Economic Review, Venezuela. Annual supplement 1985, The economist intelligence unit LTD, 1986.

Ramousse D., Frontière politique et frontières de colonisation : Les marges occidentales du bassin de Maracaïbo, in Les phénomènes de frontières dans les pays tropicaux, pp. 383-389, Paris, 1981.

Rangel D.A., Gomez : el ámo del poder, Caracas, Vadell Hermanos editores, 1978.

Rincon F., El nuevo ideal national y los planes econômicos militares de Perez Jimenez, 1952-1957, Caracas, Ediciones Centauro, 1982.

Salcedo Bastardo J.L., Historia fundamental de Venezuela, Caracas, Universidad Central de Venezuela, 1970.

Notes

1 Castro (1899-1908), Gomez (1908-1936), Lopez Contrepas (1936-1941), Medina Angarita (1941-1945), Perez Jimenez et la Junte militaire (1948-1958) et Carlos Andres Perez (1974-1979) et de nouveau Carlos Andres Pérez en 1989.

2 Dans le langage populaire, un partisan de l’Accion démocratica est un ADECO, CO pour comunista ; les ennemis de l’Accion démocratica ne pouvaient prévoir que leur intention dépasserait leur souhait. Pour un ADECO 1984 : « ADECO es ADECO, hasta que se muere ».

3 Jusqu’au début des années cinquante, la désignation officielle du Venezuela était « Estados Unidos de Venezuela ».

4 Groupes de techniciens et professionnels divers, agro-techniciens ; ces nouveaux « Andins » se regroupaient, soit dans la Fundacion para el Desarrollo del Tachira (FUNDATACHIRA, 1972-1976), puis dans la Fundacion pro-desarrollo de la region sur-oeste (FUNDASUROESTE, 1976-1981) ; soit dans divers cercles (Université et autres organismes).

5 L’auteur du présent papier a participé, à titre personnel, à certaines activités de FUNDASUROESTE en 1979-1981, avant son intégration au CNRS.

6 Rappelons que le Venezuela compte une population d’environ 17 millions d’habitants, fort inégalement répartie sur 912 000 km2 ; l’essentiel étant concentré sur la côte, les Andes et les bordures des piémonts.

7 L’époque (années 75-79), immédiatement après le triplement de la rente pétrolière, entretenait des illusions sur les capacités d’aménageur de l’État vénézuélien.

8 L’examen d’images LANDSAT prises entre 1972 et 1979 est significatif : pratiquement les 2/3 de la forêt de San Camilo (400 000 hectares), située entre l’Uribante et l’Aurauca, ont disparu au profit des parcelles d’élevage et des cultures.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - ÉTATS ET RÉGIONS ADMINISTRATIVES AU VENEZUELA (tiré de Atlas de Venezuela et Brisseau-Loaiza J., modifié).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Sources : RANGEL D.A. / CHI-YI CHIEN - PICQUET
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 2 - RÉSEAU URBAIN ET AXES DE COMMUNICATION AU VENEZUELA(xixème et xxème siècles) au milieu du xixème siècle(Sources CORDIPLAN et Chi-Yi Chen, modifié).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1790/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre PRODUCTION DE PÉTROLE
Légende Source : Salcedo Bastardo J.L. (1 baril/jour = + ou — 50 tonnes/an).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1790/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 3 - RÉSEAU URBAIN ET AXES DE COMMUNICATION EN 1936.(Sources CORDIPLAN et Chi-Yi Chen, modifié).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1790/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 4 - RÉSEAU URBAIN ET AXES DE COMMUNICATION EN 1970(Sources CORDIPLAN et Chi-Yi Chen, modifié).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1790/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1790/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540