Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chávez et l'Afrique

 | 
Camille Forite

Première partie. Contexte d’émergence de la politique africaine du gouvernement Chávez

Chapitre 2. La politique africaine de Chávez : entre ruptures et continuités

Texte intégral

  • 1 « Relaciones Internacionales Venezuela-África : 2005-2008 », op. cit., p. 16-17.

1À partir de 2005, la politique extérieure du Venezuela se caractérise par un accroissement fulgurant des relations avec l’Afrique. En 2005, l’île Maurice, la Somalie, la République Démocratique du Congo, le Soudan, le Tchad, le Niger et le Mozambique deviennent des partenaires politiques du Venezuela. En 2006, la Guinée Bissau, le Congo, l’Érythrée, le Cap Vert, la République Centrafricaine, Sao Tomé et Principe, le Swaziland et Djibouti s’ajoutent aux sept précédents. L’année suivante, en 2007, c’est au tour du Malawi, du Botswana, du Burundi et de la Mauritanie de s’incorporer à la liste1. Le Venezuela conclut en 2008 ce fulgurant élargissement de ses relations par l’ajout de Madagascar, dernier pays africain avec lequel il n’avait pas de lien. Au total, en quatre ans, pas moins de 21 pays africains se lient au Venezuela, signe d’une mutation diplomatique à l’égard de l’Afrique, alors que les 55 années qui précèdent sont marquées par l’établissement de relations avec 33 pays.

2L’adéquation entre établissement de relations diplomatiques et souscription d’accords de coopération est le signe de l’émergence d’une véritable politique à destination de l’Afrique. Cela confirme par ailleurs l’hypothèse d’une période transitoire établie entre 1999 et 2004 qui préfigure l’émergence d’une politique africaine. En quatre ans, le Venezuela double presque le nombre d’accords de coopération conclus en plus d’un demi-siècle, ce qui correspond à un accroissement de 107 % de souscription d’accords. Alors qu’ils n’étaient que neuf, ce sont désormais 16 pays africains qui sont concernés par des accords de coopération. Le Venezuela a ainsi presque doublé le nombre de ses partenaires africains. Ces données confirment celles de l’établissement de relations diplomatiques et il semble y avoir, sur cette période, une adéquation entre taux d’accroissement de l’établissement des relations et taux d’accroissement des mécanismes de coopération.

Tableau n° 3. Accords de coopération souscrits de 1999 à 2008

Tableau n° 3. Accords de coopération souscrits de 1999 à 2008

Source : tableau réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

3Dans quelle mesure l’émergence de la politique africaine d’Hugo Chávez est-elle liée à un renouvellement de la politique extérieure vénézuélienne, dû à la fois à une reconfiguration de la scène politique du Tiers Monde, et à l’approfondissement du projet politique intérieur du gouvernement vénézuélien ? En outre, quel est le rôle joué par le vice-ministère pour l’Afrique dans l’essor fulgurant de ces relations ?

4C’est une double conjoncture, liant transformations internationales – en l’occurrence la renaissance du MNA et les tensions nouvelles avec les États-Unis – et transformations internes, qui ont favorisé l’émergence d’une politique extérieure à destination de l’Afrique. Le passage à la Cinquième République témoigne déjà d’un léger approfondissement des relations avec l’Afrique, mais les mutations des liens du Venezuela avec le contexte international et de la politique vénézuélienne à la fin du premier mandat d’Hugo Chávez s’imposent comme le second facteur conjoncturel de l’émergence d’une politique vis-à-vis de l’Afrique. La création du vice-ministère pour l’Afrique constitue la matérialisation institutionnelle de la politique africaine du gouvernement Chávez et lui donne une impulsion sans précédent.

Diagramme n° 4. Évolution de la souscription des accords de coopération de 2005 à 2008

Diagramme n° 4. Évolution de la souscription des accords de coopération de 2005 à 2008

Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

Le tournant de 2005 : contexte international, contexte intérieur, et renouvellement de la politique extérieure

Renaissance du MNA et intensification des relations avec l’Afrique

5Afin de souligner un peu plus la continuité qui s’établit entre les deux Républiques et de mettre en évidence le rôle du contexte international, il convient de revenir brièvement sur la corrélation, mise en évidence précédemment, entre activisme du Tiers Monde et relations avec l’Afrique.

Diagramme n° 5. « Renaissance » du MNA et accroissement des relations diplomatiques avec l’Afrique

Diagramme n° 5. « Renaissance » du MNA et accroissement des relations diplomatiques avec l’Afrique

Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Relaciones internacionales de Venezuela y África : 2005-2008 », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

  • 2 Déclaration finale du XIVe sommet des Chefs d’État ou de Gouvernement du mouvement des Pays non-al (...)

6Dès 2005, cette corrélation semble se perpétuer sous le premier mandat d’Hugo Chávez. La renaissance du MNA située aux confins des années 2003 et 2005, semble être un premier facteur de l’accroissement fulgurant des relations entre les deux espaces. Selon Daniel Colard, après une décennie d’autocritique et d’introspection dans les années 1990, les chefs d’État et de gouvernement adoptent au xiiie sommet de Kuala Lumpur (Malaisie) en 2003, une déclaration de renouveau du mouvement [Colard, 2003 : 157]. La fin de la Guerre froide ayant divisé le mouvement et la fin de l’opposition des deux blocs ne lui donnant plus de raison d’être, la nouvelle politique extérieure des États-Unis de l’après 11 septembre et la guerre en Irak menée en 2003 ont redéfini et réunifié le mouvement autour de la lutte contre l’impérialisme nord-américain. À la lutte pour le non-alignement sur un des deux blocs et contre le néocolonialisme économique et culturel, s’est substituée la lutte anti-impérialiste et anti-néolibérale. Le sommet de La Havane en 2006 témoigne de ce renouvellement. La Déclaration relative aux buts et aux principes du MNA et à son rôle dans la conjoncture internationale stipule que la revitalisation du mouvement des pays non-alignés, adoptée à Kuala Lumpur, conserve toute « son actualité et sa pertinence », et rappelle la volonté politique de ses membres de renforcer le mouvement2. Or, le tableau ci-dessus met en évidence que les relations avec l’Afrique connaissent un accroissement fulgurant au moment même où la solidarité du Sud renaît de ses cendres.

7Le renouvellement du mouvement tiers-mondiste généré par la reconfiguration du système international s’impose comme le premier facteur d’émergence de la politique africaine du gouvernement Chávez. Dans ce sens, la politique extérieure de la Cinquième République est héritière de la précédente. Cependant, les mutations qui s’opèrent dans la politique extérieure en 2005, et qui sont intimement liées aux remaniements internes, s’imposent comme l’autre pendant conjoncturel qui participe à l’émergence d’une politique africaine.

« Socialisme du xxie siècle » et renouvellement du projet politique extérieur

  • 3 Carlos Romero, op. cit.

8Si le changement en politique extérieure est, le plus souvent, dû à une alternance politique au pouvoir, il peut aussi s’effectuer au cours d’un même mandat [Hermann, 1990 : 3-21], ce dont témoigne la politique extérieure vénézuélienne. Selon Charles F. Hermann, les problèmes intérieurs peuvent être un facteur explicatif de la mutation. À cet égard, un certain nombre d’événements internes qui s’accumulent pendant le premier mandat d’Hugo Chávez accélèrent le processus d’approfondissement du projet politique vénézuélien et constituent à cet endroit des points de rupture importants dans la gestion de la politique extérieure. Le coup d’État du 11 avril 2002, fomenté par l’opposition avec le soutien des États-Unis et qui écarte Hugo Chávez du pouvoir pendant trois jours, initie une période qui oscille entre recherche d’une légitimité internationale et irruption d’une virulente rhétorique anti-étasunienne3 [Romero C., 2007]. En août 2004, cette fois par la voie légale, l’opposition parvient à convoquer un référendum révocatoire qui met en péril le mandat présidentiel. L’écrasante victoire d’Hugo Chávez, désormais fort d’une légitimité acquise à sa cause, marque le début de l’approfondissement de son projet révolutionnaire qui atteint son apogée avec la convocation d’un référendum constitutionnel en 2007.

9Ces facteurs explicatifs évoqués, la question de la nature de la mutation subsiste. Selon les normes établies par Charles F. Hermann, outre le changement quantitatif qui accroît le niveau d’effort diplomatique, le changement qualitatif qui modifie les instruments diplomatiques, et le changement d’orientation internationale, c’est une mutation de ses objectifs que connaît la politique extérieure vénézuélienne.

  • 4 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du Taller de Alto Ni (...)

10Le Taller de Alto Nivel des 12 et 14 novembre 2004 figure comme le moment clé de cette mutation [Gonzalez Urrutia, 2006 : 160]. Lors de son discours, Hugo Chávez définit les grands axes de cette nouvelle étape tant en matière de politique intérieure que de politique extérieure : « Ce nouveau moment stratégique […] nous allons l’imprimer, aux jours qui restent en 2004, à toute l’année 2005, toute l’année 2006, c’est le meilleur moment stratégique qui soit4 ».

11Dix grands objectifs encadrent la transition : approfondir la création d’une nouvelle structure sociale, améliorer la communication, implanter la démocratie participative, changer de modèle d’institutionnalisation, lutter efficacement contre la corruption, changer de stratégie électorale, créer un nouveau système économique, modifier la structure territoriale, instaurer une nouvelle stratégie militaire, et enfin œuvrer à la création d’un nouveau système multipolaire international.

  • 5 Ibid.

12Un premier constat s’impose : l’approfondissement du projet politique intérieur implique l’approfondissement du projet politique extérieur. Plus précisément, la nouvelle orientation de la politique extérieure entend participer à la création d’un monde multipolaire qui s’articulerait autour de cinq pôles de pouvoir : l’Afrique, l’Europe, l’Asie, l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud. Pour ce faire, il détermine une série de grands objectifs stratégiques. Le rapprochement avec l’Espagne est qualifié de « vital » par Hugo Chávez ; celui avec l’Europe, capable de mettre à mal l’hégémonie nord-américaine, contribuera à la création d’un monde multipolaire, et il encourage au rapprochement avec les ex-républiques soviétiques qui conservent des vestiges de socialisme. Le Venezuela vise également à amplifier sa coopération avec la Chine et l’Inde, à faire preuve de solidarité avec l’Afrique, à approfondir les relations avec les membres de l’OPEP, à être capable de répondre à une quelconque agression des États-Unis de Georges W. Bush, à créer un bloc latino-américain, à favoriser l’insertion régionale de la Guyane, et enfin à améliorer ses relations avec la Colombie5. En somme, Hugo Chávez s’inscrit en faux contre l’unilatéralisme et l’impérialisme nord-américain qui deviennent la ligne directrice de la politique extérieure.

13Le 8 décembre 2004, la nouvelle étape trouve sa marque institutionnelle avec la promulgation du décret n° 3248 qui crée une Commission de la Nouvelle Étape de la Révolution Bolivarienne. Ce décret stipule dans son article premier :

  • 6 « Décret n° 3.248 », Gaceta oficial de la República Bolivariana de Venezuela, Caracas, 8 décembre (...)

14« Est créée, avec un caractère permanent, la Commission de Coordination, de Contrôle et de Suivi Présidentiel de la Nouvelle Étape de la Révolution Bolivarienne (Commission de la Nouvelle Étape), dont la finalité sera l’étude, l’évaluation, la formulation, le suivi et le contrôle de la mise en place de la Nouvelle Étape de la Révolution Bolivarienne6 ».

15Dans son troisième article il stipule, entre autres missions, que cette commission se chargera de vérifier que tous les organes de l’administration publique soient encadrés par les objectifs de la Nouvelle Étape, que ces objectifs soient menés à bien, que des comptes soient rendus sur les avancées et écueils de la mise en vigueur de la nouvelle étape et que soient diffusées ses réussites.

  • 7 Heinz Dieterich Hugo Chávez y el Socialismo del siglo xxi, Caracas, Carlos Julio, Morillo, Torreal (...)
  • 8 Ibid., p. 71.

16Dans la lignée du Taller de Alto Nivel, six mois plus tard, en mai 2005, le gouvernement vénézuélien théorise et met en application le projet révolutionnaire bolivarien, appelé « socialisme du xxie siècle » par Heinz Dieterich, théoricien de Chávez et auteur de l’ouvrage Hugo Chávez y el Socialismo del siglo xxi [Kourliandsky, 2006-2007 : 41]. Intitulé « Programme de transition latino-américain au nouveau socialisme7 », ce chapitre consacré à l’international ne cache pas la volonté d’exporter la révolution bolivarienne au-delà des frontières vénézuéliennes. Il reprend les idées des blocs de pouvoir et donne la marche à suivre pour arriver à la création d’un Bloc Régional de Pouvoir latino-américain capable d’avoir un poids fort de négociation sur la scène internationale : « Le bloc régional de pouvoir est la condition préalable à une quelconque croissance économique latino-américaine, parce que la renégociation de la dette externe, du protectionnisme du G7, du développement des technologies de pointe et des sciences de l’excellence latino-américaine ne peuvent que se réaliser depuis une base de pouvoir régional. Cependant, le Bloc de Pouvoir Régional (BRP) latino-américain se doit d’avoir une différence qualitative face aux autres blocs mentionnés : il intègre dès sa genèse des éléments clés de la Démocratie Participative, c’est-à-dire du “socialisme du xxie siècle”8 ». Bien que l’ouvrage n’esquisse pas le projet global de la politique extérieure, il constitue un élément essentiel de compréhension de la transition interne. Pour Heinz Dieterich et Hugo Chávez, le « socialisme du xxie siècle » est plus qu’un projet politique intérieur, c’est un Nouveau Projet Historique. Sa théorisation marque un tournant important dans la vie politique vénézuélienne, désormais intégralement chapeautée par le « socialisme du xxie siècle ».

  • 9 « Líneas Generales del Plan de Desarrollo Económico y Social de la Nación 2007-2013 », op. cit., p (...)

17Le Plan de Développement Économique et Social de la Nation 2007-2013 reprend ces nouveaux acquis gouvernementaux et s’inscrit ainsi dans la ligne du « socialisme du xxie siècle ». D’ores et déjà, la partie consacrée à la politique extérieure du plan de Développement Économique et Social de la Nation 2001-2007 intitulée « Équilibre International », est rebaptisée « Nouvelle Géopolitique Internationale ». Elle part du postulat selon lequel les acquis de la période 2001-2007, qui s’articulent autour de la réappropriation de la souveraineté nationale, permettent désormais d’aller plus loin dans l’approfondissement du projet révolutionnaire. L’ambition d’être un acteur de l’émergence d’un monde multipolaire, qui s’articulerait autour de blocs de pouvoir grâce à la diversification des relations politiques, économiques et culturelles, est officialisée dans ce texte. Elle devient le leitmotiv de la nouvelle politique extérieure qui entend rechercher « la justice sociale, la solidarité et les garanties de paix par l’approfondissement du dialogue fraternel entre les peuples, le respect de la liberté de pensée, de religion et l’autodétermination des peuples9 ». Pour ce faire, le gouvernement établit des zones d’intérêt géostratégique parmi lesquelles l’Afrique prend sa place. Il s’agit en fait de participer à l’intégration de l’Afrique dans le scénario mondial par l’intermédiaire de l’accroissement des échanges Sud-Sud.

  • 10 Edmundo Gonzalez Urrutia, « Las dos etapas de la política exterior de Chávez », Nueva sociedad, n° (...)

18En résumé, les nouveaux objectifs de la politique extérieure sont : participer à la construction d’un monde multipolaire, défendre les principes de l’autodétermination des peuples et dans ce sens le processus révolutionnaire vénézuélien, promouvoir la paix et la solidarité entre les peuples et les nations, soutenir et promouvoir la construction du « socialisme du xxie siècle », et consolider politiquement et institutionnellement le ministère des Relations extérieures. Pour Edmundo González Urrutia, « la consolidation du projet révolutionnaire et la formation d’alliances géopolitiques et stratégiques sont devenues les axes majeurs de la nouvelle politique extérieure10 » et figurent parmi les conséquences immédiates du passage à une nouvelle stratégie extérieure.

19L’instabilité politique, qui remet en cause la légitimité d’Hugo Chávez au pouvoir pendant son premier mandat, a été le moteur du passage d’une politique extérieure, qui conservait les caractéristiques diplomatiques de la Quatrième République, à une politique extérieure qui épouse désormais les formes d’un projet politique qui s’est « radicalisé » en un projet qualifié de « révolutionnaire  ». Incontestablement, les événements du premier mandat d’Hugo Chávez marquent une rupture, dont témoignent à la fois les nouveaux objectifs inscrits dans les textes officiels et le qualificatif de « révolution » à son projet politique. Mais de quelle nature est cette rupture ? L’implantation du « socialisme du xxie siècle » se veut être la marque de l’introduction d’une nouvelle idéologie. Mais, dans les faits, la rupture est-elle effectivement d’ordre idéologique ? La nouvelle politique extérieure fait-elle réellement table rase des acquis diplomatiques de la Quatrième République ? Sinon, quels sont les éléments qui persistent et ceux qui émergent ?

Essor d’une rhétorique à destination de l’Afrique : pour une rupture idéologique ?

20L’instauration du nouveau projet politique est une conséquence de l’irruption d’une rhétorique ayant pour objet l’Afrique. Alors qu’elle était absente des stratégies du Plan de Développement 2001-2007, l’Afrique trouve sa place dans le Plan 2007-2013. Cet élément est emblématique de l’intégration de l’Afrique dans l’imaginaire géopolitique vénézuélien.

21Afin de mettre en évidence la rupture idéologique – ou non – que Hugo Chávez entend incarner, il convient d’analyser les allocutions d’Hugo Chávez qui se réfèrent à l’Afrique, de reprendre les discours par ordre chronologique. Cette donnée permettra également de statuer sur l’évolution discursive à l’égard du continent africain au regard de l’approfondissement du projet révolutionnaire.

  • 11 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du Taller de Alto Ni (...)
  • 12 Hugo Chávez Frias, op. cit. Texte original : « Nosotros vamos a hacer un aporte este año. [...] Es (...)

22D’ores et déjà, en 2004, lors du Taller de Alto Nivel, même s’il n’en fait pas un objectif, Hugo Chávez dit vouloir resserrer les liens du Venezuela avec la Libye, le Nigeria, l’Algérie et l’Afrique du Sud dans un discours à forte tonalité fraternelle : « Ils découpèrent l’Afrique en morceaux, mais ils ne faut pas oublier que ce sont nos frères et de cette façon le gouvernement révolutionnaire déploie des efforts pour cibler les relations avec des pays stratégiques qui permettent de mieux approfondir la relation avec l’Afrique, et surtout avec l’idée de soutenir l’Afrique plus qu’avec l’idée que ce soit elle qui nous soutienne11 ». Il se montre également solidaire de la République Arabe Sahraouie qui vit un contentieux avec le Maroc : « Nous allons faire une donation cette année. […] Ce pays ne possède même pas un fleuve, ni une étendue verte, ni même une goutte de pétrole et, de plus, il doit résister à des invasions et à un déni de reconnaissance territoriale12 ». À la première phase de transition du projet politique vénézuélien correspond immédiatement l’émergence d’un discours qui a pour toile de fond la notion de solidarité. Hugo Chávez entend soustraire au capitalisme sauvage un socialisme qui aurait pour maître mot la solidarité entre les peuples et les nations.

  • 13 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du VIIe sommet de l’ (...)
  • 14 Ibid., Texte original : « El África no es pobre. Sólo que al África le aplicaron, los países colon (...)
  • 15 Ibid., Texte original : « Sólo unidos nosotros podremos torcer o cambiar el rumbo del mundo, el mu (...)
  • 16 Notons à cet égard que la conférence Tricontinentale de La Havane en 1966, était fermement condamn (...)
  • 17 Déclaration Générale de la Conférence Tricontinentale, La Havane, du 3 au 15 janvier 1966.
  • 18 Hugo Chávez Frias, op. cit., Texte original : « Ahora, comenzando el siglo xxi, debemos darle vida (...)

23Le 23 décembre 2005, le Venezuela est accepté comme membre observateur de l’Union Africaine. Jusqu’à l’intégration du Chili en 2007, il est le seul pays à représenter l’Amérique latine, les deux grands que sont le Brésil et le Mexique n’en faisant pas partie. Événement d’autant plus significatif que le Venezuela rejoint au rang des observateurs les puissances que sont la France, l’Italie, le Portugal, le Danemark, la Chine, l’Inde, le Japon et le Qatar. En tant que membre observateur de l’Union africaine et en quête de votes pour sa candidature au statut de membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, Hugo Chávez se rend début juillet 2006 à Banjul, en Gambie, pour le VIIe sommet de l’Union Africaine. À cette occasion, il évoque d’abord le lien entre les Latino-Américains et les peuples du Sud, ce qui n’est pas sans rappeler l’identification aux pays du Tiers Monde : « Nous ne sommes ni Européens, ni Nord-Américains, mais nous sommes issus d’un mélange entre l’Afrique et l’Amérique indienne, et chaque jour nous sommes un peu plus conscients de cette racine africaine et de cette racine indienne13 ». Puis, il fait allusion à la colonisation et à l’exploitation de l’Afrique en affirmant : « l’Afrique n’est pas pauvre. Mais les pays colonialistes infligèrent à l’Afrique de sauvages méthodes d’exploitation, de domination, et par-dessus tout de pillage14 », et en ajoutant que « seulement unis [nous] pourrons changer l’orientation du monde, ce monde qui est menacé par l’hégémonie de l’empire nord-américain qui tente d’épuiser cette planète. Seulement unis, en réunissant notre conscience, notre courage, notre volonté, nous parviendrons à ce que Simon Bolivar – notre Libérateur – appelait “l’équilibre de l’univers”, c’est-à-dire un monde multipolaire15 ». Cette condamnation rappelle incontestablement les dénonciations de la Déclaration Générale de la Conférence Tricontinentale de La Havane en 196616, qui stipulait que « l’impérialisme, le colonialisme et le néo-colonialisme, sous la direction de l’impérialisme yankee, mènent une politique d’intervention systématique et d’agression militaire contre les pays des trois continents17 ». Et Hugo Chávez d’ajouter : « Aujourd’hui, à l’aube du xxie siècle, nous devons faire émerger la troisième voie, et dans cette troisième voie, nous devons faire route ensemble : l’Amérique latine et les Caraïbes avec l’Afrique, continents frères, aux mêmes racines, qui ont la même magie, la même musique, et la même espérance18 ». À la tonalité solidaire qui se détache du discours du Taller de Alto Nivel, s’ajoute ici une tonalité clairement tiers-mondiste que confirme la référence à une troisième voie, celle-là même que les pays non-alignés voulaient incarner dès la genèse du mouvement. C’est là mettre en exergue la continuité idéologique entre la politique extérieure de la Quatrième République et celle de la Cinquième République sous l’égide du « socialisme du xxie siècle ».

  • 19 Ronaldo Lumumba, lors du programme télévisuel Aló Presidente, n° 287, le 7 août 2007. Texte origin (...)
  • 20 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du programme télévis (...)
  • 21 Entretien réalisé à Caracas le 15 décembre 2008. Texte original : « El discurso que ahora mismo ma (...)
  • 22 Ibid. Texte original : « El tiene una sensibilidad con respecto a todas las problemáticas y todas (...)

24À l’occasion de la préparation du IIe sommet Amérique du Sud-Afrique qui devait se dérouler à la fin du mois de novembre 2008, le programme télévisuel dominical Aló Presidente, orchestré par Hugo Chávez, consacre une partie de son n° 289 du 7 août 2007 à l’Afrique. Parmi les nombreux invités présents figure Ronaldo Lumumba, le fils de Patrice Lumumba, père de l’indépendance du Congo. Celui-ci déclare à Hugo Chávez : « Nous sommes tellement fiers de ce que tu fais pour revendiquer cette dignité qui fut à un moment donné violée. Après la mort de nos pères et de nos ancêtres, les pères de l’Indépendance, Nasser, Nkrumah, Lumumba, vous incarnez la continuité de ces batailles19 ». Et Chávez rétorque : « Je suis très intéressé à ce que nous prenions le chemin de l’intégration comme on dit, mais plus que l’intégration c’est la formation d’une alliance de gouvernements, de peuples, et d’institutions entre l’Afrique et l’Amérique latine20 » qui prime. Le projet de Chávez en Afrique est donc d’œuvrer à la mise en place d’une troisième voie qui soit solidaire et dont la cohésion permettrait la création d’un monde multipolaire enclin à respecter l’autodétermination des peuples. Pour Emboirik Ehmudi, ambassadeur de la République Arabe Sahraouie à Caracas, « le discours que tient aujourd’hui le gouvernement vénézuélien est, il est vrai, un discours dans une large mesure idéologique, en ce sens qu’il ambitionne de renforcer les pays du Tiers Monde face à une réalité que le gouvernement vénézuélien ne considère pas comme adéquate21 » et, selon lui, Hugo Chávez « est sensible aux problématiques et aux particularités du Tiers Monde22 ».

  • 23 Voir chapitre 1.
  • 24 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « En la comisión de descoloniza (...)

25Le renouvellement des objectifs de la politique extérieure est directement lié à l’implantation du « socialisme du xxie siècle ». Le lien entre politique intérieure et politique extérieure est ici manifeste. Le renouveau de la politique extérieure du Venezuela signe une avancée considérable en ce qu’il intègre l’Afrique à l’imaginaire géopolitique du gouvernement. Les textes officiels en témoignent puisqu’ils l’incorporent désormais aux objectifs géostratégiques de la diplomatie vénézuélienne. L’analyse discursive récuse cependant l’hypothèse d’une rupture idéologique incarnée par le « socialisme du xxie siècle ». En effet, ne serait-ce que parce qu’elle se réfère à la notion de Justice Sociale Internationale, si chère à Rafael Caldera dès les années 1970, et qu’elle promeut l’autodétermination des peuples, la nouvelle politique extérieure du Venezuela est en partie héritière de la tradition tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne de la Quatrième République. À ce titre, Emboirik Ehmudi, l’ambassadeur de la République Arabe Sahraouie à Caracas rappelle qu’à « la commission de décolonisation23, le Venezuela a toujours pris la même position en faveur de la défense du droit de l’autodétermination des peuples. Dans ce sens, il y a toujours eu une continuité historique du positionnement politique de ce pays24 ».

26Aussi la politique africaine d’Hugo Chávez témoigne-t-elle d’une double caractéristique : elle émane du « socialisme du xxie siècle » tout en perpétuant la tradition tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne. Finalement, ce même projet de socialisme intègre et se réapproprie cette orientation diplomatique. Pourtant, la politique extérieure menée par le gouvernement Chávez est sujette à une multitude de débats et n’a jamais autant fait parler d’elle. Il convient donc de s’interroger à nouveau sur la rupture qu’elle entend incarner. Finalement, y a-t-il véritablement une rupture ? Ou n’est-ce pas simplement une rupture de façade caractérisée par une rhétorique plus virulente et par le franc-parler d’un leader que le Venezuela n’a jamais connu auparavant ? Mais si elle est effective et puisqu’elle n’est pas véritablement idéologique, alors de quelle nature est cette rupture et quelles sont ses conséquences pour les relations avec l’Afrique ?

Le vice-ministère pour l’Afrique : moteur d’impulsion et d’idéologisation de la politique africaine de Chávez

Établissement sans précédent de relations diplomatiques

Tournées africaines

  • 25 Notons également que de nombreux chefs d’État et ministres africains se rendirent au Venezuela. Le (...)

27Établir des relations diplomatiques d’État à État, c’est établir des relations d’homme à homme, de ministre à ministre et de chef d’État à chef d’État. Symbole fort de la nouvelle alliance, les tournées diplomatiques de Reinaldo Bolivar, d’Hugo Chávez et de délégations vénézuéliennes en Afrique se multiplient et constituent un premier pas vers la coopération25.

  • 26 « Venezuela y África : las nuevas relaciones 2005-2008 », op. cit., p. 30 ; Reinaldo Bolivar se re (...)
  • 27 Ibid. p. 31.

28Deux années après la création du vice-ministère pour l’Afrique, Reinaldo Bolivar s’est rendu dans pas moins de 25 pays africains26. De son côté, au total, le président vénézuélien a effectué des visites officielles dans sept pays africains. Il se rendit trois fois en Algérie en août 2000, en octobre 2001 et en mai 2006, en Gambie en juillet 2006, en Angola, au Bénin et au Mali en août 2006, ainsi que quatre fois en Libye, dont les visites les plus récentes eurent lieu en 2004 et 2006, et en septembre 2008 en Afrique du Sud. Les rencontres multilatérales ont également été l’occasion de s’entretenir avec ses homologues africains : il rencontra le président sénégalais au sommet du Millénaire en 2000 ; à la visite conférence de lutte contre la Désertification et la Sécheresse, il rencontra les chefs d’État de Namibie, du Burkina Faso, du Bénin et de Guinée Bissau ; lors du VIIe sommet de l’Union Africaine, il s’entretint avec les présidents algérien, béninois, cap-verdien, gambien, malien, sénégalais, nigérian et nigérien ; le sommet du MNA de La Havane lui permit de rencontrer ses homologues du Congo, de l’Île Maurice et de l’Afrique du Sud ; lors de la 61e session de l’Assemblée Générale de l’ONU, il rencontra les présidents de la République Démocratique du Congo, de la République Centrafricaine, du Soudan et le vice-président de la Sierra Leone27.

29En outre, de nombreuses délégations vénézuéliennes se sont rendues dans des pays africains. Une délégation du ministère de l’Énergie et des Mines se rendit au IIIe congrès Africain de Pétrole de l’Association des pays Producteurs de Pétrole Africains (APPA) en juillet 2007 au Mali. Une autre délégation a participé au Forum Social Mondial de 2006 au Kenya. Deux encore, l’une culturelle et l’autre du ministère de l’Énergie et des Mines, se sont rendues au Festival International de Kanilai, en Gambie.

Le drapeau vénézuélien en Afrique

30La politique africaine du Venezuela, c’est avant tout une affaire de rapprochement diplomatique. Cela s’exprime par l’établissement de relations diplomatiques avec les pays africains qui concerne désormais, rappelons-le, les 54 pays du continent, mais aussi par l’implantation d’ambassades africaines au Venezuela et vénézuéliennes sur le sol africain, ce dont témoigne la carte ci-dessous.

  • 28 Ibid. p. 20.

31À l’image de l’essor fulgurant des relations diplomatiques, l’ouverture d’ambassades vénézuéliennes en Afrique connaît une envolée depuis 2004. Alors que, jusqu’en 2005, le Venezuela n’était représenté que dans huit pays africains, sa présence diplomatique se compte à présent dans 17 pays du continent. En plus de l’Algérie, de l’Égypte, du Kenya, de la Libye, du Maroc, du Nigeria, de l’Afrique du Sud et de la Namibie, le Venezuela ouvre en 2005 une ambassade au Bénin et rouvre ses ambassades du Sénégal et de l’Éthiopie. Sur cette lancée, l’année 2006 est marquée par l’implantation diplomatique du Venezuela en Angola, en Guinée Équatoriale et au Mali. En 2008, à cette liste s’ajoutent le Mozambique, le Soudan, la Gambie et la République Démocratique du Congo28.

32En revanche, le Venezuela ne compte que huit ambassades africaines : l’Algérie, la Libye, le Maroc, le Nigeria, l’Afrique du Sud, l’Égypte, la République Arabe Sahraouie et la Gambie, qui a ouvert son ambassade il y a moins d’un an. S’ajoutent les ambassades du Soudan et du Bénin qui sont actuellement en cours d’ouverture. Les pays non représentés ont des juridictions au Brésil (dix pays), à Cuba (huit pays), à New York (six pays) et à Washington (quatre pays).

33Ces premières données permettent de constater plusieurs éléments. À l’intérêt croissant du Venezuela pour l’Afrique ne s’additionne pas un intérêt particulièrement croissant de l’Afrique pour le Venezuela. Cela étant, il est délicat de statuer sur ce fait étant donné le déséquilibre inhérent à l’étude des relations d’un pays vers un continent entier. Outre cela, les ouvertures d’ambassades du Venezuela en Afrique ne commencent qu’en 2005, ce qui confirme l’hypothèse de l’émergence d’une politique africaine vénézuélienne à cette date.

Carte n° 1. Ambassades vénézuéliennes en Afrique

Carte n° 1. Ambassades vénézuéliennes en Afrique

Source : document extrait de « Relaciones internacionales de Venezuela y África : 2005-2008 », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

La marque institutionnelle de la nouvelle diplomatie africaine : une idéologisation du service extérieur du MRE ?

34Les nouveaux objectifs de la politique extérieure vénézuélienne trouvent un écho dans le système organisationnel de l’État. Évoquant la mutation de la politique extérieure du Venezuela, Edmundo González Urrutia parle de l’idéologisation du service extérieur du MRE [Gonzalez Urrutia, 2006 : 165]. S’il impulse un accroissement conséquent des relations avec l’Afrique, dans quelle mesure le vice-ministère permet-il par ailleurs d’institutionnaliser le passage au « socialisme du xxie siècle » ?

Tableau n° 4. Ambassades et juridictions

Tableau n° 4. Ambassades et juridictions

Source : document extrait de « Relaciones internacionales de Venezuela y África : 2005-2008 », vice-ministère pour l’A 2008.

Fonctionnement

  • 29 Entretien réalisé à Caracas le 15 novembre 2008. Texte original : « una parte importante que le da (...)

35Le ministère des Relations extérieures (MRE) a subi des modifications de sa structure interne en 2005. Il a été divisé en vice-ministères qui répondent à un découpage géographique de la mappemonde, mais surtout aux blocs de pouvoir que la révolution bolivarienne entend promouvoir. Sont ainsi créés les vice-ministères pour l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Amérique latine et les Caraïbes, l’Asie et le Moyen-Orient et enfin l’Afrique. Cette restructuration constitue, selon la direction du vice-ministère pour l’Afrique, « un élément important puisqu’il donne à la nouvelle politique extérieure sa forme institutionnelle29 ». La création du vice-ministère pour l’Afrique constitue la marque institutionnelle de la nouvelle politique africaine et permet d’impulser un nouvel essor de relations.

36Elle laisse également ses empreintes dans les mémoires du MRE. Chaque vice-ministère étant chargé d’établir un compte-rendu précis de ses activités annuelles, il résulte de la nouvelle division du ministère un niveau de précision accru et une mise en évidence plus claire des nouveaux acquis diplomatiques.

37Le bureau est constitué de 18 personnes, chacune chargée d’une sous-région correspondant à trois pays.

38Sa structure interne répond à l’organigramme qui suit :

Source : organigramme extrait du document « Relaciones internacionales de Venezuela y África : 2005-2008 », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

39Cet organigramme permet de constater qu’il y a une scission entre le pôle de la coordination pour la culture et la solidarité avec les peuples et le pôle politique/économie qui est subdivisé en aires géographiques. Autrement dit, les affaires culturelles et de solidarité sont appréhendées dans une perspective continentale globale quand les affaires économiques et politiques sont ciblées dans une perspective régionale. Est-ce à croire que le politique et l’économique priment sur le culturel et le solidaire parce qu’ils font l’objet d’une stratégie plus pointilleuse ? Ces deux pôles laissent également entendre que le culturel/solidaire, et le politique/économique sont les secteurs privilégiés de la coopération africaine. La coordination pour la culture et la solidarité avec les peuples est révélatrice de ce qu’Edmundo González Urrutia appelle « l’idéologisation du service extérieur » du MRE. En effet, la nouvelle structure institutionnelle est orchestrée par le « socialisme du xxie siècle » qui ambitionne d’œuvrer à la création d’un monde plus juste et équilibré.

  • 30 Site WEB du ministère vénézuélien des Relations Extérieures, dernière visite le 26.05.09. http://w (...)

40Le vice-ministre, Reinaldo Bolivar, est un ancien professeur agrégé d’économie, qui a également suivi des études de philosophie et de production de spectacles. Après avoir été, entre autres, coordinateur culturel de l’École de Sciences Économiques et Sociales de l’Université Centrale du Venezuela (UCV), sous-directeur de l’École d’Études Internationales de la UCV, conseiller international du Parlement Latino-américain, il devient vice-ministre pour l’Afrique en 200530. Le rôle du vice-ministre est également essentiel : là où le ministre des Relations Extérieures coordonne les objectifs globaux de la diplomatie vénézuélienne, le vice-ministre est chargé d’approfondir les relations. Cependant, son cursus universitaire et ses multiples fonctions professionnelles permettent de constater qu’il n’a pas suivi de formation spécifique sur l’Afrique. Aussi, sur quelles bases se fondent les lignes diplomatiques d’un ministre qui n’a pas connaissance du terrain sur lequel il travaille ? À quoi répondent les enjeux stratégiques déployés pour l’Afrique ?

L’« Agenda África » : la stratégie vénézuélienne en Afrique

  • 31 « Relaciones internacionales : Venezuela - África 2005-2008 », op. cit., p. 5.

41L’Agenda África définit la stratégie diplomatique que se fixe le vice-ministère pour développer ses relations avec le continent africain. Celui-ci est réalisé en adéquation avec les objectifs généraux de la politique extérieure vénézuélienne. L’Agenda s’inscrit donc dans un cadre plus général. Ainsi, consolider la présence diplomatique du Venezuela en Afrique, établir des relations diplomatiques avec tous les pays du continent, renforcer le cadre juridique de la coopération dans les secteurs de l’énergie, de la communication, de l’éducation, de la culture, de la science, de la technologie, des finances, de la santé, de l’environnement, des transports et du tourisme, planifier des actions de complémentarité économique entre les deux régions, mettre en place une coopération triangulaire avec Cuba, le Brésil, la Chine, l’Iran et la Russie, promouvoir la connaissance de l’Afrique au Venezuela, promouvoir la révolution bolivarienne sur le continent, développer des rencontres de mouvements sociaux et culturels, participer aux programmes contre la sécheresse et la désertification en Afrique, sont autant d’objectifs qui constituent la toile de fond de la diplomatie vénézuélienne en Afrique31.

  • 32 « Agenda África 2008 ; la política exterior venezolana en el marco del equilibrio internacional », (...)

42Toujours dans l’Agenda África, s’ajoutent des objectifs appelés de « Développement Général », comme le développement stratégique de relations avec les pays pétroliers du continent, l’acquisition du statut de membre observateur du Venezuela dans tous les organismes d’intégration régionale, la multiplication des visites officielles à tous les niveaux gouvernementaux, l’implantation de Petrosur, de la Universidad del Sur, de Bancosur, de Telesur et de Radiosur sur le continent africain. Ces objectifs encadrent et approfondissent ceux de l’Agenda África32.

43Force est donc de constater que les objectifs fixés par le Venezuela en Afrique sont multiples. S’ils s’inscrivent dans le cadre global de la politique extérieure, ils présentent également des singularités, comme la lutte contre la sécheresse ou encore l’exportation d’initiatives telles que Telesur ou Petrosur par exemple. Toutefois, l’élément le plus notable de la stratégie vénézuélienne reste la promotion de la révolution bolivarienne, qui confirme l’idéologisation de sa diplomatie, et ainsi la pénétration du « socialisme du xxie siècle » au sein du MRE.

44La création de ce vice-ministère est le reflet de l’émergence d’une véritable politique à destination du continent. Ainsi, l’année 2005 marque le passage d’un simple intérêt à une politique plus approfondie. La création de ce vice-ministère et les objectifs stratégiques édictés dans l’Agenda África sont les témoins du passage de l’officialisation à l’institutionnalisation de la rhétorique africaine du gouvernement vénézuélien. Il semblerait que ce dernier ait franchi le pas entre discours et mise en application pratique. La rhétorique africaine s’accompagne d’une mutation institutionnelle qui répond aux nouveaux engagements diplomatiques. De cette façon, plus qu’idéologique, la rupture de la politique extérieure du Venezuela semble se situer là où la rhétorique est désormais suppléée par une reconfiguration institutionnelle. La rupture est donc institutionnelle à l’endroit où elle intègre le projet idéologique vénézuélien.

45Dans les faits, quelles sont les conséquences de l’idéologisation du MRE sur la politique africaine d’Hugo Chávez ? La première étape de la mise en pratique d’une diplomatie africaine est tangible mais la question de son effectivité n’est pas pour autant évincée. Aussi, comment se matérialisent dans la réalité diplomatique les objectifs stratégiques destinés à l’Afrique ?

Une coopération à caractère politique qui érige l’énergétique et le culturel en pièces maîtresses de la politique africaine

46Bien qu’il soit difficile de parler de politique africaine avant 2005, le parti pris est d’inclure désormais la période transitoire (1999-2004) dans l’analyse de la politique africaine de Chávez, en partant du postulat selon lequel l’institutionnalisation est le résultat d’un projet qui était en gestation depuis l’avènement de la nouvelle Constitution de 1999. La suite de l’analyse inclut donc cette période.

47L’idéologisation du MRE et des stratégies diplomatiques qui lui sont relatives ne va pas sans laisser ses empreintes dans la pratique de la politique extérieure vénézuélienne, et la politique à destination de l’Afrique n’échappe pas à ce constat.

  • 33 Entretien réalisé à Caracas le 15 novembre 2008. Texte original : « El comercio no está muy desarr (...)
  • 34 Entretien réalisé à Caracas le 15 décembre 2008. Texte original : « Hay un factor que quizás en mo (...)
  • 35 Entretien réalisé à Caracas le 16 décembre 2008. Texte original : « commercially they are not very (...)
  • 36 Entretien réalisé à Caracas le 16 décembre 2008.
  • 37 Entretien réalisé à Caracas le 2 décembre 2008. Texte original : « not big as it should be. »

48Les acteurs de la politique africaine d’Hugo Chávez, tant du côté vénézuélien que du côté africain, s’accordent à dire que les relations sont plus politiques, voire même idéologiques, qu’économiques. La direction du vice-ministère pour l’Afrique affirme que « le commerce n’est pas très développé, peut-être le sera-t-il plus dans le futur33 » puisque pour l’instant le Venezuela est dans un processus de rapprochement. L’analyse de Emboirik Ehmudi, l’ambassadeur de la République Arabe Sahraouie, va dans le même sens puisqu’il déclare : « il y a un élément qui, pour l’instant n’est peut-être pas un élément déterminant, ce sont les échanges économiques34 ». Il en va de même pour un diplomate de l’ambassade d’Égypte pour qui « commercialement ces relations ne sont pas très développées à cause de la distance mais je pense que, politiquement, elles sont très importantes35 ». Un diplomate de l’ambassade d’Algérie explique que la relation avec le Venezuela est « beaucoup plus politique », ce qui est dû à l’« excellence des relations entre les deux chefs d’État, entre les deux pays » et admet : « c’est vrai que l’économique n’a pas suivi le politique » car « certains facteurs ont fait que les échanges économiques n’ont pas pu suivre36 », en pensant à l’éloignement des deux régions. L’analyse d’Ali Farfer, l’ambassadeur libyen, s’inscrit dans la même veine puisqu’il explique que les relations économiques ne sont « pas aussi intenses qu’elles devraient être » du fait de la distance qui ne facilite pas les échanges. Cependant, il va plus loin puisqu’il affirme que les relations entre son pays et le Venezuela sont un mélange entre le politique, le culturel, l’économique et l’idéologique. Mais toutes ne sont pas au même niveau. La partie idéologique est très importante et constitue un intérêt majeur37. À l’unisson, les acteurs de cette diplomatie évoquent le caractère éminemment politique des relations entre le Venezuela et l’Afrique.

  • 38 Le qualificatif « politique » a été choisi par commodité terminologique. Ainsi, ce ne sont pas ces (...)
  • 39 Entretien réalisé à Caracas le 17 décembre 2008. Texte original : « es positivo porque obliga darl (...)

49Dans les faits, les relations entre le Venezuela et l’Afrique sont encadrées par des accords « politiques38 » de coopération qui posent le cadre juridique d’une coopération multisectorielle. Trente-cinq accords de coopération, exclusivement destinés à approfondir et orienter la coopération, ont été souscrits depuis 1999. Pour un chargé d’affaires de l’ambassade d’Afrique du Sud à Caracas39, « c’est positif parce que cela oblige à faire vivre les relations, c’est un dynamiseur ». À travers ces accords s’exprime la volonté politique du rapprochement, et les commissions de révision mises en place, qui ont lieu tous les deux ans, obligent à une certaine efficacité. Ils permettent d’outrepasser les lourdeurs administratives et donc d’accélérer les processus de coopération. Par exemple, l’accord-cadre de coopération autorise les ministres des pays signataires à souscrire des accords sans nécessiter l’approbation de leur chef d’État.

50On compte parmi ces mécanismes diplomatiques les mémorandums d’entente sur l’établissement de mécanismes de consultation politique, les accords-cadres de coopération, les accords entre instituts diplomatiques, les accords de création de commissions mixtes binationales, les accords généraux de coopération, une convention intégrale de coopération, et les accords sur la suppression de visas pour les passeports diplomatiques et de service.

  • 40 « Venezuela y África, las nuevas relaciones », op. cit., p. 6 et 7.

51En 1991, le Venezuela et le Sénégal signent un mémorandum d’entente pour l’établissement de mécanismes de consultations diplomatiques. En 1999 s’ajoutent le Maroc, la Libye, le Nigeria, en 2000 l’Algérie et en 2004 le Mali. Au total, six mémorandums sont conclus avant la création du vice-ministère, dont un avant l’arrivée d’Hugo Chávez au pouvoir et cinq sous son premier mandat. Puis en 2005, c’est au tour du Bénin et du Soudan, en 2006, du Kenya, de la Gambie, de l’Éthiopie, de la Namibie, en 2007, du Niger, de l’Afrique du Sud, du Swaziland, et enfin en 2008 des Seychelles et de la Guinée Bissau. Aux cinq mémorandums conclus depuis 1999, soit en cinq années, s’ajoutent onze autres en trois années40.

  • 41 Ibid.

52Le constat de l’accroissement fulgurant pour les accords-cadres de coopération depuis la création du vice-ministère se vérifie dans le même sens. En 1985, 2002 et 2004, l’Algérie, le Maroc et le Mali signent des accords-cadres de coopération avec le Venezuela. Ce sont trois accords en cinquante ans de relations avec l’Afrique et deux sous le premier mandat d’Hugo Chávez. En 2005, suit le Soudan, en 2006, la Gambie, en 2007, le Kenya, le Niger et le Swaziland, et en 2008, les Seychelles, la Guinée Bissau et l’Afrique du Sud. Sur un total de onze accords, huit sont souscrits depuis 200541.

  • 42 « Venezuela y África, las nuevas relaciones », op. cit., p. 6 et 7.
  • 43 Ibid.
  • 44 « Lybia y Venezuela firman primer acuerdo general sobre cooperación », Ministerio del Poder Popula (...)

53Les trois accords entre Instituts diplomatiques sont conclus depuis 2005. Ils concernent l’Égypte, puis en 2006 l’Algérie et le Mali42. Il en va de même concernant les accords visant à créer des commissions mixtes binationales avec, en 2007, l’Algérie et, en 2008, la Libye43. Cette dernière signe en 2006 un accord général de coopération, le seul signé jusqu’à présent. Il a pour objectif de faciliter la signature de conventions dans des secteurs clés de coopération. Selon Reinaldo Bolivar, grâce à cet accord « les relations bilatérales connaîtront une importante dynamisation qui permettra, comme l’a dit le président Chávez, l’imminente création de la commission mixte de haut niveau pour la coopération dans divers secteurs44 ».

  • 45 « Venezuela y República de Saharaui suscriben convenio de cooperación integral », Ministerio del P (...)

54La République Arabe Sahraouie signe en 2004 une convention intégrale de coopération, renouvelable sur cinq années, et qui entraîne la création d’une commission mixte de coopération, présidée par le ministre vénézuélien de l’Énergie et des Mines et le ministre sahraoui de la Coopération. Cette commission doit mettre en place les objectifs et les normes de la coopération entre les deux pays45. En 2006, l’Algérie et le Mali, en 2007, la Gambie et en 2008 la Libye, signent des accords pour la suppression des visas pour les passeports diplomatiques ou de service. Cet accord est encore un autre instrument permettant le rapprochement diplomatique entre le Venezuela et des pays africains.

55Le vice-ministère a pour mission de faire des objectifs africains une réalité concrète. Ces accords de coopération mettent en place des mécanismes de rapprochement politique destinés à dessiner les formes de la coopération avec l’Afrique. Si les mémorandums d’entente et autres accords destinés à créer une proximité politique constituent le cadre d’un premier pas vers une coopération effective entre les deux espaces, la conclusion d’accords de coopération dans divers secteurs en est la matérialisation concrète. Les choix sectoriels répondent à une stratégie diplomatique dont il convient à présent de cerner les contours. Depuis 1999, à l’exclusion des accords évoqués précédemment, le Venezuela a souscrit pas moins de 43 accords de coopération dans une quinzaine de secteurs distincts, et qui concernent 21 pays sur les 54 du continent africain.

Tableau n° 5. Accords souscrits par secteur de coopération depuis 1999

Tableau n° 5. Accords souscrits par secteur de coopération depuis 1999

Source : tableau réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

56Le tableau [n° 5] et le diagramme [n° 6] ci-dessous sont éclairants à plusieurs niveaux. Ils permettent d’ores et déjà de constater que les accords souscrits englobent une multitude de secteurs de coopération : l’énergétique, la communication, l’éducation, les sciences et technologies, le logement, la santé, la culture, le transport, le tourisme, l’économique, le social, etc. Notons cependant que les secteurs de l’environnement et des finances, qui pourtant sont annoncés comme étant prioritaires dans l’Agenda África, ne font pas l’objet d’accords de coopération. Outre cela, le diagramme n° 6 permet de constater que deux secteurs se détachent de la liste et s’imposent comme les secteurs privilégiés de la politique africaine d’Hugo Chávez. Le secteur énergétique et le secteur culturel, qui détiennent 46 % des accords souscrits (avec pour chacun huit accords de coopération souscrits), semblent être de loin les deux secteurs stratégiques sur lesquels le gouvernement vénézuélien focalise son attention. En effet, sur les 35 accords souscrits tous secteurs confondus, 16 sont conclus dans ces deux domaines. Autrement dit, sur les 13 secteurs, ils représentent à eux seuls presque la moitié des initiatives de coopération.

Diagramme n° 6. Répartition sectorielle des accords de coopération souscrits depuis 1999

Diagramme n° 6. Répartition sectorielle des accords de coopération souscrits depuis 1999

Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

57En somme, en marge de la corrélation avec l’activisme du Tiers Monde, la mutation de la politique extérieure du Venezuela se distingue comme le facteur de l’émergence d’une politique africaine. Plus qu’idéologique, la rupture est institutionnelle. Le gouvernement vénézuélien institutionnalise l’approfondissement idéologique d’un nouveau projet politique, le « socialisme du xxie siècle », qui récupère et réadapte des éléments de la tradition tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne. Là où, dans un contexte de Guerre froide et d’opposition entre les deux blocs, le Tiers Monde aspirait à créer une troisième voie, le « socialisme du xxie siècle » aspire à créer un monde multipolaire, marqué par la participation égale de tous les pôles de pouvoir.

58La création du vice-ministère pour l’Afrique donne un nouvel élan aux relations avec l’Afrique. Elle impulse l’établissement d’ambassades en Afrique, d’accords de coopération politiques et d’accords dans une multitude de secteurs, avec l’accent mis sur les secteurs énergétiques et culturels. Or, compte tenu de l’idéologisation du MRE et du caractère politique et idéologique de la coopération, il convient de s’interroger sur son impact sur la coopération énergétique et la coopération culturelle, en partant du postulat selon lequel, par leur ampleur, elles sont représentatives de la politique africaine de Chávez. Autrement dit, qu’entend promouvoir la politique africaine de Chávez ? Comment se matérialise et se déploie le caractère politique et idéologique de cette politique, à travers la coopération énergétique et la coopération culturelle ? Dans quelle mesure cette coopération répond-elle à l’objectif de promotion de la révolution bolivarienne en Afrique, dicté par l’Agenda África ?

Notes

1 « Relaciones Internacionales Venezuela-África : 2005-2008 », op. cit., p. 16-17.

2 Déclaration finale du XIVe sommet des Chefs d’État ou de Gouvernement du mouvement des Pays non-alignés, La Havane, Cuba, 11 au 11 septembre 2006.
www.latinreporters.com/cubapolMNADocumentFinal18092006.html

3 Carlos Romero, op. cit.

4 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du Taller de Alto Nivel du 12 au 14 novembre 2004. Texte original : « Este nuevo momento estratégico […] vamos a enmarcarlo, los días que quedan en el 2004, todo el 2005, y todo el 2006, es el mejor momento estratégico en cuanto a tiempo. »

5 Ibid.

6 « Décret n° 3.248 », Gaceta oficial de la República Bolivariana de Venezuela, Caracas, 8 décembre 2004.

7 Heinz Dieterich Hugo Chávez y el Socialismo del siglo xxi, Caracas, Carlos Julio, Morillo, Torrealba, 2005, p. 71.

8 Ibid., p. 71.

9 « Líneas Generales del Plan de Desarrollo Económico y Social de la Nación 2007-2013 », op. cit., p. 46.

10 Edmundo Gonzalez Urrutia, « Las dos etapas de la política exterior de Chávez », Nueva sociedad, n° 205, sept.-oct. 2006, p. 165.

11 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du Taller de Alto Nivel, novembre 2004. Texte original : « A África la partieron en pedazos, pero no hay que olvidar que son nuestros hermanos, y allí el gobierno revolucionario hace esfuerzos sobretodo para focalizar relaciones con países estratégicos que nos permitan avanzar más en la relación con África y, sobre todo, con una idea de apoyar a África, más que con la idea de que ese continente nos apoye. »

12 Hugo Chávez Frias, op. cit. Texte original : « Nosotros vamos a hacer un aporte este año. [...] Ese país no tiene ni un río, no tiene ni una sabanita verde, no tiene una gota de petróleo y, además, todavía aguantando invasiones y desconocimientos territoriales. »

13 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du VIIe sommet de l’Union Africaine, 1er et 2 juillet 2006, Banjul, Gambie. Texte original : « No somos ni europeos, ni americanos del norte, que nosotros somos una mezcla del África y de Indoamérica, cada día estamos más concientes de esa raíz africana, de esa raíz indoamericana. »

14 Ibid., Texte original : « El África no es pobre. Sólo que al África le aplicaron, los países colonialistas, salvajes métodos de explotación, de dominación, y sobre todo de saqueo. »

15 Ibid., Texte original : « Sólo unidos nosotros podremos torcer o cambiar el rumbo del mundo, el mundo está amenazado por la hegemonía del imperio norteamericano, que pretende acabar con este planeta. Sólo nosotros unidos, partiendo de nuestra conciencia, de nuestro coraje, de nuestra voluntad, podremos lograr lo que Simón Bolívar – nuestro Libertador – llamaba “el equilibrio del universo”, es decir un mundo pluripolar. »

16 Notons à cet égard que la conférence Tricontinentale de La Havane en 1966, était fermement condamnée par le gouvernement vénézuélien de Raul Leoni qui dénonça à l’assemblée générale de l’ONU de 1967 « l’action subversive de la [Tricontinentale] et l’organisation latino-américaine de solidarité, qui reflète en grande partie la violence du gouvernement cubain », marquant à cet endroit un point de rupture (et ainsi le symbole de l’approfondissement) du discours chaviste d’avec celui de ses prédécesseurs.

17 Déclaration Générale de la Conférence Tricontinentale, La Havane, du 3 au 15 janvier 1966.

18 Hugo Chávez Frias, op. cit., Texte original : « Ahora, comenzando el siglo xxi, debemos darle vida a la tercera oleada, y en esa tercera oleada debemos ir juntos : América Latina y el Caribe con África, continentes hermanos, con las mismas raíces, con la misma magia, con la misma música, con la misma esperanza. »

19 Ronaldo Lumumba, lors du programme télévisuel Aló Presidente, n° 287, le 7 août 2007. Texte original : « Estamos tan orgullosos de lo que haces para reivindicar esa dignidad que fue en un momento violada. Luego de que fallecieran nuestros padres y ancestros, los padres de la independencia Nasser, Nkrumah, Lumumba, encontramos en usted el continuador de todas esas batallas. »

20 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du programme télévisuel Aló Presidente, n° 287, le 7 août 2007. Texte original : « Yo estoy muy interesado en que apuremos los caminos de la integración, como se dice, pero más que integración es la conformación de una alianza de gobiernos, de pueblos, de instituciones entre África y América latina. »

21 Entretien réalisé à Caracas le 15 décembre 2008. Texte original : « El discurso que ahora mismo mantiene el gobierno venezolano es verdad que es un discurso en gran medida ideológico en el sentido de fortalecer estos países del tercer mundo frente a una realidad que el gobierno venezolano no considera la más correcta. »

22 Ibid. Texte original : « El tiene una sensibilidad con respecto a todas las problemáticas y todas las particularidades del tercer mundo. »

23 Voir chapitre 1.

24 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « En la comisión de descolonización, la posición de Venezuela fue siempre la misma de defensa del derecho de autodeterminación de los pueblos. En este sentido, ha habido una continuidad histórica en el posicionamento político de este país. »

25 Notons également que de nombreux chefs d’État et ministres africains se rendirent au Venezuela. Le président gambien effectua une visite officielle au Venezuela en mai 2007 ; le président de la commission de l’UA, Alpha Oumar Konaré se rendit quatre fois au Venezuela entre 2006 et 2007, et le Secrétaire des affaires politiques de la Ligue des États Arabes, Ahmed Benhelly, se rendit à Caracas en juillet 2006, à l’occasion de la IIe réunion des coordinateurs du sommet Amérique du Sud - Pays Arabes (ASPA), en 2005, la vice-ministre des Relations Extérieures d’Égypte se rendit à Caracas. Les festivals culturels furent d’autres occasions de se rendre au Venezuela. Deux délégations nigérianes, une délégation libyenne, une d’Afrique du Sud et une d’Algérie se rendirent au pays de Simon Bolivar.

26 « Venezuela y África : las nuevas relaciones 2005-2008 », op. cit., p. 30 ; Reinaldo Bolivar se rendit dans les pays suivants : Mali, Maroc, Gabon, République Centrafricaine, Cameroun, Algérie, Gambie, Nigeria, Éthiopie, Kenya, Cap Vert, Ghana, Mauritanie, Sao Tomé et Principe, Tchad, Côte d’Ivoire, Sénégal, Namibie, Afrique du Sud, Libye, Égypte, Soudan, Congo, Guinée et Guinée Bissau.

27 Ibid. p. 31.

28 Ibid. p. 20.

29 Entretien réalisé à Caracas le 15 novembre 2008. Texte original : « una parte importante que le da forma institucional a la nueva política exterior ».

30 Site WEB du ministère vénézuélien des Relations Extérieures, dernière visite le 26.05.09. http://www.mre.gov.ve/metadot/index.pl?id=2539;isa=Category;op=show

31 « Relaciones internacionales : Venezuela - África 2005-2008 », op. cit., p. 5.

32 « Agenda África 2008 ; la política exterior venezolana en el marco del equilibrio internacional », op. cit., p. 3.

33 Entretien réalisé à Caracas le 15 novembre 2008. Texte original : « El comercio no está muy desarrollado. Quizás en el futuro. »

34 Entretien réalisé à Caracas le 15 décembre 2008. Texte original : « Hay un factor que quizás en momento presente que no sea un factor determinante que es el factor de intercambios económicos. »

35 Entretien réalisé à Caracas le 16 décembre 2008. Texte original : « commercially they are not very developpped because of the distance but I think that politicaly they are very importants. »

36 Entretien réalisé à Caracas le 16 décembre 2008.

37 Entretien réalisé à Caracas le 2 décembre 2008. Texte original : « not big as it should be. »

38 Le qualificatif « politique » a été choisi par commodité terminologique. Ainsi, ce ne sont pas ces accords qui amènent les acteurs de la diplomatie africaine à statuer sur le caractère politique de la coopération. Ils permettent simplement d’approfondir et de donner une orientation concrète à la coopération.

39 Entretien réalisé à Caracas le 17 décembre 2008. Texte original : « es positivo porque obliga darle vida a las relaciones, es un dinamizador ».

40 « Venezuela y África, las nuevas relaciones », op. cit., p. 6 et 7.

41 Ibid.

42 « Venezuela y África, las nuevas relaciones », op. cit., p. 6 et 7.

43 Ibid.

44 « Lybia y Venezuela firman primer acuerdo general sobre cooperación », Ministerio del Poder Popular para la Comunicación y la Información, 18 mai 2006. Texte original : « las relaciones bilaterales experimentarán una importante dinamización que permitirá, como lo ha instruido el presidente Chávez, la pronta instalación de la Comisión Mixta de Alto Nivel para la Cooperación en diversas áreas ». http://www.mci.gob.ve/noticias-internacionales/1/4737/libia_y_venezuelairman.html

45 « Venezuela y República de Saharaui suscriben convenio de cooperación integral », Ministerio del Poder Popular para la Comunicación y la Información, le 5 octobre 2004. http://www.minci.gob.ve/noticias/1/760/venezuela_y_republica.html

Table des illustrations

Titre Tableau n° 3. Accords de coopération souscrits de 1999 à 2008
Légende Source : tableau réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Diagramme n° 4. Évolution de la souscription des accords de coopération de 2005 à 2008
Légende Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Diagramme n° 5. « Renaissance » du MNA et accroissement des relations diplomatiques avec l’Afrique
Légende Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Relaciones internacionales de Venezuela y África : 2005-2008 », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Carte n° 1. Ambassades vénézuéliennes en Afrique
Légende Source : document extrait de « Relaciones internacionales de Venezuela y África : 2005-2008 », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/179/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tableau n° 4. Ambassades et juridictions
Légende Source : document extrait de « Relaciones internacionales de Venezuela y África : 2005-2008 », vice-ministère pour l’A 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/179/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Source : organigramme extrait du document « Relaciones internacionales de Venezuela y África : 2005-2008 », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/179/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Tableau n° 5. Accords souscrits par secteur de coopération depuis 1999
Légende Source : tableau réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/179/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Diagramme n° 6. Répartition sectorielle des accords de coopération souscrits depuis 1999
Légende Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/179/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable