Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local

 | 
Jean Revel-Mouroz

I - Les institutions locales et le débat régional

Introduction

Texte intégral

1Les trois textes suivants présentent successivement l’actualité et l’acuité du double débat régionalisation/décentralisation au Venezuela, l’arrière plan historique et juridique permettant de mieux situer les articulations et les interférences entre les pouvoirs des échelles nationale, municipale, des États, et enfin un exemple « régionalisé » du va et vient du pouvoir entre l’État central et la région.

2Jean Revel-Mouroz, Bases et enjeux du débat sur la régionalisation rappelle d’abord les grandes étapes du processus de régionalisation et de mise en place de l’instrument privilégié utilisé par le gouvernement central : la corporation de développement régional, en insistant sur la différence entre les corporations, véritables « préfets » régionaux comme la Corporation vénézuélienne de Guayana, et les corporations émanations de groupes et d’intérêts régionaux comme la Corporation de développement du Zulia. Le régionalisme et la nature du consensus apparent unissant des forces disparates face au centralisme de Caracas sont examinés dans les temps de facilité financière et de crise économique, facteurs respectifs d’homogénéisation et de désagrégation des intérêts locaux. Le débat sur la décentralisation économique et sur l’avenir des institutions et organismes actuels se développe autour du projet de loi sur le développement régional présenté en 1984 par le bloc parlementaire du Zulia, et des réactions qu’il a suscitées tant de la part des ministères, des corporations de développement, que de groupes universitaires critiques comme ceux du CENDES. La question fondamentale posée ici est de savoir si ce projet n’est pas un avatar du « centralisme masqué ». Cette interrogation conduit d’ailleurs à préciser la place accordée aux États et aux municipes par ce projet ; la réforme municipale aboutit-elle réellement à l’autonomie affichée ? Notamment dans les relations du municipe avec l’État, avec les antennes des organismes centraux ainsi qu’avec les grandes entreprises nationales.

3Anne Bonnefoy, Les collectivités locales au Venezuela dresse le tableau historique et juridique nécessaire pour comprendre quelle évolution des collectivités locales a conduit le Venezuela au statut de fédération très centralisée, après la phase du « pacte régional caudilliste » du xixème siècle et la dictature intégratrice de Gomez. Son analyse de la constitution en vigueur (celle de 1969) montre combien l’autonomie affichée des États est dépendante du pouvoir central, notamment dans le domaine financier, et que leur intérêt majeur est d’entretenir une clientèle politique. Quant aux municipalités, leur existence réelle n’est consacrée que par la loi récente de 1978, encore que la faiblesse de leurs ressources et l’immixtion des États et du pouvoir central entretiennent la crise du système municipal. La mise en place d’une régionalisation et d’une décentralisation fonctionnelle a ignoré les États et les municipalités, en privilégiant l’articulation au pouvoir national et en n’englobant que la dimension économie-planification, à l’exclusion de toute dimension politique. C’est précisément là l’une des sources du débat actuel sur les orientations de la réforme de l’État vénézuélien et sur les attributions des États et municipes.

4Michel Pouyllau, Base territoriale et socio-culturelle d’un pouvoir national et régional : Le cas du Tachira (1870-1982) donne un exemple précis des relations réversibles entre pouvoir local et pouvoir central. Une classe politique régionale, celle des « Andins », réussit à s’emparer du pouvoir central en 1899 et le garde jusqu’en 1958. Les généraux andins assurent la sécurité du grand capital étranger et de la bourgeoisie locale tandis que le Venezuela se transforme radicalement, passant d’un pays agricole dominé par des caudillos locaux à un État centralisé et une économie pétrolisée. L’instauration de la démocratie en 1958, bouleverse cette situation, écarte les Andins du pouvoir central et les renvoie à la base territoriale et socio-culturelle locale du Tachira. Désormais leur lutte vise à la reconnaissance d’une spécificité d’une nouvelle région frontière, et à la séparation d’une région technocratique de planification, celle des Andes, dont le découpage a été imposé par le pouvoir central.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable