Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

La Secretaria de serviços postais SSP (Secrétariat des services postaux*)

Texte intégral

Considérations préliminaires

  • * La Secretaria de serviços postais est rattachée au Ministério das Comunicações.

1Même si, dans le domaine des services postaux, la coopération ne se trouve pas inclue dans le cadre des réalisations entretenues sous l’égide de l’Accord de coopération technique et scientifique Brésil-France, l’importante contribution des experts français aux études qui ont préparé et assuré l’entière réorganisation des services postaux brésiliens au début des années 1970, mérite d’être évoquée.

2Pendant de nombreuses années, les postes brésiliennes ont eu l’avantage d’être l’unique moyen de communications existant au Brésil. Bien que dépositaires de cette importante expérience pour l’ensemble de la communauté, elles ont connu, à la fin des années 1960, une grave crise dont l’origine, pour de multiples raisons, remonte à la fin de la Seconde guerre mondiale.

3Les postes brésiliennes avaient été de véritables institutions pionnières en Amérique latine, évoluant au même rythme que leurs homologues des pays développés. Mais leur fonctionnement s’est détérioré à tel point que des transformations radicales étaient impératives pour retrouver la confiance de la population.

4Conscient de cette absolue nécessité, le gouvernement prit, en 1969, d’importantes mesures, transformant l’antique Departamento dos Correios e telégrafos (Département des postes et télégraphes) en entreprise publique, l’Empresa brasileira de correios e telégrafos (ECT) (Entreprise brésilienne des postes et télégraphes) ; il la dota simultanément d’une souplesse indispensable pour suivre l’évolution des mutations qui s’imposaient.

5Après avoir analysé et comparé les organisations postales de plusieurs pays, la grande lucidité de l’administration de l’époque fut de passer un contrat avec une entreprise spécialisée dans le conseil et l’élaboration de projets ambitieux de modernisation.

6L’administrateur trouva que l’efficacité du modèle français de fonctionnement des postes était la plus intéressante, et le choix se porta sur SOMEPOST (Société mixte pour l’étude et le développement de la technique des Centres postaux mécanisés et automatisés) afin d’effectuer le diagnostic du secteur postal brésilien et de proposer l’adoption de mesures susceptibles de rendre plus efficace et plus économique l’exploitation des services par l’ECT.

7Quelques renseignements doivent être donnés sur SOMEPOST. Cette société a été créée en 1962 pour réaliser et coordonner les études et les techniques d’application à la modernisation des services postaux, en s’efforçant d’entreprendre une coopération internationale.

8L’Etat a une participation majoritaire mais sa structure est composée de représentants des plus importantes sociétés d’étude et de fabrication de matériels et d’équipements postaux en Fiance.

  • L’administration publique des Postes et télécommunications (P et T) a remplacé depuis les PTT (N. (...)

9La présidence du Conseil de surveillance de l’Assemblée générale, (que l’on peut comparer à un Conseil d’administration de société de droit privé), revient au directeur des Postes, télégraphes et téléphones (PTT) ; la société est administrée par un directeur général de l’Inspection des PTT.

10En raison de la prédominance de l’Etat dans sa structure, la SOMEPOST, dans le contexte brésilien, est assimilée à une société d’économie mixte.

Le contrat

11Le contrat entre ECT et SOMEPOST, premier pas vers une grande révolution qui va se produire, date de 1971.

12Selon les termes du contrat, l’analyse des activités des différents secteurs d’ECT faisait l’objet d’une phase de diagnostic. Elle concernait aussi bien le domaine administratif (services centraux, régionaux et locaux) que l’activité opérationnelle de l’exploitation proprement dite (guichets, ramassage, tri, cheminement et distribution) et d’autres secteurs (constructions, transports).

13La phase de diagnostic, suivie pas à pas de propositions complémentaires émanant directement de l’ECT, a permis de faire un relevé des impératifs de base de la réorganisation, renforçant le projet original qui aspirait à envisager la mise en œuvre des profondes transformations.

14Le projet ECO fut institué à la base de ce travail préliminaire, avec la participation conjointe d’experts français et de techniciens brésiliens. Son but était de concrétiser de façon opérationnelle les mesures préconisées lors du diagnostic.

Le Projet ECO

  • En anglais dans le texte (N. du T.)

15Mis en œuvre sous forme contractuelle le 10 juillet 1972, intervenant simultanément dans tous les domaines du système postal, le projet s’efforça de faire prendre conscience aux postiers des impératifs de rationalisation des méthodes et d’assimilation des nouveaux procédés opérationnels, démarqués du « know how » transféré par les experts français. Il apparaissait indispensable, dans le cas de l’application des mesures adoptées, d’adapter les connaissances acquises à la réalité brésilienne, dans toutes ses évidentes particularités.

16Cependant, l’immensité du programme comme l’absence de personnel qualifié susceptible d’absorber les technologies nouvelles ainsi que le temps limité d’exécution du contrat, ont fait envisager, d’entrée de jeu, une limitation géographique à l’application de ces nouvelles mesures.

17Ainsi, les activités de réorganisation des unités postales furent non pas différées mais localisées essentiellement dans les directions régionales de São Paulo, Rio de Janeiro, Belo Horizonte et Brasília.

18La commission préconisa l’application de nouveaux procédés qui furent étudiés et implantés dans ces régions d’intervention de façon expérimentale et avec un succès total, ce qui entraîna leur possible diffusion à l’ensemble de l’entreprise. Parallèlement, les postes brésiliennes envisagèrent d’étendre le réseau de distribution afin de permettre selon des critères universellement reconnus (rapport région géographique -population concernée par bureau), des réalisations conformes aux normes acceptées au niveau international.

19A partir de là, une politique soutenue d’installation des unités d’intervention à prix raisonnable s’est développée et s’est imposée de façon naturelle.

20Simultanément, comme solution alternative et moins dispendieuse, l’implantation de centres de ramassage et de points de vente de timbres postes, dans des endroirs stratégiques, était lancée en 1973 facilitant l’accès du Service postal à l’usager.

21Dans le cadre de cette mission d’expertise, dix agences furent mises en place auprès des quatres directions régionales, appliquant les nouveaux procédés et, chose primordiale, assurant la formation et la spécialisation des techniciens brésiliens.

22Le problème du tri, considéré comme critique pour avoir été maintes fois l’objet d’étranglements, exigeait aussi une main-d’œuvre plus expérimentée et a bénéficié d’un traitement spécial ne se limitant pas à la circonscription territoriale des quatre directions. L’intervention fut plus vaste dans ce secteur et quatorze centres de tri, situés dans les villes les plus importantes, ont été entièrement réorganisés et dotés de procédés plus rationnels.

23A travers un redéploiement de petsonnel, l’administration ajusta les effectifs aux fluctuations du trafic, imposant en même temps des horaires fixes, ce qui permit de réduire considérablement le temps consacré à la régulation du trafic de la correspondance.

24En ce sens, la mise en place simultanée de la réorganisation, dans les principaux centres de tri, produisit d’excellents résultats quant à l’augmentation du pourcentage de correspondance acheminée sans erreur de destination.

25La distribution à domicile fut décentralisée selon des formules mieux adaptées à chaque ville, grâce à la création de centres de distribution à domicile.

26Les centres de distribution furent réorganisés, la tournée des facteurs mieux étudiée et la charge de courrier transporté plus équilibtée en fonction du temps nécessaire à sa délivrance, corrigeant ainsi les distorsions existantes.

27Le système de transport aérien, jusqu’alors dépendant des horaires des lignes commerciales, irréguliers et inadaptés, lié aux aléas du déplacement des charges en volume du courrier, a été profondément restructuré à partir de 1973. Cette restructuration a connu son point culminant lors de la mise en place du réseau postal aérien de nuit qui peut être considéré comme un véritable tournant de l’histoire des postes brésiliennes car il a été déterminant dans l’amélioration du flux de la correspondance.

28Le Projet ECO n’a pas été seulement propice aux perfectionnements radicaux des secteurs de ramassage, tri et distribution de courrier. De nombreux procédés de contrôle de qualité des services postaux en furent également issus, donnant aux dirigeants de l’entreprise les informations indispensables à une programmation rationnelle des activités.

29Pendant toute cette période, la compréhension et la sympathie des experts français à l’égard de leurs collègues brésiliens ont été particulièrement appréciées et cet élément a joué un rôle de grande importance.

La SOFREPOST

30La coopération française pour l’amélioration des services postaux ne s’est pas achevée avec la clôture du contrat avec la SOMEPOST.

31Un nouveau contrat fut signé, rendu nécessaire par la diffusion de ces nouveaux systèmes à l’ensemble du territoire national, tout en renforçant et en ajustant simultanément les systèmes déjà implantés. Ce contrat fut signé avec la SOFREPOST (Société française d’études et de réalisations postales), la nouvelle désignation de la SOMEPOST par le gouvernement français.

32Actuellement, dix ans ont passé, et l’Empresa brasileira de correios e telégrafos, forte de la nouvelle efficacité reconnue de ses services, est fréquemment invitée par l’Union postale universelle (UPU) à proposer des équipes de coopération technique à d’autres pays qui aspirent à améliorer leurs services postaux.

Formation de personnel

33A partir de la précieuse expérience de coopération avec l’administration française concernant l’évolution technique du fonctionnement de nos postes, il faut signaler que, grâce au soutien de l’UPU, par l’intermédiaire du Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), un projet de création d’un enseignement et de formation professionnelle a été mis en place en 1972. Ont été inaugurés un cours de niveau supérieur, cinq centres régionaux de formation de niveau moyen et plusieurs cellules locales de formation professionnelle élémentaire, dans lesquels sont passés près de quatre-vingt mille employés.

34Naturellement, les experts français composaient la quasi totalité des spécialistes qui participèrent à cette tâche.

35L’ECT possède aujourd’hui un des centres de formation de ressources humaines parmi les plus performants de la spécialité, l’Escola superior de administração postal (ESAP) (Ecole supérieure d’administration postale), qui assure aussi bien la formation et la spécialisation des cadres brésiliens que celle de stagiaires étrangers boursiers en provenance de différents pays d’Amérique et d’Afrique.

Conclusion

36Les résultats obtenus par ECT depuis la coopération réalisée avec SOMEPOST et avec SOFREPOST, attestent du bon choix effectué par les administrateurs de l’entreprise, en 1971, lorsqu’ils optèrent en faveur du modèle français pour mettre en œuvre les grandes transformations apportées à ce service.

Fiche technique de la SSP
1. Présentation de l’organisme
1.1. Secretaria de serviços postais (SSP) (Secrétatiat des Services postaux).
1.2. Administration centrale.
1.3. Rattachement : fait partie de la Secretaria geral (Secrétariat général) du ministère des Communications.
1.4. Objectifs : — est compétent pour réaliser des études concernant la réglementation et la normalisation technique, tarifaire et juridique, l’exécution, le contrôle et l’inspection des services postaux et des télégrammes ;
soutient les activités de l’Empresa brasileira de correios e telégrafos (ECT) ;
étudie et analyse les propositions de participation à des congrès, réunions et conférences internationaux sur les postes avec le Secrétariat chargé des relations internationales ;
est l’intermédiaire des organismes internationaux dans le domaine des postes (UPU et UPAE) ainsi que de l’ECT.
1.5. Adresse : Secretaria de serviços postais
Secretaria geral
Esplanada dos Ministérios B1 « R » 6° andar
Brasília (DF) Brasil releph : 223 54 94 (direct)
226 63 35
226 62 38
226 65 70
telex : 61 1994 (Secretaria geral)
2. Structure interne
— Coordenadoria técnica postal (Service de coordination technique) ;
— Coordenadoria de economia e estatística postais (Service de coordination d’économie et de statistiques) ;
— Coordenadoria de assuntos jurídicos postais (Service de coordination des questions juridiques.

Notes de fin

* La Secretaria de serviços postais est rattachée au Ministério das Comunicações.

L’administration publique des Postes et télécommunications (P et T) a remplacé depuis les PTT (N. du T.).

En anglais dans le texte (N. du T.)

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540