Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

L’Instituto nacional de pesquisas espaciais INPE (Institut national de recherches spatiales)

Texte intégral

1Dans le domaine de l’espace, la coopération franco-brésilienne a aussi vingt ans. En 1967, lorsque cet Instituto nacional de pesquisas espaciais (INPE) (Institut national de recherches spatiales) s’appelait encore la Comissão nacional de atividades espaciais (CNAE) (Commission nationale d’activités spatiales), un ballon-sonde stratosphéri-que était lancé à partir des installations de l’Institut, en coopération scientifique avec l’Université de Toulouse. L’objectif était de collecter des données relatives à l’étude des rayons gamma en astrophysique.

2Cette première initiative a permis d’inaugurer une série de relations dont la préoccupation fut de toujours privilégier les intérêts communs et les avantages mutuels de chacun des deux pays. Les relations se sont développées dans un contexte de confiance fortement marqué par l’acceptation réciproque d’utilisation de la technologie spatiale à des fins pacifiques.

3De nombreux autres projets ont succédé à cette première action quelque peu individuelle de coopération. Ces projets couvrent aujourd’hui tous les domaines de l’INPE et contribuent de façon décisive au rayonnement et au développement des activités civiles spatiales au Brésil.

4Aussi, nous souhaitons que succèdent, à ces vingt années de coopération, vingt nouvelles années tout aussi profitables permettant non seulement de réaliser des programmes bilatéraux de haut niveau scientifique et technique mais encore de renforcer les relations entre les deux pays.

5Dans le domaine de l’espace, les relations de coopération Brésil-France sont mises en œuvre dans le cadre de l’accord de coopération technique et scientifique signé entre les deux pays en 1967, mais aussi à travers les arrangements complémentaires signés dans le domaine spatial et grâce aux accord signés entre agences de développement de la science et de la technologie brésiliennes et françaises. Nous mentionnons ci-dessous la liste chronologique de ces différents accords :

  1. accord de coopération technique et scientifique entre le gouvernement de la République française et le gouvernement des Etats-Unis du Brésil de 1967 ;

  2. accord de collaboration enrre l’INPE et le Centre national d’études des télécommunications (CNET) de 1973, arrivé à expiration ;

  3. protocole d’accord entre le Centre national d’études spatiales (CNES) et la Comissão brasileira de atividades espaciais (COBAE) (Commission brésilienne d’activités spatiales) de 1973, toujours en vigueur ;

  4. accord entre le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq) (Conseil national de développement scientifique et technologique) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de 1975, toujours en vigueur ;

  5. protocole de collaboration entre le CNPq/INPE et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA)/Centre d’études de rayonnement spatial (CERS) de 1980, arrivé à expiration ;

  6. arrangement complémentaire à l’accord de coopération technique et scientifique Brésil-France entre le CNPq et la Formation internationale aéronautique et spatiale (FIAS) de 1981, en cours de renégociation ;

  7. arrangement entre le CNPq et l’Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM) de 1981, toujours en vigueur ;

  8. protocole de concertation entre l’INPE/CNPq et la Société européenne de propulsion (SEP) de 1981, arrivé à expiration ;

  9. arrangement complémentaire à l’accord CNES/COBAE pour l’exécution de vols de ballons stratosphériques sur le territoire brésilien de 1982, arrivé à expiration ;

  10. arrangement concernant la coopération pour la réception et le traitement des données (SPOT) entre le CNES et la COBAE de 1986, toujours en vigueur.

6D’innombrables actions de coopération bilatérale ont été réalisées dans le cadre de tous ces accords, sous forme de programmes de recherche, de formation, d’échange de scientifiques et de techniciens, d’échange d’informations.

Etudes spatiales et de l’atmosphère

7Dans le domaine des études spatiales, d’autres activités ont succédé aux expériences de 1967, notamment des projets de coopération scientifique autour du lancement de ballons. A partir de 1970, ce programme de lancements conjoints s’est élargi au domaine de l’astrophysique des hautes énergies entraînant, outre le lancement proprement dit, le développement conjoint de charges utiles en vol par l’INPE et le CERS (Centre d’études de rayonnement spatial). En 1976, un autre grand projet de lancements conjoints dans le domaine de l’astronomie des rayons gamma a été lancé avec le Centre d’études nucléaires de Saclay. Quatre lancements de ballons ont été effectués en 1976-1977 puis commença la phase d’analyse conjointe des données collectées qui s’est poursuivie jusqu’en 1980. Cette année-là, fut signé le protocole de collaboration entre le CNPq/INPE et le CEA/CNRS dont l’objectif était de réaliser les expériences de Geli 1 et Geli 2, destinées à détecter les émissions de rayons gamma nucléaire d’origine extraterrestre en utilisant la technologie des détecteurs semi-conducteurs de germanium (Ge-Li). Le projet s’est achevé en 1982 mais d’autres lancements conjoints ont été effectués par 1TNPE et le CNES dans le cadre de l’arrangement complémentaire pour l’exécution des vols de ballons-sondes en territoire brésilien de 1982, dont l’objectif était de rassembler des données sur les radiations X, gamma et infra-rouge.

8Actuellement, le Centro de lançamento de balões (CLB) (Centre de lancement de ballons) de l’INPE, dont l’histoire se confond avec les projets réalisés en collaboration avec la France, cherche à mettre en œuvre de nouveaux programmes conjoints avec des institutions françaises, notamment dans le secteur des lancements de longue durée.

9Toujours dans le domaine des études spatiales, le projet « Recherches magnétotelluriques » fut entrepris entre l’INPE et le Centre de recherches géophysiques de Garchy, dans le cadre de l’accord CNPq/CNRS.

  • 1 En anglais dans le texte (N. du T.).
  • 2 En anglais dans le texte (N. du T.).

10L’INPE participe encore au Programme de coopération scientifique et technique du ministère français des Affaires étrangères en présentant des projets de coopération de type « person-to-person »1 avec des universités et institutions françaises de recherche. Dans ce programme, quatre projets de coopération bilatérale de type « person-to-person »2 ont été présentés à partir de 1986.

Applications spatiales

Météorologie

11Dans le domaine des applications spatiales, l’INPE coopère activement avec des institutions françaises, aussi bien en météorologie qu’en télédétection.

12Dans le domaine de la météorologie, l’INPE a participé, dès 1970, au Programme EOLE qui consistait à utiliser un satellite de collecte de données météorologiques en se servant de plate-formes de collecte de données, intégrées à des ballons d’altitude constante. A cette occasion, l’INPE a lancé plusieurs ballons pour EOLE.

13En 1975, l’INPE, en association avec le Centro técnico aerospacial (CTA) (Centre technique aérospatial) et la COBAE, contribue, du Brésil, au lancement de la première fusée de la série Ariane, grâce à un guidage de trajectoire lors de son passage sur le territoire brésilien à partir du Centro de lançamentos da Barreira do Inferno (CLBI) dans le Rio Grande do Norte. Dès lors, une telle contribution se renouvela pour les autres lancements. Toujours dans le domaine de la météorologie, le Brésil participe, depuis 1980, au système ARGOS de plate-formes de données collectées. D’ailleurs, différents projets conjoints ont été établis pour renforcer le Programme national de plate-formes de données collectées, décidé par le gouvernement brésilien. Un prototype brésilien de plate-forme, a été homologué en 1983 pour le système ARGOS, entièrement mis au point par les techniciens de l’INPE. Depuis, un grand nombre de plate-formes fournies par l’industrie brésilienne ont été installées en différents points du territoire brésilien afin de collecter des données météorologiques, hydrologiques et climatologiques.

14En 1986, une coopération dans le domaine de l’océanographie a débuté dans le cadre de l’accord CNPq/ORSTOM afin de prévoir l’installation d’un réseau français de marégraphes dans la région de Penedos São Pedro e São Paulo, à Fernando de Noronha. Pour étudier la faisabilité de ce programme, un chercheur français est venu réaliser en permanence pendant un an des recherches océanographiques à l’INPE.

Télédétection

15Dans le domaine de la télédétection, la coopération a débuté en 1979 avec la signature d’un contrat avec l’entreprise française Société européenne de propulsion (SEP) afin de mettre conjointement au point une station terrestre de réception et de traitement de données des satellites LANDSAT 4 et 5. Lors du déroulement des actions, la participation dans le contrat de soixante-trois personnes x mois a été programmée (il s’agissait de techniciens brésiliens en France), notamment dans le secteur de développement de software. La compétence industrielle de la SEP, alliée à l’expérience de l’INPE, en ayant fait un des meilleurs opérateurs mondiaux du système LANDSAT, permit le développement d’un software original. Par la suite, ce procédé fut commercialisé par la SEP auprès de plusieurs autres clients et renforça la crédibilité de cette firme qui est devenue un des leaders internationalement reconnus dans ce secteur.

16A partir de 1984, un autre projet fut développé avec la France. Avec la mise en place du programme français SPOT au début des années 1980, l’INPE, depuis le début, a déclaré qu’il était intéressé à avoir accès aux données produites par ce système. En 1984, l’INPE et l’entreprise française SPOT Image, spécialement créée pour la diffusion des données SPOT dans le monde, ont ouvert des discussions en vue de la signatute d’un contrat. Un accord a été signé entre le CNES et la COBAE en 1986 dont l’objectif était d’autoriser SPOT Image, du côté français, et l’INPE, du côté brésilien, à conclure un contrat de réception, de traitement et de diffusion des données SPOT en territoire brésilien.

17Depuis la signature de ce contrat, des entreprises brésiliennes ont été autorisées par SPOT Image à diffuser les données au Brésil, tant que la station de l’INPE n’avait pas atteint un stade opérationel. En décembre 1987, l’installation des stations de l’INPE pour la réception et le traitement à Cuiabá et Cachoeira Paulista a été achevée et un contrat signé avec SPOT Image. Ce contrat concédait à l’INPE une licence exclusive d’un an, renouvelable, pour la réception, le traitement, l’archivage et la diffusion des données SPOT et des produits dérivés en territoire brésilien. La signature de ce contrat permet d’envisager une intense utilisation de ces données au Brésil et en Amérique latine.

Technologie spatiale

18La coopération avec la France dans le domaine de la technologie spatiale a connu un grand développement à partir de 1979, au moment des préparatifs du Programme spatial brésilien. Cette année-là, douze ingénieurs de l’INPE sont allés en France afin de participer, conjointement avec des techniciens français, à l’élaboration de la proposition de coopération (développement conjoint) du programme spatial brésilien comprenant un satellite et son lanceur. En juin 1979, une équipe de techniciens est venue au Brésil pour évaluer les capacités de l’industrie brésilienne mise en place pour développer ce programme. Cette évaluation, confiée au travail de techniciens français et brésiliens en France, a permis la rédaction d’un rapport intitulé « Projet spatial brésilien. Etudes préliminaires » qui prévoyait la réalisation d’un programme d’application en collaboration avec le CNES. Ce programme devait permettre d’introduire, dans le domaine spatial, la technologie de pointe au Brésil, d’accélérer le développement de nouveaux équipements et de renforcer la compétence brésilienne dans les systèmes spatiaux jusqu’en 1988. En novembre 1979, le Séminaire sur les activités spatiales organisé par la COBAE s’est tenue à São José dos Campos. Deux propositions furent présentées : une concernait la réalisation d’un programme conjoint avec la France, l’autre était entièrement brésilien ; il avait été préparé conjointement par les techniciens de l’INPE et du CTA. A l’issue de ce séminaire, la COBAE optait pour la réalisation du projet brésilien, la Missão espacial completa brasileira (MECB) (Mission spatiale complète brésilienne) mais la participation de la France fut marquante et s’est réflétée à travers les progrès des actions développées dans ce cadre.

19A partir de 1982, grâce à une plus grande impulsion du programme MECB par l’INPE, cette participation française est même devenue décisive. Cette année-là, à l’occasion du contrat de l’entreprise française ARIANESPACE pour lancer le satellite brésilien de communications BRASILSAT, le gouvernement français a offert un transfert de technologie dans le domaine spatial au Brésil. L’INPE envoya une proposition, acceptée par la suite, consistant à former des techniciens brésiliens en France et à obtenir une aide financière pour assurer les frais de consultation des techniciens français aux projets brésiliens. L’entreprise française INTERSPACE, dont le CNES est un des partenaires avec d’autres entreprises de l’industrie française de l’espace, fut aussi consultée afin d’obtenir des conseils pour la spécification du Laboratorio de integração e testes (Laboratoire d’intégration et tests) de l’INPE. Une première proposition concernant les activités de conseil fut présentée en mai à INTERSPACE et, en juillet, un technicien français est venu au Brésil pour conseiller la spécification du laboratoire, conjointement avec des techniciens brésiliens. A l’issue de ces premiers contacts, INTERSPACE mit au point un cahier des charges, financé sur une ligne prévue dans le premier protocole d’application de la convention CNES/COBAE signée en 1982. De plus, le protocole pévoyait, dans le cadre de la MECB et grâce à la formation dans des laboratoires et des entreprises industrielles françaises, une coopération pour l’installation d’un réseau de transmissions de données entre l’INPE et le CNES et un soutien actif du CNES au lancement du satellite brésilien.

20Les négociations pour la signature d’un contrat d’assistance et consultation entre l’INPE et INTERSPACE débutèrent en 1983. Ce contrat fut signé au mois d’août et concernait le séjour de dix-huit consultants x mois au Brésil. Le Laboratoire d’intégration et tests, inauguré en décembre 1987, est le seul laboratoire de ce type en Amérique latine ; il pourra satisfaire un grand nombre d’utilisateurs et viabiliser définitivement le programme spatial brésilien. Actuellement, un nouveau contrat concernant l’exploitation du laboratoire est en train d’être négocié avec INTERSPACE. Il prévoit le séjour au Brésil de vingt consultants x mois et porte sur la réalisation de cours de formation pour les techniciens du laboratoire et une aide-conseil en marketing concernant les applications industrielles.

21Ainsi, dans le cadre de la MECB, des protocoles d’application de la convention CNES/COBAE sont renouvelés chaque année depuis 1982. Ces protocoles ont permis de mettre en œuvre la formation de techniciens brésiliens au CNES, le soutien aux méthodes d’essai (intégration et tests), la participation de technciens français du CNES aux révisions techniques du programme, le soutien mutuel au lancement du satellite brésilien et l’installation d’un réseau de transmission de données entre l’INPE et le CNES. Toutes ces activités ont été réalisées avec un grand profit pour l’INPE.

22Outre les actions conduites dans le cadre de la coopération, l’INPE a signé un contrat d’assistance technique avec l’entreprise française Aérospatiale en 1986. Ce contrat prévoit le séjour de consultants français au Brésil pour assurer des prestations de service dans la mise au point des divers sous-ensembles des satellites de la MECB. Grâce à la signature de contrats de ce type, l’INPE peut garantir le développement des différents sous-ensembles dans la programmation prévue.

Fiche technique de l’INPE
1. Présentation de l’organisme
1.1. Instituto nacional de pesquisas espaciais (INPE) (Institut national de recherches spatiales).
1.2. Nature juridique : de 1985 à 1987, l’administration de l’INPE a connu des mutations successives trouvant leur origine dans la nouvelle personnalité juridique de l’institution acquise avec le décret n° 91 994 émanant de la Présidence de la République signé le 28 novembre 1985. Depuis ce texte présidentiel, l’INPE a cessé d’être rattaché au CNPq et est devenu un organisme autonome d’administration centrale, subordonné au ministère de la Science et de la technologie (MCT).
1.3. Objectifs : les activités de l’INPE ont trait à l’utilisation pacifique de l’espace et se concentrent sur les domaines suivants : études spatiales et de l’atmosphère, applications spatiales, technologies spatiales.
1.4. Adresse : INPE
Avenida dos Astronautas, 1758
Jardim da Granja
Sao José dos Campos, S.P. – Brasil
CEP 12 201
teleph : (0123) 22 9977
telex : (123) 3530
2.
Structure interne
Elle comprend un conseil technico-scientifique, une direction collégiale et une direction générale dont dépendent sept directeurs parmi lesquels un directeur des programmes institutionnels ; un directeur des sciences spatiales et atmosphériques ; un directeut pout la télédétection, etc.
3. Personnel
3.1. Tableau du personnel par niveau de qualification :
Image 100000000000035B000001699001FE64.png
4. Principaux secteurs géographiques d’intervention
Le siège de l’INPE est à Sao José dos Campos où se concentre la plus gtande patrie des recherches. Outre Sao José dos Campos, l’INPE a des installations à Cachoeita Paulista (SP), Atibaia (SP), Cuiabá (MT), Natal (RN), Fortaleza (CE), Campina Grande (PB) et Alcântara (MA).

Notes

1 En anglais dans le texte (N. du T.).

2 En anglais dans le texte (N. du T.).

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540