Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chávez et l'Afrique

 | 
Camille Forite

Introduction

Texte intégral

  • 1 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du VIIe sommet de l’ (...)

1« Séchons avec le feu sacré de notre conscience, séchons les larmes de l’Afrique, mais également celles de l’Amérique latine, pour que… les pleurs de nos siècles se transforment en pluie, pour commencer à ensemencer le xxie siècle1 », a déclaré Hugo Chávez.

2Une telle déclaration semble se noyer dans le flot abondant des discours du charismatique président de la République Bolivarienne du Venezuela. Fait discret, presque imperceptible, la politique africaine du gouvernement Chávez ne fait pas – ou presque pas – parler d’elle. Pourtant, le Venezuela n’a jamais eu autant le regard porté vers l’Afrique.

  • 2 Entretien réalisé à Caracas, le 2 décembre 2008. Texte original : « The bilaterals relations have (...)
  • 3 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.
  • 4 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008. Texte original : « Desde la llegada d’Hugo Cháve (...)
  • 5 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « Es verdad que con la subida a (...)

3Depuis l’accession au pouvoir d’Hugo Chávez, les relations du Venezuela avec l’Afrique connaissent un essor sans précédent dans l’histoire diplomatique de ce pays. Les diplomates africains en poste à Caracas sont unanimes. Ali Farfer, l’ambassadeur libyen explique que « les relations bilatérales se sont amplement développées après l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chávez2 ». Un diplomate de l’ambassade d’Algérie à Caracas reconnaît que si « les relations ont toujours été bonnes avec le Venezuela il est vrai que, depuis 1999 avec l’arrivée de Chávez et celle du président Bouteflika en Algérie, les relations ont effectivement connu une impulsion3 ». De même, un chargé d’affaires de l’ambassade d’Afrique du Sud déclare : « Depuis l’arrivée de Chávez au pouvoir, il y a un processus de dynamisation des relations avec l’Afrique4 ». Enfin, Emboirik Ehmudi, l’ambassadeur de la République Arabe Sahraouie admet qu’« avec l’arrivée à la présidence du président Chávez […] il y a eu des avancées significatives dans les relations5 ».

4En novembre 2008, l’établissement de relations diplomatiques avec Madagascar signe la fin de l’établissement de relations diplomatiques avec tous les pays du continent africain qui marquent depuis 1999 un accroissement de 69 %. De la même façon, soixante-dix-huit accords de coopération ont été souscrits dans une dizaine de secteurs différents, ce qui correspond à une augmentation de 670 % par rapport au demi-siècle passé.

5Pourtant, dans l’historiographie de la politique extérieure du Venezuela, il n’y a pas pléthore d’études scientifiques sur ses relations avec l’Afrique. Si, en 1980, Guy Martinière fait état du nouveau dialogue entre l’Amérique latine et l’Afrique [Martinière, 1980 : 313-340], le cas vénézuélien est passé sous silence. Plus que la politique africaine du gouvernement Chávez, ce sont les relations entre le Venezuela et l’Afrique qui ont fait l’objet d’études académiques.

6En 1987, l’analyse de Jorge Rondon Uzcátegui est à l’origine de la recherche sur la question [Uzcátegui, 1987 : 16-19]. Dans son article, il relate l’évolution des relations politiques entre le Venezuela et l’Afrique, qu’il lie avec sa ferme adhésion aux processus de décolonisation entrepris après la Seconde Guerre mondiale, tout en listant les intérêts que ce pays peut avoir à se rapprocher du continent africain. En 1998, Guillaume Quintero s’attache à cerner les enjeux des relations entre le Venezuela et les pays d’Afrique du Nord, en mettant en exergue la prédominance du déterminant pétrolier, à travers l’OPEP, dans l’instauration de ces relations [Quintero, 1998 : 14-22].

  • 6 Notons que l’Institut des Hautes Études Diplomatiques « Pedro Gual » est rattaché au ministère des (...)

7La politique africaine de Chávez est, quant à elle, majoritairement étudiée par ses acteurs. La revue Política Exterior y Soberanía de l’Institut des Hautes Études Diplomatiques « Pedro Gual »6 a consacré deux numéros aux nouveaux liens qui unissent le Venezuela et l’Afrique. Quelques chercheurs vénézuéliens y publient des articles mais on y trouve surtout des exposés du vice-ministre pour l’Afrique, de ses collaborateurs et des ambassadeurs vénézuéliens en poste en Afrique. Non sans intérêt, cette production reste celle des acteurs de la ligne politique du gouvernement et n’apporte donc pas la valeur ajoutée d’un regard scientifique extérieur.

8Cette « pénurie » peut être due à plusieurs facteurs. Parce qu’elles sont sporadiques tout au long de la deuxième moitié du xxe siècle, les relations du Venezuela avec l’Afrique ne sont peut-être pas suffisamment perceptibles pour être appréciables. En ce qui concerne la politique africaine du gouvernement Chávez, la nouveauté du sursaut relationnel pourrait avoir valeur explicative, mais l’hyper médiatisation des relations du Venezuela avec l’Iran, la Russie, ou encore la Chine, tout aussi récentes, récuse cette hypothèse. Très controversées, elles occupent une position centrale dans l’espace médiatique et scientifique octroyé à la politique extérieure du pays. Aussi, en guise de dernière explication, il convient d’évoquer le désintérêt, somme toute récurrent, pour le continent africain. L’Afrique ne bénéficie pas d’une position stratégique internationale majeure et, à l’heure d’une mondialisation accrue, elle se trouve marginalisée [Diouf, 1994 : 63-75].

9Cela étant, les contributions plus « généralistes » sur la politique extérieure vénézuélienne constituent un cadre d’analyse essentiel à cette étude. Les études de Carlos Romero et d’Edmundo Gonzalez Urrutia permettront d’appréhender l’impact de la mutation de la politique extérieure sur la politique africaine du gouvernement.

10Les sources à disposition pour l’étude de ce sujet sont essentiellement publiques. Le compte-rendu annuel des activités du ministère des Relations extérieures, le Libro Amarillo, est l’outil central de cette analyse. Les données de statistiques de l’ONU, quant à elles, tenteront de pallier le manque de transparence de l’État vénézuélien sur ses échanges commerciaux. Des entretiens réalisés avec des acteurs vénézuéliens de cette diplomatie et des membres des ambassades africaines à Caracas essaieront d’apporter un regard plus « intime » et plus « direct » sur cette diplomatie.

  • 7 Encyclopedia Universalis.

11Le Venezuela est un pays d’Amérique du Sud, d’une superficie de 921 050 km2 et peuplé de 23,9 millions d’habitants au dernier recensement de 20017. Économiquement, il est considéré comme un pays en développement ou semi-industrialisé. Il est le cinquième plus gros exportateur de pétrole mondial, et la rente pétrolière constitue la majeure partie des bénéfices de l’État.

  • 8 En 1958, après dix années de dictature, le Pacte de Punto Fijo instaure un respect des normes démo (...)
  • 9 Statistiques du Consejo Nacional Electoral (CNE), dernière visite le 05.05.09, http://www.cne.gov. (...)

12Politiquement le Venezuela est indépendant depuis 1811 et les Vénézuéliens approuvent en 1999 l’avènement d’une nouvelle Constitution qui signe l’entrée dans la Cinquième République. Après un demi-siècle de démocratie pactée8, qui garantissait une stricte alternance des partis politiques au pouvoir, les Vénézuéliens élisent en 1999 un outsider, Hugo Rafael Chávez Frías, dont ils reconduisent le mandat en 2006 avec 62,84 % de voix9. Le récent référendum constitutionnel du 15 février 2009, qui portait sur la possibilité de réélection au-delà de deux mandats, du président, des gouverneurs, des maires et des députés, a été approuvé à 54,85 % des voix. Cet amendement offre ainsi la possibilité à Hugo Chávez de briguer un troisième mandat en 2012.

13Auteur du putsch contre Carlos Andrés Pérez en 1992, Hugo Chávez est un ancien militaire, métis, issu des classes populaires de la société vénézuélienne. Il est à l’origine d’une rupture importante dans la gestion de la politique intérieure du pays dont la manifestation la plus probante est la réappropriation de la gestion de la manne pétrolière, soit de la souveraineté de l’État sur ses ressources. Les nouvelles normes de l’administration Chávez redonnent à l’État la gestion intégrale de l’entreprise pétrolière Petróleos de Venezuela S.A. (PDVSA), dont les bénéfices constituent désormais la base financière des politiques sociales du gouvernement. L’échec du coup d’État fomenté par l’opposition en 2002 et la victoire au référendum révocatoire de 2004, témoignent de la légitimité du locataire du Palais de Miraflores et marquent l’approfondissement de son projet politique en un projet appelé le « socialisme du xxie siècle ». En politique intérieure, la démocratie participative et la lutte contre le néolibéralisme s’imposent comme les pièces maîtresses de ce projet.

14Très controversée, la politique extérieure du Venezuela occupe une place centrale dans l’espace médiatique octroyé à ce pays et dans l’imaginaire collectif mondial. Elle se caractérise par un fort activisme international et suit les grandes lignes de la politique intérieure. Elle est ainsi tributaire du passage au « socialisme du xxie siècle ». Rompre avec l’ordre mondial établi et l’hégémonie américaine, en revendiquant la création d’un monde multipolaire qui promeut la création de nouveaux pôles de pouvoir, constitue la colonne vertébrale de cette nouvelle diplomatie. Outre cela, la rente pétrolière s’impose comme l’instrument diplomatique privilégié par le gouvernement d’Hugo Chávez, ce qui lui vaut le qualificatif de pétrodiplomatie.

15À l’échelle globale, la politique extérieure vénézuélienne prend la forme d’une lutte, acharnée pour les uns et provocatrice pour les autres, contre l’impérialisme – surtout nord-americain – l’unilatéralisme et le néolibéralisme au moyen d’une virulente rhétorique, caractérisée par le franc-parler du nouveau leader vénézuélien. Le protocole discursif à l’œuvre dans les relations entre chefs d’État est confronté à un renversement de l’utilisation médiatique à l’insu de ceux-ci. La visibilité presque à outrance des chefs d’État, dans les sommets internationaux et lors des rencontres bilatérales, n’est plus seulement l’opportunité de faire valoir leurs mérites mais devient également le théâtre de règlements de comptes à la face du monde. Les attaques discursives à répétition à l’égard de l’ancien président américain, Georges W. Bush témoignent de cet état de fait. Les nouvelles relations du Venezuela avec des pays comme l’Iran, la Russie ou encore la Chine sont également symptomatiques d’une diplomatie qui entend défier l’ordre établi par la communauté internationale. La non-ingérence et le droit à l’autodétermination des peuples s’imposent comme d’autres caractéristiques guidant la diplomatie vénézuélienne.

  • 10 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du IIIe sommet des c (...)

16Au plan régional, Hugo Chávez se fait le leader d’une intégration qui ne veut pas dépendre des mécanismes néolibéraux à l’œuvre dans les relations internationales. La création de l’Alternative Bolivarienne pour les Amériques (ALBA) avec Cuba est une réponse directe à l’initiative nord-américaine de création d’une zone de libre-échange entre les Amériques (ALCA). Elle est, selon Hugo Chávez, un « nouveau schéma intégrateur qui ne se limite pas au simple commerce mais qui se fonde sur des bases historiques et culturelles communes et qui vise à l’intégration politique, sociale, culturelle, scientifique, technologique et physique10 » avec, pour précepte directeur, la solidarité entre les peuples.

  • 11 Si l’expression « tiers-monde » a été forgée en Occident en référence au tiers état (Alfred Sauvy (...)

17Bien qu’il se veuille novateur, le nouveau projet extérieur d’Hugo Chávez est héritier des axes diplomatiques de la Quatrième République. Dans les années 1960, alors qu’il s’était toujours senti lié à la vieille Europe, le Venezuela, à l’instar de ses voisins latino-américains, se rend compte de sa communauté de destin avec les pays du Sud [Rouquié, 1987]. En effet, le mouvement tiers-mondiste11 de la seconde moitié du xxe siècle a largement marqué la diplomatie vénézuélienne. Membre fondateur de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) et membre actif du Groupe des 77 (G77) et du Mouvement des Non-Alignés (MNA), le Venezuela a été un partisan actif et régulier des organes économiques et politiques de défense du Tiers Monde. Dans cette acception, et parce qu’il use d’une rhétorique qui s’insurge contre le néocolonialisme économique et culturel, le Venezuela a déployé une diplomatie qu’il est possible de qualifier de tiers-mondiste. Il a occupé une position stratégique dans le Tiers Monde qui n’a cependant jamais été incompatible avec l’entretien de bonnes relations avec les pays du Nord et plus précisément avec les États- Unis. Bien que le mouvement tiers-mondiste se soit évanoui là où la chute de l’URSS en 1991 ne donnait plus de raisons d’être à un mouvement qui aspirait à créer une troisième voie dans un contexte de Guerre froide caractérisé par l’antagonisme Est-Ouest, la diplomatie chaviste, parce qu’elle joue un rôle prépondérant dans la redynamisation de ses organes principaux (le MNA et l’OPEP) et qu’elle fait usage de la rhétorique des leaders du Tiers Monde d’alors, est en partie héritière des acquis diplomatiques des gouvernements antérieurs.

  • 12 Entretien réalisé à Caracas le 2 décembre 2008. Texte original : « the new mouvement is based on m (...)

18L’ambassadeur libyen à Caracas est à ce titre catégorique : il n’y a pas de résurgence de l’idéologie tiers-mondiste car « le nouveau mouvement est basé sur la multipolarité12 » et non sur l’opposition entre les deux blocs. En somme, la singularité de la politique extérieure du Venezuela contemporain vient de ce qu’elle aspire à construire un monde multipolaire en ayant recours aux « instruments » du défunt mouvement tiers-mondiste et en s’inscrivant ainsi dans la lignée de la diplomatie de la Quatrième République. Autrement dit, en matière extérieure, la politique vénézuélienne est chapeautée par le « socialisme du xxie siècle ».

  • 13 Appartiennent au continent africain les pays suivants : l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Angola, le (...)

19Puisqu’elle s’intègre au cadre global de la politique extérieure vénézuélienne, la politique africaine de Chávez n’échappe pas à ce constat. Bien qu’elle puisse faire l’objet d’un découpage par aires culturelles – entre le Maghreb et l’Afrique Subsaharienne par exemple – l’Afrique est ici appréhendée dans son acception géographique, car elle correspond à la réalité institutionnelle de la politique extérieure du Venezuela. Le ministère des Relations extérieures (MRE) est divisé en vice-ministères qui répondent à la partition continentale de la cartographie mondiale. Le vice-ministere pour l’Afrique établit la ligne politique à suivre pour tout le continent africain, sans distinction d’aires culturelles. Aussi l’Afrique se réfère-t-elle à l’espace continental grand de 30 330 000 kilomètres carrés qui s’étend de la mer Méditerranée au nord, séparé de l’Europe par le détroit de Gibraltar, au Cap de Bonne Espérance au sud. Au plan géopolitique, elle compte au total 54 pays13, tous pris en considération dans cette étude. Au plan culturel, l’Afrique se caractérise par une pluralité ethnique, linguistique et religieuse. Économiquement, elle est de loin le continent le plus pauvre du monde. Le plus souvent déstructurés par une colonisation prédatrice, les jeunes États africains peinent à s’insérer dans l’économie mondiale. Le parti pris d’étudier les relations entre le Venezuela et l’Afrique de manière unilatérale s’explique par la volonté de cerner les mutations de la politique extérieure du Venezuela. Ainsi, ne seront pris en considération que les liens qui partent du Venezuela vers l’Afrique. L’intérêt que porte l’Afrique au Venezuela n’est pas objet d’étude ici.

  • 14 « Agenda África 2008 ; la política exterior venezolana en el marco del equilibrio internacional », (...)
  • 15 « Líneas Generales del Plan de Desarrollo Económico y Social de la Nación 2007-2013 », República B (...)

20La politique africaine de Chávez est polymorphe : les accords de coopération souscrits avec les États africains se caractérisent par une grande diversité sectorielle. Elle est symptomatique du projet africain du gouvernement vénézuélien et c’est pourquoi il conviendra de l’appréhender sous toutes ses formes. L’Agenda África14, qui liste les objectifs destinés à l’Afrique, indique que le Venezuela doit développer ses relations diplomatiques avec tous les États africains, stimuler la coopération économique, fournir et accroître l’aide financière vers ce continent, amplifier et magnifier les liens culturels qui unissent ces deux espaces, et enfin promouvoir la révolution bolivarienne en Afrique. Le Plan de Développement Économique et Social 2007-201315 qui trace les objectifs de la politique extérieure, stipule qu’elle doit contribuer à accroître la présence de l’Afrique sur la scène internationale. Autrement dit, la diplomatie vénézuélienne entend participer à la création d’un bloc de pouvoir africain, dans la ligne du « socialisme du xxie siècle ».

  • 16 Le « socialisme du xxie siècle » est une idéologie, un modèle sociétal, mis en place officiellemen (...)
  • 17 Un modèle est « ce qui est donné pour servir de référence, de type » ou encore « ce qui est donné (...)

21Aussi, il convient de se demander dans quelle mesure la politique africaine d’Hugo Chávez s’intègre dans le cadre d’une politique extérieure, caractérisée par le « socialisme du xxie siècle16 », et qui projette ainsi de diffuser ce modèle17 outre-Atlantique. Pour ce faire, l’analyse sera structurée en trois parties, répondant à cinq chapitres, qui évoqueront successivement le contexte d’émergence de la politique africaine de Chávez, les éléments constitutifs d’une politique africaine « hybride », puis ses perspectives multilatérales et ses limites. Le contexte d’émergence de cette diplomatie fera, dans un premier chapitre, état de l’impact de la tradition tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne sur les relations entre le Venezuela et l’Afrique, permettant d’évoquer, dans un second chapitre, les éléments de rupture et de continuité de cette politique ainsi que les causes de son essor. Il conviendra ensuite d’étudier les deux traits caractéristiques majeurs de cette diplomatie. Le troisième chapitre sera ainsi consacré à l’analyse du déploiement d’une diplomatie pétrolière « militante » menée en Afrique. Dans le quatrième chapitre, on se penchera sur le déploiement d’une diplomatie culturelle qui aspire à donner un visage « humain » à la coopération. La politique africaine ne cache pas ses ambitions en ayant recours à des instruments multilatéraux qui revêtent par ailleurs des limites que le cinquième chapitre évoquera.

Notes

1 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du VIIe sommet de l’Union Africaine à Banjul, Gambie, le 1er juillet 2006. Texte original : « Sequemos con el fuego sagrado de nuestra conciencia, sequemos pues las lágrimas de África, tambien las lágrimas de América Latina, para que… el llanto de nuestros siglos regrese hecho lluvia para comenzar la siembra del siglo xxi»

2 Entretien réalisé à Caracas, le 2 décembre 2008. Texte original : « The bilaterals relations have been developing very strongly particularly after president Chávez came to power. »

3 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008.

4 Entretien réalisé à Caracas, le 17 décembre 2008. Texte original : « Desde la llegada d’Hugo Chávez al poder, hubo un proceso de dinamización de las relaciones con África. »

5 Entretien réalisé à Caracas, le 15 décembre 2008. Texte original : « Es verdad que con la subida a la presidencia del presidente Chávez, […] ha habido avances significativos en las relaciones. »

6 Notons que l’Institut des Hautes Études Diplomatiques « Pedro Gual » est rattaché au ministère des Relations extérieures.

7 Encyclopedia Universalis.

8 En 1958, après dix années de dictature, le Pacte de Punto Fijo instaure un respect des normes démocratiques dans un système bipartiste.

9 Statistiques du Consejo Nacional Electoral (CNE), dernière visite le 05.05.09, http://www.cne.gov.ve/divulgacionPresidencial/resultado_nacional.php

10 Hugo Chávez Frias, Président de la République Bolivarienne du Venezuela, lors du IIIe sommet des chefs d’États du Marché Commun des Caraïbes (CARICOM), décembre 2001.

11 Si l’expression « tiers-monde » a été forgée en Occident en référence au tiers état (Alfred Sauvy en 1952), elle a été reprise, voire revendiquée par les pays dits du Sud dans le contexte de Guerre froide et au sein du Mouvement des non-alignés. Dans cette étude, les notions de tiers-mondisme et de tiers-mondiste seront comprises comme tout ce qui relève de la lutte des pays ou des dirigeants du tiers-monde en faveur de ce dernier.

12 Entretien réalisé à Caracas le 2 décembre 2008. Texte original : « the new mouvement is based on multipolar mouvement ».

13 Appartiennent au continent africain les pays suivants : l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Angola, le Bénin, le Botswana, le Burkina, le Burundi, le Cameroun, le Cap Vert, les Comores, la République démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, Djibouti, l’Égypte, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Gabon, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Guinée Équatoriale, le Kenya, le Lesotho, le Liberia, la Libye, Madagascar, le Malawi, le Mali, le Maroc, la Mauritanie, le Mozambique, la Namibie, le Niger, le Nigeria, l’Ouganda, la République Centrafricaine, le Rwanda, São-Tomé-et-Príncipe, le Sénégal, le Sierra Leone, la Somalie, le Soudan, le Swaziland, la Tanzanie, le Tchad, le Togo, la Tunisie, la Zambie et le Zimbabwe.

14 « Agenda África 2008 ; la política exterior venezolana en el marco del equilibrio internacional », publication du ministère des Relations extérieures et du vice-ministère pour l’Afrique, Caracas, 2008, p. 3.

15 « Líneas Generales del Plan de Desarrollo Económico y Social de la Nación 2007-2013 », República Bolivariana de Venezuela, Caracas, 2007.

16 Le « socialisme du xxie siècle » est une idéologie, un modèle sociétal, mis en place officiellement en 2005, et qui marque l’approfondissement du projet politique chaviste. Entre autres grands préceptes il se veut un modèle de développement endogène qui prône la fin du néolibéralisme, l’avènement de la démocratie participative, la souveraineté nationale, la justice sociale.

17 Un modèle est « ce qui est donné pour servir de référence, de type » ou encore « ce qui est donné pour être reproduit » (Larousse). Dans cette étude, la notion de modèle fera référence à un modèle particulier, celui du « socialisme du xxie siècle », qui sera entendu à la fois en matière de politique intérieure mais aussi de politique extérieure.

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable