Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

La Fundação Instituto Oswaldo Cruz FIOCRUZ (Fondation Institut Oswaldo Cruz)

Carlos Médicis Morel

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Dès sa création, la Fundação Instituto Oswaldo Cruz (FIOCRUZ) (Fondation Institut Oswaldo Cruz) a établi et développé des liens étroits avec la France dans le domaine de la science et de la technologie. Créée en 1900 comme Instituto soroterápico federal (Institut fédéral de sérothérapie), puis Instituto Oswaldo Cruz, la FIOCRUZ, ou plus simplement Manguinhos, s’est inspirée de la philosophie de l’Institut Pasteur de Paris et a toujours suivi de près l’évolution de la tradition pasteurienne.

2On le sait, à cette époque, l’influence française était générale, en médecine, dans la mode, le commerce et la littérature. Les médecins apprenaient la langue française sur les bancs de l’école et de l’université. Après leur formation, la plus grande partie de la documentation qu’ils recevaient venait de France.

3Ayant reçu une formation en médecine à Rio de Janeiro, Oswaldo Cruz s’est spécialisé à l’Institut Pasteur, d’où il revint pour assurer la direction de Manguinhos, à un moment où notre pays connaissait une grave crise sanitaire. Alors inconnu au Brésil, Oswaldo Cruz était recommandé par Emile Roux, à l’époque directeur de l’Institut Pasteur, qui voyait dans ce jeune homme, un être de grande valeur capable d’affronter les immenses défis de la santé publique brésilienne.

4Jusqu’en 1955 environ, la coopération avec la France a été intense, avec de fréquents échanges de chercheurs. Par contre, depuis cette période et jusqu’aux années 1970, on constate une diminution progressive de ces relations, principalemenr due à l’épuisement croissant des ressources et à l’abandon dans lesquels l’Institut Oswaldo Cruz vécut alors.

5Au milieu des années 1970, le gouvernement brésilien décida de reconstruire Manguinhos ; de nouvelles opportunités de coopération avec la France ne tardèrent pas à se présenter. L’une d’entre elles survint lors de l’explosion de méningire cérébro-spinale en 1974-1976 et de nouveaux liens s’établirent avec l’Institut Mérieux et les Instituts Pasteur de Paris et de Lyon. Cette coopération technique entraîna l’installation d’une unité de production de vaccins contre les méningocoques, aujourd’hui en pleine expansion, afin de répondre aux besoins nationaux.

6En 1985, le Président Mitterrand effectua une visite au Brésil ; il inclut la Fundação Oswaldo Cruz dans son programme de visites. Avec cette visite, de nouvelles opportunités sont offertes, et actuellement, on est en train d’étudier l’intensification de la coopération technique, scientifique et culturelle entre Manguinhos et les institutions françaises. Les récentes commémorations du centenaire de l’Institut Pasteur, en octobre 1987, ont montré toute la vigueur et la modernité de cette institution ; l’actualité, la moralité et l’influence de la philosophie pasteurienne continuent à servir de référence aujourd’hui, comme il y a un siècle, à la communauté de Manguinhos, désireuse d’élargir plus encore la coopération Brésil-France dans le domaine de la science et de la technologie.

7Rio de Janeiro, décembre 1987

Fiche technique de la FIOCRUZ
1. Présentation de l’organisme
1.1. Fundação Instituto Oswaldo Cruz (FIOCRUZ) (Fondation Institut Oswaldo Cruz).
1.2. Nature juridique : fondation dotée d’une personnaliré juridique de droit privé, sans but lucratif.
1.3. Rattachement : ministère de la Santé ; son siège est localisé dans la ville de Rio de Janeiro et elle a vocation à intervenir sur tout le territoite national.
1.4. Objectifs : créée en 1900, la Fundação Instituto Oswaldo Cruz s’est vue attribuer, tout au long de son histoire, le rôle fondamental d’animation des activités de santé en science et de technologie. Elle peut être caractérisée comme une otganisation qui développe un ensemble très diversifié d’activités de recherche, de formation et valorisation des ressources humaines, et de production de biens et de services, consrituant ses principaux domaines d’intervention. Elle est devenue progressivement une institution complexe et moderne où les nombreuses activités d’enseignement, de recherche, de développement expérimental, de contrôle de qualité, de production et d’assistance médicale sont assurées, ce qui est bien conforme à un rôle d’infrastructure de base d’excellence concernant les activités développées par le ministète de la Santé. Son intervention se développe largement à travers les différentes unités techniques et d’une manière très diversifiée. L’Instituto Oswaldo Cruz (IOC) (Institut Oswaldo Cruz) consacre ses activités d’enseignement et de recherche aux maladies infectieuses et parasitaires qui rouchent une importante partie de notre population. Il exerce actuellement une gtande activité dans le domaine des biotechnologies modernes, y compris en utilisant les potentialités tévolutionnaires offertes par le génie génétique et est devenu un des principaux centtes nationaux de biotechnologie appliquée à la santé. L’Hôpital Evandto Chagas est aussi rattaché à l’IOC. Outre le fait qu’il assure une assistance médicale dans le domaine des maladies infectieuses et parasitaires, il développe des recherches et réalise la formation de personnel au niveau des études de doctorat.
Dans le domaine de la recherche, la Fondation dispose des Centres de recherche René Rachou (Belo Horizonte/MG), Gonçalo Moniz (Salvador/BA) e Aggeu Magalhães (Recife/PE). Ces centres développent des projets de recherche appliquée concernant les principaux problèmes de santé de notre pays autour des maladies suivantes : schistosomiase, maladie de Chagas, malaria, leishmaniose, leptospirose et filariose.
Concernant le développement technologique, l’Institut de tecnologia em imunobiológicos (Bio-Manguinhos) (Institut de technologies immunobiologiques) apparaît comme le principal centre de technologies et de production en immunobiologie d’Amérique du Sud. Il contribue ainsi à l’effort national pour obtenir une autonomie progressive dans la production des vaccins et réactifs pour le diagnostic de laboratoite en grande partie importés et en non conformité avec les normes de contrôle des maladies transmissibles préconisées par le ministère de la Santé.
L’Instituto nacional de tecnologia em fármacos (Far-Manguinhos) (Institut national de technologies pharmaceutiques) se consacre à la fabrication de médicaments ; il est intégré au réseau des laboratoites officiels de production de la Centtal de medicamentos (CEME) (Centrale de médicaments). De plus, il assure la recherche et le développement technologique de produits phatmaceutiques dont la fabrication n’est pas réalisée au Brésil et qui représentent un intérêt pour la santé publique.
L’Instituto nacional de controle e qualidade em saúde (INCQS) (Institut national de contrôle et qualité en santé) agit comme principal laboratoite de contrôle et de qualité des produits de santé au niveau national tels que : produits alimentaires, médicaments, sang et hémodérivés, produits immunobiologiques, cosmétiques et d’hygiène. De plus, il produit, de façon pilote au Brésil, des substances bases pharmaco-biologiques et chimiques tels que mycéliums, bactéries et autres micro-organismes de référence, essentiels à l’autonomie et à l’économie en devises du Brésil.
Outre ces unités, le complexe FIOCRUZ dispose aussi de l’Escola nacional de saúde pública (ENSP) (Ecole nationale de santé publique) chargée de la valorisation des ressources humaines au niveau des études de doctorat dans le domaine des soins collectifs et pour le développement des études et des recherches en politique de la santé, organisation des services, épidémiologie, gestion et administration de la santé. Elle offre aussi une assistance sanitaire à la population grâce à l’Unidade sanitaria Germano Sinval Faria qui assure une formation professionnelle spécialisée dans l’intervention pouf les soins collectifs.
Le Politécnico da saúde assure, pour sa part, la formation des ressources humaines en santé et un enseignement technique et professionnel du second degré (Polytechnique de la santé).
L’Instituto Fernandes Figueira (IFF) (Institut Fernandes Figueira) se consacre à la prestation de services médicaux dans le domaine materno-infantile et assure la formation de personnel dans cette spécialité au niveau des études de doctorat et en organisant des stages de formation ; il met aussi en œuvre des études et des techerches dans le domaine de la santé de la femme et de l’enfant.
On doit aussi signalet le rôle fondamental joué pat les Centros nacionais de referência (Centres nationaux d’excellence) notamment en fièvre thyphoïde, entéroviroses, hépatites vitales, localisés à la FIOCRUZ, quant à la valorisation technologique et à l’orientation des actions des laboratoires publics et autres institutions nationales et régionales directement intéressés par la santé publique.
L’intérêt de la FIOCRUZ pour les objectifs d’amélioration de la santé de la population brésilienne fait que ses activités scientifiques et technologiques sont en symbiose étroite avec les réalités sanitaires nationales. En ce sens, toutes les initiatives industrielles, publiques et privées, susceptibles de renforcer le potentiel technologique de la Fondation, qui contribue à mettre ses activités dans une pratique sociale, seront très importantes, aussi bien pour dynamiser le développement technologique national que pour améliorer le niveau de vie et la santé de notre société.
1.5. Adresse : Fundação Instituto Oswaldo Cruz Av.
Brasil n° 4365 – Manguinhos
Rio de Janeiro - RJ – Brasil
CEP 21040
teleph : (021) 23239
telex : (021) 590 3545
adresse télégraphique : SAFIOC.
2. Structure interne
2.1. Président
Vice-président chargé de la recherche ;
Vice-président chargé du développement ;
Vice-président chargé des ressources humaines ;
Chef de cabinet.
2.2. Conseil technico-scientifique.
2.3. Conseil technico-administratif.
2.4. Unités techniques et administratives :
— surintendance de la planification ;
— surintendance de l’administration générale ;
— surintendance de l’information scientifique ;
— Centre de recherche Aggeu Magalhães ;
— Centre de recherche Gonçalo Moniz ;
— Centre de recherche René Rachou ;
— Institut Oswaldo Cruz ;
— Institut de technologie en immunobiologie de Manguinhos (Bio-Manguinhos) ;
— Institut de technologie en pharmacologie de Manguinhos (Far-Manguinhos) ;
— Institut Fernando Figueira ;
— Hôpital Evrando Chagas ;
— Escola nacional de saúde pública (ENSP) (Ecole nationale de santé publique) ;
— Polytechnique de santé Joaquim Venâncio ;
— Instituto nacional de controle de qualidade em saúde (INCQS) (Institut nationale contrôle de qualité en santé) ;
— Maison Oswaldo Cruz.
3. Ressources et personnel
Tableau du budget en pourcentage selon la nature de ressources et engagements de dépenses
Image 1.png
Type de dépenses d’après la nature des ressources
Image 2.png
4. Secteurs géographiques d’intervention
— Campus de FIOCRUZ : Rio de Janeiro (RJ) - Manguinhos ;
— Direction régionale : Brasília (DF) ;
— Centre de recherche Aggeu Magalhaes : Recife (PE) ;
— Centre de recherche Gonçalo Moniz : Salvador (BA) ;
— Centre de recherche René Rachou : Belo Horizonte (MG) ;
— Centre d’informations toxico-pharmacologiques : Porto Alegre (RGS).

Notes de fin

1 Médecin, docteur en sciences naturelles (biophysique) de l’Univetsité fédérale de Rio de Janeiro (URFJ), Institut de biophysique.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540