Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

La Financiadora de estudos e projetos FINEP (Agence de financement d’études et projets)

Texte intégral

Antécédents

1Un accord complémentaire à l’Accord général de coopération technique et scientifique du 16 janvier 1967 entre le Brésil et la France a été signé en octobre 1986 entre le Groupe de recherche et d’échanges technologiques (GRET) et la Financiadora de estudos e projetos (FINEP) (Agence de financement d’études et projets).

2Dans le cadre de cet accord GRET-FINEP, la préparation annuelle d’un programme de coopération a été établie à partit des travaux d’une commission comprenant des représentants des deux parties identifiant les activités considérées comme prioritaires et évaluant les ressources disponibles.

3La programmation de 1986 a permis de réaliser six missions de courte durée de chercheurs français dans huit institutions brésiliennes de recherche, afin d’établir une première identification de partenaires probables d’une coopération de longue durée concernant les thèmes de la petite exploitation familiale et les méthodologies de la recherche. La France dispose d’un secteur modernisé en agriculture et a accumulé ces dernières années une riche expérience en recherche et développement concernant le monde rural.

4Au terme de ces missions, la FINEP a rassemblé et organisé un séminaire à Rio de Janeiro (décembre 1986), réunissant environ une cinquantaine de chercheurs représentant les principales institutions d’agronomie et de sciences sociales et économiques du Brésil.

Evaluation de la programmation annuelle de 1986

5La réalisation de ce séminaire a permis à la FINEP d’évaluer l’impact des missions ftançaises dans la mesure où, lors des interventions, les chercheurs brésiliens et français ont fait la synthèse des discussions et des réunions de travail et ont esquissé une première évaluation des recherches en cours. En même temps, les propositions de coopération suggérées ont révélé la cohérence de la thématique et la coordination des équipes brésiliennes et françaises.

6Du point de vue des recherches agronomiques, certaines lacunes dans la formation de base des agronomes brésiliens ont été mises en évidence, notamment dans les répercussions d’ordre méthodologique relatives à la définition et à l’application des projets de recherche sur « les systèmes de production ». Il existe au Brésil une tendance très nette à adopter des techniques quantitatives pour élaborer des diagnostics socio-économiques régionaux comme première étape d’une recherche sur les systèmes. Ce qui conduit à une série d’implications suivantes : 1) difficultés dans la phase d’analyse des données ; 2) lenteur et incapacité d’obtenir des réponses concrètes pour prendre rapidement en considération la demande des producteurs (voir la situation de ceux qui viennent de se voir attribuer une parcelle de terre) ; 3) segmentation des connaissances acquises, ce qui ne permet pas de percevoir le fonctionnement structurel des systèmes de production dans une région déterminée. Ces difficultés ont une influence dans l’élaboration des dispositifs technologiques de caractère expérimetal qui doivent être utilisés dans plusieurs régions, et posent des problèmes d’efficience. Ces recherches, développées depuis six ans, ont un coût élevé pour l’Etat. Grâce à une coopération qui s’appuie sur une méthodologie plus appropriée, nous pensons qu’il est possible d’améliorer la qualité des processus de recherche.

7Pour toutes les raisons explicitées ci-dessus, nous estimons que la coopération avec la France doit être assez fructueuse. D’abord, ce pays a permis le développement d’une école de pensée sur les « systèmes agraires », aujourd’hui reconnue dans plusieurs pays d’Amérique latine et d’Afrique et qui a donné des résultats assez positifs en recherche agronomique. Ensuite, la tradition française fondée, par l’intermédiaire des associations professionnelles, des syndicats et des coopératives, sur l’articulation du secteur productif aux projets de recherche et de développement du secteur rural, rend possible un très riche échange d’expériences pour nos syndicats et autres représentants politiques et professionnels des agriculteurs. Or, ceux-ci commencent actuellement à s’intéresser aux questions de technologie et de recherche, en lançant quelques projets expérimentaux, en créant des centres technologiques gérés par les agriculteurs eux-mêmes, etc.

Programme annuel de coopération en 1987

8Ce programme fut le résultat des principales recommandations du séminaire. Les programmes sont classés par ordre de discipline, de thème et de région.

1) Programme dans le domaine des sciences économiques et sociales

9a) Analyse comparée de la représentation politique des agriculteurs et de la modernisation technologique de l’agriculture. — Les chercheurs du programme d’études doctorales de sociologie rurale de l’Université de Rio Grande do Sul et leurs collègues du programme d’études doctorales d’anthropologie sociale du Museu nacional (Musée national) de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), ont travaillé avec des chercheurs du département de sociologie rurale de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) ; ces recherches comparées sont en cours d’achèvement et prêtes à la publication. Il est intéressant d’intensifier de tels contacts pour rendre possible la définition d’une recherche comparée sur les différents représentants du monde rural et le processus de prise de décision dans le cadre d’une modernisation technologique de l’agriculture, ainsi que sur les impacts sociaux d’une telle modernisation. Ce thème intéresse aussi le département de sociologie de l’Université de Brasília (UNB), qui travaille actuellement sur le niveau d’organisation et le degré d’influence des syndicats de travailleurs, dans le cadre des recherches agronomiques prioritaires au Brésil.

10b) L’institut d’économie de l’Université de Campinas (UNICAMP) a lancé en 1986 un programme de doctorat en politiques publiques. Son principal objectif est de former des cadres techniques de haut niveau, possédant simultanément une vision théorique et des connaissances solides et critiques de la réalité brésilienne. Le cours a une structure « double » : à côté des questions, une concentration des efforts est réalisée sur différents secteurs (agriculture, industrie, domaine social). Outre les études théoriques concernant les différents instruments de politique publique, l’application des politiques brésiliennes de l’après-guerre est évaluée de façon détaillée, aussi bien en fonction des objectifs avoués qu’en fonction des objectifs implicites.

11Dans le domaine de l’agriculture, huit secteurs ont été identifiés : organisation et représentation des classes sociales en milieu rural, politique d’approvisionnement, politique extérieure, agro-industrielle, politique de financement, politique d’assistance technique, science et technologie pour l’agriculture, politique comparée.

12Deux possibilités sont offertes dans le cadre de la coopération Brésil-France. D’une façon générale, il y a intérêt à établir des contacts plus formels avec les chercheurs français renommés, là où les efforts sont concentrés dans le cours de doctorat.

13D’une manière plus concrète, le groupe de l’UNICAMP a intérêt à envoyer un de ses membres en France afin d’obtenir des moyens pour la préparation du cours de « développement et politique agricole comparée ». Le cours implique une évaluation des politiques agricoles du Japon, de la Communauté économique européenne (CEE) et des Etats-Unis, ainsi que l’analyse de l’évolution et de la dynamique du marché mondial des produits agricoles.

14c) Le Programa da terra (PROTER) (Programme de la terre) est un centre d’études dépendant de l’Université catholique pontificale de São Paulo (PUC/SP) ; il est coordonné par le professeur Maria da Conceiçao d’Incao et s’attache, entre autres activités, à assurer l’assistance technique et le conseil scientifique d’un programme coordonné par le secrétariat à l’Agriculture, dans le Vale do Ribeira, une des régions les plus pauvres de l’Etat de São Paulo. Le PROTER participe au Programme de développement rural de la FINEP et est en train d’élaborer un projet de techerche et de formation sur « les systèmes agraires du Vale do Ribeira ». Le PROTER a accueilli une mission de courte durée en 1986 et propose : 1) une mission du professeur Hervé Wibaux, du GRET (agronome ayant une formation en sciences sociales) d’une durée plus importante, de six semaines, qui donnera un soutien technique important au travail de recherche en train de commencer ; 2) une mission du professeur Alain Ruellan (alors directeur général de l’Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération — ORSTOM), d’une durée de trois semaines, pour prononcer un cours de pédologie appliquée sur le Vale do Ribeira.

2) Programme dans le domaine de l’agronomie

15a) Projet sud. — Etude de la dynamique de la relation recherche-développement dans les agricultures d’exploitation familiale en France et rôle des organisations professionnelles.

16Ce projet concerne essentiellement trois institutions brésiliennes de recherches agronomiques : l’Empresa para a pesquisa agropecuária de Sanra Catarina (EMPASC) (Entreprise pour la recherche agronomique de Santa Catarina), à travers son Centre de petits producteurs de Chapecó, Santa Catarina ; l’Instituto agronômico do Paraná (IAPAR) (Institut de recheche agronomique du Paraná) et le FIDENE (Université d’Ijuy, dans le Rio Grande do Sul). Ces trois institutions assurent des recherches sur les « systèmes de production » et participent au programme de la FINEP.

17b) Projet Amazonie. — Les missions françaises des chercheurs de l’INRA et ceux du département Développement agricole de la Caraïbe de l’Université Antille-Guyane (UAG) ont eu le mérite de renforcer la formation d’un groupe inter-institutionnel qui avait entrepris un travail conjoint dans le Pará. Ce groupe était composé de représentants du CPATU de l’Empresa brasileira de pesquisa agropecuária (EMBRAPA) (Entreprise brésilienne de recherche agronomique), du Núcleo de altos estudos amazonenses (NAEA) (Cellule des hautes études amazoniennes) de l’Université fédérale du Pará (UFPa), du secrétariat à l’Agriculture de l’Etat du Pará (SAGRI) et de la cellule de la Commission pastorale de la terre de Marabá. Les conclusions du groupe de travail proposent des choix de dispositifs technologiques qui rentabilisent une agriculture paysanne en Amazonie. D’autre part, une comparaison est envisagée avec les expériences réalisées dans les Caraïbes, à partir des orientations de l’UAG.

18L’EMBRAPA / CPATU est en train de reformuler ses programmes de recherche, optant pour une approche plus concrète des systèmes de production. La cellule de Marabá envisage de créer un centre technologique pour tester la validité des technologies et la formation des animateurs ruraux. L’UFPa/NAEA en tant qu’Université, aspire à promouvoir l’intégration entre la recherche et le mouvement social organisé, grâce à la création d’un centre d’informations scientifiques et techniques, en assurant des cours de formarion, etc.

19c) Projet Nordeste (Nord-Est). — Grâce à son programme de développement rural, la FINEP est en train de financer un projet de Centros de tecnologia alternativa (CTA) (Centres de technologies altetnatives), coordonné par la Federação de orgãos de assistência social e educacional (FASE) (Fédération d’organismes d’assistance sociale et d’éducation). Un des objectifs du projet est l’implantation de deux CTA dans le municipe d’Ouricuri, situé dans la région semi-aride de l’Erat du Pernambuco et à Montes Claros. Ces deux CTA doivent établir un diagnostic des principaux problèmes des petits producteurs de la région, identifier les solutions techniques inhérentes à partit de recherches sur les expériences empiriques des producteurs eux-mêmes et/ou faisant référence à d’autres expériences techniques et scientifiques. Ces solutions seront testées dans un cadre d’ensemble sur une exploitation expérimentale, reproduisant les conditions moyennes de vie que connaissent les petits producteurs. Dans le cas où elles démontreraient leur efficacité économique, sociale et en matière d’agronomie, elles serviront d’exemple et seront diffusées par les animateurs des organisations rurales qui ont la responsabilité d’entreprendre des expériences auprès de leurs communautés. Les méthodes de diffusion comprendront un jeu de démonstration, des cours de formation pratique et un ensemble de conseils qui seront présentés aux communautés.

Fiche technique de la FINEP
1. Présentation de l’organisme
1.1. Financiadora de estudos e projetos (FINEP) (Agence de financement d’études et projets).
1.2. Administration indirecte, entreprise publique.
1.3. Rattachement : ministère de la Science et de la technologie.
1.4. Objectifs : la FINEP a pour objectifs de soutenir des études, projets et programmes présentant un intétêt pour le développement économique, social, scientifique et technologique du Brésil, en tenant compte des buts et des priorités sectoriels établis pat les plans du gouvernement fédéral. La FINEP assure aussi le Secrétariat exécutif du Fundo nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (FNDCT) (Fonds national de développement scientifique et technologique).
1.5. Adresse : FINEP
Av. Rio Branco, 124 - 2° ao 17 ° andar
Rio de Janeiro - RJ – Brasil
CEP : 20 042
teleph (021) 291 3993 (PABX)
telex (021) 23468
2. Structure interne
Elle comprend un conseil, une direction collégiale et une présidence, avec quatte ditections dont trois sont administratives et opérationnelles et une de planification.
3. Personnel
3.1. Concernant le personnel, la FINEP dispose de 391 techniciens supérieurs et 323 cadres administratifs.
4. Secteurs géographiques d’intervention
La FINEP exerce une action directe ou intervient par l’intermédiaite d’agences de financement, les Bancos estaduais de desenvolvimento (les banques des Etats chargés du développement) sut tout le tetritoire national.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540