Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

L’Empresa brasileira de pesquisa agropecuária EMBRAPA (Entreprise brésilienne de recherche agronomique)

Texte intégral

Introduction

1L’Embresa brasileira de pesquisa agropecuária (EMBRAPA) (Entreprise brésilienne de recherche agronomique) a été créée par le gouvernement fédéral le 7 décembre 1972 afin de coordonner et promouvoir les recherches agronomiques dans le pays. Ses activités ont démarré le 26 avril 1973. L’EMBRAPA est une entreprise publique, rattachée au ministère de l’Agriculture, disposant d’une autonomie financière et administrative ; elle est dotée d’un statut de personnalité juridique de droit privé.

2Son fondement institutionnel d’entreprise lui permet de constituer un système national intégré et coopératif de recherche entre les entreprises d’Etat, les services de vulgarisation et d’application, les universités et les entreprises privées.

3Son objectif est d’utiliser, avec un maximum d’efficacité, les connaissances scientifiques dont dispose le Brésil et d’acquérir les connaissances à l’étranger afin d’améliorer les qualités de vie de la population rurale brésilienne.

4L’EMBRAPA a deux principales lignes d’action : une d’intervention directe, l’autre de coordination. L’intervention directe est réalisée à partir de ses unités centrales et décentralisées c’est-à-dire les centres nationaux de recherche, les services spéciaux, les unités régionales de recherche et les systèmes fédérés de recherche entre Etats.

5L’EMBRAPA développe aussi des programmes de diffusion en relation avec l’Empresa brasileira de assistência técnica e extensão rural (EMBRATER) (Entreprise brésilienne d’assistance technique et de vulgarisation agricole), les programmes intégrés de plusieurs Etats du Brésil et aussi les programmes pluri-institutionnels et projets comme, par exemple, le Programa nacional do Álcool (Plan national Alcool), le Programa nacional de conservação de solos (Plan national de conservation des sols), le Projeto nacional de agrometeorologia (Projet national de météorologie agricole), tous élaborés au niveau national.

6L’EMBRAPA s’insère dans les milieux de la communauté scientifique internationale grâce à la coopération technique.

7Depuis sa création, elle a entrepris des efforts croissants pour intensifier la participation d’organismes internationaux et d’institutions étrangères intervenant sur les recherches agronomiques dans les programmes de recherche réalisés dans le pays. Son objectif est de véhiculer au Brésil les connaissances technico-scientifiques produites par les institutions qui exercent traditionnellement des recherches dans ce domaine et sont susceptibles d’être adaptées aux conditions spécifiques de notre pays.

8L’histoire de la coopération technique en agronomie entre le Brésil et la France a débuté, sous une forme institutionnelle, à partir de 1978 lorsque les contacts entre les deux pays ont pris un caractère systématique. Les responsables et les chercheurs de chacun des deux pays sont allés, qui, en France, qui, au Brésil, pour mieux connaître les institutions de recherche.

9En 1980, trois accords généraux ont été signés respectivement entre l’EMPRAPA et le CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), l’EMBRAPA et l’ORSTOM (Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération), et l’EMBRAPA et l’INRA (Institut national de la recherche agronomique), pour une durée de cinq ans, tacitement renouvelable sur une période identique.

10Les programmes annuels de travail sont déterminés par une commission bilatérale ou inter-institutionnelle qui se réunit alternativement au Brésil et en France.

La coopération entre l’EMBRAPA et le CIRAD, l’ORSTOM et l’INRA

11La nécessité de maintenir la recherche à un niveau compatible avec les progrès technologiques a poussé l’EMBRAPA à intensifier sa participation aux activités internationales, dans la perspective d’un meilleur rapprochement avec les pays développés.

12Dans ce contexte, plusieurs thèmes de coopération et résultats avancés de projets exécutés depuis la signature des accords avec les organismes français de recherche agronomique, ont caractérisé la consolidation et l’accroissement des activités de coopération internationale de l’EMBRAPA.

13En plus de l’application et de l’élargissement des accords de coopération avec le CIRAD, l’ORSTOM et l’INRA, il faut mentionner le caractère excellent des relations entre le Brésil et la France.

14Le nombre croissant de programmes et de projets en développement, au nombre actuel de vingt-cinq, démontre de façon incontestable la valeur de cette coopération, dont les réussites ont été une véritable stimulation pour poursuivre la coopération technique internationale.

15Cependant, tout en maintenant notre confiance en l’avenir, il faut reconnaître que tous les projets ne présentent pas le même intérêt.

CIRAD

1) Programme « palmier à huile » (CNPSD/IRHO)

16La culture du palmier à huile dans la région amazonienne est de grande importance car elle représente un potentiel de l’ordre de plusieurs dizaines de million d’hectares.

17Il faut souligner l’effort conjoint des chercheurs brésiliens et français, en quête d’une solution pour contrôler la « maladie de la flèche » (pourriture) qui pourrait compromettre, à moyen terme, les investissements prévus dans la région.

2) Programme « cocotier » (CNPCo/IRHO)

18Les actions du Plan national de recherche sur le cocotier sont concentrées dans le Nordeste du Brésil. Cette région produit le pourcentage le plus élevé de la production nationale et les problèmes d’exploitation y sont les plus aigus.

19Grâce à la coopération française, les ressources humaines ont été améliorées pour développer des activités dans les domaines de l’amélioration génétique, du traitement des sols, de la nutrition minérale, de la physiologie végétale, de l’irrigation, de l’entomologie et de la phytopathologie.

3) Programme « riz » (CNPAF/IRAT)

20Ce programme développe des recherches sur l’influence agro-économique de divers modes d’utilisation des sols sur plusieurs cultures en rotation, le transfert des assimilats en raison de déficiences hybrides dans le riz pluvial en vue de son amélioration génétique.

21L’objectif principal de ce programme d’amélioration est de définir de nouveaux cultivars productifs, offrant une bonne stabilité en fonction des principales agressions du milieu environnement.

22Quant au riz irrigué, le programme s’attache à mettre en place tous les éléments susceptibles de faire démarrer un programme de création de variétés hybrides.

4) Programme « systèmes agricoles et de production » (CNPAF/IRAT)

23Son objectif principal, au niveau national, est d’élaborer une méthodologie de choix optimisé de « création-diffusion » des systèmes alternatifs de production stables, mieux adaptés aux réalités agro-socio-économiques régionales. Les résultats obtenus confirment le succès de ce programme.

24Des techniques innovantes ont été introduites, comme par exemple celles qui ont trait au riz pluvial, la scarification profonde et le labour profond en fin de cycle des pluies ; ces techniques permettent d’assurer des rendements plus élevés, une plantation précoce et d’augmenter la rentabilité des machines pendant la sècheresse.

25Une meilleure production peut aussi être obtenue à partir de rotations de céréales et légumineuses, telles riz-soja ou soja-riz, qui donnent un meilleur rendement avec des préparatifs profonds et une faible quantité d’engrais.

5) Programme « ananas » (CNPMF/IRFA)

26L’impact de ce programme est une recherche liant l’amélioration génétique et la phytopathologie, plus particulièrement l’étude de la résistance à la fusariose et à l’échange de germoplasme.

27Les recherches concernées par cet accord de coopération sont en train de développer leurs travaux de façon à promouvoir l’échange de matériel végétal.

6) Programme « banane » (CNPMF/IRFA)

28Cette coopération a été conçue pour l’amélioration génétique de la banane grâce à l’utilisation de techniques non conventionnelles d’amélioration et de culture in vitro.

29La réussite de ce travail accompli, notamment, par exemple, par la culture d’embryons, mérite d’être relevée en ce qui concerne la coopération technique dont le Brésil a bénéficié.

7) Programme « systèmes de production du tropique semi-aride » (CPATSA/DSA)

30Ce programme, divisé en quatre points fondamentaux, a connu les développements suivants : le processus d’utilisation technologique a été le fondement d’une action conjointe entre les entreprises publiques de recherche, les organisations professionnelles agricoles et d’autres organisations non gouvernementales. La mise en valeur et l’amélioration des systèmes de production correspondant aux besoins de l’agriculteur impliquent une sélection des technologies qui doivent être installées, surtout en termes d’investissements. L’utilisation des technologies en milieu communautaire permet une définition de l’intervention directe dans une communauté en cours de constitution dans la région de Massaroca dans le municipe de Juazeiro (Etat de Bahia). La diffusion de la méthode d’intervention technologique nait de la nécessité de la réalisation d’une action conjointe avec les organisations professionnelles agricoles et de développement.

8) Programme « système de production des cerrados* » (CPAC/EMBRATER/EMATER/DSA)

  • * Végétation de type savane d’altitude que l’on trouve sur le plateau central brésilien (N. du T.).

31Les études de terrain ont débuté avec la préoccupation de faire un relevé des caractéristiques de la région. Grâce à l’appui de l’ORSTOM, une solution a été trouvée pour surmonter les difficultés relatives au traitement informatisé des données.

32La participation conjointe de l’EMBRAPA et de l’EMBRATER est considérée comme un des facteurs de réussite de cette coopération.

9) Programme de « machinisme agricole » (CNPMS/CEEMAT)

33Dans la mise en œuvre de ce projet, une attention particulière a été portée au matériel léger de machines, c’est-à-dire la création de prototypes de machines à traction animale, plus spécifiquement adaptées aux cultures irriguées comme, par exemple, pulvérisateurs, charrue double, planteuses manuelles, épandeurs d’engrais et d’amendement calcaire.

10) Programme « écologie opérationnelle » (CNPDA/PRIFAS)

34Ce programme concerne tout le territoire brésilien ; il est composé de six projets distincts exécutés chacun séparément.

35Trois de ces projets sont en phase terminale de développement et devront être achevés en fin d’année 1988. Les recherches conjointes s’attachent à développer la bio-modélisation.

36Un accord complémentaire entre l’EMBRAPA et le CIRAD a été conçu et signé afin de commercialiser les semences de palmiers à huile ; des propositions de même nature sont en cours d’étude concernant le cocotier et le riz hybride. Dans le cadre de cet accord, outre l’envoi par le CIRAD de chercheurs en mission de longue durée au Brésil, des chercheurs français en mission de courte durée et des stages organisés pour les chercheurs de l’EMBRAPA en France ont été intégrés à la réalisation de ces différents projets.

ORSTOM

1) Programme « d’amélioration du Panicum maximum » (CNPGC)

37L’objectif principal du programme était de favoriser la diversification des espèces sélectionnées sur les sols de pâturages, soit sur des terres de bonne fertilité, soit sur des terres de moindre fertilité.

38Achevé en 1987, avec des résultats assez positifs, ce programme est considéré comme de grande utilité dans l’ensemble des travaux effectuées par l’EMBRAPA en matière de plantes fourragères.

2) Programme de « traitement informatisé de données sur l’environnement - SISGEO » (DIN)

39Le programme coordonne les activités de traitement des données en ressoures naturelles, dans le cadre du système d’informations sur l’environnement de l’EMBRAPA. Il se compose de systèmes indépendants qui permettent le chargement des données relatives aux climats, cartes, images, sols, à l’hydrologie, aux catastrophes, aux herbiers et à la production agropastorale.

40Des résultats déjà positifs ont été obtenus et le programme est dans une phase avancée de développement. Plusieurs travaux conjoints ont été présentés dans des congrès et séminaires.

3) Programme « d’évaluation des ressources naturelles et socio-économiques du tropique semi-aride » (CPATSA)

41Ce programme constitue une techerche méthodologique sur l’évaluation du milieu naturel à partir de l’utilisation d’images satellitaires. Cette recherche a débuté en 1985 et aspire à mettre au point une méthodologie de référence d’ensembles phyto-édaphyques (écosystèmes) à partir d’une cartographie thématique intégrée au tropique semi-aride (TSA).

42Les résultats obtenus permettent de constituer un dispositif d’étude destiné à définir les mécanismes de dégradation accélérée des sols que l’on observe dans de nombreuses régions du TSA brésilien.

4) Programme « inventaire des problèmes des zones critiques de dégradation des sols en territoire brésilien » (SNLCS)

43Dans cet inventaire, plusieurs résultats ont déjà été obtenus dans le domaine de la conservation des sols et de l’eau dans les régions du Nord-Est, du Sud-Est, et du Sud. En matière de diffusion de technologie, un mini-simulateur de pluie a été construit et une méthodologie appropriée mise au point pour effectuer des mesures de pénétration des pluies et ensuite étudier les mécanismes d’érosion des sols.

44Outre les activités directement liées à ces projets, une partie importante du travail scientifique a été réalisée grâce à la collaboration de divers projets de recherche et opérations de conseil et d’assistance de l’EMBRAPA avec d’autres organismes nationaux et internationaux.

45L’apport de cette coopération a été aussi important en matière d’objectifs atteints qu’en matière d’échanges d’expériences et de qualité de la formation des chercheurs concernés.

INRA

46Les projets ont été développés dans les domaines suivants :

1) « Contrôle biologique - insectes et virus » (CENARGEN)

47La première phase de cette coopération a été très utile au développement des recherches de lutte biologique au Brésil.

2) « Elevage porcin » (CNPSA)

48Initialement ce projet a concerné le développement des techniques de congélation et de décongélation ainsi que l’évaluation de la qualité des semences par rapport aux techniques utilisées.

3) « Elevage bovin » (CNPGC)

49Dans le cadre de ce projet, un seul stage d’un chercheur brésilien en France a éré réalisé alors que ce sujet est d’une grande importance pour les recherches cytogénétiques.

4) « Hélianthe » (CNPSo)

50Projet développé avec introduction et tests de diverses variétés de populations et d’hybrides (tournesol) ainsi que différentes techniques culturales.

5) « Vitiviniculture » (CNPUV)

51Le projet concerne deux secteurs distincts, la viticulture avec les systèmes de formation du raisin, les maladies causées par les virus ainsi que l’échange de matériel végétal et l’œnologie.

6) « Pêches » (CNPFT)

52Les différences des systèmes de production au Brésil et en France impliquent un échange de techniques et de matériel végétal qui pouffait convenir pour améliorer cette arboriculture fruitière dans le sud du Brésil.

7) « Poires et pommes » (CNPFT)

53Ce projet comprend la réalisation de missions concernant les poires en France et les pommes au Brésil. L’introduction de matériels génétiques intéressants pour le développement du programme est un résultat de l’échange des chercheurs.

8) « Asperges et fraises » (CNPH)

54Comme pour les autres projets, le Brésil a reçu des semences d’hybrides destinées aux essais de production en vue d’étudier son adaptation dans la région sud du Brésil.

9) « Lait et fromages » (CTAA et EPAMIG)

55Le principal objectif a été l’utilisation de techniques d’ultrafiltration sur membranes dans les industries du lait et du fromage, qui doivent se généraliser dans ce secteur industriel soit pour des technologies de fermentation laitière dans la fabrication des fromages ou pour l’obtention de concentrés de protéines de lactose, soit pour l’industrie pharmaceutique, en fabriquant des hydrolisés de protéine de lactose pour le traitement des maladies de l’appareil digestif.

10) « Blé et triticale » (CTAA)

56Le projet consiste en l’évaluation de technicité des blés de la région sud, l’utilisation de la farine de triticale pour la production industrielle de biscottes et une techerche sur l’évaluation de technicité des cultivars de blé et de triticale en développement au Brésil.

***

57La coopération technique avec l’INRA n’a pas permis d’obrenir un succès identique aux autres en raison des différences d’organisation entre les deux institutions que sont l’EMBRAPA et l’INRA.

58Ainsi la coopération entreprise présente une certaine dispersion en raison des nombreux programmes, projets, secteurs, laboratoires et missions de courte durée, ce qui rend difficile la réalisation des objectifs initialement définis.

  • Budget prévisionnel dollar moyenne de janvier à avril.

Fiche technique de l’EMBRAPA
1. Présentation de l’organisme
1.1. Empresa brasileira de pesquisa agropecuária (EMBRAPA) (Entreprise brésilienne de recherche agronomique).
1.2. Statut et rattachement : entreprise publique, rattachée au ministère de l’Agriculture, dotée d’une personnalité juridique de droit privé, d’un patrimoine propre et d’une autonomie administrative et financière.
1.3. Objectifs : promouvoir, inciter, coordonner et exécuter les activités de recherche avec l’objectif de créer et d’adapter les technologies et/ou les connaissances scientifiques appliquées au développement de l’agriculture brésilienne.
1.4. Adresse : EMBRAPA
Setor de área isolada norte (SAIN)
Parque rural - Ed. Sede
CEP 70 770
Caixa Postal 04 0315 Brasília - DF (Brasil)
teleph 061 272 4241 — telex 061 16 20
2. Structure interne
2.1.La structure de base d’EMBRAPA est constituée de services d’administration centrale et de services décentralisés
a) Administration centrale
direction exécutive : un président et trois directeurs ;
services centraux : — Departemento técnico científico (DTC) ;
Departemento de difusao e transferência de tecnologia (DIT) ;
Departemento de publicaçoes (DPU) ;
Departemento de informática (DIN) ;
Departemento de informaçao e documentaçao (DID) ;
Departemento de recursos humanos (DRH) ;
Departemento de recursos materiais (DRM).
services de conseil : — secretaria do planejamento (SEP) ;
secretaria do planejamento (SEP) ;
gabinete do presidente (GPR) ;
assessoria jurídica (AJU) ;
assessoria de auditoria interna (AUD) ;
assessoria de imprensa e relaçoes publicas (AIRP).
b) Services décentralisés
centres nationaux de recherche ;
services spéciaux ;
unités régionales de recherche.
L’EMBRAPA exerce, à travers ces services décentralisés, une action directe (la recherche) en relation avec les Systèmes d’Etat.
Ressources et personnel
Données concernant l’effectif en personnel (avril 1988).
Tableau du personnel par niveau de qualification
Image img01.jpg
Données concernant les ressources financières (période 1985-1988) Ressources financières (en dollar moyenne annuelle) US $ 1,00
Image img02.jpg
Source SEP :
Note *
4. Domaines géographiques d’intervention
Le modèle institutionnel de l’EMBRAPA est constitué sur la base du Système coopératif de recherche agronomique — Sistema cooperativo de pesquisa agropecuária (SPCA), comprenant les unités décentralisées d’entreprise et du système de recherche des Etats (Entteprises, institutions, universités ; etc.), couvrant tout le territoire national. Parmi les principales composantes du modèle institutionnel, on remarque les centtes nationaux, les centres de ressources, les unités de recherche au niveau des Etats ou au niveau national et les systèmes des Etats. Les Centtes nationaux de recherche par produit (les « Centres nationaux ») sont caractérisés par une forte concentration de ressources humaines et financières et portent un intérêt particulier aux recherches qui dépassent les frontiètes des Etats, les limites géopolitiques et/ou écologiques des régions. L’équipe technique a vocation interdisciplinaire avec compétence pour réaliser directement des travaux de transformation opérationnelle de technologie en produits d’intérêt national (selon une règle de limitation fixée à trois produits par centre). Les centtes de ressources se consacrent essentiellement au développement des ressources naturelles, avec pour objectifs l’exploitation fationnelle des aires spécifiques s’appuyant sur des études de mise en relation produit-sol-environnement aussi bien pour les produits agricoles que les produits d’élevage. Les unités de recherche dans les Etats ou territoires développent des travaux de création et d’adaptation de technologies concernant des produits d’intérêt local en collaboration avec les centtes nationaux ou les centtes de ressources de façon à ce que de telles activités n’impliquent pas des dispetsions ou des dédoublements d’activités. Enfin, le système des Etats est un instrument essentiel au développement des programmes intégrés de recherche agronomique dans les différents Etats brésiliens en assurant du mieux possible la collaboration des gouvernements de chaque Etat de la fédération et les autres otganismes qui pratiquent une recherche agronomique dans la région.

SIGLES
CEEMAT Centre d’étude et d’expérimentation du machinisme agricole tropical.
CENARGEN Centro nacional de recursos genéticos e biotecnologia
(Centre national des ressources génétiques et de biotechnologie).
CIRAD Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement.
CNPAF Centro nacional de pesquisa de arroz e feijão
(Centre national de recherche sur le riz et le haricot).
CNPCo Centro nacional de pesquisa de coco
(Centre national de recherche sur le cocotier).
CNPDA Centro nacional de pesquisa de defesa da agricultura
(Centre national de recherche de défense de l’agriculture).
CNPFT Centro nacional de pesquisa de fruteira de clima temperado
(Centre national de recherche fruitière en climat tempéré).
CNPGC Centro nacional de pesquisa de gado de corte
(Centre national de recherche zootechnique).
CNPH Centro nacional de pesquisa de hortaliças
(Centre national de recherches horticoles).
CNPMF Centro nacional de pesquisa de mandioca e fruticultura
(Centre national de recherche sur le manioc et les arbres fruitiers).
CNPMS Centro nacional de pesquisa de milho e sorgo
(Centre national de recherche sur le millet et le sorgho).
CNPSA Centro nacional de pesquisa de suínos e aves
(Centre national de recherche d’études porcines et ornithologiques).
CNPSD Centro nacional de pesquisa de seringueira e dendê
(Centre national de recherche sur le caoutchouc et le palmier à huile).
CNPSo Centro nacional de pesquisa de soja
(Centre national de recherche sur le soja).
CNPUV Centro nacional de pesquisa de uva e vinho
(Centre national de recherche œnologique).
CPAC Centro de pesquisa agropecuária dos cerrados
(Centre de recherche agronomique des cerrados).
CPATSA Centro de pesquisa agropecuária do trópico semi-árido
(Centre de recherche agronomique du tropique semi-aride).
CTAA Centro nacional de pesquisa de tecnologia agroindustrial de alimentos
(Centre national de recherche en génie agro-alimentaire industriel).
DIN Departemento de informática/EMBRAPA
(Département informatique de l’EMBRAPA).
DSA Département des systèmes agraires.
EMATER Empresa de assistência técnica e extensão rural
(Entreprise d’assistance technique et de vulgarisation agricole).
EMBRAPA Empresa brasileira de pesquisa agropecuária
(Entreprise brésilienne de recherche agronomique).
EMBRATER Empresa brasileira de assistência técnica e extensão rural
(Entreprise brésilienne d’assistance technique et de vulgarisation agricole).
EPAMIG Empresa de pesquisa agropecuária de Minas Gerais
(Entreprise de recherche agronomique du Minas Gerais).
INRA Institut national de la recherche agronomique.
IRAT Institut de recherches agronomiques tropicales et des cultures vivrières.
IRFA Institut de recherches sur les fruits et les agrumes.
IRHO Institut de recherches pour les huiles et oléagineux.
ORSTOM Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération.
PRIFAS Acridologie et écologie opérationnelle.
SIPs Sistemas integrados de produção
(Systèmes intégrés de production).
SISGEO Sistema de informação geo-ambientais
(Système d’informations géographiques et sur l’environnement).
SNLCS Serviço nacional de levantamento e conservação de solos
(Service national de cartographie et de conservation des sols).
TSA Trópico semi-árido.
(Tropique semi-aride).

Notes de fin

* Végétation de type savane d’altitude que l’on trouve sur le plateau central brésilien (N. du T.).

Budget prévisionnel dollar moyenne de janvier à avril.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540