Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

La Divisão nacional de sangue e hemoderivados DINASHE (Division nationale du sang et hémodérivés)

Meirione Costa e Silva et Luiz Gonzaga dos Santos

Texte intégral

  • * Médecin, docteur en hématologie et hémothérapie de l’Université fédérale du Pernambuco, ingénieur (...)

1Note portant sur l’auteur*

  • Médecin, diplômé d’hématologie et d’hémothérapie en France, fondateur du HEMOPE et de PRO-SANGUE, (...)

2Note portant sur l’auteur

La première coopération

3La coopération franco-brésilienne dans le domaine de l’hémothérapie a débuté en 1962, lorsqu’un chirurgien du Pernambuco, le professeur Luiz Tavares Carvalho da Silva, accomplit une mission aux centres de transfusion sanguine de Paris, Strasbourg et Toulouse. A l’issue de cette mission, qui lui avait permis d’observer directement les pratiques de ces centres, il obtint, comme première ouverture sur le chemin d’une longue et fructueuse coopération entre les deux pays, quatre bourses d’étude du gouvernement français. Ces bourses devaient permettre d’accomplir des stages de perfectionnement et de spécialisation dans ces trois centres de transfusion sanguine. De plus, et cela faisait partie de la première aide de la France, les professeurs R. Waitz, directeur du Centre régional de transfusion sanguine de Strasbourg et professeur d’hématologie à l’Université de cette ville et le docteur Levine, directeur-adjoint et responsable du service de fractionnement du plasma de ce centre de transfusion, effectuèrent une visite à Recife, pendant le mois de septembre de cette même année. Le professeur Waitz prononça deux conférences à l’auditorium de l’Hôpital-école Pierre II de l’Université fédérale du Pernambuco (UFPe), sur l’histopathologie de la moelle osseuse, sujet dont il était un des meilleurs spécialistes puisqu’il avait consacré une grande partie de sa vie professionnelle à cette étude.

4La première des quatre bourses fut attribuée à un médecin, Luiz Gonzaga dos Santos. Le 12 janvier 1963, ce dernier partit de Recife avec, pour destination, Paris afin d’effectuer un stage au Centre national de transfusion sanguine (CNTS) pendant six mois au Laboratoire d’immunologie érythrocytaire et au Laboratoire de fractionnement du plasma ; il suivit aussi un cours de formation de chef de centre de transfusion sanguine. En juillet de la même année, il partit pour Strasbourg, où, pendant plus de six mois, il fut stagiaire dans les laboratoires d’immunologie érythrocytaire, de coagulation et de fractionnement du plasma. Enfin, il accomplit une visite de trois jours au Centre de transfusion sanguine de Toulouse.

5La deuxième bourse d’étude fut attribuée à un médecin, Tácito Barbalho qui, pendant neuf mois, effectua un stage dans le service d’hématologie du professeur Marchal. Lors de cette même année 1963, le docteur Maria Brasilia Leme Lopes, directeur de la Banque du sang de Lapa (Rio de Janeiro), visita les centres français de transfusion sanguine, notamment ceux de Paris et Strasbourg, afin d’obtenir des financements et des aides pour installer un centre du même type à Rio de Janeiro. L’autre bourse fut attribuée à un pharmacien, Vanda Carvalho, qui accomplit pendant un an un stage au Laboratoire d’immunologie érythrocytaire du Centre de transfusion sanguine de Toulouse, le directeur du centre étant le professeur J. Ruffié.

6Ces quatre bourses ont donné de nombreux fruits, car le docteur Maria Brasilia Leme Lopes devint la présidente de la Comissao nacional de hemoterapia (CNH) (Commision nationale d’hémothérapie), organisme créé en 1964 par le décret n° 54.494, afin de mettre en place, au ministère de la Santé, une politique nationale du sang et coordonner toutes les activités hémothérapiques. Le Dr Luiz Gonzaga dos Santos fut le fondateur du Centre de transfusion sanguine du Pernambuco (HEMOPE) et, comme nous le verrons par la suite, le créateur et premier coordonnateur du Programa nacional de sangue e hemoderivados (PRO-SANGUE) (Programme national du sang er hémodérivés) qui est devenu une division du ministère de la Santé. Le docteur Tácito Barbalho a été rattaché récemment à cette division et devrait en occuper le poste de directeur. Le docteur Vanda Carvalho, pour sa part, est actuellement chef du service d’hémothérapie à l’hôpital universitaire de l’UFPe.

La création du HEMOPE

  • Souligné par l’auteur (N. du T.).

7En mars 1964, à son retour de France, le Dr Luiz Gonzaga dos Santos, eut une entrevue avec Maurice Lacoste, alors attaché culturel à l’ambassade de France au Brésil, à la demande de Marcel Morin, alors consul de France pour le Nordeste du Brésil. Ce consulat se trouvait à Recife. Le résultat de cette entrevue permit de demander au gouvernement français la fourniture de matériel pour organiser le service d’hématologie et d’hémothérapie de l’hôpital-école de la Faculté de médecine (Faculdade de ciências médicas) du Pernambuco, qui devait être l’embryon d’un futur centre de transfusion sanguine de cet Etat. L’année suivante, en 1965, le professeur Georges Larrouy, directeur du Centre de transfusion sanguine de Toulouse, arrivait à Recife, envoyé par le gouvernement français, pour étudier in situ le projet d’organisation du service d’hématologie et d’hémothérapie. Lors de la première semaine d’août 1965, le professeur G. Larrouy écrivit une note favorable à l’aide sollicitée. Les premiers équipements donnés par le gouvernement français arrivèrent pendant le premier semestre de 1967, coïncidant avec le démarrage officiel de la coopération franco-brésilienne. Les équipements étaient composés de centrifugeuses, de bain-marie, d’un congélateut à - 70 °, d’étuves, de spectrophotomètres, de balances et de verrerie. Tout ce matériel fut installé dans un pavillon d’environ 250 m2, spécialement construit à cette fin dans l’hôpital en question. En 1968, le docteur Tácito Barbalho retourna en France avec une bourse du gouvernement français pour préparer un doctorat en histocompatibilité au Centre de recherche de l’INSERM à Toulouse. En 1969, deux autres bourses furent accordées par le gouvernement français ; l’une en faveur d’une pharmacienne qui suivit un cours d’études spécialisées (CES) en immunologie à l’Université de Toulouse, l’autre attribuée au docteur Luiz Gonzaga dos Santos qui suivit un cours de doctorat d’études supérieures d’hématologie générale en biologie humaine, suivi d’un stage au Centre de transfusion sanguine (CTS) de Toulouse. De plus, en 1969, le professeur Pierre Cazal vint au Brésil, sur invitation du gouvernement brésilien, afin d’effectuer un état de la situation en transfusion sanguine des villes de Rio, Sao Paulo, Belo Horizonte, Salvador et Brasília, rédigeant un rapport connu sous le nom de « Rapport Cazal ».

8Entre 1967 et 1972, séjournèrent à Recife le sous-directeur et chef du service de collecte du sang du CTS de Toulouse, le chef de clinique du service des maladies du sang du professeur Jean Bernard et le professeur G. Larrouy, directeur du Centre d’hémotypologie de Toulouse. Ils prononcèrent des conférences et prirent part à des réunions pour analyser les plans d’action de la coopération franco-brésilienne dans les domaines de l’hématologie et de l’hémothérapie qui avaient pour objectif le développement technique du service d’hématologie et d’hémothérapie de la Faculté de médecine du Pernambuco.

9En 1974, la décision politique du gouvernement du Pernambuco fut prise de créer le Centro de hematologie e hemoterapia de Pernambuco (HEMOPE) (Centre d’hématologie et hémothérapie du Pernambuco), sur intervention du secrétaire de l’Etat à la Santé, le professeur Fernando Figueira.

10En juillet 1975, le Ve Congrès d’hématologie du Colégio brasileiro de hematologia (Collège brésilien d’hématologie) se tenait à Recife. Participèrent à ce congrès les professeurs Jean Bernard, chef du service des maladies du sang à l’hôpital Saint-Louis, Pierre Cazal, directeur du CTS de Montpellier et Raymond Cabannes, chef du service d’immuno-hématologie du Centre hospitalier d’Abidjan, en Côte d’Ivoire. Cette même année, une pharmacienne fit un stage de six mois au CTS de Montpellier.

11La construction du HEMOPE débuta en 1975. Entretemps, son personnel clinique avait été spécialisé grâce à l’acquisition des connaissances appliquées effectuées par les techniciens qui avaient accompli des stages en France.

12Le 25 novembre 1977, Hélène Sarrut, responsable de la coopération pour les pays d’Amérique latine au ministère des Affaires étrangères de Paris, Daniel Haize, représentant l’ambassadeur de France au Brésil et Gaston Le Paudert, consul de France à Recife, combattant infatigable du développement de la coopération franco-brésilienne, assistaient à l’inauguration du HEMOPE. Pour l’installation du HEMOPE, le gouvernement français avait fait don d’un équipement destiné à la lyophilisation du plasma.

13Depuis, le HEMOPE a joué un rôle exceptionnel dans le développement de l’hémothérapie dans le Nordeste, se trouvant à l’origine de son extension au niveau national. Les accords de coopération étaient directement signés entre le gouvernement français et la direction du centre.

La coopération France-HEMOPE

14La coopération s’est intensifiée et, à partir de 1978, davantage de bourses d’étude furent attribuées afin d’effectuer des stages de perfectionnement de techniciens dans les CTS et dans les services d’hématologie en France.

15En juin 1979, une pharmacienne fit un stage de onze mois dans le Laboratoire d’immunologie érythrocytaire du CTS de Montpellier et deux médecins furent accueillis avec des bourses de spécialisation en hématologie au CTS et au service d’hématologie de Nice, sous la direction du professeur Masseyeff, directeur du CTS, qui venait d’effectuer un séjour d’une semaine au HEMOPE, en 1978, afin d’exécu-ter des travaux techniques et appliqués au Laboratoire d’immunopathologie de cette institution.

16Du mois d’août 1980 au mois de septembre 1981, un médecin biologiste fit un stage à l’Institut Pasteur de Lille, sous la direction du professeur Capron.

Création de PRO-SANGUE

17La Comissão nacional de hemoterapia (CNH) dura en tant que telle de 1964 à 1976. En 1976, la CNH fut transformée en Câmara técnica de hemoterapia (CTH) (Chambre technique d’hémothérapie), excerçant les fonctions d’organisation et de conseil. La CTH cessa d’exister en 1980 et le 30 avril 1980, un arrêté interministériel du ministère de la Santé et du ministère des Affaires sociales (Ministerio da Previdência e Assistência social) créa le Programa nacional de sangue e hemoderivados (PRO-SANGUE) (Programme national du sang et hémodérivés).

18Le PRO-SANGUE devait exécuter la politique nationale du sang, en assurant la promotion des dons volontaires, l’établissement des mesures de protection au donateur et au receveur, l’organisation de la production, du stockage et de la distribution des produits hémothérapiques, le développement des connaissances technologiques et scientifiques dans ce domaine. Le docteur Luiz Gonzaga dos Santos a conçu le PRO-SANGUE ; il a été son premier coordonnateur. Le Programme a été rattaché au Secrétariat général du ministère de la Santé et localisé au Centro de hematologia e hemoterapia de Pernambuco (HEMOPE). Le système imaginé peut être comparé dans l’organisation et le fonctionnement au système français de transfusion sanguine, avec l’installation et la mise en place progressive d’un réseau national de centres de transfusion sanguine qui allaient être responsables de l’exécution de la politique du sang au niveau des unités des Etats. Le HEMOPE devait jouer un rôle identique à celui du Centre national français de transfusion sanguine et les « Hemocen-tros » (« hémocentres ») comme sont appelés génériquement les CTS brésiliens, devaient jouer des rôles semblables à ceux des CTS de province. La différence fondamentale avec le modèle consistait en ce que le PRO-SANGUE devait être un programme de l’Etat où les « hémocentres », ses bras armés, se trouvaient être des institutions de caractère exclusivement public.

  • § En français dans le texte (N. du T.)

19La création de PRO-SANGUE fut le début d’une autre phase de coopération franco-brésilienne dans le domaine de la transfusion sanguine. Cette phase devait permettre d’accroître, au niveau national, la formation des techniciens travaillant dans les « hémocentres » installés dans les Etats. Des projets de développement technologique fuient mis en place dans le domaine du sang et le principe du « jumelage »§ entre CTS français et brésiliens fut établi.

20De 1982 à 1985, les actions de coopération ont été les suivantes :

  1. installation d’un Centre pilote de fractionnement du plasma, au HEMOPE, afin de produire de l’albumine humaine ;
  2. stages de spécialisation de techniciens brésiliens des « hémocentres » de Recife, Belém, Manaus, Belo Horizonte, Botucatu, Curitiba, Brasília et de l’Instituto nacional de controle de qualidade em saúde (INCQS) (Institut national de contrôle de la qualité en santé) de la Fundação Instituto Oswaldo Cruz (FIOCRUZ) (Fondation de l’Institut Oswaldo Cruz). Trente techniciens brésiliens ont effectué des stages dans les CTS de Paris, Rennes, Angers, Lille, Valence, Lyon, Toulouse et Créteil ;
  3. missions de courte durée de professeurs et techniciens français pour analyser les plans d’action, évaluer les programmes d’exécution et d’installation de matériel technique des laboratoires. Parmi les missions réalisées, celles des docteurs M. Garreta (coordonnateur de la coopération du côté français), B. Genetet (CTS de Rennes), G. Larrouy (CTS de Toulouse), J.-M. Bidet (CTS d’Angers), J.-Y. Muller (CNTS de Paris), M. Duedari (CTS de Créteil), P. Selosse (CTS d’Orsay), L. Martinache, P. Brochier, F. Moro et Delmas méritent d’être mentionnés ;
  4. missions de courte durée en France des membres de la coordination technique (Coordenação técnica) de PRO-SANGUE, comprenant le Dr Luiz Gonzaga dos Santos (coordonnateur), Norma Gouveia (chargée de la programmation et des ressources humaines) et le Dr João Lemos (chargé du secteur médical). Cette mission leur permit d’effectuer des visites d’observation aux CTS, des réunions de travail avec leurs directeurs ainsi que des réunions techniques au ministère des Affaires étrangères. L’objectif était de définir les programmes pour les stagiaires brésiliens et les projets de développement technique pour les « hémocentres » ; de mettre au point les critères mêmes d’évaluation des stagiaires brésiliens dans la perspective d’assurer le meilleur impacr possible sur les « hémocentres ». Les critères suivants furent adoptés :
    • maîtrise de la langue française par les candidats stagiaires ;
    • sélection préalable de ces candidats par les directeurs des « hémocentres » ;
    • stage préalable de courte durée au HEMOPE de façon à évaluer le comportement des candidats tant leurs connaissances que leurs motivations psychologiques.

21Pendant cette période, le HEMOPE avait formé deux cent douze personnes qui allaient travailler dans les nouvelles unités au fur et à mesure de leur création.

22En 1986, le PRO-SANGUE était rattaché au Secrétariat national des programmes spéciaux de santé (Secretaria nacional de programas especiais de saúde — SNPES) du ministère de la Santé, à Brasilia, coordonné par le Dr Meirione Costa e Silva.

Programme triennal de coopération 1987-1989

23L’accord de coopération a été renouvelé à la fin de 1986, focalisé uniquement sur la formation professionnelle des formateurs de ressources humaines. La formation de trente-deux techniciens est prévue dans les trois prochaines années, dans trois secteurs précis :

  1. formation des directeurs des « hémocentres » ;
  2. formation des professeurs qui suivront en France un cours pour l’obtention du diplôme universitaire en transfusion sanguine (DUTS) ;
  3. formation professionnelle de techniciens spécialisés dans les domaines clés de l’hémothérapie et de l’hématologie.

24Ces techniciens seront des formateurs de ressources humaines pour les « hémocentres » et le Centro nacional de formação de recursos humanos em hemoterapia (Centre national de formation des ressources humaines en hémothérapie) qui doit commencer à fonctionner en 1989.

25Un jumelage est aussi devenu institutionnel entre les « hémocentres » de la région Nord et le CTS d’Angers ; les « hémocentres » de la région Nord-Est et le CTS de Lille ; les « hémocentres » de la région Sud-Est et le CTS de Créteil ; les « hémocentres » de la région Sud et le CTS de Lyon ; les « hémocentres » de la région Centre-Ouest et le CTS de Rennes.

26Les directeurs de ces CTS français se sont rendus au Brésil et dans les « hémocentres » de « leur » région, en 1987, afin de connaître et d’établir les programmes d’étude et d’aide mutuelle.

L’évaluation des actions

27L’histoire de PRO-SANGUE qui, à partir de juillet 1987, est devenu la Divisão nacional de sangue e hemoderivados (DINASHE) (Division nationale du sang et hémodérivés) se confond avec l’histoire de la coopération franco-brésilienne dans le domaine de la transfusion sanguine ; elles sont inséparables.

28Mais il y a, cependant, une différence notable dans l’organisation de ces « hémocentres » dont les directeurs ont effectué des stages en France dans le cadre de la coopération technique, en relation avec les autres « hémocentres ».

29Certes, l’extension du volontariat dans le don du sang, l’installation d’équipes mobiles de collecte, la méthodologie utilisée en immunohématologie et sérologie sont fondamentalement les mêmes techniques que celles des CTS français.

30Le plan-pilote de fractionnement du plasma et de production d’albumine, du HEMOPE est calqué sur les techniques françaises.

31Les échanges scientifiques entre les coordonnateurs brésiliens et français ont été très importants. Pour les coordonnateurs français qui avaient déjà réponses à toutes les questions, l’aide consacrée à la mise en place d’un système national du sang dans un pays en voie de développement et de dimension continentale a constitué un admirable défi.

32Mais, parmi les goulots d’étranglement du programme de coopération, on peut remarquer plusieurs failles qui sont actuellement corrigées :

  1. il n’y a pas eu, au départ, de contrôle des stages organisés ni des stagiaires aussi bien en ce qui concerne leur apprentissage que le niveau de l’enseignement donné par les institutions ;
  2. les différences de culture et de niveau économique et social entre les pays ont rendu difficiles les premières expériences de la majorité des stagiaires, ce qui eut des conséquences, parfois sérieuses quant au profit tiré de l’expérience du stage. Actuellement, les bourses sont d’autant plus importantes que l’encadrement du stagiaire est mieux assuré, permettant ainsi de diffuser une plus grande quantité d’informations sur la France afin de diminuer le choc culturel évoqué ci-dessus.
  3. l’effet multiplicateur des stages au Brésil ne parvient pas à satisfaire la grande demande d’hémothérapeutes dont notre pays a besoin. De là l’idée de créer un Centre national de formation des ressources humaines qui poursuivra le travail initié par la coopération franco-brésilienne dans le domaine de la transfusion.

***

33Quoi qu’il en soit, nous allons conclure en faisant remarquer que l’année 1987 a été une année particulièrement importante pour la Divisão nacional de hematologia e hemoterapia (DINASHE) par rapport à la coopération franco-brésilienne. Cette année a marqué les vingt-cinq ans du début de la coopération entre l’UFPe et la France dans le domaine de l’hémothérapie ; les vingt ans du début de la coopération officielle entre la France et le Brésil et les dix ans de la création du premier « hémocentre », le HEMOPE, premier des trente et un centres de transfusion sanguine existant actuellement au Brésil.

  • 1 CNH : Conselho Nacional de Hemoterapia
  • 2 APC : Assessoria de Planejamento e Controle

Fiche technique de la DINASHE
1. Présentation de l’organisme
1.1. Divisão nacional de sangue e hemoderivados (DINASHE) (Division nationale du sang et hémodérivés).
1.2. Rattachement : division dépendante du Secrétatiat national des ptogram-mes spéciaux de Santé (Secretaria nacional de programas especiais de Saúde) (SNPES) du ministère de la Santé (ministério da Saúde).
1.3. Objectifs : élaborer les instructions pour l’exécution de la politique nationale de la santé dans le domaine du sang et des hémodérivés ; assurer, grâce au don volontaire du sang, la production de composants et de dérivés sanguins et la maintenance des équipements et du matériel, et organiser, orienter, coordonner, conseiller, contrôler et évaluet les actions liées au développement des activités de ce domaine.
1.4. Adresse : DINASHE – SNPES
Ministério da Saúde
Esplanada dos Ministérios - Bloco G - Sala 914
70 058 Brasília - DF – Brasil
teleph. (061) 226 64 06
223 92 00
223 97 94
telex 61 1349 61 3422
2. Structure interne
Directeur ;
Service des ressources opérationnelles ;
Service d’orientation technique et d’organisation.
3. Ressources et personnel
La dotation budgétaire est effectuée sur les ressources publiques. Toutefois, le Plan national du sang et hémodérivés (Plano nacional de sangue e hemoderivados - PLANASHE) teçoit d’autres sources de financement (FINSOCIAL, BNDES, CEF/FAZ, Fundação Banco do Brasil, CNPq, INAMPS, CEME, etc.) estimées à plus de cent millions de dollats sur trois ans (1988-1991) et destinées avant tout à des investissements.
En personnel, la DINASHE, de par la nature de ses fonctions d’organisme essentiellement d’organisation, de coordination et de surveillance technico-scientifique, ne dispose que d’une petite équipe de professionnels composée du minimum nécessaire pour assurer ses activités. Cependant, cette équipe est en relation permanente avec les professionnels des centres de transfusion sanguine (« hémocentres »), avec les institutions de recherche (par exemple, la FIOCRUZ) et avec les universités dont elle reçoit la collaboration pout rentabiliser ses activités de programmation.
4. Domaines géographiques d’activités
La DINASHE exerce une activité nationale en s’appuyant, pour ce faire, sur les centres officiels de transfusion sanguine (« hémocentres ») actuellement implantés dans les principales villes du Brésil. Il convient d’accorder une attention particulière à la Fundação HEMOPE (Centro de hematologia e hemoterapia de Pernambuco), qui est, par arrêté ministériel, l’unité technique de référence dans ce domaine, selon le ministère. Le rôle joué par les centres régionaux de transfusion sanguine (« hémocentres ») Etats du Pará, Paraná, Minas Gerais, São Paulo et Rio de Janeiro mérite aussi attention.
Image img01.jpg
Note (1)1
Note (2)2

Notes

1 CNH : Conselho Nacional de Hemoterapia

2 APC : Assessoria de Planejamento e Controle

Notes de fin

* Médecin, docteur en hématologie et hémothérapie de l’Université fédérale du Pernambuco, ingénieur en développement scientifique du CNPq.

Médecin, diplômé d’hématologie et d’hémothérapie en France, fondateur du HEMOPE et de PRO-SANGUE, professeur d’hématologie à la Faculté de médecine du Pernambuco.

Souligné par l’auteur (N. du T.).

§ En français dans le texte (N. du T.)

Auteurs

Directeur de la DINASHE

Premier coordonnateur de PRO-SANGUE

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540